Version classiqueVersion mobile

De Charcot à Charlot

 | 
Rae Beth Gordon

Chapitre V. Hypnotisme, somnambulisme et le cinématographe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je hais Valentino ! Je hais ses cheveux en cuir verni, et son regard insistant d’un Svengali. »
Dick Dorgan, « A Song of Hate ».

Les dynamiques de dédoublement, d’imitation et d’automatisme (surtout les mouvements mécaniques) que l’on trouve dans l’hystérie et dans le somnambulisme sont au sein du monde du spectacle entre 1875 et 1913. Le premier roman de George Du Maurier, Peter Ibettson (1890) est lui aussi basé sur une double existence partagée entre rêve et veille et, comme Trilby, a été également adapté pour l’écran1. « Cette histoire singulière, surnaturelle (weird) empoigne le lecteur et le tient comme dans une vis. » Un autre compte-rendu du roman promet que « beaucoup de lecteurs seront poussés à essayer la recette donnée dans le récit pour “rêver vrai2 ” ». L’idée du journaliste selon laquelle le récit va instaurer chez le lecteur le désir d’imiter les étranges états psychiques du héros devrait nous intéresser. Les qualités citées dans les compte-rendus de ce roman apte à ...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search