Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Filmer l'artiste au travail

 | 
Gilles Mouëllic
, 
Laurent Le Forestier

2. Répétitions

Répétitions

Texte intégral

1Les trois textes de cette partie témoignent de l’importance et de la diversité des stratégies des créateurs confrontés à la nécessité de préparer une performance collective. Si cinéma, théâtre et musique se trouvent ici réunis à plusieurs reprises, c’est autant pour mettre en exergue ce qui peut les réunir que l’importance de ce qui les sépare, certaines performances étant destinées à des représentations multiples, d’autres à être captées par un appareil d’enregistrement pour devenir le matériau d’un film à faire. Le court métrage d’Harun Farocki consacré au travail de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet à partir d’un fragment d’Amerika de Franz Kafka est exemplaire de l’exigence nécessaire à un projet dont le but est, modestement, de donner à voir quelque chose de la création en acte. Cinéaste lui-même, très proche du couple Straub et Huillet, Farocki enregistre sans contrainte la lente maturation du travail en cours sur une seule scène, avant de montrer, dans la dernière partie, le tournage d’un plan correspondant à cette même scène : observer et seulement cela, ne pas questionner les protagonistes, faire confiance aux seules images, au seul cinéma. La « théâtralité » du cinéma des Straub, très souvent étudiée, semble ici, une fois encore, affirmée avec une grande force par Antony Fiant. La recherche d’une « juste diction » rappelle à la fois le travail d’un metteur en scène de théâtre avec ses comédiens confrontés à une pièce de Racine et la précision nécessaire aux musiciens aux prises avec le phrasé d’un concerto de Mozart sous l’autorité du chef d’orchestre. Rendre justice à Kafka, à Racine ou à Mozart, faire surgir, dans le présent de la performance, le poids et la complexité de chaque mot ou de chaque note, tel est l’horizon de ce travail qui consiste à donner vie peu à peu à ces signes couchés sur papier, en attente de corps. Mais la dernière partie du film de Farocki affirme avec une détermination tranquille la spécificité du cinéma. Devant la caméra, au moment de la prise, la répétition n’a plus seulement pour but d’atteindre l’essence d’une réplique ou d’un geste. Ce que cherche alors Jean-Marie Straub en épuisant le chargeur de la caméra, c’est le surgissement du hasard, de la vie même dans son incertitude, un geste, un regard, une intonation qui viendra nourrir la scène d’une présence inquiète, impossible à anticiper. Dans le cinéma de Straub et Huillet, tout le travail de préparation, s’il témoigne en apparence d’une volonté de maîtrise, est là pour rendre possible la prise comme évènement unique, comme aventure du présent.

2Avec Léo. En jouant « Dans la compagnie des hommes », l’étrange film d’Arnaud Desplechin, on est loin de la sobriété toute straubienne de Farocki. En mêlant dans le même mouvement des images de répétitions filmées en vidéo par le metteur en scène lui-même et la fiction à laquelle ont donné lieu ces répétitions, Desplechin prend le risque calculé d’associer sans provocation deux régimes d’images qui revendiquent par leur nature même leur hétérogénéité. La continuité narrative est respectée mais, au milieu d’une séquence appartenant au film achevé, surviennent des images de ces mêmes séquences en cours de répétition captées en vidéo « amateur », avant de revenir sans crier gare à l’apparent achèvement des images en 35 mm. Desplechin n’hésite donc pas à montrer une séquence et le travail qui a précédé à son accomplissement. Outre l’origine théâtrale du projet (une pièce d’Edward Bond), la naissance d’un véritable collectif dans le lieu unique où se déroule la semaine de répétitions avant le tournage est une forme d’hommage à cet idéal communautaire que semble être la troupe de théâtre. Cette réflexion sur la frontière entre l’acteur et le personnage, sur le passage entre documentaire et fiction, est aussi une habile méditation sur la croyance du spectateur, celui-ci ne cessant, malgré l’hétérogénéité du matériau, d’adhérer à la fiction qui se déploie devant lui. Si l’étude de Marie-Anne Lieb prend en compte à juste titre d’autres répétitions appartenant à de pures fictions (dans Esther Kahn par exemple), le cas de Léo. En jouant « Dans la compagnie des hommes », entre théâtre et cinéma, entre répétitions et achèvement (mais qu’est ce que cet achèvement sinon une répétition de plus ?) mériterait à lui seul un passionnant essai.

3Cette tension entre répétitions théâtrales et répétitions cinématographiques trouve une nouvelle expression, tout aussi inattendue, dans le film de Benoît Jacquot consacré à un spectacle théâtral mis en scène par Brigitte Jacques à partir des leçons données par Louis Jouvet à une élève du conservatoire préparant le rôle d’Elvire dans le Dom Juan de Molière. Surprenante mise en abîme en effet que ce cinéaste filmant une mise en scène théâtrale, elle-même inspirée par le travail singulier d’un illustre professeur amenant une jeune actrice à s’approprier un personnage emblématique du répertoire. On retrouve ici la relation de maître à élève, déjà à l’œuvre dans Esther Kahn, mais cette relation n’est plus pensée à partir de la vie mouvementée d’une adolescente. On ne saura rien d’autre de Claudia (Maria de Medeiros) que se qui se joue entre elle et son maître sur le plateau (interprété par Philippe Clévenot). Le théâtre, rien que le théâtre, avec pour seul enjeu le chemin parcouru par Claudia pour parvenir à l’« état d’interprète », au « sentiment ». La métaphore musicale, déjà suggérée par Desplechin dans la recherche de la note juste, est ici plus que jamais opérante : Louis Jouvet est un pianiste virtuose pesant avec une élève douée le poids de chaque geste, évaluant la profondeur de chaque note pour donner à entendre la densité d’une mélodie. Contrairement à Farocki qui observait le travail des Straub en train de se faire, contrairement à Desplechin enregistrant jour après jour les étapes de la création collective, Benoît Jacquot enregistre un travail de théâtre déjà achevé, une mise en scène déjà fixée et destinée à être réinterprétée soir après soir. Le work in progress est ici simulé, la fragilité de la progression de Claudia vers le rôle d’Elvire n’étant que représentation, même si le seul public est celui de l’équipe de cinéma et la pièce redécoupée selon les besoins et les désirs du cinéaste. Entre les silences des Straub, le mouvement incessant de Léo. En jouant « Dans la compagnie des hommes » et la virtuosité parfaitement maîtrisée des acteurs du film de Jacquot, le spectateur de cinéma est confronté à une perception du temps d’une nature fort différente : l’enregistrement d’un présent de la création laisse place à la simulation, chacune de ces temporalités révélant la diversité de ce que l’on appelle le jeu d’acteur.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540