Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité au cinéma

 | 
Dominique Chateau

Chapitre II. La présentation par esquisses

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Un lit, que tu le regardes de côté ou en face, ou de n’importe quelle façon, crois-tu qu’il soit en rien différent de lui-même ? ou bien, alors qu’il ne diffère nullement, offre-t-il à l’œil une autre apparence ? » : Platon propose ce choix de représentation : ou bien imiter l’apparent, toujours marqué par la relativité d’un biais ; ou bien « imiter le réel tel qu’il est », la chose en elle-même, le supposé modèle1. Pour lui, la peinture n’a pas le choix, elle est asservie à la relativité de l’apparent. Le menuisier, en revanche, est du bon côté, les yeux tournés vers le modèle pour façonner son lit ; on dirait la même chose aujourd’hui du designer, du moins à ravaler la vérité de l’être tel quel à la fabrique en série, certes plus vulgaire mais vraisemblable. Depuis, on a réalisé que la chance de l’artiste résidait justement dans sa liberté esthétique, à la fois, comme le veut Kant, l’insubordination à toute modélisation et, contre lui, la capacité infinie d’exploration esthésiqu...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540