Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Filmer l'artiste au travail

 | 
Gilles Mouëllic
, 
Laurent Le Forestier

Les auteurs

Testo integrale

1Vincent Amiel enseigne l’histoire et l’esthétique du cinéma à l’université de Caen. Il y travaille en particulier sur la question de l’acteur, à propos duquel il a dirigé, en collaboration, un Dictionnaire critique et théorique (PUR, 2012), et coordonne la revue Double Jeu, qui lui est en grande partie consacrée. Il a publié par ailleurs Esthétique du montage (Armand Colin, 2010), Le corps au cinéma (PUF, 1998), et Joseph L. Mankiewicz et son double (PUF, 2010). Il écrit régulièrement dans les revues Esprit et Positif.

2Nicolas Bézard est photographe et enseignant de cinéma en lycée, après avoir suivi des études en arts plastiques et en arts du spectacle à l’université Rennes 2. Il est notamment l’auteur du texte Le talent est un malheur : Andrei Roublev d’Andrei Tarkovski et Van Gogh de Maurice Pialat, écrit pour l’ouvrage collectif Biographies de peintres à l’écran, publié dans la collection « Le Spectaculaire » aux PUR en 2011, ainsi que d’un article sur le cinéma de Gus van Sant paru dans Les Cahiers du Musée national d’art moderne no 112/113, été/automne 2010.

3Bénédicte Boisson est maître de conférences en études théâtrales à l’université Rennes 2, membre de l’Équipe d’Accueil 3208 « Arts : pratiques et poétiques » et membre associée à ARIAS (CNRS). Dans une double perspective, anthropologique et esthétique, elle travaille sur la co-présence, celle des acteurs et des spectateurs, dans le théâtre moderne et contemporain. La relation théâtrale, la question du spectateur et l’analyse des esthétiques contemporaines sont au centre de ses recherches. En novembre 2010, elle a publié, en collaboration avec Alice Folco et Ariane Martinez, La mise en scène théâtrale de 1800 à nos jours aux Presses Universitaires de France.

4Véronique Campan est maître de conférences en études cinématographiques à l’université de Poitiers. Elle a publié un ouvrage sur Krzysztof Kieslowski, un essai sur l’écoute filmique (L’Écoute filmique, écho du son en image, Paris, PUV, 2000), dirigé plusieurs volumes collectifs et publié de nombreux articles sur l’étude de la dimension sonore des films et sur les relations entre cinéma et autres arts. Elle co-dirige, avec Gilles Mouëllic, la collection « Le Spectaculaire » aux PUR. Au sein de l’équipe FoReLL de l’Université de Poitiers, elle oriente aujourd’hui ses recherches autour de la parole filmique et des formes contemporaines du « troisième cinéma », formes hybrides qui croisent écritures littéraire et filmique.

5Roland Carrée est doctorant en études cinématographiques à l’université Rennes 2, et occupe un poste d’ATER en Arts du spectacle à l’Université de Caen Basse-Normandie. Sous la direction de Laurent Le Forestier, il consacre sa thèse aux représentations de l’enfance marginale dans le cinéma italien des années 1990 et 2000. Impliqué dans l’initiation au cinéma pour le jeune public, il intervient également autour de divers films dans le cadre de ciné-clubs et de festivals, publie des essais dans des revues et des ouvrages collectifs, et participe à des colloques. Ses recherches portent sur l’enfance au cinéma, le cinéma italien, l’art à l’écran, ainsi que le cinéaste Wim Wenders.

6Frédéric Cavé, ancien ATER à l’université de Rennes 2, travaille actuellement dans l’édition de DVD de patrimoine. Il s’intéresse notamment à l’histoire de la période politisée des Cahiers du cinéma entre 1965 et 1975 ainsi qu’à celle du cinéma américain classique. Animateur de ciné-club et de la revue The Wild Bunch, il est l’auteur de plusieurs articles consacré à Douglas Sirk, Richard Fleischer, Joe Dante ou à des films classiques tels Chantons sous la pluie ou Casablanca.

7Jean-François Cornu est traducteur professionnel depuis 1985, spécialisé dans le sous-titrage de films et la traduction d’ouvrages consacrés au cinéma et à l’art. De 1994 à 2011, il a également enseigné la traduction et les études cinématographiques à l’Université de Nantes, puis à l’Université Rennes 2. Ses domaines de recherche portent sur la traduction audiovisuelle et sur les aspects historiques et esthétiques du cinéma. Il a contribué à plusieurs ouvrages consacrés à divers aspects du cinéma, ainsi qu’au doublage et au sous-titrage. Il est l’auteur d’une thèse intitulée Le doublage et le sous-titrage des films en France depuis 1931 : contribution à une étude historique et esthétique du cinéma (2004).

8Simon Daniellou est ATER en études cinématographiques à l’université Rennes 2. Il prépare actuellement sous la direction de Gilles Mouëllic une thèse sur la représentation des arts scéniques dans le cinéma japonais. Ses travaux les plus récents portent sur les œuvres de Hou Hsiao-hsien, Kôji Wakamatsu et Hong Sang-soo. Il a écrit pour Les Cahiers de champs visuels (novembre 2012) un article sur la cinéphilie du cinéaste Nicolas Winding Refn.

9Arnaud Duprat, ancien élève du CLCF (Conservatoire Libre du Cinéma Français), est maître de conférences à l’université Rennes 2. Ses recherches, qui adoptent fréquemment une approche transculturelle entre les aires hispaniques et européennes, portent sur les derniers films de Luis Buñuel, ainsi que sur la représentation du personnage à l’écran et la part auctoriale de l’acteur dans la création cinématographique. Il est l’auteur d’articles sur Luis Buñuel, Carlos Saura, Jean-Claude Carrière, Raúl Ruiz, Isabelle Adjani, Pedro Almodóvar et Penélope Cruz, Vittorio de Sica, André Téchiné et Fabrice du Welz. Il a publié en 2011 Le dernier Buñuel, aux Presses universitaires de Rennes (collection « Le spectaculaire ») et a participé en 2012 à l’édition Blu-Ray de Cet obscur objet du désir de Luis Buñuel chez Studiocanal.

10Antony Fiant est maître de conférences HDR en études cinématographiques à l’université Rennes 2. Il travaille sur la question du cinéma contemporain soustractif, qu’il soit de fiction ou documentaire, collabore à plusieurs revues de cinéma (Trafic, Positif et Images Documentaires) et est l’auteur de deux essais monographiques : (Et) Le cinéma d’Otar Iosseliani (fut) (2002, L’Âge d’Homme) et Le cinéma de Jia Zhang-ke. No future (made) in China (2009, Presses Universitaires de Rennes). Il a aussi coordonné deux ouvrages collectifs avec Roxane Hamery, Le Court Métrage français de 1945 à 1968 (2). Documentaire, fiction : allers-retours (PUR, 2008) et avec Roxane Hamery et Éric Thouvenel, Agnès Varda : le cinéma et au-delà (PUR, 2009).

11Pierre-Henry Frangne est professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à l’université Rennes 2 (département d’histoire de l’art). Il travaille sur le symbolisme français, la pensée de Mallarmé, les dimensions esthétiques de l’existence humaine, les relations inter-artistiques (arts plastiques, littérature, photographie, cinéma, musique), sur la nature et le statut des arts à l’époque contemporaine. Auteur de près de 80 articles, il a publié une dizaine d’ouvrages dont : L’invention de la critique d’art (dir.), avec J.-M. Poinsot (Rennes, PUR, 2002) ; La Négation à l’œuvre. La philosophie symboliste de l’art (1860-1905) (Rennes, PUR, coll. « Aesthetica », 2005) ; Alpinisme et photographie (1870-1940), avec Michel Jullien (Paris, Les Éditions de l’Amateur, 2006) ; L’Ombre de Monteverdi. La querelle de la musique moderne (1600-1638) avec X. Bisaro et G. Chiello (Rennes, PUR, coll. « Aesthetica », 2008) ; Filmer l’acte de création, avec G. Mouëllic et C. Viart, (PUR, 2009) ; Ce que vous voyez est ce que vous voyez. Tautologie, littéralité dans l’art contemporain (dir.), avec L. Brogowski (Rennes, PUR, 2009) ; Mallarmé. De la lettre au Livre (Le mot et le reste, Marseille, 2010) ; La pensée esthétique de Gérard Genette, avec J. Delaplace et G. Mouëllic, PUR, 2012.

12Laurent uido est professeur à l’Université de Lausanne. Professeur invité aux Universités de Montréal, Paris Ouest Nanterre La Défense et Bruxelles (ULB), il travaille sur les liens entre film, corporéité et musique, ainsi que sur l’historiographie du cinéma. Il a notamment publié L’Âge du rythme (Payot, 2007), Aux sources du burlesque (AFRHC, 2010, co-dir. L. Le Forestier), Rythmer/Rhythmize (Intermédialités, 2010, co-dir. M. Cowan), et Between Still and Moving Images (J. Libbey/Univ. of Indiana Press, 2012, co-dir. O. Lugon). Il termine un livre sur l’histoire des rapports entre danse et cinéma.

13Roxane Hamery est maître de conférences en études cinématographiques à l’université Rennes 2. Elle a travaillé sur l’histoire du cinéma scientifique consacrant un ouvrage au cinéaste Jean Painlevé (Jean Painlevé, le cinéma au cœur de la vie, PUR, 2009). Ses recherches portent aujourd’hui principalement sur les questions soulevées par les rapports entre cinéma et jeunesse dans l’après Seconde Guerre mondiale (délinquance juvénile, enseignement du cinéma et réseau des ciné-clubs, censure…).

14Damien Keller est doctorant à l’université Rennes 2 où il a été ATER en études cinématographiques de 2009 à 2011. Il achève actuellement une thèse sous la direction de Gilles Mouëllic sur l’œuvre cinématographique et télévisuelle de Jacques Rozier. S’intéressant notamment aux enjeux d’ordre narratologique, il est l’auteur, entre autres, d’un article sur la présence épistolaire dans Les Vampires de Louis Feuillade (Revue de l’AIRE, 2010).

15Sylvie Lecoq est professeure de lettres classiques dans l’enseignement secondaire et doctorante à l’université de Rennes 2 en études cinématographiques. Sa recherche porte sur la dimension autobiographique du cinéma d’Agnès Varda et sur l’esthétique du mouvement dans l’œuvre de la cinéaste.

16Laurent Le Forestier est professeur en études cinématographiques à l’université de Rennes 2, directeur du laboratoire de recherche en études cinématographiques. Il est l’auteur de nombreux articles et de plusieurs ouvrages sur l’histoire du cinéma des premiers temps, l’historiographie du cinéma et l’histoire des discours sur le cinéma en France après la Seconde Guerre mondiale.

17Marie-Anne Lieb est docteure en études cinématographiques (thèse : Naître au monde-le cinéma d’Arnaud Desplechin soutenue en juin 2010) après avoir été ATER de 2007 à 2009 à l’Université de Caen. Elle enseigne actuellement à l’Université Catholique de l’Ouest en parallèle de son activité de formatrice d’éducation à l’image. Ses dernières communications ont pour titre « “Que vois-tu quand tu fermes les yeux ?” : L’androïde ou la cristallisation impossible. À propos de Eva de Kike Maillo » (LISAA, Paris Est Marne la vallée, 2012), « Entre les lignes et les silences : la question de l’intime dans Virgin Suicides de Sofia Coppola » (17e Colloque international de la SERCIA, Dijon, 2012, parution en cours) ; « Voix-offet voix(e) narrative dans l’œuvre d’Arnaud Desplechin » (colloque du CIRPLES, Nice, 2011) et enfin « Desplechin et les acteurs : pratique corporelle, gestuelle et vocale ou un jeu de tempo ». Elle a publié des articles dans les Cahiers de Narratologie (2012) et dans la Revue Double Jeu (sur Resnais, Desplechin et Nuri Bilge Ceylan, entre 2007 et 2011).

18Jean-Baptiste Massuet est doctorant en études cinématographiques à l’université Rennes 2, sous la direction de Laurent Le Forestier et prépare actuellement une thèse sur les hybridations entre le dessin animé et le cinéma en prises de vues réelles. Son approche se situe à un croisement entre historiographie, théorie et esthétique. Ayant à son actif plusieurs publications, au sein d’ouvrages collectifs (Comédie Musicale – Les Jeux du Désir, Pierre Etaix – Histoire d’un Itinéraire) et de revues (1895 – Les Cahiers du Circav – Critique d’Art – Conserveries Mémorielles – The Wild Bunch), il communique régulièrement sur son sujet de recherche, à Rennes, Montpellier, Bath, Dijon, Aix-en-Provence, Lille, Brighton, Lausanne ou encore Montréal.

19Gilles Mouëllic est professeur en études cinématographiques et musique à l’université de Rennes 2 où il dirige l’équipe d’accueil Arts, pratiques et poétiques. Auteur de plusieurs essais consacrés notamment aux rapports entre la musique et le cinéma, il a publié en 2011 aux éditions Yellow Now un ouvrage intitulé Improviser le cinéma.

20Pascale Raynaud est responsable de la programmation cinéma au musée du Louvre. Elle y organise des rétrospectives monographiques, des cycles thématiques en lien avec l’actualité et les collections du musée, des séances de cinéma muet en concert et la projection de films sur l’art. Elle y a initié et y programme les Journées Internationales du Film sur l’Art dont la VIe édition se tiendra en janvier 2013. Elle a également participé à la constitution du Fonds de films sur l’art, dont elle est responsable, qui compte plus d’une centaine de films historiques constituant une « petite histoire du film sur l’art ». Docteur en études cinématographiques, elle s’intéresse particulièrement au cinéma des premiers temps et aux croisements de l’histoire de l’art et du cinéma.

21Valentine Robert est chargée de cours à l’université de Lausanne et doctorante FNS affiliée à l’Université de Montréal (bourse FNS 2012). Sa thèse de doctorat, sous la direction de François Albera, porte sur la relation entre le cinéma des premiers temps et les tableaux – vivants et peints. Codirectrice des colloques et publications Le film sur l’art : entre histoire de l’art et documentaire de création et Jésus en représentations. De la Belle Époque à la postmodernité, elle est l’auteur de nombreux articles sur la relation entre cinéma et peinture, tels que notamment : « La pose au cinéma : film et tableaux en corps à corps » (Figures de l’art, no 22, 2012) ; « Le Verbe en intertitre, l’Icone en photogramme : citations canoniques dans le cinéma muet » (Écritures et réécritures, Peeters, 2012) ; « Jean-Léon Gérôme, un peintre d’histoire présumé cinéaste » (1895. Revue d’histoire du cinéma, no 63, 2011) ; « Le tableau vivant chez Raoul Ruiz ou l’extension de la perception » (Décadrages, no 15, 2010) ; « Quand le film raconte l’image. Variations cinématographiques sur la Cène de Vinci » (Cahiers de narratologie, no 16, 2009) ; « La Belle Noiseuse : une création en deux actes, pictural et filmique » (Filmer l’acte de création, PUR, 2009).

22Éric Thouvenel est maître de conférences en études cinématographiques à l’université Rennes 2, où il enseigne principalement l’esthétique et les théories du cinéma. Auteur d’un ouvrage sur Les images de l’eau dans le cinéma français des années 20 (PUR, 2010), il a codirigé l’ouvrage Agnès Varda : le cinéma et au-delà (PUR, 2009) et publié une vingtaine de textes dans diverses revues et ouvrages collectifs. Ses travaux actuels portent sur le cinéma expérimental, sur Gaston Bachelard, et Jean Epstein. Il mène également une activité de programmation dans divers lieux du Grand-Ouest.

23Christophe Viart enseigne à l’université Rennes 2 et à l’école supérieure européenne d’art de Bretagne, site de Rennes. Ses recherches s’appuient sur l’articulation de l’analyse théorique et de la pratique dans l’expérience artistique. Elles s’intéressent plus particulièrement aux notions d’humour, de dialogisme et de fiction dans l’art contemporain. Il est responsable au sein du laboratoire de recherche en arts plastiques de l’université Rennes 2 de l’axe de recherche « L’actualité de la peinture » et dirige parallèlement un programme doctoral : « Dits et écrits d’artistes : théories et fictions » (EA 3208 Arts : pratiques et poétiques). Il est également associé au programme soutenu par l’ANR portant sur le thème « Filmer la création » ; il a édité dans ce cadre avec G. Mouëllic et P.-H. Frangne l’ouvrage collectif Filmer l’acte de création (Rennes, PUR, 2009).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540