Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Epstein

 | 
Éric Thouvenel
, 
Roxane Hamery

2. Epstein à l'aune de son temps

Le cinéma peut-il rendre télépathe ?

Emmanuel Plasseraud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans Le Cinématographe vu de l’Etna (1926), Jean Epstein utilise plusieurs fois le terme de télépathie. Quoique discuté et susceptible de nombreuses critiques scientifiques, la notion était à la mode à cette époque, comme d’autres phénomènes qui lui étaient associés, auxquelles Epstein fit également souvent allusion : l’hypnose et la fatigue, états de conscience ou physiologique modifiés que l’on pensait favorables à l’émergence de la télépathie, mais aussi la quatrième dimension, qui pouvait expliquer les modifications du continuum spatio-temporel propres à la transmission de pensée, ou encore le subliminal de Frederic Myers, l’inventeur du terme « telepathy », ou le subconscient de Janet. Epstein, dans sa curiosité encyclopédique, n’a pas laissé passer ce champ aussi intriguant que sulfureux qu’étaient les sciences psychiques, préoccupées de tout ce que nous classons aujourd’hui sous le terme de « paranormal », pas plus que d’autres acteurs importants de la théorisation du cinéma ...

Auteur

Maître de conférences à l’université Bordeaux Montaigne. Il a publié deux ouvrages aux Presses universitaires du Septentrion : Cinéma et imaginaire baroque, 2007 et L’Art des foules, théorisations de la réception filmique comme phénomène collectif en France (1908-1930), 2011. Il est aussi réalisateur de films.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540