Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les primaires ouvertes en France

 | 
Rémi Lefebvre
, 
Éric Treille

Troisième partie. Sociologie électorale des primaires et approches locales

10. Des primaires d’octobre 2011 à l’élection présidentielle d’avril-mai 2012 : les dynamiques sociologiques de la mobilisation électorale à gauche

Julien Audemard et David Gouard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans cette contribution, nous proposons d’apporter des éléments de réponse aux débats théoriques relatifs aux logiques électorales induites par le recours aux primaires. Nous répondrons à ces questions au travers d’une analyse sociologique et empirique de la mobilisation et de la trajectoire de l’électorat de gauche depuis les primaires d’octobre 2011 organisées par le Parti socialiste et le Parti radical de gauche jusqu’à l’élection présidentielle de 2012.

Dans le cadre du débat sur la portée plus ou moins démocratique de ce type de consultation1, notre propos consiste d’abord à interroger la nature de la mobilisation électorale lors de ces primaires. On peut en effet se demander si la mobilisation a équitablement touché les différents segments du corps électoral. Ensuite, dans le prolongement de controverses déjà anciennes animées par des travaux américains sur la question des orientations politiques et électorales des sympathisants supposées plus radicales que celles des adhérents...

Auteurs

Docteur en science politique, chercheur associé au CEPEL (UMR 5112). Ses recherches portent sur la politisation des relations au sein des groupes de pairs et l’analyse contextuelle des votes. Il a soutenu, en 2013, une thèse intitulée Influences interpersonnelles. Comment le contexte structure les opinions et les votes.
Docteur en science politique, PRCE à l’université de Montpellier et membre du CEPEL (UMR 5112). Ses principales recherches portent sur l’évolution des comportements électoraux dans les municipalités communistes. Parmi ses dernières publications : La Banlieue rouge. Ceux qui restent et ce qui change, Lormont, Le Bord de l’eau, 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540