Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Epstein

 | 
Éric Thouvenel
, 
Roxane Hamery

3. Lectures contemporaines croisées

Epiphany, Photogenia, Close-up : Epstein et la « cinephilia theory1 »

Karine Abadie et André Habib

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une des manières d’interroger l’actualité et la postérité de la pensée d’Epstein consiste à se pencher sur les usages auxquels elle se prête ou s’est prêté. À quoi Epstein « sert-il », aujourd’hui, en somme ? Un volet de ces usages, pour ne pas dire cette instrumentalisation d’Epstein, peu discuté dans les débats européens au sujet de l’héritage de son œuvre, est le rôle qu’il joue dans l’élaboration de la cinephilia theory anglo-saxonne. Cette expression renvoie à un ensemble de réflexions et théorisations, moins connues dans l’Hexagone, apparu dans les années 1990 et dans des cercles à première vue éloignés de l’Académie : une discussion de Paul Willemen avec Noel King, un texte de Susan Sontag paru en 1997 sur la mort de la cinéphilie, des réponses à ce texte de la part des critiques de cinéma Jonathan Rosenbaum et Adrian Martin, au début des années 20002, etc. Ces textes, aux programmes et aux formats fort variés, ont fait leur chemin vers le domaine des études universitaires, n...

Auteurs

Titulaire d’une thèse de doctorat au département des Littératures de langue française de l’université de Montréal, sur les rapports entre écrivains français de l’entre-deux-guerres et cinéma, tant du point de vue des pratiques que de celui des discours. Elle s’intéresse aussi aux questions relatives à la cinéphilie et à la théorie du cinéma dans la première moitié du XXe siècle, en France, ainsi qu’à l’influence du cinéma dans le roman contemporain. Depuis janvier 2013, elle est chargée de cours au département d’Histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’université de Montréal.
Professeur agrégé au département d’Histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’université de Montréal. Il est l’auteur de La Main gauche de Jean-Pierre Léaud (Montréal, Éditions du Boréal, 2015) et de L’Attrait de la ruine (Crisnée, Yellow Now, 2010). Il a également dirigé, avec Viva Paci, l’ouvrage collectif Chris Marker et l’imprimerie du regard (L’Harmattan, coll. « Esthétiques », 2008), avec Michel Marie, L’Avenir de la mémoire : patrimoine, restauration, réemploi cinématographique (Lille, Presses universitaires du Septentrion) et a coédité le livre Épopée : textes, entretiens, documents (Montréal, Spirale/Nota Bene, 2013). Il est depuis 2002 coordonnateur de la section cinéma de la revue électronique Hors Champ. Ses recherches récentes ont porté sur l’esthétique des ruines, l’archive, le cinéma expérimental et la cinéphilie.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540