Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographies de peintres à l’écran

 | 
Patricia-Laure Thivat

Bio-graphie : Ivre de femmes et de peinture d’Im Kwon-taek, 2001

Roland Carrée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tourné en 2001 et sorti en France en 2002, Ivre de femmes et de peinture/Chihwaseon1 est le quatre-vingt-dix-huitième film réalisé par Im Kwon-taek, et pourtant l’un des rares du cinéaste sud-coréen à avoir bénéficié d’une distribution sur le territoire français2. Le film se présente néanmoins comme un cas unique dans la carrière du réalisateur vétéran, seule œuvre en effet à traiter ouvertement la question de la peinture, à travers la biographie très libre d’un célèbre peintre coréen de la seconde moitié du XIXe siècle, Jang Seung-up, plus connu sous le nom d’Ohwon.

Orphelin issu d’une famille pauvre, et relativement privé d’éducation, Jang Seung-up (1843-1897) n’a jamais cessé d’affirmer son ambiguïté artistique, manifestant du respect pour les règles classiques, tout en les contournant habilement pour imposer une œuvre unique. Parallèlement, sa soif d’alcool et de conquêtes féminines a grandement contribué à sa réputation d’indomptable notoire. Ce peintre solitaire sut se distingu...

Auteur

ATER à l’université de Caen– Basse Normandie. Il prépare une thèse en Études cinématographiques à l’université Rennes 2, sous la direction de Laurent Le Forestier, consacrée aux représentations de l’enfance dans le cinéma italien des années 1990 et 2000. Impliqué dans l’initiation au cinéma pour le jeune public, il anime des séances de ciné-clubs, contribue à des revues (Positif, Éclipses, Entrelacs, Épistolaire) et des ouvrages collectifs (Quand le cinéma prend la parole, 2010 ; Les Hommes préfèrent les blondes, 2011 ; El Juego con los estereotipos, 2011), et participe à des colloques. Ses recherches portent sur l’enfance au cinéma, le cinéma italien, le cinéma d’animation, l’art à l’écran, Wim Wenders

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540