Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Après l'apartheid

 | 
Jérôme Tournadre

1. Le retour du « temps des manifestations » ?

Texte intégral

  • 1 Zuern E., The politics of necessity. Community organizing and democracy in South Africa, Madison, (...)

1Ce matin de septembre 2008, à Orange Farm, une vaste zone de logements informels à plus d’une quarantaine de kilomètres du centre de Johannesburg, près de deux mille personnes convergent vers l’autoroute bordant les extensions 4 et 5 de la localité. Rassemblant de vieux pneus et quelques planches en bois abandonnées sur les bas-côtés, elles érigent en quelques minutes des barricades et réussissent à interrompre la circulation. Le barrage ne tiendra pas plus d’une heure, les forces de l’ordre étant rapidement dépêchées sur les lieux pour disperser les manifestants à coups de matraques et de tirs à balles en caoutchouc. Las, les femmes et les hommes mobilisés ce jour-là par les militants de l’Orange Farm Water Crisis Committee regagnent finalement leurs habitations faites de tôle et de matériaux de récupération. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un tel mécontentement s’exprime dans cette zone de la périphérie de Johannesburg. Les cortèges protestataires se reformeront d’ailleurs quelques mois plus tard, portés par la même revendication : l’électrification promise un an plus tôt par l’élue locale. Cet épisode n’est donc en rien exceptionnel. Il l’est d’autant moins que, dans les heures ou les jours qui ont suivi, une autre « révolte de pauvres » a, sans nul doute, éclaté quelque part en Afrique du Sud et retenu, à son tour, l’attention des médias. Les premières actions de ce type sont apparues dans le courant des années 1990, en réponse à la médiocrité des équipements et services dans les zones populaires mais aussi aux mesures d’austérité prises par de nombreux élus et responsables administratifs locaux. Confrontés à un affaissement généralisé des finances municipales, ces derniers avaient fait le choix d’augmenter les prix des services urbains et des loyers du parc public. Ces initiatives se heurtèrent rapidement à l’incapacité financière de certains ménages de faire face à de telles hausses. Les impayés entraînèrent alors expulsions ou coupures d’eau et d’électricité, dans un contexte souvent fait de tensions et de violence. Les récits ne manquent pas en effet, dans la presse et les écrits militants de l’époque, qui relatent les interventions pour le moins mouvementées de policiers ou de gardes de sécurité privés dans certaines townships. Les réactions à ce type de sanctions (des manifestations en tout genre mais également le meurtre d’un maire dans l’East Rand ou les incendies de bâtiments municipaux et d’habitations de conseillers locaux ANC dans plusieurs townships de la région de Johannesburg) ont alors été lues par certains commentateurs patentés comme des actes sporadiques, très localisés et relativement inorganisés, en dépit de leur fréquent encadrement par des militants ANC s’affranchissant des appels au calme lancés par leur direction nationale ou par des membres de civics, ces associations d’habitants omniprésentes durant les années de lutte contre l’apartheid. En plus de traduire un certain état de la question sociale, ces manifestations levaient alors le voile sur les nouvelles conditions d’exercice de la protestation et, peut-être plus encore, sur les contraintes censées désormais enserrer cette activité. Deux épisodes ont, peut-être plus que d’autres, mis en évidence ce nouveau rapport des forces, inimaginable cinq années auparavant. Le premier a pour cadre Soweto, au lendemain des premières élections locales démocratiques, en 1995. Dans cette township du Sud de Johannesburg, les dirigeants du civic avaient, dans un premier temps, soutenu l’augmentation des tarifs décidée par la municipalité. Il s’agissait en effet, en appelant la population à payer, d’apporter un soutien au nouveau pouvoir municipal ANC. Mais lorsque, six mois plus tard, les prix de l’eau et de l’électricité augmentent respectivement de 20 et 40 % sans qu’elle ait été consultée par les élus, l’organisation entreprend cette fois-ci de mobiliser les habitants. Ces derniers sont appelés à ne payer qu’à hauteur des anciens tarifs. La menace d’une marche sur le conseil est également brandie, puis mise à exécution en juillet. Dans les semaines qui suivent, des événements similaires ont lieu à quelques centaines de kilomètres de là, à Port Elizabeth. Une nouvelle fois, c’est avant tout l’absence de considération pour la population qui est mise en avant par les porte-parole auto-désignés de la protestation populaire. Ces deux moments portent cependant en eux bien d’autres choses. Tant à Soweto que dans la capitale de l’Eastern Cape, les meneurs de la contestation ont en effet dû se livrer à un exercice particulier, celui de maintenir un équilibre entre les revendications qu’ils se devaient de porter en tant que représentants des communautés et les liens les rattachant aux nouveaux gouvernants de l’Afrique du Sud. La tâche n’était pas des plus aisées. À Johannesburg, par exemple, le civic de Soweto fit en effet manifester contre un conseil municipal présidé par l’un de ses anciens dirigeants. Signe des temps ou ironie de l’histoire, le responsable du Logement, destinataire du mémorandum appelant à une modification de la politique mise en œuvre par ses services, siégeait quant à lui dans les instances nationales de l’organisation à laquelle était rattaché le civic en colère1. Relativement infructueuses, dans la mesure où elles ne feront pas reculer les autorités et verront surtout leurs meneurs être l’objet d’appels plus ou moins appuyés à rentrer dans le rang, ces mobilisations ont avant tout souligné les contours du nouveau cadre dans lequel la protestation devait prendre place.

2La situation va cependant évoluer à la fin des années 1990 et au début de la décennie suivante. À partir de cette période, et à mesure que se multiplient les actes de contestation de mesures prises par les autorités politiques et administratives, certains journalistes, éditorialistes, universitaires et responsables politiques, commencent en effet à fédérer ces événements et à les rattacher à l’idée de mouvement social. Cette perception des choses s’appuie alors sur l’émergence, en différents points du territoire, d’organisations offrant des visages, des voix et des discours à la protestation. Encadrant des reconnexions « sauvages » aux réseaux d’eau et d’électricité ou assurant une résistance physique aux expulsions conduites par les municipalités ou les banques, ces collectifs sont alors d’autant plus visibles que leurs revendications semblent faire écho aux premiers bilans mitigés des politiques mises en œuvre par le gouvernement depuis 1994. À Durban, en 1999, et alors qu’ils mènent une campagne destinée à attirer le vote des électeurs indiens vers l’ANC, quelques universitaires proches du parti majoritaire et une poignée d’étudiants prennent la mesure de la pauvreté frappant leurs interlocuteurs. De ce constat, naît le Concerned Citizens Group (CCG), une association cherchant à unir les habitants qui, au niveau des quartiers, résistent aux expulsions. La mobilisation déborde rapidement les seules zones indiennes. Ailleurs dans l’agglomération ou dans ses environs, et notamment dans les townships noires de Mpumalanga, Umlazi et KwaMashu, des groupements exposés aux mêmes maux se joignent progressivement au CCG, lequel multiplie alors les actes de résistance plus ou moins légaux. L’organisation est rapidement rebaptisée Concerned Citizens Forum (CCF), manière pour ses porte-parole de suggérer l’absence de hiérarchie et l’autonomie de ses différentes composantes. À six cents kilomètres de là, dans la Province du Gauteng, c’est une mobilisation multi-sectorielle qui, dans le courant de l’année 2000, donne naissance à ce qui devient rapidement l’une des organisations phares de la protestation contemporaine : des syndicalistes étudiants s’opposant depuis plusieurs mois à l’externalisation de certains services par l’université de Wits, mais également des militants de l’ANC et du Parti communiste en désaccord avec leurs directions nationales respectives, des membres du syndicat des employés municipaux engagés contre le plan de restructuration de la ville de Johannesburg et quelques leaders communautaires mobilisés contre les expulsions et les déconnections qui frappent alors les townships, se rassemblent au sein de l’Anti-Privatisation Forum. Dénonçant la politique « néolibérale » conduite par les élites de l’ANC, ils entreprennent de fédérer les révoltes qui gagnent alors les zones urbaines pauvres de la Province et leur apparaissent comme autant de preuves du harcèlement économique dont seraient victimes les plus faibles. À la même époque, dans la Province du Cap Occidental, la Western Cape Anti-Eviction Campaign se forme également pour lutter contre les expulsions de locataires et de ceux que le gouvernement a cru pouvoir transformer en petits propriétaires avant que leur endettement ne les jette à la rue. L’organisation mobilise dans les townships noires et couloured, rassemblant, au niveau des voisinages, de simples habitants, des leaders communautaires et d’anciens combattants de l’apartheid disséminés dans l’agglomération. À cette liste des naissances organisationnelles, pourraient également s’ajouter celles du Landless People’s Movement dans la Province du Gauteng, d’Abahlali baseMjondolo, le mouvement des squatters apparu à Durban en 2005 avant d’essaimer à Pinetown, Pietermaritzburg et au Cap, ou encore, celle de l’Unemployed People’s Movement, présent dans les provinces de l’Eastern Cape et du KwaZulu Natal. Au-delà de leurs histoires propres, toutes ces organisations ont en effet en commun de s’ériger en porte-parole et en traductrices du mécontentement et des attentes de populations marginalisées. Ce faisant, elles s’invitent dans un monde de la protestation sociale jusqu’alors dominé par les « vainqueurs » de l’apartheid.

Un monde à part

  • 2 Il ne faut cependant pas minorer l’importance des manifestations d’infirmières, d’étudiants et d’e (...)

3Le surgissement de ces différentes organisations dans l’espace public a rapidement nourri l’idée d’une soudaine renaissance de la contestation. Cette perception des choses est peut-être d’autant moins surprenante que les premières années de la démocratie avaient laissé entrevoir un certain repli de la conflictualité sociale. L’apartheid vaincu, la démocratie consacrée, le temps des manifestations et des soulèvements semblait devoir appartenir au passé2. Une coupure nette se dessinait, par conséquent, avec plusieurs décennies durant lesquelles les « non-Blancs », et plus encore, les Noirs, déniés dans leur citoyenneté et exclus du jeu politique « classique », avaient trouvé une forme d’expression politique dans la protestation sociale. L’apartheid avait ainsi puissamment contribué à la consolidation d’un espace contestataire, à distance de celui de la politique institutionnalisée.

  • 3 Voir Fauvelle-Aymar F.-X., Histoire de l’Afrique du Sud, Paris, Le Seuil, coll. « L’univers histor (...)
  • 4 Cette loi distinguait les zones réservées aux Blancs de celles, rurales, dévolues aux non-Blancs.
  • 5 Ce texte interdisait aux Noirs de résider en ville.
  • 6 Voir le magnifique ouvrage de Enwezor O. & Bester R. (dir.), Rise and Fall of Apartheid. Photograp (...)

4Si l’apartheid n’est officiellement mis en place qu’en 1948, dans la foulée de la victoire électorale du Parti national, la ségrégation apparaît bien avant dans le paysage sud-africain. Les premières initiatives des colons européens aux XVIIe et XVIIIe siècle3, le confinement des ouvriers noirs des mines de Kimberley dans des cités fermées à la fin du XIXe, le vote du Land Act en 19134 puis l’adoption du Native (Urban Areas) Act en 19235, ont tracé d’une main ferme cette division « raciale » de la terre sud-africaine. La particularité du programme sur lequel est élu le Parti national en 1948 est, cependant, d’avoir explicitement fait de ce principe de « séparation » (« apartheid » en Afrikaans) un projet de société générant ses propres rapports sociaux et ses formes urbaines spécifiques6.

  • 7 Mohandas Gandhi vécut en Afrique du Sud de1893 à 1914.
  • 8 Ce n’est en fait qu’en 1923 que le South African Native National Congress adopte le nom de African (...)
  • 9 Fauvelle-Aymar F.-X., L’Histoire de l’Afrique du Sud, op. cit., p. 356.
  • 10 Mandela N., Un long chemin vers la liberté, Paris, Fayard, 1995 (1994), p. 126.
  • 11 Ibid.

5La ségrégation n’ayant pas attendu le milieu du XXe siècle pour exister, il en est allé de même des résistances qui se sont dressées contre elle. Celles-ci s’affirmèrent en effet dès la fin du siècle précédent. Elles s’incarnèrent tout d’abord dans l’action de l’African Political Organisation, fondée en 1902 par des Coloureds du Cap, et dans celle du Natal Indian Congress mené par le jeune avocat indien Mohandas Gandhi7. Mais c’est certainement l’African National Congress (ANC), créé en 19128, qui, le premier, sembla en mesure de porter une opposition nationale. À l’origine organisé sur le modèle anglais du parti d’opposition, l’ANC fut, pendant ses trois premières décennies d’existence, une structure sans « véritable assise populaire9 », respectueuse du cadre légal et favorable à un certain réformisme. Cette orientation conduisit certains de ses membres à prendre part aux Natives’ Representative Councils, ces instances de représentation dénuées de pouvoir et mises en place par le gouvernement en 1936. L’ANC connut cependant une notable réorientation à la fin des années 1940, alors que le Parti national, porteur d’un projet de « développement séparé » des populations, accédait au pouvoir. Le repositionnement de l’organisation noire fut corrélé à la montée en puissance d’une nouvelle génération de cadres, principalement issue de son organisation de jeunesse (l’ANCYL). Influencé par le nationalisme africain et comptant dans ses rangs Oliver Tambo, Nelson Mandela et Walter Sisulu, ce groupe chercha, selon le récit qu’en fera a posteriori l’un de ses illustres membres, à imposer une « voie plus radicale et révolutionnaire10 » lors du congrès de décembre 1949. Le programme d’action alors adopté fit en effet des grèves, des boycotts, de la non coopération et de la désobéissance civile, les principales armes du combat pour la reconnaissance de droits politiques. L’« esprit de l’action de masse » devait ainsi prendre le pas sur le respect du cadre de la loi et sur les « manifestations convenables » qui avaient jusqu’alors caractérisé la « vieille organisation11 ». C’est dans cette perspective que fut lancée, en 1952, une première campagne de désobéissance civile longue de six mois, qui mobilisa plusieurs milliers de militants et de sympathisants.

  • 12 Le législateur de 1923 avait imposé aux Noirs d’être munis d’un pass dès lors qu’ils circulaient d (...)
  • 13 Le Pan Africanist Congress fut fondé en 1959 par d’anciens membres de l’ANC opposés à la Charte de (...)

6L’ANC n’exerça pas pour autant de monopole sur les actions collectives contestataires. En 1946, le Natal Indian Congress et le Transvaal Indian Congress avaient déjà été à l’origine d’une campagne de « résistance passive » destinée à protester contre une loi restreignant le droit de propriété et la liberté de déplacement des Indiens. C’est également sans l’ANC que, le 1er mai 1950, l’Indian Congress et le Parti communiste organisèrent une large grève nationale contre la discrimination et le pass, ce document régulant la circulation des non-Blancs12. Près des deux tiers des ouvriers noirs ne se rendirent pas sur leur lieu de travail à cette occasion. Ces initiatives devaient d’ailleurs annoncer des rivalités entre les différentes organisations engagées dans la contestation de l’apartheid. En atteste, entre autres, la réaction des dirigeants de l’ANC à la concurrence exercée par le Pan Africanist Congress (PAC) au lendemain du massacre de Sharpeville. Réunies en congrès en décembre 1959, les instances dirigeantes de l’ANC avaient prévu de lancer une nouvelle campagne de mobilisation contre le pass entre le 30 avril et le 26 juin 1960. Informé de cette décision, le PAC, qui n’était alors qu’une structure aux effectifs restreints conduite par des dissidents de l’ANC13, entreprit de devancer son puissant rival. Dès le 21 mars, ses dirigeants enjoignirent les Africains de laisser chez eux leur pass et d’aller manifester pacifiquement. Quelques rassemblements se formèrent ça et là. L’un d’eux, organisé à Sharpeville, dégénéra. Soixante-neuf manifestants furent tués par les forces de l’ordre. En dépit de ce drame, la capacité du PAC à soutenir et encadrer des actions collectives le posa en principal concurrent de l’ANC dans la revendication du leadership du mouvement de libération nationale, contraignant celui-ci à s’ajuster :

  • 14 Mandela N., Un long chemin vers la liberté, op. cit., p. 251.

« Le massacre de Sharpeville créa une situation nouvelle dans le pays. Malgré l’amateurisme et l’opportunisme de leurs responsables, les militants de base du PAC firent preuve d’un grand courage et d’une grande force d’âme au cours des manifestations de Sharpeville et de Langa. En une seule journée, ils étaient passés aux premiers rangs de la lutte et Robert Sobukwe était salué dans le pays et à l’extérieur comme le sauveur du mouvement de libération. À l’ANC, nous dûmes faire de rapides adaptations exigées par cette nouvelle situation14. »

  • 15 Je reprends ici un large pan de la définition que Lilian Mathieu donne de « l’espace des mouvement (...)
  • 16 Lewis D., « Black Workers and Trade Unions », T. G. Karis & G. M. Gerhart (dir.), From Protest to C (...)

7À partir des années 1950, les positionnements et initiatives de ces organisations dessinèrent donc les contours d’un espace en soi de la protestation : un univers de « phénomènes réunissant des dimensions collectives, conflictuelles et orientées vers le changement social » ; un univers, également, « de pratiques et de sens relativement autonome à l’intérieur du monde social, et au sein duquel les mobilisations sont unies par des relations d’interdépendance15 ». À l’orée des années 1960, cet espace entra néanmoins dans une phase de moindre activité, du fait notamment de l’interdiction frappant l’ANC, le PAC et le Parti communiste, mais également de l’incarcération ou de l’exil de plusieurs de leurs dirigeants et militants, et de la répression s’abattant sur les responsables du syndicat noir SACTU. Preuve de cet affaiblissement, alors qu’entre 1955 et 1960, on relevait en moyenne 76 grèves annuelles, ce chiffre n’excéda pas la quinzaine en 1962 et en 196316.

  • 17 Le régime de l’apartheid a, dans un premier temps, distingué trois groupes « raciaux » : les Blanc (...)

8La protestation sociale dans son ensemble ne s’est cependant pas confondue avec la seule lutte contre l’apartheid. Des mobilisations plus catégorielles ont ainsi été conduites à différents moments de la seconde moitié du XXe siècle. Les mobilisations collectives n’étaient pas non plus le domaine réservé des Noirs, des Indiens et des Métis17, comme le prouvèrent les grèves d’ouvriers blancs dans les années 1980. La thématique de « La lutte » eut néanmoins des effets structurants sur l’espace de la protestation sociale. Elle en vint à rallier à elle, voire à phagocyter, d’autres types de revendications. L’enracinement local des militants clandestins de l’ANC, du Parti communiste ou du PAC, contribua grandement à cette situation. Leur activisme permit en effet de réinscrire de nombreux actes de mécontentement a priori très localisés et en lien avec les tracas de la vie quotidienne (les « bread-and-butter issues », comme la hausse des loyers ou celle du prix des services urbains) dans le large cadre du combat contre l’apartheid. Le boycott des bus organisé entre 1955 et 1957 dans la township d’Alexandra en fournit un assez bel exemple. Ce mouvement, qui conduisit durant plusieurs mois des milliers de personnes à rejoindre le centre de Johannesburg à pieds, répondait avant tout à une hausse des tarifs. Rapidement, les mots d’ordre, les slogans et l’identité même de certains des meneurs en firent pourtant une contestation directe du modèle urbain de l’apartheid et de l’un de ses principes-clefs : le maintien du salariat noir dans les townships, aux frontières de la ville, et par conséquent, à grande distance de ses lieux de travail.

  • 18 Le nombre annuel de grèves passe en effet d’une centaine, à la fin des années 1970, à près de 345 (...)

9Atone dans les années 1960, l’espace de la protestation sociale connut un regain d’activité à partir du début de la décennie suivante. Grandes grèves ouvrières à Durban en 1973, soulèvements de différentes townships en 1976 puis en 1983-1984, création d’un « front uni » de la contestation intérieure (le United Democratic Front/UDF, emmené, entre autres, par Desmond Tutu) en 1983, affirmation d’un syndicalisme noir (légalisé en 1979) s’engageant dans de nombreuses grèves au milieu des années 198018 et se rapprochant des organisations de La Lutte : tous ces éléments alimentèrent un renouveau de la contestation sociale lors des deux dernières décennies de l’apartheid, sur fond de connexion entre l’usine et la communauté. Ils marquèrent en outre un passage de relais entre les générations, comme le démontra la révolte des écoliers et lycéens de Soweto en 1976 (voir encadré).

  • 19 Guillaume P., Johannesburg. Géographies de l’exclusion, Paris, IFAS-Karthala, 2001, p. 187.
  • 20 Gervais-Lambony P., Territoires citadins. 4 villes africaines, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », (...)
  • 21 Sur cette idée de topographie des mobilisations collectives, on renverra à Auyero J., « L’espace d (...)

Soweto, 1976
Parmi les événements qui durant près d’un an plongèrent une large partie de l’Afrique du Sud dans un état insurrectionnel, ceux survenus en juin 1976 à Soweto, le grand ghetto noir de Johannesburg, sont généralement considérés comme les plus emblématiques de l’entrée en scène d’une nouvelle génération de militants. Le 16 juin, en réaction à la décision du ministre de l’Éducation de faire de l’Afrikaans la langue d’enseignement obligatoire dans les écoles noires, quelque 15 000 jeunes sowetans s’engagent dans un mouvement de protestation pacifique. La violence policière et militaire qui s’abat sur eux fait près de 200 morts. Cette réaction du pouvoir a aussitôt pour effet de consolider le soulèvement en lui conférant une nouvelle légitimité. Durant près d’une dizaine de mois, Soweto devient ainsi le théâtre d’affrontements violents entre jeunes et forces de l’ordre. Des gares et des centres économiques de la township sont bloqués, des locaux symbolisant la domination blanche (bâtiments administratifs, écoles, débits de boissons administrés par les autorités, etc.) détruits, et certains noms de rues effacés. Cette dernière pratique, qui vise à perturber l’orientation des militaires et des policiers dans le dédale que constitue le ghetto, traduit par ailleurs un « retournement de l’espace de l’apartheid19 » : la township devient presque un outil entre les mains de ceux qu’elle devait à l’origine permettre de surveiller. Plus généralement, ces soulèvements ont rappelé de la manière la plus probante la dimension spatiale des mobilisations collectives. Ils ont en effet auguré une « nouvelle forme de lutte urbaine » : « celle qui consista au sabotage et au boycott systématique de la ville de l’apartheid20 ». La topographie de la contestation s’enrichit également21 en intégrant les cimetières et les églises : les funérailles des victimes de la répression devinrent autant de moments de cohésion contre l’oppresseur.
La révolte gagna progressivement les autres townships de la région, puis celles du Cap et de Durban, avant de s’étendre aux principaux centres industriels du pays et aux universités noires. Les violences se soldèrent par plus de 600 morts au niveau national et par le départ de près de 4 000 jeunes vers les camps d’entraînement militaire de l’ANC.

Un monde soudain sans raison sociale ?

  • 22 Lumsden F. & Loftus A., « Inanda’s struggle for water through pipes and tunnels: exploring State-C (...)

10Les années 1990 ont vu le monde de la protestation se confronter à d’inédites interrogations. La fin de l’apartheid, l’émergence de la démocratie libérale, nouvellement garantie par une constitution démocratique, la reconnaissance des droits politiques des Noirs et l’ouverture de la sphère politique institutionnalisée, vidaient en effet de son sens un espace dont l’un des buts premiers avait été de permettre l’expression politique des non-Blancs. Essentiellement structuré autour d’organisations proches de l’ANC, cet espace ne pouvait plus, en toute logique, se définir et exister dans une opposition à l’État. Dans le prolongement de la transition élaborée au sein de la sphère politique, la protestation d’hier semblait même appelée à passer de « la résistance à la reconstruction22 ». Même expéditive, cette formule rend finalement assez bien compte des évolutions qui se sont progressivement opérées autour et au cœur même de ce secteur de la société sud-africaine.

11Parallèlement à leur volonté d’intégrer les anciens pôles contestataires dans l’écheveau démocratique, les nouveaux gouvernants ont entendu signifier la fin d’une époque et l’entrée dans une phase de « normalisation » de l’Afrique du Sud. Cette ambition justifia notamment la critique répétée des pratiques « d’hier ». En 1992, les campagnes de boycott des loyers lancées par SANCO afin de soutenir l’ANC dans ses négociations avec les élites politiques de l’apartheid, ne rencontrèrent que la réprobation de Nelson Mandela. Deux ans plus tard, au lendemain des premières élections démocratiques, Joe Slovo, figure majeure de la lutte contre la ségrégation et nouveau ministre du Logement, se montrait également des plus explicites :

  • 23 Joe Slovo, cité dans Bond P., Elite Transition, op. cit., p. 140.

« Les cibles d’hier étaient évidentes. Le boycott a affaibli l’ennemi et a joué, en définitive, un rôle important dans la mise à bas du système. Mais qui est l’ennemi aujourd’hui ? Qui est atteint par le boycott des loyers et des charges aujourd’hui, sinon ceux qui sont les plus dépendants des ressources accaparées par les boycotteurs ? On devine qui les boycotteurs frappent : Nelson Mandela, notre premier président démocratiquement élu23. »

  • 24 Seekings J., « Civic organisations during South Africa’s transition to democracy, 1990-1996 », D. (...)
  • 25 Bond P., Elite Transition, op. cit., p. 140.
  • 26 Barchiesi F., Precarious Liberation. Workers, the State, and contested social citizenship in posta (...)

12La question du non-paiement des factures et des loyers n’avait, il est vrai, rien d’anecdotique. En 1993, seulement un tiers des habitants des townships noires s’acquittait de ces sommes ; un cinquième l’année suivante24. Interprétées par certains comme les signes les plus apparents d’une plus vaste « stratégie de l’harmonie imposée25 », les mises en garde adressées à ces pratiques et comportements reflétaient surtout l’un des principaux engagements pris par les dirigeants de l’ANC lors des négociations avec ceux auxquels ils allaient succéder : préserver la stabilité sociale afin de rassurer, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières nationales, sur la capacité des nouvelles élites politiques à gouverner. Dans un tel contexte, et presque du jour au lendemain, la figure héroïque du jeune activiste noir animant le soulèvement de sa communauté était vouée à incarner l’extrémisme et le désordre26. Évoquant les femmes et les hommes impliqués dans les troubles sociaux et politiques qui, au sens premier du terme, enflammaient alors certaines townships, Nelson Mandela allait même plus loin en 1992 :

  • 27 Cité dans Saul J., « Cry for the beloved country: The post-apartheid denouement », S. Jacob & R. C (...)

« Nous sommes assis sur une bombe à retardement. […] Leur ennemi, c’est maintenant vous et moi, c’est-à-dire les gens qui conduisent une voiture et ont une maison. [Leur ennemi], c’est l’ordre, tout ce qui renvoie à l’ordre, et c’est une situation très grave27. »

  • 28 Cité dans Gumede W., « SANCO marches to a business drum », Star, 28 décembre 1996.

13Le futur président donnait ainsi l’impression de vouloir rassurer une certaine Afrique du Sud, celle qui, comme il le précise, possédait alors une voiture et une maison ; celle de la minorité blanche désormais menacée dans ses privilèges. Ces rappels au nouvel ordre aident à mieux comprendre les positions rapidement adoptées par la direction de la South African National Civic Organisation (SANCO), l’association créée en 1992 pour fédérer les civics au niveau national. Dès les premières heures démocratiques, l’un de ses dirigeants estimait ainsi que l’organisation ne pouvait plus être la maison des « révolutionnaires de l’instant et des individus impliqués dans les boycotts28 ». À plusieurs reprises, les instances nationales intervinrent pour dissuader les militants locaux des civics de s’engager dans la contestation de mesures prises par les municipalités ANC. Et les occasions ne manquèrent pas, comme le montrent les rébellions, déjà évoquées, des civics de Soweto ou de Port Elizabeth en 1995.

  • 29 Cité dans McDonald D. & Pape J. (dir.), Cost recovery and the crisis of service delivery in South (...)

14Le mouvement d’adaptation aux règles du nouveau jeu institutionnel connut une étape cruciale en février 1995, lors de la mise en place de la campagne gouvernementale « Masakhane » (« Construisons ensemble »). Portée par d’onéreux investissements publicitaires et utilisant l’image consensuelle de l’archevêque Desmond Tutu, Masakhane était alors présentée par le ministre en charge du suivi du RDP, Jay Naidoo, comme un moyen de faciliter « la restructuration des institutions de gouvernance afin de placer le pays sur la voie d’un développement durable29 ». L’ambition sous-jacente était pourtant moins nébuleuse. Il s’agissait en effet de promouvoir une nouvelle citoyenneté sud-africaine, construite sur l’affirmation de certains devoirs à l’égard de la « communauté », et notamment celui d’abandonner le non-paiement des loyers et des factures d’eau et d’électricité. Apposés sur des milliers de compteurs électriques, les autocollants imprimés pour l’occasion annonçaient d’ailleurs très clairement la couleur. Un sentencieux « Vos droits aux services – Votre responsabilité de payer » accompagnait ainsi un slogan tout aussi explicite : « J’ai payé pour mes services ! Et vous ? »

  • 30 Xali M., « “They are killing us alive”. A case study of the impact of cost recovery on service pro (...)

15Mais l’essentiel n’est peut-être pas là. Il réside plutôt dans le fait qu’à l’occasion de cette campagne, les membres locaux de SANCO furent invités à servir d’intermédiaires entre les pouvoirs publics et la population des townships. À charge pour eux de sensibiliser la seconde à ses nouvelles responsabilités. En dépit de certaines réticences, nombre de ces activistes ont semblé assumer ce rôle taillé sur mesure. Mthetho Xali rapporte ainsi le cas de militants qui, dans le quartier de Makhaza Section (Cape Town) en 1999, organisèrent jusqu’au transport d’habitants vers les différents points de paiement municipaux30. Quelques années plus tard, au plus fort des vagues de déconnexions massives frappant Soweto, l’un des responsables locaux de SANCO, par ailleurs élu municipal de l’ANC, rendait assez précisément compte des traductions données sur le terrain à la position nationale de son organisation :

  • 31 Le responsable « éducation » de la branch SANCO de Diepkloof, cité dans Khunou G., « “Massive Cuto (...)

« Nous avons changé la manière d’appréhender les problèmes pour lesquels la communauté nous sollicite. On a réalisé que la communauté est manipulatrice. Ils nous donnent une information qui est trompeuse […]. Quand il y a des problèmes, nous allons chez eux mais quand nous y sommes, nous voyons que la situation est différente de ce qu’ils disaient. Par conséquent, notre approche consiste à dire que c’est une mauvaise chose que les gens utilisent les services sans payer. Les gens irréalistes dans notre communauté utilisent jusqu’à 400 rands d’électricité mais ils ne paient que 100 rands à la fin du mois. Ils disent alors qu’ils sont au chômage. Comment pouvez-vous avoir huit personnes au chômage dans une même maison ? En tant que SANCO, nous avons pris une résolution : s’ils sont au chômage, ils doivent prendre leurs responsabilités en utilisant moins d’électricité. C’est une question de responsabilité. En tant que SANCO et en tant que communautés, nous avons une responsabilité : nous devons être comptables de ce que nous faisons. Il y a certaines choses dont on n’a pas besoin, notamment lorsque l’on est au chômage31. »

  • 32 Ntlonti P., Secretarial Report to SANCO 2d National Conference, Johannesburg, SANCO, 16-20 avril 1 (...)
  • 33 Lodge T., Politics in South Africa (From Mandela to Mbeki), Cape Town et Oxford, David Philip/James (...)
  • 34 Zuern E., « Continuity in contradiction? The prospects for a National Civic Movement in a democrat (...)
  • 35 Seekings J., « SANCO: Strategic dilemmas in a democratic South Africa », Transformation, no 34, 19 (...)

16Ce type de discours, qui se veut avant tout responsable (et responsabilisant), respectueux de ce qui constituerait les règles de la démocratie, peut être interprété comme une simple soumission aux mots d’ordre lancés par les dirigeants de l’ANC. Mais c’est avant tout la situation de son auteur, à la fois militant « de la société civile » et élu politique, qui retient l’attention. Ce double statut renseigne en effet sur les évolutions de ceux qui, jusqu’alors, avaient incarné le monde de la protestation sociale. Il résume à lui seul les effets qu’a pu avoir l’attraction exercée par l’espace politique institutionnel dès 1994. De nombreux dirigeants nationaux de SANCO et COSATU ont en effet rejoint le Parlement à l’issue des premières élections nationales, alimentant ainsi une réelle instabilité au sein de leurs organisations d’origine. En 1995, l’association de civics avait déjà connu trois présidents et trois secrétaires généraux différents depuis sa création, en 1992. Son comité exécutif national était par ailleurs intégralement renouvelé en 1997. Lors du congrès organisé la même année, le secrétaire national regretta surtout, qu’au-delà des problèmes posés par leur manque d’expérience, nombre de dirigeants nouvellement élus « disparaissent » ou négligent leurs « engagements et devoirs32 », souvent par manque de compétences. Les « migrations » vers l’espace politique s’observèrent également au niveau local dès 1995, lorsque de nombreux militants de SANCO délaissèrent les civics pour des emplois ou des sièges d’élus au sein des nombreuses municipalités conquises par l’ANC. La même année, une note interne révélait d’ailleurs que ces transferts avaient plongé les fédérations SANCO du Western Cape, du Mpumalanga et de l’Eastern Cape dans une quasi-inactivité33. Le constat n’était guère plus rassurant sur le terrain. Dénuées de toute ressource logistique (téléphone, bureau, etc.), les civics de nombreuses townships étaient progressivement entrés en veille, leurs membres limitant leur activité à la résolution de conflits de voisinages34. S’ajoutèrent à cela d’importants problèmes financiers. Soutenue dès sa création par diverses institutions étrangères, dont la Communauté européenne et des syndicats suédois35, SANCO ne parvint plus, dès le milieu des années 1990, à fournir de garanties durables quant à l’emploi de ces fonds. Parallèlement, l’organisation pâtit certainement de la mise en place d’une démocratie rendant son rôle moins évident aux yeux de ses bailleurs et, peut-être surtout, de l’émergence de civics indépendants dans certains camps de squatters situés en périphérie des townships.

Renaissance du « mouvement social » ?

17C’est donc dans un contexte marqué par un repli de la protestation sociale organisée qu’apparaissent, au début des années 2000, différentes structures revendiquant la bannière du mouvement social : l’Anti-Eviction Campaign au Cap, l’Anti-privatisation Forum ou le Soweto Electricity Crisis Committee à Johannesburg, le Concerned Citizens Forum à Durban, le Landless People’s Movement dans le Gauteng, le Homeless People’s Movement, etc. Si des signes d’un mécontentement populaire apparaissent ici et là bien avant la naissance de ces organisations, leurs créations quasiment groupées ont néanmoins façonné, dans l’espace public, la représentation d’un mouvement relativement homogène et rassemblant autour d’une cause commune. Il est vrai qu’une même dénonciation résonne alors dans les marches, manifestations et autres communiqués de presse délivrés par ces organisations : celle du manque de logements, du chômage et de la médiocrité ou de l’inaccessibilité des services comme l’eau, l’assainissement et l’électricité ; celle également du désintérêt des élites politiques pour les plus pauvres.

  • 36 Cité dans Pithouse R., « Struggle is a School: the Rise of a Shack Dwellers’ Movement in Durban, S (...)
  • 37 Le terme Indaba, issu des langues Zoulou et Xhosa, désigne un rassemblement ou une réunion qui doi (...)

18Cette homogénéité apparente peut en outre s’appuyer sur la simple observation des liens qui, très rapidement, se sont tissés entre ces groupements. Il n’est ainsi pas rare que, notamment lorsqu’ils accèdent aux médias, certains dirigeants établissent des parallèles entre leurs propres revendications et pratiques et celles des autres structures, renforçant ainsi l’idée d’une cause commune. En 2005, deux des principaux leaders de l’Anti-Eviction Campaign (AEC) du Cap, sont par exemple présents lorsque des habitants du campement informel de Kennedy Road, à Durban, organisent une grande marche demandant la démission du conseiller local ANC. L’un d’eux prend même la parole à l’issue de la manifestation et fustige l’ennemi commun : cette « guerre coloniale » menée contre les plus pauvres, qui s’accommode autant de l’apartheid que de la démocratie36. En gage de solidarité, quatre personnes sont élues par la « communauté » de Kennedy Road, envoyées au Cap pour rencontrer des militants de l’AEC et apprendre de leur expérience. Certains de ces liens vont en outre s’institutionnaliser au fil des années 2000. Lors de la première moitié de la décennie, l’organisation Indaba est ainsi créée, avec pour tâche de réunir régulièrement des représentants de différentes structures et d’apparaître, par conséquent, en porte-parole de ce « Rassemblement du Mouvement Social37 ». Ambitionnant de fédérer les principales organisations protestataires alors en activité, Indaba est dotée d’un bureau et d’un compte en banque destiné à soutenir les affiliés qui en auraient besoin, notamment à la suite d’arrestations. Son existence justifie surtout la tenue de réunions annuelles, qui doivent déboucher sur l’adoption de positions communes et le partage d’expériences. L’unité qu’est censée incarner Indaba en ce début de millénaire a rapidement été mise à l’épreuve. C’est en son nom qu’en septembre 2002, un cortège de près de 30 000 personnes se forme dans les rues de Johannesburg, alors que des dizaines de chefs d’États sont réunis dans un luxueux centre de congrès du quartier d’affaires de Sandton pour les besoins du Sommet sur le Développement durable. Le succès de cette action massive n’empêcha cependant pas la rapide apparition de lignes de fractures délétères au sein du collectif. Ainsi, les élections nationales de 2004 et celles, locales, de 2006 ne permirent pas de renouer avec l’idéal d’un front uni d’organisations. Tenus par le principe d’autonomie des affiliés, les porte-parole d’Indaba renoncèrent rapidement à toute idée d’action commune lors de ces scrutins, laissant par conséquent le champ libre aux positionnements les plus contradictoires : alors que les dirigeants de certaines organisations affirmaient la nécessité d’une participation directe via la présentation de candidats labellisés « mouvement social », d’autres appelaient au boycott des urnes ou refusaient, plus simplement, toute intrusion sur un terrain perçu comme trop éloigné des intérêts des plus pauvres.

  • 38 Entretien avec l’un des membres de Zabalaza, collectif « anarcho-communiste » proche de l’APF, Joh (...)

19L’ambition manifestée par certaines leaders de rassembler – même a minima – la protestation ne s’est pas éteinte avec Indaba. En 2008, une démarche analogue a ainsi conduit à la naissance de la Poor’s People Alliance, cette dernière mettant progressivement en relation Abahlali baseMjondolo (Durban et Cape Town), l’Anti-Eviction Campaign (Province du Cap Ouest), le Landless People’s Movement (Johannesburg) et le Rural Network (Province du KwaZulu Natal), autour d’une plate-forme contre les expulsions. S’engageant à échanger régulièrement sur leurs modes d’action dans le cadre d’ateliers, leurs dirigeants respectifs entendent surtout poser les fondations d’une solidarité inter-organisationnelle se manifestant, notamment, dans la conduite d’une campagne nationale de boycott des scrutins électoraux et dans le partage d’une liste de diffusion électronique susceptible de mobiliser au plus vite leurs différents réseaux en cas de violence policière. Cette dernière forme de solidarité – face à la répression, qu’elle soit policière ou judiciaire – s’est d’ailleurs imposée comme une nécessité avant même les créations d’Indaba ou de la Poor People’s Alliance. Le 16 avril 2002, alors que plusieurs membres du Soweto Electricity Crisis Committee se rassemblent sur les marches du tribunal de Johannesburg pour soutenir des « camarades » sur le point d’être jugés pour « dommages avec intention de nuire à la propriété privée », une centaine de militants du Concerned Citizens’ Forum exprime son soutien en faisant de même devant le tribunal de Durban. Une telle solidarité peut également prendre des reflets très matériels. C’est le cas lorsque certains activistes de la Province du Gauteng tentent de lever des fonds pour la libération d’un opposant aux expulsions qui frappent les zones pauvres du Cap38, ou quand des membres de l’APF logent des militants de l’AEC venus à Johannesburg défendre leur cause devant la Cour constitutionnelle.

20Avant même que ne soit formulée l’idée de partager certains savoir-faire, les pratiques ont également circulé d’une organisation à l’autre. En 2005, au lendemain de la première grande marche des squatters de Durban, qui a rassemblé entre 5 000 et 8 000 manifestants, l’un de ses organisateurs, S’bu Zikode, affirme ainsi à un journaliste du quotidien local The Mercury que si ce type d’action ne porte pas ses fruits (l’installation de sanitaires et la construction de logements), « les gens » prendront ce dont ils ont besoin par « la force ». Et Zikode d’évoquer l’opération Khanyisa, conduite quelques années auparavant par des activistes de Soweto pour reconnecter illégalement les ménages au réseau électrique. Dans un même ordre d’idée, lorsque des manifestants se réclamant du Mpumalanga Concerned Group se rassemblent devant des bâtiments municipaux un après-midi de mars 2002, ils recourent à une pratique expérimentée quelques mois plus tôt par des résidents de Tafelsig, à Cape Town : plusieurs d’entre eux brandissent en effet des billets de 10 rands, la somme qu’ils jugent nécessaire pour couvrir la consommation mensuelle d’eau et d’électricité indispensable à une vie décente. Avant tout symbolique, cette initiative vise à battre en brèche l’image du « mauvais payeur » à laquelle recourent parfois les autorités municipales pour désigner ces populations pauvres.

Les sentinelles de la « communauté »

  • 39 McAdam D., Political Process and the development of Black Insurgency (1930-1970), The University o (...)
  • 40 McKinley D. & Veriava A., Arresting Dissent, op. cit.

21La plupart des organisations au centre de cet ouvrage se déploie sur deux niveaux et fonctionne sur le mode du « parapluie ». Elles s’apparentent ainsi à des bannières déployées au niveau d’une province, d’une région ou d’une agglomération, et sous lesquelles se rassemblent des « affiliés ». L’idée de fédération est dès lors la plus à même de résumer le fonctionnement interne de ces structures. Si toutes disposent d’une instance centrale (un président ou un chairperson entouré d’un bureau, comme c’est par exemple le cas de l’Anti-Privatisation Forum ou d’Abahlali baseMjondolo, ou une poignée de « coordinateurs », modèle choisi pendant un temps par l’Anti-Eviction Campaign), leurs affiliés ne sont pas dépourvus d’une certaine autonomie. Ceux-ci, qui mobilisent au niveau des « communautés » ou, plus concrètement, des voisinages et des quartiers, s’apparentent à des rassemblements d’habitants autour de quelques leaders communautaires. Cette présence au niveau d’un quartier ou d’une « communauté » est loin d’être anodine. Elle renvoie à une forme de mobilisation que les habitants des zones populaires d’Afrique du Sud connaissent souvent très bien. Comités de rue, de quartier ou de vigilance font en effet le tissu social de ces espaces depuis des décennies. Dans la Province du Gauteng, l’Anti-Privatisation Forum repose ainsi sur une trentaine d’affiliés (répartis entre les régions du Vaal, de Pretoria, de l’East Rand et de Johannesburg), qui empruntent aux modèles des « comités de crise » (Soweto Electricity Crisis Committee, Orange Farm Water Crisis Committee, Evaton West Community Crisis Committee, etc.) ou à celui des associations d’habitants « concernés » (Kliptown Concerned Residents, Marlboro Warehouse Concerned Residents, Tembisa Concerned Residents Committee, etc.), traditionnellement mis en place dans les voisinages pour faire face à certains maux. Implantée dans la Province du Cap occidental, l’AEC fédère quant à elle près d’une quinzaine de ces associations actives dans les townships noires ou couloured (Mitchells Plain, Khayelithsa, Delft, etc.) ou dans des banlieues pauvres ayant connu des vagues d’expulsions (Woodstock, Athlone). Ces collectifs locaux (on parle de community-based organisations ou de grassroots organisations) n’apparaissent pas par enchantement, engendrés par la seule colère d’une poignée d’habitants motivés. Ils prennent parfois le relais de structures déjà existantes, ce qui peut bien évidemment leur assurer le bénéfice de ressources utiles à la mobilisation39 : un local de réunion, ou bien encore, un groupe d’individus déjà constitué. C’est par exemple le cas à Isipingo, dans la région de Durban, où l’une des branches du Concerned Citizens’ Forum est créée par un instituteur syndiqué qui réactive les réseaux du civic devenu moribond dans son quartier. Aux portes de la grande métropole de Johannesburg, le Soweto Electricity Crisis Committee, affilié à l’APF, peut quant à lui s’appuyer sur une association fondée préalablement par des habitants du quartier de Pimville, ainsi que sur l’appartenance antérieure de nombre d’entre eux au civic et/ou à la section locale de l’African National Congress. Non loin de là, à Orange Farm, un vaste terrain agricole investi par des ménages pauvres à la fin des années 1980, le rassemblement d’habitants est orchestré par des femmes et des hommes ayant quitté les représentations locales de l’ANC et de SANCO pour dénoncer le comportement de leurs responsables40. Le « comité de crise » qu’ils mettent sur pied doit ainsi, en contournant la section partisane et le civic, permettre de mobiliser et de protester contre les coupures d’eau et d’électricité qui se multiplient depuis 1996. À Mandela Park, enfin, dans l’agglomération du Cap, la représentation locale de l’Anti-Eviction Campaign est un décalque du comité de vigilance local mis en place quelques années auparavant.

  • 41 Les stokvels sont des clubs d’épargne informels. Chaque mois, les membres contribuent à la formati (...)
  • 42 « Involvement in civil society », B. Klandermans, M. Roefs & J. Olivier (dir.), The State of the p (...)
  • 43 Bundy C., « Survival and Resistance: Townships Organisations and Non-violent direct Action in Twen (...)
  • 44 Heusden P. & Pointer R., Subjectivity, politics and neo-liberalism in post-apartheid Cape Town, Du (...)
  • 45 Un membre du DRA cité dans ibid., p. 132.
  • 46 Ibid., p. 133.

22Les affiliés des organisations protestataires apparues depuis le début des années 2000 ne détonnent donc pas dans un tissu social très souvent caractérisé, en milieu populaire, par la présence et l’activité de formes associatives relativement routinisées : comités de rues ou de quartiers, stokvels41, associations d’auto-défense, regroupements de jeunes, de contribuables ou de retraités, etc. Une enquête menée entre 1994 et 200042 révélait ainsi que 60 % des Sud-Africains s’étaient, à un moment ou à un autre de cette période, engagés activement dans au moins une organisation locale (grassroots organisation). Les premières traces de cette présence associative sont à rechercher du côté des comités de vigilance et autres comités d’habitants qui émergèrent à la fin du XIXe siècle dans les zones d’habitation des Noirs43. Parties prenantes de la vie des quartiers, ces associations connurent un nouveau souffle au cours des années 1970, à la faveur de la prolifération des civics (voir l’encadré « Rendre les townships ingouvernables »). Devenus centraux dans les townships, les quartiers et les rues, les civics en arrivaient très souvent à encadrer la vie publique, revendiquant notamment de pouvoir seuls incarner « la communauté ». Les premières années de la démocratie ont cependant vu nombre de ces structures péricliter même si, aujourd’hui encore, certaines disposent d’une place prépondérante dans des zones urbaines dont elles entendent rester les vigies. Elles peuvent alors compter sur le rôle que remplissent leurs membres les plus actifs lorsqu’ils apportent, entre autres, une assistance à des voisins ne comprenant pas la facturation de certains services comme l’eau ou l’électricité ou les aident à percevoir des allocations sociales dont ils ne connaissent pas l’existence. Cette présence à différents instants de la vie d’un quartier confine parfois à l’administration, voire à un travail de représentation politique, de cet espace. L’étude réalisée par Rebecca Pointer et Peter van Heusden dans certaines parties de l’agglomération du Cap44 est sur ce point éloquente. S’intéressant à Driftsands, les deux sociologues se sont penchés sur les différents processus ayant conduit à la « constitution de la communauté » dans ce quartier relativement jeune, qui ne se développe vraiment qu’au début des années 1990, lorsque des habitants d’une autre zone, Crossroads, s’y réfugient afin de fuir les tensions entre militants de l’ANC et du PAC. Les auteurs de l’étude insistent ainsi sur l’importance qu’a pu y prendre la création d’un comité d’habitants, la Driftsands Residents Association (DRA). Formée en 1993, cette association repose à l’origine sur l’activité d’une dizaine de personnes, qui prend rapidement en charge le développement de différents projets locaux, comme l’ouverture d’une crèche ou la création de jardins potagers. Ces initiatives permettent à la DRA de conquérir une forme d’autorité au sein du quartier, qui l’autorise à traiter un spectre toujours plus large de « problèmes » (« S’il y a un problème, le comité se réunit en premier et en parle, puis il appelle la communauté, lui explique, écoute ce que la communauté a à dire et après ça, le comité dit [aux membres de la communauté] ce que nous avions en tête sur ça, ça et ça45. »). De manière presque logique, l’association en vient surtout à s’arroger le droit de parler au nom de la communauté et, forte de cette prétention, s’érige en interlocutrice des autorités politiques et administratives lors de la construction de maisons RDP dans le quartier. Ses responsables négocient avec la puissance publique, participent à la fixation du montant des contributions financières et organisent, auprès des ménages, la collecte de l’argent nécessaire à l’achat des terrains. La DRA assume alors véritablement un « rôle disciplinaire46 » au sein de la communauté, s’autorisant à écarter du programme les familles qui ne veulent ou ne peuvent régler une telle somme.

  • 47 Harber A., Diepsloot, Johannesburg & Cape Town, Jonathan Ball Publishers, 2011, p. 87-88.

23La structuration sociale des quartiers populaires autorise cependant des dérives allant bien au-delà du seul contrôle social d’une zone. À Diepsloot, une localité au nord de Johannesburg, le civic SANCO a ainsi, dès le début des années 2000, su profiter des carences de la puissance publique pour s’assurer une quasi-mainmise sur des espaces entiers d’habitations. Les militants du civic y ont notamment imposé le ministère d’un tribunal « de la communauté » devant lequel les plaignants sont contraints de débourser 50 rands s’ils veulent voir leur cas traité. Les mêmes se jouent également de la désorganisation des autorités pour revendre certaines parcelles d’une zone de logement informel et prélèvent, enfin, un « impôt » sur les commerçants étrangers en échange d’une protection47.

  • 48 Les shebeens sont des bars plus ou moins clandestions que l’on trouve dans les quartiers populaire (...)
  • 49 Oberschall A., Social conflict and social movements, Englewood Cliffs (NJ), Prentice Hall, 1973, p (...)

24Cette rapide description de tout un pan de la vie sociale des townships d’hier et d’aujourd’hui vaut également pour les camps de squatters, dont le nombre s’est accru ces dernières années. La formation même d’Abahlali baseMjondolo, qui mobilise dans différents campements des environs de Durban, l’illustre assez bien. Au fil des années, ces zones de logements informels se sont, chacune, dotées d’un comité de développement élu par les habitants. Ces instances ont de ce fait revendiqué une légitimité leur permettant de dialoguer avec la municipalité ou toute autre entité publique ou privée. Le comité de Kennedy Road, où se trouve le noyau militant originel d’Abahlali, a par exemple réussi à imposer aux propriétaires de shebeens48 qu’ils ferment leurs commerces la nuit, de nombreux habitants se plaignant de l’insécurité entretenue par une telle activité. Il a également mis sur pieds des patrouilles nocturnes de « vigilants » et longuement négocié une meilleure collecte des ordures avec les services de la ville. La mise en relation, au niveau de l’agglomération, de plusieurs de ces instances a en partie rendu possible la fondation et la structuration d’Abahlali baseMjondolo à partir de 2005. Elle a en effet fourni au mouvement naissant des leaders communautaires établis49 et des individus ayant déjà fait l’expérience d’un collectif organisé.

  • 50 En 2005, un rapport rédigé par le Bureau du Secrétaire général de l’ANC reconnaissait que seulemen (...)
  • 51 Un « comité de déploiement » (deployment committee) opère même depuis le siège national de l’ANC a (...)

25L’espace public local des quartiers populaires incorpore d’autres types de groupements. Lorsqu’elles ne se résument pas à de simples coquilles vides50, les sections ANC sont souvent des lieux d’influence, en raison, notamment, du clientélisme que privilégient leurs responsables en matière d’accès au logement ou aux emplois municipaux. Ces individus bénéficient en outre de la politique de « redéploiement » que pratique leur parti51, nombre d’entre eux se retrouvant employés par des municipalités, le plus souvent en tant que « médiateurs communautaires » (community liaison officers), garants du dialogue entre la population et l’autorité locale. Certaines affaires ont d’ailleurs mis en lumière des conflits d’intérêts patents, notamment lorsque ces personnes se trouvent être plus ou moins directement impliquées dans des petites ou moyennes entreprises ayant disposé d’un accès privilégié à différents marchés publics municipaux (ramassage des ordures, travaux publics en tout genre).

  • 52 Les CPF doivent permettre d’établir une communication et une coopération entre les habitants du qu (...)
  • 53 Harber A., Diepsloot, op. cit., p. 108-109.
  • 54 Mosoetsa S., « Compromised communities and re-emerging civic engagement in Mpumalanga township, Du (...)
  • 55 Voir, entre autres, Alexander P., « Anti-globalisation movement, identity and leadership: Trevor N (...)
  • 56 Entretien avec Siyanda Centwa, le 24 juillet 2012, Grahamstown.

26Enfin, il ne faut pas ignorer, d’une part, les différentes instances de participation et de médiation mises en place après 1994 pour aider au « développement » de la nouvelle Afrique du Sud (Community policing forum52, Community development forum, etc.), d’autre part, le rôle joué par les nombreuses Églises que compte le pays. Les premières ont souvent su institutionnaliser le mouvement dessiné par les associations et autres forums de quartiers particulièrement influents durant la lutte contre l’apartheid. Dans un essai consacré aux quartiers populaires de Diepsloot, le journaliste Anton Harber rapporte ainsi l’histoire de cette femme qui, découvrant l’infidélité de son mari, saisit le comité de rue. Les membres de ce dernier décident alors de soumettre le conflit au Community policing forum, lequel, mêlant ses prérogatives légales aux usages traditionnels de la justice de rue, entend les parties et rend un jugement accepté tant par la « plaignante » que par les « accusés53 ». Particulièrement bien implantées dans les zones pauvres d’Afrique du Sud, les Églises ont, quant à elles, souvent su étoffer leur objet social premier. À Mpumalanga, township noire de la région de Durban où vivent certains militants du Concerned Citizens Forum au début des années 2000, les représentants des églises méthodistes, anglicanes et catholiques n’ont pas hésité à rompre le silence autour du sida, se démarquant ainsi du négationnisme ambiant. Au-delà d’un travail d’information sur la maladie, ils ont notamment apporté leur soutien à des associations de femmes visitant les malades et venant en aide à leurs familles54. Souvent critiquée par nombre de dirigeants protestataires se réclamant du « socialisme », l’insertion d’activistes sociaux dans les divers réseaux qui se forment autour de ces églises est pourtant avérée en différents points du territoire55. Elle débouche parfois sur le recrutement de nouveaux adhérents, comme le montre le cas de ce jeune militant de l’Unemployed People’s Movement ayant convaincu trois de ses coreligionnaires adventistes de rejoindre les rangs de la protestation sociale56.

  • 57 Entretien avec Zodwa, membre du SECC et élue municipale, 15 juillet 2009, Johannesburg.

27Cet ensemble d’associations, de groupements et de collectifs, qui peut sembler disparate au premier abord, forme un maillage social dont la force varie (notamment) au gré du multi-engagement de nombreux habitants (« En tant que membre de la communauté, tu es toujours impliqué dans plein de choses dans le quartier57 ») :

« Durant le combat contre l’apartheid, le civic était une structure pour tout le monde, mais pas formelle. Les gens se rencontraient… Ça dépendait des quartiers. Ça prenait le caractère du quartier […] Quand je suis devenu conseiller [Nda : élu local], j’étais également membre d’un civic… Tu sais, ça fait partie de notre histoire. Je suis devenu conseiller à cause du civic, et non parce que le parti [Nda : l’ANC] me l’a demandé, même si j’étais membre du parti… J’ai refusé d’être conseiller quand le parti me l’a demandé, pour des raisons politiques. Mais avec le civic, je n’avais pas le choix… Tu sais, c’est très « grassroots ». C’est une communauté. Il n’y a pas de chef ou de bureau qui te demande […] (Vous, vous étiez donc impliqué dans un civic avant… Dans les années 1980…) Oui, dans les années 1980, avant, et dans les années 1990, comme tout le monde […] Puis, dans les années qui ont suivi, nous avons eu le Community development forum, en 1994-1995 […] Donc, pour les gens comme moi, il fallait assister à la réunion du civic, à la réunion du CDF, à la réunion de l’ANC… Et il pouvait aussi y avoir la réunion du Parti communiste. Et moi, je travaillais pour un syndicat. Il fallait donc que j’assiste à la réunion syndicale […] C’était par conséquent normal pour un gars comme moi d’aller le lundi à la réunion du civic, puis le mardi à celle du Parti, et ainsi de suite […] Et même si je n’avais pas été employé par un syndicat, je suis un ouvrier… j’aurais donc assisté aux réunions Cosatu… Même sur nos T-shirt, on avait “ANC”, “Sanco” [Nda : l’association nationale des civics], “SACP” […] » (Entretien avec l’organisateur du SECC, Durban, 7 juillet 2009).

  • 58 Comme le suggère Nicolas Mariot, cette attitude est, d’une manière générale, et quel que soit le c (...)

28Il faut cependant se garder d’interpréter la participation à toutes ces réunions de rues et de quartiers sous l’angle d’une adhésion collective et populaire ou d’une passion démocratique diffuse. Plus prosaïquement, la présence de certains habitants tient parfois à une forme d’habitude, qui les voit se reposer sur une certaine routinisation de ces moments, sans que se manifeste une quelconque « conviction58 ».

De la proximité

  • 59 McAdam D., « Pour dépasser l’analyse structurale de l’engagement militant », art. cit., p. 57.

29Les réseaux d’interconnaissance, plus ou moins anciens, qui se développent par le biais des associations et de groupements locaux divers, occupent une place dans le processus de formation des collectifs protestataires. Après la fondation de l’organisation, les premiers cercles, souvent constitués d’amis ou de voisins, jouent un rôle prépondérant dans le recrutement de nouveaux militants. Nombreux sont ainsi les femmes et les hommes qui affirment avoir adhéré après s’être laissés convaincre par un proche, déjà impliqué, de les accompagner à une réunion publique. Pour autant, le fait de connaître un activiste ne pousse pas mécaniquement et systématiquement à adhérer. Comme le note Doug McAdam, ces « liens préexistants n’ont [vraiment] de chances d’encourager l’activisme que lorsqu’ils (a) renforcent la forte identification d’une recrue potentielle à une identité particulière et (b) aident à établir un lien fort entre cette identité et le mouvement en question59 ». Or, aller à de telles réunions avec un ami, un parent ou un voisin, permet certes de dédramatiser et de simplifier l’accès au collectif (quels qu’en soient l’objet et le contexte, décider de se rendre seul à une réunion est rarement la décision la plus évidente), mais c’est surtout une occasion de se voir confirmer que d’autres « gens ordinaires », terme en vogue au sein des organisations protestataires, connaissent la même détresse et les mêmes menaces mais ont pris l’initiative d’y faire face.

  • 60 Dobry M., « Calcul, concurrence et gestion du sens », P. Favre (dir.), La Manifestation, Paris, Pr (...)
  • 61 Mathieu L., « Les mobilisations improbables : pour une approche contextuelle et compréhensive », S (...)
  • 62 Gould R. V., Insurgent identities. Class, community, and protest in Paris from 1848 to the Commune (...)
  • 63 Kotze J. S., « Service delivery and voting behaviour: A comparative overview of the 2004 general e (...)
  • 64 Sur la relation entre mobilisation et espace, voir notamment Boumaza M. & Hamman P. (dir.), Sociol (...)
  • 65 Une militante d’Abahlali baseMjondolo citée dans Bryant J., « Toards delivery and dignity. Communi (...)
  • 66 Entretien avec Nosango Mini, le 26 juillet 2012, Grahamstown.
  • 67 Mariot N., Bains de foule, op. cit., p. 311.
  • 68 Ibid.
  • 69 Au début des années 2000, Marie Plancq-Tournadre observait avec quelle facilité les militants de l (...)

30La proximité peut faire sentir ses effets d’une autre façon. Le fait que les organisations protestataires recrutent avant tout au niveau des quartiers engendre a priori quelque incitation à aller manifester ou à grossir les rangs d’un rassemblement public. Dans ces espaces aussi densifiés et contigus que le sont certaines zones de townships, chacun peut aisément observer que ses voisins « s’engagent », ce qui est loin d’être anecdotique : « un mouvement qui prend, c’est toujours un processus dont les protagonistes peuvent vérifier que d’autres unités naturelles de l’espace de la mobilisation [Nda : les voisins, dans le cas qui nous intéresse] entrent également en mouvement, ou sont sur le point de le faire60 ». On sait ainsi que l’on ne sera pas seul, que la « mobilisation ne sera pas “ridicule”61 ». Il peut en résulter un « encouragement mutuel et rassurant62 » à oser franchir le pas. Par ailleurs, ne pas « suivre le mouvement » peut, dans les mêmes conditions, exposer à des représailles ou à la menace d’un isolement au sein du voisinage. À Khutsong, par exemple, l’appel au boycott des élections locales en 2006, à la suite de violentes manifestations, explique certainement un taux d’abstention qui, avoisinant les 99 %, rend aisément repérables les votants. Ces derniers ont dès lors été mis au ban de la communauté, la maison de l’un d’entre eux étant même incendiée quelques jours après le scrutin63. L’influence de la configuration spatiale sur la participation à la mobilisation est encore plus probante dans le cas des camps de squatters, ces zones de cabanes en tôle collées les unes aux autres ou séparées par d’étroites ruelles64. Un cadre aussi confiné peut en outre suggérer quelque stratégie aux activistes. En mars 2005, le blocage d’une route par près de 700 personnes, à proximité du campement de Kennedy Road (Durban), donne ainsi lieu à un intense travail de mobilisation préalable : ses initiateurs frappent aux portes des cabanes dès quatre heures du matin, armés d’un mot d’ordre a priori sans appel, « We all need houses, we all must go ! » : « Nous avons tous besoin de maisons, nous devons tous y aller ! » Forts du succès alors rencontré, les responsables de l’organisation décident que seules « les grands-mères, les femmes enceintes et les personnes handicapées » seront à l’avenir dispensées de se joindre aux marches organisées contre l’administration ou contre le conseiller municipal du ward65. La démarche est assez semblable dans le campement de Motsoaledi, en bordure de l’une des principales artères de Soweto. Crée en 2005, affilié à l’Anti-Privatisation Forum et proche du mouvement anarcho-communiste Zabalaza, le Motsoaledi Concerned Residents (MCR) convoque une réunion publique qui rassemble plusieurs dizaines d’habitants un soir de janvier 2010. Il y est décidé de perturber la circulation pour mieux faire entendre les revendications de la population du campement, revendications portant principalement sur le logement (certaines familles sont inscrites sur les listes d’attribution de maisons RDP depuis 1996) et la gratuité de l’électricité. Aux premières heures du jour suivant, craignant que la ferveur de la veille soit retombée, les membres les plus actifs du MCR vont à leur tour de cabanes en cabanes, s’assurant ainsi la présence massive d’habitants derrière les barricades et les pneus enflammés qui, quelques heures plus tard, barrent la route conduisant au centre de Johannesburg. Au-delà de l’accent mis sur un évident contrôle social, ces exemples rappellent, plus généralement, que ces manifestations ne sont pas des rassemblements homogènes d’individus venant, en connaissance de cause et la rage au ventre, marquer leur déception à l’égard des autorités politiques. Interrogés sur ce qui les pousse à marcher ou à se joindre à des rassemblements devant des bâtiments publics, certains peinent à répondre avant, parfois, d’ajouter qu’ils le font « parce que tout le monde l’a toujours fait » depuis l’apartheid et « parce que ça continue66 ». Pour ces femmes et ces hommes, prendre part à une manifestation n’est dès lors pas un geste politique chargé de sens, mais une évidence que l’on ne discute plus vraiment, « parce que c’est comme ça ». On retrouve ici de quoi conforter l’hypothèse selon laquelle « la robustesse du lien social présuppose une part importante de conformisme67 ». L’emploi de ce dernier terme n’est en rien condescendant. Il vise simplement à souligner que tous les actes individuels ne résultent pas d’un choix, d’une conviction ou d’une réflexion éclairée. Les femmes et les hommes peuvent en effet se reposer sur des institutions68 ou des moments qu’ils connaissent bien, se laissant ainsi porter par une certaine habitude. Dans le cas présent, un tel phénomène est certainement amplifié par l’emploi de modes d’actions – réunions de quartier, marches dans les rues des townships, boycott des factures, etc. – particulièrement routinisés. Un grand nombre d’habitants des quartiers populaires les a en effet pratiqués plus ou moins régulièrement, et souvent sans en discuter le sens ou l’intérêt69, depuis la fin des années 1970.

  • 70 Bénit-Gbaffou C., « Démocratisation et participation locale à Johannesburg : la voix et les voies (...)
  • 71 Darracq V., « Dans le parti, dans le quartier : les branches locales de l’African National Congres (...)

31S’ils en sont de solides ressources, la « communauté » et les réseaux qui la parcourent peuvent également desservir la mobilisation. Prenons le cas des membres du Community Initiative Development Forum d’Eldorado Park (Johannesburg). Alors qu’ils cherchent à résoudre leurs problèmes de logement et d’arriérés de factures d’eau et d’électricité, ceux-ci s’adressent dans un premier temps au maire (ANC) qui, dans un bel élan de confusion des genres, les réoriente non pas vers l’élu de leur circonscription (il est vrai, issu des rangs de la Democratic Alliance) mais vers la section locale de l’ANC70. A priori anecdotique, cet épisode éclaire pourtant un autre aspect de la vie des quartiers : lorsqu’elles sont suffisamment actives (ce qui est néanmoins loin d’être toujours le cas), les sections locales ANC s’érigent assez facilement en intermédiaire entre les habitants et les autorités publiques ANC71, ce qui offre a priori aux militants de pouvoir intervenir dans la répartition de différentes ressources (emploi, logements) et, dans le même mouvement, de disposer de moyens pour sanctionner toute velléité de contestation :

« Tu sais, dans mon quartier… Mais c’est vrai dans tous les quartiers… Si tu dis que tu soutiens le SECC, tu n’auras pas de bons alimentaires… Pas de job local, comme ceux du programme “Travaux publics”, où tu travailles pendant trois mois… Si tu dis que tu soutiens Trevor (Ngwane), tu ne l’auras pas ce boulot… Et ils [Nda : les responsables locaux de l’ANC et du SACP] savent qui soutient Trevor. » (Entretien avec Trevor Ngwane, organisateur du SECC, 7 juillet 2009, Durban)

La communauté en mouvement

32C’est donc au niveau le plus local, celui du quartier, de la township ou du campement, que s’organise le premier front de lutte : contre les expulsions frappant une rue, pour la construction de logements sur une parcelle assainie, etc. L’affiliation à un niveau supérieur (l’agglomération, la province) apparaît, quant à elle, comme un moyen de s’inscrire dans un collectif jugé plus apte à pérenniser une cause, notamment lorsque la structure fédérative en question – l’organisation parapluie – bénéficie déjà d’une reconnaissance publique :

  • 72 Patrick Sindane, entretien accordé à ECCHR ! European Center for constitutionnal and human rights:(...)

« Je lisais le journal, je m’intéressais aux questions budgétaires et aux politiques (policies), et à ce que le gouvernement planifiait pour les gens comme nous. Je suis allé à l’une des réunions sur le budget organisées par la municipalité […] J’ai réalisé que personne ne respectait les promesses faites […] Et j’ai commencé à rassembler six ou sept personnes. “Pouvons-nous défier la municipalité ? Y’en a assez !” On a alors commencé à former une organisation [Nda : Coalition Against Water Privatisation], juste une organisation dans la communauté, et ça s’est développé […] On a entendu parler de l’Anti-Privatisation Forum […] Alors, on s’est dit “OK, rejoignons ce forum parce que nous allons être un mouvement social […] reconnu à Johannesburg”72. »

  • 73 Sinwell L., « Participatory spaces and the Alexandra Vukuzenzele Crisis Committe (AVVC). Reshaping (...)
  • 74 Comme le souligne Claire Bénit-Gbaffou, les membres du CIDF sont des petits propriétaires métis so (...)

33C’est également parce qu’ils pressentent l’isolement progressif de leur communauté au sein de la township d’Alexandra et savent ne pouvoir faire face seuls aux brutales expulsions menées par des compagnies privées de sécurité que les principaux responsables du Alexandra Vukuzenzele Crisis Committee décident de s’associer à l’APF en 200173. Plus globalement, le choix de rallier une entité plus vaste ouvre l’accès à une expérience, un savoir-faire (en matière de préparation d’une manifestation, par exemple), des moyens (financiers, logistiques) ou des ressources très spécifiques (accès à des informations administratives, notamment). Ces différents éléments ont, à première vue, influencé la décision du Community Initiative Development Forum d’Eldorado Park (CIDF), une association de petits propriétaires menacés de saisies, de se rapprocher de l’Anti-Privatisation Forum en dépit de réticences liées à l’engagement « socialiste » de ce dernier. Composé d’individus peu au fait des arts de la protestation et incapables de nouer un dialogue avec les autorités compétentes en matière d’arriérés de factures, le CIDF se décide finalement à franchir le cap de ce que ses membres appréhendent comme une certaine radicalité. Tout en se tenant à distance de l’illégalisme pratiqué par nombre d’affiliés de l’APF dont ils se distinguent également d’un point de vue sociologique74, les membres du CIDF profitent du savoir-faire et du soutien logistique de l’organisation parapluie pour organiser une grande manifestation dont le succès médiatique et la maîtrise apparente expliquent en partie qu’ils soient, par la suite, reçus par les autorités municipales.

  • 75 The Politico-Military Strategy Commission, The Green Book. Report of the Politico-Military Strateg (...)
  • 76 En 1983, la population blanche approuve, par voie référendaire, l’adoption d’une nouvelle constitu (...)
  • 77 Bond P., « Johannesburg. De l’or et des gangsters », M. Davis & D. B. Monk (dir.), Paradis inferna (...)
  • 78 C’est par exemple ce qui ressort des descriptions pour le moins idéalisées faites par Mzwanele May (...)
  • 79 Seekings J., « From quiescence to “People’s Power”: Township politics in Kagiso, 1985-1986 », Soci (...)
  • 80 Suttner R., « The UDF Period and it meaning for contemporary South Africa », Journal of Southern A (...)
  • 81 Cité dans Friedman S. & Reitzes M., « Democratisation or bureaucratization ? : civil society, the (...)
  • 82 Gervais-Lambony P., Territoires citadins…, op. cit., p. 215.

Rendre les townships ingouvernables
Alors qu’ils avaient jusqu’alors essentiellement privilégié la lutte armée dans leur stratégie de renversement du gouvernement de l’apartheid, les dirigeants exilés de l’ANC se persuadèrent, au milieu des années 1970, du potentiel insurrectionnel révélé par les soulèvements éclatant dans de nombreuses zones urbaines. Influencé par sa rencontre avec des révolutionnaires vietnamiens, Joe Slovo préconisa de favoriser et d’encourager la création d’un « organe central pour planifier, coordonner et diriger toutes les activités au cœur du pays75 ». Le repositionnement de la direction de l’ANC contribua en partie à la constitution de ce qui allait incarner la résistance intérieure au gouvernement au cours des années 1980 : le United Democratic Front (UDF). Créé en 1983 et principalement emmené par l’archevêque noir Desmond Tutu et le pasteur métis Allan Boesak (également président de l’Alliance réformée mondiale), l’UDF fédéra plusieurs centaines de milliers d’individus – noirs, blancs, métis et indiens – autour de la conquête d’une « société non sexiste, non raciale et démocratique ». Influent au niveau national, l’UDF ne commença à être réellement actif au niveau local qu’à partir de l’automne 1984. Sa direction fit alors sien l’appel lancé par Oliver Tambo sur les ondes de Radio Freedom le 1er janvier 1985 : rendre les townships « ingouvernables ». Dans un premier temps, l’organisation orchestra un certain nombre de manifestations pacifiques (concerts, meetings, etc.) visant à promouvoir des pétitions hostiles à la nouvelle constitution. Dans le but d’informer les populations auxquelles ils s’adressaient, les membres de l’UDF pratiquèrent également la « signature blitz » : les militants devaient se déployer durant tout un week-end dans une township ou un quartier, allant de maisons en écoles et lieux de cultes.
L’enjeu n’était pas simplement de collecter des signatures mais de pouvoir s’entretenir quelques minutes avec les habitants sur le pas-de-porte ou dans la rue, et de diffuser ainsi des informations et le message de l’UDF. À ce type de pratiques succéda rapidement l’organisation de boycotts : celui des élections auxquelles Métis et Indiens étaient appelés à prendre part (élections à la Coloured House of Representatives pour les premiers, à l’Indian House of Delegates pour les seconds, les instances représentatives créées par la nouvelle constitution76), mais également celui des commerces tenus par des Blancs. Suivit également l’appel au non-paiement des services et des loyers perçus par les Black Local Authorities, ces autorités « autonomes » mises en place en 1983 par le gouvernement afin de gérer les zones de résidence des Noirs. Rallié par COSATU, la confédération syndicale noire créée en 1985, l’UDF devint rapidement l’élément central du front intérieur et, par extension, le principal pôle de l’espace de la protestation. Sa direction, qui pouvait s’appuyer sur 80 permanents dès le milieu des années 1980, coordonna, ou accompagna, la plupart des soulèvements dans les townships et les camps de squatters. Ceux-ci firent plus de 3 000 morts entre 1984 et 1987 et justifièrent, en juillet 1985, l’application de l’état d’urgence sur une partie du territoire.
Le succès de l’UDF doit beaucoup aux civics, ces associations d’habitants qui émergèrent en nombre à la fin des années 1970. Censé couvrir chaque rue et chaque quartier de la township, le civic semblait fournir la mise en forme la plus adéquate du « people’s power », principe devant permettre de contourner les institutions de l’apartheid ou de pallier l’absence de celles qui n’étaient réservées qu’aux Blancs. Dans plusieurs townships, les civics s’érigèrent ainsi en tribunaux, en assemblées de quartiers ou en forums destinés à résoudre les différends entre habitants. Leurs membres s’engagèrent également dans la lutte contre la criminalité au sein de la « communauté ». Présentée par certains comme le « mouvement social urbain le plus impressionnant au monde77 », la mobilisation des civics s’est vue associée tout un imaginaire en faisant l’embryon d’une « société civile » post-apartheid78. Il est certainement tentant, ex post, d’homogénéiser les pratiques et les individus mobilisés dans ce cadre, et de ne plus voir qu’un « peuple » des townships se muant, au travers de ces associations, en un tout protestataire. Mais ce serait oublier, entre autres, les divisions engendrées au sein des communautés par le boycott des commerces « blancs79 ». Il est encore plus séduisant d’entretenir une vision héroïsée de ces engagements et de considérer que les femmes et les hommes rassemblés dans ces associations faisaient consciemment l’expérience d’une démocratie (participative ou directe) destinée à accoucher des institutions politiques post-apartheid80. Ici encore, il ne faut pas non plus perdre de vue l’importance des enjeux locaux dans ces mobilisations : avant d’être une réaction directe aux principes de l’apartheid, les boycotts fournissaient, au moins dans un premier temps, un moyen de contester la mauvaise qualité des logements et des services. La lutte a en outre parfois servi à couvrir certaines exactions. À travers les instances du people’s power, elle autorisait les règlements de comptes entre habitants ou l’usage de l’intimidation à l’encontre de celles et ceux qui rechignaient à se conformer au mot d’ordre de la protestation. La traque des « collaborateurs » du pouvoir blanc justifiait alors le « supplice du collier » (un pneu imbibé d’essence puis enflammé). Enfin, parce qu’il s’était vu attribuer pour première mission de rassembler et de protéger contre l’ennemi, le civic était le principal producteur d’une « communauté » dont il entendait par ailleurs tant déterminer et maîtriser les frontières que monopoliser l’expression. Dès le début des années 1990, alors que se profilait l’instauration de la démocratie libérale, certains leaders ne craignaient pas d’affirmer que « les élections locales [n’étaient] d’aucune utilité, les civics constituant déjà une forme démocratique de gouvernement81 ».
Après 1994, le maintien de l’autorité de certains civics est parfois passé par la reconversion de la structure en intermédiaire entre la « communauté » et l’extérieur. En 1999, par exemple, un civic de Soweto prit ainsi une part active dans un programme d’entretien des gares, se chargeant notamment de sélectionner les individus recrutés pour cette tâche. De même, c’est aux dirigeants des civics de Vosloorus que des responsables de la chaîne de supermarchés Pick and Pay s’adressèrent lorsque l’implantation d’un magasin dans la localité fut envisagée82.

Un « mouvement social » fantasmé par ses soutiens intellectuels ?

348182 L’apparente homogénéité de la protestation sociale post-apartheid doit beaucoup à la conduite d’actions communes, à des liens tissés de façon plus ou moins ténue à travers les années, à un certain mimétisme dans les pratiques et, plus simplement, au fait que ces femmes et ces hommes, qu’ils vivent au Cap ou à Durban, sont exposés à des maux en tout point comparables : le manque de logements et de tout ce qui, de la manière la plus concrète, fait un foyer. La croyance en une renaissance subite de la protestation a également bénéficié d’un travail journalistique, les pages de la majorité des quotidiens et hebdomadaires accueillant régulièrement, dès le début des années 2000, récits de manifestations, prises de parole militantes et autres comparaisons des organisations protestataires entre elles. Mais l’image du mouvement social post-apartheid ou, plus exactement, l’idée qu’il puisse exister un mouvement social cohérent, orienté vers un adversaire commun et parlant une seule et même langue, doit aussi à l’action de plusieurs individus et groupes se situant aux frontières des mondes intellectuels et militants sud-africains, dans cet espace à la fois restreint et composite où se croisent intellectuels patentés (universitaires, chercheurs indépendants, essayistes), syndicalistes et activistes politiques revendiquant un solide bagage idéologique. Comprendre ce dernier phénomène impose de revenir quelques années en arrière.

Le monde intellectuel et le pouvoir politique après 1994

  • 83 Cité dans Klein N., La Stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre, Arles, Actes Sud (...)

35Il faut avant tout noter que la période de transition vers la démocratie a été le cadre de franchissements de frontières, nombre d’individus issus du monde universitaire étant en effet invités à investir les cercles du pouvoir en formation. Conseillers ou membres de commissions diverses, ces femmes et ces hommes ont été appelés à mobiliser leurs savoirs et expertises sur la nouvelle architecture administrative et juridique, les questions de santé publique ou les marges d’action en matière de redistribution. Nombreux sont pourtant ceux qui ont, après 1994, multiplié les prises de distance à l’égard du pouvoir, s’estimant marginalisés ou floués par les orientations finalement retenues par le gouvernement Mandela. Le parcours de l’économiste Vishnu Padayachee est d’ailleurs assez révélateur de ces revirements parfois douloureux. Auteur d’une thèse sur la place de son pays dans les relations financières internationales, proche du monde syndical dès la fin des années 1970, Padayachee intègre l’équipe mise en place durant la phase de transition pour définir le programme économique de l’ANC. Fermement opposé à une indépendance de la Banque centrale dont il estime qu’elle hypothèquerait les engagements pris en matière de redistribution et de développement, il doit cependant constater le recul des négociateurs de l’ANC sur cette question. Pire, les discussions entre le parti et les anciens maîtres du pays aboutissent au maintien à la tête de la Banque centrale de celui qui la dirigeait sous l’apartheid83. Dépité, Padayachee refuse d’intégrer l’un des ministères après les premières élections démocratiques et regagne son bureau de l’université du Natal. Il sera cependant nommé au conseil de direction de la Banque centrale au cours de la seconde moitié des années 1990.

  • 84 Zed Books, 1997.
  • 85 Pluto Press, 1997.

36Tous n’ont cependant pas opté pour ces stratégies de retrait ou de silence plus ou moins volontaire, comme le suggère le cas, parmi d’autres, de Patrick Bond. Originaire d’Irlande (il est né à Belfast en 1961), diplômé en économie et docteur en géographie de l’université Johns Hopkins (Baltimore, EU), Bond est impliqué dans la rédaction du RDP et de divers projets de politiques publiques portés par le cabinet Mandela dès 1994, tout en professant à l’université de Wits (à partir de 1997). Si sa collaboration avec le gouvernement prend officiellement fin six ans plus tard, l’universitaire publie, dès 1996, une violente charge contre le pouvoir ANC et ses renoncements : The elite transition. From apartheid to neoliberalism in South Africa. Cette posture critique n’est pas isolée. La seconde moitié des années 1990 est en effet marquée par la publication de plusieurs essais rédigés par des intellectuels a priori proches des nouveaux gouvernants mais opposés à la ligne politique et socio-économique suivie par ces derniers. C’est le cas, entre autres, de South Africa. Limits to Changes84 de Hein Marais, journaliste et ancien responsable de la revue de gauche Work in Progress, ou encore, de The ANC and the liberation struggle : A critical biography85 de Dale McKinley, alors responsable de la revue du Parti communiste. Les analyses développées dans ces livres convergent peu ou prou : le passage de la ségrégation à la démocratie reposerait avant tout sur la simple mise en forme d’un pacte liant les élites de l’apartheid et celles de l’ANC. Par-delà la reconnaissance de droits et la fin officielle des politiques racistes, le compromis en question aurait eu vocation à maintenir un statu quo socio-économique. Et ces essayistes de souligner les convergences entre la politique des gouvernements ANC et l’orthodoxie économique promue par certaines organisations internationales comme le FMI ou la Banque mondiale. La thèse de la transition tronquée – ou volée - est relativement bien partagée à l’interface des gauches politiques et intellectuelles. Elle acquiert d’ailleurs d’autant plus de force et de visibilité qu’elle se superpose avec aisance sur la critique du « néolibéralisme » qui se développe lors des dernières années de la décennie. La venue en Afrique du Sud du directeur général du Fonds monétaire international en octobre 1996, puis celle de son homologue de la Banque mondiale quelques mois plus tard, offrent en effet un cadre au lancement de la Campaign against Neoliberalism in South Africa (CANSA). Alternant manifestations et conférences de presse, cette coalition mobilise alors une soixantaine de représentants de la « société civile », principalement des militants sociaux et syndicaux, des membres d’ONG et quelques figures du monde intellectuel. CANSA peut en outre compter sur le travail de médias indépendants comme Indy Media et l’Alternative Information and Development Centre (AIDC), qui relaient ses différents communiqués de presse dénonçant la mise sous tutelle de l’Afrique du Sud. Interprétée comme une concession des élites ANC à l’idéologie des institutions financières internationales, la marginalisation apparente des objectifs de redistribution contenus dans le Reconstruction and Development Programme offre aux organisateurs de CANSA de rappeler l’un des engagements pris par le Parti de Nelson Mandela lors de la rédaction de ce document :

  • 86 CANSA, communiqué de presse du 14 juillet 1997.

« Les relations avec les institutions financières internationales comme la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international doivent être conduites de telle manière que soit protégée l’intégrité de la formulation des politiques économiques dans le secteur domestique […] et qu’il nous soit permis de réduire notre dépendance envers ces institutions86. »

37Au cours de l’automne 2000, en écho aux rassemblements qui se tiennent alors à Prague en marge de la réunion annuelle des gouverneurs du FMI, des marches sont organisées dans différentes villes. À Johannesburg, les manifestants, issus de CANSA mais également du Parti communiste, s’arrêtent devant le siège de la compagnie Anglo-American, symbole, selon leurs porte-parole, de l’emprise du « néolibéralisme » mondialisé sur l’Afrique du Sud, avant d’être dispersés par les gaz lacrymogènes de gardes de sécurité privés. Au Cap, c’est devant le consulat des États-Unis que fait halte la marche de protestation emmenée par l’organisation Western Cape Jubilee 2000.

  • 87 Une pétition d’enseignants circule ainsi contre le Concerned Academic Group, ce collectif de jeune (...)
  • 88 Entretien avec Lucien Van der Walt, Grahamstown, 27 juillet 2012.

38Parallèlement à ce rassemblement de forces « critiques », le milieu des années 1990 voit émerger une plus jeune génération aux confluents des mondes intellectuels et militants. Celle-ci fait ses premières armes dans les troubles secouant certains campus, et notamment ceux des universités de Wits, à Johannesburg, et de Durban-Westville, dans le KwaZulu Natal. Des liens se tissent d’ailleurs, par le biais de quelques syndicats, avec les mobilisations évoquées plus haut. Ces groupes sont bien évidemment composés d’étudiants, mais également de jeunes enseignants en sciences sociales, souvent issus des classes moyennes blanches ou indiennes, qui n’hésitent pas à exprimer leur défiance à l’égard de l’ANC. Un tel positionnement vaut à certains maîtres de conférences d’être rapidement marginalisés au sein du monde enseignant87. Ce dernier détail n’en rend d’ailleurs que plus visible le fossé qui se creuse entre les universitaires hier engagés contre la ségrégation et ceux qui entendent dénoncer les errements post-apartheid de l’ANC. Les premiers, les « grands professeurs » des années 1970 et 198088, ceux qui, au péril de leur carrière et parfois de leur vie, avaient ouvertement critiqué le régime raciste, se tiennent en effet à distance des luttes qui prennent alors corps :

« Ils sont juste venus étudier le mouvement [Nda : Après la mise en place du Wits Crisis Committee, un collectif dénonçant la suppression de milliers d’emplois peu qualifiés à l’université de Wits] mais ils n’ont rien fait. » (Entretien avec Lucien Van der Walt, Grahamstown, 27 juillet 2012)

  • 89 Ce document, qui expose la stratégie économique des gouvernements ANC à partir de 1996, rejoint su (...)

39Leurs détracteurs ne manquent d’ailleurs pas de faire le lien entre cette distance à l’égard du mécontentement post-apartheid et les trajectoires qu’ont connues nombre de ces compagnons de route de l’ANC après 1994. Stephen Gelb, professeur d’économie et marxiste dans les années 1980, a, par exemple, intégré le petit groupe de rédacteurs du GEAR en 199689 ; David Pillay, rédacteur en chef de la revue intellectuelle de gauche Work-in-Progress, s’est fait le défenseur zélé des élites ANC jusque dans les années 2000 ; Colin Bundy, historien du monde rural et pourfendeur des récits officiels de l’apartheid dans les années 1970, a, en tant que vice-chancelier de l’université de Wits (1997-2001), soutenu le « managérialisme » de cet établissement, à l’instar de son confrère Philip Banner, pourtant lié au syndicat noir FOSATU dans les années 1980. À la fin de la première décennie démocratique, les failles qui se dessinent au sein de ce petit monde évoluant entre politique, militantisme syndical et intelligentsia, tendent à s’élargir de plus en plus, comme en atteste l’absence, à quelques exceptions près, d’intellectuels de premier plan dans les rangs de la protestation sociale des années 2000.

Les compagnons de route de la « nouvelle » contestation sociale

  • 90 C’est le cas, par exemple, de Chris Malekani, docteur en économie de la santé et désormais proche (...)
  • 91 En France, Le Monde diplomatique a accueilli la prose de l’un d’entre eux, l’universitaire Patrick (...)
  • 92 Ballard R., Habib A. & Valodia I. (dir.), Voices of protest. Social movements in post-apartheid So (...)

40Les combats engagés sur les campus se soldent par des échecs aux premières heures du XXIe siècle, les mobilisations, pourtant suivies, ne faisant pas reculer le « néo-managérialisme » des chancelleries. Plusieurs de ces jeunes gens cherchent alors à s’insérer dans l’environnement syndical90 et, plus encore, dans un mouvement social en (re)formation. Quelques-uns prennent ainsi directement part aux fondations de l’Anti-Privatisation Forum à Johannesburg et du Concerned Citizens Group à Durban. Ils y retrouvent certains des individus et collectifs (syndicaux, notamment) qui se sont auparavant lancés dans une chasse au « néolibéralisme » mais n’ont pu empêcher la privatisation des services publics et, plus généralement, la diffusion de la nouvelle gestion publique dans les sphères politico-administratives sud-africaines. Le rassemblement de ces différents groupes s’opère donc en grande partie contre le « virage à droite » qu’auraient négocié les élites politiques ; virage dont la pauvreté enveloppant les townships serait le premier symptôme. Si les initiatives du pouvoir sont loin de renvoyer à un positionnement idéologique aussi homogène, comme tend à le montrer le lancement, en 2004, d’un très keynésien plan gouvernemental de grands travaux publics, la croyance en son existence suffit pourtant à susciter une vive résistance militante et intellectuelle. Le discours critique que porte cette dernière bénéficie en outre d’un accès privilégié à différents médias, et notamment aux pages du Mail & Guardian, hebdomadaire des élites blanches progressistes durant les années 1980 et titre de référence dans l’Afrique du Sud démocratique. Il se diffuse également au-delà des frontières, mettant plus spécifiquement l’accent sur le mensonge du « miracle sud-africain ». Les colloques à l’étranger ou les invitations à nourrir les pages de revues « de gauche » internationalement reconnues (l’australienne Green Left weekly, par exemple91) sont en effet autant d’occasions de faire connaître les « trahisons » de l’ANC et d’annoncer la montée en puissance d’un « nouveau mouvement social » sud-africain. Cette vision des choses, qui établit un lien direct entre les orientations politiques de l’ANC et la colère qui couve en ce début de millénaire, est d’ailleurs parfaitement restituée par l’activité du Centre for Civil Society (CCS) de l’université du KwaZulu-Natal (Durban). Dirigé par Patrick Bond, le CCS abrite dès cette période des séminaires, où se croisent militants mouvementistes et chercheurs, et donne la possiblité aux premiers d’être accueillis en résidence pendant un semestre s’ils souhaitent conduire une recherche susceptible de servir la cause. C’est également sous ses auspices qu’est lancé un programme de recherche aboutissant à la réalisation de monographies des principales organisations. Ses relations avec les « voix de la protestation », pour reprendre le titre de l’ouvrage rassemblant certaines de ces études92, s’appuient plus généralement sur les liens personnels unissant chercheurs et collectifs protestataires. Patrick Bond entretient ainsi des amitiés anciennes avec certains membres de l’Anti-Privatisation Forum et mobilise sa connaissance du monde des ONG pour lever des fonds à destination de certaines structures ; Ashwin Desai est, avec la sociologue Fatima Meer, à l’origine de la création du Concerned Citizens Forum (CCF) ; Richard Pithouse, qui quittera le CCS au milieu des années 2000, suit les actions du CCF, manifeste régulièrement aux côtés des dirigeants d’Abahlali baseMjondolo et multiplie les écrits sur le mouvement.

  • 93 Desai A., We are the Poors. Community struggles in Post-Apartheid South Africa, New York, Monthly (...)
  • 94 Ibid., p. 13.
  • 95 « Naomi Klein on Ashwin Desai’s new book. The Best New Book on Globalization », 15 novembre 2002, <http://www.punk.co.za/html/index.php?name=News&file=article&sid=1135>

41Cette proximité entre monde intellectuel et agitation sociale s’accompagne également d’un travail d’homogénéisation de la seconde par le biais de différents essais. Jouant à la fois sur la « nouveauté » et sur les références à l’histoire de la protestation sud-africaine, ces ouvrages bénéficient d’une diffusion relativement efficace au sein de la gauche sud-africaine, et même au-delà. Dans We are the poors93, l’essayiste Ashwin Desai use par exemple d’un style plein d’emphase pour annoncer la « naissance d’un nouveau mouvement », qui, de « Tafelsig dans la Province du Cape Ouest, à Soweto […] et Chatsworth, à Durban », précèderait la « nouvelle révolution d’Afrique du Sud94 ». Bombardé « meilleur nouveau livre sur la globalisation » par Naomi Klein95, tout en étant contesté au sein même du monde sud-africain de la protestation sociale en raison des « raccourcis » que se permet son auteur, l’ouvrage connaît une certaine postérité hors des frontières nationales, notamment au cœur de la galaxie altermondialiste.

Les vertus de la « nouveauté »

42Par-delà l’homogénéisation qu’elles produisent, ces diverses contributions intellectuelles ont pour particularité d’insister sur la « nouveauté » de la protestation des années 2000. Dès le début de la décennie, séminaires et articles se penchent ainsi sur les « nouveaux mouvements sociaux ». Le premier intérêt d’un tel label est certainement de dissocier les organisations émergentes de celles qui, depuis les années de lutte contre l’apartheid, revendiquent un monopole sur le mouvement social, à l’instar de ces proches alliées de l’ANC que sont COSATU et SANCO. La suggestion de cette coupure entre l’ancien et le nouveau n’interdit cependant pas que des similarités entre hier et aujourd’hui (des pratiques, des problèmes, etc.) soient régulièrement soulignées. Mais au travers de l’évocation d’un « nouveau » mouvement social, l’essentiel est avant tout de produire une cohérence bien opportune. Cette dernière permet, en effet, de faire parler d’une même voix des milliers d’individus qui manifestent, en même temps, dans plusieurs quartiers populaires d’Afrique du Sud. La « nouveauté » fournit un dénominateur commun à tous ces moments et actes de protestation, et invite dès lors explicitement à chercher un même responsable, lequel apparaît, de toute façon, très distinctement dans les écrits et prises de positions de ces intellectuels : les gouvernants post-apartheid, ceux qui ont fait le choix de se placer dans les pas de leurs prédécesseurs en ralliant l’orthodoxie économique mondiale et ont, par conséquent, rendu inévitable la colère populaire. C’est cette thèse que résume parfaitement Dale McKinley, chercheur indépendant et co-fondateur de l’Anti-Privatisation Forum à Johannesburg :

  • 96 McKinley D., « The political economy of the rise of social movements in South Africa », Links, no (...)

« L’“histoire” (story) de l’émergence de nouveaux mouvements sociaux en Afrique du Sud est une “histoire” sur la manière dont l’ANC et l’État qu’il contrôle désormais ont ignoré les réalités politiques et socio-économiques façonnées par leur propre trahison de la classe ouvrière sud-africaine ou de ce que d’autres activistes-intellectuels ont appelé “les pauvres”96. » 9798

  • 97 Taylor R., « The narrow ground: Critical intellectual work on South Africa under apartheid », Crit (...)
  • 98 Le film de Richard Attenborough, Cry Freedom (1988), qui revient sur l’amitié entre le leader noir (...)

Les intellectuels contre l’apartheid
L’engagement de figures internationalement reconnues, comme Nadine Gordimer (Prix Nobel de littérature en 1991) ou André Brink, a largement contribué à la représentation d’une communauté intellectuelle vent-debout contre l’apartheid. La réalité est évidemment bien plus nuancée. Le monde intellectuel a presque respecté le principe du « développement séparé », ses représentants noirs et blancs ayant rarement résisté côte-à-côte. On peut évidemment voir dans cette quasi absence d’effort commun, un effet de la ségrégation au sein même de l’université : les Noirs étaient cantonnés à l’université de Fort Hare puis, à partir des années 1960, à quelques autres établissements que le pouvoir avait pris soin de placer dans des zones rurales, loin des foyers supposés de contestation. Quant aux universités « blanches », certaines avaient beau revendiquer un statut « ouvert » (open universities), c’est-à-dire un rejet de la ségrégation, elles n’accueillirent que rarement des Noirs dans leurs effectifs étudiants et enseignants avant la fin des années 1980 : en 1984, alors que les soulèvements semblaient pousser le pouvoir dans ses derniers retranchements, la prestigieuse et « progressiste » université de Wits, à Johannesburg, ne comptait par exemple que trois professeurs noirs dans ses rangs97. Dès les années 1960, le monde intellectuel blanc a en outre été affaibli par un exode massif vers le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni. La possibilité de plus en plus réduite de critiquer le régime après l’adoption de la loi interdisant le communisme (1950) et de celle relative à la sécurité intérieure (1976) n’a évidemment rien arrangé. Parralèlement, les chercheurs en sciences sociales se voyaient régulièrement interdire la conduite d’enquêtes dans les zones habitées par les Noirs, laissant finalement aux journalistes le soin d’écrire sur les conditions de vie de ces populations98. Si, au-delà de certaines exceptions comme le rassemblement de sociologues du travail autour du South African Labour Bulletin dans les années 1970, la thèse d’une mobilisation collective peut donc difficilement être défendue, il n’en reste pas moins que de nombreux individus ont, parfois de manière isolée, fait le choix d’une résistance intellectuelle. Ce fut le cas, entre autres, de Richard Turner, enseignant en science politique à l’université du Natal, assassiné en 1978 en raison de ses liens avec le leader noir Steve Biko ; le cas également de Neil Aggett, médecin proche du syndicalisme noir, retrouvé pendu dans sa cellule à l’issue d’un interrogatoire en 1982 ; et l’on se doit d’ajouter à cette liste non exhaustive le nom de l’anthropologue David Webster, assassiné chez lui en 1989, à la suite de prises de position répétées contre les atteintes aux droits de l’Homme.

Démobilisation(s)

  • 99 Entretien avec l’organisateur du SECC, 7 juillet 2009, Durban.
  • 100 Fillieule O., Le Désengagement militant, Paris, Belin, coll. « Sociologiquement », 2005, p. 10.
  • 101 Gottraux P., « Socialisme ou barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la France de (...)

43La plupart des organisations ayant incarné la colère sociale au début du siècle ont connu une déstabilisation de leurs effectifs à partir des années 2006-2007. De façon somme toute logique et presque mécanique, cette situation a rejailli sur certaines activités : « Plus beaucoup de manifestations… Et plus beaucoup de gens dans les manifestations99. » Alors que ses dirigeants avaient très tôt revendiqué plus de 1 000 adhérents, le Soweto Electricity Crisis committee voit ses différentes sections se dépeupler au fil des dernières années de la décennie 2000. À Durban, le Concerned Citizens Group se délite progressivement, pour finalement disparaître sans bruit de l’espace public. Assez rarement au centre de la littérature sur le militantisme, le désengagement militant figure pourtant parmi les « traits permanents des organisations politiques, qu’elles soient partisanes syndicales ou associatives100 ». L’aborder dès maintenant, avant même de s’être penché sur la composition des collectifs protestataires, se justifie par le fait que l’étude de ce phénomène met « a contrario l’accent sur ce qu’exigent la poursuite et le maintien [de l’]engagment, tant matériellement que subjectivement101 ».

Évolutions croisées des incitations à se mobiliser et de l’offre politique

  • 102 Hirschman A. O., Bonheur privé, action publique, Paris, Fayard, coll. « L’espace du politique », 1 (...)

44Une première démarche, souvent suivie par les dirigeants mouvementistes, consiste à expliquer la défection de nombre de militants par l’affaiblissement des incitations à se joindre à la cause et, dans un mouvement inverse, par les transformations de l’offre politique au cours de la décennie 2000. Nombre de leaders disent en effet voir le signe d’un épuisement, tant moral que physique, dans l’usure de leurs troupes, dès lors moins enclines à croire que leur combat apportera les maisons et services fondamentaux attendus. La situation impose par conséquent de rendre la cause plus attractive en rassurant et en insistant, lors de réunions publiques, sur les « gains » obtenus grâce aux mobilisations antérieures : l’installation de toilettes dans un camp de squatters, les moratoires sur les expulsions concédés par certaines municipalités, etc. Se vérifient ici en partie, certaines des intuitions d’Albert O. Hirschman quant à l’éventuelle influence de la déception sur un engagement « public102 » : l’irrégularité des résultats obtenus par la protestation tout au long des années 2000 a certainement engendré une lassitude chez certains, les éloignant petit à petit d’organisations rejointes quelques années auparavant dans l’espoir de voir évoluer leurs conditions de vie.

  • 103 Né en 1942 dans une famille zouloue de la région du Natal (l’actuel Province du KwaZulu Natal) et (...)
  • 104 Des élections générales ont en effet eu lieu en 2009, afin de renouveler l’Assemblée nationale, la (...)
  • 105 Sinwell L. et alii, Service delivery protests. Findings form quick reponse research on four “hot-s (...)

45S’est parallèlement imposée l’idée que les espoirs déçus de la protestation avaient été réinvestis sur Jacob Zuma à mesure que ce dernier montait en puissance sur la scène politique nationale103. Son accession à la tête de l’ANC, à l’issue de la conférence de Polokwane en décembre 2007, et les espoirs qu’elle a pu susciter au sein de la population des townships, expliqueraient ainsi la difficulté à mobiliser dès 2008. Souvent avancée par nombre de dirigeants mouvementistes, cette thèse ne convainc cependant pas totalement. On peut tout d’abord douter du regain d’intérêt pour la chose politique que la candidature de Zuma aurait nourri dans les quartiers populaires. Le taux de participation enregistré lors du scrutin de 2009104 est, en ce sens, assez révélateur. S’il s’élève officiellement à plus de 77 %, les derniers recensements ont montré qu’un nombre significatif de Sud-Africains n’étaient pas inscrits sur les listes électorales. Partant, si l’on rapporte le nombre de suffrages exprimés au nombre d’individus en âge de voter, le résultat est tout de suite moins imposant : à peine plus d’un citoyen sur deux a pris part au vote. Que dire, également, de « l’effet Zuma » sur l’expression du mécontement social ? L’idée qu’il ait pu se traduire par une atténuation de la protestation est contredite par la persistance d’une forme contestataire apparue dans le courant de l’année 2004. Dès cette période, l’Afrique du Sud connaît en effet des épisodes insurrectionnels très localisés que nombre de journalistes et d’acteurs politiques ont pris l’habitude de qualifier de « spontanés » (spontaneous community uprisings). Durant plusieurs jours, dans des localités parfois éloignées des grandes agglomérations, des townships s’embrasent, au sens propre du terme. Tout comme celles que mènent les organisations apparues à la fin des années 1990, ces protestations sont dirigées contre le retard pris dans la fourniture de services comme l’eau, l’électricité, la santé et le logement. Toutefois, à la différence des initiatives de l’APF, du SECC ou encore, de l’AEC, ces actions sont le plus souvent très ponctuelles et ne conduisent pas à la formation d’un mouvement sur le long terme. Elles impressionnent également par leur violence. Au cours du mois de juillet 2009, Diepsloot, une township proche de Johannebsurg où l’on recense officiellement 25 000 ménages, est ainsi le théâtre de plusieurs jours d’affrontements entre des habitants et les forces de l’ordre. En quelques heures, des bâtiments municipaux sont incendiés, des routes bloquées par des barrages de fortune rapidement défaits par des policiers n’hésitant pas à faire usage de balles en caoutchouc. Certaines enquêtes, notamment celles menées par les services de renseignement, ont cependant conduit à relativiser le caractère prétendument « spontané » de ces évènements. Elles ont notamment souligné le lien existant entre leur développement et des luttes de factions au sein des composantes locales de l’alliance tripartite. Il n’est en effet pas rare de retrouver à la tête des manifestations, des militants de l’ANC en butte aux responsables de leur section locale ou à l’équipe municipale ou des activistes de SANCO ou du SACP contestant l’hégémonie de leurs homologues du parti majoritaire dans la gestion de la localité. La thèse de l’étincelle mettant le feu aux townships et libérant une violence irrationnelle et inorganisée est en outre infirmée par plusieurs études universitaires, dont celle menée, au cours de l’année 2009, par des sociologues de l’université de Johannesburg dans quatre zones ayant connu de violentes manifestations105. Ces travaux ont ainsi permis d’isoler des processus de mobilisation qui ne rappellent en rien ceux de la révolte éruptive. Les épisodes de contestation ont le plus souvent été précédés par la constitution de comités d’habitants désireux d’attirer l’attention sur leurs conditions de vie. Des représentants ont été désignés et chargés de porter les doléances populaires auprès des autorités municipales et provinciales. L’absence de réponse de ces dernières et, par conséquent, l’impossibilité de nouer un dialogue, sont bien évidemment vécues comme un affront par les habitants mobilisés. Les troubles naissent alors au croisement de cette colère et de la violence dont usent régulièrement les forces de l’ordre lorsqu’elles encadrent des manifestations se voulant avant tout pacifiques.

  • 106 <www.municipalIQ.co.za>

46Les cortèges de la colère n’ont donc pas disparu avec l’élection de Jacob Zuma à la présidence de l’ANC. Ils n’ont pas été étouffés par les espoirs que l’homme du KwaZulu Natal aurait suscités au sein des quartiers populaires. Entre janvier et octobre 2009 (les élections générales ont eu lieu à la fin du mois d’avril), le moniteur des « points chauds » (Hotspots Monitor) de l’institut de recherche privé Municipal IQ faisait état de 83 rassemblements directement rattachables aux service delivery protests, contre 27 sur l’ensemble de l’année 2008106. Il est peu vraisemblable que le fameux « effet Zuma » soit sélectif, opérant à plein pour les manifestations de l’APF ou du SECC mais inexistant ailleurs. En outre, la vigueur de ces révoltes dites « spontanées », auxquelles prennent part des milliers de jeunes habitants des townships et des camps de squatters à travers l’Afrique du Sud, conduit parfois certains dirigeants protestataires à admettre l’existence de failles dans leurs stratégies de mobilisation :

« À partir de 2004, il y a eu ces révoltes spontanées… Dans des communautés. Ça a commencé dans le Free State […] C’est aussi arrivé à Johannesburg, comme à Diepsloot… Ces communautés sont vraiment sous pression. Pas d’eau, pas d’électricité. Elles se sentent vraiment abandonnées. Ça continue aujourd’hui, ça n’a jamais arrêté. Ces révoltes sont dites spontanées car les autorités n’arrivent pas à trouver qui organise ça… […] Mais il n’y avait pas d’APF, de SECC, de Jubilee, organisant ça. En fait, nos organisations ont été dépassées, marginalisées par ces révoltes. Tu peux cependant avancer que nos organisations étaient des précurseurs… Mais ces révoltes sont plus militantes au sens de “plus chaotiques”, “plus violentes”… Nous, nous n’avons jamais brûlé de pneus, ou frappé qui que ce soit. Ces communautés le font. Elles vont jusqu’à la maison du conseiller et la détruisent (rires)… Ils tuent le gars (rires). Ils ont tué un conseiller dans le Mpumalanga […] Depuis 2004, la méthode privilégiée est de bloquer l’autoroute, comme les piqueteros argentins. Ils y mettent des pneus enflammés. Une autre méthode, que j’ai récemment observée, est de creuser la route, de faire des trous (rires)… Voilà, c’est le nouveau militantisme. » (Entretien avec l’organisateur du SECC, 7 juillet 2009, Durban)

« En fait, l’Anti-Privatisation Forum n’a jamais réussi à s’implanter dans des endroits comme Diepsloot… Tout simplement parce que la zone est encore contrôlée par les gens de SANCO… Des opportunistes locaux qui nous détestent. » (Entretien avec l’un des fondateurs de l’APF, 17 juillet 2009, Johannesburg)

Réprimer pour mieux démobiliser ?

  • 107 « Préserver l’eau », en Zoulou.
  • 108 Anti-Privatisation Forum & Coalition Against Water Privatization, Lessons from The War Against Pre (...)

« Alors qu’un grand nombre de familles prenait part à la résistance physique à l’installation des compteurs lors des premiers jours de [l’Opération Gcin’Amanzi107] […] au fil du temps, les arrestations, les amendes, l’intimidation et les menaces ont entrainé un déclin de la résistance. Les menaces de déconnexion totale au réseau d’eau en cas de refus du système ont conduit de nombreux habitants à l’accepter à contrecœur […] Aujourd’hui, les activistes déplorent la difficulté d’appeler à une réunion de masse à Phiri108. »

47C’est un constat pessimiste que dressent des dirigeants de l’Anti-Privatisation Forum et de la Coalition Against Water Privatisation alors qu’ils cherchent à organiser la communauté du quartier de Phiri (Soweto) contre l’installation des compteurs d’eau à prépaiement. À les croire, la cause de leurs maux semble évidente : on mobilise toujours plus difficilement face à un adversaire dangereux. Et celui auquel ils font face – la puissance publique, « l’État-ANC » – l’est d’autant plus qu’il sait pouvoir compter sur la matraque (du policier), mais également sur le maillet (du juge).

  • 109 McKinley D. & Veriava A., Arresting dissents, op. cit.
  • 110 Oldfield S. & Stokke K., « Building unity in diversity… », op. cit., p. 123.

48La répression ou sa seule menace ont très souvent impressionné et désorganisé les collectifs militants, comme le suggère l’histoire de l’AEC. Entre 2002 et 2003, la seule représentation de l’Anti-Eviction Campaign à Mandela Park (Le Cap) a ainsi vu 300 de ses membres ou sympathisants arrêtés et plus d’une centaine aussitôt déférée devant un juge. Une telle rétorsion a, en outre, pu compter sur le recrutement d’informateurs par les services du renseignement109. C’est par conséquent à la recherche de fonds pour payer les cautions et les honoraires d’avocats que s’est essentiellement consacrée l’organisation durant cette période, laissant de côté les activités de développement et de publicisation de sa cause dans les townships de la région. Cette situation a d’ailleurs accompagné la dissolution des structures formelles que s’était données l’AEC (comité exécutif, commissions « médias », « droit » et « recherche ») mais qu’elle n’avait pu faire fonctionner réellement, le plus souvent pour des raisons liées à l’argent et à la disponibilité des activistes110.

  • 111 Voir, entre autres, Tilly C., From Mobilization to Revolution, Reading, Addison-Wesley Publishing (...)
  • 112 MacAdam D., « Pour dépasser l’analyse structurale de l’engagement militant », O. Fillieule (dir.),(...)
  • 113 Ibid.

49Les conclusions que les membres de l’APF et de la CAWP tirent de leurs difficultés à rassembler à Phiri ne semblent donc pas infondées. Elles semblent même tomber sous le sens. Ce serait pourtant oublier la complexité des liens qui unissent violence et mobilisation111. Contrairement à ce que peuvent espérer ceux qui la pratiquent, la répression ne conduit pas mécaniquement et naturellement à la fin de la contestation via le désengagement des militants. Les réactions demeurent variées, comme le rappelle Doug McAdam : si, au printemps 1970, la mort de quatre étudiants lors de manifestations contre la guerre du Vietnam a fortement fragilisé le mouvement s’opposant au conflit, la violence qui s’était abattue, quelques années auparavant, contre les militants luttant pour la déségrégation des lignes de bus inter-étatiques avait, à l’inverse, favorisé le développement de cette contestation112. En toute hypothèse, ce ne sont peut-être pas tant les actes répressifs en soi qui sont susceptibles de démobiliser (ou de mobiliser) que le sens qui leur est donné par les protestataires113. Les réactions des militants d’AbM et le contenu de leurs nombreux communiqués depuis 2009 tendent à le laisser penser. Le mouvement de squatters de Durban est, depuis cette période, régulièrement exposé aux interventions les plus brutables de la police et des unités de lutte contre les occupations de terrains (Land Invasions Units) de la Province du KwaZulu Natal. Quant ils ne sont pas directement – et parfois, publiquement – menacés de mort par des élus municipaux ou des membres du gouvernement ANC provincial, les militants de cette organisation sont fréquemment passés à tabac ou essuient les tirs de balles en caoutchouc des forces de l’ordre. En 2013, trois d’entre eux sont même assassinés à Cato Crest, l’un des quartiers de logements informels de Durban. Un officier de police est directement accusé de l’un des meurtres par les dirigeants d’AbM.

  • 114 AbMPress, « Today We Return to Court in Solidarity with Four of our Comrades Arrested in Cato Cres (...)

« Bandile Mdlalose a été arrêté le 30 septembre 2013 durant une manifestation spontanée contre le meurtre de Nqobile Nzuza, 17 ans, à qui la police avait tiré dans la nuque. Le seul “vrai crime” de Bandile a été de refuser d’être intimidée et de garder le silence devant le meurtre commis par la police. Elle a été détenue à la prison de Westville pendant une semaine et relâchée contre une très forte caution (5 000 rands) […]. C’est une odieuse violation de ses droits politiques fondamentaux. Nous notons qu’en dépit des témoins du meurtre, l’officier de police qui a admis le meurtre continue d’exercer librement à Cato Crest. Nous notons également qu’en dépit des témoins de l’agression de Nkosinathi Mngomezulu (quatre balles dans l’estomac) par l’Unité de lutte contre les invasions de terrains à Cato Crest, le 21 septembre, il n’y a pas eu d’arrestations et [celui] qui a tiré sur Mngomezulu continue également d’exercer librement. Il n’y a pas non plus eu d’arrestations des dirigeants ANC qui ont ouvertement menacé de mort certains de nos membres […] ou de l’Unité anti-invasions qui démolit régulièrement des maisons à Cato Crest en violation de la Constitution, de la loi et d’un certain nombre de jugements. Il est évident que le système de la justice criminelle – tout comme l’Unité anti-invasions et le département du Logement – est ouvertement détournée par des objectifs partisans, pour réprimer notre mouvement114. »

50Ces obstacles répressifs n’émoussent pourtant pas la détermination des activistes. La cause paraît même avoir gagné en valeur aux yeux des habitants des campements : les cortèges sont loin de se dépeupler, le mouvement se renforce ou se développe dans certaines zones et, surtout, il reprend pied dans le camp de Kennedy Road, d’où il avait pourtant été chassé trois ans auparavant par les militants ANC. Tout se passe comme si la violence, à la fois extrême et produite par différents acteurs, ne laissait, aux plus pauvres, d’autres choix que celui de l’engagement, sur le mode du « seul contre tous ». La brutalité du pouvoir politique le place inévitablement dans l’illégalisme et renforce ainsi le bien-fondé de la cause de squatters, qui peuvent revendiquer d’être les victimes de toutes les injustices.

51Enfin, la répression ne payant pas systématiquement, les « adversaires » de la protestation peuvent ajuster leurs stratégies afin d’éviter un affrontement potentiellement mobilisateur. À titre d’exemple, que la compagnie nationale d’électricité Eskom ait, dans un premier temps, souvent pratiqué des coupures au niveau de voisinages entiers, parfois sous la protection de la police, a pu expliquer la large participation d’habitants à des manifestations et à des marches. À l’inverse, que cette même société, parce qu’elle a vraisemblablement intégré la résistance des ménages de certains quartiers dans sa stratégie, ait progressivement renoncé aux déconnexions massives pour leur préférer la multiplication d’actions plus ciblées, renseigne sur les difficultés à mobiliser en masse que rencontreraient désormais les militants.

Militantisme et autres sphères de l’existence

  • 115 Fillieule O. & Pudal B., « Sociologie du militantisme. Problématisations et déplacement des méthod (...)
  • 116 Passy F. « Interactions sociales et imbrications des sphères de vie », O. Fillieule (dir.) Le Dése (...)
  • 117 Dans un contexte finalement assez proche, celui des micro-organisations œuvrant dans les favelas b (...)

52Appréhender la complexité du désengagement implique également de varier les angles de vue. La question de la disponibilité des uns et des autres, de ce temps que les activistes peuvent donner à l’organisation, invite, par exemple, à ne pas se concentrer sur la seule sphère des activités militantes115. La vie de chaque individu, rappelle Florence Passy, est composée « de différents espaces qui ont leurs frontières réelles et symboliques, leur logique et dynamique propre » : la « sphère du travail, des études (s’il est en phase de formation), la sphère familiale ou affective, la sphère de ses engagements politiques, de ses loisirs, etc.116 ». Certaines défections peuvent ainsi s’expliquer par des changements survenus dans des domaines de l’existence a priori étrangers à celui du militantisme117. Il n’est, à ce titre, pas inutile de considérer l’évolution des situations socio-professionnelles de la plupart des femmes et des hommes au centre de ce livre : le marché du travail a été fortement marqué par le chômage et la consolidation de l’économie informelle durant la décennie 2000 et ces tendances ont pu atteindre l’engagement d’individus très tôt investis dans la protestation sociale, notamment ceux qui n’avaient qu’une vingtaine d’années au début du siècle. Parce qu’ils étaient sans emploi et vivaient encore chez leurs parents, ces jeunes gens étaient alors « disponibles » pour l’organisation et ses multiples tâches. Au fil des années, nombre d’entre eux ont cependant été rattrapés par différentes responsabilités, celles liées à la naissance d’un enfant par exemple, impliquant qu’ils privilégient, au détriment de leur activisme, la recherche d’une activité à même de subvenir à ces nouveaux besoins. Le cas de ce militant du SECC le suggère en tout cas. Jusqu’alors très actif au sein de l’organisation (il a pris part à sa fondation neuf ans plus tôt), il s’apprête à modérer son engagement en juillet 2009. Âgé de 36 ans, il vient de perdre ses parents, a quitté son emploi et a le projet d’ouvrir un petit commerce dans son quartier, ce qui, bien évidemment, exigera du temps ; un temps qu’il consacre alors à « l’organisation », en siégeant au sein du bureau, en s’occupant des « jeunes » et en reconnectant régulièrement. L’interdépendance entre le militantisme et d’autres dimensions de la vie est également repérable dans la trajectoire de cet ancien coordinateur du sous-comité juridique de l’APF. Originaire d’un quartier indien de la périphérie de Johannesburg, syndicaliste étudiant à la fin des années 1990, Ahmed a participé à la fondation de l’APF. Il s’est par la suite fortement impliqué dans le fonctionnement même de cette structure, avant de s’en éloigner au milieu des années 2000 et d’entamer une thèse consacrée à l’influence des mouvements sociaux sur les politiques publiques. S’il lie son désengagement progressif à la lassitude née de luttes intestines, il évoque également un phénomène de « burn out » personnel et, plus encore, une inquiétude quant à son avenir professionnel :

« J’ai consacré beaucoup de temps [Nda : à l’APF]… Et puis, tu arrives à un point où tu ne gagnes pas beaucoup d’argent, où il n’y a pas de réalisations intellectuelles… Il y a un moment où tu te rends compte de tout ce qui manque dans ta vie. J’ai alors été pris d’une forme d’anxiété très “classe moyenne” […] Il y a plein de gens à qui ça arrive […] Maintenant, je peux lire et réfléchir à l’expérience politique de ces dix dernières années. » (Entretien avec Ahmed Veriava, le 19 mai 2011, Johannesburg)

53Un tel retour sur l’expérience militante est d’ailleurs d’autant plus cohérent qu’il est, semble-t-il, renforcé par d’autres éléments de la vie privée de ce jeune homme : sa charge critique trouve sans doute un écho favorable chez sa compagne, elle-même universitaire et co-cofondatrice de l’APF, qui, antérieurement et pour des raisons en partie liées aux « dérives » de certains dirigeants, a entrepris de prendre ses distances avec l’organisation.

  • 118 Klandermans B., « La psychologie sociale de l’exit », O. Fillieule (dir.), Le Désengagement milita (...)

54Les exemples qui précèdent soulignent combien le désengagement est un phénomène se situant à la croisée de différentes logiques et tensions. Des facteurs purement politiques, la fragilisation de la cause sous les coups de l’adversaire ou des explications en lien avec une érosion des attentes en termes de gains (ou, plus simplement, l’érosion en soi de ces gains au fil du temps) ne peuvent évidemment être totalement écartés ; même s’ils offrent un discours prêt à l’emploi aux acteurs de ces défections et à ceux qui en font les frais (en tant que responsables d’organisations). Les mouvements de retrait doivent aussi être analysés à la lumière d’éléments s’imposant avec peut-être moins d’évidence. C’est le cas de ces « raisons triviales », qui n’ont pas toujours à voir avec « l’appréciation du mouvement, de ses objectifs et de ses stratégies118 », et qui renvoient à tous ces moments où l’on retrouve un emploi, tombe malade, reprend des études, se marie, etc. Cette démarche est peut-être d’autant plus importante que ce sont aussi des raisons à première vue très prosaïques (comme le fait de se sentir à sa place au milieu des camarades) qui, très souvent, vont entretenir la mobilisation des « gens ordinaires » peuplant la protestation post-apartheid.

Notes

1 Zuern E., The politics of necessity. Community organizing and democracy in South Africa, Madison, The University of Wisconsin Press, 2011, p. 59.

2 Il ne faut cependant pas minorer l’importance des manifestations d’infirmières, d’étudiants et d’employés municipaux ainsi que la menace de grève générale brandie par COSATU en 1995, quelques mois après le congrès de l’ANC (décembre 1994) au cours duquel Mbeki et Mandela annoncèrent que certains des objectifs fixés par le Reconstruction and Development Programme (RDP) ne pourraient être atteints en raison de « ressources sous contraintes ». Les liens entre le parti au pouvoir et les syndicats empêchèrent cependant ces mouvements de prendre trop d’ampleur.

3 Voir Fauvelle-Aymar F.-X., Histoire de l’Afrique du Sud, Paris, Le Seuil, coll. « L’univers historique », 2006.

4 Cette loi distinguait les zones réservées aux Blancs de celles, rurales, dévolues aux non-Blancs.

5 Ce texte interdisait aux Noirs de résider en ville.

6 Voir le magnifique ouvrage de Enwezor O. & Bester R. (dir.), Rise and Fall of Apartheid. Photography and the Bureaucracy of Everyday Life, New York, International Center of Photography & DelMonico Books Prestel, 2013.

7 Mohandas Gandhi vécut en Afrique du Sud de1893 à 1914.

8 Ce n’est en fait qu’en 1923 que le South African Native National Congress adopte le nom de African National Congress.

9 Fauvelle-Aymar F.-X., L’Histoire de l’Afrique du Sud, op. cit., p. 356.

10 Mandela N., Un long chemin vers la liberté, Paris, Fayard, 1995 (1994), p. 126.

11 Ibid.

12 Le législateur de 1923 avait imposé aux Noirs d’être munis d’un pass dès lors qu’ils circulaient dans les zones urbaines. En 1952, cette pièce administrative fut remplacée par un autre document, bien plus détaillé. Y figuraient, notamment, le groupe racial du détenteur mais aussi ses empreintes et le nom de son employeur. Il n’était pas rare que ce dernier y ajoute également une évaluation du comportement de son employé.

13 Le Pan Africanist Congress fut fondé en 1959 par d’anciens membres de l’ANC opposés à la Charte de la Liberté, ce document adopté en 1955 par différentes organisations et les engageant à lutter pour une Afrique du Sud « multiraciale ».

14 Mandela N., Un long chemin vers la liberté, op. cit., p. 251.

15 Je reprends ici un large pan de la définition que Lilian Mathieu donne de « l’espace des mouvements sociaux » français dans « L’espace des mouvements sociaux », Politix, vol. 20, no 77, 2007, p. 131-151 ; et L’espace des mouvements sociaux, Bellecombes-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2011, p. 12-24.

16 Lewis D., « Black Workers and Trade Unions », T. G. Karis & G. M. Gerhart (dir.), From Protest to Challenge. A documentary History of African Politics in South Africa 1882-1999 – vol. 5: Nadir and Resurgence, 1964-1979, Bloomington & Indianapolis, Indiana University Press, 1997, p. 193.

17 Le régime de l’apartheid a, dans un premier temps, distingué trois groupes « raciaux » : les Blancs, les Noirs (Africans) et les Métis (Couloureds, terme désignant aussi bien les descendants d’une relation entre Blancs et Noirs, que ceux des esclaves venus d’Asie du Sud-Est ou des indigènes qui vivaient dans la région du Cap avant l’arrivée des Blancs). Une quatrième catégorie – les Indiens – a, par la suite, été ajoutée. Cette classification raciale est apparue sur les documents officiels d’identité à partir de 1950.

18 Le nombre annuel de grèves passe en effet d’une centaine, à la fin des années 1970, à près de 345 au début de la décennie suivante. Lodge T. & Nasson B. (dir.), All, here and now: Black politics in South Africa in the 1980s, Londres, Hurst & Compagny, 1991, p. 38.

19 Guillaume P., Johannesburg. Géographies de l’exclusion, Paris, IFAS-Karthala, 2001, p. 187.

20 Gervais-Lambony P., Territoires citadins. 4 villes africaines, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2001, p. 105.

21 Sur cette idée de topographie des mobilisations collectives, on renverra à Auyero J., « L’espace des luttes. Topographie des mobilisations collectives », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 2005, no 160, p. 122-132.

22 Lumsden F. & Loftus A., « Inanda’s struggle for water through pipes and tunnels: exploring State-Civil Society relations in post-apartheid informal settlement », CCS Research Report, no 6, 2003, p. 19.

23 Joe Slovo, cité dans Bond P., Elite Transition, op. cit., p. 140.

24 Seekings J., « Civic organisations during South Africa’s transition to democracy, 1990-1996 », D. P. Ahluwalia & P. Nursey-Bray, The post-colonial condition. Contemporary politics in Africa, Commack, Nova Science Publishers, p. 150.

25 Bond P., Elite Transition, op. cit., p. 140.

26 Barchiesi F., Precarious Liberation. Workers, the State, and contested social citizenship in postapartheid South Africa, New York & Durban, Suny Press & UKZN Press, 2011, p. 66.

27 Cité dans Saul J., « Cry for the beloved country: The post-apartheid denouement », S. Jacob & R. Calland (dir.), Thabo Mbeki’s World: The politics and ideology of the south african president, Pietermaritzburg, University of Natal Press, 2002, p. 41.

28 Cité dans Gumede W., « SANCO marches to a business drum », Star, 28 décembre 1996.

29 Cité dans McDonald D. & Pape J. (dir.), Cost recovery and the crisis of service delivery in South Africa, op. cit., p. 1.

30 Xali M., « “They are killing us alive”. A case study of the impact of cost recovery on service provision in Makhaza Section, Khayelitsha », D. McDonald & J. Pape, Cost recovery and the crisis…, op. cit., p. 116.

31 Le responsable « éducation » de la branch SANCO de Diepkloof, cité dans Khunou G., « “Massive Cutoffs.” Cost recovery and electricity service in Diepkloof, Soweto », D. McDonald & J. Pape (dir.), Cost recovery and the crisis of service delivery in South Africa, op. cit., p. 71.

32 Ntlonti P., Secretarial Report to SANCO 2d National Conference, Johannesburg, SANCO, 16-20 avril 1997.

33 Lodge T., Politics in South Africa (From Mandela to Mbeki), Cape Town et Oxford, David Philip/James Currey, 2002, p. 207.

34 Zuern E., « Continuity in contradiction? The prospects for a National Civic Movement in a democratic State: SANCO in post-apartheid South Africa », Case study for the Centre for Civil Society (UKZN), 2004, p. 7.

35 Seekings J., « SANCO: Strategic dilemmas in a democratic South Africa », Transformation, no 34, 1997, p. 8.

36 Cité dans Pithouse R., « Struggle is a School: the Rise of a Shack Dwellers’ Movement in Durban, South Africa », Monthly Review, février 2006.

37 Le terme Indaba, issu des langues Zoulou et Xhosa, désigne un rassemblement ou une réunion qui doit permettre d’aborder une question importante.

38 Entretien avec l’un des membres de Zabalaza, collectif « anarcho-communiste » proche de l’APF, Johannesburg, 18 juillet 2009.

39 McAdam D., Political Process and the development of Black Insurgency (1930-1970), The University of Chicago Press, Chicago, 1999 (1982), p. 44-48.

40 McKinley D. & Veriava A., Arresting Dissent, op. cit.

41 Les stokvels sont des clubs d’épargne informels. Chaque mois, les membres contribuent à la formation d’un capital qui est alors prêté à l’un d’entre eux.

42 « Involvement in civil society », B. Klandermans, M. Roefs & J. Olivier (dir.), The State of the people, op. cit., p. 113-117.

43 Bundy C., « Survival and Resistance: Townships Organisations and Non-violent direct Action in Twentieth Century », G. Adler & J. Steinberg (dir.), From Comrades to Citizens. The South African Civics Movement and the Transition to Democracy, Londres, MacMillan & Albert Einstein Institute, 2000, p. 26-51.

44 Heusden P. & Pointer R., Subjectivity, politics and neo-liberalism in post-apartheid Cape Town, Durban, Centre for Civil Society research report no 36, 2006.

45 Un membre du DRA cité dans ibid., p. 132.

46 Ibid., p. 133.

47 Harber A., Diepsloot, Johannesburg & Cape Town, Jonathan Ball Publishers, 2011, p. 87-88.

48 Les shebeens sont des bars plus ou moins clandestions que l’on trouve dans les quartiers populaires noirs.

49 Oberschall A., Social conflict and social movements, Englewood Cliffs (NJ), Prentice Hall, 1973, p. 25.

50 En 2005, un rapport rédigé par le Bureau du Secrétaire général de l’ANC reconnaissait que seulement 50 % des sections locales de l’ANC (les branches) avaient une activité satisfaisante.

51 Un « comité de déploiement » (deployment committee) opère même depuis le siège national de l’ANC afin de placer certains militants au sein des structures publiques étatiques, provinciales et municipales (Harber A., Diepsloot, op. cit., p. 41).

52 Les CPF doivent permettre d’établir une communication et une coopération entre les habitants du quartier et le commissariat.

53 Harber A., Diepsloot, op. cit., p. 108-109.

54 Mosoetsa S., « Compromised communities and re-emerging civic engagement in Mpumalanga township, Durban, KwaZulu Natal », Journal of Southern African Studies, vol. 31, no 4, décembre 2005, p. 868-869.

55 Voir, entre autres, Alexander P., « Anti-globalisation movement, identity and leadership: Trevor Ngwane and the Soweto Electricity Crisis Committee », communication au Congrès de l’Association sud-africaine de sociologie, 27 juin-1er juillet 2003, Durban.

56 Entretien avec Siyanda Centwa, le 24 juillet 2012, Grahamstown.

57 Entretien avec Zodwa, membre du SECC et élue municipale, 15 juillet 2009, Johannesburg.

58 Comme le suggère Nicolas Mariot, cette attitude est, d’une manière générale, et quel que soit le contexte, plus fréquente qu’on ne l’imagine : « […] on peut participer sans conviction, voire en pensant ou en faisant autre chose, en particulier parce qu’il s’agit d’actes qui vont sans dire, c’est-à-dire qui sont prévus pour être réalisés sans que les individus aient à s’en justifier ». (« L’habitus du dehors. Questions sans réponse et présence des institutions », Politix, no 100, 2013, p. 196).

59 McAdam D., « Pour dépasser l’analyse structurale de l’engagement militant », art. cit., p. 57.

60 Dobry M., « Calcul, concurrence et gestion du sens », P. Favre (dir.), La Manifestation, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1990, p. 66.

61 Mathieu L., « Les mobilisations improbables : pour une approche contextuelle et compréhensive », S. Cadiou, S. Dechezelles & A. Roger (dir.), Passer à l’action : les mobilisations émergentes, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 195.

62 Gould R. V., Insurgent identities. Class, community, and protest in Paris from 1848 to the Commune, Chicago et Londres, Chigago University Press, 1995, p. 55.

63 Kotze J. S., « Service delivery and voting behaviour: A comparative overview of the 2004 general election and 2006 municipal elections in South Africa », Politeia, vol. 25, no 3, 2006, p. 210.

64 Sur la relation entre mobilisation et espace, voir notamment Boumaza M. & Hamman P. (dir.), Sociologie des mouvements de précaires. Espaces mobilisés et répertoires d’action, Paris, L’Harmattan, 2007.

65 Une militante d’Abahlali baseMjondolo citée dans Bryant J., « Toards delivery and dignity. Community struggle from Kennedy Road », Journal of Asian and African Studies, vol. 43, no 1, février 2008, p. 49.

66 Entretien avec Nosango Mini, le 26 juillet 2012, Grahamstown.

67 Mariot N., Bains de foule, op. cit., p. 311.

68 Ibid.

69 Au début des années 2000, Marie Plancq-Tournadre observait avec quelle facilité les militants de l’Anti-Eviction Campaign réussissaient à convaincre certains habitants des quartiers pauvres du Cap de ne pas payer leurs factures d’eau et d’électricité, alors même qu’ils étaient sur le point d’être expulsés. Archives personnelles.

70 Bénit-Gbaffou C., « Démocratisation et participation locale à Johannesburg : la voix et les voies de la société civile face à des institutions participatives dysfonctionnelles », Revue Tiers Monde, no 196, octobre-décembre 2008, p. 765.

71 Darracq V., « Dans le parti, dans le quartier : les branches locales de l’African National Congress (ANC) », Revue Tiers Monde, no 196, octobre-décembre 2008, p. 787.

72 Patrick Sindane, entretien accordé à ECCHR ! European Center for constitutionnal and human rights: International Conference on transnational corporations and human rights Report, Berlin, ECCHR Documentation, 9-10 octobre 2008, p. 35.

73 Sinwell L., « Participatory spaces and the Alexandra Vukuzenzele Crisis Committe (AVVC). Reshaping governments plans », Social Dynamics, vol. 35, no 2, septembre 2009, p. 442.

74 Comme le souligne Claire Bénit-Gbaffou, les membres du CIDF sont des petits propriétaires métis socialement plus favorisés que les populations noires dans lesquelles recrutent les autres organisations affiliées à l’APF. Voir Bénit-Gbaffou C., « Démocratisation et participation locale à Johannesburg : la voix et les voies de la société civile face à des institutions participatives dysfonctionnelles », art. cit., p. 765.

75 The Politico-Military Strategy Commission, The Green Book. Report of the Politico-Military Strategy Commission to the ANC National Executive Committee, août 1979, <http://www.anc.org.za/ancdocs/history/mk/green-book.html>.

76 En 1983, la population blanche approuve, par voie référendaire, l’adoption d’une nouvelle constitution permettant une représentation des Indiens et des Métis.

77 Bond P., « Johannesburg. De l’or et des gangsters », M. Davis & D. B. Monk (dir.), Paradis infernaux. Les villes hallucinées du néo-capitalisme, Paris, Les prairies ordinaires, 2008, p. 180.

78 C’est par exemple ce qui ressort des descriptions pour le moins idéalisées faites par Mzwanele Mayekiso, particulièrement actif dans la township d’Alexandra, dans Township Politics. Civic Struggles for a New South Africa, New York, Monthly review Press, 1996.

79 Seekings J., « From quiescence to “People’s Power”: Township politics in Kagiso, 1985-1986 », Social Dynamics, vol. 18, no 1, 1992, p. 20-41.

80 Suttner R., « The UDF Period and it meaning for contemporary South Africa », Journal of Southern African Studies, vol. 30, no 3, septembre 2004, p. 695.

81 Cité dans Friedman S. & Reitzes M., « Democratisation or bureaucratization ? : civil society, the public sphere and the state in post-apartheid South Africa », Transformation, no 29, 1996.

82 Gervais-Lambony P., Territoires citadins…, op. cit., p. 215.

83 Cité dans Klein N., La Stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre, Arles, Actes Sud, 2008, p. 246-247.

84 Zed Books, 1997.

85 Pluto Press, 1997.

86 CANSA, communiqué de presse du 14 juillet 1997.

87 Une pétition d’enseignants circule ainsi contre le Concerned Academic Group, ce collectif de jeunes sociologues et politistes contestant, entre autres, l’externalisation des services à l’université de Wits.

88 Entretien avec Lucien Van der Walt, Grahamstown, 27 juillet 2012.

89 Ce document, qui expose la stratégie économique des gouvernements ANC à partir de 1996, rejoint sur de nombreux points l’orthodoxie prônée par des organisations comme le FMI ou la Banque mondiale.

90 C’est le cas, par exemple, de Chris Malekani, docteur en économie de la santé et désormais proche de COSATU.

91 En France, Le Monde diplomatique a accueilli la prose de l’un d’entre eux, l’universitaire Patrick Bond.

92 Ballard R., Habib A. & Valodia I. (dir.), Voices of protest. Social movements in post-apartheid South Africa, Durban, UKZN Press, 2006.

93 Desai A., We are the Poors. Community struggles in Post-Apartheid South Africa, New York, Monthly Review Press, 2002.

94 Ibid., p. 13.

95 « Naomi Klein on Ashwin Desai’s new book. The Best New Book on Globalization », 15 novembre 2002, <http://www.punk.co.za/html/index.php?name=News&file=article&sid=1135>

96 McKinley D., « The political economy of the rise of social movements in South Africa », Links, no 25, 2004, p. 48.

97 Taylor R., « The narrow ground: Critical intellectual work on South Africa under apartheid », Critical Arts, vol. 5, no 4, 1991, p. 34.

98 Le film de Richard Attenborough, Cry Freedom (1988), qui revient sur l’amitié entre le leader noir Steve Biko et le journaliste blanc Donald Woods, aborde cette question.

99 Entretien avec l’organisateur du SECC, 7 juillet 2009, Durban.

100 Fillieule O., Le Désengagement militant, Paris, Belin, coll. « Sociologiquement », 2005, p. 10.

101 Gottraux P., « Socialisme ou barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la France de l’aprèsguerre, Lausanne, Éditions Payot Lausanne, coll. « Sciences politiques et sociales », 1997, p. 174.

102 Hirschman A. O., Bonheur privé, action publique, Paris, Fayard, coll. « L’espace du politique », 1983 (édition originale : 1982).

103 Né en 1942 dans une famille zouloue de la région du Natal (l’actuel Province du KwaZulu Natal) et militant actif de l’ANC et du Parti communiste durant les années d’apartheid (il a notamment purgé une peine de dix ans d’emprisonnement pour « conspiration » dans les années 1960-1970), Jacob Zuma devient vice-président de l’Afrique du Sud en 1999. Soupçonné de corruption et accusé de viol, il doit démissionner en 2005, à la demande du Président Thabo Mbeki. Il s’engage alors dans une ardente rivalité avec ce dernier et s’appuie, à cette occasion, sur la « gauche » de l’alliance. Élu président de l’ANC en décembre 2007, au détriment de Thabo Mbeki, il accède à la présidence de la République en 2009.

104 Des élections générales ont en effet eu lieu en 2009, afin de renouveler l’Assemblée nationale, laquelle élit le président de la République.

105 Sinwell L. et alii, Service delivery protests. Findings form quick reponse research on four “hot-spots” – Piet retlief, Balfour, Thokoza, Diepsloot, Johannesburg, University of Johannesburg, septembre 2009.

106 <www.municipalIQ.co.za>

107 « Préserver l’eau », en Zoulou.

108 Anti-Privatisation Forum & Coalition Against Water Privatization, Lessons from The War Against Prepaid Water Meters: The Struggle Against Silent Disconnections Continues, Johannesburg, 2006. <http://apf.org.za/IMG/pdf/Final_PPM_Research_Report_-_102006-2.pdf2006>.

109 McKinley D. & Veriava A., Arresting dissents, op. cit.

110 Oldfield S. & Stokke K., « Building unity in diversity… », op. cit., p. 123.

111 Voir, entre autres, Tilly C., From Mobilization to Revolution, Reading, Addison-Wesley Publishing Company, 1978, mais également Combes H. & Fillieule O., « De la répression considérée dans ses rapports à l’activité protestataire. Modèles structuraux et interactions stratégiques », Revue française de science politique, vol. 61, no 6, 2011, p. 1047-1072.

112 MacAdam D., « Pour dépasser l’analyse structurale de l’engagement militant », O. Fillieule (dir.), Le Désengagement militant, op. cit., p. 69.

113 Ibid.

114 AbMPress, « Today We Return to Court in Solidarity with Four of our Comrades Arrested in Cato Crest », communiqué du 28 octobre 2013.

115 Fillieule O. & Pudal B., « Sociologie du militantisme. Problématisations et déplacement des méthodes d’enquête », O. Fillieule, E. Agrikoliansky & I. Sommier, Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2010, p. 179.

116 Passy F. « Interactions sociales et imbrications des sphères de vie », O. Fillieule (dir.) Le Désengagement militant, op. cit., p. 115.

117 Dans un contexte finalement assez proche, celui des micro-organisations œuvrant dans les favelas brésiliennes à partir des années 1980, Camille Goirand a montré que la lassitude et la volonté de se consacrer aux affaires privées expliquaient, en partie, une baisse significative de la protestation lors de la décennie suivante. Voir La politique des favelas, Paris, Karthala, 2000, chapitre 6.

118 Klandermans B., « La psychologie sociale de l’exit », O. Fillieule (dir.), Le Désengagement militant, op. cit., p. 110.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540