Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres et acteurs du cinéma français

 | 
Gwénaëlle Le Gras
, 
Delphine Chedaleux

3. La comédie

Edwige Feuillère, une escroc mondaine entre deux genres

Gwénaëlle Le Gras

Résumé

Edwige Feuillère reste surtout connue pour ses films dramatiques et romanesques. Toutefois, avant de devenir la « grande dame du cinéma français », elle débuta dans un registre plus léger, avec notamment plusieurs comédies et mélodrames policiers où elle décline un rôle d’escroc mondaine, qu’elle a inauguré en 1932 avec Maquillage (Karl Anton).Alors qu’elle est humiliée, arrêtée ou meurt à la fin de ses films dramatiques, elle semble se conformer à un happy-end offrant une restauration de l’ordre moral et social dans les comédies. Si ces dénouements heureux respectent les conventions du genre, l’intrusion de son personnage d’escroc, type plus souvent masculin et propre au genre policier/criminel, provoque une collision entre les codes du genre (policier et comédie) et du gender dans des films comme Mister Flow (Robert Siodmak, 1936), J’étais une aventurière (Raymond Bernard, 1938) et L’Honorable Catherine (Marcel L’Herbier, 1943).

As the «grande dame du cinéma français» Edwige Feuillère is especially famous for her dramatic and romantic films. She started however in lighter genres such as crime comedies and melodramas in which she played a society crook or swindler, a role she assumed for the first time in Maquillage (Karl Anton, 1932).While she was humiliated, arrested or dead at the end of her dramatic films, comedies generally offered a happy ending that helped to restore the moral or social order according to the rules of the genre. Given that this role of crook was usually played by male actors in thrillers, her character produced a contradiction between gender on the one side, and the rules of the genre (thriller and comedy) on the other. This is visible in films such as Mister Flow (Robert Siodmak, 1936), J’étais une aventurière (Raymond Bernard, 1938) and L’Honorable Catherine (Marcel L’Herbier, 1943).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Edwige Feuillère reste surtout connue pour ses films dramatiques et romanesques. Comme l’écrivit fort pertinemment Pierre Marcabru dans L’Écran français (no 37, 13-03-1946) : « Jamais actrice célèbre ne fut plus aristocratiquement populaire. » Toutefois, avant de devenir la « grande dame du cinéma français » sous l’Occupation avec son rôle dans La Duchesse de Langeais (Jacques de Baroncelli, 1942), elle débuta dans un registre plus léger, avec notamment plusieurs comédies et mélodrames policiers qui déclinèrent son rôle d’escroc mondaine, apparu dès 1932 avec Maquillage (Karl Anton).

Durant sa longue carrière, Feuillère joue par quatorze fois des aventurières transgressives soit comme espionne soit comme escroc, à la fois dans le registre dramatique – Maquillage, Matricule 33 (Karl Anton, 1933), Le Miroir aux alouettes (Hans Steinhoff/Roger Le Bon, 1934), Marthe Richard au service de la France (Raymond Bernard, 1937), Feu ! (Jacques de Baroncelli, 1937), L’Émigrante (Léo Joannon, 194...

Auteur

Maître de conférences à l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3. Elle travaille en particulier sur les star studies et les approches culturelles du cinéma français classique et contemporain cherchant à comprendre le sens des représentations filmiques dans leur contexte de production et de réception. Elle a publié Catherine Deneuve, une « star » française entre classicisme et modernité (Nouveau Monde éditions) et Michel Simon, l’art de la disgrâce (Scope éditions) en 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540