Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Après l'apartheid

 | 
Jérôme Tournadre

5. Les mouvements sociaux contre l’ANC ?

Texte intégral

  • 1 L’anthropologue Kerry Chance a établi une chronologie très précise des événements survenus durant (...)

1Le 26 septembre 2009, un peu avant 22 heures, un groupe d’une trentaine d’hommes armés de bâtons et de pistolets fait irruption dans le camp de squatters de Kennedy Road, à Durban1. Les quelques témoins présents cette nuit-là, dans les ruelles qui serpentent entre les cabanes, raconteront avoir rapidement compris que la violente troupe était à la recherche des membres d’Abahlali baseMonjondolo : « Nous n’avons pas besoin des “T-shirts rouges” à Kennedy ! Nous avons seulement besoin de l’ANC ». Les menaces prennent rapidement une dimension ethnique, certains des hommes en arme appelant à déloger les « Pondo » du camp afin d’y rétablir une supériorité « Zulu ». L’expédition punitive se solde par deux morts, la destruction des cabanes des principaux dirigeants du mouvement des squatters et l’obligation pour ces derniers d’entrer dans la clandestinité durant plusieurs semaines. Une campagne internationale de soutien se met alors en place. Elle voit le philosophe Noam Chomsky prendre fait et cause pour les membres d’AbM. Des rassemblements sont également organisés devant les ambassades sud-africaines à Londres, New-York et Moscou. Treize militants d’AbM sont cependant accusés d’être à l’origine de cette nuit de violence et arrêtés. Cinq d’entre eux sont emprisonnés durant dix mois, avant qu’un juge prononce finalement leur acquittement. Le soutien international n’empêche pas non plus, deux jours après l’attaque, la tenue d’une étrange conférence de presse dans le camp « libéré » de Kennedy Road. Présents derrière les micros, de hauts responsables provinciaux de l’ANC détaillent à cette occasion la « tyrannie » qu’auraient exercée les militants d’Abahlali, également accusés d’être à la solde de l’opposition politique. Sans que l’on sache qui, de l’Inkhata Freedom Party ou de la Democratic Alliance, est visé.

2L’attaque de Kennedy Road et ses répercussions sur le fonctionnement même d’un mouvement qui prétendait alors pouvoir mobiliser, à tout moment, plusieurs milliers d’individus dans les zones d’habitat informel du KwaZulu Natal, ont sans doute marqué un tournant dans l’évolution de la protestation sociale post-apartheid. L’implication notoire de militants ANC dans l’agression, l’absence de condamnation par les instances nationales du parti et la tentative de certains de ses responsables locaux de profiter du repli d’AbM pour mieux s’implanter dans le campement, ont semblé autoriser la diffusion, au sein du monde de la protestation, d’un discours plus offensif à l’égard du parti majoritaire. Pour autant, si cet événement a rendu la critique du pouvoir ANC moins périlleuse, il ne l’a pas engendrée.

  • 2 Secrétariat de Cosatu, Rapport pour le 9e Congrès, 18-21 septembre 2006, Gallagher Estate, Midrand (...)
  • 3 Sankie Mthembi-Mahanyele, citée dans McKinley D., « The political economy of the rise… », op. cit.
  • 4 Cette dernière vantait en effet les vertus de la betterave dans la lutte contre le virus.
  • 5 Murphey Morobe, cité dans Zuern E., « La pauvreté en débat. Marginalité et démocratie constitution (...)

3L’hostilité vis-à-vis du parti majoritaire est présente et assumée dans les rangs mouvementistes dès le début des années 2000, tout en étant maniée avec une certaine précaution par les dirigeants protestataires. Certains estiment en effet devoir composer avec la loyauté présumée d’une partie des townships à l’égard de l’ancien mouvement de libération nationale. Longtemps, c’est le plus souvent contre les représentants provinciaux et municipaux du parti majoritaire que fut donc dirigé le mécontentement. Cela n’a cependant pas empêché les principaux responsables nationaux de l’alliance gouvernementale de s’en prendre violemment à des organisations de plus en plus visibles dans l’espace médiatique et parfois capables de conquérir une réelle popularité au sein des populations pauvres. Saturée d’hostilité et de dénigrement, la relation qui s’est ainsi créée entre gouvernants et hérauts du mécontentement populaire a régulièrement emprunté la voie de la rivalité autour de certains thèmes et de certaines sources de légitimité. Ce phénomène s’observe notamment dans les usages du label « mouvement social ». Revendiqué par la majeure partie des activistes des organisations protestataires contemporaines (le terme figure même sur la carte d’adhérent d’Abahlali baseMjondolo, à Durban), il est dans le même temps utilisé par des dirigeants de SANCO ou de COSATU, deux organisations alliées à l’ANC, pour définir l’objet social de leurs structures respectives et affirmer ainsi la continuité du Mouvement de Masse Démocratique (MDM) auquel participèrent civics et syndicats dans les années 1980. Aussi, dans les années 1990, le président de l’association nationale des civics croit-il pouvoir asséner que son organisation, qui revendique alors une place de choix aux côtés de l’ANC, est un « mouvement social-révolutionnaire ». Empruntant à la même logique, le rapport que publie le Secrétariat de COSATU à l’occasion du 9e congrès de la centrale, en 2006, nie à l’APF, au SECC ou à l’AEC, leur statut mouvementiste2. On retrouve, derrière ces positionnements, les termes de la distinction entre « bons » et « mauvais » mouvements sociaux entretenue par de nombreux dignitaires de l’ANC au cours des années 2000. En 2003, la secrétaire générale ajointe du parti au pouvoir évoque ainsi l’existence de « formations sociales positives », pour mieux dénoncer celles avec qui l’ANC rencontre « quelques problèmes ». Et d’ajouter, afin de mieux disqualifier la contestation qui gagne le pays, que le jeune âge de la démocratie sud-africaine implique la recherche du consensus et non l’existence de « comportements comparables à ceux en vigueur dans les sociétés indépendantes depuis plusieurs années3 ». Très bien. Mais qu’est-ce qu’un « bon » mouvement social, « positif », « responsable » et respectueux des équilibres sur lesquels reposerait la toute fraîche communauté nationale ? Les oscillations des dirigeants et militants de la Treatment Action Campaign (TAC), cette organisation de renommée internationale engagée dans la lutte contre le sida, offrent un début de réponse à cette question. Lorsqu’elle mobilise plusieurs milliers de volontaires pour dénoncer l’entêtement de Thabo Mbeki à nier l’importance de l’épidémie de sida en Afrique du Sud, lorsqu’elle organise des opérations de désobéissance civile ou se porte devant les tribunaux pour contester la politique sanitaire du gouvernement, la TAC essuie les foudres des dirigeants de l’ANC et semble alors avoir tout du « mauvais » mouvement social. En représailles, quelques responsables du parti majoritaire prennent même part au lancement d’une organisation concurrente, la National Association for People with Aids (NAPWA), bien plus en phase avec les idées « médicales » du Président et de sa ministre de la Santé, Manto Tshabalala-Msimang4. Au fil des années, les membres de la TAC ont néanmoins su maintenir des contacts avec certains milieux pouvant influencer la décision publique. C’est, entre autres, par ce biais qu’ils ont pu engager leur organisation dans des opérations impliquant le soutien des autorités publiques, comme lors de campagnes de distribution de médicaments. Mais ce qui en fait assurément un « bon » mouvement social, ce sont les rappels réguliers de certains de ses leaders de leur appartenance, et donc de leur fidélité, à l’ANC. Couplé à son rayonnement international, ce dernier élément rend finalement assez peu coûteux le statut de « conscience de l’Afrique du Sud » que lui a accordé l’un des responsables de la communication présidentielle durant les années Mbeki5.

Disqualifier l’adversaire

  • 6 Sur ce mode de disqualification, voir Pedretti M., La Figure du désobéissant en politique. Étude d (...)
  • 7 Selon les termes du secrétaire général de l’ANC dans la province du Gauteng, en 2003.
  • 8 Thabo Mbeki, 2002, cité dans McKinley D & Veriava A., Arresting Dissents, op. cit.

4Pris à partie par les leaders protestataires, les responsables nationaux et locaux de l’Alliance gouvernementale ont très souvent développé une « stratégie de disqualification par la subversion ». Cette dernière consiste, très simplement, à nier toute légitimité aux meneurs mouvementistes, au motif qu’ils menaceraient « les axiomes fondamentaux6 » de la République sud-africaine. Présentés tour à tour comme des « propriétaires de shebeens », ces bars clandestins installés dans les townships, des « parrains de la drogue » ou des « déviants sexuels », les meneurs des structures protestataires, elles-mêmes qualifiées d’« anti-démocratiques », n’auraient ainsi d’autre ambition que de mettre à mal la stabilité de l’Afrique du Sud et de ses « communautés ». Cette contre-offensive ouvre d’ailleurs régulièrement sur des thèses complotistes. Certains responsables de l’ANC suggèrent ainsi l’existence de liens entre ces « ultra-révolutionnaires7 » et des intérêts « étrangers », quand ce n’est pas leur soumission aux « factions sectaires d’une gauche étrangère8 » qui est affirmée sans autre forme de procès. À l’inverse de ces individus, qui menacent la démocratie lorsqu’ils s’opposent aux expulsions ou reconnectent illégalement,

  • 9 Thabo Mbeki, dans ANC Today, 11 novembre 2005.

« Les vrais patriotes, ceux qui ont combattu pour notre libération, ceux qui s’engagent dans le combat pour renforcer l’État démocratique et en faire un instrument social au service des masses de travailleurs, savent que la destruction de propriété publique, de biens appartenant au peuple, ne sert que les intérêts de ceux qui veulent affaiblir l’État démocratique et s’opposer aux intérêts du peuple9. »

5Le passé chaotique de l’Afrique du Sud est également convoqué à de nombreuses reprises pour faire taire les voix de la protestation. En 2002, le Président Thabo Mbeki assène sans sourciller que :

  • 10 Thabo Mbeki, 2002, cité dans McKinley D. & Veriava A., Arresting Dissent, op. cit.

« Les gens savent que, historiquement, ceux qui s’opposèrent ou travaillèrent à la destruction de l’ANC, qui essayèrent de mobiliser les travailleurs contre notre mouvement, étaient les mêmes qui cherchaient à enraciner et perpétuer leur oppression10. »

  • 11 C’est la thèse que développent, entre autres, deux responsables de la communication du ministère d (...)

6Quelques mois avant les élections locales de 2006, alors que se multiplient les manifestations et les actes de violence contre des représentants de l’ANC dans différentes townships, ce dernier registre de disqualification gagne en précision. Plusieurs figures du parti présidentiel disent voir dans les cortèges qui font de cette année l’une des plus mouvementée depuis la fin de l’apartheid, la stratégie d’« agents provocateurs11 » et, plus encore, d’une « troisième force ». Le choix des mots ne doit évidemment rien au hasard, la Troisième Force désignant les agents du régime de l’apartheid qui, au début des années 1990, prêtèrent mainforte aux militants de l’Inkhata, le parti zoulou, dans la guerre civile qui les opposait à ceux de l’ANC. Cette tentative d’assimilation va rapidement susciter la vive réaction des dirigeants d’Abahlali baseMjdondolo. Leur président publie en effet un article traduit en afrikaans, en anglais, en Xhosa et en Zulu, et repris par plusieurs médias, dont le célèbre magazine Drum. S’bu Zikode, après avoir invité ses détracteurs à faire l’expérience d’une vie dans un camp de cabanes, joue avec les termes utilisés par ses adversaires :

  • 12 Zikode S., « We are the Third Force », op. cit.

« Nous sommes portés par la troisième force, la souffrance des pauvres. Ceux qui nous ont trahis sont la deuxième force. La première force était notre combat contre l’apartheid. La troisième force s’interrompra lorsque la quatrième force arrivera. La quatrième force est la terre, les logements, l’eau, l’électricité, la santé, l’éducation et le travail12. »

  • 13 Buhlungu S., The Anti-Privatisation Forum: A Profile of a Post-Apartheid Social Movement, Durban, (...)
  • 14 Durant les années d’apartheid, Fatima Meer participa à différentes actions organisées plus ou moin (...)
  • 15 « Sparks in the Townships », art. cit., p. 40.

7Ces retours, pour ne pas dire ces régressions, vers les années de lutte contre l’apartheid, sont monnaie courante. Le rappel d’un passé « révolutionnaire » encore proche affleure souvent dans le discours de certains des membres du gouvernement ou de la direction de l’ANC. Il permet ainsi d’avancer un argument censé faire pièce à l’adversaire : celui de l’illégitimité de leaders contestataires campés en « révolutionnaires par temps de paix13 ». Si les organisations protestataires comptent dans leurs rangs d’anciens combattants anonymes, des adhérents du COSATU des premières heures ou des « camarades » engagés dans les combats menés dans les townships sous l’égide du United Democratic Front, aucun ne peut a priori revendiquer un prestige semblable à celui dont jouissent, entre autres, les Mbeki, Sexwale, Ramaphosa, Manuel et autres Zuma, figures de proue de l’ANC des années 1990-2000 après s’être illustrés dans le combat contre la ségrégation. À l’exception notable de Fatima Meer, impliquée dans les actions du Concerned Citizens Forum de Durban14, les organisations contestataires contemporaines ne comptent pas de figures cardinales du combat contre l’apartheid parmi leurs dirigeants. Certes, d’anciens activistes de renom, comme Dennis Brutus, poète, professeur émérite à l’université de Pittsburgh, ancien détenu de Robben Island et co-président d’honneur de Jubilee 2000 Afrika, ou Cosmas Desmond, ancien prêtre catholique banni par le régime de l’apartheid, ont été régulièrement associés aux initiatives portées par les nouvelles organisations protestataires. Promus garants moraux du mouvement social post-apartheid, tous deux participent ainsi – et en bonne place – à la grande marche mouvementiste organisée à l’occasion du Sommet mondial contre le racisme, à Durban en septembre 2001. Mais au-delà de ces quelques exemples, les principaux leaders protestataires ne peuvent a priori revendiquer une telle biographie. Le médiatique fondateur du Soweto Electricity Crisis Committee, Trevor Ngwane, né en 1960, reconnaît ainsi ne pas avoir directement pris part au soulèvement des collégiens noirs en 1976 et n’avoue qu’un « engagement intellectuel » dans les événements qui, entre 1984 et 1986, enflammèrent les townships et poussèrent le régime dans ses derniers retranchements15. Mais la meilleure défense restant encore l’attaque, les porte-parole des organisations protestataires post-apartheid n’hésitent pas à retourner le stigmate. Niés dans leur légitimité, accusés tour à tour de promouvoir un dangereux « extrémisme » ou, à l’inverse, de se complaire dans de vaines postures, ils tentent de saper les fondations du prestige politique de leur adversaire. Lors du Forum Social de Durban, en 2001, l’un des porte-parole du Landless People’s Movement s’essaie à cet exercice en s’en prenant directement à celui qui dirige alors l’ANC et l’État sud-africain, Thabo Mbeki :

  • 16 Mangaliso Kubheka, cité dans Desai A., We are the Poors, op. cit., p. 137.

« Ce président pour lequel nous avons voté nous montre du doigt. Il était assis à Londres pendant que nous étions dans les gaz lacrymogènes en combattant l’apartheid16. »

8Plus que l’ANC, ce sont les « exilés » qui sont ici visés, ces militants envoyés à l’étranger par leur parti dès les années 1960 ; des militants dont l’horizon personnel n’était a priori pas borné par l’engagement physique mais qui, mieux formés politiquement que les combattants de l’intérieur, réussirent souvent à s’imposer au sein des instances dirigeantes de l’ANC post-apartheid.

Revendiquer l’héritage de la Lutte contre l’apartheid

  • 17 « Poor Peoples’Alliance to Re-enact June 1976 Soweto Uprising March », Communiqué de presse de la (...)

9La concurrence qui s’est esquissée autour des carrières militantes a également surgi autour de l’héritage et de l’univers référentiel de la lutte contre l’apartheid. Face à la popularité dont continue de jouir l’ANC, et dont témoignent ses succès électoraux, les porte-parole des organisations protestataires ont régulièrement cherché à incarner la continuité du mouvement de libération nationale des années 1970-1980. À leurs yeux, cette revendication serait d’autant plus cohérente que les manquements de l’ANC post-1994 auraient laissé cette même libération à l’état d’inachèvement. Il s’agit par conséquent d’affirmer que les protestations d’aujourd’hui s’inscrivent de fait dans le prolongement de la Lutte d’hier. En plus de consolider la thèse de l’échec ou de la trahison de l’ANC, cette lecture de l’histoire contemporaine de l’Afrique du Sud trouve un écho favorable dans l’esprit de femmes et d’hommes pour qui « 1994 » ne semble pas avoir changé grand-chose, au moins au regard de leurs conditions de vie : « Notre combat pour la libération demeure » (« Our struggle for liberation remains ») écrivent ainsi les activistes de la Poor Peoples’ Alliance dans un communiqué appelant à commémorer le 33e anniversaire du soulèvement survenu à Soweto en juin 197617.

  • 18 Le toyi-toyi mêle danse, slogans politiques et chants de combat ou de résistance. Il était réguliè (...)
  • 19 Le terme désignait, dans les années 1970 et 1980, les individus engagés dans la Lutte, qu’ils aien (...)
  • 20 « Amandla », qui désigne le « pouvoir » en Xhosa ou en Zoulou, était l’un des cris de ralliement d (...)
  • 21 Geay B., « Contribution à une sociologie de la pratique protestataire », B. Geay (dir.), La Protes (...)

10Les différentes tentatives de filiation des luttes sociales actuelles au combat contre l’apartheid ne révèlent pas nécessairement une stratégie longuement murie. Les toyi-toyi18 qui ponctuent les marches de l’APF ou du SECC, les chants « révolutionnaires » rythmant les meetings ou le fait que toute prise de parole devant les « comrades19 » s’ouvre sur un « Amandla » (auquel l’auditoire répond tout aussi systématiquement « Ngawethu20 »), rappellent que, d’une manière générale, les pratiques protestataires expriment une « mémoire plus ou moins diffuse des luttes du passé21 ». Elles ne trahissent pas pour autant, ou pas forcément, une entreprise planifiée d’appropriation de la mémoire de la Lutte. Ces pratiques et ces signes ont plus simplement intégré une sorte de répertoire général de la résistance dont la permanence doit beaucoup à la présence, dans les cortèges de ce début de XXIe siècle, de femmes et d’hommes ayant connu les marches, les boycotts et les affrontements des années 1980. Sur d’autres points cependant, les tentatives de captation de l’univers référentiel de la Lutte paraissent pleinement assumées :

« Nous avons donc décidé de fonder cette organisation, puis nous l’avons appelée le Soweto Electricity Crisis Committee parce que, à Soweto, il y avait une organisation, durant le combat contre l’apartheid, dans les années 1980, qui s’appelait le Soweto Education Crisis Committee et qui était très forte dans le rassemblement des étudiants et des parents contre l’apartheid. [Et des gens de cette première organisation ont rejoint le Soweto Electricity Crisis Committee ?] Non, non. C’était juste pour la mémoire (Nda : il porte la main droite au niveau de sa tempe, pour suggérer la réflexion). [Pour marquer un lien avec la Lutte ?] Oui, oui. Ça s’appelait le Soweto Education Crisis Committee, donc nous avons dit : “Nous sommes le Soweto Electricity Crisis Committee”. » (Entretien avec Trevor Ngwane, l’un des fondateurs du SECC, 7 juillet 2009, Durban)

  • 22 McAdam D., Tarrow S. & Tilly C., « Pour une cartographie… », op. cit., p. 16.

11À d’autres moments, certaines pratiques sont explicitement choisies pour leur « fonction expressive22 », leur contribution au travail d’identification aux « précurseurs », c’est-à-dire aux combattants des années 1970 et 1980. Le communiqué de presse délivré en 2007 par l’APF pour annoncer la sortie d’un disque reprenant les chansons entonnées lors des manifestations dans les townships ou les rues de Johannesburg, est, sur ce point, sans ambiguïté :

  • 23 « APF launches CD of songs », communiqué de presse de l’APF, 5 mai 2007.

« Le disque rend compte du fait que l’APF a repris le bâton du combat et de la résistance menés par le mouvement qui a combattu et vaincu l’apartheid […]. L’héritage culturel qui provient du combat anti-apartheid et des luttes de masse des années 1980 continue d’inspirer les membres de l’APF et les communautés de la classe ouvrière. La génération la plus ancienne de l’APF faisait partie du mouvement de libération et c’est ce que reflètent les chansons sur ce disque23. »

12Il n’est dès lors pas surprenant que se dessine, autour d’événements de l’histoire du combat contre l’apartheid, une concurrence assez vive entre organisations protestataires et composantes de l’alliance gouvernementale. En 2007, le rapport rédigé à l’issue du quatrième congrès annuel d’Indaba à Durban, l’organisation censée rassembler les nouveaux « mouvements sociaux », s’ouvre ainsi sur un hommage au soulèvement ouvrier dont cette même ville avait été le théâtre en 1973 ; un soulèvement régulièrement interprété par l’historiographie de la lutte contre l’apartheid comme marquant le renouveau des mobilisations collectives après l’atonie des années 1960 :

  • 24 The SMI Secretary, The SMI Secretary’s Report to the fourth SMI Annual National Meeting, Durban, 2 (...)

« Bien évidemment, en tant que mouvements sociaux, nous comprenons que, même si les grèves de Durban sont derrière nous, elles peuvent agir comme une source d’inspiration […]. Les grèves de Durban sont un point de repère important de notre héritage de la lutte comme mouvement. Ce sont ces grèves qui transcendèrent, parmi la classe ouvrière de Durban, les divisions raciales inspirées par l’apartheid24. »

  • 25 Hector Pieterson, tué par la police lors du soulèvement des écoliers de Soweto, est devenue une so (...)
  • 26 « Poor People’s Alliance to Re-enact June 1976 Soweto Uprising March », Communiqué de presse de la (...)

13Cet usage de la mémoire collective peut prendre des formes plus concrètes que celles des seuls discours. C’est le cas en juin 2009, lorsque les dirigeants de la Poor People’s Alliance, qui rassemble les militants du mouvement des sans terre (Landless People’s Movement/LPM), de celui des squatters de Durban et du Cap (Abahlali baseMjondolo), de l’Anti-Eviction Campaign et du Rural Network, affirment vouloir « repolitiser la signification du soulèvement survenu en juin 1976 à Soweto ». Des ateliers, animés par des militants et des chercheurs proches des organisations, sont ainsi mis en place dans la township. Dans la nuit du 15 au 16 juin, une veillée est organisée dans le camp de Protea South, bastion du LPM. Au matin, un cortège chemine de la Morris Isaachs High School jusqu’au mémorial Hector Pieterson25, en marge des différentes manifestations officielles prévues par l’ANC. Pour les dirigeants de la Poor People’s Alliance, il ne s’agit pas de simplement « célébrer » ce jour, comme le ferait alors le parti au pouvoir en en faisant un « événement bourgeois ». Il convient plutôt de le « commémorer », en soulignant « que le combat pour la libération de la jeunesse continue d’être porté par les communautés pauvres quinze ans après l’entrée dans la soi-disant démocratie26 ». Une telle démarche repolitiserait cet événement :

« [Qu’est-ce que ça veut dire « repolitiser » le 16 juin 1976 ?] Ça veut dire que l’ANC fait comme si ce n’était qu’à eux, cet événement… Comme s’il n’y avait eu que l’ANC à Soweto, lors du soulèvement… Ce que l’on a voulu montrer avec les camarades c’est que tout ça, ça parle de la manière dont les pauvres expriment leur colère […] Enfin… Ce n’est pas une histoire de partis politiques. Ça concerne la frustration des pauvres… Pas ce que veut en faire l’ANC… Les étudiants étaient en colère… Parce qu’on ne les entendait pas… Ce qui se passe maintenant, c’est qu’on n’est pas entendu, donc on doit montrer qu’on vit toujours sous la pression, montrer qu’il y a toujours des gens qui vivent dans la pauvreté en dépit de ce qui s’est passé […] Il faut qu’on change cette idéologie… À cette époque, les gens n’étaient pas heureux. Ils criaient, ils pleuraient… Et maintenant, c’est toujours le cas… Les pauvres doivent suivre les traces de ces étudiants. » (Entretien avec la secrétaire générale d’Abahlali baseMjondolo, Durban, 11 juillet 2009)

  • 27 Siméant J & Traïni C, « Pourquoi et comment sensibiliser à la cause », C. Traïni (dir.), Émotions… (...)

14L’idée de disputer au parti politique un événement majeur de la lutte contre l’apartheid, et d’œuvrer ainsi à la filiation de la « nouvelle » protestation sociale à tout un pan de l’histoire nationale, est ici manifeste. Les temps forts de la journée – la marche et le rassemblement devant le monument dédié à Hector Pieterson – dessinent un dispositif de sensibilisation mémorielle, qui tend à « doter les membres du groupe d’une communauté de réactions affectives partagées : admiration pour d’illustres prédécesseurs, mépris et crainte des “adversaires de toujours”, devoir de mémoire, détermination à prolonger le combat27 ». L’effet est sans doute d’autant plus efficace qu’est sollicitée la mémoire d’une histoire relativement récente, dans laquelle s’encastrent celles, plus personnelles, voire intimes, de la plupart des participants, que ces derniers aient connu les années de lutte ou que leur enfance ait été bercée par des récits militants. La manière dont se déroulent ces deux jours joue également sur les émotions des individus rassemblés. Passer une partie de la nuit dans le froid, au milieu de femmes et d’hommes qui partagent à peu près la même situation sociale, se voir rappeler durant la veillée que les choses n’ont finalement pas tant changé depuis 1976, pour enfin, le lendemain, marcher aux côtés des camarades, tout cela contribue à façonner un contexte émotionnel relativement dense : un contexte où se mêlent plus aisément la joie d’être dans un collectif et la « bonne » indignation, celle qui donne du sens à l’engagement.

15Peut-être faut-il, avant d’aller plus loin, souligner un détail non sans importance : au-delà de leur spécificité, les deux moments de la contestation du régime ségrégationniste auxquels la protestation post-apartheid essaie, dans ces deux exemples, de se rattacher – Durban 1973 et Soweto 1976 – offrent d’autant plus de prise que l’ANC ne peut en revendiquer le monopole. L’historiographie dominante de la Lutte les présente en effet le plus souvent comme des insurrections ayant échappé à la main-mise des militants clandestins du Parti.

  • 28 Les Boers sont les descendants des premiers colons néerlandais. Ils forment le principal groupe de (...)
  • 29 Mouchard D., « Les mobilisations de “sans” dans la France contemporaine : l’émergence d’un “radical (...)
  • 30 Cassiem A., The role of the law and its ability to protect poor families facing evictions in the W (...)
  • 31 En 2003, une part importante du Rapport organisationnel de l’Anti-Privatisation Forum est consacré (...)
  • 32 Alors engagée dans le processus de transition vers la démocratie, l’Afrique du Sud connut, en 1992 (...)
  • 33 Voir notamment les contributions rassemblées dans Ndung’u S. K. (ed.), The right to dissent. Freed (...)

16Ce qui ressort finalement assez bien de ces tentatives d’appropriations et de filiation, c’est la manière dont la plupart des activistes sociaux semblent vouloir présenter leur combat. Il ne s’agit pas tant de mettre sur un même plan, la lutte contre le régime violent de l’apartheid et la critique contemporaine d’un pouvoir officiellement démocratique, que d’affirmer l’existence d’une continuité. Ne pas simplement et mécaniquement placer en vis-à-vis les deux périodes peut d’ailleurs s’avérer plus prudent lors de grandes réunions protestataires où, malgré tout, le capital politique du « libérateur » continue de faire sentir ses effets parmi les foules de femmes et d’hommes dont certains ont connu, de près ou de loin, la répression des années 1980. Il est cependant des situations où la mise en parallèle des causes et des périodes semble inévitable. Sans même parler des chants qui, parfois, raillent la corruption des nouveaux maîtres de l’Afrique du Sud campés en « boers noirs28 », une telle démarche transparaît surtout dans la construction d’une figure oppressive de l’« État-ANC ». La logique qui guide ce type d’exercice – suggérer le caractère violent et autoritaire de l’adversaire – n’est pas propre au contexte sud-africain. Elle constitue, en général, un « motif classique du discours contestataire29 ». Mais elle prend bien évidemment une signification et une force particulières dans le cas présent. Il s’agit en effet d’affirmer – et de démontrer – que le « parti libérateur » use de pratiques empruntées au régime qui l’a précédé pour contrer les militants des « nouveaux » mouvements sociaux. Ces derniers ont par exemple beau jeu de rappeler le maintien et l’utilisation, jusqu’au début des années 2000, de la loi de prévention des camps de squatters votée en 1951. Des parallèles sont également établis entre les ordonnances légales qui habilitent les représentants de l’ordre à procéder à une expulsion et les textes qui, durant la « période coloniale », permirent aux Blancs d’asseoir leur appropriation des terres sud-africaines30. Les appareils répressifs de l’État démocratique se livreraient également à l’« intimidation » et à la « surveillance » des activistes31 et des populations pauvres. Dans la soirée du 27 août 2002, les bureaux de l’Anti-Privatisation Forum reçoivent ainsi la visite inopinée du directeur des services de renseignement, la National Intelligence Agency. Il s’agit, pour le gouvernement, de rappeler, à quelques jours de l’ouverture du Sommet sur le développement durable, son intention de maîtriser toute contestation et tout débordement éventuel. À l’occasion de cet événement et, plus précisément, de la contre-manifestation organisée sous l’égide d’Indaba, le Mouvement Social Unifié (SMI), les autorités recourent d’ailleurs avec un zèle particulier à la loi sur la régulation des rassemblements (The Regulation of Gatherings Act). Élaboré en 1993, lors de la tumultueuse période de transition traversée par le pays32, mais effectif à partir de 1996, ce texte atténue la portée des libertés d’expression et de rassemblement garanties par la première constitution démocratique33. Il encadre notamment, de façon relativement drastique, la préparation des manifestations, imposant entre autres aux organisateurs de déposer une demande d’autorisation sept jours au moins avant la date arrêtée.

17Au-delà de ces dispositions légales ou de ces initimidations, c’est avant tout la violence souvent déployée par les forces de l’ordre qui offre le plus de prise à la comparaison des périodes. Les récits d’interventions policières que font les militants ont a priori peu à envier à ceux que les combattants des années 1980 pouvaient faire de leurs confrontations avec la police de l’apartheid ou avec l’armée, régulièrement envoyées dans les townships pour « rétablir l’ordre » :

  • 34 Cité dans Desai A. & Pithouse R., « “But we were thousands”: Dispossesion, resistance and repressi (...)

« En septembre 1999, le shérif est venu à Mandela Park avec des chiens, des armes et des gaz lacrymogènes. Le premier jour, ils sont venus pour confisquer nos biens. Le second jour, ils sont revenus pour nous expulser de nos maisons. Il y avait beaucoup de policiers, dans des caspirs [Nda : les véhicules blindés utilisés par l’armée pour réprimer les soulèvements dans les townships sous l’apartheid] et des fourgons. C’était comme s’ils étaient en guerre. Ils ont fermé une rue et commencé à expulser les gens. Tout le quartier est venu, ainsi que les quartiers voisins, pour essayer d’empêcher les expulsions. Nous leur avons fait face. Personne ne nous a dit de résister, c’était spontané. Les gens ont été frappés avec des matraques, on leur a tiré dessus avec des balles en caoutchouc, et ils ont été mordus par les chiens. Le gaz lacrymogène se répandait partout. De nombreuses personnes ont été blessées et c’est une chance que personne n’ait été tué34. »

18Le ton n’est guère différent lorsque le principal dirigeant d’Abahlali baseMjondolo revient sur les manifestations qui, en 2005, précédèrent la création de son organisation à Durban :

« On a demandé aux élus locaux de venir, on a demandé au directeur du Logement… Mais personne n’est venu. Les gens ont alors décidé de bloquer la route… La route Umgeni [Nda : la route se trouvant en contrebas du camp de Kennedy Road]… Quarante personnes ont été arrêtées, mordues par les chiens, frappées par la police… Elles ont été retenues en détention pendant, je crois, trois ou quatre semaines […] Comment peut-on être arrêté parce que l’on demande quelque chose… Des terrains et des maisons dans la ville ? » (Entretien avec le président d’Abahlali baseMjondolo, 10 juillet 2009, Durban)

  • 35 Cité dans McKinley D. & Veriava A., Arresting Dissent, op. cit.

19En août 2002, profitant de la présence à Durban de journalistes étrangers venus couvrir le Sommet mondial sur le développement durable, le Rassemblement du mouvement social, Indaba, organise une procession à la bougie afin de dénoncer les menaces qui planeraient alors sur la « liberté d’expression ». L’arrivée des forces de l’ordre rend cependant impossible la formation d’un cortège de manifestants. La perturbation de cette initiative, qui se veut avant tout pacifique, est condamnée dans la soirée par les porte-parole d’Indaba. Un communiqué de presse dénonce sans équivoque l’attitude des autorités, n’hésitant pas à y voir la vengeance des « fantômes du passé sud-africain35 ». Ce sont ces mêmes fantômes qui hanteraient également certaines des mesures prises par les titulaires du pouvoir actuel pour réprimer la contestation. Le cas le plus emblématique et, par voie de conséquence, le plus régulièrement avancé comme preuve d’un faux-semblant démocratique, est certainement celui de Max Ntanyana. Condamné pour « violence » et « intimidation » à l’issue d’une manifestation, ce responsable de l’AEC à Mandela Park n’a alors plus le droit de prendre la parole lors de réunions publiques, ni de participer aux actions organisées par le mouvement. Placé sous la surveillance de la police, il est également astreint à résidence entre 18 heures et 6 heures. Dans un même ordre d’idée, de nombreuses manifestations sont interdites ou donnent régulièrement lieu à des interpellations en fin de cortège. En mars 2004, 52 membres de l’Anti-Privatisation forum sont arrêtés alors qu’ils manifestent à Constitution Hill, non loin des nouveaux bâtiments de la Cour constitutionnelle. Retenus pendant quatorze heures pour « rassemblement illégal », ils retrouvent finalement leur liberté après qu’une caution a été payée et que plusieurs de leurs camarades, venus exiger leur libération en manifestant devant le commissariat, ont été dispersés par la police. Quelques semaines plus tard, ce sont des militants du Landless People’s Movement qui sont appréhendés pour s’être, un jour d’élection, rassemblés à proximité d’un bureau de vote. Les principaux dirigeants de ces différents mouvements, dont certains sont presque systématiquement inquiétés par la police et la justice à l’issue de manifestations ou d’actions diverses, dénoncent aussi de manière continue la « passivité » des forces de l’ordre lorsque, durant les campagnes électorales notamment, certains militants ANC s’en prennent violemment à eux ou les menacent au cours de réunions publiques. Les pressions exercées par les agents des services de renseignement sont également évoquées et nourrissent très souvent la peur de l’espion infiltré au cœur de la communauté. C’est dans cette même logique que peuvent être comprises les accusations de manipulation de l’information portées par les dirigeants de l’Anti-Privatisation Forum à l’encontre de SABC, le service public audiovisuel, ou les rumeurs (avérées) de création d’une cellule « Anti-Eviction Campaign » au sein de la police de Cape Town en 2003.

  • 36 Échange avec l’un des membres du bureau du SECC, 15 juillet 2009, Johannesburg.

20La dénonciation de l’« autoritarisme » de l’« État-ANC » permet également aux activistes des mouvements sociaux d’édifier leur propre panthéon, par le biais d’un jeu de miroir avec ce qui constituerait la « mémoire collective de l’anti-apartheid ». On observe, tout d’abord, l’établissement de liens entre les « martyrs » d’hier et d’aujourd’hui. À l’instar des soulèvements des années 1970 et 1980, la contestation post-apartheid serait ainsi en droit de revendiquer ses propres morts : Michael Makhabane, tué à l’issue d’une manifestation d’étudiants à Durban, en 2001 ; Teboho Mkonza, 17 ans, tué à Harrismith en août 2004, après que la police eut tiré sans sommation sur des manifestants ; Marcel King, assassiné la même année par les hommes venus couper le raccordement à l’électricité alimentant la maison de sa mère ; ou cet activiste du SECC dont on m’expliquera qu’il a été « assassiné par Eskom36 » alors qu’il rebranchait une maison au réseau. L’utilisation de certains termes ou labels paraît tout autant confirmer cette stratégie. Ainsi, les 87 militants et sympathisants de l’APF arrêtés en avril 2002, à la suite d’une manifestation devant la demeure du maire de Johannesburg, dans le quartier de Kensington, deviennent les « 87 de Kensington » (« Kensington 87 ») dans le discours appelant à la plus large mobilisation pour exiger leur libération. Les « 87 » sont détenus pendant deux jours dans les locaux du commissariat de Jeppe. Cinquante d’entre eux sont par la suite transférés à la prison de Diepkloof pour « violences ». L’association australienne Green Left essaie alors de mettre en place une campagne internationale de sensibilisation et divulgue à cette occasion l’adresse électronique de Amos Masondo, le maire ANC de Johannesburg. Les termes et les méthodes de cette compagne ne sont pas sans rappeler un autre épisode de l’histoire de la contestation sud-africaine : en 1984, dans la township de Sharpeville, un conseiller municipal noir avait été lynché par six habitants l’accusant de collaborer avec l’oppresseur. Arrêtés et condamnés à mort, les « 6 de Sharpeville » (« Sharpeville 6 ») seront finalement graciés par le Président Botha, à l’issue d’une campagne de mobilisation internationale.

« Nous, la communauté »

  • 37 En 2005, un rapport interne assurait que l’ANC est un « mouvement de masses, responsable de la mob (...)
  • 38 Darracq V., « In the party, in the township… », art. cit.
  • 39 Près de la moitié n’aurait ainsi aucune activité hors période électorale.

21Parallèlement au dénigrement de tout un pan de la protestation sociale, les dirigeants de l’ANC ont engagé un mouvement qui, s’il n’est pas seulement influencé par la multiplication des manifestations, n’est pas totalement étranger à la menace que ferait peser l’émergence d’organisations prétendant porter les attentes des townships. Dès le début des années 2000, la direction de l’ANC a en effet accentué une démarche de réinvestissement du terrain et des « communautés ». La question de l’enracinement, notamment dans les zones les plus défavorisées d’Afrique du Sud, est a priori centrale pour un parti dont maints documents internes mettent l’accent sur sa vocation de « mouvement de masse37 ». Au-delà même de la légitimité populaire que pourrait attendre l’ANC d’un tel positionnement, le simple fait d’être présent dans la moindre township, le moindre quartier, revêt une importance certaine dans un pays où tous les citoyens ne disposent pas d’un accès quotidien à la radio ou à la télévision38. Mais il faut surtout voir un aveu d’échec dans cette volonté des dirigeants ANC de revenir sur le terrain ; un échec que traduit le dépérissement de nombreuses sections locales dans les townships39. En dépit des voies parfois tortueuses que peut emprunter la rédaction de ce type de texte, c’est ce qu’indiquent sans faux-semblants certains passages de la résolution adoptée à l’issue de la conférence nationale de 2002 :

  • 40 African National Congress, Secretary General report to the 50th National Conference, Stellenbosch, (...)

« La faiblesse de nos sections résulte de l’absence de mobilisation de masse, l’ANC n’ayant pas suffisamment pris la tête de la mobilisation devant conduire notre peuple à être actif dans le processus de transformation […]. En fait, nous avons vu un plus profond déclin de la croissance et de la qualité de nos sections […]. Au moment de la conférence nationale, en 2000, nous avions 5 500 sections, la plupart n’étant pas en bonne posture et n’ayant que peu d’activité politique. […] Au niveau des sections et des régions, nous n’avons souvent pas été capables de créer des forums suffisamment efficaces pour joindre stratégie et action au sein de l’Alliance. […] Nous faisons pourtant face à nombre de défis dans ce domaine40. »

  • 41 Kgalema Mothlanthe, cité dans Lodge T., « South african politics and collective action, 1994-2000  (...)
  • 42 Entretien avec Boysihle Mafilika, alors élu (ANC puis COPE) du ward 35 de l’agglomération du Cap, (...)

22Pourtant, dès 1999, le secrétaire général de l’ANC assignait aux sections de participer activement à la vie de la communauté hors du temps électoral. Et les options « offertes » en ce sens aux militants ne manquaient pas. Il leur était par exemple officiellement demandé d’aider les retraités cherchant à faire valoir leur droit à pension, d’encourager les habitants à s’engager dans la gouvernance des écoles et les programmes de logement, ou encore, d’œuvrer au développement de liens entre les parlementaires et leurs électeurs41. Les militants se devaient surtout d’investir les différents lieux et dispositifs qui concourent à réguler la vie de leur quartier, qu’il s’agisse des ward committees, des community policing forum, des RDP forums ou des development forums. L’enjeu d’une telle présence n’était en effet pas mince dans la mesure où elle devait évidemment faciliter l’application des décisions prises par les gouvernements locaux ANC42.

  • 43 « ANC-Gauteng Province Media Statement on the Launch of the Provincial Imvuselelo Campaign », 22 m (...)

23La stratégie de réinvestissement (lorsque la section locale est affaiblie) ou de consolidation (lorsqu’elle est suffisamment active) du parti dans les communautés a débouché sur la mise en place de plusieurs campagnes aux intitulés explicites, de Vuka (« Réveillez-vous ») à Imvuselelo (« Renouveau ») en passant par « Know your neighborhood » (« Connaissez votre voisinage »). La campagne « Imvuselelo », lancée par l’ANC au printemps 2006, avait ainsi pour ambition de développer les sections de manière à rendre le parti « visible dans les efforts de développement de la communauté et les combats se déroulant au niveau du ward43 », la circonscription électorale de base.

  • 44 Business Day, 22 février 2006.
  • 45 Nzimande B., « A perspective on street committees », Umsebenzi online, vol. 7, no 9, 4 juin 2008.
  • 46 Ibid.

24Au constat de faiblesse des structures s’est ajouté un discours officiel n’hésitant pas à mettre en cause les compétences et qualités morales de celles et ceux censés incarner le parti dans les quartiers populaires. En 2006, Thabo Mbeki reprend ainsi une critique souvent présente dans le discours des organisations contestataires en fustigeant les élus des zones pauvres qui préfèrent vivre dans les banlieues plus cossues des grandes agglomérations sud-africaines. Il prévient que ceux-ci devront à l’avenir se rendre devant leurs électeurs au moins quatre fois par an afin de rendre compte de leur activité44. En 2008, nouvellement élu à la tête de l’ANC et usant d’une rhétorique assez semblable, Jacob Zuma en appelle quant à lui à la création de « comités de rue » et à leur engagement dans la lutte contre le crime. La proposition est reprise par les dirigeants du Parti communiste, qui y voient un moyen de prendre en charge l’ensemble des « problèmes locaux ». Ces comités de rue doivent être, selon Blade Nzimande, le secrétaire général du SACP, un moyen de résoudre certains des dilemmes auxquels se confrontent les anciennes composantes du mouvement de libération nationale depuis leur entrée dans les sphères du pouvoir politique. Le double rôle de « libérateur » et de « gouvernant » aurait en effet généré des tensions à l’origine d’une « démobilisation progressive du mouvement » et, ce faisant, d’un « vide politique dans la plupart [des] localités ». C’est sur ce vide, cette absence, qu’aurait capitalisé une « mobilisation de masse sans guide45 », principalement incarnée par les nouvelles organisations protestataires. La constitution de comités de rue dans chacune des zones urbaines ou rurales de l’Afrique du sud des années 2000 permettrait, selon le dirigeant communiste, le retour du « people’s power » des années 1980. Il favoriserait surtout le développement d’une « nouvelle plate-forme pour intensifier le combat pour le renouveau des valeurs révolutionnaires46 ».

  • 47 Zwelinzima Sizani, en charge de l’éducation politique et de la formation au sein du bureau de l’AN (...)
  • 48 L’imbizo est un terme zoulou qui désigne des réunions au cours desquelles les individus peuvent, e (...)
  • 49 Cité dans Calland R., Anatomy of South Africa, op. cit., p. 10.
  • 50 Gumede W., Thabo Mbeki and the Battle For the Soul of the ANC, op. cit., p. 116.
  • 51 Le gouvernement avait jusqu’alors scrupuleusement respecté cet engagement, ramenant même, une anné (...)

25Tout en cherchant à traiter une faiblesse structurelle susceptible, sur le long terme, de fragiliser la domination politique de l’ANC, la stratégie de retour dans les communautés n’est donc pas sans lien avec la protestation qui travaille les zones populaires et pauvres depuis le début des années 2000. Certes, le souci de revitaliser les sections locales est présent au sein des instances nationales dès la seconde moitié des années 1990, c’est-à-dire avant l’émergence des premières grandes organisations protestataires post-apartheid. Mais il s’intensifie dès les premières années de la décennie suivante, à mesure que la « nouvelle » contestation sociale gagne en consistance. Comme le reconnaît sans ambages un dirigeant provincial de l’ANC au milieu des années 2000, il s’agit alors de ne « pas abandonner la société aux mouvements sociaux47 ». La campagne électorale menée par l’équipe de Thabo Mbeki en 2004 offre un bel exemple de cette apparente prise de conscience. Ses différentes étapes sont en effet explicitement placées sous le signe des « grassroots ». Visites dans les zones les plus pauvres du pays, porte-à-porte et imbizos48 jalonnent le « retour à la base » dans lequel s’engage alors un président qui veut croire que son parti est encore le « mouvement des pauvres49 ». Alors que, dans tout le pays, se multiplient les défilés protestataires, le président-candidat en vient même à concéder que son premier mandat n’a peut-être pas répondu à toutes les attentes des plus pauvres50. Quelques mois auparavant, le ministre des Finances avait également semblé prendre la mesure de la situation sociale. Revenant sur l’un des prinicipaux engagements contenus dans le GEAR, Trevor Manuel annonçait ainsi la possibilité de laisser filer le déficit budgétaire au-delà des sacro-saints 3 % du produit intérieur brut51, dans le souci d’accroître la redistribution vers les populations les plus défavorisées.

26La crainte d’un déracinement et, ce faisant, d’une défiance des électeurs à l’égard du gouvernement, transparaît également dans les appels répétés des dirigeants de l’ANC à une re-mobilisation des sections locales de SANCO :

  • 52 Le secrétaire général de l’ANC dans la Province du Gauteng, 2003, cité McKinley D. & Veriavia A., (...)

« Nous avons besoin d’un mouvement civic fort afin d’aider nos conseillers municipaux à rester proches des gens et à garantir que les communautés formulent le programme et les priorités de la gouvernance […] Sans une SANCO forte et dynamique, les ultra-révolutionnaires tromperont notre peuple52. »

  • 53 Échange informel avec l’un des porte-parole de l’AEC, Le Cap, août 2003.

27Deux membres du gouvernement intègrent d’ailleurs la direction nationale du mouvement au début de la décennie : Jeff Radebe, alors ministre des Entreprises publiques, rejoint le comité exécutif national, tandis que Susan Shabangu, vice-ministre de l’Énergie, en devient la trésorière. Mais les injonctions du partenaire politique ne sont qu’en partie à l’origine de la détermination des dirigeants de SANCO à se mesurer plus ouvertement aux nouvelles organisations protestataires. Conscients de l’engourdissement dans lequel s’enfoncent leurs représentations locales depuis le milieu des années 1990, les responsables nationaux ont surtout vu leurs adhérents dépassés par le mécontentement populaire et souvent surclassés par les entrepreneurs des nouvelles mobilisations. Au tout début des années 2000, consigne aurait donc été donnée aux membres des civics de la Province du Cap occidental d’être plus actifs dans leur voisinage que les activistes de l’Anti-Eviction Campaign53. À Mandela Park, une section SANCO est même inaugurée afin de contrecarrer la montée en puissance de l’organisation protestataire dans cette township noire. L’élu municipal de la circonscription le reconnaît d’ailleurs explicitement :

  • 54 L’élu municipal ANC de la circonscription comprenant Mandela Park, cité dans McKinley D. & Veriavi (...)

« À Mandela Park, nous avons réussi à lancer une structure Sanco, ce qui n’existait pas jusqu’alors… À l’origine, ils ne voulaient voir aucune autre structure dans ce quartier […] que l’Anti-Eviction. Mais maintenant, nous avons lancé Sanco, et chaque week-end, nous appelons à des réunions de masse auxquelles beaucoup de monde assiste54. »

28La stratégie de remobilisation des troupes locales de l’Alliance gouvernementale conduit également les autorités publiques à les légitimer dans leur rôle d’interlocuteurs et de porte-parole des habitants des townships. En 2002, alors que les responsables de l’AEC sollicitent en vain un entretien, la ministre du Logement de la Province du Cap ouest organise une réunion d’information et de débat à Mandela Park, quartier où l’AEC est très présente. Seuls sont cependant conviés les militants locaux de l’ANC, du SACP, de COSATU et de SANCO. Mais l’exemple le plus probant de cette stratégie reste certainement l’épisode ayant conduit la compagnie nationale d’électricité Eskom à effacer les arriérés de paiement dans la région de Johannesburg. En mai 2003, des représentants de cette entreprise, de la Commission des droits de l’Homme et de SANCO arrivent en effet à un tel accord sous l’égide du ministre des Entreprises publiques (et membre de la direction de SANCO), Jeff Radebe. C’est aux porte-parole des civics, que les autres parties attribuent le rôle essentiel dans la réalisation de l’arrangement, la confortant ainsi dans son statut revendiqué de « défenseur de la communauté ». Comme le reconnaîtront par la suite certains des acteurs de ce coup de force savamment orchestré, il s’agissait avant tout d’affaiblir l’influence des activistes du SECC et de l’APF au sein des townships bordant Johannesburg. Un responsable provincial de SANCO l’admet d’ailleurs sans gêne :

  • 55 Cité dans Zuern E., « La pauvreté en débat », art. cit., p. 43.

« Le crédit de cette négociation est revenu à la SANCO […] en tant que mouvement civique, on est allé voir les gens qui soutenaient Trevor [Ngwane, le leader du SECC], on a regardé leurs problèmes, et on y a répondu. On est stratégique […]. Que le mérite revienne à la SANCO, et la SANCO le transférera au gouvernement. C’est un joli jeu de ballon. On s’est engagé face au gouvernement, ils ont donné quelque chose, on a eu le mérite et on l’a redonné au gouvernement. Vous appelez à une grande réunion, et vous dites aux gens que l’État a répondu à leurs demandes, […] c’est comme ça que ça marche. On a surtout essayé d’isoler [le SECC et les autres]55. »

  • 56 Zuern E., The politics of necessity. Community organizing and democracy in South Africa, Madison, (...)

29L’ambition d’une telle démarche est confirmée par l’échec, à la même époque, d’une procédure comparable à Tshwane (ex-Pretoria). Dans cette ville, où ne s’illustrent pas d’organisations de l’envergure du SECC ou de l’APF, une même réunion a été organisée entre les édiles et les représentants de SANCO. Les premiers refuseront cependant la demande d’effacement des impayés avancée par les seconds, prétextant l’efficacité de mesures déjà prises pour encadrer l’endettement des plus pauvres56.

Se disputer la rue

30L’une des options les plus spectaculaires choisies par l’ANC pour répondre aux organisations protestataires est certainement celle qui l’a vu descendre dans l’arène et user de formes d’action le confrontant presque directement au mouvement social. Ce retour dans la rue, l’environnement presque naturel de la protestation sociale, a ainsi conduit le parti de Thabo Mbeki à organiser et à prendre la tête de diverses manifestations. La démarche surprend car elle n’est évidemment pas sans risques. Elle ouvre en effet la voie à une évaluation réciproque des capacités de chaque camp à rassembler et à affirmer ainsi sa popularité. La manière dont les organisations du mouvement social ont interprété et utilisé les échecs relatifs essuyés par l’ANC dans ce domaine en atteste.

31Deux épisodes en particulier rendent parfaitement compte de cette situation. Le premier se tient à Durban, où est organisée, du 31 août au 7 septembre 2001, la IIIe Conférence mondiale des Nations Unies contre le racisme. Les rues de la ville sont à cette occasion le théâtre de deux marches concurrentes : à la suite de la manifestation organisée le premier jour par plusieurs organisations protestataires et ayant rassemblé près de 20 000 personnes aux cris de « Mbeki est un menteur ! » ou « Arrêtez d’agresser les pauvres ! Renoncez au GEAR ! », COSATU et l’ANC cherchent à leur tour à se compter. La marche qu’encadre le parti majoritaire ne regroupe pas plus de 5 000 personnes, en dépit de l’impressionnant déploiement de cars destiné à acheminer les militants sur les lieux et de la présence, en tête de cortège, de l’activiste américaine Angela Davis.

  • 57 Social Movement Indaba, communiqué de presse du 25 août 2002.
  • 58 Titres du Mail & Guardian, du Citizen et de The Star recensés dans Death C., « Troubles at the top (...)

32L’histoire se répète un an plus tard, sur le macadam de Johannesburg, ville d’accueil du Sommet international sur le développement durable. Ceux que la presse et certains observateurs appellent alors les « nouveaux mouvements sociaux » se dotent à cette occasion d’une unité apparente qui semble alors suffisamment forte pour les imposer durablement dans le paysage politique. Aux 25 000 marcheurs mouvementistes revendiqués par le Mouvement social unifié le 31 août, l’ANC, auquel se sont pourtant joints COSATU, le Parti communiste et le Congrès des églises d’Afrique du Sud, ne peut opposer que quelques milliers de militants et de sympathisants. Moins de 5 000 d’entre eux se massent par la suite dans le stade de la township d’Alexandra, où Thabo Mbeki annonce, en vain, l’arrivée à ses côtés de Yasser Arafat et de Fidel Castro. À l’inverse, le succès de la marche « du mouvement social » en fait le plus grand rassemblement jamais organisé depuis la fin de l’apartheid. Parti d’Alexandra, l’une des zones les plus pauvres de l’agglomération, le cortège s’achemine vers le riche quartier d’affaires de Sandton, où se tient le sommet. Le message qu’entendent délivrer les organisateurs à cette occasion est relativement simple : le monde doit désormais savoir qu’avant d’être une « nation arc-en-ciel », l’Afrique du Sud est un pays rongé par « le chômage massif, le manque de services essentiels, les expulsions, les coupures d’eau et d’électricité, la dégradation environnementale et la pauvreté généralisée57 ». La manifestation doit par ailleurs clore une semaine où les luttes ont semblé converger. Dans les jours qui précèdent, le Landless People’s Movement a ainsi lancé une « semaine des sans-terre » largement couverte par les médias. Des militants de Greenpeace ont réussi à tendre une banderole anti-nucléaire non loin de la centrale de Koeberg, dans la région du Cap. La venue de Shimon Peres à l’université de Wits a, quant à elle, donné lieu à une manifestation orchestrée par un collectif pro-palestinien dans lequel sont engagés plusieurs militants de l’APF. Le 24 août, diverses organisations politiques et protestataires avaient également appelé à la tenue d’une marche en faveur de la liberté d’expression. L’intervention violente et prématurée des forces anti-émeute, qui usent alors de gaz lacrymogènes, de balles en caoutchouc et blessent plusieurs manifestants, dont l’un des membres du comité de coordination de l’APF, entraine cependant son annulation. Enfin, à Sandton, quartier d’accueil du sommet, plusieurs marches sont organisées quelques heures avant l’ouverture de cet événement international, afin de dénoncer la pollution industrielle de différents sites dans la région de Johannesburg. Cette effervescence imprègne jusqu’à la manière dont une partie de la presse couvre la grande marche du mouvement social et ses à-côtés : « Une nouvelle guerre pour l’allégeance des pauvres », « La crainte d’un siège militaire du sommet », « Des lignes de bataille dessinées au sommet de Joburg », « Les manifestants attaquent le gouvernement58 ».

  • 59 Appolis J., « The political significance of august 31 », Khanya Journal, 2, 2002, p. 7.

33Plus de 190 personnes sont arrêtées en marge du sommet. Toutes sont cependant relâchées sans qu’aucune charge ne soit retenue. L’attitude sécuritaire du gouvernement, qui conduit notamment à interdire la présence des colporteurs et des sans-abris dans les rues de la ville durant toute la durée du rassemblement des chefs d’États, apparaît assez logiquement comme un signe de fébrilité face aux forces contestataires qui semblent s’organiser. À l’inverse, le succès du mouvement social est très rapidement présenté par ses acteurs comme un moment de basculement, celui à la faveur duquel « la carte du paysage politique sud-africain a été fondamentalement transformée59 ».

« Tout le monde était très excité dans le mouvement social… Je crois que c’était en 2002, quand il y a eu cette conférence internationale sur le développement durable, à Johannesburg. L’ANC a organisé une marche, le mouvement social a organisé une marche… Et c’est la marche organisée par le mouvement social qui a rassemblé le plus de monde… Bien plus que celle de l’ANC… Tout le monde a alors pensé que le mouvement social était en train de dépasser l’ANC. » (Entretien avec Martin Legassick, universitaire et « activiste » de l’AEC, Cape Town, 23 mai 2010)

  • 60 Le « I » de SMI renvoyant au mot Indaba qui, en zoulou, signifie « Rassemblement ».

34Cette réussite apparente permet d’ailleurs de relativiser les difficultés rencontrées lors de la préparation de l’événement. Pensé dans le cadre du Social Movement Indaba (SMI), le rassemblement des troupes protestataires est en effet, jusqu’à la veille de la manifestation, hypothéqué par l’attitude des dirigeants des « sans-terre », le Landless People’s Movement (LPM). Ces derniers contestent la place laissée aux ONG au sein d’Indaba et obtiennent finalement, en échange de leur participation, que la marche se fasse non sous le label SMI60… mais sous celui du SMU, le Social Movement United. D’autres conflits surviennent d’ailleurs au cœur même de la manifestation. C’est le cas lorsque certains militants du LPM lancent des « viva Mugabe », en hommage au président du Zimbabwe alors engagé dans une campagne d’expulsions des fermiers blancs, provoquant ainsi l’ire de certains membres de l’Anti-Privatisation Forum, plus enclins à considérer ce chef d’État africain comme un despote. Des divergences et des signes de nervosité entre organisations étaient de toute façon apparus à l’occasion de la grande marche de Durban, un an auparavant. Présents en nombre dans le cortège, les activistes du Concerned Citizens Forum s’étaient alors heurtés à leurs homologues de l’Anti-Privatisation Forum, bien décidés à encadrer tout débordement. Percevant avant tout le rassemblement comme un moment festif, les premiers entendaient en effet profiter de l’occasion pour affronter les forces de l’ordre :

  • 61 Heinrich Bohmke, activiste du CCF, cité dans Siwisa B., « Crowd renting or struggling from below? (...)

« Ces espèces de paléo-marxistes [ndla : les dirigeants de l’APF], ils retirent toute la joie et toute la moelle de la vie. Ils ne se connectent pas du tout aux désirs. Ce sont des rabat-joie à bien des égards. Durant la marche [de la Conférence sur le racisme], quand les gens ont décidé d’eux-mêmes d’être un peu plus militants, de se moquer un peu des flics, ces Trots’ [NdT : Trotskystes] ou ces je-ne-sais-quoi ont joué au service d’ordre. Ce sont eux qui repoussaient les gens […], et même les agressaient […], parce qu’ils avaient eu cette grande idée que nous devions faire cette marche. Mais la marche, c’est un événement symbolique, et c’est tout. On en a assez des rituels… […] Ça aurait pu conduire ici et là à quelques arrestations mais on doit permettre aux gens de s’exprimer, de se constituer en pouvoir61. »

  • 62 Cette opposition wébérienne est reprise par Lilian Mathieu dans L’Espace des mouvements sociaux, B (...)

35Même très orientés, les propos qui précèdent mettent en lumière l’une des nombreuses sources de tension qui, très vite, affaibliront Indaba et conduiront en partie à son délitement : l’opposition entre « virtuoses » et « novices » de la protestation62. Schématiquement, la marche de Durban contraint en effet deux visions du militantisme et, par conséquent, deux logiques d’engagement, à coexister. Relativement chevronnés, dans la mesure où la plupart a fait ses classes dans le syndicalisme étudiant ou salarié (et parfois dans une organisation partisane), les responsables de l’APF espéraient en effet capitaliser sur cette première marche unitaire pour construire une représentation solide et cohérente du mouvement social post-apartheid. Cette ambition s’est inévitablement heurtée aux attentes des activistes souvent très jeunes du CCF, peu au fait de certains codes militants et persuadés de la nécessaire spontanéité de la révolte.

  • 63 Desai A., « Neoliberalism and Resistance in South Africa », Monthly Review, vol. 54, no 8, janvier (...)

36La suite de la décennie a donné à l’ANC et à la « nouvelle » protestation sociale l’occasion de tester à nouveau ce type de rivalité. Au lendemain de l’invasion militaire de l’Irak, l’Afrique du Sud a ainsi vu émerger sur le terrain relativement consensuel de l’opposition au conflit, la Stop the War Campaign, principalement emmenée par des organisations proches de l’alliance tripartite, et l’Anti-War Coalition, directement pilotée par des membres de l’Anti-Privatisation Forum. Mais ce souci de s’imposer dans la rue a aussi pu conduire à des situations pour le moins surprenantes. Que penser, par exemple, de ces militants de l’ANC défilant dans les rues de Durban en demandant la gratuité de l’eau… et accusant les « fonctionnaires blancs et conservateurs » d’être responsables des déconnexions63 ? L’initiative surprend moins lorsque l’on se souvient que le gouvernement local est alors entre les mains de l’Inkhata Freedom Party, ennemi historique du mouvement de libération nationale. Quelques années plus tard, c’est une même posture qui prévaut lors du saccage de toilettes publiques installées par la majorité municipale Democratic Alliance à Khayelitsha, au Cap. À l’origine de cette opération qui prend de court les activistes d’Abahlali baseMjondolo auxquels ils se heurtent régulièrement, les militants de la Ligue de la jeunesse de l’ANC dans cette township sont, il est vrai, fondés à voir dans l’installation de toilettes à ciel ouvert et sans enclos une atteinte à la dignité humaine. Le fait est pourtant qu’à la même époque, des équipements en tout point semblables sont inaugurés dans une municipalité de la Province du Free State sans que la majorité locale ANC et ses « jeunes » s’en émeuvent…

  • 64 David Dewes, élu municipal de la DA à Johannesburg, cité dans John V., « Jo’burg residents protest (...)

37Enfin, ce réinvestissement de la rue n’est pas propre à l’ANC. En février 2011, par exemple, un élu municipal de la Democratic Alliance, le principal parti d’opposition, prend la tête d’un petit groupe d’habitants et de militants pour protester contre la répétition de problèmes de facturation qui ont engendré de nombreuses déconnexions électriques dans son quartier. La marche conduit l’édile et ses administrés devant les bureaux du service financier de la municipalité de Johannesburg. Et l’élu d’adopter alors, au milieu des chants et des danses de mécontentement, un ton rappelant de manière assez saisissante celui des porte-parole de la protestation sociale post-apartheid : « Les partis politiques ne régleront pas le problème. Les gens de ce pays le feront […] Nous sommes fatigués de ces politiciens qui pillent notre argent64. »

Les deux corps de l’ANC65

  • 65 Je me permets d’emprunter au médiéviste Ernst Kantorowicz le titre de son classique ouvrage : Les (...)
  • 66 Beinart W., « Popular politics and resistance movements in South Africa, 1970-2008 », W. Beinart (...)
  • 67 C’est ce que démontre très bien, même si elle s’insère dans un quotidien étranger, la tribune que (...)

38La dénonciation de l’ANC et de ses orientations politiques par les groupes protestataires n’est pas d’un bloc. Celle que l’on observe dans les communiqués de presse des organisations ou dans le propos de leur porte-parole ne se superpose pas tout à fait sur le discours tenu lors de réunions publiques. Dans le second cas, ce sont en effet moins les dirigeants nationaux de la coalition gouvernementale que les autorités locales (la municipalité ou le gouvernement provincial) qui cristallisent toutes les récriminations. Les exceptions à cette règle existent, évidemment. En 2005, une partie de la presse accorde même un certain intérêt à ces membres du Greater Harrismith Concerned Residents, dans la Province du Free State, qui décident de brûler des t-shirts frappés du portrait de Thabo Mbeki, alors président de la République, et de déchirer leurs cartes de militants ANC, avant d’être violemment dispersés par les forces de l’ordre66. On a vu également combien l’attaque du campement de Kennedy Road et l’agression des membres d’AbM ont rendu plus facile la diffusion d’une critique directe des dirigeants du parti majoritaire67. Pour autant, le fait de concentrer les griefs sur le niveau local est à la fois cohérent, porteur et… contraint. Certes, et au-delà d’ajustement locaux, les mesures prises par les gouvernements provinciaux ou les municipalités reflètent ou découlent le plus souvent d’orientations arrêtées par l’échelon national. Nul doute que la décision prise par le gouvernement de réduire les dotations des municipalités à la fin des années 1990 a eu un large impact sur les finances locales et, partant, sur l’offre de services publics. Mais au-delà de ces considérations financières, les strates provinciales et municipales disposent de compétences étendues les plaçant en première ligne sur les questions d’eau, de logement, d’électricité. La sphère municipale est en outre celle où se déploie concrètement le mécanisme de recouvrement des coûts. C’est par conséquent vers ces autorités que l’on est tenté de se tourner lorsque l’on vit dans un quartier frappé par le manque de maisons ou de services. Mais tout ceci ne dit rien de ce qui pousse certaines populations pourtant engagées dans la protestation depuis le début du XXIe siècle à faire preuve d’une certaine fidélité, voire d’une loyauté, à l’égard du parti ANC. Le poids et la composition du capital politique de ce dernier ne doivent évidemment pas être négligés. Ses effets se font sentir jusque dans les grands rassemblements protestataires ou, plus encore, dans la mémoire des plus âgés, comme le montre l’embarras évident de cette septuagénaire vivant à Soweto :

  • 68 Une habitante de Soweto citée par Rosenthal K., « New social movements as civil society: The case (...)

« Je suis membre de l’ANC. Une fois, dans les années 1980, l’ANC m’a aidé à revenir dans ma maison alors que j’avais été expulsée. Ils ont envoyé plein de camarades pour m’aider. Après ça, j’ai adoré l’ANC !… Maintenant, l’Opération Khanyisa (Nda : la campagne de raccordements illégaux menée par le SECC en 2001) nous encourage à ne pas payer les services. Je suis d’accord avec quiconque dit « Ne paie pas ! » parce que je ne peux pas payer […] Je ne sais pas trop quoi penser de l’ANC. L’âge m’a rattrapé mais je peux observer que les jeunes sont au chômage et je ne peux pas me battre pour eux, pour qu’ils aient du travail68. »

39La tension entre la loyauté à l’égard du parti majoritaire et la perception des retards dans le développement promis est tout aussi palpable chez cet habitant de Kayelitsha, présent lors du lancement, par Abahlali baseMjondolo, de la Campagne pour le droit à la ville :

« [Et vous étiez un membre de l’ANC ?] Non, non, je suis encore à l’ANC… J’y suis toujours. [Mais vous êtes quand même là aujourd’hui] Le problème, quand tu vois où on vit… Tu vois là-bas [Il désigne un groupe de cabanes, de l’autre côté du terrain vague], on ne peut pas y aller… Quand tu y entres, tu te fais frapper… Et puis il y a les maladies quand il pleut… les maladies… Les inondations… Non, on ne peut pas vivre ici […] Il y a des endroits où ça va, où l’ANC a fait des choses… Mais là, le conseiller avait dit que ça irait mieux. C’est pour ça que je suis là maintenant… Pour dire au conseiller qu’il doit faire des choses » (Anonyme, 22 mai 2010, Kayelitsha, Cape Town)

  • 69 Dawson M. C., « The Anti-Privatisation Forum and ideology in social movements », W. Beinart & M. C (...)

40Ces deux témoignages rendent assez bien compte du décalage qui s’est très souvent imposé dans l’esprit de nombreux Sud-Africains entre, d’un côté, l’ANC comme « marque » politique auréolée du prestige tiré de la lutte contre l’apartheid, d’un autre, les dimensions concrètes des politiques publiques décidées par les dirigeants actuels de ce parti. Du fait de leur proximité spatiale, les conseillers municipaux (ward councillors) sont évidemment les récepteurs tout désignés de la colère suscitée par les secondes. Au fil de la décennie 2000, leurs domiciles sont devenus les points d’arrivée privilégiés de manifestations. Ils ont parfois été le théâtre d’actions spectaculaires, comme celle qui vit, en 2002, plusieurs dizaines d’activistes du SECC démonter les compteurs d’eau et d’électricité de la résidence du maire de Johannesburg, Amos Masondo. Quelques mois auparavant, les mêmes, ou presque, avaient envahi la maison du conseiller ANC élu dans le ward 22 de Soweto, à Pimville, détruisant au passage son compteur électrique69. Il s’agissait alors de dénoncer l’inaction des représentants locaux du parti quand, au même moment et en différents endroits de la township, les techniciens de la compagnie d’électricité Eskom multipliaient les coupures au réseau électrique.

  • 70 Une partie du conseil est parallèlement issue du scrutin de liste à la proportionnelle.
  • 71 Bénit-Gbaffou C., « Démocratisation et participation locale à Johannesburg », art. cit.

41Les conseillers municipaux occupent une position particulière dans la structure du pouvoir sud-africain. Le pays est en effet découpé en 3 900 circonscriptions, les wards. Lors des élections locales, la population de chacune d’entre elles est appelée à élire au scrutin majoritaire un représentant qui siègera au sein du conseil municipal70. Comme le souligne Claire Bénit-Gbaffou, l’élu – le ward councillor – se trouve en fait investi d’une double mission, tant par les textes que par les injonctions des strates politiques supérieures : il doit tout à la fois « être l’agent principal du développement local (notamment en matière d’équipement en services urbains) et l’agent de liaison entre les résidants, qu’il est censé représenter à l’échelle locale, et la municipalité71 ». Les conseillers sont par ailleurs fragilisés par un système qui centralise le pouvoir au niveau du maire et de ses collaborateurs les plus proches. Leur rattachement à un comité de travail sectoriel (logement, culture, sécurité, etc.) restreint en outre leur capacité à défendre directement les intérêts de leur circonscription. Ce manque de pouvoir, même relatif, est parfois reconnu par certains activistes. C’est le cas, par exemple, à Orange Farm, dans l’agglomération de Johannesburg. Conscients de la faible influence des élus locaux sur la politique métropolitaine, les dirigeants de l’Orange Farm Water Crisis Committee ont très tôt renoncé à organiser des manifestations dans leur quartier, leur préférant celles dans le centre-ville, aux portes des bureaux du maire et de ses collaborateurs. Cette stratégie se heurte cependant à un problème de taille, régulièrement rencontré par la protestation post-apartheid : le centre-ville se trouve en effet à plus de cinquante kilomètres d’Orange Farm. L’atteindre en nombre implique donc la location de bus, ce qui, au-delà des seules questions de logistique, nécessite un effort financier important pour les habitants des zones urbaines pauvres.

  • 72 Freund B., « La ville sud-africaine est-elle encore “post-apartheid” ? Élément de réflexion à part (...)
  • 73 Ibid.
  • 74 Ces affaires, loin d’être isolées, sont d’ailleurs régulièrement couvertes par la presse quotidien (...)
  • 75 « Community involvement in selecting candidates “exciting” », Mail & Guardian, 28 février 2011.

42Aux constats d’impuissance et d’inefficacité des élus locaux se sont également ajoutés des soupçons de détournement de leur mission première. L’idée selon laquelle les élus locaux « représente[raient] avant tout leur parti politique72 » s’est, par exemple, largement diffusée au sein de la société sud-africaine. Quel que soit ce parti, les conseillers municipaux chercheraient avant tout à « attirer l’attention de leurs hiérarchies politique pour eux-mêmes s’y élever73 ». De nombreuses affaires de corruption ont par ailleurs été mises au jour depuis le début des années 2000, révélant notamment l’existence de pratiques clientélistes et ploutocratiques autour de l’attribution des maisons RDP74. La dénonciation répétée de ces différents travers, tant dans la presse que dans la rue, a conduit les dirigeants nationaux de l’ANC à marquer leur intérêt pour ce premier échelon de la représentation politique. Au « Si vous n’aimez pas votre conseiller, dites-le et nous vous en donnerons d’autres » lancé par le Président Thabo Mbeki en pleine vague de manifestations dans les townships, a succédé, en 2011, une nouvelle procédure de désignation des candidats du parti majoritaire : dans chaque ward, la « communauté » est ainsi, via la mise en place de comités ad hoc, invitée à évaluer la liste de candidats à la candidature arrêtée par les militants de la section locale75.

  • 76 Bryant J., « Towards delivery and dignity. Community struggle from Kennedy Road », Journal of Asia (...)

43La focalisation sur les élus municipaux ANC, mais également sur les responsables des sections partisanes, a semblé consolider la frontière entre ces porte-parole locaux et le parti en général. Interrogée à ce sujet, l’une des activistes d’Abahlali à Durban avalise une telle perception des choses lorsqu’elle réaffirme explicitement une forme de loyauté à l’égard de la représentation nationale de ce parti (« The ANC is good, it is the people ») mais affiche une réelle défiance vis-à-vis des instances locales. Ces dernières, dont elle a par ailleurs fait partie, se voient reprocher de ne faire « que de la politique » et de ne pas « s’intéresser au développement76 ». À la même époque, certains propos tenus par le chaiperson de cette organisation protestataire renforçaient cette distinction local/national :

  • 77 Zikode S., chairperson d’Abahlali baseMjondolo à Durban, cité dans le chapitre 3 (« Abahlali’s nar (...)

« La communauté a réalisé que voter pour les partis ne nous apportait aucun changement, notamment lors des élections pour le gouvernement local. On peut voir des changements importants au niveau national mais au niveau local, quel que soit le vainqueur des élections, nous le défierons. Nous avons été trahis par notre propre conseiller municipal [our own elected councillor]77. »

  • 78 Alexander P., « Rebellion of the Poor: South Africa’s service delivery protests – a preliminary an (...)
  • 79 Le « paradoxe des t-shirts » doit cependant être quelque peu relativisé. Lors des campagnes électo (...)
  • 80 Patel R., « Somewhere to live in dignity », The Mercury, 19 octobre 2005.

44Cette dissociation est confirmée par les entretiens que Peter Alexander a menés, en avril 2009, avec des individus ayant pris part aux protestations souvent violentes recensées en différents points du territoire depuis l’élection de Jacob Zuma. Le sociologue a relevé chez ses interlocuteurs, une réelle hostilité à l’égard d’autorités locales ANC accusées d’être à l’origine des maux de ces quartiers pauvres. Rien, en revanche, ne semble être reproché à l’ANC « en général » et à ses dirigeants nationaux78. On comprend dès lors mieux la présence de femmes et d’hommes arborant des t-shirts aux couleurs de l’ANC à différents moments de la protestation, qu’il s’agisse des réunions publiques ou des marches79. En mai 2005, lorsque plusieurs milliers d’habitants des camps de squatters de Durban, rassemblés sous la bannière d’Abahlali baseMjondolo, marchent sur la maison du conseiller municipal puis mettent en scène l’enterrement d’un cercueil sur lequel est inscrit son nom (afin, selon les organisateurs, de lui signifier qu’il n’existe plus à leurs yeux et qu’ils n’ont, par conséquent, plus besoin de lui), ce sont même des « Viva ANC, viva » qui fusent à de nombreuses reprises au milieu des chants et des danses de protestation80.

  • 81 Entretien avec Asanda, chairperson de l’Unemployed People’s Movement, le 24 juillet 2012, Grahamst (...)

45Le décalage qui se fait cependant jour entre les convictions de la plupart des leaders de la contestation et l’attachement à l’ANC d’une part importante de leurs potentielles troupes, contraint régulièrement les premiers à évoluer dans une forme d’entre-deux ou à « s’adapter81 » :

« Les gens croient toujours que l’ANC va tenir ses promesses… Ils vont toujours vers l’ANC pour les élections. Mais ce n’est pas un problème pour moi » (Entretien avec l’administratrice du SECC, Johannesburg, 15 juillet 2009)

46La solution semble par conséquent toute trouvée. La loyauté que certains habitants peuvent exprimer à l’égard du parti majoritaire est, la plupart du temps, interprétée à l’aune de la « dépolitisation » à laquelle œuvrerait le gouvernement. Pour autant, rien n’est vraiment entrepris pour y remédier. Aucune des manifestations orchestrées par l’Anti-Eviction Campaign, l’Anti-Privatisation Forum ou le Concerned Citizens Forum n’a, par exemple, été dirigée contre une représentation nationale de l’ANC, comme Luthuli House, son siège national. Lorsque les manifestations sortent des townships, ce sont les bâtiments des administrations municipale ou provinciale, les bureaux ou le domicile d’un maire ou d’un councillor, qui sont visés. Il n’y a, à ma connaissance, qu’une seule exception à cette « règle » : la « Marche sur Jacob Zuma » organisée par Abahlali baseMjondolo en 2010. Il est vrai que le mouvement avait fait l’objet, quelques mois auparavant, de violentes et meurtrières attaques impliquant des militants et des responsables locaux de l’ANC sans qu’aucun ministre du gouvernement national ne s’en émeuve.

Rivalités et collaborations dans la « société civile »

  • 82 Entretien avec Jeff Rudin, membre de la direction de SAMWU, Le Cap, le 18 mai 2010.
  • 83 C’est au cours de cette conférence de l’ANC, organisée en fin d’année 2007, que Jacob Zuma devient (...)

47Si les rapports entre l’ANC et les principaux acteurs de la protestation sociale sont sans équivoque, il en va différemment de ceux qui se sont créés entre la confédération syndicale COSATU et des organisations comme l’Anti-Privatisation Forum, le Soweto Electricity Crisis Committee, l’Anti-Eviction Campaign ou Abahlali baseMjondolo. Leur relation s’avère en effet pour le moins versatile depuis le début des années 2000, oscillant entre rivalité, hostilité et convergence plus ou moins assumée. Comprendre cette ambivalence nécessite tout d’abord de prendre en compte l’hétérogénéité de COSATU. Les divergences ne manquent pas entre syndicats au sein même de la confédération, comme le montre, par exemple, l’implication de militants et dirigeants de SAMWU, le syndicat des employés municipaux, aux côtés de l’Anti-Eviction Campaign et, pendant un temps, de l’Anti-Privatisation Forum82, alors même que ces deux organisations sont fortement critiquées par la direction nationale de COSATU au cours de la première moitié des années 2000. En outre, le syndicat des employés municipaux apporte une aide financière aux travaux menés par le Municipal Services Project, ce groupe d’experts et de chercheurs dont les études ont, au début des années 2000, mis en relief l’impact social de la marchandisation des services publics municipaux et alimenté l’argumentaire d’activistes sociaux à Johannesburg. Dernière preuve de cette indépendance affirmée, SAMWU a refusé de céder à la règle du soutien inconditionnel au parti majoritaire lors des élections locales de 2011. Parallèlement, un décalage se fait jour entre les directions nationales, les instances provinciales et les syndiqués « de base » qui, au niveau de leur « communauté », peuvent se sentir autorisés à prendre part à une marche organisée contre les expulsions ou les coupures d’électricité. Mais à tout cela vient surtout s’ajouter le poids des différents rapports de force travaillant la direction nationale de COSATU, des rapports que l’on peut d’ailleurs régulièrement apprécier à la lumière des oppositions également observables au sein des élites ANC. En 2008, l’éviction de Willie Madisha du poste de président de COSATU a certainement autant résulté des soupçons de corruption qui planaient alors sur lui que de son appui à Thabo Mbeki lors de la conférence ANC de Polokwane. Cette prise de position contredisait en effet le soutien officiel apporté par le reste de la direction à Jacob Zuma, l’autre prétendant à la présidence du parti majoritaire83. Quelques années plus tard, fin 2013, la mise à l’écart de Zwelinzima Vavi, jusqu’alors secrétaire général de la confédération, n’est pas non plus sans lien avec sa critique répétée de la manière de gouverner du président Zuma.

  • 84 Southall R. & Webster E., « Unions and parties in South Africa… », op. cit., p. 141.

48L’évolution de son rapport à l’ANC éclaire une partie non négligeable des positions successivement adoptées par la direction de COSATU à l’égard de la protestation sociale. Il n’est tout d’abord pas inutile de rappeler que, depuis la fin de l’apartheid et la tenue des premières élections démocratiques, COSATU a fourni un certain nombre de femmes et d’hommes politiques de premier plan aux gouvernements emmenés par Nelson Mandela, Thabo Mbeki et Jacob Zuma ; au risque parfois de favoriser une « fuite des cerveaux84 » et de renforcer l’influence de l’ANC sur la coalition. À l’issue de chaque scrutin, la confédération, tout comme le Parti communiste, procède aux « redéploiements » de ses dirigeants au Parlement ou dans les gouvernements nationaux et provinciaux renouvelés. C’est ainsi, notamment, qu’un secrétaire général de la confédération quitte ses fonctions pour prendre la tête de la Province du Gauteng à la fin des années 1990. Au même moment, l’un de ses présidents rejoint les bancs du groupe ANC à l’Assemblée nationale.

  • 85 McKinley D., « COSATU and the tripartite alliance since 1994 », communication aux séminaires RAU S (...)
  • 86 Allocution de Nelson Mandela, Président de la République sud-africaine, lors du 10e congrès du Par (...)

49La majeure partie des dirigeants syndicaux a semblé accepter le rapport de forces défavorable imposé par leurs homologues de l’ANC, au moins durant les premières années post-apartheid. Aucun ne s’est, par exemple, officiellement offusqué de l’absence d’un sommet de l’Alliance lors des dix-huit premiers mois du gouvernement démocratique85. Plus généralement, les syndicalistes ont cherché à inscrire leur organisation dans un rôle de « chien de garde de la société civile » sans pour autant menacer réellement le gouvernement dans la conduite de ses politiques. Les quelques critiques formulées à l’égard de l’orthodoxie promue par le gouvernement, et notamment contre la politique du GEAR adoptée sans concertation au sein de l’alliance tripartite, ont le plus souvent été ignorées ou jugées « inacceptables », pour reprendre les termes mêmes de Nelson Mandela86. Mais à partir du début des années 2000, à mesure qu’elle se trouvait marginalisée dans la définition des politiques dessinées par les gouvernements de Thabo Mbeki, la direction de COSATU a cherché à réaffirmer une aptitude à la protestation et à s’ériger en point d’ancrage de la « gauche » au sein de l’Alliance. Elle a repris la bannière de la critique sociale, faisant siens des mots d’ordre également utilisés par l’APF ou l’AEC. C’est par exemple pour dénoncer les « privatisations » que sont organisées plusieurs grèves nationales à partir de 2001, des grèves auxquelles même SANCO, l’association nationale des civics proche de l’ANC, cherchera à s’associer dans un premier temps. Quelques années plus tard, en 2008, la confédération syndicale se saisit de la question de l’électricité et critique sévèrement la hausse de plus de 25 % des tarifs également combattue par l’Anti-Privatisation Forum. Ces prises de position, souvent saluées par des communiqués de presse émanant d’organisations protestataires ou de groupes politiques gravitant dans leur sillage, ainsi que la conduite de quelques grèves d’envergure, comme celle mobilisant des centaines de milliers d’employés du secteur public en 2010, ont timidement réinscrit la confédération dans l’espace de la protestation sociale, en dépit de son maintien dans la coalition gouvernementale.

  • 87 COSATU, « Advancing social transformation in the era of globalisation », Political discussion pape (...)

50La confédération a en fait très tôt entretenu cet entre-deux. À Johannesburg, certains de ses membres ont, par exemple, pris une part active dans la fondation de l’Anti-Privatisation Forum en 2000, année où les élites syndicales s’inquiétaient officiellement des dysfonctionnements et déséquilibres au sein de l’Alliance87. Son siège national a également abrité le bureau de l’organisation protestataire lors de ses premiers mois d’existence. Par la voix de ses dirigeants nationaux, COSATU a cependant régulièrement pris ses distances lorsque le discours de la protestation sociale était jugé trop ouvertement hostile à l’ANC. Le rapport politique présenté par le Secrétariat national lors de son huitième congrès, en septembre 2003, rappelle ainsi la nécessité d’asseoir la « transformation sociale » sur une large base sociale, tout en affirmant qu’une telle entreprise ne peut être poursuivie avec n’importe qui :

  • 88 « Part one. Political Report » dans COSATU, Secretariat Report, 8th National Congress, Johannesbur (...)

« Depuis notre 7e Congrès national [Ndla : en 2000], l’échec à répondre aux attentes de notre peuple en matière de démocratie a nourri l’émergence de soi-disant nouveaux mouvements sociaux […]. Certains, comme le TAC [NdT : Treatment Action Campaign, l’organisation phare de la lutte contre le sida], s’inscrivent réellement dans le mouvement démocratique. D’autres, comme l’Anti-Privatisation Forum, adoptent une posture simpliste et parfois vicieuse vis-à-vis du gouvernement, de l’ANC et de l’Alliance. […] Certains ont refusé de travailler avec l’Alliance, et notamment avec l’ANC, dans le cadre de campagnes importantes comme la Conférence mondiale contre le racisme, le Sommet mondial sur le développement durable et le mouvement anti-guerre. […] Notre réponse doit se faire au cas par cas. Nous ne pouvons tout simplement pas travailler avec des organisations qui prétendent attaquer le gouvernement et l’Alliance88. »

51Quelques mois auparavant, COSATU s’était déjà définitivement écarté d’Indaba, le « mouvement social rassemblé », en apprenant que la structure accueillerait également l’Anti-Privatisation Forum, le Landless People’s Movement et Youth for Work. Les porte-parole de la confédération syndicale avaient alors prétexté que la trop grande place laissée aux « petites organisations » rendait cette structure peu représentative de la société civile.

52Ces positionnements et repositionnements ont aidé au développement d’une rivalité de plus en plus évidente entre syndicalistes et activistes sociaux. Celle-ci s’est essentiellement structurée autour de la prétention à représenter des populations ayant peu – ou pas – bénéficié des fruits de la démocratisation. On pourrait d’ailleurs ouvrir ici une parenthèse en considérant que ce constat vaut tout autant pour SANCO, l’association nationale des civics. Les représentants de cette dernière sur le terrain se sont rapidement trouvés au contact direct d’activistes sociaux dont on peut penser qu’ils partagent a priori les préoccupations et les combats. Les rivalités qu’engendre cette situation peuvent en partie expliquer que, même implicitement, la direction de l’association nationale des civics se positionne de plus en plus souvent par rapport aux organisations du mouvement social dès le début des années 2000, cherchant à les concurrencer ou à les prendre de vitesse sur le terrain de la défense des plus pauvres. En juin 2001 par exemple, à la veille d’une manifestation organisée par le SECC à Johannesburg, les responsables de SANCO menacent à leur tour de s’engager dans une action de masse contre les sanctions frappant les ménages ne payant pas leurs factures d’électricité. Certaines des réunions des instances nationales servent également de tribunes pour marteler que SANCO est un « mouvement social-révolutionnaire » et convaincre ainsi de la fibre revendicative de l’organisation et de ses militants.

  • 89 « Sur les mouvements sociaux émergents : 1. Depuis le dernier congrès national de COSATU, en 2000, (...)
  • 90 Zwelinzima Vavi, Secrétaire général de COSATU, cité dans Cape Times, 15 juin 2006.
  • 91 Le BEE est un programme gouvernemental destiné à lutter contre les « inégalités raciales » héritée (...)
  • 92 Southall R. & Webster E., « Unions and parties in South Africa… », op. cit., p. 147.
  • 93 On notera que les appels à quitter l’alliance se font de plus en plus pressants au sein de l’organ (...)
  • 94 Resolutions of the Cosatu 8th National Congress, COSATU, 2003, p. 5.

53Pour en revenir à COSATU, les rivalités avec certaines organisations protestataires, dont elle reconnaît officiellement l’existence dès 200389, ne vont pas manquer au fil des années 2000. Elles vont de pair avec l’accentuation de la posture contestataire assumée par COSATU au sein de la coalition gouvernementale. C’est ainsi, selon son secrétaire général, parce que « l’absence de stratégie de mobilisation de masse [de l’ANC] ouvre un espace aux […] mouvements sociaux90 », que la confédération reprend officiellement l’étendard de la critique sociale. Ce (re)positionnement progressif s’effectue sur fond d’augmentation du chômage et de croissance des inégalités au sein même de la population noire. L’enrichissement de certaines élites ANC redéployées dans le monde économique et l’émergence d’une bourgeoisie noire (les « black diamonds ») sous l’effet de politiques comme le Black Economic Empowerment (BEE)91, vont rendre encore plus cohérents les efforts consentis par les dirigeants de COSATU pour apparaître en gardiens des intérêts des « travailleurs » mais également des « pauvres ». Alliés à ceux du Parti communiste, ils s’attellent, à partir du milieu des années 2000, à définir une « stratégie de gauche » susceptible de « capter l’ANC de l’intérieur » et de réorienter l’action gouvernementale vers les besoins des plus défavorisés92. Dès le début des années 2000, les congrès et autres rassemblements nationaux de COSATU fournissent autant d’occasions de rappeler la « loyauté » des syndicats envers l’ANC tout en condamnant son « virage à droite93 ». Un certain nombre de résolutions et de rapports réaffirme alors la vocation des syndicats à « conduire et mobiliser les masses au cours de campagnes » construites autour des questions dont ce sont déjà saisies les organisations protestataires94.

  • 95 « Statement by Cape Town Organisations against Participation in the New UDF », 13 août 2005, <http://khanyacollege.org.za/Documents/Journal11-pdfs/j11_14.pdf>.
  • 96 Voir la synthèse des positions qu’établit Dale McKinley dans « “New UDF” sparks left debate », Gre (...)

54Ce qui peut être appréhendé comme des signaux contradictoires formés en direction du mouvement social connaît une certaine consécration en août 2005, à l’issue d’un vaste rassemblement de militants COSATU de la Province du Cap ouest. Ce ne sont pas seulement les appels lancés depuis l’auditoire à un départ de l’Alliance tripartite ou à la création d’un parti ouvrier de masse, appels longuement salués par des applaudissements au sein de la foule d’adhérents rassemblée à cette occasion, qui retiennent l’attention ce jour-là. L’importance de la réunion réside surtout dans l’annonce de la constitution à venir d’une large coalition (un « front ») visant à rassembler différents acteurs de la « société civile » autour de COSATU, qu’il s’agisse d’églises, d’ONG ou d’organisations communautaires. Dans les jours qui suivent, des journalistes évoquent même l’existence d’une note interne assimilant la coalition à un « nouvel UDF ». Si les dirigeants nationaux de COSATU renoncent rapidement à cette appellation et affirment finalement le caractère purement local d’une telle initiative, la référence à l’organisation la plus emblématique du combat des années 1980 n’est évidemment pas anodine. Compte tenu des liens ayant existé entre l’UDF et COSATU, la réactivation de ce « label » peut être un moyen, pour la confédération syndicale, de rappeler la part prise dans le mouvement de « révolution démocratique nationale » et, plus fondamentalement, de revendiquer une sorte de légitimité mouvementiste historique. Le secrétaire général de COSATU prend soin de préciser qu’il ne s’agit pas de concurrencer l’ANC ou le SACP mais de s’inscrire dans la « campagne contre la pauvreté et pour l’emploi », quand bien même la nouvelle structure se situerait, de son propre aveu, « à gauche » du parti majoritaire. Il n’échappe évidemment à personne que ce large objet social embrasse tout le champ des revendications portées par les organisations protestataires. Certaines dénoncent alors une tentative « de récupération et de contrôle du mécontentement radical95 ». Quelques jours après le fameux meeting de la branche cap-occidentale de COSATU, l’une des coordinatrices du Concerned Citizens Forum (CCF) voit dans l’initiative une « tentative consciente » de « contenir et diluer toute critique réelle et toute possibilité de subversion du programme gouvernemental de l’ANC ». Mais la démarche syndicale ne suscite pas que de l’hostilité au sein du monde de la protestation sociale. Quelques-uns de ses éléments les plus politisés y voient une opportunité : celle de fragiliser l’alliance au pouvoir et, partant, d’envisager enfin la collaboration du mouvement des travailleurs et de celui des pauvres96.

Syndiqués et protestataires, deux mondes différents ?

  • 97 Seekings J. & Nattrass N., Class, race and inequality, op. cit., p. 46 et 129.
  • 98 Voir Buhlungu S., « Gaining influence but losing power? COSATU members and the democratic transfor (...)
  • 99 Buhlungu S., « COSATU and the first ten years of democratic transition in South Africa », S. Buhlu (...)
  • 100 Seekings J. & Natrass N., Class, race and inequality, op. cit, p. 373.
  • 101 L’idée est aussi évoquée par certains de fonder des « syndicats de communautés », rassemblant les (...)
  • 102 Casale D., Muller C & Posel D., « “Two million net new jobs”: A reconsideration of the rise in Emp (...)
  • 103 Une coalition regroupant plus d’une trentaine d’ONG, centres de recherche universitaires et autres (...)
  • 104 Le concept de « social-movement unionism » suggère un syndicalisme dépassant les seules revendicat (...)

55Le positionnement de plus en plus affirmé de COSATU en défenseur des intérêts des « travailleurs » et des « pauvres » rencontre cependant une limite objective, qui rend difficile l’alliance des syndiqués et de ceux que l’on peut croiser dans les manifestations contre les expulsions ou les coupures d’électricité. La difficulté tient ici aux inégalités de situations qui séparent ces deux populations. Si l’on peut douter que tous les salariés, et notamment les ouvriers, forment à un « groupe privilégié » qui aurait « prospéré » depuis 1994 du fait de la proximité des syndicats avec le gouvernement ANC97, un fossé social existe cependant entre le salariat des uns et le non-emploi ou le précariat généralisé des autres. COSATU, qui compte quelque 1 700 000 adhérents au milieu des années 2000 (contre 1 300 000 en 1994, mais 1 800 000 en 2000), a surtout vu le profil de ses adhérents évoluer et se détacher progressivement de celui du travailleur sud-africain moyen : alors qu’en 1994, 60 % d’entre eux étaient peu ou pas qualifiés, la situation s’est diamétralement inversée depuis le début du siècle. La majorité de cette population se composerait désormais de petits cadres, d’employés de bureaux ou d’ouvriers qualifiés98. Au début des années 2000, 92 % des membres de la confédération disposaient en outre d’un emploi stable et à temps plein99 leur assurant, le plus souvent, de vivre dans un foyer dont le revenu dépassait le revenu moyen sud-africain100. Un autre signe du décalage qui peut exister entre la représentation syndicale et la réalité sociale de millions de Sud-Africains se niche dans la nature des revendications respectives des syndicats et des organisations du mouvement social. En se concentrant principalement sur les conditions de travail et sur les salaires, COSATU place son action et sa volonté d’influence au cœur du processus de production, alors que les demandes mouvementistes s’agrègent au niveau de la consommation (de services publics, de logements, etc.). Les dirigeants de COSATU ont semblé prendre la mesure de ces écarts et de la dimension relativement perfectible de leur représentativité. En 2005, et après plusieurs années de débat, la confédération s’est par exemple timidement aventurée sur le terrain de l’économie informelle en créant un syndicat censé regrouper les vendeurs de rue et les travailleurs à domicile101. L’enjeu n’est pas mince : l’économie informelle, dans laquelle s’insèrent bon an, mal an, nombre de pauvres, génèrait jusqu’à 12 % du PIB au milieu des années 2000. Elle englobait surtout près de 2,3 millions d’individus (contre « seulement » 965 000 personnes en 1997) et représentait plus de la moitié des 1,4 million d’emplois créés entre 1995 et 2003102. Mais le repositionnement de la confédération se vérifie principalement dans la manière dont elle a progressivement investi de nouvelles thématiques, parallèlement à des revendications plus classiques sur l’emploi, les conditions de travail ou la croissance économique. En témoigne, par exemple, son engagement en faveur de l’instauration d’un revenu universel garanti, mesure ne concernant qu’à la marge ses adhérents103. Le cœur de ces réorientations peut, en fait, être interprété comme un retour du social-movement unionism104 dont COSATU avait, par la force des choses, emprunté la voie durant les années 1980. Au cours de la première moitié des années 2000, la confédération s’associe ainsi au Treatment Action Campaign (TAC), cette organisation qui, depuis 1998, mobilise ses militants autour de la défense des droits des malades du sida. Les deux structures se sont ainsi engagées dans une campagne dont l’objet était d’amener le gouvernement à reconsidérer sa politique sanitaire et à garantir l’accès aux médicaments anti-rétroviraux. COSATU prend également part aux marches de protestation organisées, en 2006, par la Sanction Against Israel Coalition in South Africa, aux côtés d’organisations comme l’APF. Mais ce dépassement de la simple sphère syndicale et des seuls intérêts des « travailleurs » ne la conduit cependant pas à embrasser l’illégalisme souvent pratiqué au sein de l’espace de la protestation sociale. Ses porte-parole prennent par exemple leurs distances lorsque les responsables de TAC décident d’enfreindre les lois en important des médicaments à bas prix de Thaïlande et du Brésil. C’est dans une logique assez semblable que les responsables de la toute nouvelle section mise en place dans la township de Khayelitsha s’opposent directement aux squatters d’Abahlali baseMjondolo Western Cape au cours de l’automne 2010. Renouant avec les stay-aways, ce mode d’action éprouvé lors des années de lutte contre l’apartheid, les squatters ont en effet incité les habitants salariés qui vivent dans ces bidonvilles à mener une « grève des camps » en ne se rendant pas dans les usines et commerces qui les emploient. Exaspérés par le manque de logements et de services, ils ont par la suite entamé une « semaine d’action » en cherchant à rendre la ville « ingouvernable » via la multiplication des barrages routiers. Les appels à la modération et à la responsabilité adressés par les syndicalistes aux protestataires n’ont pu masquer le dilemme des premiers, pris entre leur ambition de s’affirmer en porte-voix des plus pauvres et la contrainte qu’exercent inévitablement leurs liens avec le pouvoir politique.

Jeu d’échelles

  • 105 Barchiesi F., « Privatization and the historical trajectory », art. cit., p. 50.

56La relation très ambivalente que la direction nationale de COSATU entretient avec la protestation sociale et, plus encore, avec ses principaux acteurs, connaît des transpositions pour le moins variées au niveau des provinces et des agglomérations, là-même où interviennent les organisations mouvementistes. Des contacts se sont très tôt établis, au niveau local, entre des adhérents de COSATU et des activistes sociaux. Le plus souvent, c’est avec des adhérents du syndicat des travailleurs municipaux (SAMWU), a priori plus sensibles à la thématique de la « privatisation » des services publics urbains, que les organisations protestataires entretiennent les relations les plus visibles. Ce syndicat est d’ailleurs la seule structure affiliée à COSATU dont les instances nationales ont rapidement et officiellement exprimé la volonté de travailler avec les « nouveaux » mouvements sociaux. Ce « détail » n’est pas sans importance, le nombre de ses adhérents faisant de SAMWU une entité puissante au sein d’une confédération COSATU dont les bastions traditionnels – les mines et l’industrie – connaissent une forte hémorragie militante à partir du milieu des années 1990. Alors qu’en 1994, les travailleurs de l’ensemble du secteur public ne représentaient que 17 % des effectifs de COSATU, leur part passe à plus de 40 % en 2003. Le nombre des syndiqués à la seule SAMWU double même durant la décennie 1990105. Dès 1996, la direction de ce syndicat s’est, en outre, souvent signalée par ses vives critiques à l’égard de dirigeants de COSATU coupables, selon elle, d’être trop complaisants à l’égard de la « politique de privatisations » de l’ANC. En 1999, ses adhérents sont parmi les premiers à s’engager contre « iGoli 2002 », le plan de restructuration de la municipalité de Johannesburg. C’est d’ailleurs dans ce cadre que s’établissent des liens avec des dissidents de l’ANC, des étudiants, des militants de la branche provinciale du SACP et quelques activistes d’« extrême gauche » ; des liens qui donneront naissance à l’Anti-Privatisation Forum en septembre 2000. Ce type de connexions est repérable en d’autres points de l’Afrique du Sud, notamment à Cape Town, où se trouve le siège national du syndicat. Au-delà du soutien logistique que des militants SAMWU ont, dès le début des années 2000, apporté à ceux de l’AEC en fournissant, par exemple, un accès à des photocopieuses et à des salles de réunion, il est manifeste que certaines des revendications des deux organisations peuvent parfois se recouper. Après avoir notamment dénoncé les externalisations et les cessions de biens municipaux qui ont accompagné la naissance administrative de l’agglomération du Cap en 1999, le syndicat a, entre autres faits d’armes, cherché à rassembler diverses organisations communautaires et ONG dans un éphémère forum anti-privatisations du Cap Occidental. Il a, enfin, tenté d’entretenir l’élan impulsé par l’arrêt de la Haute Cour de Johannesburg interdisant les compteurs d’eau à prépaiement, important ainsi au Cap une « guerre de l’eau » entamée dans le Gauteng par les militants de l’Anti-Privatisation Forum et de la Campaign Against Water Privatisation.

  • 106 Xali M., Seeking Trade Union and Community Organisation Linkages in the Cape Town Metropolitan Are (...)
  • 107 J’ai également pu relever ces termes au cours d’entretiens à Johannesburg.

57Les rapprochements entre activistes des townships et syndicalistes de SAMWU ne se sont pas seulement opérés sur une convergence des causes. Ils se nourrissent également de l’existence de réseaux d’interconnaissance. Ces derniers peuvent être d’ordre professionnel, de nombreux militants protestataires ayant, par le passé, adhéré à certains syndicats affiliés à COSATU. Au milieu des années 2000, l’un des principaux leaders de l’AEC à Mandela Park a, par exemple, longtemps exercé les fonctions de délégué syndical SAMWU. Mais ces liens peuvent également se construire sur une proximité géographique. Même si le statut social de l’adhérent moyen à COSATU est supérieur à celui du travailleur sud-africain moyen et, à plus forte raison, du militant moyen des organisations protestataires contemporaines, souvent au chômage, les trois peuvent très bien vivre dans un même quartier populaire. Dans le courant des années 2000, Xali remarquait que les lieux de travail et de résidence de nombreux syndiqués de SAMWU coïncidaient avec les zones où les membres de l’AEC étaient les plus nombreux et les plus actifs. Ainsi, le dépôt municipal de la grande township noire de Khayelitsha était situé dans le quartier de Mandela Park, non loin du lieu où se tenaient les réunions publiques organisées par la Mandela Park Anti-Eviction Campaign. Au début des années 2000, le responsable de la branche SAMWU à Cape Town habitait en outre à Vrygrond, à quelques rues des maisons de certains des membres du Vrygrond Action Committee, l’une des composantes de l’AEC. Il n’est dès lors pas surprenant que les membres de SAMWU, mais c’est vrai de la plupart des syndiqués, puissent avant tout apparaître comme des « membres de la communauté106 » aux yeux des activistes sociaux. Au Cap comme ailleurs107.

  • 108 La plupart des interventions lors de ce rassemblement est en Sotho, en Xhosa ou en Zoulou, avec qu (...)
  • 109 La Democratic Alliance (DA) est le principal parti d’opposition en Afrique du Sud et le premier pa (...)
  • 110 Il s’agit du bâtiment, situé en centre-ville, dans lequel sont rassemblés de nombreux services mun (...)

Entre les cabanes de TT
Samedi 22 mai 2010, quartier de TT, dans la grande township noire de Khayelitsha, au Cap. Une poignée d’activistes d’Abahlali baseMjondolo (littéralement, « Les gens qui vivent dans les cabanes ») s’affairent autour de trois gros amplificateurs de son posés au centre d’un étroit terrain vague cerné par des centaines de cabanes. Le matériel audio bricolé laisse enfin s’échapper quelques notes de kwaito, cette musique mêlant hip-hop et rythmes électroniques si populaire dans la jeunesse des townships. Le quart d’heure qui suit est principalement scandé par les chants et les danses lancés par quelques jeunes femmes revêtues des t-shirts rouges de l’organisation. Progressivement, une centaine d’habitants des constructions les plus proches est venue se masser autour du cercle que forment les danseurs. Cette petite foule finit par s’ouvrir, laissant passer un cortège d’une dizaine de militants d’Abahlali. Ils sont rassemblés sous une bannière en tissu rouge destinée à rappeler que l’organisation lance aujourd’hui une campagne pour le « Droit à la ville ». Le mass meeting qui s’ouvre alors va durer près de deux heures. Il voit se succéder au micro les représentants des différentes « communautés » affiliées à Abahlali. C’est à eux que reviendra par ailleurs la tâche, une fois de retour dans leur quartier, de restituer à ceux qui n’ont pu venir ce qui s’est dit durant ce rassemblement. L’historique de ce « mouvement pour les gens » est rappelé à cette occasion. Certains faits d’armes, justifiant le ralliement de chacun (« Join us », lance ainsi l’un des intervenants en direction de la foule), sont opportunément rappelés : « C’est après une manifestation que l’on a obtenu la construction de toilettes. » Les « promesses politiques vides » sont également dénoncées, tout comme ces « élus qui ne viennent que pour les élections, taper aux portes des cabanes ». Quelqu’un rappelle, à quelques semaines de l’ouverture de la Coupe du monde de football, que « lorsque l’on a besoin d’un terrain pour un stade, on en trouve »… C’est, il est vrai, ce que paraît confirmer, à quelques dizaines de kilomètres de là, la construction du rutilant stade de Green Point en plein centre-ville. L’un des intervenants s’adresse également à l’élu municipal, pourtant absent : « S’il y a un incendie, tu seras le responsable car tu n’as jamais rien amené. » Entre chaque allocution, les chants et les danses reprennent. Le kwaito a désormais fait place à des chants de la Lutte (celle contre l’apartheid), dont certains ont été actualisés. L’un d’eux, « We fight for our rights » (« Nous combattons pour nos droits »), est, aux dires de mon traducteur108, « toujours valable aujourd’hui et le sera encore pendant des générations » puisque « tout ça, c’est dans la continuité ». Un autre chant, quelques minutes plus tard, évoque Chris Hani, l’un des chefs de la branche armée de l’ANC, assassiné en 1993 par un militant de l’extrême-droite blanche alors même qu’il s’affirmait comme le chef de file de la génération appelée à succéder à celle de Nelson Mandela et Oliver Tambo. C’est enfin « le nouveau pouvoir noir », dont les membres sont campés en « boers noirs », qui est raillé dans une dernière chanson, quelques minutes avant que la représentante d’une communauté assène qu’elle a « aidé ces gens à être au pouvoir » mais vit toujours dans une cabane. Le chairperson d’Abahlali prend enfin la parole. Il revient sur les agressions physiques qu’il a subies par le passé en raison de son engagement. Il met en garde contre les « espions du maire » qui pourraient très bien se trouver parmi nous aujourd’hui. Il appelle la foule à reprendre avec lui « Down ANC ! Down! Down DA! Down! Down Sanco! Down! »: « À bas l’ANC! À bas la Democratic alliance ! À bas Sanco109 ! » Puis il incite chacun à faire un « choix : ceux qui veulent être avec les partis ne sont plus dans la communauté ». À quelques mètres de lui, assise dans un fauteuil en plastique, une femme revêtue d’un t-shirt ANC écoute sans sourciller. Le leader de ce « mouvement qui se bat pour que tout le monde ait une maison » annonce enfin ce qui va rythmer la Campagne pour le Droit à la ville : chacun est appelé à venir manifester devant le ministère provincial du Logement pendant la Coupe du monde de football. Mais surtout, au nom du « droit à la ville » que le pouvoir refuserait aux pauvres, le centre du Cap doit être investi en masse durant l’événement sportif. Il est ainsi prévu de dormir dans la rue (« Amenez des couvertures, on se servira des toilettes du Civic Centre110 ») et de construire des cabanes aux abords du stade les jours de match, afin que les touristes puissent être témoins des conditions de vie de ceux qui vivent dans les camps de squatters.

Du « mouvement social » vers « la gauche »

58La fin de la première décennie du XXIe siècle a vu s’accentuer les prises de distance de COSATU à l’égard des groupes dirigeants de l’ANC, tandis que s’esquissaient quelques rapprochements en direction de certaines des organisations ayant animé la protestation sociale depuis la fin des années 1990.

59Le premier mouvement a été particulièrement manifeste durant les années 2006-2007, s’incarnant de plus en plus régulièrement dans la condamnation de la politique « néolibérale » conduite par les gouvernements Mbeki, dans le rappel des engagements pris en 1994 ou, plus généralement, dans la revendication de représenter la « gauche » de l’Alliance. Ces prises de positions ont paru légitimer le soutien apporté à Jacob Zuma dans sa course à la présidence de l’ANC, puis à celle de la République. Son accession au pouvoir, en avril 2009, n’a pas pour autant entamé la volonté de COSATU de s’affirmer dans le champ de la protestation, comme l’a confirmé la grève générale du secteur public en août et septembre 2010. La rapide fragilisation de cette présidence, sous l’effet de divers scandales (népotisme, corruption, mœurs, etc.) et de la multiplication des manifestations de pauvres, ainsi que l’idée, de plus en plus diffuse au sein des groupes dirigeants syndicalistes, que ce soutien n’avait pas été payé de retour (tant en termes d’inflexion de la politique économique que de redistribution des postes de pouvoir), ont donné une cohérence à la défiance de plus en plus vive de COSATU à l’égard du partenaire politique. L’éventualité d’un divorce au sein de l’Alliance ressurgit même en 2010.

  • 111 Cité dans Lehulere O., « The new social movements, COSATU, and the “new UDF” », Khanya, no 11, déc (...)
  • 112 Cette communication est par la suite publiée dans une revue intellectuelle nord-américaine : McKin (...)

60C’est sur ce tableau changeant des rapports de force au sein du pouvoir politique sud-africain que se sont dessinées différentes formes de rapprochements entre la confédération syndicale, ou certains de ses éléments, et plusieurs groupes issus de la protestation sociale ou, plus généralement, de la « société civile ». Ces glissements ne s’observent pas du jour au lendemain. On en relève en effet des traces dès le milieu des années 2000. Ils résultent, en outre, de différentes logiques, d’ajustements et d’anticipations de part et d’autre, et sont, en toute hypothèse, facilités par les liens que certains porte-parole de la protestation entretiennent avec un monde syndical qu’ils ont très souvent connu par le passé. Même si la tonalité générale des discours tenus à l’égard de la direction de COSATU est résolument critique, la volonté d’établir des alliances avec les syndicats n’en est pas moins régulièrement assumée par plusieurs figures de la protestation. C’est à l’aune de cette relation ambiguë que peut, par exemple, être appréciée la présence d’un universitaire notoirement proche des organisations protestataires, à la conférence « 10 ans de démocratie » organisée par la confédération syndicale en mars 2005. Cet épisode permet d’ailleurs aux organisateurs d’affirmer, un peu abusivement, qu’une place a ainsi été faite aux « mouvements sociaux de gauche111 ». D’autres initiatives semblent aller dans le même sens, comme l’invitation faite aux représentants du Soweto Electricity Crisis Committee d’assister au congrès COSATU de 2008. C’est le plus souvent au nom d’une appartenance commune à la « gauche » que sont justifiées ces interpénétrations entre deux mondes que l’essentiel – le rapport à l’ANC – devait jusqu’alors séparer. En atteste d’ailleurs, l’intitulé de la communication délivrée en 2008 à l’École nationale d’éducation politique de COSATU par celui qui était alors le trésorier de l’Anti-Privatisation Forum : « Vers une stratégie socialiste et une unité de la gauche en Afrique du Sud112. »

61C’est dans le sillage de tels rapprochements, qu’apparaissent, à la fin des années 2000, différents lieux susceptibles de faciliter les connexions, les initiatives partagées et les rencontres. Agrégés, ces divers éléments aident à dessiner les contours de ce qui, de plus en plus, se donne à voir comme un univers en soi. À la fois proche et distinct du monde de la protestation sociale et des zones les plus institutionnalisées de la politique, il pourrait, à grands traits, être dépeint comme un « espace politique intermédiaire ».

Notes

1 L’anthropologue Kerry Chance a établi une chronologie très précise des événements survenus durant ces quelques heures : Chance K., The Work of violence : A timeline of armed attacks at Kennedy Road, Durban, School of development studies research report no 83, juillet 2010.

2 Secrétariat de Cosatu, Rapport pour le 9e Congrès, 18-21 septembre 2006, Gallagher Estate, Midrand, p. 16.

3 Sankie Mthembi-Mahanyele, citée dans McKinley D., « The political economy of the rise… », op. cit.

4 Cette dernière vantait en effet les vertus de la betterave dans la lutte contre le virus.

5 Murphey Morobe, cité dans Zuern E., « La pauvreté en débat. Marginalité et démocratie constitutionnelle en Afrique du Sud », Politique africaine, no 103, octobre 2006, p. 38.

6 Sur ce mode de disqualification, voir Pedretti M., La Figure du désobéissant en politique. Étude de pratiques de désobéissance civile en démocratie, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2001, p. 210.

7 Selon les termes du secrétaire général de l’ANC dans la province du Gauteng, en 2003.

8 Thabo Mbeki, 2002, cité dans McKinley D & Veriava A., Arresting Dissents, op. cit.

9 Thabo Mbeki, dans ANC Today, 11 novembre 2005.

10 Thabo Mbeki, 2002, cité dans McKinley D. & Veriava A., Arresting Dissent, op. cit.

11 C’est la thèse que développent, entre autres, deux responsables de la communication du ministère du Logement dans les pages d’un hebdomadaire en 2006 : Mabaso L. & Mchunu H., « Third Force Line Won’t Go Away », Sunday Tribune, 24 septembre 2006.

12 Zikode S., « We are the Third Force », op. cit.

13 Buhlungu S., The Anti-Privatisation Forum: A Profile of a Post-Apartheid Social Movement, Durban, Case study for the University of KwaZulu-Natal/Centre for Civil Society project « Globalisation, Marginalisation and New Social Movements in post-Apartheid South Africa », 2004, p. 4.

14 Durant les années d’apartheid, Fatima Meer participa à différentes actions organisées plus ou moins directement par l’ANC. En octobre 1955, elle fut également l’une des principales fondatrices de la Federation of South African Women à Pretoria. Elle connut la prison et fut l’objet de deux tentatives d’assassinat dans les années 1960 et 1970.

15 « Sparks in the Townships », art. cit., p. 40.

16 Mangaliso Kubheka, cité dans Desai A., We are the Poors, op. cit., p. 137.

17 « Poor Peoples’Alliance to Re-enact June 1976 Soweto Uprising March », Communiqué de presse de la Poor People’s Alliance, 14 juin 2009.

18 Le toyi-toyi mêle danse, slogans politiques et chants de combat ou de résistance. Il était régulièrement pratiqué durant l’apartheid, lors des manifestations contre la politique du gouvernement. Dans un documentaire réalisé par Lee Hirsch (Amandla ! A révolution in four-part Harmony), un homme ayant pris part au soulèvement de Soweto affirmait d’ailleurs : « Le toyi-toyi était notre arme. Nous n’avions pas de technologie de guerre, pas de gaz lacrymogène ou de tanks, mais nous avions cette arme ».

19 Le terme désignait, dans les années 1970 et 1980, les individus engagés dans la Lutte, qu’ils aient été ou non communistes.

20 « Amandla », qui désigne le « pouvoir » en Xhosa ou en Zoulou, était l’un des cris de ralliement des militants de l’ANC durant la lutte contre l’apartheid, notamment lors des meetings organisés dans les townships. La foule répondait alors « Ngawethu » (« Nous appartient »).

21 Geay B., « Contribution à une sociologie de la pratique protestataire », B. Geay (dir.), La Protestation étudiante. Le mouvement du printemps 2006, Paris, Raisons d’agir, coll. « Cours et travaux », 2009, p. 175.

22 McAdam D., Tarrow S. & Tilly C., « Pour une cartographie… », op. cit., p. 16.

23 « APF launches CD of songs », communiqué de presse de l’APF, 5 mai 2007.

24 The SMI Secretary, The SMI Secretary’s Report to the fourth SMI Annual National Meeting, Durban, 2007.

25 Hector Pieterson, tué par la police lors du soulèvement des écoliers de Soweto, est devenue une sorte d’icône de la Lutte après qu’il a été pris en photo agonisant dans les bras de l’un de ses camarades.

26 « Poor People’s Alliance to Re-enact June 1976 Soweto Uprising March », Communiqué de presse de la Poor People’s Alliance, 14 juin 2009.

27 Siméant J & Traïni C, « Pourquoi et comment sensibiliser à la cause », C. Traïni (dir.), Émotions… Mobilisation !, Paris, Les Presses de sciences po, 2009, p. 25.

28 Les Boers sont les descendants des premiers colons néerlandais. Ils forment le principal groupe de la « Nation Afrikaaner » à l’origine de l’apartheid. Observation réalisée lors du lancement de la campagne du « Droit à la ville » dans la township de Khayelitsha, Cape Town, le 22 mai 2010.

29 Mouchard D., « Les mobilisations de “sans” dans la France contemporaine : l’émergence d’un “radicalisme” autolimité ? », Revue française de Science politique, vol. 52, no 4, août 2002, p. 425-447.

30 Cassiem A., The role of the law and its ability to protect poor families facing evictions in the Western Cape, Durban, RASSP Research Reports, no 6, 2006, p. 112.

31 En 2003, une part importante du Rapport organisationnel de l’Anti-Privatisation Forum est consacrée à la « répression d’État ».

32 Alors engagée dans le processus de transition vers la démocratie, l’Afrique du Sud connut, en 1992-1993, une situation de quasi-guerre civile, mettant aux prises militants de l’ANC et de l’Inkhata Freedom Party.

33 Voir notamment les contributions rassemblées dans Ndung’u S. K. (ed.), The right to dissent. Freedom of expression, assembly and démonstration in South Africa, Johannesburg, Freedom of Expression Institute, 2003.

34 Cité dans Desai A. & Pithouse R., « “But we were thousands”: Dispossesion, resistance and repression in Mandela Park… », art. cit., p. 239-240.

35 Cité dans McKinley D. & Veriava A., Arresting Dissent, op. cit.

36 Échange avec l’un des membres du bureau du SECC, 15 juillet 2009, Johannesburg.

37 En 2005, un rapport interne assurait que l’ANC est un « mouvement de masses, responsable de la mobilisation de tous les secteurs de la société et des membres de toutes les communautés dans la participation à un processus fondamental de changement social au travers de l’auto-émancipation ». Voir le Rapport organisationnel rendu par le Conseil national général de l’ANC en 2005.

38 Darracq V., « In the party, in the township… », art. cit.

39 Près de la moitié n’aurait ainsi aucune activité hors période électorale.

40 African National Congress, Secretary General report to the 50th National Conference, Stellenbosch, 16-20 décembre 2002.

41 Kgalema Mothlanthe, cité dans Lodge T., « South african politics and collective action, 1994-2000 », op. cit., p. 5.

42 Entretien avec Boysihle Mafilika, alors élu (ANC puis COPE) du ward 35 de l’agglomération du Cap, Cape Town, le 21 mai 2010.

43 « ANC-Gauteng Province Media Statement on the Launch of the Provincial Imvuselelo Campaign », 22 mai 2006.

44 Business Day, 22 février 2006.

45 Nzimande B., « A perspective on street committees », Umsebenzi online, vol. 7, no 9, 4 juin 2008.

46 Ibid.

47 Zwelinzima Sizani, en charge de l’éducation politique et de la formation au sein du bureau de l’ANC dans la Province du Gauteng, 2006, cité dans Darracq V., « In the Party… », art. cit.

48 L’imbizo est un terme zoulou qui désigne des réunions au cours desquelles les individus peuvent, en présence des gouvernants, présenter leurs doléances et faire part de leurs critiques à l’égard de la politique qui est menée.

49 Cité dans Calland R., Anatomy of South Africa, op. cit., p. 10.

50 Gumede W., Thabo Mbeki and the Battle For the Soul of the ANC, op. cit., p. 116.

51 Le gouvernement avait jusqu’alors scrupuleusement respecté cet engagement, ramenant même, une année, le déficit à 1 % du PIB.

52 Le secrétaire général de l’ANC dans la Province du Gauteng, 2003, cité McKinley D. & Veriavia A., Arresting Dissent, op. cit.

53 Échange informel avec l’un des porte-parole de l’AEC, Le Cap, août 2003.

54 L’élu municipal ANC de la circonscription comprenant Mandela Park, cité dans McKinley D. & Veriavia A., Arresting Dissent, op. cit.

55 Cité dans Zuern E., « La pauvreté en débat », art. cit., p. 43.

56 Zuern E., The politics of necessity. Community organizing and democracy in South Africa, Madison, The University of Wisconsin Press, coll. « Critical human rights », 2011, p. 156.

57 Social Movement Indaba, communiqué de presse du 25 août 2002.

58 Titres du Mail & Guardian, du Citizen et de The Star recensés dans Death C., « Troubles at the top: South African protests and the 2002 Johannesburg Summit », African Affairs, vol. 109, no 437, octobre 2010, p. 561.

59 Appolis J., « The political significance of august 31 », Khanya Journal, 2, 2002, p. 7.

60 Le « I » de SMI renvoyant au mot Indaba qui, en zoulou, signifie « Rassemblement ».

61 Heinrich Bohmke, activiste du CCF, cité dans Siwisa B., « Crowd renting or struggling from below? The Concerned Citizens Forum in Mpumalanga township, Durban, 1999-2005 », Journal of Southern African Studies, vol. 34, no 4, décembre 2008, p. 931.

62 Cette opposition wébérienne est reprise par Lilian Mathieu dans L’Espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, coll. « Sociopo », 2012, p. 249 sq.

63 Desai A., « Neoliberalism and Resistance in South Africa », Monthly Review, vol. 54, no 8, janvier 2003.

64 David Dewes, élu municipal de la DA à Johannesburg, cité dans John V., « Jo’burg residents protest over “billing crisis” », The Mail & Guardian, 26 février 2011.

65 Je me permets d’emprunter au médiéviste Ernst Kantorowicz le titre de son classique ouvrage : Les deux corps du roi, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1989 (édition originale : 1957). L’historien y démontrait en effet comment théologiens et juristes avaient, dans l’Occident chrétien médiéval, contribué à affirmer la nature double du corps du roi : le premier, fait de chair, était mortel et terrestre, quand le second, mystique et immortel, incarnait le royaume et assurait sa continuité.

66 Beinart W., « Popular politics and resistance movements in South Africa, 1970-2008 », W. Beinart & M. C. Dawson (dir.), Popular politics and resistance movements in South Africa, Johannesburg, Wits University Press, 2010, p. 23.

67 C’est ce que démontre très bien, même si elle s’insère dans un quotidien étranger, la tribune que S’bu Zikode, le président d’AbM, signe en novembre 2013 dans The Guardian. Il y évoque les pressions et brutalités perpétrées par le parti majoritaire contre les plus pauvres et, notamment, les « tortures » dont auraient été victimes certains des militants de son mouvement. Zikode S., « Despite the state’s violence, our fight to escape the mud and fire of South Africa’s slums will continue », The Guardian, 11 novembre 2013.

68 Une habitante de Soweto citée par Rosenthal K., « New social movements as civil society: The case of past and present Soweto », W. Beinart & M. C. Dawson (dir.), Popular politics and resistance movements in South Africa, Johannesburg, Wits University Press, 2010, p. 263.

69 Dawson M. C., « The Anti-Privatisation Forum and ideology in social movements », W. Beinart & M. C. Dawson (dir.), Popular politics and resistance movements in South Africa, op. cit., p. 281.

70 Une partie du conseil est parallèlement issue du scrutin de liste à la proportionnelle.

71 Bénit-Gbaffou C., « Démocratisation et participation locale à Johannesburg », art. cit.

72 Freund B., « La ville sud-africaine est-elle encore “post-apartheid” ? Élément de réflexion à partir du cas de Durban », Revue Tiers Monde, no 196, octobre-décembre 2008, p. 743.

73 Ibid.

74 Ces affaires, loin d’être isolées, sont d’ailleurs régulièrement couvertes par la presse quotidienne et les journalistes de l’audiovisuel.

75 « Community involvement in selecting candidates “exciting” », Mail & Guardian, 28 février 2011.

76 Bryant J., « Towards delivery and dignity. Community struggle from Kennedy Road », Journal of Asian and African Studies, vol. 43, no 1, février 2008, p. 55.

77 Zikode S., chairperson d’Abahlali baseMjondolo à Durban, cité dans le chapitre 3 (« Abahlali’s narrative ») de la thesis de Jacob Bryant. Disponible à l’adresse suivante: <http://www.abahlali.org/node/2458>.

78 Alexander P., « Rebellion of the Poor: South Africa’s service delivery protests – a preliminary analysis », Review of African Political Economy, vol. 37, no 123, mars 2010, p. 25-40.

79 Le « paradoxe des t-shirts » doit cependant être quelque peu relativisé. Lors des campagnes électorales, ces vêtements sont en effet distribués en masse à des populations pauvres qui y voient certainement, et avant tout, un moyen de s’habiller gratuitement. Il ne s’agit évidemment pas de suggérer qu’ils porteraient les couleurs de n’importe quel parti mais de prendre garde à ne pas voir systématiquement un acte militant dans cet accoutrement.

80 Patel R., « Somewhere to live in dignity », The Mercury, 19 octobre 2005.

81 Entretien avec Asanda, chairperson de l’Unemployed People’s Movement, le 24 juillet 2012, Grahamstown.

82 Entretien avec Jeff Rudin, membre de la direction de SAMWU, Le Cap, le 18 mai 2010.

83 C’est au cours de cette conférence de l’ANC, organisée en fin d’année 2007, que Jacob Zuma devient le leader du parti et accède ainsi au statut de candidat presque naturel à la présidence de la République.

84 Southall R. & Webster E., « Unions and parties in South Africa… », op. cit., p. 141.

85 McKinley D., « COSATU and the tripartite alliance since 1994 », communication aux séminaires RAU Sociology, université de Johannesburg, 3 octobre 2002.

86 Allocution de Nelson Mandela, Président de la République sud-africaine, lors du 10e congrès du Parti communiste (SACP), 1er juillet 1998.

87 COSATU, « Advancing social transformation in the era of globalisation », Political discussion paper, 7th National Congress, septembre 2000.

88 « Part one. Political Report » dans COSATU, Secretariat Report, 8th National Congress, Johannesburg, 15-18 septembre 2003, p. 3-4.

89 « Sur les mouvements sociaux émergents : 1. Depuis le dernier congrès national de COSATU, en 2000, de nouveaux mouvements sociaux ont émergé, comme l’Anti-Privatisation Forum, le Soweto Electricity Crisis Committee, les comités anti-expulsions dans la Province du Cape Ouest, le Concerned Citizens Forum à Durban, etc. […] », dans Resolutions of the Cosatu 8th National Congress, COSATU, 2003, p. 4-5.

90 Zwelinzima Vavi, Secrétaire général de COSATU, cité dans Cape Times, 15 juin 2006.

91 Le BEE est un programme gouvernemental destiné à lutter contre les « inégalités raciales » héritées de l’apartheid. Il s’agit, plus concrètement, de faciliter l’insertion économique des populations noires, démographiquement majoritaires dans le pays mais économiquement minoritaires.

92 Southall R. & Webster E., « Unions and parties in South Africa… », op. cit., p. 147.

93 On notera que les appels à quitter l’alliance se font de plus en plus pressants au sein de l’organisation syndicale depuis 2005.

94 Resolutions of the Cosatu 8th National Congress, COSATU, 2003, p. 5.

95 « Statement by Cape Town Organisations against Participation in the New UDF », 13 août 2005, <http://khanyacollege.org.za/Documents/Journal11-pdfs/j11_14.pdf>.

96 Voir la synthèse des positions qu’établit Dale McKinley dans « “New UDF” sparks left debate », Green Left Review, no 641, 7 septembre 2005, <http://www.greenleft.org.au/node/36087>.

97 Seekings J. & Nattrass N., Class, race and inequality, op. cit., p. 46 et 129.

98 Voir Buhlungu S., « Gaining influence but losing power? COSATU members and the democratic transformation of South Africa », Social Movement Studies, vol. 7, no 1, 2008, p. 31-42.

99 Buhlungu S., « COSATU and the first ten years of democratic transition in South Africa », S. Buhlungu (dir), Trade Unions and Democracy. COSATU workers’political attitudes in South Africa, Cape Town, HSRC Press, 2006, op. cit, p. 9.

100 Seekings J. & Natrass N., Class, race and inequality, op. cit, p. 373.

101 L’idée est aussi évoquée par certains de fonder des « syndicats de communautés », rassemblant les travailleurs non sur leur appartenance à une profession mais à une zone géographique.

102 Casale D., Muller C & Posel D., « “Two million net new jobs”: A reconsideration of the rise in Employment in South Africa, 1995-2003 », Working paper 05/97, University of Cape Town, Development Policy research Unit, 2005, p. 18.

103 Une coalition regroupant plus d’une trentaine d’ONG, centres de recherche universitaires et autres associations communautaires, autour de COSATU, milite en effet, depuis le début des années 2000, pour le versement mensuel d’une somme de 100 rands à chaque citoyen sud-africain, sans condition de ressources.

104 Le concept de « social-movement unionism » suggère un syndicalisme dépassant les seules revendications salariales pour mieux embrasser des préoccupations plus politiques et sociétales. Voir Waterman P., « Social-Movement Unionism. A New Union model for a New World Order », Fernand Braudel Center Review, vol. 15, no 3, 1993, p. 245-278; et von Holdt K., « Social Movement Unionism: the Case of South Africa », Work, Employment and Society, vol. 16, no 2, 2002, p. 283-304.

105 Barchiesi F., « Privatization and the historical trajectory », art. cit., p. 50.

106 Xali M., Seeking Trade Union and Community Organisation Linkages in the Cape Town Metropolitan Area: Possibilities for New Trade Unionism and New Social Movements, Durban, Centre for Civil Society Research Report no 37, 2004, p. 181.

107 J’ai également pu relever ces termes au cours d’entretiens à Johannesburg.

108 La plupart des interventions lors de ce rassemblement est en Sotho, en Xhosa ou en Zoulou, avec quelques rares incursions dans l’Anglais.

109 La Democratic Alliance (DA) est le principal parti d’opposition en Afrique du Sud et le premier parti dans la Province du Cap Ouest. SANCO est l’association nationale des civics, proche du gouvernement ANC.

110 Il s’agit du bâtiment, situé en centre-ville, dans lequel sont rassemblés de nombreux services municipaux.

111 Cité dans Lehulere O., « The new social movements, COSATU, and the “new UDF” », Khanya, no 11, décembre 2005, p. 19.

112 Cette communication est par la suite publiée dans une revue intellectuelle nord-américaine : McKinley D., « The Crisis of the Left in Contemporary South Africa », Mediations, vol. 24, no 1, Fall 2008, p. 69-90.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540