Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité au cinéma

 | 
Dominique Chateau

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La critique de l’auteur s’est répandue comme une traînée de poudre, particulièrement dans le domaine des études cinématographiques. Cette critique, au vrai, s’adresse à un repoussoir qu’elle a elle-même fabriqué en réduisant la fonction d’auteur au manifeste de l’auteurisme. C’est comme si, oubliant leurs peintures, on limitait l’apport des peintres cubistes ou futuristes à leurs déclarations avant-gardistes. En bonne histoire de l’art, l’un ne va pas sans l’autre – les actions de l’avant-gardisme sans les productions d’avant-gardité (selon les termes de Greenberg). Quant au cinéma, la « politique des auteurs » a donné des œuvres et des styles, outre les caracoles de François, Jean-Luc et les autres. Outre ne veut pas dire malgré ni encore moins contre. L’action artistique a deux aspects qui dominent respectivement selon le moment, soit l’urgence pour un groupe d’investir le champ de l’art, soit l’impérieux besoin pour un individu d’objectiver sa subjectivité ; et souvent, pour comm...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540