Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés au xviie siècle

 | 
Annie Antoine
, 
Cédric Michon

Quatrième partie. Coopération, contestations et violences

Chapitre XVIII. Les sociétés en guerre au xviie siècle

Yann Lagadec

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sur ces dimensions chronologiques, Bély Lucien, Histoire des relations internationales, xviie-xvii (...)

1Inutile d’insister longuement ici sur la forte présence de la guerre au cours du Grand Siècle dans les trois pays concernés : si le tournant des xvie et xviie siècles se caractérise par un retour à la paix (traités de Vervins en 1598, de Londres en 1604, trêve de Douze Ans en 1609), l’Espagne connaît ensuite 75 années de conflits avant la stabilisation de 1713-1715, la France 77, l’Angleterre 45 au moins1. Toutes trois sont inégalement touchées, le territoire de l’Angleterre étant, par exemple, largement épargné, guerre civile mise à part. Chaque confrontation armée n’en a pas moins, pour les sociétés concernées, de profondes conséquences.

  • 2 Au-delà de leurs divergences, notamment de nature chronologique, les différents auteurs s’entenden (...)

2Celles-ci ne sont cependant pas de même nature, tant est différente, au cours de ce siècle, l’évolution des trois espaces considérés, au gré de la recomposition des équilibres géopolitiques européens. Au déclin espagnol, net après les revers des années 1640-1659, correspond l’émergence d’une nouvelle puissance européenne, la France, dont l’influence est cependant contrebalancée par l’affirmation maritime de l’Angleterre. Évolutions différentes voire divergentes ? Certes. Reste cependant que, malgré ces différences – dont témoignent d’ailleurs des historiographies elles aussi assez largement singulières –, il est possible de rendre compte de l’évolution des rapports à la res militaria de ces trois pays à travers la problématique unifiante de la « révolution militaire2 ».

  • 3 Au sein d’une bibliographie d’origine anglo-saxonne florissante, on retiendra Parker Geoffrey, La (...)

3Forgé par M. Roberts dans les années 1950, revisité par G. Parker dans les années 1980, critiqué, nuancé ou précisé depuis3, ce concept – dont on pourra regretter le flou relatif – permet cependant de mieux comprendre les phénomènes majeurs du xviie siècle en ce qui concerne le fait militaire, notamment d’un point de vue « social » : l’explosion des effectifs, mais aussi la professionnalisation croissante d’armées désormais permanentes, conjointement à l’étatisation de la guerre et des appareils militaires. Pour les sociétés anglaises, espagnoles et françaises, nombreuses sont en effet les implications de ces transformations.

De nouveaux rapports entre armées et sociétés

4La redéfinition des rapports entre les sociétés et leurs armées tient avant tout, indubitablement, à la forte croissance des effectifs qui caractérise le xviie siècle. S’il est difficile de la chiffrer avec précision, en raison notamment des écarts entre effectifs réels et effectifs théoriques (40 % parfois vers 1635 en France, sans parler du recours régulier, lors des montres, aux passe-volants), l’ampleur du processus, elle, ne fait aucun doute, qu’il s’agisse des armées de temps de guerre ou de celles du temps de paix.

  • 4 Les débats sur l’évolution des effectifs de l’armée française ne sont pas clos. Les chiffres avanc (...)

5Entamé vers 1500, ce vaste mouvement pluriséculaire atteint vers 1700 – et jusqu’aux guerres révolutionnaires… – un apogée, alors que l’on compte, par exemple, de l’ordre de 380 000 soldats dans les armées françaises4. Deux phases ont, ici, caractérisé cette croissance. La première est celle qui, autour de 1635, a conduit Louis XIII et Richelieu à rassembler des forces de 125 000 à 150 000 hommes, le double des effectifs habituels. Après les démobilisations consécutives à la paix des Pyrénées en 1659, une nouvelle phase se dessine à compter des années 1670, permettant le passage progressif des 280 000 hommes de la guerre de Hollande aux 340 000 à 420 000 de la guerre de la ligue d’Augsbourg, probable plafond des effectifs, tant réels que théoriques.

6Ces chiffres disent aussi, implicitement, le caractère discontinu de ce processus. Dans chaque pays, les traités de paix successifs sont en effet l’occasion d’un retour à des effectifs moins nombreux et ainsi d’une réduction des dépenses inhérentes à l’entretien des armées en temps de guerre. Surtout, la croissance de la taille des armées s’inscrit dans des contextes nationaux que l’on ne saurait négliger. Ainsi, l’Espagne ne compte-t-elle plus que 30 000 à 40 000 hommes vers 1700, deux fois moins que la seule Armée des Flandres des années 1640 qui ne constitue pourtant alors que l’une des quatre armées entretenues par les Rois Catholiques. En Angleterre, l’évolution des effectifs, doublement influencée par la guerre civile des années 1640-1660 et par la lente affirmation dans le jeu stratégique européen de la nouvelle puissance, tient aussi pour une large part aux rivalités entre le roi et le Parlement au sujet de la nécessité même d’une armée permanente et, par voie de conséquence, du contrôle des forces armées. Les premiers Stuart n’héritent ainsi d’Élisabeth, en 1603, que d’une armée de quelques milliers d’hommes, que doivent compléter, en cas de besoin, les 100 000 membres des trained bands levées parmi les milices des comtés et, plus certainement, le recours à de coûteux mercenaires ou de quasi-conscrits : l’échec de ces troupes lors des Bishop’s Wars de 1639-1640 face aux Écossais dit bien les limites d’une politique de défense centrée sur la seule Navy. Si la guerre civile permet de voir les effectifs des deux camps dépasser sans doute les 100 000 hommes, l’armée du Commonwealth n’en réunit sans doute pas plus de 35 000 au retour de la paix intérieure en 1652, rapidement licenciés par la Restauration. D’ailleurs, le contrôle des forces armées qui lui est reconnu par le Militia Act de 1661 fait de Charles II le premier monarque anglais à disposer d’une véritable armée permanente, 9 000 soldats bientôt portés à 20 000 puis 40 000 par Jacques II entre 1685 et 1688. Cet accroissement des effectifs inquiète d’ailleurs le Parlement et contribue au déclenchement de la Glorious Revolution. Désormais cependant, la menace française va justifier le maintien de troupes nombreuses au sein d’une armée dont on ne conteste guère plus le caractère permanent : 30 000 hommes au début de la guerre de Succession d’Espagne, 75 000 environ en 1711.

7En Angleterre comme ailleurs, de tels effectifs rendent, pour une part, nécessaire l’évolution des modes de recrutement. Cela se traduit notamment par une lente étatisation des armées que symbolise le passage progressif, au cours du xviie siècle, d’un système dominé par le mercenariat à un autre caractérisé par le volontariat. Certes, partout, existent bien des formes anciennes de milices : on l’a dit des trained bands anglaises organisées en 1573, réorganisées en 1661, qui périclitent pourtant faute d’un entraînement régulier. Les villes françaises, y compris les plus modestes, comme Saint-Émilion et ses 216 miliciens pourvus de quelque 324 armes à feu vers 1620, possèdent quant à elles une milice bourgeoise dont les tâches habituelles de police se muent à l’occasion en fonctions plus strictement militaires : ainsi face à l’invasion espagnole de 1636 dans le Nord de la France ou encore lors de la Fronde. Et il en va de même des villes espagnoles, telle Barcelone, symbole des libertés catalanes, dont l’ultime défense face aux troupes de Philippe V en 1715 est largement le fait de coronelias recrutés au sein des métiers de la ville.

  • 5 Pérréon Stéphane, L’Armée en Bretagne au xviiie siècle. Institution militaire et société civile au (...)

8Certes, partout, subsistent les traces anciennes du service militaire féodal, héritage de la période précédente. La nobility anglaise garde la capacité de se mobiliser à l’appel du roi avec ses propres troupes, les retenues, comme au début de la guerre civile. En 1637, les nobles de Catalogne doivent eux aussi mobiliser leurs vassaux sur leurs propres deniers pour contrer la menace de la France tandis qu’ici, ban et arrière-ban sont encore convoqués : si le rassemblement à Nancy en 1674 au profit de Turenne de 6 000 cavaliers issus de la noblesse est d’une totale inefficacité militaire, la fréquence des convocations de la noblesse bretonne au tournant des xviie et xviiie siècles – ainsi en 1689, 1690, 1691, 1692, 1696, 1703, 1705 et 1711 – laisse entendre que les autorités militaires du royaume ne leur dénient pas de jouer un certain rôle, dans la défense du littoral au moins5.

  • 6 L’exemple des Irlandais est sans doute l’un des mieux documentés : Genet-Rouffiac Nathalie, « The (...)

9Mais, on l’aura compris : l’essentiel des troupes est recruté par d’autres voies. Deux dominent au cours du siècle, complémentaires plus qu’antinomiques. La première est celle, héritée de l’Italie médiévale et de ses condottieri, qui repose sur le système du contrat – le mercenariat. Celui-ci atteint son apogée pendant la première moitié du xviie siècle, lorsque les besoins – souvent urgents – en troupes nombreuses nécessitent le recours à de véritables « entrepreneurs de guerre ». Si l’Empire est le terrain de prédilection de cette forme d’entreprise dont l’intégration peut aller très loin parfois – l’on pense ici au cas de Wallenstein –, France, Espagne et Angleterre ne méconnaissent pas ce type d’activité. En tant que pourvoyeuses d’hommes d’une part : c’est par milliers voire dizaines de milliers que l’on compte les Anglais et, plus encore, les « Britanniques » qui combattent en terre d’Allemagne au cours de la guerre de Trente Ans, à l’instar du fameux Robert Monro. Mais aussi et surtout en ayant recours aux services de ces condottieri qui, selon leur statut, offrent aux différents États compagnies, régiments voire armées entières. Le duc Bernard de Saxe-Weimar est ainsi en mesure de mettre au service de la France 6 000 cavaliers et 12 000 fantassins à compter d’octobre 1635, au prix de 4 millions de livres par an tandis que, jusqu’aux années 1670, Sir George Hamilton ou le comte de Roscommon proposent au gouvernement français des mercenaires irlandais6. C’est aussi par le biais d’entrepreneurs militaires qu’au début du xviie siècle, les Espagnols recrutent Allemands, Anglais, Irlandais ou Italiens pour servir dans les fameux tercios de l’Armée des Flandres.

  • 7 Il convient cependant de noter la place prise à partir des années 1630 par les tercios provinciale (...)

10Le coût de ce système, la difficulté parfois à maîtriser ces troupes mercenaires, le contrôle accru de l’État sur son armée conduisent cependant à une triple évolution à compter de la seconde moitié du siècle. La première concerne le passage progressif, pour la fourniture de troupes, de contrats souscrits avec des entrepreneurs de guerre privés à des accords signés avec d’autres gouvernements : l’évêque de Münster propose ainsi des troupes à la France et à l’Espagne entre 1665 et 1678 tandis que 22 000 des 40 000 hommes employés par l’Angleterre en 1702 sont loués à des États étrangers, Prusse, Danemark et Hesse. La seconde évolution consiste à recourir à ce que l’on pourrait appeler des formes inabouties de « conscription », seul moyen de faire face, à moindre coût, aux levées de troupes plus nombreuses. Dans les premières années du xviiie siècle, un bill présenté à la Chambre des communes autorisant un recours limité à la conscription est rapidement abandonné… en raison notamment des risques électoraux encourus par les parlementaires. Au même moment, en Espagne, la possibilité d’une levée d’un homme sur cinq en âge de combattre pour la défense de la Catalogne en reste au stade du projet7. Finalement, c’est la milice provinciale mise en place en France par Louvois en 1688 qui en constitue l’exemple le plus abouti : chaque paroisse doit désigner – puis tirer au sort à partir de 1692 – parmi les célibataires de 20 à 40 ans mais aussi vêtir, équiper, armer et solder 2 sols par jour un ou plusieurs miliciens. Réunis, en temps de paix, en compagnies et régiments de milice, ces hommes sont versés dans les armées du roi en cas de conflit, fournissant 46 % du total des effectifs engagés pendant la guerre de Succession d’Espagne.

  • 8 Plus encore : comme l’ont montré Glete Jan, War and the State in Early Modern Europe. Spain, the D (...)

11La dernière évolution est celle de l’extension et de la quasi-généralisation du second grand type de recrutement, celui par commission. Largement mise en avant par les différents États en temps normal car seule garante de la possibilité de contrôler l’ensemble du processus de recrutement, elle consiste à confier une commission délivrée au nom du roi à un capitaine afin de recruter une compagnie, à un colonel afin de lever un régiment : ces officiers ne sont plus alors des entrepreneurs mais des serviteurs de l’État, les armées non plus des agrégats de formations recrutées par contrat mais des ensembles homogènes. C’est ainsi que procède l’État espagnol dès le xvie siècle : chaque capitaine, muni de sa conducta, nomme dans un premier temps les autres officiers de sa compagnie, choisit une bandera – des couleurs –, puis, entouré d’un tambour et d’un secrétaire, procède au recrutement de ses hommes, tous volontaires. En France, dès 1583, Henri III, confronté à la croissance des armées des grands seigneurs pendant les guerres de Religion, fait publier une ordonnance qui stipule que nul ne pourra lever de troupes sans commission royale. Quant à l’Angleterre, c’est du xviie siècle que date la distinction entre officiers commissionnés et NCO’s, les non-comissioned officers, expression qui désigne encore les sous-officiers aujourd’hui. Cependant, les limites intrinsèques de ce système – les délais qu’il suppose, la nécessité d’avancer aux capitaines l’argent nécessaire à la levée des troupes, l’efficacité très relative de la bureaucratie monarchique aussi au début du xviie siècle – conduisent souvent à ne pas en faire le seul mode de recrutement8, surtout à n’en pas pousser la logique jusqu’au bout.

  • 9 L’armée est promue au rang d’acteur politique de premier plan dans l’Angleterre des années 1640-16 (...)

12À vrai dire en effet, on en reste très largement à un système « semi-entrepreneurial » : espérant toujours un « retour sur investissement », les colonels et capitaines continuent à voir en leurs unités des sortes de propriétés semi-privées, les gérant aux moindres frais. Malgré l’interdiction faite de vendre ces compagnies, notamment pour l’infanterie en France en 1654, la vénalité des charges de capitaine et de colonel entretient cet état d’esprit. Ainsi, en Angleterre, la multiplication des commissions permise par la croissance des effectifs souhaitée par Jacques II explique pour une part l’attitude de l’armée en 1688 : le maintien d’un système semi-entrepreneurial permet en effet, aux yeux de beaucoup, de limiter une trop forte « politisation » – et plus encore, une « confessionnalisation » – de l’armée9. De manière significative d’ailleurs, ce n’est qu’à compter des années 1680 que les régiments français perdent progressivement leur désignation par le nom de leur colonel – Régiment du Biez, d’Enghien, de Conti… – pour celui de provinces – Royal-Roussillon, Normandie, Champagne… –, qu’à partir de 1712 que les régiments anglais commencent à être désignés par des numéros.

  • 10 L’on s’entend en général pour caractériser les marines de guerre comme étant permanentes, étatique (...)
  • 11 Il convient bien évidemment de faire ici une place à part aux corsaires, tant français qu’espagnol (...)

13Les marines de guerre alors émergentes10 sont confrontées à des problèmes de recrutement très semblables, aggravés encore par la nécessité de recourir à des personnels dont les compétences sont souvent bien plus longues à acquérir que les quelques automatismes du mousquetaire ou du fusilier. À l’ère du recours massif aux entrepreneurs privés – en 1616, 5 des 17 bâtiments de l’armada espagnole chargée d’escorter les convois d’argent américain sont des navires privés, à l’instar, vers 1650, de 40 % des vaisseaux de la flotte anglaise de Robert Blake, loués à des marchands –, succède celle des bâtiments armés par l’État, pour l’État, par des marins recrutés par lui11. Si, en la matière, les premières tentatives – sans lendemain – de rationalisation du recrutement semblent espagnoles et remontent aux années 1625, la France offre sans doute le système le plus abouti à travers la mise en place par Colbert en 1669 de l’inscription maritime, substituant à la presse – l’enrôlement forcé – un système basé sur un recensement des hommes de mer permettant de les appeler par classes successives au service de la marine royale, en contrepartie de modestes avantages. L’impopularité de cette inscription et les fortes résistances qu’elle suscite dans les ports expliquent peut-être, pour une part, la conversion tardive et limitée à ce système de l’Espagne (enregistrement des marins dans la seule province basque du Guipúzcoa en 1717) et de l’Angleterre ; ici, une loi de 1696 prévoit un enregistrement sur la base du volontariat, les maigres avantages proposés (pension de 2 livres par an, accès facilité au Greenwich Hospital) ne permettant guère d’atteindre les objectifs escomptés. Finalement, face à ces insuffisances, aux classes l’on préfère les solutions traditionnelles : faute de pouvoir offrir, à l’instar des Provinces-Unies, des conditions suffisamment attractives en terme de rémunération à des volontaires, le recours aux pressed men, notamment en Angleterre, où, malgré l’importance des désertions, un Impress Service est créé au sein de l’Admiralty Board au tournant des xviie et xviiie siècles.

  • 12 Baxter D. C., Servants of the Sword. French Intendants of the Army, 1630-1670, Urbana, University (...)
  • 13 Marshall Alan, Intelligence and Espionnage in the Reign of Charles II (1660-1685), Cambridge, CUP, (...)

14Croissance sans précédent des effectifs, développement du recrutement par commission, inscription maritime : de telles évolutions ont pour corollaire – ou pour origine… – une indispensable expansion de l’appareil d’État, un perfectionnement d’administrations spécifiques. Alors que le secrétaire d’État n’est épaulé que par un commis et six clercs à l’aube des années 1590 en France, Louvois est assisté de 27 commis, répartis en 5 puis 7 bureaux, un service d’archives étant même établi en 1688. À cette administration « centrale », il convient d’ajouter des commissaires aux vivres, des commissaires des guerres – on en compte 180 en 1691 – aidés de contrôleurs, des commissaires provinciaux et autres intendants d’armée, chargés de veiller, au nom de la puissance étatique, à l’enrôlement et l’approvisionnement des troupes12. Alors que 1 200 officiers servent l’État en Angleterre au milieu du siècle, les départements de la guerre et des finances croissent de manière exponentielle en raison des conflits successifs, le second passant de 2 500 employés vers 1690 à 4 780 en 1708 et près de 6 000 en 1716. Dans les deux pays, l’administration militaire est doublée de celle de la marine, tout aussi importante, notamment, en France, avec la mise en place de l’Inscription maritime. En Angleterre, le Navy Board, dont la création remonte aux années 1550, se montre particulièrement efficace, notamment sous la conduite des Admiralty Secretaries dont le plus connu est sans doute Samuel Pepys. Moins nombreux, plus informels pour une part, les appareils diplomatiques – et de renseignement – se développent aussi, certes modestement, dans le même temps : les espions de Charles II d’Angleterre ne sont par exemple qu’une vingtaine tout au plus dans les années 167013.

  • 14 Sur ces financiers, Bayard Françoise, Le Monde des financiers au xviie siècle, Paris, Fayard, 1988 (...)

15L’État ne peut pas tout cependant. Le recours à des entrepreneurs privés reste indispensable, notamment pour le ravitaillement des troupes. Les munitionnaires – souvent détestés – fournissent vivres (pain, viande, mais aussi bière ou vin), vêtements ou encore fourrage pour les chevaux. Si l’activité n’est pas sans danger, notamment parce que l’État ne paie qu’avec retard, elle s’avère aussi potentiellement très lucrative14 : pour un Fargès ruiné après avoir apporté tous les grains nécessaires aux armées françaises en 1709, combien d’ascensions semblables à celle de la famille Pâris, passée en quelques générations de la gestion d’une auberge dans le Dauphiné au Contrôle général des finances ? Combien de Solomon de Medina, chargé du ravitaillement des armées de Guillaume III face à la France dans les années 1690 et premier Juif fait chevalier en Angleterre ?

  • 15 Cf. supra le chapitre consacré aux révoltes populaires.

16Tout ceci a un coût – en 1715, Louis XIV doit 108 millions de livres aux munitionnaires… – auquel seule une pression fiscale accrue permet de faire face à moyen terme, une fois épuisés les traditionnels expédients : ventes d’offices ou de titres de noblesse – le titre de baronet fut créé à cet effet par Jacques Ier en 1611 tandis que Louis XIV vendit 500 lettres de noblesse pendant la seule année 1696, en pleine guerre de la ligue d’Augsbourg –, recours au crédit, aux rentes sur l’État – les fameux juros espagnols –, à l’inflation, banqueroute en Espagne en 1607, 1627, 1652 et 1662. Les principales « novelletés » fiscales apparaissent lors des conflits qui ponctuent le siècle – capitation en 1695 puis 1701, dixième en 1710 en France, ship money en Angleterre en 1635 –, au-delà des simples crues d’impositions, directes comme indirectes : sans même parler des projets d’Union des Armes d’Olivarès, les milliones doublent en Castille dans la seconde moitié des années 1620, tandis que de nouveaux droits sur le sel sont introduits en 1631, suivis par d’autres sur le tabac, la viande ou le vin. C’est, en pleine guerre, l’une de ces innovations, le papier timbré, qui provoque la révolte d’une partie de la Basse Bretagne rurale en 1675, comme la volonté d’augmenter la gabelle avait suscité en 1639 celle des Nu-pieds en Normandie ou, en 1640, le logement des gens de guerre celui de la Catalogne15.

  • 16 À Rennes par exemple, à l’automne 1675, les habitants doivent loger gratuitement une bonne partie (...)

17Dans ces trois cas – autre nouveauté relative –, c’est aux soldats que revient de réprimer les troubles16. Signe, là aussi, de la redéfinition, au cours du xviie siècle, des rapports entre les sociétés et leurs armées, des armées qui, par ailleurs, constituent en elle-même des sortes de sociétés à part entière.

L’armée, une société à part entière

18Technostructure et microsociété : la formule, appliquée aux tercios par R. Quatrefages, peut sans aucun doute être généralisée. Technostructure en ce sens qu’elles constituent une organisation agencée en vue de la réalisation d’une tâche technique bien particulière – la guerre –, les forces armées forment, elles aussi, par bien des aspects, une microsociété avec son organisation, ses règles, ses hiérarchies.

  • 17 Sur ces dimensions tactiques, Childs John, La Guerre au xviie siècle, Paris, Autrement, 2004.

19La technostructure évolue bien évidemment en un siècle, se complexifie aussi au gré des transformations de l’art de la guerre : place croissante des armes à feu individuelles, mousquets puis fusils, au détriment de la pique qui tend à disparaître avec l’adoption de la baïonnette dans les dernières années du xviie siècle, redéfinition des équilibres entre infanterie et cavalerie – qui constitue cependant encore la moitié des régiments de la New Model Army de Cromwell en 1645 –, évolutions tactiques nées de l’allégement – très relatif – et de la multiplication des pièces d’artillerie et des nouvelles capacités des armes à feu d’infanterie permettant l’abandon du carré pour la ligne et l’adoption du feu roulant, perfectionnement de l’art des sièges parallèlement à celui des fortifications inspirées par la « trace italienne17 ». La société militaire évolue, elle, beaucoup plus lentement sans doute.

  • 18 Parker Geoffrey, The Army of Flanders and the Spanish Road (1567-1659). The Logistics of Spanish V (...)
  • 19 Dans la New Model Army, une décision de Cromwell en date du 1er mai 1651 interdit le mariage sous (...)
  • 20 Mackay Ruth, The Limits of Royal Authority. Resistance and Obedience in Seventeenth Century Castil (...)

20Ainsi, le soldat est et reste, tout au long de la période, majoritairement un homme jeune quand bien même les vétérans joueraient un rôle essentiel au sein des unités, en raison même de leur expérience. Dans les années 1630-1634, sur les 486 hommes d’une compagnie de l’Armée des Flandres étudiée par G. Parker, près des deux tiers ont 30 ans ou moins, même si seuls deux soldats ont moins de 18 ans et un avance un âge canonique de 79 ans. Le profil des 908 anciens soldats français de la guerre de Trente Ans admis aux Invalides étudiés par R. Chaboche est en tout point identique : si 25 % d’entre eux avaient moins de 20 ans au moment de leur recrutement, 61 % 30 ans ou moins, l’âge médian est de 24 ans18. Majoritairement célibataires19, ces militaires sont proportionnellement avant tout des urbains –52 % dans l’échantillon étudié par R. Chaboche, 41 % en 1716 pour – Corvisier, 57 % parmi 815 soldats royalistes du Dorset pendant la guerre civile. Si leurs origines régionales ou nationales sont très variables, deux traits majeurs dominent en ce domaine. D’une part, la tendance globale au recul de la part des troupes étrangères, de plus en plus cantonnées dans des unités spécifiques lorsqu’elles subsistent : en 1661 par exemple, Louis XIV entretient 12 régiments de ce genre, dont 2 écossais, 4 irlandais et 4 allemands, au contraire de ce qui fut pratiqué pendant longtemps, à l’image des tercios espagnols de l’Armée des Flandres mêlant compagnies espagnoles, italiennes, wallonnes, anglaises, irlandaises ou allemandes. D’autre part, un recrutement proportionnellement plus élevé dans les zones périphériques, tant à l’échelle des États – on pense à l’Irlande, à l’Écosse, aux cantons suisses – que des provinces – régions frontières (et de guerre) du Nord et de l’Est de la France, Cévennes ou Vivarais à l’échelle du Languedoc, Highlands en Écosse –, seule l’Espagne péninsulaire échappant, peut-être, à ce qui ne saurait être une règle : ici, c’est la Castille qui fournit, non sans difficultés, l’essentiel des troupes20.

  • 21 Drevillon Hervé, L’Impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2005.
  • 22 Pour une critique de cette théorie, Nassiet Michel, « La noblesse à l’époque moderne : une démilit (...)
  • 23 Nassiet Michel, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècles, Rennes, (...)
  • 24 Germa-Romann Hélène, Du « bel mourir » au « bien mourir ». Le sentiment de la mort chez les gentil (...)

21Ces données dessinent, pour une part, les grands traits des principales motivations conduisant à un engagement majoritairement volontaire, rappelons-le. Le désir de s’extraire d’un quotidien trop terne, le goût pour une aventure décrite par la littérature populaire ou, le soir à la veillée, par d’anciens soldats ne sont pas à exclure. Ces motivations sont cependant le plus souvent d’un autre ordre. Sans doute convient-il ici de distinguer, pour une part, la situation des nobles de celle de la masse des roturiers. Pour les premiers, dont le statut dans la société se justifie traditionnellement par des fonctions militaires – que l’on pense aux chevaliers, knights ou autres caballeros –, le service du roi, l'« impôt du sang », peut justifier à lui seul bien des engagements21. Il convient cependant d’éviter toute généralisation en ce domaine. Dans l’Angleterre des années 1630-1640, seuls 20 % des nobles environ ont une expérience militaire, 16 % dans la région peu militaire de la Beauce dans les années 1660-1700, des chiffres à mettre cependant en relation avec ceux des décennies précédentes, 8 à 9 % : on est loin, en cela, de la « démilitarisation de la noblesse » consécutive à l’affirmation de la puissance étatique qui caractériserait, selon certains, le xviie siècle22. On retrouve bien évidemment cette noblesse aux postes de commandement : ils représentent par exemple 70 à 80 % des officiers de Louis XIV sans doute, un peu moins paradoxalement dans la pourtant prestigieuse arme de la cavalerie. Mais tous les nobles ne sont pas officiers. Nombreux sont ceux qui servent comme bas-officiers voire simples soldats. C’est le cas de particulares et d’hidalgos dans cette « redoutable infanterie des armées d’Espagne » que constituent les tercios dans la première moitié du siècle. C’est aussi le cas de certains des nobles pauvres bretons étudiés par M. Nassiet, tel ce Jean-Louis de Kergu, « simple soldat au régiment de Bourbonnais » en 171123. Il convient en effet d’avoir les moyens de servir, plus encore lorsque, dans le système semi-entrepreneurial que l’on a décrit, l’on commande une compagnie ou un régiment. Si colonels et capitaines peuvent espérer un bénéfice de leur engagement, il n’est que rarement financier. Quant aux autres officiers, notamment enseignes ou cornettes, lieutenants et lieutenants-colonels, malgré l’adoption en 1675 d’un système d’avancement à l’ancienneté – le tableau –, ils savent leurs chances de promotion réduites si la naissance et la richesse ne viennent soutenir leurs compétences militaires. Dans un groupe où perdure l’esprit chevaleresque24, où le combat fait encore figure de « compétition sportive » dans laquelle l’honneur est le seul véritable enjeu, la remise en cause partielle de la hiérarchie nobiliaire – voire féodale – par cette hiérarchie militaire aux grades désormais codifiés ne va pas sans poser problème : en 1674, Turenne peine à se faire obéir de certains de ses « subordonnés », tandis que l’intrusion croissante de civils dans les affaires militaires – au premier rang desquels Louvois – n’est acceptée qu’à contrecœur.

22L’investissement militaire de la noblesse ne peut, pour autant, se résumer au seul « impôt du sang ». Convictions politiques – notamment pendant la guerre civile anglaise – et persécutions religieuses – l’on pense aux huguenots en France – peuvent aussi expliquer le choix de certains nobles, à l’instar d’ailleurs de ceux de quelques roturiers, aux côtés des menaces de poursuites judiciaires – lorsque l’on ne recrute pas directement en prison, comme dans le cas de ces faux-sauniers extraits des geôles rennaises en 1705 pour compléter les effectifs de régiments de dragons – ou encore des fidélités seigneuriales, qui ne sauraient, elles non plus, être négligées. Pour ces derniers cependant, la principale motivation réside, sans doute, dans la volonté de fuir les difficultés – conjoncturelles ou structurelles – de la vie quotidienne : l’exemple des musiciens de l’orchestre de Marseille s’enrôlant en 1707 pour échapper à leur triste condition du moment est bien connu ; la chute du niveau des primes d’engagement au gré de l’évolution de la conjoncture économique, notamment pendant les crises de subsistances, dit bien, d’ailleurs, le rôle de la misère en la matière.

  • 25 Morill J. S., « Mutiny and Discontent in English Provincial Armies, 1645-1647 », Past and Present, (...)

23Mais si l’armée offre un métier, de quoi se nourrir, des perspectives – supposées bien plus que réelles – d’enrichissement grâce au butin, la dureté de la vie – de la mort… – quotidienne des soldats comme des marins ne saurait être sous-estimée. Certes, la guerre n’est qu’une activité saisonnière, les opérations s’interrompent lorsque l’on doit prendre les quartiers d’hiver. Certes, les batailles sont rares, les campagnes se résumant souvent à une suite d’escarmouches, d’embuscades, de raids, de pillages à l’encontre des populations civiles. Mais la nourriture n’est assurée que de manière irrégulière, notamment au début du siècle. En général, c’est au soldat qu’il revient de la payer – à l’instar de ses vêtements voire de ses armes – sur sa solde, une solde qui n’est quant à elle le plus souvent versée qu’avec retard, lorsqu’elle l’est. Aussi les mutineries des troupes non soldées sont-elles nombreuses, notamment parmi les mercenaires ; pas seulement cependant : les tercios de l’Armée des Flandres se soulèvent régulièrement contre leur commandement – au moins jusqu’en 1607 et à l’adoption de mesures pour le bien-être des soldats – ; mais, en Angleterre, l’armée du Parlement refuse de se battre en 1647 jusqu’au paiement de 3 millions de livres d’arriérés25, tandis que la même année, l’armée d’Allemagne commandée par Turenne se rebelle pour des raisons très semblables.

  • 26 Corvisier André, « Les généraux de Louis XIV et leur origine sociale », xviie siècle, 1959, p. 23- (...)
  • 27 Rappelons qu’en France, la possibilité de se faire anoblir par charge militaire disparaît en 1634.

24L’implication croissante de l’État contribue sans doute, au cours du xviie siècle, à une amélioration du quotidien des soldats. Le contrôle des commissaires des guerres et des vivres en France, l’action du proveedor de viveres dans les armées d’Espagne visent à s’assurer du bon paiement de leur dû aux recrues, de l’exécution de leurs contrats par les munitionnaires. Partout d’ailleurs, la meilleure maîtrise du ravitaillement permet de rassembler des armées en campagne plus nombreuses : là où 10 000 à 30 000 hommes s’affrontaient en général dans chaque camp lors des grandes batailles des années 1600-1670, ils sont 43 000 face à 37 000 autres à Fleurus en 1690, 105 000 face à 76 000 à Malplaquet en 1709, des chiffres qu’il convient de mettre en relation avec ce qu’est alors la population des plus grandes villes et ce que l’on sait des difficultés à les nourrir. Pourtant, les évolutions sont lentes et inégales. Ainsi, malgré la multiplication des guerres et les pertes qu’elles engendrent, les perspectives d’ascension sociale restent limitées, les soldats de fortune l’exception : pour quelques – rares – généraux de Louis XIV de modeste origine26, pour un Sigismond Beeton, fils d’un cordonnier des Midlands devenu colonel pendant la guerre civile anglaise, combien d’espoirs déçus ? Car si, par exemple, Charles Ier fait 164 chevaliers pour raison militaire, ce chiffre doit être mis en regard des quelque 600 anoblis dans le même temps pour d’autres motifs27. À l’inverse, on exige plus du soldat en matière de discipline : discipline au combat imposée à force de drill en raison de l’adoption de formations en ligne, discipline au camp ou en garnison imposée pour des raisons militaires mais aussi, parfois, religieuses ; là où aumôniers jésuites et récollets, espagnols ou français, peinent à imposer les préceptes de la Réforme catholique à des soldats moins pieux que certains de leurs homologues de la New Model Army, conseils de guerre, prévôts, barracheles de campaña et autres provostmarshalls se montrent parfois plus persuasifs.

  • 28 On trouvera d’autres exemples dans Bennassar Bartolomé et Bennassar Lucile, Les Chrétiens d’Allah. (...)

25Cette disciplinarisation accrue des armées ne peut rien cependant contre les déserteurs. Passons sur les multirécidivistes que sont les « billardeurs », ces soldats qui multiplient les engagements afin de percevoir à chaque fois la prime associée. Malgré les sanctions prévues – en général la peine de mort –, la désertion est en effet tout au long de la période un phénomène plus général et massif. Collective, elle est par exemple accélérée par des débaucheurs hollandais au sein des tercios de l’Armée des Flandres au début du xviie siècle, entretenue après 1635 par l’État français qui facilite le retour des déserteurs vers l’Espagne ou l’Italie ; elle est aussi souvent le résultat de défaites militaires, par exemple pour 3 000 Français et Bavarois qui passent au service de Marlborough après Blenheim en 1704. Individuelle – mais tout aussi importante : on estime qu’un quart des soldats français déserta pendant la guerre de Succession d’Espagne –, elle trouve son origine dans le « mal du pays » (n’est-ce pas lui qui se cache derrière el mal del corazon frappant certains soldats espagnols ?), la dureté de la vie militaire, les conditions du recrutement – le racolage qui parfois impose le « volontariat » –, ou la peur d’une mort perçue comme inévitable. Elle frappe aussi bien un Gier Polze, fils d’un mercenaire allemand au service de l’Espagne, enrôlé à son tour, qui, au début du xviie siècle, envoyé au préside d’Oran, déserte et rejoint les rangs des « renégats » au service des Barbaresques28, que les troupes du régiment de Lord Paston, confiné dans des casernes insalubres de Portsmouth pendant 18 mois en 1704-1705, qui perd ainsi au fil des semaines la moitié de ses hommes pour cause de désertion ou de décès.

  • 29 Ces taux de pertes demandent à être comparés à ceux des batailles navales, qui se révèlent en géné (...)

26La mort reste en effet une perspective difficilement contournable pour le soldat. Si « rien n’est plus incertain que l’heure d’icelle », ses causes sont plus prévisibles. Paradoxalement les pertes dues aux combats restent assez limitées. Si l’on relève quelque 9 000 morts des deux camps à Rocroi en 1643, 25 000 sans doute à Malplaquet en 1709, si l’on estime plus globalement à 15 % en moyenne le nombre des tués chez les vainqueurs et 30 % chez les vaincus lors des batailles du xviie siècle29, il convient aussi de garder à l’esprit que ce paroxysme de l’affrontement qu’est la bataille reste rare. Pour importantes qu’elles soient – 380 000 morts et blessés pendant la guerre franco-espagnole de 1635-1659, 500 000 au cours de la guerre de Succession d’Espagne –, la plus grande partie des pertes militaires a donc d’autres origines.

  • 30 Les édiles de Landerneau décident d’ailleurs de ne plus subvenir aux besoins des prisonniers qui t (...)

27Passons sur la mort – différée dans le temps – des soldats blessés au combat : le système de soins reste d’une efficacité limitée, notamment pour ceux atteints par les boulets des canons et les balles des armes à feu, malgré des avancées significatives comme l’intégration de chirurgiens dans les régiments (en France par exemple suite à l’adoption du Code Michau en 1629), ou encore la création d’hôpitaux militaires – l’on pense à celui de Malines pour l’Armée des Flandres, premier hôpital militaire permanent en Europe, ou encore à l’hôtel des Invalides en France à partir de 1670, au Chelsea Hospital à partir de 1690 en Angleterre. Si les techniques d’amputations progressent, nombreux sont ceux qui meurent – notamment de déshydratation – abandonnés sur le champ de bataille. Passons sur le sort parfois réservé aux prisonniers, très variable selon les circonstances : alors que les hommes de la garnison d’Hopton Castle, dans le Shropshire, sont égorgés un à un par leurs vainqueurs royalistes pendant la guerre civile en 1644, alors que 1 400 soldats du duc de Lorraine capturés par les Français en 1635 sont dirigés vers Marseille et sa flotte de galères, les autorités de certaines villes de Bretagne se plaignent dans les années 1640 de la liberté de mouvement presque totale laissée ici aux « prisonniers » espagnols30.

  • 31 31. Il n’existe guère de calculs comparables pour les pertes de marines de guerre, au-delà d’exemp (...)
  • 32 À ces maladies, il convient d’ajouter celles propres à la marine et au microcosme exigu, clos, hum (...)

28C’est en fait dans ses conséquences indirectes que la guerre se révèle la plus meurtrière pour les soldats : on a pu ainsi estimer à 10 % seulement les pertes au combat, 30 % résultant d’accidents ou des suites des blessures reçues et 60 % des maladies31. Dans des unités pas toujours bien nourries, affaiblies par les longues marches, au sein desquelles règne une promiscuité certaine, les épidémies trouvent en effet un terrain d’autant plus favorable que les conditions d’hygiène dans les camps se révèlent souvent déplorables : songeons, par exemple, que les 2 000 à 3 000 chevaux d’une petite armée en campagne produisent à eux seuls, chaque mois, 3 000 000 de litres d’urine et plus de 1 000 tonnes de fumier… La peste fait donc des ravages, mais aussi, plus communément, typhus et typhoïde, petite vérole ou dysenterie, sans même parler d'« el mal gallico », la syphilis32.

  • 33 Roger Nathalie, « Soldats et prostituées : un couple indissociable dans la société de Louis XIV », (...)

29Car pour « tenir », dans ces conditions, les femmes jouent un rôle qu’on ne saurait minimiser. Celles-ci sont en effet très présentes dans les armées en campagne du xviie siècle. Il s’agit bien évidemment, pour une part, de spécialistes de l’amour tarifé, qui suivent les troupes à l’instar d’une foule de petits marchands, d’artisans mais aussi de simples valets et autres goujats. Un règlement de l’Armée espagnole des Flandres prévoit même, au tournant des xvie et xviie siècles, l’entretien de trois d’entre elles par compagnie. Ces chiffres sont très proches de ceux avancés par Simonne dans son Alphabet de soldat, publié en 1623 : à cette date, il en compte 4 pour 100 hommes, contre 8 dans des ordonnances plus anciennes. Pour des raisons de discipline, Louis XIV tente cependant de les éloigner de ses troupes par deux textes de 1684 et 1687, leur enjoignant de se tenir à plus de deux lieues des camps sous peine d’avoir nez et oreilles coupés, mesures rapidement oubliées dès la reprise des hostilités33. Toutes les femmes aux armées ne vivent pas de leurs charmes : à côté des blanchisseuses, ravaudeuses et autres cuisinières, l’on trouve aussi les épouses de certains soldats, telle cette Madame Castres, mariée à un officier de cavalerie, cabaretière à Guise pendant les quartiers d’hiver, vivandière durant les campagnes. Le nombre de ces femmes – et de leurs enfants – peut atteindre des proportions considérables, 25 à 30 % au moins dans le tercio du comte Hennin en 1629, alors que l’on en compte en moyenne 15 pour chacun des bataillons en transit logés par les autorités municipales de Dijon à la fin du siècle. Dans ses mémoires, le maréchal Fabert, qui combattit lors de la guerre franco-espagnole, considère d’ailleurs que leur présence est essentielle pour limiter la désertion parmi les troupes étrangères.

  • 34 Rappelons que les unités de base sont les compagnies, dont les effectifs, variables selon les arme (...)

30D’autres facteurs contribuent à la cohésion des unités, notamment le développement de liens particulièrement forts au sein de ce que l’on a pris coutume de qualifier de « groupes primaires ». Cette camarada, qui rassemble les membres d’une même chambrée, essentielle au combat, l’est aussi dans la vie quotidienne : l’on partage certains frais, parfois le même lit, l’on s’entraide aussi et surtout. Logiquement, la camaraderie joue un rôle important dans les mutineries qui voient la désignation de délégués des soldats chargés de négocier avec les autorités militaires, electo dans l’Armée des Flandres, agitators dans les troupes anglaises des années 1640 par ailleurs travaillées par l’égalitarisme des Levellers. Au niveau supérieur, l’esprit de corps ne doit pas être négligé34. Il est entretenu à la fois par les rivalités entre armes – cavaliers contre fantassins, mousquetaires contre piquiers – et entre régiments – notamment dans l’armée française après l’ordonnance de 1654 désignant 6 vieux régiments bénéficiant de certaines préséances. La progressive diffusion de l’uniforme y contribue aussi. Initialement, il permet de distinguer des unités d’élites – les gardes françaises au siège de La Rochelle en 1627, les gardes du corps, en bleu, après 1657 –, ou les compagnies et régiments appartenant à des personnages de haut rang ayant les moyens de fournir ces vêtements, comme dans l’armée anglaise des années 1640 : blanc pour les fameux whitecoats du marquis de Newcastle, gris pour le comte de Northampton, bleu ou rouge pour d’autres. Pendant longtemps cependant, un simple ruban au bras, de simples papiers blancs comme les Espagnols et les Français à la bataille d’Almanza, en 1707, face à des Anglais et Portugais portant des feuillages au chapeau, font office de signes distinctifs avant que des couleurs ne s’imposent comme symboles dynastiques et/ou nationaux : le rouge en Angleterre, le choix fait par la New Model Army en 1645 étant maintenu à la Restauration, rouge en Espagne aussi, blanc ou bleu en France, gallons et hausse-cols permettant alors de distinguer les officiers de leurs troupes.

31Outre l’uniforme, la tendance – à peine amorcée vers 1700 – à la mise à l’écart des soldats, peu à peu cantonnés dans des casernes spécialement conçues, contribue elle aussi au développement de cet esprit de corps, à la définition du régiment ou de la compagnie comme une microsociété.

32En un siècle profondément marqué par les exactions des premiers à l’encontre des seconds, cette mise à l’écart s’explique largement par la volonté de redéfinir les rapports entre soldats et civils.

Les « malheurs de la guerre »

  • 35 Chaline Olivier, « La reddition de Breda, représentation et déréalisation de la guerre », Combattr (...)

33Loin de la « déréalisation de la guerre » qu’incarne la reddition de Breda peinte par Velasquez ou, dans une moindre mesure sans doute, les tableaux de Van der Meulen35, les œuvres du Lorrain Jacques Callot et du Flamand Sebastian Vranck disent toute l’horreur des confrontations du xviie, notamment de la première moitié du siècle. Les civils paient en effet un lourd tribut. À l’instar des soldats cependant, ils souffrent avant tout des effets indirects de la guerre.

34Les combats en eux-mêmes ne font qu’un nombre restreint de victimes, essentiellement dans les villes assiégées, en raison des bombardements ou de la participation de certains à la défense de la ville, aux côtés de la garnison, femmes y compris parfois comme dans la petite cité alors espagnole d’Estagel, en 1639, ou lors des combats pour Leucate deux ans plus tôt. Les privations, la faim font elles aussi des ravages, justifiant pour une part la reddition de Breda en 1625 tandis qu’à La Rochelle, en 1627-1628, les troupes de Louis XIII renvoient vers la ville ceux qui tentent de s’en échapper : ces « bouches inutiles » sont aussi des armes face aux assiégés. Le sort de ces derniers n’est d’ailleurs guère enviable lorsque la ville est finalement prise : si le cas de Magdebourg, en 1631, frappe les contemporains par son ampleur exceptionnelle, en 1643, Bristol est livrée au pillage par les troupes royalistes pendant deux jours, avec les conséquences que l’on imagine.

35Plus importants sont sans doute les décès liés aux épidémies dont la propagation est facilitée par les armées en déplacement. La peste qualifiée de « suédoise » – en fait, sans doute le typhus – ravage ainsi la Lorraine en 1637, tandis que « contagions » et autres « fièvres populaires » véhiculées par les soldats touchent durement la Champagne, province frontière, lors de la première moitié du siècle. Pendant les guerres de Hollande et de la ligue d’Augsbourg, des épidémies récurrentes de dysenterie frappent le sud des Pays-Bas, au cœur des opérations militaires, et ce d’autant plus facilement que la disette affaiblit les corps. Aggravée par l’augmentation des prix des denrées que la présence d’une armée engendre par le simple jeu de l’offre et de la demande, celle-ci a plus fréquemment pour origine les pillages, réquisitions et destructions par la soldatesque.

36Mal ou pas ravitaillées, irrégulièrement soldées, les troupes vivent en effet sur le pays : céréales pour les hommes, foin que l’on va « fourrager » pour les chevaux lorsque l’on ne s’attaque pas directement au blé en herbe, compromettant ainsi les futures récoltes. Le bétail est lui aussi visé, avec des conséquences tout aussi désastreuses : « La terre ne se laboure point par l’appréhension que les chevaux soient dérobés, et s’il n’y a point de labours, il n’y aura point de semailles » écrit Omer Talon le 19 juin 1652, alors que la Fronde ravage le Bassin parisien. Situé dans la zone frontière entre Espagne et Portugal révolté après 1640, le village de Navalvillar de Ibor voit le nombre de ses ovins passer de 18 430 à 575 entre 1639 et 1690. Les raids de l’armée portugaise l’expliquent pour une part : en 1665 par exemple, les soldats s’emparent de 7 000 têtes de bétail lors d’une opération contre Ceclavin, près d’Alcantara. Mais villes et villages d’Estrémadure souffrent tout autant de la présence permanente des troupes espagnoles qu’il faut entretenir.

  • 36 Souchon Cécile, « Le poids de la guerre dans la vie quotidienne d’une paroisse picarde pendant la (...)

37Le logement des soldats est en effet une lourde charge, pour les individus comme pour les communautés : « Trois jours de logement des gens de guerre incommodent plus un homme que la taille » écrit ainsi Mazarin, d’autant que l’insuffisance de la solde conduit facilement de la contribution au pillage. La recension des dommages causés par les troupes – françaises… – dans la paroisse picarde de Marle en 1648 est éloquente : « bled robbé », meubles « pillés », « armoires, fenêtres et vittres rompus et cassés », habitants « rançonnés », « frappés et excédez », servante « jetté à la rivière », les dégâts sont estimés à plus de 5 200 livres, bien plus que le seul ustensile que les habitants sont censés fournir en plus d’un lit36. L’endettement des communautés rurales qui en résulte conduit alors souvent celles-ci à vendre les terres communes dont tiraient parti les plus pauvres, alors qu’en ville, les destructions parfois considérables obèrent durablement les finances locales et compromettent durablement un retour à la normale : en 1645, les deux tiers de la ville de Taunton sont détruits lors du siège des troupes de Charles Ier, plus de 240 maisons ayant été détruites à Colchester, en 1643, afin de faciliter la défense de la cité.

  • 37 Jacquart Jean, La Crise rurale en Île-de-France, 1550-1650, Paris, A. Colin, 1974, p. 643-751.
  • 38 Louis Gérard, « Du village à la caverne : les grottes de Franche-Comté pendant la guerre de Trente (...)
  • 39 L’une des gravures des Malheurs de la guerre s’intitule La Revanche des paysans : « Après plusieur (...)
  • 40 Platelle Henri (éd.), Journal d’un curé de campagne au xviie siècle, Lille, Presses universitaires (...)
  • 41 Underdown David, « The Chlak and the Cheese : contrasts among the English Clubmen », Past and Pres (...)

38Il est difficile cependant de mesurer avec précision l’impact de tels phénomènes. Dans les deux années qui suivent la révolte catalane de 1640, Tarragone perd les trois quarts de sa population, passant de 7 000 à 2 000 habitants ; villes et villages des environs de Trujillo, en Estrémadure, estiment à 50 % la perte de leur population entre 1640 et 1690, en raison de la guerre contre le Portugal. Sillonnées durant la Fronde par les armées des deux camps, les campagnes du Hurepoix, au sud de Paris, perdent sans doute 20 % de leurs habitants en quelques années37. Tous ne sont pas morts cependant. Nombreux sont en effet ceux qui fuient, et, dans ce dernier cas, se réfugient à l’abri des murs de Paris. Il convient en effet de ne pas oublier que, face à ces situations, les ruraux ne restent pas passifs. Les stratégies sont en la matière multiples. Outre l’exode, notamment vers les murailles potentiellement protectrices des villes, non sans risque de s’en voir refuser l’accès comme à Toul en 1630, où les réfugiés sont cantonnés hors les murs, en raison notamment des menaces de contagion, la plus évidente consiste à se dissimuler : les « muches », ces galeries creusées dans le calcaire du sous-sol des villages de Picardie et d’Artois ou les grottes utilisées par les paysans de Franche-Comté pendant la guerre de Trente Ans en constituent deux modalités parmi d’autres38. La troisième est celle de la résistance, au risque d’ailleurs de susciter de nouvelles atrocités. Il est vrai que l’on choisit ses cibles : si l’on ne peut rien face à des armées entières, les traînards et soldats isolés constituent des objectifs privilégiés, comme l’illustrent les gravures de J. Callot dès les années 163039. Le curé Dubois se félicite dans son journal de voir ses paroissiens de Rumegies attaquer ainsi, en 1694, une quinzaine de soldats espagnols : sept sont capturés, un autre « tué roide40 ». En 1707, en raison de leurs attaques contre les soldats piémontais isolés, les habitants des campagnes de Provence acquièrent une réputation de particulière cruauté, à l’instar des Schnapans – le mot chenapan en découle – qui harcèlent et mutilent les soldats français dans le Palatinat en 1676. Quant aux clubmen, présents dans une quinzaine de comtés du Sud et de l’Ouest de l’Angleterre, ils constituent à partir de 1645 des groupes armés dont l’objectif est de se prémunir des exactions des soldats des deux camps ; parfois conduits par la gentry locale, regroupant plusieurs milliers d’hommes – 5 000 environ dans le Somerset –, ils n’hésitent pas, à l’occasion, à conclure des alliances tactiques avec l’un ou l’autre des partis41.

39Reste que les effets de l’indéniable déstabilisation des économies locales qui résulte de la guerre, l’accroissement général du poids de la fiscalité, les destructions en tous genres demandent à être nuancés. Tout d’abord d’un point de vue géographique : toutes les régions ne sont pas touchées avec la même ampleur en Angleterre. Durant la guerre civile, les armées des deux camps ne pénètrent par exemple jamais dans le Kent au contraire du Berkshire, durement disputé dès 1642. Il en va d’ailleurs ainsi des grandes voies de passage, lieux d’affrontement privilégiés au même titre que les zones où les stratèges savent pouvoir trouver de quoi ravitailler durablement leurs armées : Catalogne et Roussillon entre la France et l’Espagne, Franche-Comté pendant longtemps, Pays-Bas espagnols et région rhénane surtout. Ces nuances sont aussi de nature sociale : la guerre ne touche pas de manière identique citadins et ruraux, plus exposés, riches et pauvres, plus concernés par les conséquences de l’accroissement des prix, détenteurs de privilèges en tous genres ou simples sujets, principalement touchés par les crues fiscales. Ces nuances sont enfin de nature chronologique : la tendance globale est à la diminution de l’ampleur des pillages et exactions, même s’ils persistent sur de vastes échelles parfois, essentiellement dans un cadre opérationnel cependant, celui du « dégât », en Palatinat en 1688-1689 par les troupes françaises, en Bavière en 1704 par celles de Marlborough. Les conséquences tactiques parfois désastreuses des pillages conduisent en effet à la prise de conscience, par les gouvernants et les chefs militaires, de la nécessité de contrôler la mise à contribution des contrées traversées ; ils rejoignent en cela le constat fait par Richelieu dans son Testament politique, selon lequel « il se trouve en l’histoire beaucoup plus d’armées péries faute de pain et de police que par l’effet des armées ennemies ».

40La mise en place du système des étapes en France, à compter de 1623, doit ainsi faciliter la régularité du ravitaillement. Reposant à la fois sur les étapiers – des entrepreneurs privés –, sur les autorités municipales et sur les munitionnaires, ce système ne se développe avec une certaine efficacité qu’après l’ordonnance d’avril 1665 due à Louvois. Celui-ci prévoit même la constitution à proximité des frontières de magasins de vivres dès le temps de paix, permettant de prendre l’ennemi de vitesse à l’entrée en campagne. Il n’est pas sans rappeler le très efficace Camino Espanol, cette route terrestre joignant Gênes aux Flandres par la Franche-Comté ou la Valteline, permettant aux tercios espagnols de rejoindre les théâtres d’opérations du Nord de l’Europe.

  • 42 Acerra Martine, Rochefort et la construction navale française (1681-1815), Paris, Librairie de l’I (...)
  • 43 Goodman David, Spanish Naval Power (1589-1665). Reconstruction and Defeat, Cambridge, CUP, 1997.

41De manière plus globale, il convient, pour finir, de ne pas limiter la guerre à ses seuls effets négatifs. Dans la mesure notamment où pendant les combats, l’activité économique perdure, elle peut aussi, ponctuellement, être facteur de croissance, et ce à plusieurs titres. Passons sur le cas des financiers en tous genres, qui profitent de l’affermage des nouveaux impôts ou des avances faites à l’État. Passons encore sur les munitionnaires, déjà évoqués. Le cas des arsenaux est presque évident : ils doivent très directement leur prospérité à la guerre. En France, la croissance de ceux de Rochefort ou Brest est d’autant plus remarquable qu’il s’agit de quasi-villes nouvelles : sur les bords de la Charente, les chaumières des 4 ou 500 pêcheurs de la fin des années 1650 laissent la place à une agglomération de plus de 10 000 habitants dès 1666, un an après la création de l’arsenal, 20 000 même pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg42. La croissance de Guarnizo, près de Santander, ou, plus encore, de Cadix, ne s’explique pas uniquement par les activités guerrières ; celles-ci jouent cependant aussi leur rôle, profitant parfois à des régions entières, en Biscaye, au Guipúzcoa, en Catalogne où est basée l’une des escadres de galères espagnoles43. Quant à l’Angleterre, de nouveaux royal dockyards sont créés face aux côtes françaises au cours du siècle, notamment à Plymouth, tandis que celui de Portsmouth s’étend après 1688 ; ceux, plus anciens, de Woolwich, Deptford ou Chatham, situés dans l’estuaire de la Tamise, connaissent un nouveau développement, employant par centaines charpentiers, calfats et autres cordiers.

  • 44 Coates Ben, The Impact of the English Civil War on the Economy of London, 1642-1650, Aldershot, As (...)

42Le travail au profit des armées n’est pas propre à ce type d’établissements. Certains chantiers navals civils profitent de la guerre sur mer pour fournir une partie de l’équipement des marines d’État. Certains marchands, certains artisans ou « industriels » savent aussi utiliser au mieux les périodes de conflit. À Londres, la demande des armées du Parlement pendant la guerre civile profite aux activités de l’habillement et de la chaussure, quand bien même on en reste à un stade strictement artisanal44. Les paysans eux-mêmes, pour peu qu’ils possèdent quelques réserves et que les soldats ne maraudent pas, peuvent profiter des prix de vente plus élevés. Ponctuellement, les salaires offerts pour des travaux de terrassement lors d’un siège complètent utilement les revenus d’un ménage.

  • 45 Lespagnol André, La Course malouine au temps de Louis XIV, entre l’argent et la gloire, Rennes, Ap (...)
  • 46 Bromley John S., Corsairs and Navies, 1660-1760, Londres, Hambledon Press, 1987.

43On se situe là dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler les activités de substitution qui tentent de limiter les effets de la déstabilisation de l’économie locale par la guerre. La course est aussi de celles-là. Dans un mémoire daté de 1698, l’intendant de Bretagne rappelle ainsi que, la « guerre [ayant] interrompu tous les commerces », la pêche à Terre-Neuve et les échanges avec l’Espagne, « les habitants de Saint-Malo s’attachèrent, aussitôt qu’elle fut déclarée, à faire la course et ils la firent dès le commencement avec tant de succès qu’ils y ont employé, dans la suite, tous leurs vaisseaux propres à être armés en guerre et qu’ils en ont même augmenté le nombre ». Les avantages en sont nombreux : « abondance des denrées et marchandises différentes que ces prises ont introduit dans le royaume » ou encore « subsistance des équipages qu’ils occupèrent sur les vaisseaux », sans compter, cela va de soi, les substantiels profits des armateurs malouins45. Corsaires dunkerquois, espagnols de Cadix, Majorque ou du Pays basque, anglais de Londres mais aussi et surtout de Jersey et Guernesey ne sont d’ailleurs pas en reste46. Partout, si les pertes sont importantes – 197 navires à Saint-Malo de 1688 à 1712 –, les prises sont sans rapport – 1427 au cours de la même période, sans compter plus de 400 autres rançonnés –, permettant à certains d’accumuler rapidement des fortunes considérables, tels les frères Trouin ou encore Danycan, modeste armateur terre-neuvier en 1689, au premier rang des négociants malouins dès la paix de Ryswick.

44Reste, qu’au-delà de ces quelques cas d’ascension spectaculaire, le plus grand nombre souffre de ces situations de guerre, à l’instar de la ville de Londres entre 1642 et 1650. Ici, les profits de quelques marchands et financiers ne peuvent dissimuler la chute d’un tiers environ de la production, la désorganisation du commerce maritime, ou les perturbations provoquées par la mise sous séquestre des biens des royalistes.

45Assurément, on ne saurait, pour conclure, réduire les évolutions des rapports entre guerre et société au xviie siècle à la seule « révolution militaire ». D’une part parce que, au-delà des convergences observées en Angleterre, en Espagne et en France, les évolutions s’avèrent parfois contradictoires. D’autre part, parce que certains aspects échappent indubitablement à ce que l’on regroupe, en règle générale, sous ce concept de « révolution militaire », mieux adapté sans doute à rendre compte des transformations subies sur le temps long des xvie, xviie et xviiie siècles que sur celui, intermédiaire, des seules années séparant la fin des guerres de Religion et les traités d’Utrecht ou de Rastadt – mais peut-on encore parler, dans ce cas, de « révolution » ?

46De manière plus générale, il convient surtout, pour finir, d’insister sur la possibilité qu’il y a de lire la guerre comme un fait social total, au-delà de ses dimensions diplomatiques et internationales. Au-delà des aspects abordés ici, la place qu’elle tient dans l’art – y compris dans ses formes les plus populaires – mais aussi dans l’édition, avec la multiplication des mémoires, récits et autres manuels, l’importance qui est la sienne dans les « cérémonies de l’information » des différentes monarchies à destination de leurs sujets – l’on pense notamment à l’appel lancé en 1709 par Louis XIV – l’illustrent à l’envi.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Chagniot Jean, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001.

Corvisier André, Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976.

Tallett Frank, War and Society in Early-Modern Europe, 1495-1715, Londres/New York, Routledge, 1997.

Il existe par ailleurs des études propres à chaque pays, ceux de David Parrott et John Lynn sur la France, de John Childs et Ian Gentles sur l’Angleterre, de G. Parker sur l’Espagne.

Notes

1 Sur ces dimensions chronologiques, Bély Lucien, Histoire des relations internationales, xviie-xviiie siècles, Paris, PUF, 1991 ; Bois Jean-Pierre, Les Guerres en Europe (1494-1792), Paris, Belin, 2003 ; Gantet Claire, Nouvelle Histoire des relations internationales, t. 2 : Guerre, paix et construction des États (16181714), Paris, Seuil, 2003.

2 Au-delà de leurs divergences, notamment de nature chronologique, les différents auteurs s’entendent notamment pour y voir les conséquences, tant en matière tactique qu’en ce qui concerne les structures militaires, du développement de la puissance de feu, aussi bien sur terre que sur mer. Le concept de « révolution militaire » vise notamment à donner sens aux évolutions concernant la taille des armées, le renforcement de l’État, mais aussi, dans une certaine mesure, l’impact accru des guerres sur les populations civiles.

3 Au sein d’une bibliographie d’origine anglo-saxonne florissante, on retiendra Parker Geoffrey, La Révolution militaire. La guerre et l’essor de l’Occident, 1500-1800, Paris, Gallimard, 1993 et le stimulant recueil d’articles de Rogers Clifford J. (dir.), The Military Revolution Debate. Reading on the Military Transformation of Early Modern Europe, Boulder/San Francisco/Oxford, Westview, 1995. Pour une première approche synthétique, on pourra se reporter à l’article de Cornette Joël, « La révolution militaire et l’État moderne », RHMC, 1994-4, p. 696-709, plus satisfaisant que Bérenger Jean (dir.), La Révolution militaire en Europe (xve-xviiie siècles), Paris, Économica, 1997.

4 Les débats sur l’évolution des effectifs de l’armée française ne sont pas clos. Les chiffres avancés par Lynn John, Giant of the Grand Siecle. The French Army, 1610-1715, Cambridge, CUP, 1997, p. 3264 et Parrott David, Richelieu’s Army. War, Government and Society in France (1624-1642), Cambridge, CUP, 2001, p. 164-222, sont cependant désormais préférés à ceux, plus anciens, mis en avant par Corvisier André (dir.), Histoire militaire de la France, t. I : Des origines à 1715, Paris, PUF, 1992.

5 Pérréon Stéphane, L’Armée en Bretagne au xviiie siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, Rennes, PUR, 2005, p. 124-126.

6 L’exemple des Irlandais est sans doute l’un des mieux documentés : Genet-Rouffiac Nathalie, « The Wild Geese : les régiments irlandais au service de Louis XIV (1688-1715) », Revue historique desArmées, 2001-1, p. 35-48 et Stradling Robert, The Spanish Monarchy and Irish Mercenaries. The Wild Geese in Spain, 1618-1668, Dublin, Irish Academic Press, 1994.

7 Il convient cependant de noter la place prise à partir des années 1630 par les tercios provinciales en Espagne, unités de milice levées en Castille pour servir dans la péninsule. Le recrutement se fait notamment sous forme de loterie, suscitant de nombreuses oppositions.

8 Plus encore : comme l’ont montré Glete Jan, War and the State in Early Modern Europe. Spain, the Dutch Republic and Sweden as Fiscal-Military States, 1500-1660, Londres, Routledge, 2002 et Thompson I. A. A., War and Government in Habsburg Spain, 1560-1620, Londres, Athlone Press, 1976, l’État espagnol, affaibli, tend à partir des années 1580 et plus encore au xviie siècle, a délaissé le système de la commission pour s’appuyer sur des levées de troupes, à leurs frais bien entendu, par les nobles – au premier rang desquels les Grands –, les ordres militaires ou les villes.

9 L’armée est promue au rang d’acteur politique de premier plan dans l’Angleterre des années 1640-1688. Au-delà des complots militaires – les Army Plots – de 1641 et des Remonstrances de 1648, officiers et soldats jouent un rôle des plus importants, sans parler de celui dévolu à leurs commandants, de Cromwell à Monck, en passant par les major generals à qui sont confiés les rênes du pouvoir local à compter de l’hiver 1656-1657.

10 L’on s’entend en général pour caractériser les marines de guerre comme étant permanentes, étatiques et composées d’outils spécifiques de combat, en l’occurrence, au xviie siècle, les vaisseaux de ligne.

11 Il convient bien évidemment de faire ici une place à part aux corsaires, tant français qu’espagnols ou anglais.

12 Baxter D. C., Servants of the Sword. French Intendants of the Army, 1630-1670, Urbana, University of Illinois Press, 1976.

13 Marshall Alan, Intelligence and Espionnage in the Reign of Charles II (1660-1685), Cambridge, CUP, 2003. Voir aussi Bely Lucien, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990 et Hugon Alain, Au service du Roi Catholique : « honorables ambassadeurs » et « divins espions » face à la France. Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 2004. Rubens est sans doute le plus célèbre des agents de la monarchie espagnole.

14 Sur ces financiers, Bayard Françoise, Le Monde des financiers au xviie siècle, Paris, Fayard, 1988 et Dessert Daniel, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984.

15 Cf. supra le chapitre consacré aux révoltes populaires.

16 À Rennes par exemple, à l’automne 1675, les habitants doivent loger gratuitement une bonne partie des 10 000 soldats envoyés prendre leurs quartiers d’hiver dans la province en représailles du soulèvement. Un tiers de la rue Haute est rasé, 2 000 à 3 000 personnes se retrouvant ainsi sans toit. Les « dragonnades » anti-protestantes des années 1682 et suivantes constituent une sorte de systématisation de ces opérations.

17 Sur ces dimensions tactiques, Childs John, La Guerre au xviie siècle, Paris, Autrement, 2004.

18 Parker Geoffrey, The Army of Flanders and the Spanish Road (1567-1659). The Logistics of Spanish Victory and Defeat in Low Countries Wars, Cambridge, CUP, 2004 (2nd éd.), p. 31 et Chaboche Robert, « Les soldats français de la guerre de Trente Ans. Une tentative d’approche », RHMC, 19731, p. 10-24. Pour 3 204 soldats de 1716 ; Corvisier André, L’Armée française de la fin du xviie siècle au Ministère Choiseul. Le soldat, Paris, PUF, 1964, p. 618-620 propose des résultats concordants.

19 Dans la New Model Army, une décision de Cromwell en date du 1er mai 1651 interdit le mariage sous peine de sanctions. En Espagne, les Ordenanzas militares de 1632 limitent le nombre de soldats mariés à un sur six. En France, des ordonnances de 1685, 1686 et 1691 bloquent la promotion de ces militaires, ce qui explique sans doute le recul de leur part au sein des pensionnaires des Invalides, 46 % à la fin du xviie siècle, 16 % en 1715.

20 Mackay Ruth, The Limits of Royal Authority. Resistance and Obedience in Seventeenth Century Castile, Cambridge, CUP, 1994.

21 Drevillon Hervé, L’Impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2005.

22 Pour une critique de cette théorie, Nassiet Michel, « La noblesse à l’époque moderne : une démilitarisation ? », Enquêtes et documents, 1998, n° 25, p. 91-104 et Storrs Christopher et Scott H. M., « The Military Revolution and the European Nobility, c. 1600-1800 », War in History, 1996-3, p. 1-41. On peut ainsi noter que le quart des nobles catalans périrent lors du siège de la place frontière de Salses en 1640, signe de leur forte implication. De manière plus générale, les efforts – certes inégaux – consentis pour la formation militaire des nobles témoignent d’une certaine manière de cette « militarisation » croissante et de la « professionnalisation » qui en découle ; elles se font toutes deux désormais par et pour l’État cependant.

23 Nassiet Michel, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècles, Rennes, SHAB, 1995. Selon Corvisier André, L’Armée française…, op. cit., ils ne constituent cependant que 1 % des effectifs.

24 Germa-Romann Hélène, Du « bel mourir » au « bien mourir ». Le sentiment de la mort chez les gentilshommes français, Genève, Droz, 2001.

25 Morill J. S., « Mutiny and Discontent in English Provincial Armies, 1645-1647 », Past and Present, 1972, n° 56, p. 49-74.

26 Corvisier André, « Les généraux de Louis XIV et leur origine sociale », xviie siècle, 1959, p. 23-53.

27 Rappelons qu’en France, la possibilité de se faire anoblir par charge militaire disparaît en 1634.

28 On trouvera d’autres exemples dans Bennassar Bartolomé et Bennassar Lucile, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats, xvie-xviie siècles, Paris, Perrin, 1989.

29 Ces taux de pertes demandent à être comparés à ceux des batailles navales, qui se révèlent en général moins meurtrières : 2,6 % à Solebay en 1672, 1,2 % à Béveziers en 1692, 2 % à Velez-Malaga en 1704, bien peu finalement au regard des milliers de canons engagés ; Dessert Daniel, La Royale. Vaisseaux et marins du Roi-Soleil, Paris, Fayard, 1996, p. 202-209.

30 Les édiles de Landerneau décident d’ailleurs de ne plus subvenir aux besoins des prisonniers qui travaillent « pour leur proffilt » ; Croix Alain, La Bretagne aux xvie et xviie siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, p. 360-364.

31 31. Il n’existe guère de calculs comparables pour les pertes de marines de guerre, au-delà d’exemples ponctuels, en général exceptionnels d’ailleurs. Retenons, entre autres le cas de l’expédition de Wheeler contre les Antilles françaises en 1693 qui se solde par un échec après la perte de 50 % des équipages de la flotte, ou celui de de Pointis contre Carthagène, succès qui se paie de la mort de 25 % des hommes pour cause de maladie. Ce dernier doit d’ailleurs abandonner un vaisseau Destiné aux malades atteints de fièvre jaune – le fameux vomito negro… – qui, capturé par les Anglais, provoque la mort de plus de 1300 marins dont l’amiral de la flotte ennemie ; Acerra Martine et Zysberg André, L’Essor des marines de guerre européennes, vers 1680-vers 1790, Paris, SEDES, 1997, p. 245-260.

32 À ces maladies, il convient d’ajouter celles propres à la marine et au microcosme exigu, clos, humide et insalubre que constituent les vaisseaux : aux côtés du typhus, qualifié ici de « fièvre des vaisseaux », et de la typhoïde dont les éléments pathogènes se développent dans l’eau destinée à l’équipage, l’on pense en effet au scorbut, lié à une alimentation souvent insuffisante et carencée, ou encore à la fièvre jaune appelée parfois mal de Siam.

33 Roger Nathalie, « Soldats et prostituées : un couple indissociable dans la société de Louis XIV », Revue historique des Armées, 1995, n° 1, p. 19-23.

34 Rappelons que les unités de base sont les compagnies, dont les effectifs, variables selon les armes, les pays et les époques, sont en général de 50 à 200 combattants. Ces compagnies sont regroupées en bataillons (pour l’infanterie) et escadrons (dans la cavalerie) qui forment des régiments – de quelques centaines à quelques milliers d’hommes dans l’armée française au xviie, 1 200 en théorie dans la New Model Army mais de 3 à 700 en général – ou des tercios – 3 000 hommes au début du siècle.

35 Chaline Olivier, « La reddition de Breda, représentation et déréalisation de la guerre », Combattre, gouverner, écrire. Études réunies en l’honneur de Jean Chagniot, Paris, Economica, 2003, p. 255-266 et Richefort Isabelle, Adam-François Van der Meulen, peintre flamand au service de Louis XIV, Rennes, PUR, 2004.

36 Souchon Cécile, « Le poids de la guerre dans la vie quotidienne d’une paroisse picarde pendant la minorité de Louis XIV », L’Armée et la société de 1610 à nos jours. Actes du 103e Congrès national des sociétés savantes (Nancy-Metz, 1978), Paris, CTHS, 1979, p. 477-494. Outre ce volume, pour d’autres exemples, se reporter à De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée. Actes du 119e Congrès national des sociétés savantes (Amiens, 1994), Paris, CTHS, 1996 et Desplat Christian (dir.), Les Villageois face à la guerre (xive-xviiie siècle). Actes des xxiie Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, Toulouse, PUM, 2002.

37 Jacquart Jean, La Crise rurale en Île-de-France, 1550-1650, Paris, A. Colin, 1974, p. 643-751.

38 Louis Gérard, « Du village à la caverne : les grottes de Franche-Comté pendant la guerre de Trente Ans », Desplat Christian (dir.), Les Villageois face à la guerre, op. cit., p. 209-216.

39 L’une des gravures des Malheurs de la guerre s’intitule La Revanche des paysans : « Après plusieurs dégâts par les soldats commis/À la fin les paisans qu’ils ont pour ennemis/Les guettent à l’écart et par une surprise/Les ayant mis à mort les mettent en chemise/Et se vengent ainsi contre ces malheureux/Des pertes de leurs biens qui ne viennent que d’eux. »

40 Platelle Henri (éd.), Journal d’un curé de campagne au xviie siècle, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1997, p. 102.

41 Underdown David, « The Chlak and the Cheese : contrasts among the English Clubmen », Past and Present, n° 85, 1979, p. 25-48.

42 Acerra Martine, Rochefort et la construction navale française (1681-1815), Paris, Librairie de l’Inde, 1993.

43 Goodman David, Spanish Naval Power (1589-1665). Reconstruction and Defeat, Cambridge, CUP, 1997.

44 Coates Ben, The Impact of the English Civil War on the Economy of London, 1642-1650, Aldershot, Ashgate, 2004.

45 Lespagnol André, La Course malouine au temps de Louis XIV, entre l’argent et la gloire, Rennes, Apogée, 1995.

46 Bromley John S., Corsairs and Navies, 1660-1760, Londres, Hambledon Press, 1987.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540