Version classiqueVersion mobile

De Charcot à Charlot

 | 
Rae Beth Gordon

Chapitre III. Le Café-Concert et le Corps déchaîné

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« On mettait son système nerveux à l’unisson des trépidations de la musique d’Offenbach et l’on devenait immanquablement hystérique et quelquefois aliéné. »
Dr Paul Max Simon, 1877.

Les recherches psycho-physiologiques sur les mécanismes de l’imitation (voir les chapitres i et ii) ont coïncidé temporellement avec les performances que l’on va considérer dans ce chapitre. En effet, les notions sur l’imitation inconsciente constituent une toile de fond incontournable aux mises en scène de l’épilepsie et d’autres variétés du corps déchaîné au café-concert. Je m’efforce de montrer ici que l’influence du café-concert sur la mentalité fin de siècle est loin d’être mineur : le langage convulsif du corps et l’irruption de tics et de grimaces ont formé les bases d’une nouvelle esthétique dans le spectacle populaire et, plus tard, dans l’art « sérieux ». En effet, les performances aux cafés-concerts et, à un moindre degré, au cabaret dans le dernier quart du XIXe siècle ont été très fortement in...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search