Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La capture de mouvement

 | 
Marco Grosoli
, 
Jean-Baptiste Massuet

1. La capture de mouvement : son histoire, ses origines

Capture de mouvement et illusionnisme : pour une anthropologie de l’effet de présence

Renée Bourassa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les figures de synthèses animées par les technologies actuelles de capture de performance mettent en jeu des effets de présence. De quelle manière ceux-ci agissent-ils ? Cette question conduit à problématiser la façon dont l’effet de présence se substitue à la notion de réalisme, en éclairant ce qui a été qualifié « d’impression de réalité » au cinéma, pour se situer plutôt dans une perspective illusionniste. Le nouveau procédé capture l’expressivité du geste humain dans sa présence invisible, en le divorçant de sa source, pour le restituer dans une peau numérique d’où émerge le personnage. De cette manière, il effectue une virtualisation du corps performatif, disparaissant au profit de son expression kinésique pure. En soulignant d’abord l’importance du « mouvement », capable de susciter une impression d’incarnation, le dispositif nous renvoie aux expérimentations ayant conduit aux débuts du cinéma. Ainsi, le personnage de synthèse animé par capture de performance prolonge une esth...

Auteur

Titulaire d’un doctorat en sémiologie, est professeure à l’École des arts visuels de l’université Laval. À la fois théoricienne et praticienne, conceptrice, réalisatrice et artiste médiatique, elle a œuvré au cours des 25 dernières années dans plusieurs secteurs d’intervention culturelle liés aux médias numériques, dont la muséologie, les arts de la scène ainsi que l’édition d’œuvres hypermédias et de produits de culture scientifique. Elle est chercheure affiliée au CRI (Centre de recherche sur l’intermédialité), au LAMIC (Laboratoire de muséologie et d’ingénierie de la culture), au LANTISS (Laboratoire des nouvelles technologies de l’image, du son et de la scène) ainsi qu’à l’EMIR (Laboratoire d’exploration des médias immersifs pour la réadaptation). Selon une approche intermédiale, ses intérêts de recherche actuels incluent les fictions émergentes issues des nouveaux médias, les rapports entre les espaces réels et virtuels, les nouvelles pratiques expériencielles ainsi que la présence et la performativité des personnages virtuels.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540