Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Après l'apartheid

 | 
Jérôme Tournadre

Conclusion

Texte intégral

« Un ou deux jours auparavant, en allant se faire ouvrir une ligne téléphonique, Adam était passé devant des manifestants rassemblés au pied de la mairie. Des gens de couleur venus du township dansaient, chantaient et protestaient bruyamment. Il croyait révolu le temps des manifestations ; il ne parvint pas à saisir l’objet de leur colère. Une fois à l’intérieur, il interrogea la jeune Blanche boutonneuse derrière le comptoir. Elle frémit sous sa coiffure martiale :

  • Ils veulent toujours quelque chose. Vous avez beau leur donner, ils réclament toujours plus.
  • Mais là, qu’est-ce qu’ils veulent ?
  • Des logements. Ils sont mécontents à cause du lotissement, Nuwe Hoop, près de la grande route. Ils prétendent que les habitants de là-bas ont obtenu leur maison très vite alors qu’eux attendent toujours. Ils voudraient que la municipalité leur donne une maison tout de suite, comme ça, dit-elle en claquant des doigts. Que voulez-vous qu’on fasse ? Nuwe Hoop appartient à une société privée. Ici, on n’a pas d’argent. On attend l’argent du gouvernement.
  • 1 Galgut D., L’Imposteur, Paris, Éditions de l’Olivier, 2008, p. 52-53.

Cette conversation et le tapage, à l’extérieur, avaient ravivé l’intérêt d’Adam pour le maire. Apparemment, il était au centre de la contestation1. »

1L’Afrique du Sud contemporaine connaît bien un retour du « temps des manifestations », pour reprendre la formule du romancier Damon Galgut. Si les cris et les chants avaient paru moins audibles lors des premières heures démocratiques, dans une nation qui se devait d’être enfin « arc-en-ciel » et de maîtriser ses antagonismes, la fin des années 1990 a vu l’espace de la protestation sociale sortir de son atonie et retrouver une part de l’autonomie qu’il avait pu connaître sous l’apartheid. Après 1994, et l’avènement de la démocratie, la contestation avait en effet été rognée, sinon par les intérêts, du moins par les liens unissant ses principaux acteurs à ceux du monde politique. L’émergence de nouvelles organisations, distantes des partis, et la tendance du champ politique à se refermer sur lui-même (ou, plus exactement, sur son principal pôle, formé autour de l’alliance gouvernementale et, dans une moindre mesure, de la principale force d’opposition, la Democratic Alliance) ont contribué à nourrir cette vitalité retrouvée et à mettre de nouveau en perspective la spécificité mouvementiste.

2La réinscription de la protestation dans l’espace public n’implique cependant pas de souscrire à cette thèse des « nouveaux mouvements sociaux » sud-africains qui prospère depuis le début des années 2000. Tout en étant attentives aux frontières et aux démarcations (ou, plus précisément, aux mots et aux actions censés les dessiner), les pages qui précèdent ont en effet mis en lumière certaines continuités, souvent essentielles pour éclairer les ressorts de la mobilisation. Ces continuités passent essentiellement par les hommes et les pratiques. Le « retour » de certaines manières de faire n’est, par exemple, qu’apparent. Leur (re)mise en forme politique par différents groupes ne doit pas masquer qu’elles n’ont en fait jamais vraiment disparu depuis les années de lutte contre l’apartheid : elles ont fait l’objet d’une forme d’entretien, le plus souvent de façon individualisée et non-politisée, par les populations les plus pauvres, celles qui, pour subsister, ne peuvent faire autrement que de se brancher illégalement au réseau d’électricité ou de ne pas payer leurs factures d’eau.

  • 2 Sur ce décloisonnement des univers militants dans d’autres contextes nationaux (ceux du Mexique et (...)
  • 3 Mathieu L., « S’engager dans un parti et/ou dans un mouvement social : tensions et reconversions m (...)
  • 4 Goldstone J. A., « Bridging institutionalized and noninstitutionalized politics », J. A. Goldstone(...)

3Des continuités dans le temps, donc, mais également dans l’espace. Les frontières qui bordent le monde de la protestation sociale s’avèrent en effet très indécises. Le phénomène n’est en soi pas inédit, comme l’a montré Lilian Mathieu au sujet de l’espace des mouvements sociaux français. Mais dans le cas sud-africain, ce flottement a potentiellement – et paradoxalement – pour principal effet de conférer une consistance certaine à cette sphère. Que ce soit sous l’apartheid ou depuis 1994, les porteurs de flamme du mécontentement placent en effet une partie de leur effort de légitimation dans la revendication de zones partagées avec l’espace de la communauté, notamment celles où s’observent ces pratiques, ces habitudes et ces normes que certains rassemblent sous la bannière de la « politique populaire ». Cette entreprise d’effacement des lignes autorise, par conséquent, ces femmes et ces hommes à suggérer que la protestation n’est qu’une dimension – ou une extension – de la communauté, et à s’affirmer, de fait, en porte-parole de cette dernière. L’enjeu d’un tel positionnement est évidemment de taille, la référence communautaire pouvant générer cette légitimité populaire dont on a vu la place qu’elle occupe jusque dans le débat politique post-apartheid. Les frontières partagées avec la sphère politique institutionnelle révèlent également leur plasticité. En témoignent, les reconversions relativement aisées de militants partisans dans le mouvement social. Plus généralement, c’est même un continuum de l’action collective qui se dessine entre le monde mouvementiste et ses pendants associatif, politique et syndical2. Ce phénomène est manifeste au niveau local où, à l’inverse de ce que l’on peut notamment observer dans le contexte français3, les militantismes sociaux, politiques et associatifs ne sont pas particulièrement distincts les uns des autres. Ils ne sont certes pas systématiquement concentrés autour des mêmes enjeux (il n’y a, par exemple, pas de postes dans l’administration municipale ou de mandats d’élus à attendre ailleurs que dans la sphère partisane) mais ils partagent certaines pratiques, censées répondre aux besoins de la communauté. Même dans un contexte aussi particulier que celui de l’Afrique du Sud, où elles ont été historiquement dessinées, redessinées et intériorisées de part et d’autre, les lignes de démarcation entre mondes mouvementiste et politique ne sont donc pas toujours tracées d’une main ferme. Elles fluctuent au gré d’interactions nombreuses et régulières. Cela se vérifie notamment au travers de la place non négligeable que la protestation et ses acteurs occupent dans l’environnement qui influence directement le monde politique institutionnel4. Les constestations et leurs causes apparaissent, en effet, au principe de certaines prises de positions politiques et contribuent aux modifications des rapports de force au sein de l’Alliance gouvernementale. À l’inverse, le monde mouvementiste post-apartheid ne peut être pleinement déchiffré qu’à la lumière des évolutions du champ politique, comme le suggère, entre autres, la réponse apportée à la question « Qui proteste ? ».

4Relativiser les principes de nouveauté et de rupture pour souligner, à l’inverse, certaines continuités, ne doit cependant pas rendre insensible aux transformations. Cette précaution s’avère d’autant plus nécessaire qu’elles contribuent à la spécificité de la protestation post-apartheid. La première de ces transformations concerne bien évidemment le contexte politique et, plus encore, l’identité même de « l’adversaire ». Dans l’Afrique du Sud contemporaine, il ne s’agit plus de défier une autorité arc-boutée sur la force, mais de contester les mesures décidées par un parti dont le prestige se nourrit autant du crédit tiré des urnes que d’un capital politico-populaire lié à son passé de libérateur et à la visibilité actuelle de ses représentants au niveau local. Cette légitimité hybride éclaire d’ailleurs les évolutions qu’a pu connaître la vie sociale et politique dans certains quartiers depuis 1994. Si certains de ses éléments ont récemment été réinvestis et, par conséquent, consolidés par les militants et dirigeants de l’ANC, et si elle innerve toujours les townships et camps de squatters (au travers du leadership communautaire, de comités de rue ou de réunions publiques), la « politique populaire » dont se revendiquent les activistes sociaux est néanmoins soumise à la concurrence directe des nouvelles formes de représentation politique offertes aux populations non-blanches dans l’Afrique du Sud post-apartheid. Même dans un contexte de montée de l’abstention électorale et de défiance à l’égard des élites politiques, cette situation contraint les militants protestataires à régulièrement convaincre qu’il est « normal » et « moral » de manifester pour se faire entendre lorsque l’on est méprisé socialement et politiquement.

  • 5 Goirand C., « Mobilisations et répertoires d’action collective en Amérique latine », Revue interna (...)
  • 6 Né en 1981, Julius Malema a été convaincu d’incitation à la haine en mars 2010 et en 2011, notamme (...)

5Les pages qui précèdent en disent, je l’espère, un peu plus sur cette Afrique du Sud mouvementée, si différente de la « Nation arc-en-ciel » ou de « l’Afrique du Sud des viols » qui dominent dans les médias occidentaux depuis près de vingt ans dès lors qu’il s’agit d’évoquer le « pays de Mandela ». Un certain nombre d’interrogations demeure cependant quant à son devenir, en raison notamment de l’émergence de l’espace politique intermédiaire. Ce monde en formation encadre, comme on l’a vu, des tentatives caractérisées de brouillage des frontières. Quelques-uns des groupes qui le peuplent le perçoivent même comme offrant de mettre en forme un voyage à sens unique, celui devant conduire une partie du mouvement social et de ses « valeurs » vers la politique dans ce qu’elle a de plus officiel. Se dévoile, dans certains entretiens, l’envie d’une sorte de « parti-mouvement5 », construit sur le rassemblement d’organisations protestataires et de petits partis d’extrême-gauche, à l’instar du MAS bolivien, du Parti des Travailleurs brésilien ou, pour rester sur le continent sud-américain, du PRD mexicain. Un tel projet semble encore relever du fantasme, en raison de l’hostilité de certains activistes à toute compromission avec la « politique des partis » ou, peut-être plus encore, de la crainte de voir l’héritage contestataire fragilisé par la compétition électorale. Mais qu’en sera-t-il dans une dizaine d’années, lorsque la majorité des individus en âge de voter sera trop jeune pour avoir connu l’ANC des années de lutte contre l’apartheid et se révélera, par conséquent, moins exposée à cette fameuse « loyauté » actuellement dénoncée par les organisations mouvementistes ? Qu’en sera-t-il, surtout, si l’effort protestataire des années 2000 est finalement récupéré par d’autres ? Les derniers mois de l’année 2013 ont en effet vu émerger une nouvelle formation politique : Les Economic Freedom Fighters (EFF). Emmenés par Julius Malema6, cet ancien président de la ligue de jeunesse de l’ANC (ANCYL) écarté du parti majoritaire après de multiples provocations, les EFF entendent en effet capitaliser sur le mécontement populaire. Multipliant les actions « coup de poing » (marches contre le coût de la vie, injures à l’encontre d’adversaires politiques, etc.) visant à le placer opportunément à distance des usages d’une démocratie-libérale associée aux élites politiques, ce parti chasse ouvertement sur les terres de la protestation née dans les années 2000 et menace de redéfinir la carte du monde politique à l’issue des élections générales de 2014.

6C’est en partie pour toutes ces raisons que cette analyse de la protestation sociale, si elle ne prétend pas dresser un portrait global de l’ère post-apartheid, n’en demeure pas moins une première étape dans l’élaboration d’une histoire encore à faire de la démocratie sud-africaine.

Notes

1 Galgut D., L’Imposteur, Paris, Éditions de l’Olivier, 2008, p. 52-53.

2 Sur ce décloisonnement des univers militants dans d’autres contextes nationaux (ceux du Mexique et du Brésil, notamment), voir Combes H., Faire Parti, op. cit., et Goirand C., « Penser les mouvements sociaux d’Amérique latine. Les approches des mobilisations depuis les années 1970 », Revue française de science politique, vol. 60, no 3, 2010, p. 445-466.

3 Mathieu L., « S’engager dans un parti et/ou dans un mouvement social : tensions et reconversions militantes », S. Luck & S. Dechezelles (dir.), Voix de la rue…, op. cit., p. 149-162.

4 Goldstone J. A., « Bridging institutionalized and noninstitutionalized politics », J. A. Goldstone (dir.), States, Parties…, op. cit.

5 Goirand C., « Mobilisations et répertoires d’action collective en Amérique latine », Revue internationale de politique comparée, vol. 17, no 2, 2010, p. 7-27.

6 Né en 1981, Julius Malema a été convaincu d’incitation à la haine en mars 2010 et en 2011, notamment après son usage répété d’une chanson appelant à tuer les fermiers blancs. Affichant un train de vie luxueux et multipliant les attaques sexistes et les menaces à l’encontre des journalistes, il fait également l’objet de plusieurs enquêtes en lien avec la constitution de son patrimoine. Mais cela ne l’empêche pas, depuis sa suspension de l’ANC en raison de critiques répétées à l’égard de Jacob Zuma, de rassembler plusieurs milliers de supporters lors de grands meetings dans les zones les plus pauvres d’Afrique du Sud.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540