Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres et acteurs du cinéma français

 | 
Gwénaëlle Le Gras
, 
Delphine Chedaleux

1. Le film policier et criminel

Jean Marais, icône du drame en costumes/historique : du Comte de Monte-Cristo au chevalier de La Tour, en passant par Nez de cuir – deux types de masculinité : corps bourreau et corps « martyrisé »

Susan Hayward

Résumé

Dans les années 1950, la carrière cinématographique de Jean Marais connut un deuxième souffle – grâce en particulier à une série de drames en costumes. Il en fit cinq, dont le célèbre Comte de Monte-Cristo. Dans tous ces films, ce qui frappe c’est le jeu avec/du corps masculin. Dans Éléna et les hommes, où il joue le Général Rollan (Boulanger à peine déguisé), son corps demeure rigide, comme ‘ était figé dans l’idée même de la masculinité militaire. Pourtant, il accepte des marguerites en tant que talisman d’Éléna d’un côté, et de l’autre il est complètement dominé par sa maîtresse. Cet article propose d’examiner Marais dans trois films en particulier : Nez de cuir, Le Comte de Monte-Cristo et La Tour, prends garde ! Il analyse son rôle de vengeur dans les deux premiers en éclairant la façon dont il punit « l’autre », au point de devenir bourreau, à cause de son emprisonnement physique dans un corps repoussant. Dans le troisième cas, son corps est l’objet d’une punition sadique où un officier le contraint à passer sous des baguettes. L’officier en question deviendra cependant son meilleur ami pour qui, à plusieurs reprises, il risquera sa vie. Dans ce sens, l’article démontre la façon dont Marais met en scène une série de masculinités ambivalentes qui semblent davantage en conjonction avec l’époque contemporaine de la sortie des films qu’avec le temps historique des intrigues.

Jean Marais’s film career underwent a second wind in the 1950s, especially in a series of costume dramas, of which he made five, including the famous Le Comte de Monte Cristo. In all these films, what is most striking is the degree to which the text engages with the male body. In Élena et les hommes, where he played General Rollan (Boulanger thinly disguised), Marais’s body remains rigid as if frozen in the very idea of military masculinity. Having said this, his character also accepts daisies as Elena’s talisman, and he is completely dominated by his mistress. This article examines three films: Nez de cuir, Le Comte de Monte Cristo and La Tour, prend garde! It discusses Marais’s vengeful role in the first two and examine how he punishes the «other», to the point of becoming a sort of executioner because of how he is physically imprisoned in the sheer ugliness of his body. In the third case-study, his body is subjected to a form of sadistic punishment where an officer forces him to pass through a series of bayonets. The officer in question becomes Marais’s best friend though and, on a number of occasions, he risks his own life for his companion. In this sense, this article shows how Marais conveyed a range of ambivalent masculinities that had more in common with the present-day than the historicised time of the past.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Préambule

Dans les années 1950, la carrière cinématographique de Jean Marais connut un deuxième souffle – grâce en particulier à une série de drames en costumes. Il en fit cinq, dont le célèbre Le Comte de Monte-Cristo (Robert Vernay, 1955). Dans tous ces films, ce qui frappe c’est le jeu avec/du corps masculin. Dans Éléna et les hommes (Jean Renoir, 1956), où il joue le Général Rollan (Boulanger à peine déguisé), son corps demeure rigide, comme s’il était figé dans l’idée même de la masculinité militaire – sauf que d’un côté, il accepte des marguerites en tant que talisman d’Éléna, et que de l’autre il est complètement dominé par sa maîtresse. Cet article propose d’examiner Marais dans trois de ces titres : Nez de cuir (Yves Allégret, 1952), Le Comte de Monte-Cristo et La Tour, prends garde ! (Georges Lampin, 1958). Nous discuterons son rôle de vengeur dans les deux premiers ; nous verrons comment il punit « l’Autre », au point de devenir bourreau, à cause de son emprisonnement phys...

Auteur

Professeure de Cinema Studies à l’université d’Exeter (Royaume-Uni). Elle est l’auteur de plusieurs livres sur le cinéma français : French National Cinema (1993 ; réédité chez Routledge, 2005) ; Luc Besson (Manchester University Press, 1998) ; Simone Signoret : The Star as Cultural Sign (Continuum, 2004) ou encore French Costume Drama of the 1950s : Fashioning Politics (Intellect Ltd, 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540