Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Après l'apartheid

 | 
Jérôme Tournadre

2. « Des gens ordinaires »

Texte intégral

1Qui croise-t-on dans les organisations protestataires ? Qui observe-t-on parmi leurs membres les plus actifs, parmi leur porte-parole ou parmi celles et ceux qui, au niveau de leur quartier ou de leur township, essaient principalement de garantir la présence d’habitants lors des marches ? Les manifestations et les réunions publiques qui scandent la protestation sociale depuis le début des années 2000 sont à première vue peuplées de ces « gens ordinaires » que les organisations se targuent de rassembler. Femmes et hommes, enfants et retraités, se pressent ainsi derrière les banderoles de l’APF, de l’AEC ou d’AbM.

For the people, by the people

  • 1 Entretien avec l’organisateur du SECC, Durban, le 7 juillet 2009.

2« Un mouvement de pauvres pour les pauvres. » C’est la plupart du temps par ces mots que les activistes définissent leurs organisations et, de fait, la manière dont ils disent se percevoir. Les termes choisis suggèrent de la façon la plus simple l’absence totale de distance sociale entre eux-mêmes et ceux pour lesquels ils sont censés se battre : « Le SECC, c’est l’alliance des chômeurs… et des chômeurs1 ». Cela va même de soi pour ces deux militants issus respectivement de l’Anti-Eviction Campaign (Le Cap) et de la Coalition Against Water Privatisation (Johannesburg) :

  • 2 Une militante AEC du quartier de Elsie’s River, citée dans Miraftab F. & Wills S., « Insurgency an (...)

« Quand les gens ont besoin de quelque chose, c’est vers nous qu’ils se tournent… Vers des gens qui sont sur le terrain, bénévoles, qui ne sont pas payés, qui ne sont rien ni personne. Nous sommes juste des gens comme eux2. »

  • 3 Les hostels sont des bâtiments bâtis sous l’apartheid pour accueillir les travailleurs noirs migra (...)
  • 4 Patrick Sindane, alors coordinateur de la Coalition against Water Privatisation, entretien accordé (...)

« Je me suis impliqué en raison de mes conditions de vie, qui sont semblables à celles de n’importe quel Sud-Africain ordinaire. […] Je viens d’une famille pauvre. […] La maison de mes parents est petite et j’ai des frères et des sœurs, tu sais. Quand je cherchais de la place, j’allais dans un hostel3… »4

  • 5 Le terme de residents est régulièrement utilisé par les militants que j’ai rencontrés mais égaleme (...)

3Activistes et habitants (« residents »)5 des zones populaires évolueraient donc au sein d’une même communauté de destins, d’un même monde, celui des « pauvres » (poor people), comme l’affirme, entre autres, le président d’Abahlali baseMjondolo (Durban) :

  • 6 Zikode S., « We are the Third Force », octobre 2006 : <http://www.abahlali.org/node/17>.

« Durant la lutte qui a précédé 1994, il n’y avait que deux niveaux, deux classes : les riches et les pauvres. Maintenant, après l’élection, il y a trois classes : les pauvres, la classe moyenne et les riches. Les pauvres ont été isolés de la classe moyenne. Nous devenons encore plus pauvres et le reste devient encore plus riche. Nous sommes seuls6. »

  • 7 Friedman D. & McAdam D., «Collective Identity and Activism: Networks, Choices and the Life of the (...)
  • 8 Alexander P., Ceruti C, Motseke K., Phadi M. & Wale K., Class in Soweto, Durban, University of Kwa (...)
  • 9 Mandela Park Backyarders, « Ayanda Kota : We are all in the same boat. Solidarity Statement with t (...)

4Ces propos, qui font écho aux discours de la plupart des organisations protestataires, abordent avec netteté un aspect primordial de la mobilisation, celui de l’identité collective censée fédérer autour de la cause. Il s’agit, à travers celle-ci, de s’adresser à ceux que l’on veut mobiliser, en leur offrant de se reconnaître dans le mouvement et, par conséquent, de comprendre que ce dernier défend leurs intérêts. L’enjeu est ainsi de susciter la participation en reconstituant « le moi individuel autour d’une identité nouvelle et valorisée7 ». Et en effet, si elle renvoie à un groupe pour le moins dominé au sein de la société (« The poor people » / « Les gens pauvres »), cette identité est donnée à voir comme exempte d’indignité sociale ou de misérabilisme. Les acteurs de la protestation prennent ainsi régulièrement soin de souligner que, quelles que soient leurs conditions de vie, les femmes et les hommes mobilisés ou à mobiliser sont avant tout des « gens ordinaires ». Cette suggestion d’une conformité à la norme vient rappeler que les pauvres forment une majorité objective dans la société sud-africaine, une majorité qui a en grande partie porté l’ANC au pouvoir. Le glissement de la « pauvreté » vers « l’ordinarité » a en outre d’indéniables vertus inclusives : il ne contrarie pas le sentiment d’appartenance à une fantasmatique « classe moyenne » qui s’est étrangement diffusé dans les quartiers populaires au cours des années 20008. Mais au-delà, la référence à ces « gens ordinaires » a pour objet d’englober toutes celles et tous ceux, squatters ou habitants de maisons sommaires, chômeurs ou travailleurs précaires, ouvriers ou auto-entrepreneurs de l’économie informelle, qui, en dépit de leurs différences, estiment ne pas avoir réellement bénéficié des promesses de 1994 et seraient, de ce fait, dans le « même bateau9 ». Enfin, l’accent mis sur l’ordinarité, sur la normalité, sous-entend que ces publics n’ont pas vocation à se révolter. Pas sans raison, du moins : c’est la nécessité qui pousse ces retraités, ces chômeurs de longue durée, ces parents isolés et ces jeunes sans emploi à manifester ; la nécessité de résister à l’agression économique dont sont victimes les pauvres d’Afrique du Sud. Il n’est d’ailleurs pas surprenant que, dès la première moitié des années 2000, la référence aux « gens ordinaires » ait été si présente dans le discours protestataire. L’enjeu était alors de lutter contre la criminalisation dont le mouvement social était l’objet et de faire pièce à des dirigeants ANC venant, jusque dans les quartiers populaires, accuser la contestation de servir les intérêts de « l’étranger ».

  • 10 Comme cherchent à le prouver les différentes associations de contribuables de ces quartiers, ou, p (...)
  • 11 Il suffit pour s’en convaincre de penser à ces nombreux reportages télévisés destinés, dès la fin (...)
  • 12 Vidal D., « Concevoir la communauté. L’efficacité d’une catégorie socio-spatiale au Brésil », J. M (...)

5Les allers et retours discursifs entre « pauvres » et « gens ordinaires » se négocient d’autant plus aisément qu’ils ne prennent jamais le pas sur ce qui reste la référence ultime des activistes : la « communauté ». Difficile de trouver mot plus consensuel en Afrique du Sud. Cuisinée à toutes les sauces journalistiques, la « communauté » est omniprésente dans le discours le plus officiel d’élites politico-administratives soucieuses de rappeler qu’elles associent l’ensemble de la société, et notamment les plus modestes, à la prise de certaines décisions. Renvoyant dans son acception la plus simple à la population d’un espace aux contours plus ou moins déterminés (un voisinage, principalement), la notion est en fait systématiquement rapportée aux quartiers populaires, alors même qu’un « esprit communautaire » pourrait tout autant être revendiqué dans les banlieues aisées10. Mais la notion va évidemment bien au-delà de ces seules considérations spatiales. Sous-entendant une solidarité et une culture spécifique (la « culture de la township ») régulièrement vantées dans l’espace public11, elle n’est rien moins qu’une tentative de « mise en sens » et en « forme du social12 » par différents acteurs, et notamment par celles et ceux que leur investissement quotidien tend à doter d’une autorité sur la vie locale : les bien-nommés leaders communautaires.

  • 13 Polletta F. & Jasper J. M., «Collective identity and social movements», Annual Review of Sociology (...)
  • 14 On retrouve d’ailleurs ici certains éléments étudiés par Olivier Schwartz dans son entreprise de d (...)

6En se saisissant de cet objet vertueux, c’est-à-dire en revendiquant une identité collective qui la dépasse et s’appuie sur la conscience préexistante d’appartenir à un monde à part, la protestation sociale peut prétendre à un patrimoine culturel. Il se décline sous la forme d’une histoire commune (celle de la lutte contre l’apartheid, notamment), de valeurs propres (une solidarité entre voisins présentée comme naturelle, une capacité de résistance aux gouvernants illégitimes, un sens de la débrouillardise, une certaine idée de l’égalité, etc.), de conditions d’existence partagées (quand bien même celles-ci varient d’une zone à l’autre de la township) et d’un large panel de « matériaux culturels13 » (récits, symboles, styles vestimentaires et verbaux ou rituels, comme cette manière très spécifique de serrer la main de son interlocuteur dans les quartiers noirs). Juxtaposés, ces différents éléments concourent, dans l’imaginaire collectif sud-africain, à isoler « la communauté » au sein du monde social, dans une situation de parfaite altérité avec cet ensemble tout aussi homogénéisé que serait le « reste » de la société14.

Eux et nous

  • 15 Mandela Park Backyarders, « Ayanda Kota : We are all in the same boat. Solidarity Statement with t (...)
  • 16 Tilly C. & Tarrow S., Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Paris, Les Presses de (...)

7Le fait de chercher à mobiliser un groupe en mettant en avant une identité collective induit immanquablement le surgissement d’une frontière avec ceux qui lui sont étrangers ; une frontière entre « nous » – les membres du groupe et/ou de la « communauté » – et « eux ». « Eux », ce sont, comme l’écrivent avec dépit les militants des Mandela Park Backyarders, ceux qui, ayant su tirer partie de l’après-1994, « mangent en premier15 ». Cette délimitation sociale est évidemment primordiale dans le cadre de la contestation : elle assure la cohérence du groupe, notamment face aux adversaires que peuvent désigner les leaders protestaires. Mais pas plus que l’identité collective à laquelle elle est associée – les « pauvres », les « gens ordinaires » et a fortioti la « communauté » –, cette frontière n’est propre au mouvement social. Elle est en effet déjà présente dans l’ordonnancement de toute une partie de la « vie sociale ordinaire16 » des quartiers populaires. Aux yeux des habitants des townships et des camps de squatters, elle a, par exemple, des aspects très concrets, liés à son inscription dans le paysage urbain, dans ces kilomètres qui les séparent des centres-villes et des banlieues plus ou moins aisées. Cette réalité offre d’ailleurs aux entrepreneurs des mobilisations post-apartheid de souligner les contradictions de responsables ANC qui, tout en revendiquant leur lien avec les communautés populaires, sont désormais habitués aux zones résidentielles que l’on qualifiait, il y a peu, de « blanches ».

  • 17 Chatterjee P., Politique des gouvernés. Réflexions sur la politique populaire dans la majeure part (...)
  • 18 Honneth A., La Lutte pour la reconnaissance, op. cit.

8Au final, les militants mouvementistes ne font donc qu’« activer » une ligne de séparation déjà existante. Ils la travaillent, la durcissent dans leurs discours et leur propagande, afin de convaincre les femmes et les hommes qu’ils veulent rassembler, de leur appartenance à une même communauté de destins. On entrevoit ici ce que Partha Chatterjee identifie comme l’un des aspects les plus importants de la « politique des gouvernés » lorsqu’il étudie les mobilisations de pauvres en Inde : « donner à la forme empirique prise par un groupe de population les attributs moraux d’une communauté17 ». En d’autres termes, il s’agit de doter l’identité collective d’un contenu moral, après en avoir affirmé la réalité objective. En l’occurrence, si l’identité de « pauvre » est brandie avec une certaine fierté par les activistes sud-africains, le jeu qui s’organise autour d’elle pour mobiliser vise aussi à rappeler à chacun combien elle est synonyme d’une même expérience du mépris, laquelle s’exprime dans des phénomènes de relégations sociale (« Ils ne nous écoutent pas, ne s’intéressent pas à nous ») et spatiale. La conscience de cette expérience commune est évidemment primordiale car c’est en elle, on le verra, que se trouvent les motifs moraux qui confèrent une partie de sa légitimité à la révolte18.

  • 19 Les interventions sont la plupart du temps en zoulou ou en sotho.

Entre comrades et residents
Les membres du bureau du SECC et les représentants des sections de quartiers se réunissent tous les mardis, dans les murs du Career Centre de Soweto, ce centre communautaire où l’organisation dispose de quatre pièces dans lesquelles ses militants assurent une permanence quotidienne. Ce matin de juillet, il fait trop froid pour que la réunion se tienne dans l’une des grandes salles sombres du Centre. Des militants ont donc disposé des chaises en plastique dans la cour, où s’affairent par ailleurs des employés municipaux affectés à l’entretien des lieux. La séance est ouverte par la deputy chaiperson du SECC, une femme âgée (une « grannie »), devant une trentaine de personnes. Une très jeune femme, assise à côté d’elle, semble lui servir de greffière. Normalement destinée à permettre le dialogue entre les membres du bureau et les représentants des branches (les sections, au niveau des communautés), la réunion est cependant ouverte aux habitants de Soweto… et à moi-même, qui me suis vu attribuer un traducteur19, Bobo, également responsable des jeunes du SECC. Des jeunes, j’en verrai finalement assez peu dans cette cour. Une poignée de trentenaires et de quadragénaires se fond en effet dans une assistance dont j’évalue qu’elle est majoritairement sexagénaire (voire septuagénaire). Bobo m’informe que Zodwa, la conseillère municipale élue sur une liste soutenue par le SECC lors des élections locales de 2006, est également présente. « Comme toutes les semaines », prend-il soin d’ajouter. Après un chant entonné par toutes les personnes présentes et une prière, la séance s’ouvre sur l’ordre du jour. Durant l’heure et demie qui suit, sont notamment évoquées la marche en préparation sur les locaux d’Eskom (la compagnie de l’électricité), la distribution d’un pamphlet de l’APF dans la township, la prochaine réunion de la branch de Chiawelo dans une école, et la décision d’envoyer un représentant au Zimbabwe afin de s’assurer que « la situation est bien en train d’évoluer ». Zodwa est également invitée à prendre la parole, ce qu’elle fait, en remerciant par ailleurs très solennellement la présidente de séance d’avoir contribué à la « reconstruction » de l’organisation. De manière générale, la prise de parole semble bien circuler, la présidente laissant suffisamment d’espaces entre ses interventions pour que chacun puisse se sentir autoriser à lever la main puis à s’exprimer. La majorité des interventions s’ouvre sur un « comrades », qu’accompagne parfois un « Amandla » (le « pouvoir » ou la « résistance » en zoulou), vestige des années de lutte contre l’apartheid auquel l’auditoire répond immanquablement et en chœur : « Ngawethu » (« Nous appartient »). Progressivement, c’est un échange non plus entre les membres du bureau mais entre ces derniers et des habitants ayant fait le déplacement qui s’instaure. Les seconds évoquent ainsi une pratique semble-t-il en développement : le raccordement sauvage de certains ménages sur les compteurs électriques de leurs voisins. L’intervention du SECC est demandée. Quelques minutes plus tard, une femme prend la parole : elle a un « problème » avec son compteur d’eau. L’« organisation », pour reprendre le terme que Bobo me glisse à l’oreille, va envoyer une équipe pour réparer gratuitement. Très vite, je m’aperçois cependant que ce genre d’intervention du public (il y en aura d’autres) excède Bobo : « Il ne faut pas individualiser les problèmes » ; « c’est le problème de la communauté » qui doit passer avant tout. Il m’explique que la réunion hebdomadaire du bureau est souvent monopolisée par des habitants venus demander le règlement d’un problème « individuel », principalement le rétablissement de leur raccordement à l’électricité. Or, m’affirme-t-il, une fois leur situation réglée, ces gens ne viennent plus. Surtout, « quand on a un problème, on va voir celui qui s’occupe de la section dans le quartier. Et si le problème n’est pas réglé ou si le représentant dans le quartier ne s’en occupe pas, alors là, on peut le dire au bureau. Mais la première qui doit s’en occuper, celle qui doit s’occuper des problèmes individuels, c’est la section ». À deux reprises, Bobo va d’ailleurs demander la parole pour rappeler cette « règle ».
Le reste de la séance est consacré à la démission du trésorier. Ce dernier reproche aux autres membres du bureau de lui avoir refusé une formation en comptabilité. La question de la communication entre le bureau et les « communautés » est également abordée, un auditeur accusant le premier de ne pas faire suffisamment de compte-rendus. La faute incomberait à certains responsables de sections, souvent absents de ces réunions hebdomadaires. La tenue d’une réunion spéciale autour de ce dysfonctionnement est évoquée et, au fil des échanges, l’idée semble s’imposer de prendre en charge les frais de transport de certains habitants pour qu’ils puissent « retourner dans les communautés afin de dire ce qui se passe ». Durant ces discussions, parfois vives mais parfaitement régulées (la prise de parole implique de lever la main et d’obtenir l’autorisation – toujours accordée, par ailleurs – de la présidente de séance), j’arrive à déceler un certain décalage, au moins discursif, entre les habitants « ordinaires », rappelant régulièrement leur condition de « pauvres », et les « activistes », qui tiennent à réaffirmer tout aussi régulièrement l’appartenance de chaque membre des « communautés » aux « workers », les ouvriers. Ce souci apparent de politiser les échanges ou, à tout le moins, de les placer dans une lecture classiste de la société (attitude en phase avec le « socialisme » dont se revendiquent ces individus) transparaît à d’autres moments de la réunion ; notamment lorsqu’est évoquée la possibilité de « collaborer » avec les « bourgeois », ceux qu’un habitant désignera plus simplement comme « Les Blancs ».
Alors que la fin de la réunion approche, une femme est invitée à prendre la parole. Elle se lève et déplie un couvre-lit qu’elle a elle-même cousu. Elle propose d’apprendre cette technique à qui le souhaite. Cette fois, Bobo ne paraît pas gêné par ce mélange des genres : lui-même, m’explique-t-il, a déjà profité de ce cadre pour proposer des cours gratuits de mécanique automobile.
La réunion s’achève comme elle a commencé, par un chant et une prière.

Dans les rangs de la protestation

  • 20 Parce qu’elles ont au moins le mérite de la clarté, je reprends ici les catégories décrites par Cr (...)
  • 21 Travaillant en moyenne 45 heures par semaine pour un salaire ne dépassant pas les 1 500 rands (env (...)
  • 22 Cité dans Barchiesi F., Precarious Liberation, op. cit., p. 102.
  • 23 Cité dans Michaels J., « Social grants getting to costly », Cape Times, 27 octobre 2004, p. 4.

9La volonté des activistes de superposer représentation et identité dès lors qu’ils définissent leur position et celle des organisations protestataires dans la société, n’est pas dénuée de cohérence. Les « leaders », les « cadres20 » ou les petites mains de la contestation partagent a priori les mêmes conditions élémentaires d’existence que les gens qu’ils entendent mobiliser. Les membres d’Abahlali au Cap et à Durban, de l’Unemployed People’s Movement à Grahamstown ou bien ceux du Thembelihle Crisis Committee, de l’Orange Farm Crisis Committee ou du Landless People’s Movement à Johannesburg, vivent ainsi dans des zones de cabanes où une dizaine de robinets d’eau est parfois censée répondre aux besoins de plusieurs centaines de ménages. Nombreux sont également ceux qui ont connu, ou connaissent encore, l’absence d’électricité, la menace d’une expulsion ou l’attente depuis de longues années sur les listes d’attribution de maisons RDP. On croise, parmi les militants les plus investis dans ces structures, de jeunes adultes (20-35 ans) sans emploi ou travaillant dans un secteur des services dont la faiblesse des salaires entretient la précarité. C’est le cas, entre autres, de ce dirigeant d’Abahlali qui gagne sa vie en étant agent de sécurité21. Les organisations comptent également dans leurs rangs des individus plus âgés, quinqua- ou sexagénaires, qui se trouvent le plus souvent dans des situations de chômage de longue durée (parfois depuis la première moitié des années 1990) et exercent éventuellement une activité dans le secteur informel (principalement sous des formes d’auto-entrepreneuriat : réalisation de menus travaux, etc.). Ces différentes catégories sont les reflets assez précis d’une société qui, depuis les années 1990, est à la fois marquée par le chômage et par l’absence d’une réelle protection pour ceux qui ne sont ni suffisamment vieux, ni assez jeunes pour bénéficier de l’aide publique. Les différentes réformes entreprises dans le domaine de la protection sociale depuis 1994 ont, en effet, renforcé un biais déjà très présent sous l’apartheid : agitant le spectre de la dépendance sociale, leurs concepteurs ont promu le travail comme principale entrée dans la citoyenneté sociale. La présentation du budget en 2004 a ainsi vu le ministre des Finances, Trevor Manuel, défendre la faible croissance de l’allocation handicap au travers d’un argument pour le moins péremptoire : des augmentations « plus généreuses » auraient eu des effets désincitatifs sur la recherche d’emploi dans la mesure où « être handicapé [aurait alors semblé] relativement lucratif22 ». À la même époque, le président de la République, Thabo Mbeki, assénait pour sa part que « les gens devaient apprendre à travailler au lieu de vivre de la charité23 ». La transposition législative de cette perception des choses a eu pour conséquence de laisser de côté une grande partie de ceux qui n’ont jamais pu travailler ou le font dans le secteur de l’économie informelle.

  • 24 Le CAE assure des formations en direction d’adultes engagés dans des ONG, des associations ou des (...)

10On peut compléter ce portrait des effectifs militants en ajoutant que les individus les plus actifs, ceux qui assument le plus de responsabilités, ceux qui sont également amenés à parler au nom des organisations protestataires, ont en général un niveau d’instruction supérieur aux personnes qui composent la base sociale de leurs collectifs. Leur trajectoire scolaire reste cependant marquée par des renoncements ou des bifurcations imposés par des contingences financières. Faute d’argent pour payer des études universitaires, la jeune femme qui occupe le poste d’administratrice du SECC en 2009 a par exemple enchaîné des « formations courtes dans différents domaines » à la fin des années 1990, sans que celles-ci lui aient permis de stabiliser sa situation professionnelle. Après quelques années passées sous les drapeaux pour obtenir une formation gratuite, le principal fondateur de l’Operation Khanyisa Movement entreprend, à trente ans passés, des études de droit par correspondance afin de devenir avocat. Abandonnant l’idée de devenir instituteur, le président d’Abahlali à Durban a, quant à lui, entamé une première année de droit à l’université à la fin des années 1990, à laquelle il a finalement dû renoncer. Jeune père, il doit en effet se résoudre à accepter un emploi dans une station service. Après la création du mouvement de squatters, il bénéficiera cependant, comme d’autres membres du bureau de l’organisation, d’une formation « validant » son engagement dans la communauté et prodiguée par le Centre for Adult Education (CAE) de l’université du KwaZulu Natal24.

  • 25 Lemke S., Jansen van Rensburg F., Vorster H. & Ziche J., « Food security, social and gender relati (...)
  • 26 Aliber M., «Chronic poverty in South Africa: Incidence, causes and policies», World Development, v (...)

11Lorsque l’on s’éloigne un peu du noyau dur des organisations afin de mieux détailler ce qui s’apparente finalement à leur base sociale, celle que composent les individus se « contentant » d’assister aux réunions publiques ou de prendre part, plus ou moins ponctuellement, aux marches de la protestation, on est frappé par la forte présence des femmes et des retraités. Ces deux populations peuvent a priori considérer qu’elles sont particulièrement concernées par les questions d’accès à tout ce qui définit un foyer (l’eau, l’électricité, un toit, etc.) et se trouve au cœur des revendications protestataires. Pour ce qui concerne tout d’abord les femmes, cette situation n’est pas seulement le produit d’une classique division sexuelle du travail, même si celle-ci n’est évidemment pas absente de la société sud-africaine. Elle doit également être rapprochée de l’évolution de la place qu’elles occupent au sein du ménage. La montée d’un chômage qui a très souvent détruit des emplois occupés par des hommes, principalement dans l’industrie ou les mines, celle d’une économie informelle leur « offrant » plus d’opportunités (en tant que vendeuses de rue, par exemple), et le fait qu’elles soient, en tant que mères, susceptibles de solliciter des aides sociales, ont donné à de nombreuses femmes un rôle déterminant dans la gestion du ménage25. À l’orée des années 2000, plus de 40 % des foyers sud-africains étaient ainsi dirigés par l’une d’entre elles26.

  • 27 Mathieu L., L’Espace des mouvements sociaux, op. cit., p. 187-188.

12Une analyse assez semblable peut être appliquée aux retraités qui viennent grossir en nombre les cortèges dénonçant les expulsions ou les déconnexions. Cherchant à expliquer la sur-représentation des personnes âgées dans leurs organisations, les entrepreneurs de la protestation post-apartheid évoquent finalement moins la disponibilité de cette population (qui, par définition, ne travaille pas) que la difficulté à mobiliser une jeunesse « individualiste » et « dépolitisée ». Pour autant, l’apolitisme dont sont accusées les jeunes générations ne doit pas conduire à penser que les retraités sud-africains jouissent, à l’inverse, d’une forte proximité à la chose politique, forgée dans le feu des années de lutte contre l’apartheid. Différentes recherches soulignent en effet la finalité souvent peu politique et idéologique des nombreuses manifestations organisées dans les townships au cours des années 1980. Si le discours des individus encadrant ces soulèvements, notamment celui du United Democratic Front (UDF), tendait à faire de ces révoltes des actes de défiance à l’égard du régime de l’apartheid, les motivations des manifestants avaient souvent plus à voir avec ces problèmes expressément locaux et inscrits dans la vie quotidienne, les « bread-and-butter issues » : logement, qualité des transports ou coût de la vie bornaient, en général, l’horizon des revendications. Si la thèse de la parfaite politisation des anciens ne convainc donc pas totalement, on peut en revanche considérer que la répétition et l’intensité de ces moments protestataires dans les années 1980 ont façonné des « dispositions contestataires » et une « inclination à l’action collective27 » chez certains sexa-ou septuagénaires qui peuplent les manifestations post-apartheid.

  • 28 Cette situation est d’ailleurs devenue d’autant plus visible que le magazine américain Time lui a (...)
  • 29 <http://www.statssa.gov.za/Publications/P03014/P030142011.pdf>.
  • 30 Lemke S., Jansen van Rensburg F., Vorster H. & Ziche J., «Food security, social and gender…», op. (...)
  • 31 Seekings J. & Nattrass N., Class, Race and Inequality in South Africa, op. cit., p. 360-362.
  • 32 La même personne m’expliquera également que sa maison ayant été déconnectée par les employés d’Esk (...)

13Ce qui précède serait incomplet si l’on ne signalait pas que les femmes – les grannies (littéralement, les « mamies ») – forment le gros de cette population âgée et contestataire. La compréhension d’un tel phénomène implique d’interroger la place que cette population occupe dans la structure sociale des quartiers populaires. Elle est, tout d’abord, à rapporter aux ravages de l’épidémie de Sida28. Le recensement de 2011 révélait que plus de 3,3 millions d’enfants de moins de 17 ans avaient perdu un ou deux parents du fait de la maladie et que 64 % des « orphelins du Sida » vivaient désormais avec leur grand-mère29. Cette situation explique en grande partie qu’au début des années 2000, près d’un cinquième des ménages dirigés par une femme l’ait été par une grand-mère30. Les retraitées jouent donc un rôle central dans de nombreux foyers ; ce que renforce la perception de leur pension : même si la valeur réelle de ces prestations sociales a eu tendance à décroître entre 1993 et 2002, après une réévaluation conséquente lors des dernières années de l’apartheid31, elles demeurent une source de revenus essentielle pour de nombreux foyers où cohabitent trois générations. De ce fait, et comme me le soufflera une interlocutrice, ce sont très fréquemment ces femmes qui « doivent vraiment faire face aux problèmes32 » : dans la mesure où elles sont censées prendre en charge les factures d’eau et d’électricité, ce sont « leurs » branchements aux réseaux qui sont concernés par les coupures en cas d’impayés. Et l’on peut dès lors penser que cette situation, qu’elles jugent injuste, contribue en partie à raviver la propension à l’indignation façonnée quelque vingt années auparavant.

14Cette description très générale n’explique évidemment pas tout. Elle doit en outre être nuancée dans la mesure où elle convient plus aux mobilisations dans les townships qu’à celles que porte Abahlali baseMjondolo dans les camps informels de Durban, Pinetown, Pietermaritzburg ou Cape Town. La base sociale des mouvements de squatters apparaît en effet plus jeune, concentrée autour de trentenaires, de jeunes parents qui assistent aux réunions souvent accompagnés de leurs enfants. On retrouve en fait ici les principales caractéristiques du peuplement de ces zones urbaines où convergent, principalement, des populations en âge de travailler et ayant quitté leur région d’origine pour chercher un emploi.

La vie dans l’organisation

  • 33 Neveu E., Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 5e édi (...)
  • 34 Becker H. S., « Notes on the concept of Commitment », American Journal of Sociology, 66, 1960, p.  (...)

15Le fait que la plupart des activistes sociaux soit sans emploi (formel, du moins) n’est pas sans effet sur la mobilisation et sur la possibilité de son maintien dans le temps. Le chômage rend en effet ces individus plus disponibles pour accomplir certaines tâches indispensables à la vitalité et à la visibilité de l’organisation. Loin du bruit des manifestations et de l’adrénaline que génère l’action directe, différentes activités à première vue anodines et routinières dessinent ainsi les contours d’un militantisme « au quotidien33 » dont l’analyse permet de saisir certains ressorts de l’engagement. Il est notamment important de prendre la mesure de ce qui peut être retiré de l’accomplissement d’activités a priori aussi banales que l’ouverture du local le matin ou la préparation d’un café pour les habitants du quartier qui, tout au long de la journée, viendront chercher une information ou de la compagnie. La réalisation de ces tâches apporte la satisfaction d’effectuer un travail qui n’est pas forcément valorisé mais dont chacun reconnaît la nécessité. Elle favorise aussi une forme d’attachement (commitment34) à la cause et au groupe dans la mesure où ces derniers conférent un rôle social à ceux qui les incarnent au fil de la journée, au travers des interactions avec l’extérieur. Ces tâches font en outre d’autant plus sens aux yeux de nombreux activistes qu’elles sont porteuses d’un sentiment d’intégration aussi structurant que pourrait l’être celui produit par une activité professionnelle :

« Je suis bénévole, je fais ce qu’il faut pour aider l’organisation… Même nettoyer le sol s’il le faut […] J’aime être ici, parler avec mes camarades… Par exemple, aujourd’hui, je ne suis pas supposé être là… Mais j’aime bien être ici, discuter de politique, de la lutte… » (Entretien avec le trésorier « démissionnaire » du SECC, 15 juillet 2009, Johannesburg)

  • 35 Entretien avec Ayanda Kota, le 22 juillet 2012, Grahamstown.
  • 36 Le Congress of the People (COPE) a été fondé en novembre 2008 par d’anciens dirigeants de l’ANC, p (...)
  • 37 Entretien avec Khanyisa Kopi, le 24 juillet 2012, Grahamstown.
  • 38 Jasper J., « L’art de la protestation collective », D. Cefaï & D. Trom (dir.), Les Formes de l’act (...)
  • 39 Havard Duclos B. & Nicourd S., Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations d (...)
  • 40 Ibid.
  • 41 On retrouve d’ailleurs ici le principe même des « passerelles sémantiques » suggéré par Axel Honne (...)

16À l’inverse, le quotidien « naturel » du chômeur, celui qui a régulièrement précédé l’investissement dans l’organisation, est bien souvent associé à l’inutilité (« Avant ça, je restais chez moi… Je ne faisais rien »). Ces jugements viennent aussi rappeler que le groupe ne repose pas seulement sur le tracé d’une frontière le séparant « des autres », mais également sur les relations sociales qu’il autorise et favorise en son sein. Tout cela est particulièrement présent dans les propos de ceux qui font parallèlement face à l’hostilité de leur environnement social. Il en va ainsi de ce militant souffrant d’une déficience intellectuelle et à qui les dirigeants de l’organisation ont décidé de confier la coordination des opérations dans son propre quartier. Aux dires de l’un des porte-parole, il s’agissait avant tout de renforcer la confiance en soi de cet activiste, les « simples d’esprit, les malades du sida ou les handicapés » étant régulièrement discriminés ou moqués « dans les townships35 ». Un tel cas de figure est peut-être d’autant plus intéressant que l’organisation n’est a priori pas « tout » pour ce jeune homme, également actif au sein de son église et militant au Congress of the People (COPE), un parti dissident de l’ANC36. Pour autant, c’est au sein de la protestation qu’il semble se sentir « à sa place », celle qui le valorise le plus, celle qui justifie surtout qu’il soit si régulier dans son effort d’engagement, multipliant les « visites » et les discussions dans son voisinage et se rendant régulièrement dans les locaux de l’organisation pour relayer les demandes, participer aux réunions ou, plus simplement, être avec ses « camarades37 ». Tout un chacun peut d’ailleurs être témoin de l’importance d’un tel sentiment d’appartenance. Il suffit, par exemple, de se poster dans les couloirs des bureaux du SECC à Soweto ou à la porte de celui d’Abahlali baseMjondolo au Cap : la journée est une succession d’allées et venues de femmes et d’hommes plus ou moins jeunes, qui entrent, s’asseyent, discutent les uns avec les autres autour d’un thé au rooibos et au lait, et expliquent avec une fierté manifeste à l’étranger qui les observe que leur organisation est une « organisation de pauvres qui aide les pauvres ». Lors de réunions ou d’assemblées générales, les dirigeants peuvent d’ailleurs valoriser ces « émotions partagées38 » au sein du collectif. Ces moments sont en effet l’occasion de rappeler à ceux qui s’y pressent qu’ils partagent les mêmes conditions d’existence, lesquelles rendent pertinentes la présence et la mobilisation de chacun. C’est d’ailleurs là que réside l’une des clefs de la fidélité à une organisation : au cœur de ces moments où l’engagement fait sens au regard de l’« histoire singulière, de [la] vie » de ces femmes et de ces hommes39. Ces derniers sont alors plus à même de « traduire leur souffrance sociale en des termes collectifs40 » et, ce faisant, de trouver de l’estime de soi dans une situation que, peut-être, ils avaient jusqu’alors vécu sur le mode de l’humiliation. À charge pour les dirigeants de savoir créer les conditions d’épanouissement d’un tel sentiment41 :

  • 42 Trevor Ngwane, cité dans P. Naidoo & A. Veriava, Re-membering Movements : Trade-Unions and New Soc (...)

« Je me souviens du temps où, dans les réunions du SECC, on demandait aux gens qui étaient illégalement connectés de lever la main. Et presque tout le monde levait la main. Il y avait ce sentiment de soulagement puisque presque tout le monde était illégalement connecté42. »

  • 43 Dubar C., « Socialisation politique et identités partisanes : pistes de recherche », CURAPP, L’Ide (...)

17On peut préciser les enjeux de ces différents processus d’intégration en se souvenant que toute institution – et les organisations de la protestation n’échappent pas à cette règle – tire en grande partie « son “pouvoir” de sa capacité à gérer [les] constructions identitaires [de ses membres] à l’aide de modèles plus ou moins explicites43 ». Et il y a bien un modèle explicite de militantisme qui s’impose dans le cas sud-africain. Il faut, pour comprendre cela, repartir du discours des principaux leaders mouvementistes. Ces derniers assimilent régulièrement la protestation sociale post-apartheid, et a fortiori les organisations qui l’incarnent, à un mouvement porté par les « membres de la communauté ». Cette représentation de la mobilisation aide par conséquent les militants à se penser comme des pauvres résistant au nom de leurs semblables. Elle les convainc de l’importance du rôle social qu’ils endossent lorsqu’ils œuvrent au succès d’une organisation en phase avec les maux dont souffrent les plus faibles, à la différence de partis politiques dont les dignitaires locaux auraient déserté townships et camps de squatters. Ce faisant, ces individus se disent parfois investis d’une responsabilité sociale à l’égard de la « communauté » ; une responsabilité allant de pair avec la recherche d’une certaine reconnaissance au sein du quartier :

« L’organisation essaie d’aider les gens… C’est ce qu’on fait, c’est ce qu’on doit faire, aider les gens et notamment les jeunes. On essaie de les tenir à distance de la rue et du crime… On leur apprend à se débrouiller. On les aide pour passer leur permis, tu vois ? On leur apprend quelles qualifications ils doivent avoir… En business… En informatique. On fait ça dans les réunions. Et moi, mon idée, c’est que l’organisation ouvre un centre pour les jeunes… Tu vois, ça, c’est à nous de le faire. » (Entretien avec Gooman, activiste d’Abahlali baseMjondolo, Le Cap, 19 mai 2010)

18Et l’on retrouve dans ces différentes activités, initiatives et prétentions, les caractéristiques de l’une des catégories d’acteurs les plus valorisées au sein des quartiers populaires sud-africains : l’activiste social. Ce quasi-modèle n’est pas propre à la protestation. Il renvoie à ce qui ne manque pas d’être perçu et présenté comme une tradition dans laquelle s’inscrivent celles et ceux, leaders communautaires, militants associatifs et autres, qui, toute l’année, organisent la communauté contre ce qui la menace ou qui contribuent à sa consolidation en nourrissant et en se nourrissant de la solidarité qui unirait naturellement ses membres. Il y a évidemment un enjeu certain pour les militants de l’APF, de l’AEC ou encore d’AbM, à être jugés conformes à ce modèle par les habitants de leurs quartiers : voir validé un enracinement dans la communauté et pouvoir ainsi prétendre à une légitimité populaire opportunément opposable à celle, politique, que revendiquent les membres des partis, et notamment ceux de l’ANC. Comme on le verra cependant plus loin, les dirigeants et militants du parti au pouvoir entendent également exercer un monopole sur la première.

La place des émotions dans la protestation

  • 44 Sur cette question, voir Sommier I. & Lefranc S., « Conclusion. Les émotions et la sociologie des (...)
  • 45 Jasper J., «The emotions of protest: affective and reactive emotions in and around social movement (...)
  • 46 Goodwin J., Jasper J. M. & Polletta F., «Emotional dimensions of social movements», D. Snow, S. A.(...)
  • 47 Jasper J., The Art of Moral Protest. Culture, Biography and Creativity in Social Movements, Chicag (...)
  • 48 Lahire B., L’Individu pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 2001, (...)

19L’analyse, même sommaire, de l’engagement au quotidien révèle donc l’existence de sentiments, d’affects et d’émotions qui se développent au cours de ces activités tout en participant à son maintien. Il en va ainsi, on vient de le voir, de cette fierté d’appartenir et de représenter un collectif que l’on perçoit comme « utile » à la communauté. Cette dimension émotionnelle est tout aussi manifeste lors d’entretiens avec des activistes qui, parfois, ne peuvent physiquement réprimer la colère, la frustration ou le ressentiment qu’ils éprouvent à l’égard des élites politiques. Encore faut-il aborder avec soin ce qui s’exprime alors. Il ne s’agit évidemment pas d’entretenir la défiance que les sciences sociales ont longtemps manifestée à l’égard des émotions44, mais de tenter de faire la part des choses. Un tel effort peut tout d’abord s’appliquer à l’analyse de ces récits des origines dont fourmille la protestation sociale post-apartheid. Maintes fois racontées par les militants et sympathisants, ces « histoires », où la rage le dispute à la spontanéité, insistent pour la plupart sur le fait que le passage à l’action des plus pauvres n’est rien d’autre que la réponse indignée de « gens ordinaires » à une agression. C’est par exemple ce qui se dégage de la genèse officielle de l’Anti-Eviction Campaign. Un matin d’octobre 2000, les forces de l’ordre interviennent à Tafelsig, dans la township métisse de Mitchells Plain. La scène n’est pas sans précédent : comme de nombreuses autres localités pauvres d’Afrique du Sud, la zone est, depuis plusieurs mois, le théâtre régulier d’expulsions pour factures impayées. Ce jour-là néanmoins, les policiers et les agents des compagnies privées de sécurité mettent un certain soin à briser toute velléité de résistance des riverains. L’un d’eux, Ashraff Cassiem, est jeté à terre et roué de coups alors qu’il tente, avec quelques voisins, de s’opposer à l’expulsion d’une famille dont l’un des membres est handicapé. L’altercation se déroule à quelques mètres de l’habitation de la mère de Cassiem. Apercevant la scène depuis sa fenêtre, elle sort aider son fils avant de s’effondrer, victime d’une crise cardiaque. Dans les heures qui suivent, un petit groupe d’individus témoins de cette violence, dont Cassiem, décide de réagir en s’unissant au sein de la Tafelsig Anti-Eviction Campaign (TAEC). Ce récit, qui fait la part belle au « choc moral45 » ressenti par les témoins de la scène, n’a, à première vue, rien d’invraisemblable. Que l’indignation accumulée au fil des semaines et exacerbée par la violence de cet épisode puisse en partie éclairer le franchissement d’un seuil (en l’occurrence, l’entrée dans une mobilisation plus concertée et organisée que les actes de résistance isolés alors de mise dans le quartier) est en effet concevable. Les femmes et les hommes ne sont pas des boîtes vides. Ils sont évidemment travaillés par des émotions, comme la colère ou l’enthousiasme, dont on ne doit pas oublier qu’elles sont une part de toute action sociale46. Si elles contribuent très certainement au passage à l’acte, en court-circuitant notamment tout calcul coûts/avantages qui aurait tôt fait de convaincre ces individus des risques encourus (en termes de répression mais également d’échec), on ne peut cependant faire des émotions les seules sources d’explication d’une mobilisation. Cela reviendrait, tout d’abord, à prendre pour argent comptant les raisons avancées par les activistes pour justifier leur engagement. Les émotions et affects doivent par conséquent être mis en relation avec d’autres éléments. Le concept de « choc moral » est ainsi porteur d’éclairages dès lors qu’il est réinscrit dans une dynamique. En effet, et contrairement à ce que laissent entendre certaines lectures des écrits de James Jasper, ce ne sont pas un « événement imprévu ou un élément d’information47 » qui, à eux seuls, produisent l’indignation au principe de l’action. Ils doivent être replacés dans des contextes, et notamment des contextes de significations. Dans le cas présent, celui débouchant sur la naissance de l’AEC, ce n’est certainement pas tant la violence en soi qui choque ces individus que son expression dans un cadre – l’après apartheid – où elle ne devrait plus être arbitraire et gratuite. En outre, la transformation de l’émotion en passage à l’action ne concerne pas n’importe qui. Elle est principalement le fait d’individus qui, depuis de nombreuses semaines, se rassemblent alors régulièrement pour empêcher les expulsions dans leur voisinage. Ils se connaissent pour la plupart, sont voisins ou amis, et partagent très souvent une même expérience de l’engagement dans la « communauté », notamment dans le cadre de diverses associations locales. Certains se sont même connus lors des années de lutte contre l’apartheid. Ce dernier détail peut d’ailleurs expliquer les nombreux parallèles établis, dans leurs propos, entre les actions de résistance contemporaines et celles auxquelles ils ont pris part dans les années 1980, sous l’égide du United Democratic Front par exemple. Au-delà des savoir-faire en matière d’action collective qu’elle leur a apportés, l’expérience de la lutte contre le régime raciste a rendu les individus concernés plus disposés que d’autres à protester contre des situations qui leur semblent inacceptables. Leur passage à l’action naît par conséquent de la rencontre de ces « expériences passées individuelles qui ont été incorporées sous forme de schèmes d’action […], d’habitudes, de manières (de voir, de sentir, de dire et de faire) et d’une situation sociale présente48 », celle où se mêlent violences et menaces.

20La scène décrite plus haut se répètera de manière plus ou moins semblable dans d’autres quartiers et d’autres townships de la capitale législative lors des semaines suivantes. Les collectifs créés ou réactivés à ces occasions – dont le TAEC – se rassemblent quelques mois plus tard sous la bannière d’une nouvelle structure, la Western Cape Anti-Eviction Campaign (WCAEC) :

  • 49 Cité dans Desai A., We are the Poors, op. cit., p. 97.

« Lorsque le bruit a couru que des gens étaient en train de se battre contre les expulsions à Tafelsig, des gens de part et d’autre de Cape Town ont commencé à téléphoner aux organisateurs de [cette mobilisation]. Dès la réunion de lancement de la Campagne, il y avait des porte-parole pour Valhalla Park et Lavender Hill49. »

  • 50 Aminzade R. & McAdam D., «Emotions and contentious politics», R. Aminzade, J. A. Goldstone et alii (...)
  • 51 Entretien avec Prishani Naidoo (sociologue et co-fondatrice de l’APF), le 17 mai 2011, Johannesbur (...)
  • 52 Entretien avec Lucien van der Walt (sociologue et responsable de la communication de l’APF entre 2 (...)
  • 53 Michel Crozier et Erhard Friedberg parlent de « marginal-sécant » pour désigner tout acteur qui, p (...)

21Une fois encore, le récit que proposent les activistes nourrit une thèse assez séduisante, celle de la traînée de poudre ou de l’engouement généralisé que peut légitimement susciter le fait de savoir que l’on n’est plus seul à vouloir s’opposer à une injustice. Mais encore une fois, les émotions fortes ne « causent » pas à elles seules le mouvement. Si elles ont pour particularité d’activer, dans certains contextes, certaines dispositions présentes chez certains individus, elles viennent également, à un moment précis, soutenir les effets d’un environnement favorable à l’action collective, comme celui que composent, par exemple, l’existence d’organisations et de relations sociales plus anciennes50. Dans le cas présent, appréhender les conditions dans lesquelles s’effectuent le rassemblement et la fondation de la WCAEC impose de prendre en compte la présence préalable de certains réseaux de solidarité ou, plus simplement, d’interconnaissance : la connexion des différentes poches de résistance au sein de l’agglomération de Cape Town est, entre autres, facilitée par les liens anciens unissant certains de leurs meneurs depuis les combats des années 1980. L’importance des relations préalables à la mobilisation est d’ailleurs confirmée par la fondation, à la même époque mais à Johannesburg, de l’Anti-Privatisation Forum. Là aussi, le récit officiel met en scène la mobilisation originelle dans un cadre mouvementé et riche en émotions : l’épique rencontre, en juillet 2000, de groupes d’origines diverses (étudiants, jeunes lecturers en sciences sociales plus ou moins marginalisés au sein du corps enseignant, syndicalistes ouvriers, habitants des townships, etc.) à l’occasion du bloquage d’un amphitéâtre de l’université de Wits. Cris, empoignades et cavalcades dans les couloirs de l’établissement dessinent ainsi les contours d’un souvenir collectif où des dominés unissent enfin leurs forces contre la logique du marché à l’œuvre en différents points de l’agglomération. En amont, on observe pourtant l’existence d’un écheveau de relations qui éclaire sous un autre jour ce rassemblement en apparence impromptu. L’épicentre de ce nœud de réseaux se trouve sans conteste sur le campus de la grande université de Johannesburg, dès le milieu des années 1990. Régulièrement en opposition au régime durant les années de l’apartheid, l’établissement demeure un lieu d’effervence politique dès les premières années démocratiques. Celle-ci se nourrit notamment de l’activité de nombreux clubs et groupuscules « de gauche » où se mêlent, sans grands heurts, militants anarchistes, trotskystes et autonomes. Certains de ces étudiants sont par ailleurs engagés au sein de la représentation locale du puissant South African Students Congress (SASCO), laquelle s’affranchit régulièrement de la ligne imposée par des instances nationales jugées trop proches de l’ANC51. Ses dirigeants n’hésitent pas, à partir de 1995, à affronter durement la direction de l’université et entrent surtout en contact avec les responsables du syndicat des secteurs de la Santé et de l’Éducation (NEHAWU), également présent sur le campus. Ce mouvement conduit à l’organisation de plusieurs manifestations communes dans la ville. Les liens entre mondes étudiant et salarié se renforcent également au sein d’institutions telles que le Workers Library Museum, une structure autour de laquelle gravitent de jeunes enseignants en sociologie, des militants autonomes et trotskystes, et des syndicalistes. Les rapprochements peuvent parfois s’opérer dans des cadres plus informels, comme celui qu’offrent ces rendez-vous dominicaux chez l’un des responsables de CEPPWAWU, le syndicat des salariés de la chimie industrielle affilié à COSATU. S’y croisent alors régulièrement des militants syndicaux et certains dirigeants des groupes politiques les plus actifs dans le milieu associatif étudiant52. À la même époque, une poignée de militants de SASCO présents sur le campus de Soweto participe à un front de lutte alors en train de s’ouvrir : ils soutiennent en effet activement les actions protestataires menées par des habitants de Tembisa pour dénoncer les conditions de vie de cette zone populaire située à quelques dizaines de kilomètres au nord de Johannesburg. Ces différentes relations d’interconnaissance, ainsi que la présence d’individus que l’on pourrait qualifier de « sécants53 », éclairent la facilité avec laquelle se coordonnent, au niveau de l’agglomération de Johannesburg, différents groupes engagés au même moment dans des luttes distinctes : 1) les étudiants, les syndicalistes de NEHAWU et les enseignants rassemblés au sein du Wits Crisis Committee pour dénoncer l’externalisation de certains services par l’université et le licenciement de centaines d’ouvriers et agents d’entretien jusqu’alors employés par l’établissement, 2) les employés municipaux mobilisés par le syndicat SAMWU contre le plan d’ajustement structurel adopté par la municipalité de Johannesburg, 3) quelques militants du Parti communiste ou de l’ANC hostiles aux orientations « néolibérales » du gouvernement et enfin, 4) les femmes et les hommes qui, dans certaines townships, s’organisent pour résister aux coupures d’électricité et autres expulsions qui s’abattent alors sur les ménages les plus pauvres de l’agglomération. Ce sont des représentants de ces quatres groupes que l’on retrouve, un après-midi de juillet 2000, fermement décidés à s’opposer à la tenue d’un colloque universitaire accusé de promouvoir le « néolibéralisme ». Cette convergence de forces préfigure la composition du « comité de coordination » autour duquel se développera l’Anti-Privatisation Forum deux mois plus tard.

  • 54 Mathieu L., « Les ressorts sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collectif (...)

22Même si elles ne doivent pas être négligées, la frustration ou la colère n’expliquent donc pas à elles seules le passage à l’action protestataire. Elles sont un élément parmi d’autres au sein des conditions sociales rendant possible cet engagement. Affirmer le contraire reviendrait d’ailleurs à conférer à ce même engagement une « dimension spontanée et impulsive qui fait écran à tout ce que celui-ci doit à une socialisation particulière54 » ou, comme on l’a esquissé en abordant les origines de l’AEC, à la rencontre d’un contexte et de certaines dispositions ; des dispositions que l’on peut, par exemple, rattacher à une multiplicité d’engagements antérieurs.

Des engagements multiples et parfois anciens

Le souvenir de la Lutte

  • 55 Ibid., p. 312.

23L’engagement des activistes sud-africains, notamment ceux constituant le noyau dur des collectifs protestataires, s’inscrit le plus souvent dans une forme de continuité. Une partie des individus les plus investis a déjà fait l’expérience de l’action collective, voire du militantisme, avant de rejoindre les organisations protestataires des années 2000. Il n’est ainsi pas rare que les plus âgés aient participé à la lutte contre l’apartheid de diverses façons : ralliement aux soulèvements des années 1970 et du milieu des années 1980, implication dans les réseaux souterrains de l’ANC et les actions du United Democratic Front, boycott des loyers (même lorsque ceux-ci révélaient avant tout une incapacité à payer ou la crainte de représailles menées par des membres du civic) et/ou participation aux marches organisées au nom des bread-and-butter issues. Toutes ces actions, qui dessinent donc un éventail participatif relativement large, concernèrent une majorité de townships et impliquèrent, à l’époque, des milliers d’individus efficacement encadrés par des comités de rue ou de quartiers. Y avoir pris part à des degrés divers (de la simple présence dans des cortèges à l’engagement dans des activités militantes des plus risquées) – et de façon répétée – fournit certaines dispositions à la protestation, qui peuvent, dans certaines conditions, être activées quinze ou vingt ans plus tard dans une Afrique du Sud de nouveau mouvementée. Ces années de lutte ont, plus encore, fourni un « terreau favorable55 » à la mobilisation contemporaine dans la mesure où elles ont pu façonner des capacités à agir, des compétences et des connaissances qui permettent à ces individus de ne pas se retrouver désemparés. La présence de ces mêmes personnes au cœur de la protestation post-apartheid éclaire d’ailleurs un autre phénomène, celui du réemploi de modes d’action ayant fait leurs preuves dans les années 1970 et 1980. Les marches contemporaines sont ainsi rythmées par d’anciens chants de résistance censés galvaniser les participants et rallier les passants. Le boycott des factures, si fréquent durant la dernière décennie de l’apartheid, resurgit ; tout comme le recours aux rebranchements sauvages. Parfois même, l’idée d’un « stay away » est lancée. Éprouvée dans les années de combat contre la ségrégation, cette pratique conduisait les habitants d’une township à refuser de se rendre sur leur lieu de travail ou dans leur école afin de menacer une économie dont tiraient avant tout partie leurs oppresseurs. Elle est réinvestie avec plus ou moins de succès par les militants d’AbM au Cap en octobre 2010 ou par ceux du Thembelihle Crisis Committee, à Johannesburg, l’année suivante.

  • 56 Siméant J., « Entrer, rester en humanitaire : des fondateurs de MSF aux membres actuels des ONG mé (...)

24Si l’engagement (sous toutes ses formes et qu’il ait été direct ou non) contre le régime raciste a pu concerner un grand nombre des activistes ayant plus de trente ans au début des années 2000 et aide à isoler quelques uns des ressorts de leur investissement actuel, la Lutte n’est pas non plus sans influence sur les plus jeunes, ceux qui ont entre 15 et 25 ans lorsqu’émergent les organisations protestataires post-apartheid. Elle semble avoir souvent joué un rôle important dans le contexte familial : plusieurs de ces jeunes activistes évoquent ainsi la figure d’un oncle, d’un grand frère ou de parents ayant, d’une manière ou d’une autre, pris part à la contestation dans les années 1970 et 1980. La présence de ces « héros56 » dans leur proche entourage (et le fait qu’ils aient pu être au centre de récits familiaux) a favorisé une certaine familiarité des jeunes militants aux pratiques collectives contestataires. Cette situation les rend également plus réceptifs à des modes d’action susceptibles de transgresser un ordre certes établi mais considéré comme injuste. Tout ceci n’est dès lors pas sans effet sur l’insertion de ces jeunes générations dans l’action collective.

« (C’était quoi votre premier contact avec la politique ? Vous venez d’une famille qui parlait ou qui faisait de la politique ?) En fait, c’est mon cousin… Dans les années 1980, il faisait partie de la révolte dans son école. Je ne sais plus quand c’était exactement, mais il était parmi les meneurs […] Il était aussi avec l’UDF et toutes ces choses là… Évidemment, il m’en a souvent parlé… Mais je le savais déjà… On le savait dans la famille. Il y en a plein qui ont fait ça… Mais lui, c’était un meneur… Après, c’est lui qui m’a donné des choses à lire, des fascicules sur le PAC, par exemple. C’est comme ça que j’ai connu le PAC et que j’y ai milité. Avant. » (Échange avec Bobo, activiste du SECC, 35 ans, Johannesburg, le 15 juillet 2009)

Engagements syndicaux et partisans

  • 57 La Democratic Alliance (DA) est née en 2000, du rassemblement d’éléments issus, d’une part, des pa (...)
  • 58 On notera que la municipalité du Cap est entre les mains de l’ANC d’octobre 2002 à mars 2006, avan (...)
  • 59 Heusden P. van & Pointer R., Subjectivity, politics and neo-liberalism in post-apartheid Cape Town (...)

25J’y reviendrai plus en détail un peu plus tard mais, comme le révèlent les propos qui précèdent, on croise régulièrement d’anciens militants politiques et syndicaux des premières années post-apartheid parmi celles et ceux qui composent les noyaux originels des organisations protestataires. Ce sont souvent d’anciens responsables ou militants des sections locales de l’African National Congress (ANC) ou du Parti communiste. Parfois, ceux qui ont occupé un emploi au cours des années 1990 ou 2000, ont également été liés aux nombreuses structures syndicales affiliées à COSATU. Certains ont aussi été actifs au sein des différents satellites de ces organisations, qu’il s’agisse des mouvements de jeunes (les youth leagues) ou des associations de femmes et de « vétérans ». C’est un constat que l’on peut généraliser, du Mpumalanga à Durban en passant par Johannesburg, en prenant soin toutefois de le nuancer pour ce qui concerne les affiliés de l’Anti-Eviction Campaign implantés dans les quartiers coloureds de l’agglomération du Cap. Si ces quartiers comptent d’anciens combattants de l’UDF parmi leurs habitants, l’ANC y a revanche traditionnellement peu recruté. La majorité des circonscriptions municipales est d’ailleurs détenue par la Democratic Alliance, principal parti d’opposition57. Des « anciens » de l’African National Congress sont néanmoins présents au sein des structures affiliées à l’Anti-Eviction Campaign dans les townships noires de Gugulethu ou de Khayelitsha. Auteurs d’une étude sur le quartier de Vrygrond, au Cap, Peter van Heusden et Rebecca Pointer soulignent d’ailleurs que les membres les plus actifs au sein de la Vrygrond Anti-Eviction Campaign ont milité au sein de l’ANC, et en sont encore membres pour quelques-uns lors de la première moitié des années 200058, ce qui, accessoirement, leur permettrait de disposer d’une meilleure connaissance des différentes structures politico-administratives, et notamment du gouvernement local59. Dans la Province du Gauteng, l’une des principales dirigeantes du Landless People’s Movement a été la première chairperson de la section ANC de Protea South au lendemain de la légalisation du parti. Entrée à l’ANC en 1947, la responsable des vétérans du SECC était quant à elle responsable de la Women’s League du « parti libérateur » à Chiawelo, un quartier de Soweto, jusqu’en 2000. À Durban, certains des habitants des campements de Foreman Road et Kennedy Road qui prennent part à la création d’Abahlali base Mjondolo en 2005 se sont déjà croisés à la fin de la décennie précédente, lors des trajets en bus assurés par l’ANC pour convoyer ses militants sur les lieux de grands rassemblements partisans. L’un des principaux coordinateurs de l’Anti-Eviction Campaign au début de la décennie a, par ailleurs, été délégué syndical (shop steward) SAMWU (South African Municipal Workers’ Union), le principal représentant des employés municipaux. À Johannesburg, enfin, c’est un ancien employé de la grande distribution et, à ce titre, ex-adhérent de SACCAWU (South African Commercial, Catering and Allied Workers Union), qui a en charge la trésorerie du SECC à la fin des années 2000. Et l’on pourrait multiplier les exemples à l’envi, sans même avoir besoin d’évoquer le cas relativement médiatisé de Trevor Ngwane, élu ANC de Pimville en 1995 avant de s’illustrer dans la création du SECC et de l’APF.

  • 60 Principalement implanté en pays Zulu, l’Inkata Freedom Party (IFP) a été accusé – à raison – d’avo (...)

26Les appartenances passées ne se limitent cependant pas aux composantes de l’Alliance tripartite (ANC, Parti communiste et syndicats de COSATU). Les rangs de la protestation post-apartheid sont également fournis en anciens militants des principaux partis d’opposition, comme la Democratic Alliance ou l’Inkatha Freedom Party60, mais également de structures plus minoritaires dans la vie politique nationale, à l’image du Pan Africanist Congress (PAC), de l’Azanian People’s Organisation (AZAPO) ou du Socialist Party of Azania (SOPA). Le principal dirigeant de l’Unemployed People’s Movement, à Grahamstown, est ainsi un ancien cadre national de l’AZAPO, parti qu’il a quitté au début des années 2000. Les individus issus de ces structures, relativement marginales au sein de la compétition électorale, partagent en outre un même discours, qui insiste sur le sentiment d’avoir été écartés du récit officiel sud-africain que façonnent les élites de l’ANC depuis 1994. Celui-ci fait peu de cas des anciens rivaux du parti au pouvoir, comme le montre la place privilégiée qu’y occupent les vétérans de l’Umkhonto we Sizwe, la branche armée de l’ANC dans les années 1970 et 1980, au détriment de ceux du PAC et l’AZAPO, pourtant engagés dans la lutte para-militaire contre l’apartheid.

27Qu’elle ait milité au sein d’une structure d’envergure nationale ou connu les affres de la marginalité politique, la majorité de ces individus a, pour des raisons diverses, rompu avec les milieux partisans avant de rejoindre la protestation. Le double engagement – à la fois partisan et mouvementiste – n’est néanmoins pas exclu, même s’il demeure relativement rare en raison de l’omniprésence d’un discours anti-partis. Il peut être toléré par certains dirigeants protestataires au nom d’une ouverture à la diversité qui, une nouvelle fois, distinguerait le mouvement social du monde politique. Mais de telles situations génèrent parfois des conflits d’intérêts. L’Unemployed People’s Movement se trouve ainsi en fâcheuse posture à la veille des élections municipales de mai 2011. Emmenée par un ancien responsable de l’AZAPO, parti politique se revendiquant du Black Consciousness Movement de Steve Biko, l’organisation compte également des militants de la Democratic Alliance et du COPE parmi ses membres les plus actifs. À quelques mois du scrutin local, certains d’entre eux cherchent à capitaliser sur la popularité du mouvement pour obtenir l’investiture de leurs partis respectifs. Ces initiatives suscitent bien évidemment un débat interne houleux et le choix, soutenu par une majorité de militants, de boycotter le scrutin, n’aura évidemment pas raison des rancœurs et divisions mises au jour lors de cet épisode.

L’engagement dans la communauté

  • 61 S’bu Zikode, président d’AbM à Durban, considère que les « lois scout » (celles favorisant la coll (...)

28Les engagements partisans et syndicaux se sont régulièrement doublés d’un investissement plus spécifique dans la vie de la « communauté ». Celui-ci renvoie bien évidemment à la participation presque routinisée aux activités de tous ces groupements locaux qui nourrissent le tissu social des quartiers populaires noirs, métis ou indiens. À Mandela Park, au Cap, ce sont d’anciens responsables d’un comité de vigilance (créé pour contourner une section ANC jugée trop « faible » face aux expulsions) qui président un temps aux destinées de la structure affiliée à l’Anti-Eviction Campaign. Au sud de Johannesburg, le principal porte-parole de l’Orange Farm Water Crisis Committee, qui sera également chairman de l’APF au cours des années 2000, est un travailleur social qui s’est longtemps investi dans le civic de son quartier. L’organisation locale peut également être une association de jeunesse, qu’elle soit ou non politique. C’est ce que suggèrent le passé « scout » de l’un des dirigeants d’Abahlali61 ou l’appartenance à l’association Youth for Work des très jeunes gens qui conduisent les activités du Concerned Citizens Forum dans la township noire de Mpumalanga, à Durban.

  • 62 Entretien avec Mzonke Poni, leader d’Abahlali baseMjondolo Western Cape, Kayelitsha (Le Cap), 20 m (...)
  • 63 Entretien, le 15 juillet 2009, Johannesburg.
  • 64 Harber A., Diepsloot, op. cit, p. 74.

29Souvent, les activistes les plus investis revendiquent en outre un statut de « leader communautaire » acquis avant même leur engagement protestataire et leur permettant de préciser qu’ils sont depuis longtemps « très connus » dans leur communauté. Cette situation traduit une notoriété ou une reconnaissance sociale liées à une élection par les habitants d’une rue ou d’un quartier réunis au sein d’un comité, ou à une présence à la tête d’une association ou d’un collectif influent dans la communauté. Écouté et respecté, le leader communautaire est, par exemple, celui que l’on sollicite pour régler un différend entre voisins, pour obtenir une information ou un soutien dans une démarche administrative. C’est à sa porte que l’on tape en pleine nuit lorsqu’il s’agit de trouver au plus vite un véhicule pour transporter à l’hôpital une femme sur le point d’accoucher62. C’est également à lui de s’assurer que « tout va bien » chez les voisins au lendemain de ces pluies torrentielles qui laissent régulièrement les quartiers pauvres dans des situations désatreuses63. Dans l’essai qu’il a consacré à Diepsloot, une localité secouée par de violentes manifestations en 2008 et 2009, Anton Harber décrit avec justesse la centralité de ces individus. Il le fait lorsqu’il livre le récit de sa déambulation dans un quartier populaire, aux côtés de l’une de ses figures locales, la secrétaire de la section SANCO. Le lecteur découvre ainsi les multiples sollicitations dont la jeune femme fait l’objet tout au long de cette traversée de la township, comme celle de ce passant lui demandant d’intervenir auprès d’un garagiste qui refuse de lui rendre la batterie de son véhicule64. Médiateur au sein du quartier et intermédiaire régulier entre la population et les autorités politiques et administratives, le leader communautaire s’illustre en outre très souvent dans une forme d’entrepreneuriat social. Le cas de Nonhlanhla Mzobe, l’un des premiers visages d’Abahlali baseMjondolo à Durban, le suggère en tout cas fortement. Arrivée dans le camp de Kennedy Road dans les années 1970, alors qu’elle n’est qu’une enfant, elle y fonde une crèche auto-gérée deux décennies plus tard. La reconnaissance qu’elle tire de cette initiative la conduit, au début de la décennie suivante, à être élue vice-présidente du comité de développement du campement, l’instance chargée de traiter les problèmes rencontrés au quotidien par les habitants et de négocier avec la municipalité. Un autre exemple nous est donné à Grahamstown, où Ayanda Kota, responsable d’une association permettant à des adolescents des quartiers pauvres de jouer au football (la Makana Football Association), décide, avec quelques uns, de fonder l’Unemployed People’s Movement à la fin des années 2000.

30Les chances de pouvoir légitimement se présenter en leader communautaire et d’être reconnu comme tel sont évidemment d’autant plus grandes que l’on multiplie les appartenances. À Bishop Lavis, au Cap, Mike Hoffmeester, le principal dirigeant du Bishop Lavis Outreach Forum, une association d’habitants luttant pour l’amélioration des conditions de vie dans cette zone urbaine métisse, préside le Bishop Lavis Scholar Transport Forum, une structure qu’il a fondée pour faire reculer l’insécurité routière dans son quartier, ainsi que le conseil de gouvernance de l’école primaire dans laquelle sa fille est inscrite. C’est assez naturellement lui qui, lors d’une visite présidentielle en juillet 2011, représente les habitants du quartier et tente de sensibiliser Jacob Zuma à leurs conditions de vie.

31De manière somme toute logique, ces différentes expériences – tant dans les partis et les syndicats que dans les associations de quartier – fournissent à la protestation post-apartheid, des individus rompus à l’animation de collectifs ou à l’organisation d’évènements telles que ces grandes réunions publiques (mass meetings) régulièrement convoquées dans les townships et les zones d’habitat informel. Elles les dotent, surtout, d’un capital relationnel qui a pu être opportunément mobilisé lorsqu’il s’est agi d’amorcer la protestation dans leur quartier.

Cohérences des parcours militants ?

  • 65 Hibou B., Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011, p. 27 sq.
  • 66 Entretien, le 14 mai 2011, Thembelihle.
  • 67 Hibou B., Anatomie politique de la domination, op. cit., p. 31.

32Lorsqu’ils reviennent sur les raisons qui les ont poussés à rejoindre une organisation du mouvement social, les militants les plus actifs font très souvent de leur engagement actuel la suite logique et naturelle d’un investissement plus ancien au service de la communauté. Comme on vient de le voir, ce dernier a pu être assuré dans le cadre du militantisme partisan ou associatif, jusqu’à ce que l’indifférence de leurs dirigeants à l’égard des problèmes des plus pauvres devienne trop évidente aux yeux de ces femmes et de ces hommes. Beaucoup évoquent également la déception éprouvée face au fonctionnement même des structures partisanes locales. S’il est une critique qui revient régulièrement dans les propos des activistes sociaux ou des habitants qui manifestent, c’est en effet celle du clientélisme et de l’entre-soi que pratiqueraient les militants et les dirigeants locaux lorsque leur parti gouverne la municipalité. Ces travers s’observent par exemple lors de la désignation des candidats aux élections locales, les logiques partisanes conduisant parfois à mettre en avant des individus peu connus, voire extérieurs à la communauté. Mais ils se manifestent plus généralement dans la propension des responsables de section à orienter (ou, plus simplement, à détourner) la distribution de certains biens par les pouvoirs publics, qu’il s’agisse d’emplois ou de logements. De façon surprenante, la critique adressée à de tels pratiques et comportements ne relève pas d’un registre strictement moral. Si ce mode de fonctionnement est condamné, c’est avant tout en raison de l’exclusion qu’il engendre et des obstacles qu’il oppose au désir de vivre « normalement65 » régulièrement exprimé par les protestataires. Le récit de cette jeune mère chômeuse de 39 ans qui vit à Phiri, l’une des zones les plus pauvres de Soweto, rend assez bien compte de cette situation. Ellen ne rejoint le SECC qu’en 2010 alors même que l’organisation est, depuis de longues années, très active dans son quartier. Sa décision fait suite à la déconnexion de sa maison par la compagnie d’électricité et à son rebranchement par des militants66. Elle a auparavant adhéré à la branche locale de l’ANC, parti pour lequel elle a d’ailleurs voté lors des élections nationales de 2009, mais se défend cependant d’y avoir « fait de la politique » : son adhésion tenait, et elle le reconnaît sans ambage, au fait que « c’était le seul moyen d’obtenir quelque chose » (« si tu ne fais pas partie de l’ANC, tu ne peux pas avoir de travail »). Persuadée de l’infaillibilité de cette règle pour trouver un emploi, elle a également cherché à rencontrer l’élu ANC de sa circonscription, lequel lui a alors expliqué qu’elle devait avant tout venir régulièrement aux réunions organisées par le parti. En vain… Ne pas appartenir aux petits cercles qui se forment autour des sections partisanes ou, lorsque ces dernières sont déclinantes, autour des élus locaux, semble donc éloigner immanquablement de cette « normalité » promise en 1994 et faite de tout ce qui dessine les contours d’une vie « décente » aux yeux de nombreux habitants des townships : un logement, un emploi, un accès adéquat à la santé, etc. Le sentiment d’exclusion qu’exprime Ellen au cours de l’entretien – même s’il est visiblement contrebalancé par celui d’appartenir à un « vrai » groupe depuis son adhésion au SECC/OKM – ne se nourrit pas seulement de l’absence de ces biens matériels67. Il renvoie autant, sinon plus, au fait que c’est, selon elle, sa non-appartenance aux coteries locales de l’ANC qui la tient à distance des petits arrangements que permet le système économique et social en vigueur dans sa township.

33La manière dont Ellen présente sa brève expérience partisane est par ailleurs révélatrice d’une tendance que l’on observe régulièrement au sein du monde de la protestation. Il est en effet fréquent que les années ou les mois passés dans les rangs d’un parti y soient présentés comme vierges de toute compromission avec les jeux et enjeux « politiciens » :

  • 68 Entretien accordé par S’bu Zikode à Richard Pithouse, 2009, <http://www.abahlali.org/node/5063>.

« Quand je suis arrivé ici (Nda : dans le camp de squatters de Kennedy Road, à la fin des années 1990), je ne m’intéressais pas aux partis politiques. J’avais commencé à détester les partis en observant l’Inkatha [durant mon adolescence]. Pour moi, la politique était un jeu sale. Et les gens s’intéressaient peu à la politique dans le camp. La plupart voyait seulement ça comme un jeu sale. Mais il y a eu ces gars qui sont venus de l’extérieur […], qui ont commencé à venir dans le camp, à organiser des réunions, à faire campagne pour l’ANC. C’est là que ça a commencé à m’intéresser, en raison de la manière dont ils s’engageaient et venaient vers les jeunes. Ils disaient qu’ils pouvaient nous mobiliser pour atteindre une vie meilleure. On avait tous vu la transition vers la démocratie au niveau national. L’ANC était le parti de Mandela. Mais au niveau local, je ne retrouvais pas ce que j’avais aimé durant mes années à l’école : une opportunité de rencontrer d’autres jeunes et de s’engager. Et c’était aussi une plate-forme pour travailler aux changements que je recherchais alors. En voyant que l’ANC était au gouvernement, j’ai pensé que ça pourrait être un outil efficace pour réaliser les promesses (to deliver) […] J’ai donc rejoint l’ANC en 2001 et j’ai été élu au comité exécutif de la section. L’année d’après, je suis devenu vice-responsable de la section dans le ward 25. Pendant des années, j’ai fait partie du comité exécutif de la section. La réalité, c’est que l’on ne comprenait pas la politique. Baig (Nda : le conseiller municipal) avait été imposé de l’extérieur par les dirigeants. Il n’était pas connu dans la communauté mais parce qu’il était de l’ANC, on ne posait même pas de questions […] Je n’étais pas fait pour ça. J’étais très actif et je le faisais parce que j’avais mes propres idées. Parce que je pensais que l’on devait mobiliser les gens pour une vie meilleure. Mais je mobilisais pour le parti et c’est aussi pour lui que nous faisions des compromis. Ce que l’on a découvert, c’est que mobiliser pour les gens et mobiliser pour le parti, ce n’est pas la même chose68. »

34Même ceux qui admettent avoir pris part au fonctionnement normal d’une organisation partisane, en participant notamment aux luttes internes, continuent de présenter le maintien d’une proximité avec les « gens » et avec leurs problèmes comme la principale raison d’être du militantisme. Sa disparition sous les règles de la vie politique post-apartheid justifierait à elle seule de renoncer au monde des partis :

« (Tu m’as dit avoir milité au PAC et voté pour ce parti en 1994 et 1999… Tu t’en sens toujours proche ?) Non, non… J’ai pris mes distances… Ils ont changé de politique, dans ce parti… ils ont changé les dirigeants. Les gens voulaient juste accéder à des positions… Ils ont détruit l’image de l’organisation… Et le PAC perd des effectifs… ça décroît… Peut-être qu’un jour, ça m’inspirera de nouveau, mais pas aujourd’hui… Aujourd’hui, je suis dans un mouvement social… Avec les gens. C’est ma maison politique… C’est chaleureux. » (Entretien avec le responsable des « jeunes » du SECC, Johannesburg, 14 juillet 2009)

35La boucle semble bouclée. Le souci de continuer à vivre un engagement fondé sur le désintéressement et la proximité avec ceux que l’on prétend servir et représenter, implique donc de rejoindre le mouvement social dans la mesure où ce dernier est, on l’a vu, présenté par ses acteurs comme enraciné dans les communautés populaires, à mille lieues de la bataille pour les postes et positions de pouvoir.

Du parti au mouvement social ?

  • 69 Dès la fin des années 1990, les opposants internes sont ainsi régulièrement présentés par les plus (...)
  • 70 Séverin M. & Aycard P., « Qui gouverne la “nouvelle” Afrique du Sud ? Élites, réseaux et méthodes (...)
  • 71 Les Premiers sont les chefs des exécutifs provinciaux. Ils sont élus par les législatures provinci (...)
  • 72 Séverin M. & Aycard P., « Qui gouverne la “nouvelle” Afrique du Sud ? », art. cit., p. 37.
  • 73 Lodge T., Politics in South Africa, op. cit., p. 214.
  • 74 Kamfer D., porte-parole du SCIC, cité dans Robinson V., « Local poll : ANC vs ANC », The Mail & Gu (...)

36La présence indirecte de l’Alliance et de différents partis dans les composantes les plus locales des organisations protestataires, via d’anciens militants, se vérifie également au niveau des principaux dirigeants. Ces déplacements d’un monde à l’autre trouvent un début d’explication lorsque l’on entreprend de croiser trajectoires militantes et évolutions du contexte politique post-apartheid. À partir de la fin des années 1990, l’Alliance au pouvoir s’est en effet engagée dans un processus de fermeture dont la manifestation la plus tangible demeure la marginalisation des éléments les plus critiques à l’égard de la ligne gouvernementale. Observable très tôt dans les instances nationales et s’accompagnant régulièrement de quasi procès en hérésie69, cette situation s’est reproduite au niveau des provinces, voire des agglomérations. Sa diffusion verticale s’explique en partie par la plus grande centralisation du pouvoir au sein de l’Alliance et, plus encore, au sein de l’ANC, dès les premiers mois de la présidence Mbeki. Alors que durant les premières années du mandat de Nelson Mandela, le « crédit politique et l’expertise acquis dans la lutte » constituaient les principaux critères de nomination au sein des exécutifs nationaux et provinciaux, ceux-ci ont évolué durant les « années Mbeki » (1999-2008) pour renvoyer plus sûrement à la « loyauté, l’obéissance et l’appartenance à un réseau identifié70 ». Lors de la préparation des élections locales de 1999, les candidats ANC aux postes de Premiers71 sont ainsi directement nommés par les instances nationales et, plus officieusement, par l’entourage du président de la République. Cette procédure, recommandée par une commission d’enquête installée par la direction du parti, a été retenue au motif qu’elle permettait d’éviter les conflits locaux immanquablement générés par la mise en compétition de plusieurs candidats à la candidature. Trois des six Premiers ANC en place (dans le Gauteng, le Free State et le Mpumalanga) sont écartés et remplacés par des proches de Mbeki72. Dans les provinces finalement remportées par le parti majoritaire, cette initiative débouche sur l’accession au pouvoir d’individus en phase avec les groupes majoritaires au sein des instances dirigeantes de l’ANC. Cette situation n’a évidemment pas manqué d’influer sur la vie partisane locale en facilitant la marginalisation de la contestation interne : le maintien de positions critiques s’est avéré plus que difficile et a interdit l’accès à des responsabilités. Compte tenu de la place qu’occupe l’Alliance dans l’espace politique, cette marginalisation a rendu peu viables les velléités de dissidence. Les tentatives n’ont pourtant pas manqué. Un an et demi après avoir fait sécession au motif que leur direction nationale avait cautionné l’abandon du RDP par l’ANC, des responsables de la branche SANCO du Transkei appelaient ainsi à ne soutenir que des candidats indépendants lors des élections générales de 1999. Aucun de ceux-ci ne réussit cependant à remettre en question l’hégémonie de l’ANC lors du scrutin. À Uithenhage, des militants du civic firent, quant à eux, le choix de désigner leurs propres candidats aux élections de 2000 après que l’un de leurs dirigeants eut été démis de son mandat municipal et remplacé par un représentant de l’ANC73. Lors de la campagne des élections locales de 2006, ce sont également 11 militants de l’ANC qui firent cavaliers seuls à Khayelitsha et une vingtaine de membres de SANCO qui, rejetant la liste de candidats arrêtée par les instances provinciales de l’Alliance, les imitèrent à Bloemfontein (Province du Free State). À la même époque, dans la Province du Cap-Ouest, plusieurs dizaines de personnes quittaient les sections ANC afin de se présenter sous les couleurs du tout nouveau Southern Cape Independant Civic et de marquer ainsi leur « mécontentement à l’égard des politiques74 » de leur ancien parti. En vain.

  • 75 Hirschman A. O., Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and State (...)

37Au-delà de ces cas de dissidence malheureuse, le traitement réservé aux tendances minoritaires au sein de l’Alliance a conduit à des défections, pour reprendre la célèbre formule de Albert O. Hirschman75. Les retraits militants ont aussi pu se nourrir du sentiment diffus de « trahison » qu’ont ressenti des femmes et des hommes estimant que leur soutien au parti n’avait pas été payé de retour. Pour d’autres, cette sortie du jeu a plus simplement résulté d’un « manque de place ». C’est ce dont rend compte, à la fin des années 1990, le choix des militants de Keep Left, un groupuscule trotskyste, de quitter la section communiste de Johannesburg à la suite de leur marginalisation interne.

  • 76 Entretien, 17 juillet 2009, Johannesburg.
  • 77 SACP disciplinary committee, « SACP decision on Dale McKinley », SACP, 16 août 2000, <http://www.sacp.org.za/docs/pr/2000/pr0816.html>.

38Il existe une autre raison de reconversion dans le mouvement social pour celles et ceux que leur ancrage « à gauche » a conduit à la mise à l’écart au sein de l’Alliance : l’exclusion organisationnelle. En octobre 1999, Trevor Ngwane, élu local ANC à Soweto mais également chairperson de la sous-région nord de Johannesburg et vice-chairperson de la section ANC de Pimville, est suspendu de ses fonctions à la suite de la publication, dans la newsletter du syndicat des employés municipaux, d’un article critiquant le plan de restructuration de la municipalité de Johannesburg. En août de l’année suivante, Dale McKinley est exclu du SACP pour avoir voulu « être communiste au sein du Parti communiste76 ». Plus prosaïquement, celui qui était jusqu’alors responsable de la section de Johannesburg et avait par le passé dirigé la revue du Parti, est accusé d’avoir « publiquement […] attaqué la direction de l’ANC et […] celles de COSATU et du SACP », tout en ayant privilégié des « positions affaiblissant » ce dernier77. Autre exemple, qui permet d’ailleurs de boucler ce tour de l’alliance en s’intéressant au cas de Cosatu, celui de John Appolis. Responsable du syndicat des travailleurs de la chimie industrielle (CEPPWAWU) dans la région de Wits, il est menacé d’exclusion en 1998, après avoir demandé que les adhérents soient consultés par référendum sur le bien-fondé d’un maintien de la confédération dans l’alliance gouvernementale. Accompagné d’autres secrétaires régionaux également suspendus de leurs fonctions, il fonde le syndicat indépendant GIWUSA (General Industrial Workers’ Union of South Africa) tout en s’impliquant dans la création de l’Anti-Privatisation Forum.

  • 78 Entretien, le 17 mai 2011, Soweto.
  • 79 Entretien, le 21 juillet 2012, Grahamstown.

39Les sorties plus ou moins forcées du jeu politique ne concernent pas uniquement les militants de l’Alliance gouvernementale mais se vérifient également dans d’autres organisations. Et, ici aussi, la prise en compte des évolutions politiques nationales et locales se révèle indispensable à la compréhension des reconversions. De nombreux activistes ont ainsi fait leurs armes au sein de structures partisanes très minoritaires dans le paysage politique national : le Pan Africanist Congress, qui remporte cinq sièges dans l’assemblée nationale de 1994 mais n’a qu’un seul député en 2009, ou l’Azanian People’s Organisation, autre organisation rivale de l’ANC durant les années de lutte contre l’apartheid. Ces partis, auxquels on peut associer le Socialist Party of Azania (SOPA), ont été totalement asphyxiés par l’ANC et relégués dans les marges les plus profondes du jeu politique. L’entrée dans la protestation sociale est dès lors souvent présentée par leurs (ex) militants comme un moyen de dépasser un sentiment d’impuissance politique. C’est ce que semblent confirmer les trajectoires de Jacob et Botsang, tous deux membres du noyau dur du Soweto Electricity Crisis Committee (l’un a participé à sa fondation, l’autre l’a rejoint par la suite et s’y est durablement investi). Âgé de 42 ans, Botsang a milité au sein du mouvement de jeunesse du Pan Africanist Congress jusqu’à son démantèlement à la fin des années 1990. Il a ensuite adhéré au SOPA, qu’il a quitté en 2004, au lendemain d’élections nationales où ce parti n’a recueilli que 0,1 % des suffrages. Botsang reproche notamment aux dirigeants de n’avoir pas su – ou voulu – développer une stratégie à même d’élargir la base de l’organisation. Il est alors « recruté » par l’un des fondateurs du Soweto Electricity Crisis Committee en raison, selon lui, de son passé de militant politique, et se rallie à l’idée de promouvoir une « politique de la classe ouvrière78 » par le biais de la protestation sociale. Plus âgé, Jacob a, quant à lui, multiplié les engagements politiques et syndicaux depuis les années 1960, passant des rangs communistes à ceux du Mouvement pour la Conscience Noire de Steve Biko puis du PAC, tout en militant au sein de la confédération syndicale NACTU dans les années 1980. Il prend cependant soin de justifier ces ralliements successifs, en les rattachant a posteriori à la nécessité de rejoindre l’organisation qui, à un moment donné, portait en elle l’ambition d’un changement politique et social. Les raisons « politiques » très rationnelles – et rationalisées – qui sont, ici, avancées pour justifier une sortie du monde partisan, n’interdisent pas l’évocation d’un plus subjectif désenchantement : cadre national de l’AZAPO jusqu’au début des années 2000, Ayanda Kota fait le choix de quitter le monde politique à la suite des « trop nombreux revers79 » essuyés par ceux qui, comme lui, ont tenté d’entraîner le parti sur la voie d’une réelle opposition à l’ANC et à son « néolibéralisme ». Las et décidé à consolider son implantation locale à Grahamstown, sa ville natale, il s’investit dans l’organisation de compétitions sportives pour les plus jeunes et fonde surtout l’Unemployed People’s Movement en 2009.

40Quels enseignements ou, à tout le moins, quelles hypothèses, peut-on tirer de ces différentes situations ? On peut tout d’abord estimer que le poids de l’Alliance et, pour être encore plus précis, la position pour le moins dominante de l’ANC dans le jeu politique national et local en ce début de XXIe siècle, réduisent considérablement le choix des possibles. Déchu de son mandat de conseiller local, Trevor Ngwane a par exemple bien essayé de reconquérir les faveurs des électeurs de « son » quartier sous une étiquette indépendante en 2001. Sans succès. L’engagement dans le « mouvement social » se serait par conséquent imposé sur le mode de l’évidence :

« Des gens comme John [Appolis], comme moi… nous faisions partie de l’ANC… De la gauche… Et l’ANC nous a virés… Bon, ce n’est pas très chronologique… Mais nous sommes allés vers les syndicats, tu vois ? Même avant l’ANC… Et les dirigeants, les staliniens, nous ont virés… Comme dans une chasse aux sorcières. John Appolis était le dernier à avoir été viré… Moi, je l’avais été bien avant… Beaucoup de camarades, de différents syndicats, ont été obligés de les quitter. La gauche qui n’était pas soutenue par le Parti communiste a été virée. C’est-à-dire que de l’ANC, la gauche est allée vers les syndicats, et des syndicats, les gens vont maintenant vers les mouvements sociaux. […] Ils te virent et tu formes un mouvement social [rires]. » (Entretien avec Trevor Ngwane, fondateur et organisateur du SECC, 7 juillet 2009, Durban)

  • 80 Tissot S., « Les reconversions militantes », S. Tissot, C. Gaubert & M.-H. Lechien, Reconversions (...)
  • 81 « [A]pprentissages conférés par le militantisme, […] compétences importées de l’extérieur, ainsi [ (...)
  • 82 Entretien, 17 juillet 2009, Johannesburg.

41Mais ces transferts d’un monde à un autre, ces reconversions, ne se sont pas systématiquement traduits par des conversions ou, pour le dire autrement, par des transformations des manières d’être et de penser80. Selon toute hypothèse, cela tient essentiellement à la relative faiblesse du « taux de change » auquel le capital militant accumulé dans l’espace politique81 semble être soumis lors de l’entrée dans le monde de la protestation. La description par un ancien responsable local de l’ANC des savoirs et savoir-faire déployés tant dans ses activités passées (au sein d’un parti) qu’actuelles (au sein d’une organisation protestataire) laisse en effet entrevoir une différence relativement mince. Il en va de même d’un ex dirigeant provincial du Parti communiste estimant que son passage dans la sphère politique institutionnelle lui a permis d’acquérir des compétences en termes de production de propagande (« dans le sens positif du terme », précise-t-il) ou d’organisation d’une structure, compétences parfaitement adaptées à son engagement au sein de l’Anti-Privatisation Forum. Le plus important, à ses yeux, reste surtout cette qualité d’engagement – l’« activist commitment » – acquise au sein du parti dans la mesure où, prend-il soin d’ajouter, l’« activisme » n’est pas un « hobby », c’est « quelque chose à temps plein ». Et la « politique » lui aurait justement appris à « créer un environnement favorable » à cette réalité82.

  • 83 Mauger G., « gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire de la “génération de (...)

42Les hypothèses que l’on peut formuler quant à ces passages d’un monde (celui des partis) à l’autre (celui des organisations protestataires) se durcissent lorsque l’attention se concentre de nouveau sur ceux qui agissent au niveau des voisinages ou des quartiers. Il ne semble pas y avoir ici de décalage flagrant entre les « styles83 » militants, c’est-à-dire entre les discours, les manières d’agir et de se percevoir que développent les individus dans les sections partisanes des années 1990 puis au sein des organisations protestataires au cours de la décennie suivante :

« (Que faites-vous au sein du SECC ?) Je préside la section du quartier de Chiawelo, où je suis très connue… oui, très connue. […] (Vous avez milité dans un civic ou dans un parti avant de rejoindre le SECC ?) Oui, dans un civic évidemment, et à l’ANC […] J’étais à l’ANC jusqu’en 2000. Je faisais partie de la Ligue des femmes de l’ANC… Je m’en occupais à Chiawelo… les gens venaient me voir quand ils avaient un problème… je les aidais, comme maintenant […] (Maintenant, ils viennent vous voir quand ils sont déconnectés, c’est ça ?) Oui, oui, c’est ça. Ils viennent me voir et je préviens les gens d’ici [ndla : le bureau du SECC]… Avant je faisais ça avec l’ANC… et j’aidais les gens comme maintenant… Par exemple, ceux qui ne lisent pas aussi bien l’anglais que moi, je les aide à lire leurs factures… On leur explique ce qu’il faut faire aussi avec l’administration, parce qu’on sait… Je le faisais avant et c’est pareil maintenant… Je faisais aussi des réunions pour expliquer… Comme maintenant. C’est pareil… La même chose. » (Entretien avec la responsable d’une section SECC, le 15 juillet 2009, Soweto)

  • 84 Bohmke H., « South Africa : Former rivals unite to fight ANC attacks », Green Left, 9 mai 2001, <http://www.greenleft.org.au/node/25133>.
  • 85 Siwisa B., « Crowd renting or struggling from below ? The Concerned Citizens’ Forum in Mpumalanga (...)

43Les trajectoires de deux des représentants du Concerned Citizens Forum dans la township noire de Mpumalanga (Durban) renforcent l’hypothèse selon laquelle il serait relativement aisé de transférer un capital militant d’un monde à l’autre. Elles suggèrent en effet la possibilité d’allers-et-retours entre protestation sociale et politique, des allers-et-retours dont on peut noter qu’ils sont le fait d’individus solidement implantés localement. Sipho Mlaba rejoint ainsi le CCF après avoir milité pour l’Inkatha Freedom Party (IFP), ce parti zoulou rival de l’ANC qui, longtemps, domina la vie politique dans la Province du KwaZulu Natal. En conflit avec les instances dirigeantes de son parti et opposé à la politique d’installation de nouveaux compteurs électriques que conduit alors la municipalité IFP84, il renonce à son siège d’élu municipal à la veille des élections nationales de 1999. Lors des mois qui suivent, profitant de la notoriété dont il jouit au sein de la township, Mlaba entreprend d’y animer la protestation. Il est notamment l’un des instigateurs de la « campagne 10 rands » qui, en avril 2001, voit des centaines d’habitants refuser de payer plus que cette somme pour l’ensemble des services urbains. Un an plus tard, pourtant, sa route croise de nouveau celle de l’IFP, qui lui offre de retrouver un siège au sein du conseil municipal. Maxwell Cele a, lui, longtemps milité sous les couleurs de l’ANC avant de se voir offrir la possibilité d’être candidat IFP lors des élections locales de 2000. Finalement vaincu, il caresse un temps l’idée de former un parti indépendant puis s’engage à son tour dans la « campagne 10 rands » de Mpumalanga. Là encore, l’investissement sera pour le moins bref, Cele quittant Durban pour Pietermaritzburg où il cherchera à renouer avec l’activisme politique85.

La mince frontière entre les types de militantisme

  • 86 Bond P., Cities of gold, Townships of coal. Essays on South Africa’s New Urban Crisis, Trenton (NJ (...)
  • 87 Crouzel I., « Le vote et la négociation. La démocratisation du régime sud-africain », Hérodote, no(...)

44Alors même que domine, tant au sein de la protestation que du monde politique, l’idée d’une stricte séparation entre les deux univers, comment expliquer la relative facilité avec laquelle certains groupes ou individus font fructifier dans l’un le capital militant qu’ils ont accumulé dans l’autre ? Un premier élément de réponse est certainement à chercher du côté de la nature de la fameuse démarcation entre activisme politique et activisme mouvementiste. Selon toute vraisemblance, le militantisme partisan, qui dans sa forme actuelle est finalement aussi récent que la démocratie sud-africaine, et l’activisme social ne renvoient pas à deux réalités totalement distinctes. Ce sont deux formes d’engagement qui, au moins au niveau local, revendiquent leur ancrage dans la « communauté ». On a pu en voir les raisons pour ce qui concerne le second. Pour ce qui est du militantisme partisan, notamment celui caractérisant l’ANC, il convient de le réinscrire dans l’histoire de la « Nouvelle Afrique du Sud ». Certaines des pratiques qui lui donnent forme reflètent en effet directement les premières ambitions des gouvernants démocratiques. Les politiques de réparation et de développement qui ont suivi la fin de l’apartheid se sont accompagnées d’une sorte d’impératif de participation et de négociation. Cette orientation avait été esquissée dès la première partie des années 1990, période de sas entre l’apartheid et la démocratie, via la prolifération de forums au niveau des municipalités. Ceux-ci devaient en effet mettre en présence conseillers municipaux sortants, représentants des civics et syndicalistes, et les inciter à négocier des points aussi divers que la tarification des services municipaux, le paiement des arriérés de factures et la fin des boycotts86. Après 1994, les dispositifs de ce type se sont renforcés et institutionnalisés. Il s’agissait, par ce biais, d’élargir la représentation des intérêts sociaux en invitant les groupes intéressés à participer à l’élaboration de politiques dans les domaines du logement, des transports, de la santé ou de l’éducation. Ce « néocorporatisme » devait « faciliter la production d’accords spécifiques [obligeant] les parties en présence et les [associant] au nouvel ordre politique et social87 ». Les propositions de participation se sont ensuite étendues à l’ensemble de la population. On peut y voir l’intégration de certains des éléments qui avaient fait le « succès » de la politique populaire dans les années 1970-1980, notamment cette mobilisation des communautés via l’organisaton de réunions publiques. Les rédacteurs du RDP ont d’ailleurs été des plus explicites quant à cette volonté de donner aux habitants et aux organisations de la « société civile » le sentiment de participer à l’édification de la « Nation arc-en-ciel » ou de dialoguer directement avec les autorités :

  • 88 ANC, Reconstruction and Development Programme: A policy framework, Umanyano Publications, 1994, p. (...)

« Pour les citoyens ordinaires, la démocratie ne doit pas se limiter aux droits formels et périodiques qui garantissent des élections selon le principe un homme/une voix […] L’ordre démocratique que nous envisageons doit encourager une grande variété d’institutions de démocratie participative en partenariat avec la société civile […] et faciliter la démocratie directe : les forums populaires, les référendums quand ils sont appropriés et d’autres processus de consultation88. »

  • 89 Crouzel I., « Le vote et la négociation… », art. cit., p. 20.
  • 90 Cornwall A., Making spaces, changing places. Situating participation in development, Brighton, IDS (...)
  • 91 Les Area Coordinating Teams ont été mis en place afin de répondre aux problèmes rencontrés par la (...)
  • 92 Voir sur ce point Dubresson A. & Jaglin S, « Le dilemme de la gouvernance urbaine au Cap », A. Dub (...)
  • 93 Cité dans Smith L. & Vawa A., « Citizen vs customer : different approaches to public participation (...)
  • 94 Barichievy K., Piper L. & Parker B., «Assessing “participatory governance” in local government: A (...)
  • 95 Piper L. & Deacon R., « Les ward committees à Msunduzi : la participation locale entre influence d (...)
  • 96 Ibid., p. 803.
  • 97 Darracq V., «In the Party, in the Township: the African National Congress (ANC)’s local organizatio (...)

45Plus de deux millions de soumissions ont par exemple été envoyées par la population lors de l’élaboration de la nouvelle constitution89. Mais l’on peut également déceler ici les éléments les plus saillants d’un discours sur le développement particulièrement en vogue dans le monde des années 1990 ; un discours où la participation apparaissait comme l’un des piliers d’une « bonne gouvernance » misant sur la décentralisation. À la même époque, la Bolivie et l’Inde, pour ne citer qu’elles, suivaient en effet des chemins assez comparables : l’une, via l’adoption de la Loi sur la participation populaire, l’autre, au travers de différentes politiques cherchant à garantir la représentation des minorités et à promouvoir un processus plus inclusif dans la prise de décision au niveau local90. En Afrique du Sud, c’est ce type de participation que devaient officiellement favoriser les RDP forums, Community policing Forum, Community development forum et autres Area Coordinating Teams91. Il en a été de même de la refonte du gouvernement local92, institution appelée à s’engager avec les citoyens et les groupes issus de la communauté dans un travail permettant de « trouver les moyens durables de répondre à leurs besoins sociaux, économiques et matériels et d’améliorer la qualité de leurs vies93 ». Construite au travers de plusieurs lois, dont la première fut adoptée dès 1998, cette réforme était censée ouvrir la voie d’une « gouvernance participative94 » à tous les habitants, par le biais de différents mécanismes : le droit de pétition, l’obligation pour les municipalités d’informer les habitants sur les politiques locales (notamment par le biais de comptes-rendus publics), de les consulter sur le budget annuel (via la possibilité de « commentaires ») ou encore, sur l’évaluation de la sous-traitance des services urbains95. Mais l’une des créations les plus notables de cette refonte institutionnelle a certainement été celle des comités de circonscription (ward committees). Pensées sur le modèle des civics et présidées par les élus locaux, ces structures doivent offrir une représentation équitable des divers intérêts sociaux s’exprimant au sein de la circonscription. Elles ont dès lors le devoir d’identifier les besoins de la population et la possibilité de faire des recommandations en ce sens au conseil municipal ou métropolitain96. De manière plus officieuse, les ward committees ont également servi la cause de certaines municipalités ANC désireuses de s’assurer une mobilisation populaire en phase avec les politiques du gouvernement (en promouvant le paiement des factures d’eau et d’électricité, notamment) et, dans le même mouvement, de contenir l’agitation sociale, surtout après les vagues de manifestations de 2004/2005. C’est d’ailleurs dans cette perspective que l’on peut comprendre l’investissement massif des militants locaux de l’ANC, du SACP et de SANCO dans les divers lieux créés au nom de la participation du plus grand nombre. Dans certains cas, cette situation a reflété la volonté de militants locaux de renforcer leur influence personnelle sur la vie de la communauté. Mais dans d’autres, il s’est agi de répondre aux injonctions de la direction nationale de l’ANC. Le parti majoritaire a en effet enjoint ses militants de peupler en nombre ces dispositifs participatifs afin d’être en capacité de mieux mobiliser dans les townships et, plus encore, de promouvoir sur le terrain l’agenda et les politiques du gouvernement97. Une telle recherche d’influence n’est certainement pas propre à l’ANC comme semblent le confirmer les propos de certains anciens militants du PAC ou de l’Inkhata. Mais, et c’est ce qui doit ici retenir notre attention, elle a surtout façonné un militantisme partisan très ancré dans la communauté et présent sur de nombreux fronts de la vie locale. Les caractéristiques de ce militantisme se sont par conséquent rapprochées de celles de l’activisme social tel qu’il s’est défini depuis de longues années dans les pratiques de leaders communautaires ou de responsables associatifs divers.

46Un autre facteur contribue à la porosité de la frontière entre militantisme politique et activisme social : celui, déjà évoqué, du multi-engagement de nombreux individus se trouvant au cœur de la protestation sociale post-apartheid. Le plus souvent diachroniques, ces engagements ont parfois pu être synchroniques au début des années 2000. En atteste, entre autres, le cas de cette habitante d’une township du Cap qui coordonne l’activité de l’AEC dans son quartier tout en étant à la tête du civic et d’une soupe populaire abritée par la mosquée locale. Elle même n’estime pas nécessaire de distinguer ou de différencier ses engagements les uns des autres :

  • 98 Gertrude Square, activiste au sein du Valhalla Park AEC et responsable locale d’un civic, propos t (...)

« Je ne suis pas seulement occupée par les expulsions et tout ce qu’il y a autour. Je suis occupée par les gens qui se battent pour recevoir leur pension de retraite, leurs allocations de handicapés […], par les enfants abandonnés. Par tout98. »

  • 99 McAdam D., Tarrow S. & Tilly C., Dynamics of contention, Cambridge, Cambridge University Press, 20 (...)

47À la même époque, dans une township voisine, d’autres activistes protestataires militent parallèlement au sein de l’ANC et/ou d’un syndicat. À Grahamstown, au début des années 2010, l’Unemployed People’s Movement est pour sa part peuplé de militants du COPE et de la Democratic Alliance. Bien que divers, ces exemples suggèrent l’existence d’un « continuum de l’action collective99 » qui rend évidemment problématique une approche cloisonnant totalement militantismes politique, associatif, syndical et mouvementiste. Au moins au niveau local. Ces situations peuvent parfois se révéler épineuses, comme le suggèrent les divisions qui gagnent l’UPM à la veille des élections municipales de 2011, mais elles n’engendrent pas de schizophrénie sociale chez ces militants : leur multi-appartenance, justifiée par leur envie de « servir la communauté », leur offre avant tout d’apparaître sur tous les fronts.

  • 100 En 2009, le SECC disposait de 2 branches – ou sections – à Dlamini, une à Naledi, cinq à Chiawelo, (...)

48Enfin, les glissements opérés par différents groupes du monde politique vers celui du mouvement social ont parfois influencé la structure même des entités protestataires. La présence d’anciens militants politiques a en effet nourri un phénomène d’isomorphisme. Plusieurs collectifs (Abahlali baseMjondolo et le SECC, par exemple) disposent ainsi d’instances dédiées à la « jeunesse » ou aux retraités, à l’instar de l’ANC ou du PAC. Le bureau de l’Anti-Privatisation Forum, construit autour d’un chairperson, d’un secrétaire et d’un trésorier, est a priori un décalque assez fidèle de la composition du bureau exécutif de l’ANC. Le déploiement du SECC en différentes branches dans les différents quartiers de Soweto rappelle, quant à lui, le découpage local adopté par le parti au pouvoir100.

Les camarades de l’extérieur

Pourquoi s’engagent-ils ?

  • 101 McCarthy J. D. & Zald M., « Ressource mobilization and social movements : a partial theory », Amer (...)
  • 102 Reynaud E., « Le militantisme moral », H. Mendras (dir.), La Sagesse et le désordre. France 1980, P (...)
  • 103 McAdam D., Freedom Summer, Oxford, Oxford University Press, 1988.
  • 104 Comme le rappelle Hélène Mainet-Valleix, les Indiens, qui représentaient 2,6 % de la population to (...)

49On trouve, engagés à des degrés divers dans les mobilisations au centre de ce livre, des femmes et des hommes que les autres activistes présentent régulièrement comme des « city-based comrades », « city-based activists » ou « middle-class comrades ». Il s’agit, plus simplement, d’individus ne vivant pas dans les townships ou les camps de squatters et qui, par conséquent, ne partagent pas les conditions de vie de ceux dont les organisations protestataires revendiquent la défense. La sociologie des mobilisations s’est déjà longuement intéressée à ce type d’individus, les désignant le plus souvent comme des « contributeurs par conscience101 » ou des « militants moraux102 » : une première observation peut laisser croire qu’ils ne tireront pas de bénéfices directs de l’éventuel succès d’une cause ne les concernant pas au premier chef. Le cas des étudiants blancs qui, dans l’Amérique des années 1960, s’engagèrent activement pour le respect des droits civiques des Noirs dans les états du Sud103, a fourni une assez belle illustration de cet engagement à première vue désintéressé et altruiste. Et l’Afrique du Sud contemporaine ne semble pas en reste. Les individus qui nous intéressent ici sont en effet des descendants d’Européens ou des Indiens104, majoritairement issus des classes moyennes éduquées, qui prennent fait et cause pour l’amélioration des conditions de vie de populations pauvres noires ou métisses. Que le gouvernement accède aux revendications portées par la protestation sociale – celles relatives à la construction de logements ou à l’arrêt des coupures d’eau et d’électricité – ne modifierait apparemment en rien le cours des vies de ces femmes et de ces hommes vivant dans les banlieues calmes des grandes agglomérations sud-africaines.

  • 105 Collovald A., « Pour une sociologie des carrières morales des dévouements militants », A. Colloval (...)
  • 106 À ma connaissance, seuls les postes de coordinateurs régionaux de l’APF et ceux d’organisateur et (...)
  • 107 Péchu C., Droit Au Logement. Genèse et sociologie d’une mobilisation, Paris, Dalloz, coll. « Nouve (...)
  • 108 Ibid.
  • 109 Neveu É., Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 5e édi (...)

50Évidente au premier abord, la notion de « militant moral » s’est rapidement révélée problématique et source de controverses au sein des sciences sociales. Sa pertinence poserait d’autant plus question, selon Annie Collovald, que « tout militant est un “militant par conscience” puisqu’il ne ressemble jamais, socialement, culturellement, politiquement à ceux dont il plaide la défense et ne retire jamais les mêmes profits que ces derniers105 ». Si cette mise en garde doit conduire à un usage prudent de la notion, elle ne doit néanmoins pas en faire oublier le principal intérêt : aider à saisir la diversité des attentes et des ressources au sein d’un même mouvement. Et cela est particulièrement flagrant dans le cas sud-africain. Certes, les militants noirs et métis les plus investis, et notamment les leaders, se distinguent souvent de ceux dont ils disent porter la colère, principalement par leurs niveaux d’éducation et de politisation. Mais ils partagent la même condition sociale : tous habitent dans des quartiers de maisons frustes où les déconnexions demeurent une actualité ou une menace sérieuse, ou dans des camps de baraques en tôle, en bois et en carton ; tous, ou presque106, vivent également d’expédients. Ces caractéristiques sociales et résidentielles les éloignent donc fortement des soutiens extérieurs. On peut en revanche considérer, à la suite de Cécile Péchu, que la « distinction théorique entre engagements “intéressés” et engagements “désintéressés” », censée dessiner une frontière entre les militants moraux et les autres, « n’est pas recevable107 ». McCarthy et Zald, rappelle la sociologue, ont d’ailleurs pris soin de préciser que « l’engagement des contributeurs par conscience relève, comme celui des bénéficiaires, d’une explication olsonienne, donc en termes d’incitations individuelles à l’engagement collectif108 ». Et l’on entrevoit sans peine certains de ces intérêts ou incitations, à la fois non-immédiats et souvent symboliques, qui peuvent expliquer que ces individus s’investissent dans un combat leur étant a priori étranger. Le sentiment de défendre une « juste cause109 », par exemple, peut suffire à engendrer une satisfaction morale chez ces chercheurs indépendants, juristes, universitaires ou étudiants.

  • 110 Pierru E., « Militants par conscience », O. Fillieule, L. Mathieu & C. Péchu, Dictionnaire des mou (...)
  • 111 Gross N., Richard Rorty. The Making of an American Philosopher, Chicago, Chicago University Press, (...)
  • 112 Voir le chapitre 6.
  • 113 Cefaï D, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte/MAU (...)
  • 114 Entretien 17 juillet 2009, Johannesburg.

51Peut-être doit-on avant tout conclure des controverses scientifiques évoquées plus haut que le militantisme « moral » ou « par conscience » renvoie moins à « un concept explicatif qu’[à] un programme de recherche110 » ; un programme que l’exemple sud-africain peut, peut-être, contribuer à étoffer. L’une des pistes qu’il peut suggérer d’emprunter repose sur l’hypothèse suivante : par-delà les soupçons de rétributions et de profits ou les revendications d’altruisme et de désintéressement, le militantisme moral se nourrit en partie de ce que Neil Gross appelle le « self-concept111 ». Gross, sociologue des idées, parle, plus exactement, d’intellectual self-concept, ce récit plus ou moins stabilisé auquel recourt un penseur pour comprendre et dire ce qu’il est en tant qu’intellectuel. Produit des différentes vagues de socialisation et des configurations institutionnelles que traverse un individu, le self-concept agit comme une contrainte psycho-sociologique. Il serait, de ce fait, l’une des clefs pour « prédire » et lire les choix et les comportements d’un individu. Ceux-ci résultent fréquemment de mises en cohérence avec les réflexions sur soi et sentiments divers qui s’entrelacent dans cette définition que chacun donne et se donne de lui-même. Cet élément identitaire est certainement un élément de plus pour comprendre, même a minima, ce qui motive les militants moraux ; ce qui les meut. On peut entreprendre de le reconstituer dans le cas sud-africain en revenant sur les histoires individuelles et collectives récentes de ces femmes et de ces hommes. Leur désapprobation des orientations politiques adoptées par les dirigeants de l’ANC ou du SACP les a conduits à se détacher de ces organisations à partir de la seconde moitié des années 1990. Ils estiment, plus généralement, ne plus avoir leur place dans un espace politique marqué par l’absence de la gauche ou par la soumission de ceux qui s’en revendiquent à un agenda « conservateur » et « néolibéral ». Leur regard s’est donc logiquement porté sur les luttes menées sur le « terrain ». Peut-être peut-on relever quelque stratégie derrière cet intérêt, notamment chez ceux qui entendent défendre un jour les couleurs mouvementistes dans le champ politique112 : toute avancée du mouvement social est potentiellement une brèche dans le capital politique de l’alliance gouvernementale. Une telle analyse n’épuise cependant pas les fondements du militantisme de ces dizaines de femmes et d’hommes. S’y joue également « la configuration d’un Soi [dans ses] textures identitaires les plus intimes […]113 » : prendre fait et cause pour la protestation sociale permet à ces « city-based comrades » de continuer à se percevoir et à s’affirmer avant tout en militants « de gauche », même (ou surtout) hors du champ politique. Pour preuve de la prégnance de cette identité, c’est elle que l’un des cofondateurs de l’Anti-Privatisation Forum met en rapport avec son choix de vivre dans un quartier ouvrier de Johannesburg loué pour la place qu’y occupe la « solidarité114 ». Elle affleure également dans la manière dont il justifie son acceptation, au début des années 2010, de siéger dans le bureau d’une association de défense des droits des homosexuels alors même que, de son propre aveu, il ne connaît pas particulièrement le sujet.

  • 115 Alors que je leur demandais d’éclairer les propos d’un universitaire (proche de l’organisation) ay (...)
  • 116 Pierru E., « Militants par conscience », op. cit.

52Cette identité, et la place qu’elle prend dans les motifs d’engagement de ces militants un peu à part, influent sur la vie des organisations protestataires. Les manières de voir de certains des camarades de l’extérieur sont parfois à l’origine de tensions avec des activistes qui, au niveau des townships ou des campements, peuvent refuser d’inscrire systématiquement et prioritairement leur lutte dans le clivage gauche/droite ou dans l’anti-capitalisme115. Des décalages se font ainsi jour entre des habitants mobilisés autour de revendications somme toute limitées (la construction de maisons sur telle ou telle parcelle, l’installation de robinets d’eau dans tel ou tel campement) et des groupes plus enclins à faire de ces combats une première étape dans la convergence des luttes contre le « néolibéralisme ». Ces situations viennent rappeler que la notion de « militants moraux » est aussi une entrée privilégiée dans la réflexion sur « l’hétérogénéité interne des mouvements de “pauvres sans ressources” » et le repérage des « types d’alliances stratégiques qui se nouent entre les bénéficiaires et leurs soutiens “par concience”116 ».

Qui sont-ils ?

  • 117 Entretien, Johannesburg, le 16 juillet 2009.

53On peut, de manière certes très schématique, isoler deux groupes au sein de cette population militante que forment les camarades de l’extérieur. Le premier est composé d’individus au moins quadragénaires dans les années 2000 et qui, même s’ils n’y ont pas toujours directement pris part, attribuent à la lutte contre l’apartheid une influence directe sur leur intérêt pour la politique. Certains, parmi les plus jeunes, évoquent par exemple le rôle d’un frère ou d’une sœur ainés militant dans des associations d’étudiants blancs opposées à l’apartheid au début des années 1980. C’est le cas de cette sociologue qui enchaîne les contrats de recherche à l’université de Johannesburg et se dit issue d’une famille « pas vraiment politisée » mais « anti-raciste ». Son frère aîné, étudiant à la fin des années 1970, l’a sensibilisée à « ce qui se passait alors » (i. e. le soulèvement de la jeunesse noire). Nièce d’un mineur syndiqué qui participa à une grande grève d’ouvriers blancs en 1982, elle entre à l’université en 1986. « Marquée » par le contexte national, et notamment par les actions menées sur fond d’état d’urgence par le United Democratic Front, elle « rencontre » alors vraiment « la politique » et fait le choix d’adhérer la National Union of South African Students, une association d’étudiants blancs « proche des Noirs dans les années 1970 ». La période étudiante la voit multiplier les engagements, comme celui en faveur des agents d’entretien de l’université. Elle est, à cette occasion, familiarisée au « trotskysme » par d’autres étudiants et rejoint la section de Johannesburg du Parti communiste après la légalisation de ce dernier117.

  • 118 Legassick M. (propos recueillis par Alex Lichtenstein), « The past and present of marxist historio (...)
  • 119 Le 21 mars 1960, à l’appel des dirigeants du Pan Africanist Congress, un parti fondé par des dissi (...)
  • 120 Entretien, Cape Town, le 23 mai 2010.

54Pour quelques uns parmi les plus âgés de ce premier groupe, le lien avec la Lutte est plus direct. Martin Legassick, professeur émérite à l’université du Western Cape et spécialiste de l’histoire du socialisme, révélait en 2002 que « Sharpeville avait eu un énorme impact sur [lui]118 ». C’est à l’occasion de cet épisode particulièrement violent et tragique survenu le 21 mars 1960119 que Legassick, qui a alors 20 ans, dit avoir entendu parler pour la première fois de l’ANC (« Une révélation »). Dans les mois qui suivent, il participe aux comités étudiants contre la ségrégation universitaire mis en place à l’université du Cap et enseigne bénévolement dans des townships de la région où, à la différence de la majorité de ses concitoyens, il prend concrètement la mesure des nombreux effets de la ségrégation. C’est également à cette époque qu’il fait la connaissance de militants de la National Union of South African Students, une organisation qu’il se propose de représenter au Royaume-Uni après l’obtention d’une bourse pour étudier au Balliol College d’Oxford. S’ouvre alors une période qu’il assimile à un « éveil politique ». Elle est tout d’abord marquée par la rencontre et la fréquentation des dirigeants ANC et SACTU exilés à Londres. C’est également depuis le Royaume-Uni que Legassick contribue, aux côtés de quelques intellectuels et syndicalistes de sensibilité trotskyste, à la formation de la Marxist Workers’Tendency (MWT) au sein de l’ANC. La MWT critique notamment le choix fait par les communistes de considérer que la « révolution nationale » doit, en Afrique du Sud, précéder la transition vers le socialisme. Ce positionnement vaudra à Legassick et à quelques autres membres de cette tendance d’être suspendus de l’ANC, puis finalement exclus en 1985120.

  • 121 Entretien avec un responsable d’ONG et activiste de l’AEC et d’Abahalali, Cape Town, le 21 mai 201 (...)
  • 122 Ce jeune homme estime d’ailleurs que son intérêt pour la politique tient peut-être moins aux engag (...)
  • 123 Entretiens avec deux jeunes militants du Zabalaza Anarchist Communist Front, Johannesburg, juillet (...)

55Le second groupe est, quant à lui, composé d’hommes et de femmes qui sont, pour la plupart, nés dans le courant des années 1980. Ils n’entretiennent généralement qu’un lien très lâche avec la lutte contre l’apartheid et ne l’évoquent que rarement dans le cadre d’entretiens. C’est principalement une défiance affichée envers les formes les plus institutionnalisées de l’activité politique qui semble, au premier abord, les rassembler. Un certain nombre d’entre eux considère en outre que la rencontre avec la politique a relevé du hasard. Pour l’un, dont la famille (« très conservatrice ») a émigré aux États-Unis dans les années 1980, le début d’une « prise de conscience politique » correspond au suivi des cours de development studies professés à Berkeley (Californie) par une enseignante sud-africaine121. À l’instar de ce jeune homme, la plupart des personnes interrogées évoque une proximité familiale assez faible (voire nulle) avec la politique. Le cas de ce militant dont le grand-père et le père ont pris part à la critique « blanche » de l’apartheid (l’un en s’investissant dans un parti qui sera interdit à la fin des années 1950, l’autre en participant aux activités d’une association d’étudiants blancs opposés au régime122), est dès lors assez peu exemplaire. Le plus souvent, ce sont des lieux autres que la famille (régulièrement qualifiée de « classe moyenne ») ou l’entourage proche qui sont avancés comme principaux cadres de socialisation politique. Il peut s’agir des milieux associatifs lycéen et étudiant (syndicats ou ONG de type Amnesty International, par exemple), ou de milieux culturels spécifiques, comme le suggère le cas de ces deux jeunes activistes blancs proches de l’APF pour qui la rencontre avec la politique (et plus précisément, avec l’« anarcho-communisme ») a lieu à la fin de l’adolescence, dans le milieu punk de Johannesburg123.

  • 124 Ion J., La Fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997.
  • 125 Fillieule O., « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post script (...)
  • 126 Fillieule O. & Pudal B., « Sociologie du militantisme », art. cit., p. 174.
  • 127 Entretien avec Martin Legassick, le 21 mai 2010, Cape Town.

56Une lecture un peu rapide conduirait certainement à considérer que l’âge offre la frontière la plus appropriée à qui voudrait séparer ces deux groupes. Il suffirait alors d’avancer que les plus jeunes ont presque naturellement une préférence pour un engagement dans des structures moins formelles et moins hiérarchisées que les partis politiques ou les syndicats (ce qui reviendrait d’ailleurs à prendre pour argent comptant tout le discours sur l’absence de hiérarchie dans les organisations protestataires) et un goût plus prononcé pour un « militantisme distancié124 » ou pour la « politique autrement ». Une telle analyse fait cependant l’économie d’importants détails. En effet, si l’âge doit être pris en compte, s’il doit se voir accorder une quelconque vertu explicative, ce n’est pas tant en soi qu’une fois mis en relation avec les différents contextes dans lesquels s’opèrent ou se sont opérés les engagements. Comme le note Olivier Fillieule, « le passage à l’acte, pour tous ceux qui sont potentiellement en situation de s’engager ou de se désengager dans un champ de lutte donné, dépend autant de conditions contingentes (rencontre, situation géographique, etc.) et d’une idiosyncrasie personnelle que du champ des possibles politiques125 ». Et l’on peut assez facilement, dans le cadre sud-africain, chercher à dessiner les contours du « champ des possibles politiques » qui prévalait au moment des engagements des différents individus étudiés. Une telle démarche implique avant tout de saisir les offres successives de causes politiques mais également la « manière dont les groupements sollicitent ou découragent les engagement au moyen de leur image publique et d’un ensemble d’outils de sélection126 ». Dans le premier groupe, le passage dans des partis comme l’ANC, le PAC ou le SACP, se fait dans les années 1990, et même avant pour ceux qui rejoignent ces organisations dans la clandestinité ou l’exil des années 1970 et 1980. Succèdant le plus souvent à la découverte de la politique dans le milieu familial ou scolaire, ces ralliements se décident donc à un moment où l’engagement « à gauche » ou en faveur du socialisme se confond avec celui contre l’apartheid et se vit dans les rangs de ces formations. C’est en partie pour cette raison que Martin Legassick, bien qu’exclu de l’ANC dans les années 1980, continue de soutenir ce parti lorsqu’il regagne l’Afrique du Sud après 1991, vote pour ses candidats en 1994 et demande, en vain, sa réintégration127. En revanche, à partir de la fin des années 1990, cet état des choses se modifie : pour ceux qui sont alors en âge de s’engager politiquement et qui revendiquent déjà un attachement à la gauche (né durant les années de lycée ou à l’université), l’espace politique institutionnalisé et les partis qui le peuplent n’apparaissent pas comme les lieux les plus adéquats d’engagements « progressistes » ou « radicaux ». Au même moment, un certain nombre d’événements laisse en effet entrevoir une « chasse à la gauche » au sein de l’hégémonique Alliance. Parallèlement, le discours sur le tournant « néolibéral » dans lequel l’ANC et la Democratic Alliance auraient embarqué la scène politique nationale, gagne en évidence dans les mondes militants et intellectuels. Se développe par conséquent, dans l’esprit de ces jeunes activistes, la représentation d’un monde politique à la fois fermé et résolument tourné vers le « conservatisme », à la différence d’un mouvement social où l’essentiel semble encore à reconstruire au début des années 2000.

Des personnes-ressources

  • 128 Entretien avec un activiste « blanc » d’Abahlali et de l’Anti-Eviction Campaign au Cap, le 22 mai (...)
  • 129 Entretiens avec deux militants du mouvement anarchiste Zabalaza, proche de l’APF, Johannesburg, 18 (...)
  • 130 Mckinley D. et Veriava A., Arresting Dissents, op. cit.

57Les « camarades de l’extérieur » ont investi à des degrés divers les organisations protestataires. Certains, impliqués dans les fondations de ces dernières, occupent ainsi, à un moment ou un autre des années 2000, des fonctions de porte-parole, de trésorier, voire de chairperson : l’essayiste Ashwin Desai pour le Concerned Citizens Forum, le chercheur indépendant Dale McKinley et le syndicaliste John Appolis au sein de l’Anti-Privatisation Forum. D’autres revendiquent avant tout un statut de « simple » activiste (« regular activist »128), qui peut se traduire par un soutien essentiellement logistique car consistant à assurer les conditions les plus concrètes de la mobilisation : réservation des endroits où doivent être organisés les meetings, négociation du prix du transport des sympathisants et militants sur les lieux d’une manifestation, attention portée à la bonne coordination des différents groupes lors de ce type d’événement, etc. Leur capital social peut également être mis à contribution afin, entre autres, de garantir la présence de journalistes lors du lancement d’une campagne. Il peut aussi être utilisé pour lever rapidement les fonds nécessaires à la libération d’un activiste arrêté à la suite d’une reconnexion illégale129. Sociologue, figure des années de lutte contre l’apartheid, biographe officielle de Nelson Mandela puis partie prenante de la création du Concerned Citizens Forum, Fatima Meer peut ainsi jouer de ses entrées dans le monde politique pour intervenir à tous les niveaux gouvernementaux, jusqu’au Cabinet présidentiel, et attirer l’attention sur les conditions de vie des habitants les plus pauvres de Durban130.

  • 131 Les activistes vivant dans les townships et camps de squatters auraient cependant bénéficié, depui (...)
  • 132 Le Freedom Day se tient le 27 avril, date anniversaire de la première élection démocratique en Afr (...)
  • 133 Entretien avec l’un des chercheurs du CCS, Durban, le 9 juillet 2009.

58Ces individus disposent également de ressources matérielles utiles à la préparation de la mobilisation. Il peut s’agir d’ordinateurs, mais aussi d’adresses électroniques qu’ils peuvent consulter régulièrement à la différence de nombreux activistes vivant dans les townships131. Cette dernière ressource, à première vue très banale, voire anecdotique, permet à certains d’entre eux d’alimenter rapidement les nombreuses mailing-lists associées aux organisations protestataires et de diffuser ainsi, aux quatre coins du monde, l’annonce de l’expulsion imminente de centaines de squatters ou la pétition dénonçant l’agression d’activistes par des militants ANC. Ces ressources peuvent également être financières. Il n’est ainsi pas rare que ces activistes prennent en charge la conception et le financement du matériel « protestataire ». Les militants de Keep Left, groupe politique « trostkyste » affilié à l’APF et principalement constitué d’intellectuels blancs, contribuèrent, par exemple, à la réalisation de certains t-shirts du Soweto Electricity Crisis Committee ou à celle d’affiches accompagnant une campagne contre les compteurs d’eau à prépaiement. À Durban, la contribution à la protestation du Centre for Civil Society (CCS) de l’université du KwaZulu Natal et de ses chercheurs n’est pas qu’intellectuelle. Lorsqu’en 2006, les dirigeants d’Abahlali décident d’organiser un contre-événement pour protester contre la célébration nationale du Freedom Day132, le CSS finance le transport des centaines de participants sur le lieu de rassemblement et prend en charge l’impression de la brochure explicative qui leur est alors distribuée133.

  • 134 À Soweto, des militants anarchistes ont, à la fin des années 2000, organisé des séances de lecture (...)
  • 135 <http://www.municipalservicesproject.org>.
  • 136 Fiil-Flynn M. (avec le Soweto Electricity Crisis Committee), The Electricity Crisis in Soweto, Joh (...)

59Exerçant majoritairement des professions intellectuelles (chercheurs indépendants, universitaires, étudiants, essayistes, juristes), ces femmes et ces hommes sont susceptibles de fournir des ressources savantes à la protestation. Il peut par exemple s’agir d’un travail de conscientisation ou de formation passant par la tenue d’ateliers « politiques » dans les zones pauvres. Les activistes qui y participent peuvent, entre autres, se familiariser et discuter l’œuvre de penseurs marxistes ou anarchistes134, et acquérir de ce fait de nouveaux arguments d’autorité susceptibles d’être réutilisés lors des campagnes menées dans leurs quartiers. Ce dernier exemple est d’ailleurs à mettre directement en relation avec le développement d’une recherche associant savoirs experts (fournis par les universitaires et chercheurs proches des organisations) et profanes (produits par les retours d’expérience que certains activistes collectent sur le terrain). Lors des premiers mois de l’année 2001 et alors que le Soweto Electricity Crisis Committee commence à s’organiser, c’est dans cette optique que le Municipal Services Project se met en place à Johannesburg. Cette structure réunissant des enseignants, des chercheurs et des avocats, se donne pour tâche de faire émerger des « alternatives à la privatisation et à la marchandisation » de certains services publics135. Ses membres entreprennent ainsi de mieux cerner la « crise de l’électricité » qui sévit à Soweto en multipliant les entretiens auprès des habitants les plus touchés par ce mal136. Épaulés par des activistes du SECC lors des porte-à-porte, les chercheurs produisent au final un travail soulignant l’incapacité financière d’une majorité de Sowetans à payer les factures d’électricité et, par conséquent, l’emprisonnement de nombre d’entre eux dans la spirale des arriérés de paiements. De telles conclusions battent opportunément en brèche les accusations portées par les autorités contre des « mauvais payeurs » ne faisant que reproduire le boycottage expérimenté sous l’apartheid. Elles se muent alors en ressources pour les militants du SECC :

  • 137 Trevor Ngwane, cité dans McIness P., Making the kettle boil : Rights Talk and Political Mobilisati (...)

« Ça a été extrêmement utile. De différentes manières… Ça a consolidé l’allégeance, la loyauté et l’engagement des camarades du SECC qui ont participé à la recherche […] Et ils pouvaient dire lors des rassemblements publics : “Je pensais que j’étais pauvre mais quand je suis allé de maison en maison, j’ai su que j’étais privilégié” […] Ça a authentifié notre argument… Ça a aidé à faire du SECC une organisation de masse. Parce que la première grande réunion publique que l’on a organisée l’a été autour des résultats de la recherche. Tu sais, on tenait des réunions dans différentes townships et avec la recherche, on appelait toute la communauté à venir. Et on disait : “Hey, on vient de mener des recherches, regardez comme ils mentent quand ils disent que nous ne voulons pas payer…”137 »

Un engagement immanquablement suspect ?

  • 138 Combes H., Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique, Paris, Karthala, coll. « Recherches int (...)

60L’investissement des « camarades de l’extérieur » dans la cause ne semble cependant pas totalement relativiser le fait qu’ils ne partagent pas les conditions de vie des populations des townships et ne sont pas exposés au même risque de répression138 : les activistes vivant dans les townships, au cœur du théâtre des opérations, sont susceptibles d’être soumis à un harcèlement continu des forces de l’ordre, à la différence des « camarades » blancs vivant dans les banlieues calmes des agglomérations. Subsiste par conséquent, chez certains activistes noirs ou coloured, une forme de suspicion, qui transparaît par exemple lorsque j’évoque, devant la responsable d’une organisation affiliée à l’APF, le cas de deux porte-parole blancs de cette structure :

« Eux, ils ne sont pas sur le terrain, tu vois ? Ils ne viennent jamais aux marches que nous organisons dans les townships… Ils disent qu’ils ne peuvent pas… Ils disent qu’ils ont du travail… Donc ils ne viennent pas sur le terrain… Mais, bon, c’est vrai que [X] a une bonne expérience politique… Ça, c’est utile… Et [Z] a une expérience du monde du travail (“labour-side experience”). » (Entretien, le 15 juillet 2009, Johannesburg)

  • 139 Entretien, le 17 juillet 2009, Johannesburg.
  • 140 Entretien, le 18 mai 2011, Johannesburg.

61Se dessine ici la critique d’un engagement qui serait avant tout « intellectuel » ou, pire encore, essentiellement dicté par l’entretien d’une « bonne conscience » propre aux élites blanches progressistes. Ce reproche semble d’ailleurs intégré et, en un sens, légitimé par plusieurs activistes blancs que leurs profils respectifs placeraient justement dans la catégorie des « intellectuels ». C’est le cas, par exemple, du chercheur indépendant Dale McKinley, co-fondateur de l’Anti-Privatisation Forum. Regrettant la « notabilisation » d’un mouvement social principalement incarné par des « intellectuels », ce docteur en science politique se perçoit pour sa part au « croisement » de ce groupe et de celui que forment les militants. Lorsque je le rencontre pour la première fois en 2009, il rappelle être alors « élu depuis dix ans dans une organisation d’activistes » et n’avoir « jamais eu de position dans une ONG ou à l’université ». Ce statut ferait d’ailleurs de lui un « guerilla academic », capable d’intervenir dans le monde universitaire en donnant une conférence, de s’exprimer sans se censurer puis de se retirer (« si tu restes trop longtemps, tu perds139 »). Et cet ancien cadre du Parti communiste de regretter, plus généralement, la disparition d’une certaine tradition : celle qui, dans les années 1970 et 1980, avait conduit nombre d’intellectuels blancs à « enraciner » leur réflexion dans le contexte de la lutte140. Le décalage actuel entre les « intellectuels de la classe moyenne » (middle class intellectuals) et le « terrain » expliquerait, selon lui, certaines des tensions internes ayant travaillé les organisations protestataires dans les années 2000. Les débats autour de l’adoption d’une stratégie devant conduire à contester devant les tribunaux la légalité de certaines mesures prises par les autorités publiques ou leurs délégataires (comme l’installation des compteurs d’eau à prépaiement et les coupures d’électricité frappant les ménages ne payant pas leurs factures) illustreraient parfaitement cette situation. Loin de traduire des oppositions idéologiques ou purement politiques, ces divergences révéleraient avant tout la méconnaissance et le désintérêt de certains activistes blancs pour les conditions les plus concrètes de la protestation sociale :

« Après des années de combat, de confrontation avec la police, d’arrestations après les manifestations, les compagnies de sécurité privées, les procès… Ça n’était plus tenable… Et ce sont les gens eux-mêmes, à Phiri (Ndla : le quartier de Soweto où ont été installés les premiers compteurs d’eau à prépaiement), qui n’en pouvaient plus […] Ils ont commencé à vouloir discuter d’autres tactiques […] “Que peut-on faire d’autre ? On ne peut pas sortir tous les jours, jeter des pierres et affronter les flics” […] Parce que toutes les batailles se terminaient alors en prison […] Les discussions ont commencé, sur les alternatives. Et l’une des options qui est apparue a été celle des recours juridiques (court cases) […] Il y avait tous ces intellectuels, ces universitaires qui disaient que la loi était bourgeoise, que la Constitution ne voulait rien dire, que tout ça, c’était de la foutaise parce que c’est inscrit dans le système capitaliste […] Si tous ces intellectuels issus de la classe moyenne étaient allés manifester à Phiri et s’ils s’étaient retrouvés en prison, l’histoire aurait été différente. Mais ils ne l’ont pas fait. Ils encourageaient les pauvres à le faire et disaient que nous n’étions pas assez radicaux ou pas assez révolutionnaires. Pour moi, c’est fourbe. C’est un argument fourbe. » (Entretien avec Dale McKinley, 18 mai 2011, Johannesburg)

62La prise de distance à l’égard d’un engagement purement « intellectuel », sans ancrage dans la réalité des plus pauvres, est également repérable dans la présentation de soi à laquelle se livre l’historien Martin Legassick, professeur émérite à l’université du Western Cape :

« Quand je suis avec Abahlali ou l’Anti-Eviction Campaign, je suis un activiste […] Mon rôle principal est de discuter avec les dirigeants du mouvement social, de discuter des questions de stratégies, de tactiques… Donner des conseils sur ces questions… Mais je participe aussi aux marches, aux réunions publiques. (Mais selon vous, quel est le rôle d’un intellectuel de gauche vis-à-vis d’un mouvement social ?) Je pense que ça devrait être lié au développement éducatif… C’est ce que j’essaie de faire en organisant des ateliers d’éducation politique [dans les townships]… Surtout pour la jeunesse. » (Entretien avec Martin Legassick, universitaire et « activiste » de l’AEC, 23 mai 2010, Cape Town).

63Ce souci de rappeler les dimensions les plus concrètes de son investissement dans la cause, de souligner que l’on prend part aux moments les plus élémentaires et les moins exaltants de l’engagement, est censé donner certaines garanties et faire pièce aux soupçons. Ce sont ces mêmes soupçons qui justifient que des activistes m’interrogent régulièrement sur la contribution que mes recherches peuvent apporter au « combat ». Ils conduisent parfois à la mise à l’épreuve. Lors d’un premier contact avec un mouvement de squatters de Cape Town, et alors même que mon accent devrait m’éviter ce genre de questions, il m’est ainsi demandé de prouver que je n’appartiens pas aux services de renseignement sud-africains.

  • 141 Entretien avec Nobanthu, membre d’Abahlali baseMjondolo Western Cape, Cape Town, 19 mai 2010.
  • 142 Voir la lettre qu’adressent les porte-parole de l’AEC à l’hebdomadaire Mail & Guardian après la pa (...)
  • 143 S’bu Zikode, cité dans Tolsi N., « on the far side of the left », Mail & Guardian, 8 décembre 2006
  • 144 Voir les « notes » mises en ligne sur le site d’Abahlali baseMjondolo quelques jours après la pert (...)
  • 145 James H. Cone est considéré comme l’un des principaux théoriciens de la théologie noire de la libé (...)
  • 146 Gibson N. C., Fanonian Practices…, op. cit., p. 47.
  • 147 « The Black Consciousness Movement : The formative Years, 1967-1971 », T. G. Karis & G. M. Gerhart(...)
  • 148 Bundy C., « Street Sociology and Pavement Politics : Aspects of Youth and Student Resistance in Ca (...)
  • 149 Lodge T., Black Politics in South Africa since 1945, Londres et New York, Longman, 1983, p. 324.

64Une telle défiance n’est pas seulement réservée aux « intellectuels ». Elle s’exprime aussi à l’égard des Organisations non gouvernementales (ONG) et de leurs salariés. La plupart des organisations protestataires est en grande partie financée par des fondations ou des organismes occidentaux (War on Want, Oxfam, la Fondation Rosa Luxemburg, l’Église des Unitariens, etc.) mais ces derniers n’en sont pas moins regardés avec méfiance. Il leur est reproché de vouloir récupérer les causes défendues par les organisations de pauvres afin de les rendre plus présentables, « plus propres141 », et de valoriser ainsi leur action aux yeux du public ou de leurs bailleurs. Un événement en particulier rend assez bien compte de cette relation faite de suspicion mais également de dépendance. En décembre 2006, alors que les délégués d’Indaba, la structure prétendant incarner le mouvement social unifié, sont rassemblés à l’université du KwaZulu Natal (Durban), les ateliers et conférences sont interrompus par l’irruption de plusieurs dizaines de militants d’Abahlali baseMjondolo et de l’Anti-Eviction Campaign. Durant trois heures et alors même que ces deux organisations sont a priori parties prenantes d’Indaba, le groupe prend possession des lieux. Quelques militants déploient une large bannière dans un coin de la salle de réunion pendant que d’autres vont et viennent au milieu de conférenciers visiblement pris de court par cette intrusion. Les nouveaux arrivants alternent ainsi toyi-toyi (un mélange de chants et de danses de protestation popularisé sous l’apartheid) et récriminations, par voie de mégaphone, à l’encontre des organisateurs et, plus encore, du bureau qui vient d’être élu. Si certains en profitent pour dénoncer l’inutilité des discussions et débats et affirmer, à l’inverse, la nécessité de rediriger l’argent d’Indaba vers des « actions de terrain », l’essentiel de la critique formulée par les militants d’AbM et de l’AEC se concentre sur le « détournement de l’agenda du mouvement social » par des « ONG, des intellectuels et des universitaires142 », la trinité de l’establishment blanc « progressiste ». Les premières sont ainsi accusées d’user de leur argent pour mieux marginaliser les « organisations de la communauté » au sein du mouvement social. Quant aux intellectuels et aux universitaires, ils confisqueraient régulièrement la parole des plus pauvres pour mieux servir leurs intérêts. C’est d’ailleurs à la lumière de ce reproche que l’on comprend la demande a priori incongrue qui est formulée à l’issue de l’occupation des locaux : la réintégration dans leurs fonctions de trois sociologues « amis » des organisations de pauvres de Durban. Leur récent licenciement serait en effet le résultat d’un affrontement avec le directeur du Centre for Civil Society, principal hôte du rassemblement mouvementiste. Or, à l’inverse de leurs pairs, ces trois chercheurs auraient toujours agi en « serviteurs » et non en « maîtres » vis-à-vis des habitants des camps de squatters143. Se concentrent dans cet événement de quelques heures et dans ses principales répercussions (la scission puis le délitement d’Indaba), les craintes d’une instrumentalisation, voire d’une subordination des intérêts des plus pauvres à ceux d’une élite blanche progressiste : « une gauche blanche dominée par des universitaires et des ONG incapables de comprendre que les noirs pauvres peuvent penser par eux-mêmes leurs propres combats144 ». Cette vision des choses n’est pas propre à l’époque post-apartheid. Elle n’est en effet pas si éloignée des positions défendues dans les années 1970 par Steve Biko, ce leader noir assassiné en 1977 et dont l’action et la réflexion pouvaient rappeler celles de Franz Fanon ou de James H. Cone145. Initiateur du Mouvement de la Conscience Noire (Black Consciousness Movement/BCM), particulièrement influent durant l’éclipse que connut l’ANC à partir des années 1960, Steve Biko élabora une critique des libéraux blancs opposés à l’apartheid. Il les jugeait en effet coupables d’adopter, en réalité, une « perspective de maître146 » en cherchant avant tout à « intégrer » les Noirs dans la société sud-africaine. La réflexion de Biko et, plus généralement, du BCM n’est pas restée dans le ciel des idées ou dans le secret des élites intellectuelles et militantes noires des années 1970. Elle s’est rapidement diffusée chez les jeunes Noirs, à l’université ou dans les lycées, apparaissant comme la réponse la plus adéquate, car la plus « radicale », à un État blanc arc-bouté sur la répression la plus violente. Dès le début des années 1970, les membres du South African Students Organisation (SASO), un syndicat étudiant fondé en 1969 par Biko, organisèrent des séminaires de « conscientisation » qui concernèrent plusieurs milliers de personnes au sein des universités noires147. SASO conforta également son influence en assurant pleinement ses missions les plus élémentaires : aide à la recherche de « petits boulots », organisation de fêtes et de compétitions sportives sur les campus, etc. Le syndicat étudiant fut relayé dans son entreprise par la Black People’s Convention (BPC), l’autre grande structure du Mouvement de la Conscience noire. Celle-ci réussit en effet à gagner en popularité au sein d’une jeunesse encouragée à « penser noir » et à rejetter les modèles de l’oppresseur. Elle promut ainsi une « culture noire », mêlant la culture urbaine des townships, le théâtre, la poésie et une musique où se croisaient airs traditionnels, jazz et soul. Dans les années 1973-1975, les représentants de la BPC se rapprochèrent également des églises noires, des clubs et sociétés étudiantes et des groupes YMCA. La diffusion et la réception de la Conscience noire furent par ailleurs facilitées par les évolutions démographiques et sociologiques que connaissait alors un pays où plus d’un Sud-Africain noir sur deux (55 %) avait moins de 20 ans. Entre 1960 et 1975, le nombre de jeunes Noirs passant les portes des lycées avait été multiplié par 7, s’établissant à plus de 310 000 individus. Près de 8 000 « Africains » accédaient également à l’université en 1975, alors qu’ils étaient quatre fois moins nombreux (un peu plus de 1 800) quinze ans plus tôt148. Ces évolutions contribuèrent à façonner un espace public dans lequel s’inséra une presse quotidienne promouvant les idées et la rhétorique de la Conscience noire, lesquelles s’infusèrent rapidement dans le « patois de la culture petite-bourgeoise » des townships149.

65Aujourd’hui encore, le discours de la Conscience noire jouit d’un écho au sein des populations noires, que vient renforcer l’aura de Steve Biko, martyr de la lutte. S’ajoute à cela, la présence d’anciens sympathisants ou militants de ce mouvement dans les rangs de la protestation post-apartheid. En toute hypothèse, cette situation contribue en partie à fonder et à nourrir la défiance très argumentée qu’adoptent certains meneurs noirs ou métis à l’égard des « camarades de l’extérieur ». Si nombre d’activistes savent ne pouvoir faire l’économie du soutien de ces « Blancs » issus du monde des ONG ou des universités, notamment d’un point de vue financier, tout doit en revanche être fait pour préserver la lutte d’une sophistication politique inappropriée car susceptible de masquer le fait que les pauvres sont les agents de leur propre émancipation :

  • 150 Abahlali baseMjondolo, « Letter of solidarity from Abahlali baseMjondolo to the Middlesex philosop (...)

« Notre politique vivante s’est construite sur le rejet des nombreuses manières de contrôler les pauvres et notamment de ce que nous appelons les “zims zims” : les gens qui viennent vers les pauvres et prétendent être des experts de nos luttes parce qu’ils parlent du néolibéralisme, du socialisme et de tous ces autres “-ismes” ou “-chismes”, mais jamais de nos vies, de nos luttes, de ce que nous voulons vraiment, de ce que nous pouvons réellement faire et de la manière dont nous pouvons vraiment le faire. Nous avons toujours ressenti cette manière de faire de la politique comme un autre moyen pour les élites de nous maintenir à notre place150. »

  • 151 C’est notamment pour cette raison que plusieurs organisations privilégient les relations avec War (...)

66Cette position est d’ailleurs résumée avec justesse par la mise en garde qu’adresse régulièrement Abahlali baseMjondolo à ses soutiens extérieurs : « Speak to us, not for us » (« Parlez avec nous, pas pour nous151 »)

Notes

1 Entretien avec l’organisateur du SECC, Durban, le 7 juillet 2009.

2 Une militante AEC du quartier de Elsie’s River, citée dans Miraftab F. & Wills S., « Insurgency and spaces of active citizenship. The story of the Western Cape Anti-Eviction Campaign in South Africa », Journal of Planning Education and Research, 25, 2005, p. 207.

3 Les hostels sont des bâtiments bâtis sous l’apartheid pour accueillir les travailleurs noirs migrants.

4 Patrick Sindane, alors coordinateur de la Coalition against Water Privatisation, entretien accordé à European Centre for Constitutionnal Human Rights : International Conference on transnational corporations and human rights Report, Berlin, ECCHR Documentation, 9-10 octobre 2008, p. 35.

5 Le terme de residents est régulièrement utilisé par les militants que j’ai rencontrés mais également dans les tracts, communiqués de presse et autres discours des porte-parole, pour désigner les populations défendues par leurs organisations, qu’il s’agisse de locataires, de propriétaires menacés de saisie ou de squatters. Peut-être peut-on y voir la volonté de souligner le caractère à la fois pacifique, « normal » et respectable de cette base sociale, à mille lieues des critiques de certains acteurs politiques dépeignant les manifestants en « criminels ».

6 Zikode S., « We are the Third Force », octobre 2006 : <http://www.abahlali.org/node/17>.

7 Friedman D. & McAdam D., «Collective Identity and Activism: Networks, Choices and the Life of the Social Movement», A. M. Morris & C. McClurg Mueller (dir.), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, 1992, p. 157.

8 Alexander P., Ceruti C, Motseke K., Phadi M. & Wale K., Class in Soweto, Durban, University of KwaZulu-Natal Press, 2013.

9 Mandela Park Backyarders, « Ayanda Kota : We are all in the same boat. Solidarity Statement with the Unemployed People’s Movement in Grahamstown », communiqué de presse du 13 janvier 2012.

10 Comme cherchent à le prouver les différentes associations de contribuables de ces quartiers, ou, plus simplement, les discours vantant les mérites des gated communities, ces ilôts sécuritaires qui se développent dans les grandes agglomérations.

11 Il suffit pour s’en convaincre de penser à ces nombreux reportages télévisés destinés, dès la fin des années 1990, à montrer le visage de la « nouvelle Afrique du Sud ». Construits sur un même schéma, ils offrent au téléspectateur d’accompagner une femme ou un homme noir ayant réussi, c’est-à-dire suffisamment pour s’établir dans les banlieues cossues des grandes agglomérations, mais qui entreprend de revenir dans son ancienne township, à l’occasion d’un week-end quelconque ou d’un événement familial. S’ensuit en général un discours lénifiant sur l’« authenticité » de ces endroits. Le film de Oliver Schmitz, Hijack Stories (2001), joue d’ailleurs ironiquement avec de ce type de situations sociales.

12 Vidal D., « Concevoir la communauté. L’efficacité d’une catégorie socio-spatiale au Brésil », J. Monnet (dir.), Espace, temps et pouvoir dans le nouveau monde, Paris, Anthropos, 1996, p. 214.

13 Polletta F. & Jasper J. M., «Collective identity and social movements», Annual Review of Sociology, vol. 27, 2001, p. 285.

14 On retrouve d’ailleurs ici certains éléments étudiés par Olivier Schwartz dans son entreprise de discernement des « classes populaires » en France. Voir notamment Schwartz O., « Peut-on parler des classes populaires ? », La Vie des idées, 13 septembre 2011, <http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.html>.

15 Mandela Park Backyarders, « Ayanda Kota : We are all in the same boat. Solidarity Statement with the Unemployed People’s Movement in Grahamstown », communiqué de presse du 13 janvier 2012.

16 Tilly C. & Tarrow S., Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Paris, Les Presses de sciences po, 2008, p. 137 et 141.

17 Chatterjee P., Politique des gouvernés. Réflexions sur la politique populaire dans la majeure partie du monde, Paris, Éditions Amsterdam, 2011, p. 71.

18 Honneth A., La Lutte pour la reconnaissance, op. cit.

19 Les interventions sont la plupart du temps en zoulou ou en sotho.

20 Parce qu’elles ont au moins le mérite de la clarté, je reprends ici les catégories décrites par Cress et Snow. Pour ces deux auteurs, les « cadres » sont ceux qui « fonctionnent comme lieutenants sur une base relativement permanente », les « leaders » procurant pour leur part « une direction organisationnelle ». Les « audiences captives » sont, elles, « les contributeurs et les populations spectatrices assemblés pour le recrutement et les appels de ressources ». Voir Cress D. M. & Snow D., « Mobilization at the margins : resources, benefactors, and the viability of homeless social movement organizations », American Sociological Review, vol. 61, n ° 6, décembre 1996, p. 1095.

21 Travaillant en moyenne 45 heures par semaine pour un salaire ne dépassant pas les 1 500 rands (environ 150 euro au début des années 2010), les gardes privés de sécurité offrent une parfaite illustration de la précarité régnant dans de nombreux compartiments du secteur des services. Durant deux mois, au cours de l’année 2006, plusieurs milliers d’agents de sécurité se sont d’ailleurs engagés dans l’une des grèves les plus importantes de l’ère post-apartheid. Au milieu des années 2000, on recensait plus de gardes de sécurité (300 000 individus) que de policiers sur le territoire sud-africain.

22 Cité dans Barchiesi F., Precarious Liberation, op. cit., p. 102.

23 Cité dans Michaels J., « Social grants getting to costly », Cape Times, 27 octobre 2004, p. 4.

24 Le CAE assure des formations en direction d’adultes engagés dans des ONG, des associations ou des bureaux administratifs. Il s’est également ouvert à la « société civile » et, plus précisément, aux « mouvements sociaux » et aux « organisations issues des communautés ».

25 Lemke S., Jansen van Rensburg F., Vorster H. & Ziche J., « Food security, social and gender relations in black south african households : ways of coping and survival », D. LeBeau & R. Gordon (dir.), Challenges for anthropology in the “African Renaissance” : A southern african contribution, Windheok, University of Namibia Press, 2002, p. 150-162.

26 Aliber M., «Chronic poverty in South Africa: Incidence, causes and policies», World Development, vol. 31, no 3, 2003, p. 480.

27 Mathieu L., L’Espace des mouvements sociaux, op. cit., p. 187-188.

28 Cette situation est d’ailleurs devenue d’autant plus visible que le magazine américain Time lui a consacré trois pages en décembre 2012 : Van Gelder E., « Generation of orphans : South Africa’s AIDS epidemic forces grandmothers to parent again », Time, 3 décembre 2012, p. 14-16.

29 <http://www.statssa.gov.za/Publications/P03014/P030142011.pdf>.

30 Lemke S., Jansen van Rensburg F., Vorster H. & Ziche J., «Food security, social and gender…», op. cit.

31 Seekings J. & Nattrass N., Class, Race and Inequality in South Africa, op. cit., p. 360-362.

32 La même personne m’expliquera également que sa maison ayant été déconnectée par les employés d’Eskom au début des années 2000, c’est la pension de retraite de sa mère qui permit de régler les arriérés de factures (entretien avec l’administratrice du SECC, 14 juillet 2009, Johannesburg).

33 Neveu E., Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 5e édition, p. 72.

34 Becker H. S., « Notes on the concept of Commitment », American Journal of Sociology, 66, 1960, p. 32-40. Je reprends ici la traduction de commitment choisie par Fillieule O., « Temps biographique, temps social et variabilité des rétributions », O. Fillieule (dir.), Le Désengagement militant, op. cit., p. 39.

35 Entretien avec Ayanda Kota, le 22 juillet 2012, Grahamstown.

36 Le Congress of the People (COPE) a été fondé en novembre 2008 par d’anciens dirigeants de l’ANC, proches de Thabo Mbeki. Quelques semaines auparavant, ce dernier avait dû quitter la présidence de la République sous la pression des partisans de Jacob Zuma.

37 Entretien avec Khanyisa Kopi, le 24 juillet 2012, Grahamstown.

38 Jasper J., « L’art de la protestation collective », D. Cefaï & D. Trom (dir.), Les Formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons pratiques », 2001, p. 141.

39 Havard Duclos B. & Nicourd S., Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité, Paris, Payot, 2005, p. 73.

40 Ibid.

41 On retrouve d’ailleurs ici le principe même des « passerelles sémantiques » suggéré par Axel Honneth : « Entre les objectifs impersonnels d’un mouvement social et les offenses privées subies par les individus qui le composent, il doit exister une passerelle sémantique au moins assez solide pour permettre le développement d’une identité collective. » (La Lutte pour la reconnaissance, op. cit., p. 195).

42 Trevor Ngwane, cité dans P. Naidoo & A. Veriava, Re-membering Movements : Trade-Unions and New Social Movements in Neoliberal South Africa, Durban, Centre for Civil Society Research, Report no 28, 2004, p. 15.

43 Dubar C., « Socialisation politique et identités partisanes : pistes de recherche », CURAPP, L’Identité politique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « CURAPP », 1994.

44 Sur cette question, voir Sommier I. & Lefranc S., « Conclusion. Les émotions et la sociologie des mouvements sociaux », C. Traïni (dir), Émotions… Mobilisations !, Paris, Presses de Sciences po, 2009.

45 Jasper J., «The emotions of protest: affective and reactive emotions in and around social movements», Sociological Forum, 13, 1998.

46 Goodwin J., Jasper J. M. & Polletta F., «Emotional dimensions of social movements», D. Snow, S. A. Soule & H. Kriesi (dir.), The Blackwell companion to social movements, Oxford, Blackwell Publishing, 2004, p. 412.

47 Jasper J., The Art of Moral Protest. Culture, Biography and Creativity in Social Movements, Chicago, The University of Chicago Press, 1997, p. 106.

48 Lahire B., L’Individu pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 2001, p. 117.

49 Cité dans Desai A., We are the Poors, op. cit., p. 97.

50 Aminzade R. & McAdam D., «Emotions and contentious politics», R. Aminzade, J. A. Goldstone et alii, Silence and Voice in the study of contentious politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 17.

51 Entretien avec Prishani Naidoo (sociologue et co-fondatrice de l’APF), le 17 mai 2011, Johannesburg.

52 Entretien avec Lucien van der Walt (sociologue et responsable de la communication de l’APF entre 2001 et 2003), le 26 juillet 2012, Grahamstown.

53 Michel Crozier et Erhard Friedberg parlent de « marginal-sécant » pour désigner tout acteur qui, parce qu’il est inséré dans différents « systèmes d’action », joue un « rôle indispensable d’intermédiaire et d’interprète entre des logiques d’action différentes, voire contradictoires » (L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1977, p. 86). Dans le cas présent, il n’est par exemple pas rare que certains individus soient, au début des années 2000, militants locaux du parti au pouvoir, syndiqués et proches du monde de l’enseignement et de la recherche de Wits (en tant que doctorants ou enseignants vacataires).

54 Mathieu L., « Les ressorts sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collectif départemental du Réseau éducation sans frontières », Sociologie, vol. 3, no 1, 2010, p. 305.

55 Ibid., p. 312.

56 Siméant J., « Entrer, rester en humanitaire : des fondateurs de MSF aux membres actuels des ONG médicales françaises », Revue française de science politique, vol. 51, no 1-2, février-avril 2001, p. 63.

57 La Democratic Alliance (DA) est née en 2000, du rassemblement d’éléments issus, d’une part, des partis « blancs » qui, dans les années 1970 et 1980, critiquèrent vigoureusement l’apartheid (Progressive Party, Reform Party puis Democratic Party), d’autre part, du New National Party (NNP), l’héritier du National Party, parti architecte de l’apartheid. Le NNP s’est cependant fondu dans l’ANC en 2005. Cette volte-face n’a pas entrainé la disparition de la DA, laquelle incarne, depuis cette époque, la seule véritable opposition politique aux gouvernements ANC.

58 On notera que la municipalité du Cap est entre les mains de l’ANC d’octobre 2002 à mars 2006, avant de retomber dans l’escarcelle de la Democratic Alliance.

59 Heusden P. van & Pointer R., Subjectivity, politics and neo-liberalism in post-apartheid Cape Town, op. cit.

60 Principalement implanté en pays Zulu, l’Inkata Freedom Party (IFP) a été accusé – à raison – d’avoir collaboré avec le régime de l’apartheid durant les années 1980. Ses militants et ceux de l’ANC s’affrontèrent également de façon particulièrement sanglante au début de la décennie suivante, durant la période de transition. Tenant d’un discours socialement conservateur et économiquement libéral, l’IFP domina la vie politique dans la Province du KwaZulu Natal jusque au milieu des années 2000.

61 S’bu Zikode, président d’AbM à Durban, considère que les « lois scout » (celles favorisant la collaboration dans le travail et la recherche de compétence) lui ont apporté un sens de la « responsabilité » et de « l’engagement dans la communauté », tout en lui révélant que ce n’était pas « la politique mais le leadership qui coulait dans ses veines ». Voir l’entretien accordé par S’bu Zikode à Richard Pithouse, Interface, novembre 2009, <http://www.abahlali.org/node/5063>.

62 Entretien avec Mzonke Poni, leader d’Abahlali baseMjondolo Western Cape, Kayelitsha (Le Cap), 20 mai 2010.

63 Entretien, le 15 juillet 2009, Johannesburg.

64 Harber A., Diepsloot, op. cit, p. 74.

65 Hibou B., Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011, p. 27 sq.

66 Entretien, le 14 mai 2011, Thembelihle.

67 Hibou B., Anatomie politique de la domination, op. cit., p. 31.

68 Entretien accordé par S’bu Zikode à Richard Pithouse, 2009, <http://www.abahlali.org/node/5063>.

69 Dès la fin des années 1990, les opposants internes sont ainsi régulièrement présentés par les plus hauts responsables de l’alliance comme des agents de « l’ultra-gauche » ou, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, des « contre-révolutionnaires ».

70 Séverin M. & Aycard P., « Qui gouverne la “nouvelle” Afrique du Sud ? Élites, réseaux et méthodes de pouvoir (1985-2003) », P. Guillaume, N. Péjout & A. Wa Kabwe-Segatti (dir.), L’Afrique du Sud dix ans après. Transition accomplie, Paris, IFAS-Karthala, 2004, p. 33.

71 Les Premiers sont les chefs des exécutifs provinciaux. Ils sont élus par les législatures provinciales.

72 Séverin M. & Aycard P., « Qui gouverne la “nouvelle” Afrique du Sud ? », art. cit., p. 37.

73 Lodge T., Politics in South Africa, op. cit., p. 214.

74 Kamfer D., porte-parole du SCIC, cité dans Robinson V., « Local poll : ANC vs ANC », The Mail & Guardian, 13 janvier 2006.

75 Hirschman A. O., Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Harvard University Press, 1970.

76 Entretien, 17 juillet 2009, Johannesburg.

77 SACP disciplinary committee, « SACP decision on Dale McKinley », SACP, 16 août 2000, <http://www.sacp.org.za/docs/pr/2000/pr0816.html>.

78 Entretien, le 17 mai 2011, Soweto.

79 Entretien, le 21 juillet 2012, Grahamstown.

80 Tissot S., « Les reconversions militantes », S. Tissot, C. Gaubert & M.-H. Lechien, Reconversions militantes, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005, p. 10.

81 « [A]pprentissages conférés par le militantisme, […] compétences importées de l’extérieur, ainsi [que] celles qui sont “apprises sur le tas” […]. Un capital militant qui s’acquiert donc, et pour une bonne part, dans le champ politique, qui s’y valorise, mais aussi qui se convertit ailleurs, en cas d’exit » (Matonti F. & Poupeau F., « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, no 155, décembre 2004, p. 5-11).

82 Entretien, 17 juillet 2009, Johannesburg.

83 Mauger G., « gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire de la “génération de mai 68” », J. Chevallier (dir.), L’Identité politique, PUF, coll. « Curapp », 1994, p. 206-226.

84 Bohmke H., « South Africa : Former rivals unite to fight ANC attacks », Green Left, 9 mai 2001, <http://www.greenleft.org.au/node/25133>.

85 Siwisa B., « Crowd renting or struggling from below ? The Concerned Citizens’ Forum in Mpumalanga Township, Durban, 1999-2005 », Journal of Southern African Studies, vol. 34, no 4, décembre 2008, p. 936.

86 Bond P., Cities of gold, Townships of coal. Essays on South Africa’s New Urban Crisis, Trenton (NJ), Africa World Press, 2000, p. 27-28.

87 Crouzel I., « Le vote et la négociation. La démocratisation du régime sud-africain », Hérodote, no 82/83, 3e et 4e trimestre 1996, p. 25.

88 ANC, Reconstruction and Development Programme: A policy framework, Umanyano Publications, 1994, p. 121.

89 Crouzel I., « Le vote et la négociation… », art. cit., p. 20.

90 Cornwall A., Making spaces, changing places. Situating participation in development, Brighton, IDS, coll. «IDS Working Paper», 170, octobre 2002.

91 Les Area Coordinating Teams ont été mis en place afin de répondre aux problèmes rencontrés par la fourniture de services publics municipaux dès la seconde moitié des années 2000. Les autorités entendaient faciliter l’implication des habitants sur ces questions et, ce faisant, permettre une meilleure connaissance du gouvernement local, de son fonctionnement et des ressources dont il dispose pour répondre à leurs demandes.

92 Voir sur ce point Dubresson A. & Jaglin S, « Le dilemme de la gouvernance urbaine au Cap », A. Dubresson & S. Jaglin (dir.), Le Cap après l’apartheid. Gouvernance métropolitaine et changement urbain, Paris, Karthala, 2008, p. 7-22.

93 Cité dans Smith L. & Vawa A., « Citizen vs customer : different approaches to public participation in service delivery in cape town », Urban Forum, vol. 14, no 1, janvier-mars 2003, p. 29.

94 Barichievy K., Piper L. & Parker B., «Assessing “participatory governance” in local government: A case study of two South African cities», Politeia, vol. 24, no 3, 2005, p. 370-391.

95 Piper L. & Deacon R., « Les ward committees à Msunduzi : la participation locale entre influence des élites et logiques partisanes », Revue Tiers Monde, no 196, octobre-décembre 2008, p. 802.

96 Ibid., p. 803.

97 Darracq V., «In the Party, in the Township: the African National Congress (ANC)’s local organization», proposal for ECAS Panel 18 «Political parties and the space in Africa», 2009.

98 Gertrude Square, activiste au sein du Valhalla Park AEC et responsable locale d’un civic, propos tenus en 2002 et repris dans Miraftab F. & Wills S., « Insurgency and spaces of active citizenship », art. cit., p. 205.

99 McAdam D., Tarrow S. & Tilly C., Dynamics of contention, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

100 En 2009, le SECC disposait de 2 branches – ou sections – à Dlamini, une à Naledi, cinq à Chiawelo, une à Moletsane, quatre à Zola, trois à Mofolo, deux à White City, dix à Meadowlands et 6 à Diepkloof (Échange avec l’un des membres du bureau du SECC, Johannesburg, 14 juillet 2009).

101 McCarthy J. D. & Zald M., « Ressource mobilization and social movements : a partial theory », American Journal of Sociology, vol. 82, no 6, mai 1977, p. 1212-1241.

102 Reynaud E., « Le militantisme moral », H. Mendras (dir.), La Sagesse et le désordre. France 1980, Paris, Gallimard, 1980, p. 271-286.

103 McAdam D., Freedom Summer, Oxford, Oxford University Press, 1988.

104 Comme le rappelle Hélène Mainet-Valleix, les Indiens, qui représentaient 2,6 % de la population totale en 1996, « sont souvent décrits comme occupant une position intermédiaire dans l’échiquier social sud-africain », une position « relativement privilégiée » se vérifiant notamment dans leur niveau de revenus, le type d’emplois occupés et la qualité de leur logement. À titre d’exemple, le recensement de 1996 plaçait leurs revenus derrière ceux des Blancs mais devant ceux des Noirs et des Métis : les « revenus les plus fréquents sont compris entre 1 000 et 2 500 Rands mensuels (entre 1 500 et 5 000 pour les Blancs ; 200 à 1 500 pour les Africains ; 200 à 2 500 pour les Métis) ». Il demeure cependant de fortes disparités sociales au sein de cette population. Ce sont ainsi des Indiens particulièrement pauvres qui sont parmi les premiers à donner vie au Concerned Citizens Forum à Durban. Voir Mainet-Valleix H., Durban. Les Indiens, leurs territoires, leur identité, Paris, IFAS-Karthala, 2002, p. 10-11.

105 Collovald A., « Pour une sociologie des carrières morales des dévouements militants », A. Collovald (dir.), L’Humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers Monde, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 198, note 73.

106 À ma connaissance, seuls les postes de coordinateurs régionaux de l’APF et ceux d’organisateur et d’administrateur du SECC sont - ou ont été - rémunérés, ce par le biais des fonds obtenus auprès d’organisations comme la Fondation Rosa Luxemburg (Allemagne) par exemple.

107 Péchu C., Droit Au Logement. Genèse et sociologie d’une mobilisation, Paris, Dalloz, coll. « Nouvelle Bibliothèque de Thèses », 2006, p. 52.

108 Ibid.

109 Neveu É., Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 5e édition, p. 53.

110 Pierru E., « Militants par conscience », O. Fillieule, L. Mathieu & C. Péchu, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 362.

111 Gross N., Richard Rorty. The Making of an American Philosopher, Chicago, Chicago University Press, 2008, p. 234-276.

112 Voir le chapitre 6.

113 Cefaï D, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte/MAUSS, 2007, p. 224.

114 Entretien 17 juillet 2009, Johannesburg.

115 Alors que je leur demandais d’éclairer les propos d’un universitaire (proche de l’organisation) ayant affirmé qu’une « gauche sud-africaine » était en train d’émerger des camps de squatters, plusieurs militants d’Abahlali baseMjondolo (Durban et Cape Town) ont entrepris de m’expliquer que l’objet de l’organisation se limitait à la résolution des problèmes rencontrés par la communauté. Par conséquent, l’enjeu de leur combat n’était pas d’adopter un positionnement de « gauche » mais de l’inscrire dans une lutte pour la subsistance et la « dignité ». Entretiens réalisés à Durban, dans le campement de Kennedy Road, en juillet 2009 et au Cap, à Kayelitsha, en mai 2010.

116 Pierru E., « Militants par conscience », op. cit.

117 Entretien, Johannesburg, le 16 juillet 2009.

118 Legassick M. (propos recueillis par Alex Lichtenstein), « The past and present of marxist historiography in South Africa », Radical History Review, no 82, Hiver 2002, p. 114.

119 Le 21 mars 1960, à l’appel des dirigeants du Pan Africanist Congress, un parti fondé par des dissidents « africanistes » de l’ANC, plusieurs milliers d’habitants se rassemblent devant le commissariat de la township de Sharpeville afin de protester contre l’imposition du pass par les autorités. Les policiers tirent sur cette foule, tuent 69 personnes et en blessent près de 180. En plus du nombre de victimes, c’est également le nombre de blessures par balle dans le dos qui marquera. Dans les jours qui suivent, le processus devant mener à l’interdiction totale du PAC et de l’ANC est enclenché et l’état d’urgence déclaré.

120 Entretien, Cape Town, le 23 mai 2010.

121 Entretien avec un responsable d’ONG et activiste de l’AEC et d’Abahalali, Cape Town, le 21 mai 2010.

122 Ce jeune homme estime d’ailleurs que son intérêt pour la politique tient peut-être moins aux engagements en soi de ses aïeux qu’à un environnement familial « où l’on pouvait discuter de tout » et où la lecture était encouragée. Entretien avec Ben, co-fondateur des Students for Social Justice, le 20 juillet 2012, Grahamstown.

123 Entretiens avec deux jeunes militants du Zabalaza Anarchist Communist Front, Johannesburg, juillet 2009.

124 Ion J., La Fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997.

125 Fillieule O., « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post scriptum », Revue française de science politique, vol. 51, no 1-2, février-avril 2001, p. 209.

126 Fillieule O. & Pudal B., « Sociologie du militantisme », art. cit., p. 174.

127 Entretien avec Martin Legassick, le 21 mai 2010, Cape Town.

128 Entretien avec un activiste « blanc » d’Abahlali et de l’Anti-Eviction Campaign au Cap, le 22 mai 2010.

129 Entretiens avec deux militants du mouvement anarchiste Zabalaza, proche de l’APF, Johannesburg, 18 juillet 2009.

130 Mckinley D. et Veriava A., Arresting Dissents, op. cit.

131 Les activistes vivant dans les townships et camps de squatters auraient cependant bénéficié, depuis le début des années 2010, de la diffusion des téléphones portables permettant d’accéder à internet (Entretien avec Richard Pithouse, Grahamstown, le 25 juillet 2012).

132 Le Freedom Day se tient le 27 avril, date anniversaire de la première élection démocratique en Afrique du Sud.

133 Entretien avec l’un des chercheurs du CCS, Durban, le 9 juillet 2009.

134 À Soweto, des militants anarchistes ont, à la fin des années 2000, organisé des séances de lecture autour de l’ouvrage de Alexander Berkmann, Qu’est-ce que l’anarchisme ? À la même époque, à Kayelitsha, c’est un professeur d’histoire, marxiste, qui animait des ateliers d’éducation en direction des jeunes militants d’Abahlali.

135 <http://www.municipalservicesproject.org>.

136 Fiil-Flynn M. (avec le Soweto Electricity Crisis Committee), The Electricity Crisis in Soweto, Johannesburg, Municipal Services Project, Occasional Papers Series, no 4, août 2001.

137 Trevor Ngwane, cité dans McIness P., Making the kettle boil : Rights Talk and Political Mobilisation Around Electricity and Water Services in Soweto, Master, University of the Witwatersrand, 2006, p. 84.

138 Combes H., Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 2011, p. 257.

139 Entretien, le 17 juillet 2009, Johannesburg.

140 Entretien, le 18 mai 2011, Johannesburg.

141 Entretien avec Nobanthu, membre d’Abahlali baseMjondolo Western Cape, Cape Town, 19 mai 2010.

142 Voir la lettre qu’adressent les porte-parole de l’AEC à l’hebdomadaire Mail & Guardian après la parution d’un article relatant l’incident : « Letter from the Western Cape Anti-Eviction Campaign to the Mail and Guardian », décembre 2006 <http://www.abahlali.org/node/462/>.

143 S’bu Zikode, cité dans Tolsi N., « on the far side of the left », Mail & Guardian, 8 décembre 2006.

144 Voir les « notes » mises en ligne sur le site d’Abahlali baseMjondolo quelques jours après la perturbation du rassemblement d’Indaba : <http://www.abahlali.org/node/462/>.

145 James H. Cone est considéré comme l’un des principaux théoriciens de la théologie noire de la libération.

146 Gibson N. C., Fanonian Practices…, op. cit., p. 47.

147 « The Black Consciousness Movement : The formative Years, 1967-1971 », T. G. Karis & G. M. Gerhart (dir.), From Protest to Challenge, op. cit., p. 112.

148 Bundy C., « Street Sociology and Pavement Politics : Aspects of Youth and Student Resistance in Cape Town, 1985 », Journal of Southern African Studies, vol. 13, no 3, avril 1987, p. 311.

149 Lodge T., Black Politics in South Africa since 1945, Londres et New York, Longman, 1983, p. 324.

150 Abahlali baseMjondolo, « Letter of solidarity from Abahlali baseMjondolo to the Middlesex philosophy department », 12 juin 2010 : <http://www.abahlali.org/node/7053>.

151 C’est notamment pour cette raison que plusieurs organisations privilégient les relations avec War on Want, une ONG occidentale dont les principales vertus seraient de ne pas contrôler outre mesure l’utilisation des fonds qu’elle verse aux organisations et d’être peu regardante sur les modes d’action privilégiés (Entretien avec Mzonke Poni, leader d’Abahlali baseMjondolo dans la Province du Cap Ouest, Cape Town, 20 mai 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540