Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Filmer l'artiste au travail

 | 
Gilles Mouëllic
, 
Laurent Le Forestier

5. Institutions

Filmer les arts aux débuts de la télévision : de la grande utopie éducative à la remise en question du média de masse comme outil pédagogique

Roxane Hamery

Texte intégral

1Techniquement, la télévision existe depuis les années 1930 en France, mais c’est dans la seconde moitié des années 1950 que le taux d’équipement des ménages s’accroît, que les grilles de programmes s’enrichissent et que ses statuts sont définis. Cette époque marque donc les vrais débuts de la télévision comme moyen d’information et média de masse. C’est également durant cette décennie que des premiers bilans commencent à être tirés des expériences passées. Des études sociologiques sont notamment initiées sur ses usages, comme celle de Joffre Dumazedier et son équipe du CNRS qui consacrent une étude de terrain aux télé-clubs ruraux sous l’égide de l’Unesco entre 1952 et 1955. La télévision est en effet perçue comme un phénomène sociologique de première importance à une époque « d’avancée sociale » qui voit l’instauration en 1956 d’une troisième semaine de congés payés et l’accroissement du temps réservé aux loisirs.

  • 1 Jérôme Bourdon, Histoire de la télévision sous De Gaulle, Anthropos/INA, Paris, 1990, coll. « Hist (...)
  • 2 Jean Quéval, Jean Thévenot, T.V., Paris, Gallimard, coll. « l’air du temps », 1957, p. 161.
  • 3 Ibid., p. 224-225.
  • 4 Jérôme Bourdon, op. cit., p. 307.

2Dans un ouvrage consacré à l’histoire de la télévision dans ces années, Jérôme Bourdon avance quelques chiffres qui montrent le rôle charnière des années 1950 où se joue le passage d’une époque pionnière à une ère du télévisuel. Les annexes fournies en fin de volume indiquent par exemple que, de 1954 à 1968, le taux d’équipement des ménages passe de 1 % à 61,9 %1. De leur côté, Jean Quéval et Jean Thévenot, auteurs en 1957 d’un ouvrage laconiquement intitulé T. V., précisent que les postes recensés étaient au nombre de 3 794 en 1950 et 442 433 en 19562. Ils prévoient le dépassement d’un million de postes achetés en 1958, principalement dans les zones urbaines et industrielles. Cette progression spectaculaire s’accompagne évidemment d’un accroissement des programmes. Les chiffres fournis dans les deux ouvrages cités se recoupent et permettent d’évaluer quantitativement cette évolution sur l’ensemble de la décennie. Quéval et Thévenot avancent ainsi le chiffre de 24 heures de programmes hebdomadaires en 1950, soit 1 248 heures annuelles3. Et Bourdon, pour le tournant de la décennie, mentionne 2 760 heures en 19594, soit plus du double en dix années.

3Statutairement enfin, la Radio Télévision Français (RTF) est « organisée » en 1958 et placée sous la tutelle du ministre de l’Information. Malgré la création, en février 1959, du ministère des Affaires culturelles dirigé par André Malraux, elle n’a que peu de rapports avec celui-ci. Devenant l’Office de Radio Télévision française (ORTF) en 1964, son ministère de tutelle ne change pas. Sa mission est définie par l’article 1 de ses statuts : « l’ORTF assure le service public national de la radiodiffusion et de la télévision […] en vue de satisfaire les besoins d’information, d’éducation et de distraction du public ». Ces trois mots d’ordre perdureront : information, éducation, distraction, la question de l’art à la télévision étant bien sûr envisagée sous l’angle de l’éducation du public.

Pourquoi montrer l’art à la télévision ?

4Comment se constituent justement les programmes dans ces années et quelle place est réservée aux arts ? Historiquement et statutairement, la télévision a donc d’abord eu pour vocation d’informer. Les actualités sont les premiers programmes diffusés. Le petit écran est d’emblée et avant tout considéré comme moyen d’information. Mais, dans les années 1950, si les heures de programmes augmentent, leur nature varie aussi. Outre les actualités, qui occupent toujours la plus grande place, on peut citer par ordre d’importance : les variétés, les magazines (plateaux en direct ou reportages) et les dramatiques (feuilletons). Comme l’article 1 de ses statuts l’indique, la télévision doit aussi répondre à un idéal humaniste très emblématique de la période. Le premier enjeu de la présence de l’art à la télévision est donc d’abord idéologique car le nouveau média porte de grands espoirs : donner accès au savoir et à la culture à tous les Français. Sa parenté avec le cinéma (premier loisir de masse dans les années 1950), son accessibilité (il suffit de tourner un bouton, chez soi) et son attractivité en font un moyen censément idéal d’éducation et de culture. Les ouvriers, les habitants des campagnes ne pouvant ou n’osant accéder à la culture, on pense que c’est la culture qui viendra à eux.

  • 5 Jean Quéval, Jean Thévenot, op. cit., p. 314.
  • 6 Voir à ce sujet Mélisande Leventopoulos, « Une Église moderne en images : la cause cinématographiq (...)
  • 7 Jean Quéval, Jean Thévenot, op. cit., p. 314.
  • 8 Ibid., p. 320.

5Dans leur ouvrage précédemment cité, Jean Thévenot et Jean Quéval intitulent l’un de leur chapitre « La grande université populaire », reprenant un article de Jean Bedel, journaliste spécialisé sur le milieu de l’art, paru dans Libération en décembre 1955 qui annonçait avec emphase : « le petit écran familial peut être la grande université populaire de l’avenir. Facteur d’unification nationale et moyen de compréhension internationale, la télévision peut et doit devenir une nouvelle forme de culture humaine, propre à exprimer la civilisation universelle de notre époque5 ». Les auteurs poursuivent par les paroles du Révérend Père Pichard, dominicain cofondateur de la revue Radio Cinéma, investi dans un vaste projet de pastorale audiovisuelle6, qui annonçait : « Toute la nation est appelée à enseigner à toute la nation7. » Henri Dieuzeide, pédagogue, collaborateur de l’Unesco et futur directeur des services de radio et télévision scolaire (à partir de 1962) déclarait pour sa part : « La télévision vient poser des questions, engendrer des appétits, éveiller des curiosités. Elle est moins une forme de culture qu’une voie d’accès à tous les moyens de culture8. » À la suite de Thévenot et Quéval, de telles citations émanant de personnalités de tous bords politiques et de toutes tendances religieuses et idéologiques pourraient être multipliées au gré des lectures dans les quotidiens, les revues de cinéma ou les premiers magazines consacrés à la télévision tant elles sont nombreuses, non seulement en France mais aussi à l’étranger.

6En effet, cet engouement est d’autant plus grand qu’il est vécu et partagé à l’échelle mondiale. Si les avancées techniques ne sont pas les mêmes partout, si les normes de diffusion diffèrent selon les pays et posent des problèmes considérables pour la réception et la transmission passées les frontières nationales, les espoirs d’une télévision mondiale qui rapprocherait les peuples sont pourtant bien présents. La télévision montrera aux téléspectateurs toujours plus nombreux le meilleur de l’humanité. Elle est non seulement perçue comme vecteur d’égalité pour l’accession à la connaissance, mais elle est également considérée comme facteur de rapprochement entre les peuples. C’est dire les espoirs que l’on porte sur elle et l’importance que l’on accorde au choix de ses programmes.

La place des arts à la télévision

7Si littérature, théâtre, cinéma, musique et arts plastiques trouvent leur place dans les grilles des programmes de la RTF dès sa création, leurs parts respectives varient considérablement, comme leurs heures de diffusion. Malgré son statut d’organisme public, la télévision est en effet très tôt soucieuse des réactions du public qui ne manifeste pas la même attention ni le même goût pour l’ensemble des arts. Ainsi, le cinéma, le théâtre et la musique, formes d’expressions audiovisuelles que le médium assimile naturellement, ont-ils sa faveur, d’autant plus certainement que ces arts sont intégrés à une certaine forme de culture populaire. Les cas de la littérature et des arts plastiques sont plus problématiques et la rencontre avec le public ne connaît certainement pas le même succès.

  • 9 Sylvain Zegel, « La T.V. a atteint l’âge adulte mais reste sous la tutelle d’une mère abusive », A (...)
  • 10 Max-Pol Fouchet, « La télévision et les arts plastiques », Rapport commandé par l’Unesco en 1971. (...)
  • 11 Jérôme Bourdon, op. cit., p. 308-309.
  • 12 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Seuil, 1962, p. 156.

8Dans son enquête menée pour la revue Arts au début de l’année 1960, Sylvain Zegel reproduit les chiffres communiqués par la RTF qui stipulent que les « arts et littérature » représentent 1 heure 45 de programmes hebdomadaires sur 53 heures de diffusion totale9. Non sans une certaine amertume, Max-Pol Fouchet rapporte quant à lui qu’en 1967 « les émissions sur l’art totalisaient 60 heures par an, pour 83 heures de programme par semaine10 », soit 1,40 % de la programmation globale annuelle, réservée aux arts plastiques seuls. Quant aux tribunes (débats et émissions sur l’actualité des expositions et des arts plastiques, la littérature ou le cinéma par exemple), elles représentent environ 5 % du temps d’antenne entre 1963 et 196911. Les chiffres avancés par Joffre Dumazedier reprennent ceux de la RTF, évoqués également dans la revue Arts. Une rubrique supplémentaire fait cependant son apparition, la « présentation d’œuvres », c’est-à-dire les émissions consacrées aux arts, lettres, théâtre, musique et les films de cinéma, qui représentent 7 heures 45 par semaine en 1959, soit 15 % des programmes (sur 53 heures hebdomadaires). Dans le détail, la sous-catégorie des « arts et lettres » occupe donc 1 heure 45 du temps d’antenne, soit un peu plus de 3 %12. En tout état de cause donc, les arts peinent à trouver leur place sur le petit écran, dès lors qu’ils appartiennent à des catégories « hautes » de la culture.

  • 13 Jean-Loup Dabadie, « Terre à terre des arts », Arts, 13 juillet 1960, p. 6.

9Ces données doivent encore être complétées par quelques précisions relatives aux horaires de diffusion de ces émissions qui sont généralement programmées à partir de 22 heures en semaine ou le dimanche, n’ayant ainsi que bien peu de chance de rencontrer et fidéliser un public. Les journalistes s’en plaignent, comme Jean-Loup Dabadie, en 1960 : « Max-Pol Fouchet met les arts à la portée de toutes les vues. Terre des arts est une émission indispensable, attirante, vivante […] qu’il est sot de reléguer en fin de programme, aux heures où s’atténue l’attention13. » Fouchet le regrette et le condamne encore en 1971 :

  • 14 Max-Pol Fouchet, « La télévision et les arts plastiques », Rapport commandé par l’Unesco en 1971. (...)

« En France, la politique de programmation, pour satisfaire ces deux publics, est des plus simplistes : les émissions faciles et amusantes sont diffusées tôt dans la soirée, les émissions intellectuelles sont proposées à une heure tardive. Ainsi se voient lésés ceux qui réclament de la t.v. une initiation et ceux qui attendent d’elle des possibilités de réflexion, les uns et les autres se trouvant pour des raisons diverses, dans l’impossibilité de veiller. D’autre part, les émissions culturelles se voient confinées dans une sorte de ghetto horaire14. »

10Les arguments avancés par les dirigeants pour expliquer de tels choix de programmation ont de quoi surprendre au vu des ambitions affichées par l’ORTF depuis sa création. C’est ainsi qu’en 1966, Philippe Ragueneau, sous-directeur du programme général de la télévision explique à Jacques Siclier dans Le Monde :

  • 15 Jacques Siclier, « Entretien avec M. Philippe Ragueneau sur l’organisation des programmes », Le Mo (...)

« Du fait des tensions de la vie moderne, le téléspectateur moyen n’est pas entièrement réceptif, à l’instant où il rentre chez lui, après sa journée de travail. Si on lui offre à ce moment là une très belle émission sur Rembrandt, il la regardera distraitement. Il faut donc le mettre en “état de grâce”.
Je ne crois qu’on puisse priver les Français de détente, en début de programme. Mais il faut, évidemment que cela ne nuise pas à la qualité culturelle. On peut faire des émissions s’alignant sur un niveau moyen de culture, tel Le Monde de la musique, et les passer tôt. On pourrait, de temps en temps, placer à l’heure de pointe (elle réunit 20 millions de téléspectateurs, chiffre assez fabuleux) une émission culturelle dont la puissance attractive accrocherait les gens et leur permettrait aussi, de se détendre15. »

  • 16 Voir notamment le dossier consacré à cette question par Jacques Mourgeon, « Situation de la télévi (...)

11Mais peut-on réellement créditer d’une ambition sincère ces propos qui justifient l’heure tardive de diffusion des émissions culturelles par une stratégie de mise en condition du public et de soin à apporter à son bien-être après une dure journée de travail ? Le raisonnement paraît pour le moins spécieux et force est de constater que la télévision française, malgré la qualité de certains de ses programmes et l’engagement sincère de la première génération de professionnels qui s’y investit, pratique très tôt un certain nivellement culturel. Une première fracture intervient en 1964, lorsqu’une réforme de la RTF est annoncée et largement contestée par le personnel de l’institution. L’organisme d’État devenant un établissement public, industriel et commercial (toujours sous la tutelle du ministre de l’Information), le contrôle du budget est au cœur de toutes les préoccupations et la question de l’apparition de la publicité à l’écran commence à poindre, inquiétant les professionnels soucieux d’indépendance et de la mission culturelle de la télévision16.

  • 17 Jean-Luc Dejean, « La télévision et les Beaux-arts », Études cinématographiques, no 16-17, 2e trim (...)

12Il serait donc erroné de croire que les espoirs portés sur la télévision sont à l’époque alimentés par une situation très favorable aux arts et à la culture. On parle souvent de ces premières années comme d’un âge d’or pour l’art à la télévision, mais il semble que beaucoup de témoignages optimistes de l’époque soient nourris par l’idée d’un « avenir meilleur » pour ce moyen d’information qui n’en est qu’à ses débuts et ne demande qu’à faire ses preuves. C’est là déjà tout le paradoxe de la place réservée aux arts à la télévision : jugés indispensables par ceux qui les font dans un souci d’éducation, ces programmes sont, malgré tout, parmi les plus critiqués et les moins regardés. Le témoignage de Jean-Luc Dejean dans Études cinématographiques, en 1962, permet de juger des difficultés que les émissions sur l’art ont eu à s’imposer sur les ondes. Dejean est l’un des producteurs de l’émission Plaisir des arts, diffusée en 1959 et de sa suite, Terre des arts : « Les premières tentatives d’émissions sur l’art furent des échecs, ou des victoires personnelles d’auteur, sans valeur réelle pour l’avenir de cette discipline. Elles firent de plus naître des critiques de fond assez importantes pour mettre en question cet avenir même17. » Dejean poursuit en expliquant que ces émissions se situent dans un entre-deux inconfortable : jugées trop élitistes par une grande partie du public, elles sont aussi perçues comme trop légères et superficielles par les amateurs et connaisseurs d’art. Toute la difficulté de la télévision est bien là, dans l’indétermination du public auquel elle s’adresse et le fait pose des problèmes complexes aux concepteurs de ces émissions.

  • 18 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, op. cit., p. 155.

13Cette valeur éducative que la télévision entend pourtant défendre et qui entre dans ses statuts, est davantage à prendre au sens d’une ouverture sur le monde et recouvre aussi bien les émissions sur les arts plastiques, la littérature, etc. que des émissions de voyage, sur les animaux, sur des faits de société. Ses dirigeants, pas plus que ses observateurs, ne hiérarchisent généralement ces domaines. Il s’agit de définir, de défendre et de promouvoir une culture dite populaire. En 1962, Dumazedier insiste d’ailleurs sur l’idée qu’il n’est ni possible ni souhaitable d’analyser la télévision comme objet culturel, mais qu’il faut l’envisager comme phénomène culturel18. Sa forme, son contenu ne pourront être jugés au même titre qu’une œuvre appartenant à la « haute culture » (l’expression est de lui). Très tôt donc, la télévision a affirmé – et on a reconnu – sa place particulière dans la sphère culturelle : ni coupée d’elle, ni intégrée à elle, elle occupe une fonction de médiateur. Elle est un moyen de culture. Bien évidemment, ce fait aura son importance sur la manière d’envisager la réalisation à la télévision et notamment, celle des films et émissions consacrés aux arts.

Les télé-clubs

  • 19 Joffre Dumazedier avec la collaboration de André Kedros et Barbro Sylwan, Télévision et éducation (...)

14Du côté des téléspectateurs, cet idéal de la télévision comme moyen de culture est relayé par la mise en place de télé-clubs, sur le modèle des ciné-clubs. Leurs animateurs souhaitent permettre aux personnes qui n’ont pas les moyens de s’offrir un poste ou ne peuvent recevoir les programmes encore inégalement diffusés sur le territoire (à la campagne notamment) d’avoir accès aux émissions et d’organiser des discussions. D’après les chiffres avancés par Dumazedier, le nombre de ces télé-clubs ruraux s’accroît considérablement dans les années 1950. De deux ou trois clubs en 1950, on en compte 180 en 1954, répartis dans dix départements19. Leurs spectateurs sont de tous âges, de toutes professions, essentiellement donc dans des zones rurales mal desservies.

  • 20 Ibid., p. 287.
  • 21 Pasquier D., « La télévision : mauvais objet de la sociologie de la culture ? », colloque bilatéra (...)

15Aujourd’hui une étude de terrain telle que celle que Dumazedier et son équipe ont entrepris dans la première moitié des années 1950 reste précieuse, à double titre. Les témoignages et les données chiffrées recueillis et analysés par les sociologues sur les relations du public à la télévision apportent nombre de renseignements sur les goûts des spectateurs et leurs aspirations face au petit écran. Parmi les questions soulevées par l’étude, l’auteur mentionne celles-ci : « On peut évaluer l’intérêt suscité par l’émission : Qu’en pense-t-on ? Quelle est l’intensité de l’approbation et celle de la désapprobation ? Quel est le nombre de ceux qui approuvent et de ceux qui désapprouvent l’émission, parmi les différentes catégories du public ? etc.20. » Le télé-club – comme son proche parent le ciné-club – offre en outre un lieu d’observation privilégié du public. Certes, on objectera que ces téléspectateurs bien spécifiques, qui se réunissent pour voir et discuter ensemble de programmes donnés, ne sont pas représentatifs de la majorité des Français qui regardent la télévision chez eux, dans l’intimité du foyer. Mais l’on sait, comme l’a par exemple expliqué Dominique Pasquier, que l’étude des modes de « consommation » des programmes télévisuels au domicile des personnes interrogées est tout aussi biaisée par l’intrusion du sociologue dans le foyer21. Ajoutons également que l’étude menée par Dumazedier et son équipe renseigne indirectement mais de façon précieuse, sur l’idéologie qui gouverne, ces années là, sociologues et animateurs de télé-clubs qui voient dans l’avènement des loisirs de masse, tels que le cinéma ou la télévision, des moyens d’éducation populaire sans précédents.

16Car le rôle de Dumazedier n’est pas neutre en effet. Entré au CNRS en 1953, il y crée une équipe de recherche consacrée à la « sociologie du loisir et de la culture populaire » qui rassemble des sociologues et des psychologues. Dumazedier est par ailleurs le co-fondateur de l’association Peuple et Culure avec, entre autres, Benigno Cacérès. Rappelons brièvement les ambitions de ce mouvement, apparu après la disparition de l’école des cadres d’Uriage, en citant son Manifeste de 1945 :

  • 22 Le Manifeste de Peuple et Culture, daté de 1945 est disponible sur le site Internet de l’associati (...)

« Il ne s’agit pas de donner à l’esprit des connaissances, mais de développer ses facultés. Avant de “faire de l’histoire”, il faut créer dans l’esprit le réflexe historique. Avant de “faire de la géographie”, il faut habituer l’esprit à se situer dans l’espace. Avant d’exposer une théorie économique, il faut exercer l’esprit à passer des faits aux causes, des causes aux théories, des théories à l’action. Bref, avant de présenter un enseignement culturel, il faudrait développer une aptitude culturelle. Ce n’est ni la lecture du journal, ni la fréquentation du cinéma qui ont donné à l’esprit du travailleur la musculature mentale nécessaire pour parcourir et explorer les régions de la connaissance qui lui sont jusqu’alors restées inconnues. Sans faire renaître la rhétorique ou la scolastique, nous développerons cette musculature par un véritable ENTRAINEMENT MENTAL22. »

17Le rôle de militant de Dumazedier au sein de Peuple et Culture ne peut être envisagé séparément de son travail de sociologue et lui-même fait clairement mention de ses ambitions d’éducateur dans ces innombrables articles et ouvrages parus sur les loisirs. Il ne s’agit pas en effet ici d’observer à distance, de façon neutre, un fait de société nouveau mais de l’étudier pour tenter justement d’employer les connaissances acquises à des fi ns d’apprentissage. Le rêve d’un grand mouvement populaire en faveur de la culture émerge afin de rompre avec la rigidité des institutions et avec le modèle de domination bourgeois, élitiste, en matière d’éducation.

  • 23 Joffre Dumazedier avec la collaboration de André Kedros et Barbro Sylwan, op. cit., p. 267-268.
  • 24 Ibid., p. 269.
  • 25 Ibid., p. 239.

18Le principe de fonctionnement des télé-clubs est le même que celui des cinéclubs : regarder des programmes et les discuter en fin de soirée, au cours de débats entre animateurs et téléspectateurs. Toutes les émissions sont concernées, sans distinction : aussi bien les journaux télévisés que les divertissements, les dramatiques ou les émissions culturelles. Pourtant, dans ces enquêtes de terrain menées autour de 1955, Dumazedier et son équipe ne peuvent que remarquer que les émissions sur les arts et la littérature sont parmi les moins appréciées ! Dans les questionnaires distribués à la sortie des télé-clubs, les adhérents sont interrogés sur « les émissions, les sujets et la façon de présenter qu’ils aimeraient voir disparaître de la télévision ». Les auteurs de l’enquête ont soin de préciser que peu de sondés ont répondu à la question puisque, par définition, les membres des télé-clubs sont favorables aux programmes qu’ils se réunissent pour voir et discuter ensemble. Lectures pour tous (émission littéraire existant de 1953 à 1968) est néanmoins mentionnée par treize personnes et les « émissions d’art » par quatre adhérents sur soixante-et-un ayant répondu à cette question, « parce qu’on ne voit pas les couleurs23 ». Certes, le nombre des personnes clairement réfractaires à ces émissions est relativement bas, mais ce désamour se confirme par d’autres observations indirectes. Ainsi remarque-t-on qu’elles ne sont curieusement jamais mentionnées parmi les réponses aux questions portant sur les programmes choisis pour développer les connaissances, l’instruction générale ou simplement s’informer24. Enfin, la réponse à une question plus précise encore sur les émissions les mieux aptes à faire connaître « les grandes découvertes de la science et les œuvres célèbres du cinéma, du théâtre, de la littérature et les grandes œuvres des musées », place en tête les films cinématographiques et les programmes scientifiques, les émissions sur les arts n’étant pas désignées en tant que telles25.

Audiences et taux de satisfaction des téléspectateurs

19Dans la presse, articles, sondages et courriers des lecteurs abondent dans ce sens. Un grand referendum publié par le quotidien régional Nord-Éclair en 1961 permet de mesurer le succès des principales émissions diffusées par la RTF. Les chiffres montrent de prime abord les audiences tout à fait enviables des émissions consacrées aux arts puisque Parlons théâtre serait suivi par 69,9 % des spectateurs, les pièces du répertoire classique par 88,07 % d’entre eux, Lectures pour tous par 76,51 %, Terre des arts de Max-Pol Fouchet par 68,4 %, les émissions de Jean-Marie Drot (Le Cabinet de l’amateur et L’Art et les hommes) par 64,2 % et Les Secrets des chefs d’œuvres de Madeleine Hours-Miédan par 62,58 % des spectateurs ayant répondu à cette enquête. Mais les notes attribuées à ces mêmes programmes conduisent à relativiser leur succès apparent : Lectures pour tous obtient ainsi une note de 8,92/20, Terre des arts 8,08/20, les émissions de Jean-Marie Drot 6,88/20 et Les Secrets des chefs d’œuvres 5,78/20. À titre de comparaison, indiquons que l’opérette est gratifiée d’un 14/20, les pièces de boulevard obtiennent 13,02/20 et la meilleure note étant attribuée à la série policière Les Cinq dernières minutes qui se voit accorder 18,25/20. Analysant les résultats de ce referendum, le journaliste avance comme explication à ce jugement implacable la difficulté d’accès de ces émissions pour le plus grand nombre à qui « elles semblent bien abstraites ». Il est vrai que les courriers adressés par des lecteurs à certains quotidiens ou journaux spécialisés ne manquent pas d’être critiques, comme par exemple celui qui paraît dans Écho soir en 1960 qui vient confirmer la défiance que certains téléspectateur entretiennent vis-à-vis de programmes jugés élitistes :

  • 26 M. Lévy, « TV et grand public », Écho soir, 30 octobre 1960.

« Je pense que la télévision ne s’adresse pas assez au grand public. La plupart du temps les émissions intéressent seulement les esprits cultivés dans l’art, la littérature, la musique, la danse classique etc. Le grand public désire voir des films soumis à la primauté de l’action et non des émissions où la magie du style est liée à l’expression personnelle d’un auteur26. »

  • 27 Stephen Hécquet, « La télévision », Arts, no 771, 20-26 avril 1960, p. 16.

20Loin d’être anecdotique ou isolé, le témoignage confirme les observations effectuées par les sociologues du loisir comme les témoignages des professionnels, dont celui de Jean-Luc Dejean précédemment cité. De son côté, Stephen Hécquet dans l’hebdomadaire Arts en 1960 avance d’autres chiffres également révélateurs de l’ambivalence des réactions du public face à ces émissions, puisque selon le sondage auquel il fait référence – sans en donner la source exacte – « Terre des arts n’intéresse que 13 % des téléspectateurs », mais « 100 % de ces téléspectateurs se déclarent contents de l’émission. De même 33 % seulement des téléspectateurs assistent à Lectures pour tous (ce qui n’est pas un pourcentage négligeable), mais 98 % de ces 33 % ne trouvent rien à ajouter ou à retrancher27 ». La mise en perspective des chiffres avancés dans les deux sondages invite à la prudence car l’on ne peut qu’être frappé par les conclusions opposées auxquelles ils aboutissent. Alors que le premier sondage semble indiquer que beaucoup de Français regardent ces émissions sans y trouver véritablement d’intérêt personnel, le second avance des chiffres plus bas mais un taux de satisfaction bien supérieur ! Le vocabulaire employé dans l’article de la revue Arts est certes ambigu puisque la première question porte sur l’intérêt des téléspectateurs alors la seconde ne mentionne plus que le nombre de ceux qui y assistent, ce qui ne revient pas du tout au même. Combien en effet, au temps de la chaîne unique, voient ces émissions par habitude, « regardent la télévision » quel qu’en soit en effet les programmes, ce que semble montrer la première enquête ? Mais en tout état de cause, les deux sondages se rejoignent sur ce point : l’ensemble des émissions sur les arts et la littérature ici citées ne parvient pas à fidéliser et ne concerne qu’une minorité des téléspectateurs.

Dix ans de films sur l’art à la télévision

  • 28 Jean-Marie Drot, Dix ans de films sur l’art à la radio-télévision française, Unesco, 1963, disponi (...)
  • 29 Ibid., p. 6.
  • 30 Ibid., p. 25.

21En 1963, l’Unesco commande à Jean-Marie Drot un rapport sur l’histoire du film sur l’art à la télévision, ses enjeux et perspectives28. Ce document dactylographié de vingt-sept pages se révèle intéressant à plus d’un titre. Non seulement l’auteur y dresse un inventaire détaillé des programmes produits dans le domaine du film sur l’art depuis le début des années 1950, mais il donne aussi des renseignements techniques précieux sur les outils mis à disposition des réalisateurs de la RTF à cette époque (caméras, bancs-titres, etc.) et détaille, avec un souci critique évident, ses propres expériences. Le constat que le rapport dresse dans ses premières pages montre qu’en 1963 déjà le regard sur la vocation éducative de la télévision a grandement évolué. Les élans lyriques des premiers commentateurs semblent oubliés et Drot ne manque pas de noter que le problème inéluctable de la télévision demeure son impossibilité à connaître et circonscrire son public. Ses programmes sont voués à susciter l’ennui chez les uns ou à être jugés légèrement par les autres, le contentement général étant difficile à atteindre. Le film sur l’art s’avère particulièrement concerné et, ainsi que Drot le mentionne, il paraît tout à fait absurde de demander à la télévision de suppléer le rôle des musées, la rupture entre l’art et la société étant consommée depuis longtemps. Aussi l’ambition du réalisateur ne devra-t-elle pas se confondre avec celle de l’éducateur. Elle devra être plus modeste sur le plan éducatif mais plus grande sur le plan artistique. Il s’agit d’une part de fuir à tout prix le didactisme, ne pas tenter d’éduquer mais de « vaincre le pire des ennemis, c’est-à-dire l’indifférence29 » par des films exigeants, personnels et subjectifs, véritables œuvres de création à part entière qui seront les plus aptes à susciter l’intérêt et éveiller la curiosité. D’autre part, il faut oser affirmer que ce média ne se résume pas à son seul pouvoir informatif : « la télévision, consciemment ou non, systématique ou non, est devenue presque partout le producteur principal de ce qu’il faut bien appeler une encyclopédie culturelle30 ».

22Cependant, Drot insiste avec justesse dans ses conclusions sur une autre difficulté, interne à l’institution cette fois, qui anticipe l’évolution malheureuse des politiques culturelles à la télévision en pointant le manque de soutien à la (re)diffusion et à l’archivage des émissions produites, « enterrées » dès après leur premier passage sur le petit écran. La télévision a peu de mémoire en effet, ignorant la notion de patrimoine télévisuel comme il existe un patrimoine cinématographique, ce qui dit bien le peu de considération porté finalement à l’ensemble de ses émissions. Moyen d’information plus que d’expression, média lié à l’actualité et non à la durée, les images produites sont vouées à une existence éphémère qu’elle que soit leur nature, leur vocation et leur contenu :

  • 31 Ibid., p. 25-26.

« Habitués au direct, les hommes de télévision ont parfois tendance à limiter leurs efforts au seul passage à l’antenne. Ensuite se préoccupe-t-on d’étudier la possibilité de diffusions secondaires ? Par exemple dans les circuits éducatifs ? Par exemple dans les musées ? Dans les salles spécialement aménagées pour la présentation des films de télévision ? […] après avoir été diffusé, et une seule fois en général, le film sur l’art est enfoui dans une cinémathèque. Sa carrière est alors terminée, sauf à de rares exceptions près31. »

23Cette époque pionnière de la télévision française renferme donc bien des paradoxes. Il ne fallut pas dix ans pour constater les inadéquations fondamentales entre les ambitions éducatives originelles d’un média de masse qui devait apporter la culture à domicile sans distinction d’âge, de sexe, d’environnement social et géographique, et ses capacités véritables. De l’utopie à l’interrogation puis au doute, le virage amorcé dès le début des années 1960 devait laisser un goût amer à certains acteurs de cette période comme Jean-Marie Drot qui en 2003 écrivait encore :

  • 32 Jean-Marie Drot, Dictionnaire vagabond, op. cit., p. 375-376.

« À la fin de L’Intemporel, le dernier livre publié de son vivant, Malraux écrit : “Symboliquement, à la mort de Picasso, l’école de Paris finit, l’audiovisuel commence […] L’audiovisuel achève la révolution commencée par le Musée imaginaire : le nouveau Louvre c’est lui.” Je relis ces phrases pleines de générosité et d’intelligence, mais probablement aussi d’une certain illusion, car en France, qu’il soit de gauche ou de droite, les hommes politiques ont délibérément sacrifié sur l’autel de l’audimat et de la publicité le vaste programme culturel qu’avait imaginé André Malraux pour la télévision de service public. J’ajouterai qu’à ses yeux ce projet était aussi décisif pour l’avenir de notre pays que l’ont été les lois de Jules Ferry sur l’enseignement laïque, gratuit et obligatoire32. »

Notes

1 Jérôme Bourdon, Histoire de la télévision sous De Gaulle, Anthropos/INA, Paris, 1990, coll. « Histoires », p. 303.

2 Jean Quéval, Jean Thévenot, T.V., Paris, Gallimard, coll. « l’air du temps », 1957, p. 161.

3 Ibid., p. 224-225.

4 Jérôme Bourdon, op. cit., p. 307.

5 Jean Quéval, Jean Thévenot, op. cit., p. 314.

6 Voir à ce sujet Mélisande Leventopoulos, « Une Église moderne en images : la cause cinématographique du père Raymond Pichard (1947-1955) », 1895, no 63, printemps 2011, p. 71-89.

7 Jean Quéval, Jean Thévenot, op. cit., p. 314.

8 Ibid., p. 320.

9 Sylvain Zegel, « La T.V. a atteint l’âge adulte mais reste sous la tutelle d’une mère abusive », Arts du 17 au 23 février 1960, p. 15.

10 Max-Pol Fouchet, « La télévision et les arts plastiques », Rapport commandé par l’Unesco en 1971. Document non publié dont le manuscrit est conservé à l’Imec (FCH 156.1), p. 5.

11 Jérôme Bourdon, op. cit., p. 308-309.

12 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Seuil, 1962, p. 156.

13 Jean-Loup Dabadie, « Terre à terre des arts », Arts, 13 juillet 1960, p. 6.

14 Max-Pol Fouchet, « La télévision et les arts plastiques », Rapport commandé par l’Unesco en 1971. Document non publié dont le manuscrit est conservé à l’Imec (FCH 156.1), p. 3.

15 Jacques Siclier, « Entretien avec M. Philippe Ragueneau sur l’organisation des programmes », Le Monde, 9 avril 1966, p. 12.

16 Voir notamment le dossier consacré à cette question par Jacques Mourgeon, « Situation de la télévision française », Image et Son, no 186, juillet 1965, p. 2-11.

17 Jean-Luc Dejean, « La télévision et les Beaux-arts », Études cinématographiques, no 16-17, 2e trimestre 1962, p. 86-87.

18 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, op. cit., p. 155.

19 Joffre Dumazedier avec la collaboration de André Kedros et Barbro Sylwan, Télévision et éducation populaire, Paris, Unesco, 1955, p. 48.

20 Ibid., p. 287.

21 Pasquier D., « La télévision : mauvais objet de la sociologie de la culture ? », colloque bilatéral franco-roumain, CIFSIC, Université de Bucarest, 28 juin – 3 juillet 2003, consultable en ligne à l’adresse suivante : [http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/06/22/48/PDF/sic_00000637.pdf]

22 Le Manifeste de Peuple et Culture, daté de 1945 est disponible sur le site Internet de l’association

à l’adresse suivante : [http://www.peuple-et-culture.org].

23 Joffre Dumazedier avec la collaboration de André Kedros et Barbro Sylwan, op. cit., p. 267-268.

24 Ibid., p. 269.

25 Ibid., p. 239.

26 M. Lévy, « TV et grand public », Écho soir, 30 octobre 1960.

27 Stephen Hécquet, « La télévision », Arts, no 771, 20-26 avril 1960, p. 16.

28 Jean-Marie Drot, Dix ans de films sur l’art à la radio-télévision française, Unesco, 1963, disponible en ligne sur la base de données Unesdoc : [http://www.unesco.org/new/fr/unesco/resources/online-materials/publications/unesdoc-database/].

29 Ibid., p. 6.

30 Ibid., p. 25.

31 Ibid., p. 25-26.

32 Jean-Marie Drot, Dictionnaire vagabond, op. cit., p. 375-376.

Auteur

Maître de conférences en études cinématographiques à l’université Rennes 2. Elle a travaillé sur l’histoire du cinéma scientifique consacrant un ouvrage au cinéaste Jean Painlevé (Jean Painlevé, le cinéma au cœur de la vie, PUR, 2009). Ses recherches portent aujourd’hui principalement sur les questions soulevées par les rapports entre cinéma et jeunesse dans l’après Seconde Guerre mondiale (délinquance juvénile, enseignement du cinéma et réseau des ciné-clubs, censure…).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540