Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité au cinéma

 | 
Dominique Chateau

Chapitre V. Objectivation et représentation du monde mental : l’hallucination, le rêve et autres délires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Hegel parle de « l’atelier intérieur » de l’imagination. C’est l’esprit, au sens non spiritualiste de mind, qui est notre atelier intérieur ; il s’y passe toutes sortes de bricolages dont nous sommes plus ou moins conscients, certains que nous activons, d’autres que nous récupérons, d’autres encore qui se trament à notre insu. S’agissant de cinéma ou d’un autre art, il faut mettre en relation deux ateliers : celui de l’imagination, qui fonctionne à la source comme à la réception, et l’atelier poïétique, entre les deux, qui transforme en réalisation les pensées de la source, espérant du même coup que le récepteur les partage. Le cas qui m’occupe maintenant concerne comme tous les autres l’échange de l’atelier intime et de l’atelier poïétique, l’objectivation d’une subjectivité, mais encore, plus précisément, la transmutation filmique des représentations données dans le film lui-même comme internes. Il s’agit bien de la représentation d’un monde mental, soit dans le cas de la projecti...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540