Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Genres et acteurs du cinéma français

 | 
Gwénaëlle Le Gras
, 
Delphine Chedaleux

1. Le film policier et criminel

Odette Joyeux : une héroïne douce-amère sous l’Occupation

Delphine Chedaleux

Zusammenfassung

Odette Joyeux, aujourd’hui oubliée, est une des nombreuses jeunes premières de l’Occupation – elle est alors une des vedettes les plus en vue du moment – dont la particularité est de jouer quasiment exclusivement dans des films en costumes. Elle incarne un personnage-type de jeune fille (adolescente est un anachronisme) espiègle, tourmentée et rebelle en révolte contre sa famille. Si dans certains de ses films, sa rébellion est finalement mâtée par les adultes et son personnage réduit à une représentation somme toute conventionnelle et rassurante de la jeune fille associée à un passé suranné (par exemple dans Le Baron fantôme ou Échec au roy), dans d’autres, elle est prise au sérieux et exprime au contraire une forme de rébellion inédite. C’est le cas des trois films réalisés pour elle par Claude Autant-Lara qui fait alors ses véritables débuts de réalisateur (Le Mariage de Chiffon, Lettres d’amour et Douce). Ce papier examine la façon dont Odette Joyeux aborde dans ces films, en particulier dans Douce, des préoccupations tout à fait contemporaines de l’Occupation – à savoir la place politique et sociale de la jeunesse ainsi que les questions de la liberté et du désir des femmes – sous la protection des codes du genre et de la distance historique qu’il permette.

Odette Joyeux was a young French actress who became famous during the German Occupation by almost exclusively playing roles in costume dramas. The character type that she personified was that of the mischievous and troubled young girl who rebelled against her family. If, in some of her films, her rebellion was finally crushed by the adults and her character reduced to the more conventional and reassuring figure of an old-fashioned girl (for example, in Le Baron fantôme and Échec au Roy); in other films, she was taken more seriously, thus allowing her to express a very new form of protest. This was the case in the three films directed by Claude Autant-Lara that really kickstarted his career: Le Mariage de Chiffon, Lettres d’amour and Douce. This paper thus examines how Odette Joyeux addressed the contemporary concerns of the German Occupation, such as the social role of young people and the question of female desire, specifically under the guise of the codes of costume drama and the historical distance that these codes permitted.

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Quelque peu oubliée aujourd’hui, Odette Joyeux, que l’on connaît mieux comme la femme de Pierre Brasseur et la mère de Claude, fut pourtant non seulement une femme de lettre reconnue1, mais l’une des jeunes premières les plus en vues dans les années 1940. Révélée au cinéma par Marc Allégret qui lui confie le rôle central de Cécilia dans Entrée des artistes en 1938, Odette Joyeux devient très populaire sous l’Occupation, parmi les nombreuses jeunes actrices qui émergent à cette époque à la faveur d’un contexte de rupture des représentations dans le cinéma français. On observe en effet, à partir de la défaite militaire de 1940 et durant toute l’Occupation, un affaiblissement quantitatif et qualitatif des figures patriarcales – pourtant dominantes avant-guerre dans les représentations filmiques – au profit de personnages féminins qui prennent une importance considérable2. À la différence de ses jeunes consœurs qui passent d’un genre à l’autre, Joyeux se spécialise dans un genre, le fil...

Autor

Delphine Chedaleux prépare une thèse intitulée « Jeunes premiers et jeunes premières du cinéma français sous l’Occupation (1940-1944) » sous la direction de Geneviève Sellier, professeure à l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3. Elle est ATER à l’université de Caen.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540