Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité au cinéma

 | 
Dominique Chateau

Chapitre I. La caméra positionnelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le monde existe en dehors de ma subjectivité ; son extériorité est un défi pour ma conscience. La phénoménologie insiste à juste titre sur cette donnée fondamentale de la relation de l’être humain au monde. C’est une erreur, dont Husserl nous protège selon Sartre, de « dissoudre les choses dans la conscience »1. L’objet, tout relatif qu’il soit à la conscience, lui reste extérieur, n’y entre pas, lui résiste, qu’il s’agisse de connaissance ou d’affect, de l’objet que l’on repère ou de celui vis à-vis duquel on réagit (qu’on l’aime ou qu’on le haïsse). La conscience doit donc faire effort pour appréhender cette pure extériorité ; elle doit, dit encore Sartre, se transcender pour atteindre l’objet2. Commençons donc par envisager que cette « conscience positionnelle », comme il l’appelle, s’exerce sur les objets d’un film, sur le film lui-même, autant que sur les objets du monde. Après tout, l’activité du spectateur de film ne diffère pas, du moins à cet égard, de la relation humaine a...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540