Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les primaires ouvertes en France

 | 
Rémi Lefebvre
, 
Éric Treille

Première partie. Adoption et règles du jeu

2. Les primaires à droite

Processus d’adoption et transformations du jeu partisan

Rémi Lefebvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les dirigeants de l’UMP ont fortement critiqué les primaires ouvertes adoptées par le PS qu’ils cherchent d’abord à délégitimer. Dès le mois d’avril 2011, alors que la campagne n’a pas véritablement commencé, des tracts sont diffusés dénonçant « un fichage politique » et « des libertés menacées ». Jean-François Copé est le plus virulent : « dans les villes socialistes, vous imaginez les conséquences pour les agents municipaux ou les présidents d’association qui ont des subventions s’ils ne participent pas à cette parodie d’élection1 ». Si la primaire est un succès, « on dira que c’est parce que les gens veulent une place en crèche » poursuit-il2. Le secrétaire général de l’UMP conteste par ailleurs la légalité de la procédure. La primaire est encore présentée pêle-mêle comme « une machine à diviser » (Jean-François Copé), « le casino des ambitions personnelles » (François Fillon), « le cache-misère d’un parti qui a beaucoup plus de candidats que d’idées » ou « un concours Lépine de ...

Auteur

Professeur de science politique, université Lille 2. Il a récemment publié avec Sylvain Lavelle et Martine Revel (dir.), Critiques du dialogue. Discussion, traduction, participation (Presses du septentrion, 2016)

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540