Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Epstein

 | 
Éric Thouvenel
, 
Roxane Hamery

4. Formes filmiques contemporaines. Une postérité epsteinienne ?

Le cinéma vu de la mer : Epstein et l’océanique

James Schneider
Traduction de Matthieu Mevel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En voyageant dans les îles bretonnes, des cinéastes – dont je fais partie – ont interrogé les croisements des courants cinématographiques et océaniques. Nous avons navigué parmi ces eaux parcourant les voies empruntées jadis par Jean Epstein lors de ses propres explorations dans la région entre 1927 et 1948. Mes recherches à l’intérieur de cet espace fluide ont fait resurgir des hypothèses latentes dans l’œuvre d’Epstein, celles qu’il avait commencé à formuler juste avant sa disparition dont, parmi elles, le rôle théorique et concret qu’il octroyait au non-humain dans le processus de création du film. Son expérience cinématographique en Bretagne commença en développant une collaboration active avec le réel, d’abord en engageant un dialogue avec les populations des îles. Elle donna jour à l’une des propositions les plus marquantes d’Epstein : en utilisant le cinéma du point de vue du non-humain – celui des océans, des marées, des tempêtes – l’humanité gagne en retour un point de vue ...

Auteur

Cinéaste-chercheur. En plus de nombreux films expérimentaux, sa filmographie inclut le film de science-fiction The End of the Light Age (2007) avec Lou Castel, le film-essai Jean Epstein, Young Oceans of Cinema (2011), et le documentaire La Réverbération (2012) avec le groupe chilien Panico. Depuis 2003, il performe de la vidéo sous le nom Matterlink, et il termine actuellement le documentaire Punk the Capital, Straight from Washington D.C., lié au D.C. Punk Archive, qu’il a cofondé en 2014.
Matthieu Mevel (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540