Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Après l'apartheid

 | 
Jérôme Tournadre

6. Un espace politique « intermédiaire » ?

Texte intégral

1Plus qu’un chapitre en soi, c’est une amorce de conclusion qui s’esquissera dans les pages qui suivent. Il va s’agir de se pencher sur un objet en train de se faire ; un objet dont l’existence est en partie liée à la protestation sociale mais ne se confond pas avec elle. Si l’on voulait raisonner en termes de cycles, il serait certainement possible de déceler dans l’« apparition » de cet objet, les signes annonçant la fin d’une époque et la possible entrée dans une nouvelle ère. Depuis la seconde moitié des années 2000, se dessinent en effet les contours d’un espace « intermédiaire ». Un espace entre deux mondes et entre deux moments. Ses caractéristiques le rapprochent à première vue de ce que Philippe Gottraux, analysant certains pans des mondes politique et intellectuel dans la France des années 1950 et 1960, a désigné sous le terme de « champ politique radical » :

  • 1 Gottraux P., « Socialisme ou barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la France de (...)

« En démarcation avec un champ politique “politicien”, […] un champ politique radical […] : soit le réseau constitué par des groupes, organisations, partis (ou fraction de partis) partageant des référents anticapitalistes et révolutionnaires, se revendiquant du prolétariat et/ou des sujets sociaux dominés et cherchant, enfin, dans une praxis (où se rencontrent réflexion et action) à transformer le monde qui les entoure. Quant aux profits recherchés, ils sont symboliques (prestige découlant du contrôle de la légitimité politico-théorique notamment) et matériels (capacités organisationnelles, influence dans les mouvements, les syndicats ou les associations, recrutement militant, etc.)1. »

2Pourquoi parler d’un espace politique intermédiaire dans le cas de l’Afrique du Sud contemporaine ? Peut-être parce que les rassemblements d’individus, les lieux ou les initiatives qui vont être décrits dans ce qui suit, ne se situent plus totalement dans le monde de la protestation sociale mais ne relèvent pas non plus de celui de la politique « officielle » ou « politicienne », pour reprendre les termes de Philippe Gottraux. Ils s’organisent autour d’enjeux et d’objets quelque peu différents de ceux qui définissent d’ordinaire les deux mondes précités. Cet espace n’en est pas pour autant déconnecté de la protestation sociale ou de la politique institutionnalisée. Bien au contraire. Son émergence est ainsi à rapprocher des évolutions qu’a pu connaître la première au cours de la seconde moitié des années 2000. Certains des groupes qui l’ont investi se sont, par exemple, illustrés dans le mouvement social dès la fin des années 1990. Ils ont cependant eu tendance, à partir des années 2006-2007, à diagnostiquer une perte d’efficacité de certains des modes d’action qui avaient, jusqu’alors, appuyé la visibilité de leurs causes dans l’espace public sud-africain. La démobilisation de nombre d’activistes et le retrait de populations sur lesquelles les porte-parole des organisations croyaient pouvoir compter pour grossir les rangs des manifestations ou des réunions publiques, ont été interprétés comme autant d’éléments justifiant l’exploration de nouvelles voies de contestation des politiques gouvernementales. La constitution de l’espace politique intermédiaire a par ailleurs été influencée par certaines des mutations du monde politique sud-africain, qu’il s’agisse de la marginalisation de la gauche au sein de l’Alliance ou des dissensions de plus en plus fortes travaillant cette même alliance depuis le milieu des années 2000. Peut-être a-t-elle, plus généralement, partie liée avec le processus de fermeture dans lequel la classe politique s’est progressivement engagée depuis la fin des années 1990. Très largement dominée par les groupes dirigeants de l’ANC, la « politique des partis », si souvent décriée par les activistes sociaux, n’a en effet pas semblé autoriser le principe même de la dissidence. Au-delà du cas du Congress of the People (COPE), fondé en 2008 par des membres de l’ANC liées à Thabo Mbeki et dont les résultats ont, depuis lors, été plus que mitigés, la recherche d’une existence entre l’ANC et l’opposition incarnée par la Democratic Alliance s’est révélée infructueuse pour de nombreux groupes ayant eu, à un moment ou à un autre des années 2000, l’ambition d’agir politiquement sous une étiquette d’« indépendant ».

3La constitution de l’espace politique intermédiaire s’appuie, enfin, sur l’agrégation de différents lieux et de différents moments où se rencontrent des groupes aux logiques et trajectoires relativement différentes : des activistes sociaux, des intellectuels, des syndicalistes, des individus en voie de marginalisation au sein de la sphère politique, etc. Il n’est dès lors pas surprenant que nombre de ceux qui, progressivement, le peuplent et lui donnent un début de consistance, l’envisagent comme un trait d’union, voire un sas, entre différents mondes. L’espace politique intermédiaire sud-africain n’en constitue pas moins un ensemble spécifique, dont les principaux acteurs se donnent à voir en garants de la « gauche sud-africaine ». C’est même cet engagement à gauche et pour la gauche qui rapidement le structure et lui confère un début de cohésion et de cohérence.

L’émergence de l’espace politique intermédiaire

4Si les signes les plus prononcés de son institutionnalisation se multiplient à la fin de la décennie 2000, l’espace politique intermédiaire se dessine en creux quelques années auparavant. On trouve une assez bonne illustration de ce phénomène dans la tenue d’une « Conférence sur le mouvement social » organisée en 2004 par les chercheurs du Centre for Civil Society (CCS), un laboratoire de l’université du KwaZulu Natal (Durban). À l’origine d’un programme de recherche consacré à la protestation sociale, le CCS réunit à Johannesburg, les 28 et 29 octobre, plusieurs individus venus d’horizons a priori différents (universitaires, chercheurs indépendants, journalistes, activistes sociaux, permanents politiques, syndicalistes) mais dont la particularité résiderait dans leur capacité commune à incarner la gauche sud-africaine. Sont ainsi invités à échanger sur des thèmes aussi explicites que « Forces pro-gouvernementales vs Forces anti-gouvernementales : une plateforme commune de gauche est-elle possible ? », des dirigeants de l’Anti-Privatisation Forum, de l’Anti-Eviction Campaign, du Soweto Electricity Crisis Committee, du Landless People’s Movement, mais également Mazibuko Jara, alors porte-parole du Parti communiste, Michael Sachs, économiste de l’ANC, Neil Coleman, membre de la direction de COSATU, et des représentants des instances nationales de la Ligue de la jeunesse de l’ANC (ANCYL) et de SANCO. Différentes pistes sont explorées au cours de ces deux jours de discussion, dans le but de dessiner des alliances « à gauche » au mépris des frontières organisationnelles. Il est par exemple suggéré par Patrick Bond, le directeur du CCS dont l’engagement aux côtés de certaines organisations protestataires est notoire, de chercher à rassembler « nouveaux » mouvements sociaux et syndicalistes autour de la démarchandisation des services publics, de la lutte contre les privatisations ou de la dénonciation des politiques de recouvrements des coûts pratiquées par les municipalités et les gestionnaires des services d’eau et d’électricité.

5Ce rassemblement débouche sur quelques conclusions assez convenues, notamment celle affirmant l’ancrage d’un projet émancipateur et égalitariste dans l’histoire du mouvement ouvrier sud-africain, projet dans lequel tous les participants pourraient se retrouver. Son déroulement laisse pourtant apparaître une tendance que l’on retrouvera au cœur même des stratégies déployées quelques années plus tard pour faire vivre l’espace politique intermédiaire : celle d’un effacement des frontières devant, à terme, conduire à l’union sous une même bannière. Une telle conclusion apparaît d’autant plus cohérente que les protagonistes se connaissent pour la plupart depuis de nombreuses années, s’étant très souvent côtoyés au sein de certains partis et syndicats dans les années 1990.

  • 2 Declaration of the Civil Society Conference, Boksburg, 27-28 octobre 2010, <http://www.cosatu.org.za/show.php?include=docs/pr/2010/pr1029.html> (consulté le 29 octobr</http>

6Ce sont justement les syndicats qui sont à l’origine d’une initiative presque similaire en octobre 2010, la « Civil Society Conference ». Les dirigeants de COSATU, aidés de ceux du Treatment Action Campaign et de section 27, une association de juristes luttant pour le respect des droits socio-économiques contenus dans la Constitution, convient en effet près de 300 représentants de 56 organisations à « reconstruire un puissant mouvement de masse travaillant avec le peuple et le gouvernement pour éradiquer les problèmes sociaux massifs ». Le constat d’ouverture est sans appel et fait écho aux slogans portés par la protestation tout au long des années 2000 : quinze ans après la fin de l’apartheid, le logement, la santé, l’éducation ou les transports, seraient toujours sous l’emprise de la ségrégation2. La conférence connaît, dans les jours qui suivent, un certain retentissement. Les dirigeants de l’ANC, qui, pas plus que ceux du SACP ou de SANCO, n’y ont été conviés, réagissent en effet vivement. Ils accusent notamment leur « partenaire » de vouloir construire une « opposition » à l’alliance gouvernementale. Il est vrai que la conférence s’est inscrite dans un climat de défiance de plus en plus affirmé entre les composantes de cette dernière. Depuis quelques semaines, Zwelinzima Vavi, le secrétaire général de la confédération syndicale, dénonce en effet régulièrement la corruption qui gangrènerait le gouvernement et les instances dirigeantes de l’ANC. D’une manière plus générale, l’année 2010 a surtout été l’occasion pour certains groupes, dont ceux qui dirigent COSATU, de critiquer le peu de rétributions perçues en échange de leur engagement au côté de Jacob Zuma depuis plus de trois ans.

  • 3 Comité éditorial, « The conference that outraged the ANC », Amandla!, no 17-18, novembre-décembre (...)

7Les craintes des dirigeants de l’ANC ne sont peut-être pas totalement infondées au regard des conclusions de la conférence et de l’identité des participants. L’identité, tout d’abord. Si près de 60 % des délégués sont issus des rangs des divers syndicats affiliés à COSATU et si l’ensemble des secrétaires provinciaux de la confédération entoure également le secrétaire général et son équipe, certaines invitations peuvent surprendre. L’absence de prise en charge des frais de transports et d’hébergements par les hôtes de la conférence ayant découragé certains3, ce sont principalement des organisations actives dans la Province du Gauteng qui rallient les salles de réunion de Boksburg, ville minière à l’Est de Johannesburg. Se pressent ainsi, aux côtés du congrès des chefs traditionnels (CONTRALESA) ou du Conseil sud-africain des Églises, des représentants de l’Anti-Privatisation Forum et du Soweto Electricity Crisis Committee, deux des principales organisations ayant animé et encadré la protestation sociale au cours des années 2000. La présence de certaines figures emblématiques des « nouveaux mouvements sociaux » ne manque pas d’être saluée par les dirigeants nationaux de COSATU, son secrétaire général regrettant même le refus des responsables d’Abahlali baseMjondolo, alors en conflit avec la branche capetonienne de la confédération syndicale, de se joindre à la conférence.

  • 4 Declaration of the Civil Society Conference, op. cit.

8Les conclusions auxquelles arrivent les délégués, au soir du 28 octobre, méritent également d’être soulignées. Au-delà de déclarations communes sur la mise en œuvre défaillante de lois et de politiques pourtant « bonnes4 » ou sur la nécessité de combattre la corruption au sein des élites politiques et économiques, il est décidé de consolider le collectif naissant à travers diverses campagnes nationales. Ces dernières se concentreront par exemple sur l’éducation ou l’édification d’une sécurité sociale susceptible d’éradiquer les grandes inégalités du système de santé. Il est par ailleurs convenu de réunir la conférence tous les ans et, surtout, d’en transposer le principe aux niveaux régional et provincial afin de mener des combats communs sur « le terrain ».

La gauche en revue

  • 5 « Editorial », Amandla !, no 1 (pilote), juillet 2007, p. 3.
  • 6 À partir du troisième numéro, Amandla ! est sous-titrée « South Africa’s new progressive magazine (...)

9Sommet autoproclamé de la société civile, la conférence d’octobre 2010 laisse une nouvelle fois entrevoir une entreprise de dépassement de frontières dont l’existence a pourtant été régulièrement affirmée au fil des années 1990 et 2000. Cette ambition ne se limite cependant pas à ce type d’événements. Elle se consolide en effet dans l’émergence de lieux susceptibles d’institutionnaliser le rassemblement de groupes issus de différents secteurs de la société. La revue Amandla !, dont le numéro pilote paraît en juillet 2007, figure en bonne place parmi ces lieux. Les auteurs du premier éditorial présentent la revue comme une « plate-forme plurielle pour penser à gauche5 », quelques semaines après la plus grande grève du secteur public qu’ait connue l’Afrique du Sud. Il doit plus exactement s’agir de reconstruire un « projet pour le renouveau de la gauche » sensible aux tendances qui traversent alors le pays : une intensification de la lutte des classes, le durcissement de la protestation contre un développement économique et social raté, la multiplication des résistances locales à des projets ne respectant ni les hommes, ni l’environnement, et la persistance des contradictions au sein de l’Alliance. Publiée par l’Alternative Information & Development Centre (AIDC), une structure ayant régulièrement apporté une aide logistique à différents collectifs protestataires dans les années 2000, Amandla ! voit également ses premiers numéros financièrement soutenus par des organisations étrangères (Lipman Miliband Trust, Rosa Luxemburg Foundation et Stiftung Umverteilen). L’international imprègne d’ailleurs la composition de son comité éditorial. Y apparaissent certains grands noms de la « radicalité » mondialisée : le linguiste et philosophe nord-américain Noam Chomsky, l’écrivaine égyptienne Nawal el Saadawi, le sociologue franco-brésilien Michael Löwy, l’essayiste de la question urbaine Mike Davis, le fondateur aux États-Unis du Black Radical Congress, Bill Fletcher, ou encore, la journaliste britannique Hilary Wainwright, figure du féminisme et rédactrice de la revue socialiste Red Pepper. Cette ouverture sur le monde se vérifie d’ailleurs dans le nombre de dossiers et articles consacrés aux atteintes internationalisées à la « justice sociale6 » : la crise financière, les « révoltes de la faim », etc.

  • 7 « Editorial », Amandla !, no 1 (pilote), juillet 2007, p. 3.

10C’est cependant au sein de la partie sud-africaine du comité éditorial et, plus encore, de son comité de rédaction, que se révèle avec le plus de netteté l’ambition première de Amandla ! : créer un « espace non sectaire pour la gauche la plus large7 ». Cette orientation justifie que soient associés à la destinée de la revue des individus qui, dès les premières années de la démocratie sud-africaine, et tout en étant investis à des degrés divers dans les syndicats, l’ANC ou le SACP, avaient déjà cherché à poser les jalons d’une gauche « anti-néolibérale ». Brian Ashley (responsable de l’AIDC), Dennis Brutus (ancien détenu de Robben Island et dirigeant de Jubilee SA), Hein Marais (journaliste et écrivain) et Trevor Ngwane sont parmi les principaux instigateurs de la Campaign Against Neoliberalism in South Africa (CANSA) en 1996-1997.

  • 8 Il s’agit d’un syndicat fondé en 1993 et rassemblant des travailleuses de l’économie informelle.

11La présence de Trevor Ngwane, coordinateur du Soweto Electricity Crisis Committee et co-fondateur de l’Anti-Privatisation Forum, vient rappeler l’importance que Amandla ! accorde à la protestation sociale post-apartheid. Il n’est d’ailleurs pas seul : la sociologue Fatima Meer et l’essayiste Ashwin Desai, tous deux impliqués dans les actions du Concerned Citizens Forum (CCF) au début des années 2000, ou Patrick Bond, directeur du Centre for Civil Society (université du KwaZulu Natal), siègent également dans le comité éditorial de la revue. D’autres causes structurant la « société civile » sud-africaine sont également représentées : le féminisme, par l’intermédiaire de Pat Horn, ancienne militante anti-apartheid à l’origine de la fondation du Self-employed Women Union8, ou l’écologie, par le biais du sociologue David Fig. On peut également ajouter à cette courte liste, le nom de Mazibuko Jara. Tout en ayant été le porte-parole du Parti communiste et le secrétaire général adjoint de la Ligue des jeunes communistes (dont il sera exclu en 2005 après avoir critiqué le soutien de l’organisation à Jacob Zuma), ce dernier s’est illustré dans la défense des droits des homosexuels ou des malades du sida (dans les rangs de la Treatment Action Campaign, notamment).

  • 9 Il sera exclu de ces organisations en 2008, emporté par un scandale lié au financement des syndica (...)

12L’engagement des fondateurs de la revue en faveur du rassemblement de la gauche sud-africaine dans toute sa diversité se manifeste surtout dans l’ouverture du comité éditorial au-delà de cet ensemble flou qu’est la « société civile ». Y figurent en effet deux noms a priori inattendus dans un tel aréopage : ceux de Jeremy Cronin et Willie Madisha. Exilé sous l’apartheid après avoir connu la prison, poète et écrivain, le premier est en effet secrétaire général adjoint du Parti communiste depuis 1995, député ANC à partir de 1999 puis vice-ministre des Transports dans le gouvernement Zuma. Quant au second, il est, lors de la création de la revue, président de la confédération syndicale COSATU et du syndicat des enseignants9. L’un comme l’autre incarnent, au moins lors du lancement de la revue, une Alliance gouvernementale pourtant au centre des critiques qui jalonnent les numéros d’Amandla !. Leurs présences traduisent une volonté de sortir d’une impasse, celle que décrit assez précisément ce récit des « deux gauches » qui se diffuse dans certains milieux intellectuels et militants dès le milieu des années 2000 et justifie des rencontres telles que celles de Johannesburg en 2004 ou Boksburg en 2010.

  • 10 Appolis J., « “Old Left” & Old Formulae », 7 décembre 2005, disponible sur le site de l’Anti-Priva (...)
  • 11 McKinley D., «The crisis of the Left in contemporary South Africa», art. cit., p. 73.
  • 12 Entretien avec Vishwas Satgar, 16 mai 2011, Johannesburg.
  • 13 Vishwas Satgar cité dans Mmanaledi Mataboge, « New Life for the Left », Mail & Guardian, 3 décembr (...)
  • 14 McKinley D., « The crisis of the left in contemporary South Africa », art. cit., p. 78.

13La première de ces gauches, plus « ancienne10 » ou plus « traditionnelle11 », englobe tous ceux qui, au sein de l’Alliance, s’opposent – même timidement – au néolibéralisme des élites politiques sud-africaines. Persuadée de pouvoir réorienter l’ANC12 et convaincue de la centralité de l’État dans la conduite du changement social13, elle se serait maintenue dans l’alliance gouvernementale, principalement au sein de COSATU et du Parti communiste, tout en développant un discours critique la plongeant progressivement dans les marges du pouvoir. À l’inverse, une seconde, une « nouvelle gauche », aurait émergé au-delà des frontières de cette alliance, tout autant portée par l’élan des « mouvements sociaux » et des « organisations issues des communautés » que par l’échec des « principales forces de la gauche traditionnelle » – la « première », donc – à contenir le néolibéralisme14. Elle se serait néanmoins rapidement affaiblie, faute d’homogénéité et de cohérence idéologique. Ce sont ces deux tendances qu’il s’agirait désormais de faire converger par le biais d’initiatives comme celle que prétend définir Amandla ! Plus généralement, c’est autour de cette recherche d’unité que vont se définir les principaux enjeux et débats de l’espace politique intermédiaire.

La gauche en mouvement(s)

  • 15 Ibid., p. 70.

14Il y a, derrière l’entreprise Amandla !, un constat de plus en plus présent dans certains milieux intellectuels et activistes à mesure que s’achève la première décennie du XXIe siècle : partie prenante du mouvement de libération nationale, la gauche sud-africaine, dans son ensemble, serait entrée dans un brutal processus de marginalisation, de « déclassement » et de « balkanisation15 » dès les premières années démocratiques. Incapable de bâtir un contre-projet cohérent et susceptible de défaire une « élite Armani » dont le pouvoir a été régulièrement conforté au sein de l’ANC, elle aurait la plupart du temps concentré ses efforts sur des problèmes spécifiques et singuliers (single issues) : la faiblesse des moyens engagés dans la lutte contre le sida, les privatisations, les problèmes d’eau et d’électricité de millions de Sud-Africains, la xénophobie, etc. Ce constat recoupe évidemment le récit sur les « deux gauches », dans la mesure où cette situation de « crise » serait justement alimentée par l’absence de dialogue entre les grandes tendances du militantisme « progressiste » et « radical » sud-africain et leur incapacité à élaborer un programme commun de transformation de la société.

  • 16 Entretiens avec Martin Legassick (le 22 mai 2010) et Brian Ashley (le 24 mai 2010), Cape Town.
  • 17 Ces derniers seront d’ailleurs rappelés à l’ordre par les dirigeants du Parti.

15La volonté de rassemblement que porte, entre autres, Amandla ! connaît une étape essentielle en 2008. L’année est en effet marquée par l’émergence d’un nouvel acteur, la Conference for a Democratic Left (CDL). La CDL naît de la rencontre de différents groupes et, peut-être surtout, de la mobilisation de réseaux parfois anciens. Comme le laissait déjà envisager la ligne éditoriale de la revue le principal enjeu, à l’aube des années 2010, est de construire un lieu susceptible de fédérer tous ceux qui, tant à l’extérieur de l’alliance qu’en son sein, contestent les orientations politiques des gouvernements qui se sont succédés depuis 1996, année de l’adoption du GEAR et d’un ralliement plus assumé à une certaine orthodoxie économique. Un tel forum doit ainsi permettre, selon les premiers porte-parole de la CDL, d’établir un lien entre les questions très concrètes ayant mobilisé une partie de la « gauche » depuis la fin des années 1990 (la lutte contre les expulsions, pour le logement, l’accès à la santé, à l’électricité, etc.) et des questions plus globales, la Conference devant avant tout s’affirmer comme un front « anti-capitaliste » et « anti-néolibéral16 ». C’est dans cette optique que sont organisées plusieurs réunions au cours de l’année 2008. Elles mettent en présence des groupes aux origines relativement diverses. À Johannesburg, une soixantaine d’activistes sociaux et politiques se réunit, sur fond de déclin d’organisations comme l’APF ou le Landless People’s Movement et de mobilisation contre les actes xénophobes qui embrasent alors les townships. La plupart des participants est issue de la protestation sociale, du mouvement environnementaliste et de celui de défense des homosexuels, mais également du Parti communiste de Johannesburg17. Des rapprochements semblables ont lieu au même moment, ou presque, en d’autres points du territoire sud-africain et conduisent assez rapidement au lancement officiel, en octobre 2008, de la Conference for a Democratic Left (CDL), un collectif qui, sans être un parti, entend porter la voix de la « gauche » dans le débat public.

Un entre soi socio-politique

  • 18 Les représentants du SACP au Parlement ou dans les gouvernements locaux sont élus sous l’étiquette (...)
  • 19 Même fragmenté en une multitude de groupuscules, le « trotskysme » occupe, depuis les années 1930, (...)

16Ce qui, au moins dans un premier temps, se résume à l’agrégation de quelques individus se connaissant ou s’étant croisés dès la fin des années 1990 (voire dès la décennie précédente, au sein du United Democratic Front notamment), alimente très vite le soupçon d’entre-soi. On retrouve parmi les premiers instigateurs de la CDL, un certain nombre d’individus alors en voie de marginalisation plus ou moins avancée au sein la sphère politique institutionnalisée, à l’instar des ex-communistes Mazibuko Jara ou Vishwas Satgar. Le premier est le porte-parole du SACP entre juin 2000 et avril 2005 et le vice-secrétaire général de la ligue de jeunesse de ce même parti. Ayant fait publiquement état de ses réserves quant au soutien apporté par la ligue à la candidature de Jacob Zuma, alors accusé de viol, Jara est démis de ses fonctions en fin d’année 2005. Un sort assez semblable est réservé à Vishwas Satgar. Secrétaire du parti dans la Province du Gauteng, Satgar est de ceux qui, à partir du milieu des années 2000, exigent la tenue d’un débat interne sur la possibilité d’engager le SACP dans la compétition électorale18. Cette position lui vaut d’être durement rappelé à l’ordre par la direction du parti puis suspendu en 2008. De telles situations de dissidence plus ou moins volontaire s’observent également dans le parcours d’autres fondateurs de la CDL. C’est le cas de l’historien Martin Legassick, l’un des principaux représentants du CDL dans la Province du Cap ouest, ou de Noor Nieftagodien, maître de conférences à l’université de Wits. Tous deux sont en effet issus de la Marxist Workers Tendency, ce groupe d’intellectuels trotskystes écartés de l’ANC au cours des années 1980 et 199019.

  • 20 Entretien avec Vishwas Satgar, le 16 mai 2011, Johannesburg.

17L’association naissante est promptement accusée par certains, au sein même de la gauche non-gouvernementale, de n’être qu’un simple rassemblement d’« intellectuels de gauche issus de la classe moyenne ». Une telle accusation peut certainement s’appuyer sur le profil des fondateurs de la CDL et, plus précisément, sur le fait que certains n’ont pas fait l’expérience du mouvement social post-apartheid, véritable gage d’activisme au sein de la gauche « radicale » des années 2000. La composition même du comité de pilotage qui, en janvier 2011, accompagne la transformation de la Conference for a Democratic Left en Democratic Left Front (DLF), ne désarme pas totalement la critique et le scepticisme de certains. Sur les dix membres qui, sans avoir été élus, siègent au sein de cette instance, six sont par exemple insérés dans le monde universitaire (en tant qu’enseignants pour quatre d’entre eux et de doctorants pour deux autres). Quatre ont par ailleurs été des « professionnels » de la politique ou du syndicalisme à un moment ou un autre des quinze dernières années (élus locaux, permanents). Mais l’homogénéité apparente de sa direction nationale ne rend pas forcément compte de l’hétérogénéité des configurations que recouvre la CDL, puis le DLF, au niveau local. Dans la région du Cap, ses principaux représentants essaient ainsi, avec plus ou moins de succès, de rallier à leur cause les dirigeants des principales organisations protestataires locales (l’Anti-Eviction Campaign et Abahlali Western Cape) tout en lorgnant sur des structures proches de la Treatment Action Campaign. Les liens qu’ils entretiennent avec SAMWU, le syndicat des employés municipaux, dont le siège national est au Cap, sont également mis à contribution lors de workshops ou de réunions d’information. Dans l’Eastern Cape, les réseaux CDL/DLF sont plus faibles et se concentrent principalement autour de quelques universitaires, une poignée d’étudiants de la Rhodes University et des militants du Mouvement des chômeurs (Unemployed People’s Movement/UPM), particulièrement actifs dans les townships de Grahamstown. Le principal porte-parole de l’UPM, qui vit dans l’un des quartiers de cabanes qui surplombent la ville, rejoint d’ailleurs le comité national de pilotage du DLF en janvier 2011. Dans le Gauteng, la CDL est incarnée par des groupes très politisés dont certains ont déjà eu l’occasion, au début des années 2000, de s’unir contre la dénonciation des programmes de « privatisation » de l’université et de la ville. L’ensemble est ainsi composé d’étudiants militant dans des organisations trotskystes ou anarchistes, d’activistes du mouvement gay et lesbien, de syndicalistes indépendants, d’universitaires et de représentants de différentes organisations issues des townships. Ce lien avec le terrain – avec les « grassroots » – est d’ailleurs particulièrement travaillé par les responsables CDL/DLF de la région de Johannesburg. Plusieurs des leaders communautaires impliqués dans la vague de protestation violente qui ébranle les townships du Gauteng en janvier 2010, sont ainsi conviés à la conférence régionale que les responsables de la CDL organisent en mars de la même année. De l’aveu même de l’un des dirigeants de la CDL, il s’agit alors de « tester la température de l’eau20 », d’évaluer la possibilité de rallier ces insurrections au projet politique alors en phase d’élaboration. Les délégués de la CDL sont en retour invités à se joindre, en marge de la réunion, à une marche organisée par une « communauté » pour dénoncer ses conditions de vie.

Construire la convergence des luttes

18Ces rencontres doivent donc permettre d’apprécier la faisabilité d’une convergence des luttes, une ambition mise en forme dans Phakami, le journal dont se dote la Conférence en 2009. Distribué dans un premier temps dans les townships du Cap, et édité dans différentes langues (anglais, afrikans, zoulou, xhosa), il est censé être écrit par des « membres ordinaires » de l’organisation (des « workers correspondents ») en des termes simples et accessibles. Ce quatre-pages doit ainsi permettre de souligner une nouvelle fois les intérêts communs des pauvres et des travailleurs. Le lien entre ces deux populations est également mis en valeur dans les premières activités d’envergure de la CDL. Cette dernière apporte ainsi son soutien à des syndicats indépendants engagés dans des conflits sociaux locaux. Ses dirigeants estiment alors pouvoir relayer la voix de ces structures a priori faibles. En octobre 2010, les responsables de la CDL assistent par exemple des militants de la Metal and Electrical Workers Union of South Africa (MEWUSA) engagés dans l’occupation d’une usine, dans les environs de Johannesburg. Ils tentent également de mettre en place une campagne de solidarité au sein de la township voisine, Soweto, et en appellent à des dons en faveur des ouvriers menacés de licenciement. La démarche est sensiblement la même quelques semaines plus tard lorsque la CDL multiplie les communiqués de presse dénonçant les pratiques des abattoirs Robertson à l’encontre des salariés membres d’un autre syndicat indépendant, la Commercial Stevadoring Agricultural and Allied Workers Union (CSAAWU). Une nouvelle campagne de solidarité est mise en place, qui prend essentiellement la forme d’envois de courriers aux dirigeants de deux chaînes de supermarchés comptant parmi les principaux clients des abattoirs et d’un appel aux dons en nourriture. En juillet 2011, alors que l’Afrique du Sud s’engage dans une vague de conflits sociaux orchestrés par différentes composantes de COSATU en vue d’obtenir des améliorations salariales (dans les mines, la chimie, la métallurgie et le secteur public), c’est encore une fois au niveau des « communautés », dans les townships, que les militants CDL tentent de mettre en place des manifestations de soutien aux travailleurs.

  • 21 Entretien, Johannesburg, le 16 mai 2011.
  • 22 Entretien, Durban, le 7 juillet 2009.

19Ce dernier exemple lève d’ailleurs le voile, certes peu opaque, sur l’une des ambitions majeures des dirigeants de la CDL puis du DLF : se rapprocher de COSATU et de ses centaines de milliers d’adhérents. Les partisans d’une telle entreprise ne manquent ni d’arguments, ni de moyens. Parmi ces derniers, figurent évidemment les liens plus ou moins cordiaux unissant depuis de longues années différents reponsables CDL/DLF à ceux des principaux syndicats affiliés à la confédération. Cette proximité s’est parfois construite au cœur des luttes sociales de la fin des années 1990 et du début de la décennie suivante, comme en témoignent les rapports somme toute privilégiés qui se sont tissés entre certains activistes sociaux et leurs homologues du syndicat des employés municipaux, SAMWU. Plus prosaïquement, ces attaches résultent aussi du passé syndical de nombreux porte-parole de la nouvelle structure de gauche. Lors de la seconde moitié des années 1990 et alors qu’il vient d’achever des études de droit du travail, Vishwas Satgar est ainsi salarié par Naledi, l’institut de recherche sur l’emploi mis en place par COSATU21. Plus ou moins à la même époque, Trevor Ngwane occupe, quant à lui, un emploi de formateur (education officer) au sein du Transport and General Workers Union22.

  • 23 Entretien avec Noor Nieftagodien, membre du comité de pilotage du DLF, le 19 mai 2011, Johannesbur (...)

20Facilitées par ces différents liens, les tentatives de rapprochement esquissées par la direction CDL/DLF en direction de celle de COSATU s’opèrent au nom d’intérêts communs. En 2010, lorsque que les dirigeants de la centrale s’engagent en faveur de l’instauration d’un système d’assurance maladie inspiré du modèle britannique, ceux de la « gauche démocratique » leur emboîtent assez logiquement le pas. Des réunions réunissant des représentants de la CDL, de la Treatment Action Campaign et de COSATU sont ainsi organisées au Cap, afin de persuader les syndicalistes de la nécessité de conduire une même campagne. Les militants CDL obtiennent finalement l’organisation de piquets conjoints devant le Parlement et la publication de résolutions communes. Dans le courant de l’année suivante, les soulèvements violents qui frappent les townships en différents points de l’Afrique du Sud et la répression policière qui s’ensuit, fournissent une nouvelle opportunité à la CDL, devenue entre-temps le DLF, de suggérer aux dirigeants de COSATU qu’ils partagent plus avec eux qu’avec les élites de l’ANC. Durant les premiers mois de l’année 2011, l’Afrique du Sud vit de nouveau au rythme des service-delivery protests. Le 13 avril, dans la ville de Flicksburg (Province du Free State), et à l’issue d’une marche qui réunit plus de 4 000 personnes pour dénoncer l’absence de services élémentaires, l’un des manifestants, Andries Tatane, est mortellement blessé par six policiers. Il n’est ni le premier ni le dernier manifestant à tomber sous les coups des forces de l’ordre : le lendemain, une femme enceinte de huit mois succombera à une blessure infligée par ces tirs à balles en caoutchouc régulièrement utilisées pour disperser les manifestations. La mort de Tatane a cependant lieu devant les caméras de la télévision nationale, les images mettant crûment en lumière la brutalité des policiers. Dans les jours qui suivent, les dirigeants du DLF organisent à Johannesburg un rassemblement en mémoire du manifestant. La résolution adoptée à l’issue de cet événement est sans ambiguïté : le Front de la gauche démocratique demande officiellement le soutien des dirigeants de COSATU pour obtenir la mise en place d’une commission d’enquête chargée de se pencher sur la mort d’Andries Tatane et, plus généralement, sur « la violence d’État dont est victime la protestation sociale23 ».

De la Conference for a Democratic Left au Democratic Left Front

  • 24 Another South Africa and World is possible. 1st Democratic Left Conference Report, 20-23 janvier 2 (...)

21Bien que marginale dans une actualité politique dominée par les guerres de pouvoir au sein de l’ANC, la visibilité de la CDL prend de l’ampleur à mesure que ses principaux porte-parole usent de leurs relais dans la presse ou les milieux intellectuels pour faire connaître leur projet : l’édification d’une « gauche démocratique » qui ferait jusqu’à présent défaut à l’Afrique du Sud. Ce mouvement s’accentue lors des semaines qui précèdent l’organisation, en janvier 2011, d’un premier congrès national dans les murs de l’université de Wits (Johannesburg). L’événement, au terme duquel la Conference for a Democratic Left se mue en Democratic Left Front (DLF), s’étire sur quatre jours d’assemblées, réunions de groupes de travail, commissions et autres ateliers. Les enjeux et ambitions affichés parlent a priori d’eux-mêmes : il s’agit principalement de tirer les leçons des combats « de masse » contemporains afin de faire de la « gauche démocratique » une « alternative programmatique en Afrique du Sud24 ».

22Tout dans l’organisation du congrès doit signifier le rassemblement des différentes « gauches » (sociales et politiques) autour d’un projet universel. Les présidences des sessions qui ordonnent ces quatre jours sont harmonieusement réparties entre les différents groupes présents : activistes sociaux (les « voix des combats de masse », pour reprendre l’intitulé de la séance d’ouverture), dissidents de l’Alliance gouvernementale, représentants du monde des ONG (la présidente de SANGOCO, l’association des ONG sud-africaines est ainsi présente) et intellectuels s’étant signalés par leur opposition à l’ANC et/ou leur soutien appuyé à la protestation sociale. Cette diversité revendiquée est par ailleurs au cœur des sujets mis à la discussion : la lutte contre les inégalités et la pauvreté cohabite ainsi avec celles en faveur de l’égalité des sexes, des droits des homosexuels ou de l’environnement. Mais plus encore, c’est dans la désignation des ennemis que transparaît la volonté d’une majorité de délégués de faire du « front de la gauche démocratique » une organisation politique généraliste. Plus que les élites de l’ANC, campées en simples exécutantes d’une menace globale, ce sont avant tout le « capitalisme » et le « néolibéralisme » qui concentrent l’essentiel des critiques et donnent au DLF sa raison d’être. Cette approche sous-tend d’ailleurs les tentatives répétées de croiser les perspectives nationales et internationales. En témoignent l’intitulé même du rapport de synthèse délivré à l’issue du congrès (« Une autre Afrique du Sud et un autre monde sont possibles ») et, peut-être plus encore, la liste des invités d’honneur qui se succèdent à la tribune durant les quatre jours : le dirigeant du mouvement des sans-terre brésiliens Joao Stedile, l’écrivaine indienne Arundhati Roy, l’ancien opposant à la guerre du Vietnam et théoricien de l’« éco-socialisme » Joel Kevel, l’économiste franco-égyptien Samir Amin, l’intellectuelle et féministe britannique Hilary Wainwright.

  • 25 Ibid., p. 5.

23Le congrès doit également permettre d’aborder les conditions concrètes d’émergence d’une « formation politique unifiée », véritable « bloc de forces sociales » aux aspirations « anti-hégémoniques25 ». C’est dans les plis de telles ambitions que se glissent cependant nombre de tensions, comme le montrent les débats autour de la pressante question électorale.

Le mouvement social dans le jeu politique

  • 26 Entretien avec Dale McKinley, le 18 mai 2011, Johannesburg.
  • 27 Peut-être peut-on voir dans ce dernier engagement, l’influence de l’actualité : le début d’année 2 (...)

24Visiblement perçue par les organisateurs comme une possible source de crispations, la question de la participation aux élections n’est abordée qu’au cours de la dernière journée du congrès. Elle offre son thème à une commission placée sous la responsabilité d’individus s’étant, par le passé, montrés plus que réservés quand à l’opportunité de lancer le mouvement social dans l’arène politique : l’un des fondateurs de l’Anti-Privatisation Forum et les présidents des deux Abahlali baseMjondolo (celui de Durban et celui du Cap), organisations ayant régulièrement appelé au boycott des élections depuis le milieu des années 2000. Les échanges entre les partisans de la création d’un « parti de masse ouvrier », les opposants résolus à toute participation électorale et ceux qui, rassemblant au final une courte majorité, estiment avant tout nécessaire d’« enraciner » la nouvelle structure26, conduisent à l’adoption d’un compromis : il est décidé que le DLF ne présentera pas directement de candidats à l’occasion des élections locales prévues pour le mois de mai. Il apportera en revanche son appui aux candidats endossant sa plate-forme, laquelle se décline principalement autour de quatre points : les candidats revendiquant le soutien du DLF s’engagent à servir la communauté ; en cas d’élection, ils ne pourront gagner plus que le salaire moyen d’un ouvrier qualifié (le surplus sera investi dans des projets de développement de la communauté ou de défense de l’environnement) ; ils ne devront jamais être impliqués dans un appel d’offres municipal ou étatique27 ; enfin, ils acceptent le principe du « recall », qui les conduira à démissionner si la communauté qui les a élus estime qu’ils manquent à leurs devoirs.

Créer un parti de masse…

  • 28 Entretien avec Prishani Naidoo, 17 mai 2011, Johannesburg.
  • 29 L’élection des conseillers locaux mêle en effet scrutin majoritaire pratiqué dans le cadre des war (...)
  • 30 Entre 2001 et 2009, le système politique sud-africain a en effet expérimenté la technique du floor (...)

25La thématique soumise aux délégués de ce qui, en ce mois de janvier 2011, devient le Democratic Left Front (DLF), travaille en fait toute une partie de la gauche extérieure à l’alliance depuis de nombreuses années. Au-delà même de la question d’une participation au jeu électoral, qui peut très bien se concevoir sous une étiquette d’indépendant, c’est celle de la création d’un parti qui se dessine plus ou moins explicitement à quelques mois des élections locales. En 1998, des responsables de syndicats affiliés à COSATU avaient déjà fait circuler une pétition appelant les dirigeants de la confédération syndicale à quitter l’alliance gouvernementale et à contribuer à la fondation d’une structure partisane susceptible de défendre les intérêts menacés des travailleurs. Poussés vers la sortie, certains des initiateurs de ce document s’étaient alors tournés vers la protestation sociale. L’idée, sous une formule certes redéfinie, avait refait surface quelques années plus tard, lorsque certains groupes avaient tenté de faire d’Indaba – l’éphémère rassemblement du mouvement social –, la première étape dans l’édification d’une organisation plus ouvertement politique28. Le sujet ressurgit enfin à l’occasion des élections locales de 2006 et de 2011. À quelques mois du scrutin de 2006, plusieurs militants du Soweto Electricity Crisis Committee et du Thembelihle Crisis Committee annoncent en effet la naissance d’Operation Khanyisa Movement (OKM), un « front uni d’organisations » dont l’ambition est de présenter des candidats dans certaines des circonscriptions de la grande township de Soweto. Le choix de baptiser ainsi cette nouvelle structure n’est en rien fortuit : son nom fait directement référence à la campagne de reconnexions massives qui, en 2001, avait contribué à faire connaître le SECC au-delà des seules rues de Johannesburg. Présent lors des scrutins de 2006 et de 2011, OKM n’a, au final, obtenu qu’un siège au conseil municipal. Lors des deux élections, celui-ci n’est d’ailleurs pas remporté dans le cadre d’un ward, au scrutin majoritaire à un tour, mais par le biais du scrutin de liste29. Cette unique conquête est même menacée quelques semaines après le premier scrutin, la nouvelle élue faisant le choix de rejoindre les rangs de la Democratic Alliance au sein du conseil municipal de Johannesburg30. Conseillés par le responsable d’Ecopeace, un parti écologiste disposant alors d’un élu municipal à Durban, les dirigeants d’OKM réussissent finalement à conserver ce mandat et à le réattribuer à celle qui figure en deuxième position sur la liste soumise quelques semaines auparavant à la répartition proportionnelle.

26L’entreprise qui porte OKM lors de ces deux scrutins locaux et qui vise, schématiquement, à laisser les forces du mouvement social pénétrer l’espace politique local, n’est pas totalement isolée. Dès 2001, les dirigeants du Concerned Citizens Forum, à Durban, avaient été tentés par l’expérience. Si leur unique candidat « officiel », présenté dans une circonscription parmi les plus pauvres de l’agglomération, n’avait pu rivaliser avec les représentants de partis plus installés comme l’ANC, les membres du CCF s’étaient parallèlement investis dans la campagne victorieuse menée par un candidat indépendant dans un quartier indien de Durban. Dans l’East Rand, l’une des régions composant la Province du Gauteng, une poignée d’activistes de l’APF rassemblés au sein d’une structure ad hoc, la Displacees Residents Association, s’étaient également présentés devant les électeurs en 2006, envoyant trois des leurs siéger au sein du conseil municipal à l’issue du scrutin. On peut également citer le cas du Socialist Civic Movement, qui se constitue en 2010 à Balfour, une commune rurale de la Province du Mpumalanga secouée par de violentes vagues de protestation sociale. L’organisation, qui obtient le soutien du Democratic Left Front l’année suivante, revendique jusqu’à 1 800 membres, principalement des activistes sociaux vivant dans la township, des transfuges de l’ANC et du PAC, ainsi que quelques leaders religieux ayant pris part aux manifestations. Elle réussit à enlever deux sièges, sur les douze qui composent le conseil municipal, et s’impose ainsi en troisième force politique, derrière l’ANC et la Democratic Alliance. Enfin, le résultat le plus inattendu est peut-être venu du Mpumalanga Party (MP) qui, en mai 2011, remporta 3 des 32 sièges dans la municipalité de Marble Hall et surtout 12 des 60 mandats à Groblersdal. Également soutenu par le DLF, le MP avait émergé dans l’élan de la contestation du rattachement administratif de certaines « communautés » à la Province – pauvre – du Limpopo. On retrouve dans ses rangs différents activistes, dont certains militaient encore au Parti communiste ou à l’ANC quelques semaines avant le scrutin. Mais de ces différentes initiatives, c’est celle incarnée par OKM qui a le plus retenu l’attention. On peut évidemment y voir l’un des effets de la médiatisation de sa structure « mère », le Soweto Electricity Crisis Committee, lui-même affilié à l’APF, fer de lance de la protestation des années 2000. Forts du succès relatif de leur première tentative (un élu) en 2006, les reponsables d’OKM ont même tenté de franchir un nouveau cap en ambitionnant de présenter des candidats lors des élections législatives de 2009. Le dépôt d’un demi-million de rands nécessaire à l’enregistrement auprès de la Commission indépendante des élections (indispensable dans le cadre des élections nationales) s’est, cependant, révélé irréalisable.

  • 31 Voir par exemple Ngwane T., « Build a movement towards a mass workers party in South Africa »: <http://massworkersparty.blogspot.fr/2008/01/build-movement-towards-mass-workers.html> (c</http> (...)

27L’épisode OKM a rendu particulièrement tangibles les lignes de fractures autour d’une question s’étant progressivement imposée au sein de la gauche sud-africaine extérieure à l’alliance gouvernementale dès la seconde moitié des années 2000 : celle de la transformation des « acquis » du mouvement social31.

… Au nom des valeurs du mouvement social

  • 32 Bond P., « Johannesburg. De l’or et des gangsters », art. cit., p. 167-184.
  • 33 Des entretiens menés avec des militants anarcho-communistes proches de l’APF montrent en effet la (...)
  • 34 Mauger G., « Pour une politique réflexive du mouvement social », P. Cours-salies & M. Vakaloulis, (...)
  • 35 Ces débats sont d’ailleurs venus rappeler que, d’une manière générale, toutes « les tractations au (...)

28Le trouble que la création d’OKM a jeté dans le monde de la protestation sociale, et plus encore au sein de l’Anti-Privatisation Forum, structure à laquelle le SECC est affilié, a souvent été présenté comme le fruit de la querelle ancienne entre les composantes trotskystes, anarchistes et autonomes de la protestation sociale32. La question de la participation du mouvement social au jeu électoral dépasse cependant ces clivages dont la cohérence et le systématisme mériteraient d’ailleurs d’être plus généralement relativisés33. Le vif débat ayant pris corps au sein de l’APF après la création d’OKM a vu s’affronter des argumentaires d’une tout autre nature et ayant en commun de vanter les « valeurs » et les spécificités du mouvement social. Les échanges qu’ils ont autorisés ont parfois été violents. Co-fondateur d’OKM et organisateur du SECC, Trevor Ngwane essuie ainsi de très sévères critiques lors de certaines réunions publiques. Il est même expulsé physiquement de l’une d’entre elles en 2006. Au-delà de ces péripéties, les débats ont principalement – et classiquement34 – porté sur la définition d’OKM et, partant, sur sa localisation dans l’espace social. Il s’est ainsi agi, pour ses contempteurs, de faire basculer cette structure du côté des partis politiques et, ce faisant, d’instruire avec diligence le procès en « électoralisme » de ses instigateurs. Ces derniers ont, à l’inverse, dû batailler pour le maintenir dans le camp du mouvement social35, comme le suggère le soin manifesté à contourner le terme même de « parti politique » :

« Nous sommes socialistes et croyons que l’ANC est le parti des patrons, un parti de bourgeois. Il met en place des politiques pro-patrons. Et l’alliance est une structure de coopération de classes… Nous avons donc pensé que nous avions besoin d’une organisation politique alternative. OKM n’est pas cette organisation mais elle pointe ce besoin. Ce n’est pas un parti politique. [Pourtant, vous avez des candidats, une élue, la volonté de conquérir du pouvoir politique et vous avez voulu enregistrer OKM auprès de la commission électorale, non ?] Oui… c’est vrai que si tu veux concourir à l’élection, tu dois être enregistré en tant que parti politique, mais ce n’est pas un parti politique. C’est le rassemblement du SECC, du Thembelihle Crisis Committee et d’autres organisations affiliées à l’APF. » (Entretien avec l’organisateur du SECC et co-fondateur d’OKM, Durban, 7 juillet 2009)

« En fait, OKM est un mouvement social en politique… pour lutter pour les pauvres… Avant, on était prisonnier de l’apartheid, maintenant, on est prisonnier de l’ANC… alors, on a fondé OKM. Ce n’est pas comme un parti, où on se bat pour avoir le pouvoir, ou pour un leader, ou pour des voitures de luxe. Non. C’est différent. Je ne sais pas trop comment l’expliquer mais c’est différent… Ce n’est pas comme un parti ordinaire en tout cas. » (Entretien avec un membre du bureau du SECC, Johannesburg, 14 juillet 2009)

« OKM, c’est un mouvement social, c’est-à-dire… Ce n’est pas comme l’ANC… Non, ce n’est pas comme l’ANC. [C’est la même chose que le Soweto Electricity Crisis Committee alors ?] Non… Ce n’est pas le SECC, ce n’est pas comme le SECC… Et ce n’est pas comme un parti, pas comme l’ANC… C’est la partie politique du mouvement social [Comme son bras politique, par exemple ?] Oui, c’est tout à fait ça, c’est son bras politique… C’est le bras politique du mouvement social… En fait, on s’est dit : “Pourquoi nous n’aurions pas notre parti ?”… On a été très critiqué [en interne]… Ça venait de la droite, de la gauche, lors des réunions, mais nous, on disait : “Pourquoi n’avons-nous pas notre propre parti ?”… Ça permet de fixer notre agenda, de faire émerger des thèmes… C’est vraiment différent des autres partis. Les autres n’organisent pas de vraies réunions dans la communauté [« community meetings »]… Quand ils font des réunions, l’agenda est déjà fixé. Tu as quelqu’un du parti qui parle tout le temps et tu ne peux pas poser de questions. Et puis, il n’y a pas de comptes à rendre [« no accountability »]… Nous, on a ça, par exemple avec l’élu qui reverse son salaire… Oui, tu vois, la grande différence, c’est que la communauté peut contrôler. » (Entretien avec l’administratrice du SECC, également candidate d’OKM lors des élections de 2006, Johannesburg, 15 juillet 2009)

  • 36 Voir supra.
  • 37 Entretien avec Wellcome Melka, candidat OKM dans le ward 20 (Naledi) de l’agglomération de Johanne (...)
  • 38 Entretien avec Ellen Sello, présente sur la liste OKM soumise à la représentation proportionnelle, (...)

29La confusion que l’on peut parfois relever dans les propos qui précèdent (« Ce n’est pas un parti » mais « pourquoi n’aurions-nous pas notre propre parti ? ») cohabite cependant avec la réaffirmation d’une différence notable entre le monde de la protestation sociale et celui de la « politique des partis36 ». Et cette différence passe notamment par les hommes et les valeurs qu’ils se doivent de porter au travers de leur engagement. Ces différents éléments sont au centre du discours que déploient les dirigeants et partisans d’OKM lors des campagnes électorales de 2006 et 2011. Elles sont également censées se refléter dans le choix des candidats. La majeure partie des 15 candidats présentés par l’Operation Khanyisa Movement à l’occasion des élections municipales de mai 2011 est ainsi au chômage, certains depuis de nombreuses années. Quelques militants chevronnés, formés dans les partis (ANC et PAC, principalement) au cours des décennies précédentes, côtoient ceux que les porte-parole de la protestation sociale se plaisent à dépeindre en « gens ordinaires » lorsqu’ils évoquent leur base sociale. Sur ces quinze candidats, nombreux sont en effet ceux qui n’ont pas connu d’engagement partisan ou syndical par le passé. L’un d’eux admet même avoir voté pour Jacob Zuma en 2009 alors que les dirigeants du SECC, l’organisation protestataire avec laquelle se confond OKM, avaient appelé à voter nul37. Plusieurs des candidats ont également rejoint le SECC, puis OKM, à partir du milieu des années 2000, voire plus tard, comme le montre le cas de cette jeune femme arrivée dans l’organisation un an seulement avant d’être désignée par ses camarades pour les représenter lors du scrutin38. L’entrée dans l’organisation s’est en outre souvent faite à la suite d’une déconnexion. Incités par un voisin ou un ami à participer à l’un des grands rassemblements régulièrement organisés par le collectif en divers points de Soweto ou à une réunion de section, ces femmes et ces hommes ont alors pu exposer leur(s) problème(s) et obtenir, en retour, l’aide des reconnecteurs du SECC. C’est alors qu’ils ont fait le choix d’adhérer et de s’investir dans la vie de l’organisation, au moins au niveau de leur section locale.

  • 39 « Ideas for running candidates in the local government elections », 4 décembre 2004, publié sur le (...)

30La spécificité des candidats OKM doit également transparaître dans les engagements qu’ils prennent à l’égard de leur organisation et des populations qu’ils représenteront en cas de victoire. Chaque impétrant signe tout d’abord une lettre de démission non datée qui deviendra effective si la communauté et/ou l’organisation ne sont pas satisfaites de son travail d’élu. Ce peut, par exemple, être le cas si le nouvel élu ne se présente pas chaque mois devant une assemblée d’habitants afin de les tenir informés de sa propre activité et des projets débattus au sein du conseil municipal. Les participants peuvent, à cette occasion, lui demander de porter certaines revendications devant cette même instance. En plus d’être astreint à la pratique de la « porte ouverte », qui permet aux habitants de venir le voir chez lui pour exposer leurs problèmes, le conseiller OKM est censé passer « 80 % de son temps sur le terrain et non dans un bureau39 ». Il s’agit, une nouvelle fois, de marquer sa différence avec les élus des grands partis, ANC et Democratic Alliance en tête, accusés de fuir les circonscriptions pauvres pour aller vivre dans les banlieues calmes des agglomérations sud-africaines. Le travail sur le terrain implique notamment que, revêtu du t-shirt de l’organisation, l’élu prenne la tête des marches du SECC et d’OKM, et s’y illustre en pratiquant notamment le toyi toyi. Enfin, il lui est demandé de « passer du temps » avec les employés municipaux syndiqués et d’établir des contacts avec leurs organisations.

  • 40 Entretien avec Jacob, chairperson d’OKM, 11 mai 2011, Soweto.

31Le répertoire dans lequel les dirigeants d’OKM piochent durant la campagne est également présenté comme une caution mouvementiste. La « différence » avec les partis s’exprime par exemple dans ces marches de protestation organisées parallèlement à des actions électorales plus classiques comme la distribution de tracts, le collage d’affiches ou le porte-à-porte. Au terme de ces cortèges revendicatifs qui les conduisent devant les bureaux des élus, les dirigeants d’OKM abandonnent pour quelques instants leur prétention à traiter d’égal à égal avec ceux qu’ils entendent concurrencer par la voie des urnes. Équipés de haut-parleurs, ils prennent en effet la parole « sur le mode de la plainte40 », avant de remettre aux autorités municipales et provinciales un mémorandum où sont rappelés les maux dont souffrent les pauvres et la liste des actions qui pourraient être entreprises pour y remédier. En 2011, c’est un principe analogue qui semble guider les deux militants choisis pour représenter l’organisation au cours d’une émission radiophonique où les porte-parole de toutes les formations politiques en lice à Johannebsurg sont conviés à débattre. Tout au long de la soirée, lorsque la parole leur est donnée, les représentants d’OKM se distinguent des autres invités en refusant le format du débat. Le plus souvent sous les huées de militants ANC présents en masse dans le studio d’enregistrement, ils n’argumentent pas, ne discutent pas avec leurs homologues mais se positionnent en porte-voix des plus pauvres : ce ne sont pas des propositions qu’ils avancent alors mais de quasi-suppliques. Le rappel des racines contestataires d’OKM se manifeste enfin dans ces événements où, comme ce fut le cas en avril 2011, des femmes et des hommes revêtus de ses t-shirts arrachent des compteurs d’eau à pré paiement et les diposent en monticules dans un coin de Soweto. Les journalistes sont alors conviés sur les lieux et instruits de ce qui constituerait la première mesure de l’Operation Khanyisa Movement en cas de victoire électorale : la gratuité des services fondamentaux (« free basic services »).

  • 41 En 2011, OKM a ainsi présenté des candidats dans cinq circonscriptions (wards) de Soweto, les conf (...)
  • 42 Entretien avec Jacob, chairperson d’OKM, 11 mai 2011, Soweto.

32L’entrée dans l’arène électorale impose cependant des compromis. Toute proportion gardée, la campagne que les dirigeants et militants d’OKM mènent en 2011 ressemble pour l’essentiel à celles que peuvent entreprendre, avec des moyens certes différents, l’ANC ou la Democratic Alliance. Par petits groupes de cinq ou six, les militants multiplient ainsi les porte-à-porte au cours desquels ils reportent sur une feuille les coordonnées des gens rencontrés, leurs attentes et problèmes ainsi que leurs… intentions de vote. Tractages à six heures du matin aux abords de la principale gare routière de Soweto, collage d’affiches sur des panneaux en carton arrimés aux feux rouges des grandes artères de la township, road shows (voir encadré) et réunions publiques dans les circonscriptions où « le mouvement social » est représenté41, constituent ainsi, pendant quelques semaines, le quotidien des individus engagés sous les couleurs d’OKM. Il s’agit, plus généralement, de signifier explicitement que l’on accepte les règles du jeu électoral : les militants se voient régulièrement rappeler la nécessité d’apparaître « disciplinés » durant ces diverses opérations, de ne pas « hurler de choses impolies » et de respecter la réglementation42.

La protestation égarée ?

  • 43 Naidoo P. & Veriava A., « From local to global (and back again?): Anti-commodification struggles o (...)
  • 44 Ibid., p. 358.

33C’est finalement l’ajustement à ces règles et, plus encore, à ce rôle de compétiteur légitime, qui fournit le plus d’arguments à ceux qui s’opposent à l’intrusion de la protestation sociale dans la bataille électorale. Si certains craignent de voir le mouvement social s’affaiblir en ne réussissant pas à reproduire dans les urnes le succès (même déclinant) de ses manifestations de rue, la majeure partie des opposants à la participation électorale redoutent surtout qu’il en vienne à se détourner de ses objectifs initiaux. C’est explicitement la thèse que deux chercheurs, longtemps investis dans l’Anti-Privatisation Forum, défendent quelques mois après l’entrée d’une élue OKM au conseil municipal de Johannesburg43. Analysant les évolutions, les succès et les aléas du Soweto Electricity Crisis Committee depuis sa création en 2000, les auteurs en viennent à aborder l’investissement de ses militants dans l’aventure électorale de 2006. Leur constat est pour le moins sévère. Les deux sociologues estiment en effet que l’élection d’un conseiller municipal sous l’étiquette OKM a perturbé les activités du SECC, les membres de l’organisation cherchant désormais, et avant tout, à créer les conditions d’un soutien populaire à son élu. Reposant principalement sur le porte-à-porte et la multiplication de grandes assemblées générales, cette orientation aurait détourné les militants d’un travail plus en phase avec les besoins concrets des habitants. L’opportunité de développer une « stratégie généralisée de résistance » n’aurait ainsi pas été saisie lors de la campagne contre l’installation de compteurs à prépaiement dans le quartier de Phiri, les activistes du SECC, très présents dans cette zone de Soweto, n’ayant pas profité de l’occasion pour sensibiliser les habitants aux logiques mercantiles sous-tendant ces installations. Ils n’auraient par ailleurs pas pris le temps de former les « gens ordinaires » aux techniques de sabotage de ces dispositifs relativement techniques. Depuis 2006, la plupart des actes de contournements des compteurs serait, par conséquent, le fait d’individus plus ou moins isolés et loin de s’inscrire dans une vaste « stratégie collective44 ».

  • 45 Appolis J., « Local government elections. A contribution », 7 décembre 2005, <http://apf.org.za/spip.php?article113&lang=en>.

34Mais au-delà des errements et des opportunités manquées qu’engendrerait l’« électoralisme45 », demeure le soupçon de voir les femmes et les hommes de la protestation s’abîmer dans des pratiques et des comportements que le mouvement social a stigmatisés tout au long des années 2000. C’est, très explicitement, ce que suggère cet activiste ayant fait le choix de décliner les offres de circonscriptions lors des élections locales de 2011 :

« Tu vois, j’ai rencontré les gens du Mpumalanga Party (Nda : une structure montée par des militants protestataires à l’occasion des élections locales de 2011). Je n’ai rien contre eux mais le problème, c’est qu’ils vont voir les gens en disant que si l’on vote pour eux, ils construiront des maisons et des routes… Mais, ce n’est pas vrai. Ils ne pourront pas le faire… » (Entretien avec Ayanda Kota, porte-parole de l’Unemployed People’s Movement, Grahamstown, 22 juillet 2012)

  • 46 Mathieu L., L’Espace des mouvements sociaux, op. cit, p. 89.

35Se dessine finalement derrière toutes ces remarques – ou mises en garde – un effort plus général pour redéfinir les frontières, toujours indécises46, entre protestation sociale et monde politique, et protéger ainsi l’autonomie de la première.

Road Show à Soweto
Dimanche 15 mai 2011. Les élections locales doivent avoir lieu dans trois jours. Notre petit convoi (deux voitures et un camion à l’arrière duquel est déjà entassée une quinzaine de personnes) s’est lentement formé ce matin, sur le parking de l’une des nombreuses églises que compte Soweto. Il est prévu qu’il traverse plusieurs des wards (circonscriptions) dans lesquels OKM a présenté des candidats. Les premiers quartiers que nous abordons sont manifestement habités par des ménages de la classe moyenne supérieure noire. Les maisons n’ont rien à voir avec ces matchboxes si caractéristiques des townships. Elles ont souvent un étage et une pelouse. Il n’est en outre pas rare d’apercevoir leurs propriétaires en train de briquer une berline allemande ou italienne. J’ai l’impression que le message d’OKM, hurlé dans un haut-parleur par l’un des militants embarqués dans le camion, ou les chansons entonnées en chœur par les candidats (« My father was a gardner, my mother was a domestic worker. That’s why I am a socialist »/ » Mon père était jardinier, ma mère était domestique. C’est pour ça que je suis socialiste »), rencontrent un succès pour le moins mitigé, notamment chez ces nombreux habitants qui lancent des « Viva ANC » sur notre passage. À d’autres moments, les voies que nous empruntons nous conduisent dans des zones bien moins cossues, aux maisons nettement plus sommaires. Les murs sont parfois fissurés, marqués par l’humidité, et les petites cours de façade sont régulièrement encombrées par du matériel de récupération.
Je remarque que les trottoirs sont particulièrement peuplés en cette fin de matinée. Jane, l’administratrice du SECC, m’explique que la plupart des gens que nous croisons rentre en fait de la messe. Certains d’entre eux, visiblement intrigués par notre convoi, lèvent le poing, presque mécaniquement.
Profitant des nombreux moments de faiblesse que connaît le camion au pied des côtes, Fox, qui conduit l’autre voiture, descend régulièrement de son véhicule pour aller au-devant des personnes qui discutent devant les maisons. Il leur distribue le manifeste d’OKM et se lance, lorsque certains font mine de le confondre avec un militant de l’ANC, dans un réquisitoire contre les « années perdues » par le pouvoir en place. Le tout sans se départir de son sourire.
Des militants ANC sur le terrain, nous n’en aurons finalement pas vus beaucoup durant la semaine. Les seuls que nous croiserons ce jour-là frôleront même la caricature qu’en font parfois les activistes sociaux, à l’image du conducteur de ce spacieux 4x4 de marque allemande filant à vive allure dans les rues étroites, les portières recouvertes de posters du Président Zuma.

Notes

1 Gottraux P., « Socialisme ou barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la France de l’après-guerre, Lausanne, Éditions Payot Lausanne, coll. « Sciences politiques et sociales », 1997, p. 12.

2 Declaration of the Civil Society Conference, Boksburg, 27-28 octobre 2010, <http://www.cosatu.org.za/show.php?include=docs/pr/2010/pr1029.html> (consulté le 29 octobre 2010).

3 Comité éditorial, « The conference that outraged the ANC », Amandla!, no 17-18, novembre-décembre 2010, p. 43.

4 Declaration of the Civil Society Conference, op. cit.

5 « Editorial », Amandla !, no 1 (pilote), juillet 2007, p. 3.

6 À partir du troisième numéro, Amandla ! est sous-titrée « South Africa’s new progressive magazine for social justice ».

7 « Editorial », Amandla !, no 1 (pilote), juillet 2007, p. 3.

8 Il s’agit d’un syndicat fondé en 1993 et rassemblant des travailleuses de l’économie informelle.

9 Il sera exclu de ces organisations en 2008, emporté par un scandale lié au financement des syndicats et, surtout, sanctionné pour son soutien à Thabo Mbeki. Il participera par la suite à la fondation du Congress of the People (Cope), un parti regroupant d’anciens responsables ANC ayant quitté le parti après la démission forcée du Président de la République.

10 Appolis J., « “Old Left” & Old Formulae », 7 décembre 2005, disponible sur le site de l’Anti-Privatisation Forum, <http://apf.org.za/spip.php?article115&lang=en>.

11 McKinley D., «The crisis of the Left in contemporary South Africa», art. cit., p. 73.

12 Entretien avec Vishwas Satgar, 16 mai 2011, Johannesburg.

13 Vishwas Satgar cité dans Mmanaledi Mataboge, « New Life for the Left », Mail & Guardian, 3 décembre 2009.

14 McKinley D., « The crisis of the left in contemporary South Africa », art. cit., p. 78.

15 Ibid., p. 70.

16 Entretiens avec Martin Legassick (le 22 mai 2010) et Brian Ashley (le 24 mai 2010), Cape Town.

17 Ces derniers seront d’ailleurs rappelés à l’ordre par les dirigeants du Parti.

18 Les représentants du SACP au Parlement ou dans les gouvernements locaux sont élus sous l’étiquette ANC, leur parti n’ayant été inscrit auprès de la Commission électorale indépendante qu’à partir de 2006. Mais même depuis cette date, ses dirigeants se sont toujours refusés à l’engager directement dans la compétition électorale.

19 Même fragmenté en une multitude de groupuscules, le « trotskysme » occupe, depuis les années 1930, une place relativement importante au sein du mouvement socialiste sud-africain. Sur cette question, on renverra aux pages que lui consacre Allison Drew dans Discordant Comrades. Identities and loyalities on the South African Left, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 137-165.

20 Entretien avec Vishwas Satgar, le 16 mai 2011, Johannesburg.

21 Entretien, Johannesburg, le 16 mai 2011.

22 Entretien, Durban, le 7 juillet 2009.

23 Entretien avec Noor Nieftagodien, membre du comité de pilotage du DLF, le 19 mai 2011, Johannesburg.

24 Another South Africa and World is possible. 1st Democratic Left Conference Report, 20-23 janvier 2011, Johannesburg, 2011, p. 5.

25 Ibid., p. 5.

26 Entretien avec Dale McKinley, le 18 mai 2011, Johannesburg.

27 Peut-être peut-on voir dans ce dernier engagement, l’influence de l’actualité : le début d’année 2011 et la campagne électorale ont en effet été rythmés par un certain nombre de scandales liés à des conflits d’intérêts. L’un des plus retentissants a permis de révéler que la construction de toilettes à ciel ouvert et non clos dans une township de la Province du Free State, en plus d’être dégradante pour les habitants, avait été réalisée par une société appartenant à l’un des élus ANC de la localité.

28 Entretien avec Prishani Naidoo, 17 mai 2011, Johannesburg.

29 L’élection des conseillers locaux mêle en effet scrutin majoritaire pratiqué dans le cadre des wards (la circonscription de base du système sud-africain) et représentation proportionnelle répartissant certains sièges entre différentes listes présentées au niveau de l’agglomération.

30 Entre 2001 et 2009, le système politique sud-africain a en effet expérimenté la technique du floor-crossing : durant une période déterminée dans l’année, les élus nationaux et locaux avaient en effet la possibilité de changer de parti tout en conservant leur mandat. Ces migrations se sont régulièrement faites au profit des grands partis comme l’ANC et la Democratic Alliance.

31 Voir par exemple Ngwane T., « Build a movement towards a mass workers party in South Africa »: <http://massworkersparty.blogspot.fr/2008/01/build-movement-towards-mass-workers.html> (consulté le 23 juin 2009).

32 Bond P., « Johannesburg. De l’or et des gangsters », art. cit., p. 167-184.

33 Des entretiens menés avec des militants anarcho-communistes proches de l’APF montrent en effet la possibilité d’alliances avec des militants « trotskystes » ou « socialistes » sur certaines questions.

34 Mauger G., « Pour une politique réflexive du mouvement social », P. Cours-salies & M. Vakaloulis, Les mobilisations collectives. Une controverse sociologique, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx Confrontation », 2003, p. 33.

35 Ces débats sont d’ailleurs venus rappeler que, d’une manière générale, toutes « les tractations autour de la délimitation de la frontière d’un parti concernent le plus souvent la définition du parti lui-même » (Combes H., « Des militants par intermittence ? Le Parti de la révolution démocratique au Mexique (1989-2000) », Critique internationale, no 30, janvier-mars 2006, p. 146).

36 Voir supra.

37 Entretien avec Wellcome Melka, candidat OKM dans le ward 20 (Naledi) de l’agglomération de Johannesburg, le 14 mai 2011, Soweto.

38 Entretien avec Ellen Sello, présente sur la liste OKM soumise à la représentation proportionnelle, le 14 mai 2011, Thembelhile.

39 « Ideas for running candidates in the local government elections », 4 décembre 2004, publié sur le site internet de l’APF, <http://apf.org.za/spip.php?article69&lang=en>.

40 Entretien avec Jacob, chairperson d’OKM, 11 mai 2011, Soweto.

41 En 2011, OKM a ainsi présenté des candidats dans cinq circonscriptions (wards) de Soweto, les confrontant ainsi au scrutin majoritaire uninominal à un tour. Parallèlement, l’organisation a fait enregistrer une liste de 10 noms soumise à la représentation proportionnelle. Le choix des wards a été dicté par la capacité à mobiliser du SECC : les circonscriptions finalement retenues sont celles où les sections du collectif protestataire étaient alors les plus actives.

42 Entretien avec Jacob, chairperson d’OKM, 11 mai 2011, Soweto.

43 Naidoo P. & Veriava A., « From local to global (and back again?): Anti-commodification struggles of the Soweto Electricity Crisis Committee », D. McDonald (dir.), Electric capitalism. Recolonising Africa on the power grid, Cape Town, HSRC, 2009, p. 321-337.

44 Ibid., p. 358.

45 Appolis J., « Local government elections. A contribution », 7 décembre 2005, <http://apf.org.za/spip.php?article113&lang=en>.

46 Mathieu L., L’Espace des mouvements sociaux, op. cit, p. 89.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540