Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les primaires ouvertes en France

 | 
Rémi Lefebvre
, 
Éric Treille

Table des matières

Rémi Lefebvre et Éric Treille

Introduction. Vers une primarisation de la vie politique française ?

La centralité des primaires
Le précédent de 2011 ou l’exemplarité des primaires socialistes
Le résultat d’une crise et d’une mobilisation
La production d’un succès
Un nouveau standard international. État des lieux de la recherche
Une décision analysée en termes de coûts/bénéfices
Une réponse à des défis externes et aux transformations récentes des partis politiques
Le développement des primaires : un processus incertain
Variabilité et précarité des règles du jeu
Un objet protéiforme. Des entrées multiples sur les primaires

Première partie. Adoption et règles du jeu

Éric Treille

1. La fabrication partisane des primaires socialistes ou la codification d’une nouvelle règle du jeu électoral

Un scrutin républicain à l’américaine
Le scénario Terra Nova ou l’invention d’une nouvelle démocratie partisane
« L’empowerment militant » ou le renouvellement partisan par la participation au vote d’investiture
La bataille du calendrier
« Ne pas abimer le candidat du parti » ou l’organisation matérielle du scrutin à l’épreuve des savoir-faire des candidats
Ratification versus confrontation ou la tentation de la confiscation du scrutin
Conclusion
Rémi Lefebvre

2. Les primaires à droite

Processus d’adoption et transformations du jeu partisan

La question de la sélection du candidat à droite depuis les années 1990
La tentative avortée de primaires dans les années 1990
Maîtrise de l’appareil et production de la candidature
La conversion pragmatique de l’UMP
L’adoption des primaires : entre mimétisme externe, crise interne et injonction à l’unité
Une dynamique mimétique
Le produit d’une crise interne
Un processus fragile : la précarité des nouvelles règles du jeu
Codification et organisation de la primaire : règles du jeu et jeu sur les règles
La charte des primaires
« Les questions logistiques sont politiques » : l’enjeu des bureaux de vote
Production et institution de la confiance : la haute autorité des primaires
L’affaire des Français de l’étranger
Le parti dans la primaire : marginalisation ou réinvestissement des arènes partisanes ?
Réévaluer le militantisme
Luttes symboliques autour du statut du programme
La question des investitures aux élections législatives
Conclusion
Vanessa Jérome

3. Des primaires pour (ré)unir les écologistes ?

Interrogations à partir d’une histoire raisonnée des candidatures des Verts-EELV

1988 : Antoine Waechter, premier candidat du parti
1995 : Dominique Voynet 1, la candidate de l’écologie de gauche
2002 : Noël Mamère, le meilleur score des Verts
2007 : Dominique Voynet 2, l’écologie du parti
2012 : Éva Joly, la candidate « anti-Ushuaïa »

Deuxième partie. La mobilisation des primaires

Romain Rambaud

4. Le financement de la vie politique et les primaires ouvertes en France

Problématique générale : l’argent et les primaires
Les primaires présidentielles : la position de 2012
À propos des primaires municipales : la position du Conseil d’État et la réaction de la CNCCFP
Problématique des villes à statut particulier : l’hypothèse de Marseille
Épilogue
Éric Treille

5. La démocratie partisane en débats

La communication des primaires socialistes entre campagne à l’ancienne et modernité cathodique

La politique à l’économie
Comptes et mécomptes de pré-campagne ou le contrôle financier de l’organisation de la concurrence électorale
Popularité électorale versus popularité partisane ou le déplacement des frontières de la confrontation politique
Un exercice cathodique
Vu à la télé ou l’externalisation du cadre délibératif des primaires
La séquence du spectateur ou la fabrication localisée de nouvelles proximités partisanes
Conclusion
Rafaël Cos

6. Le projet socialiste (dés) saisi par les primaires

Procédures « rénovatrices » et production programmatique

La mise à l’épreuve de la « fonction » programmatique du parti
« Libérer le travail sur le projet »
Une dynamique de privatisation des textes collectifs
Un unanimisme bien compris : la validation du projet en Bureau national
La marginalisation d’un bien collectif
La force d’un texte faible ?
Une démultiplication des entreprises distinctives
Le détachement symbolique des « 60 propositions »
Conclusion : Le projet, un emblème qui fait problème
Rémi Lefebvre et Éric Treille

7. Les sympathisants de gauche dans les primaires

Une nouvelle offre de militance entre cible de conquête de suffrages et levier de mobilisation électorale

L’ingénierie militante de la nouvelle démocratie partisane
Le défi logistique de l’organisation des primaires ou comment encadrer la consultation électorale
Le travail de mobilisation des candidats socialistes ou comment élargir le périmètre électoral des sympathisants
Une variété de représentations du sympathisant ou comment déterminer des modes de mobilisation spécifiques
Les primaires ou la « levée d’une armée de militants » ?
Un électorat de papier ou comment collecter les coordonnées des sympathisants
Le recrutement de volontaires ou comment enrôler les sympathisants dans la campagne présidentielle de 2012
Le travail sur les sympathisants des fédérations socialistes ou comment le parti s’est refermé après les primaires
Conclusion
Anaïs Theviot

8. Les primaires : terrain d’expérimentation de l’innovation politique ?

Le cas de la campagne d’A. Juppé en 2016 : une mobilisation « scientifique » orchestrée par les data

Dépasser les « manières de faire » traditionnelles pour s’adapter à la modification du corps électoral, induite par la primaire
Renouveler la vision du numérique chez les Républicains
Donner une impulsion politique au numérique avec A. Juppé
Toucher les sympathisants
La Primaire : une période de tests ?
Tester en France les pratiques américaines : Nation Builder, « Content Management System » phare des primaires à droite
Une campagne « scientifique » ? Statistiques, tests et évaluations
Conclusion

Troisième partie. Sociologie électorale des primaires et approches locales

Laurent Olivier

9. La territorialisation des primaires socialistes en Meurthe-et-Moselle

Appropriations locales et traces temporelles d’une procédure nationale

La préparation logistique des élections primaires. Dessiner un territoire électoral sur la base de ressources locales
Une expertise collective territorialisée.
Les primaires, instrument d’invention du territoire
Une réappropriation partisane ponctuelle et nuancée des primaires
Les facteurs locaux d’un scrutin national territorialisé Un comportement électoral sous influences des acteurs partisans et des élus locaux
Une territorialisation différenciée selon les départements Échelles d’analyse et comparaison interdépartementale
Enjeux partisans locaux, position des élus et démographie
L’influence des élus
Présence militante et participation.
Vote primaire au 1er tour en fonction de la taille des communes
Vote et couleur politique du canton
Julien Audemard et David Gouard

10. Des primaires d’octobre 2011 à l’élection présidentielle d’avril-mai 2012 : les dynamiques sociologiques de la mobilisation électorale à gauche

Le cens caché des primaires
Ce que l’ouverture aux sympathisants fait au vote
Des primaires à la présidentielle : discontinuités et réalignements
Pierre Mongaux

11. Rassembler « le peuple de gauche » : le rendez-vous manqué de la primaire socialiste de 2011

Un « peuple de gauche » pas si populaire
Une faible représentativité sociale
Une logique ségrégative accentuée dans les quartiers populaires
Un « peuple de gauche » loin d’être constitué de sympathisants
Une catégorie incertaine
Ce que la primaire fait au PS : l’objectivation des sympathisants
Un « peuple de gauche » composite
Propriétés sociales des sympathisants auto déclarés : des participants presque comme les autres
Ce que déclarer sa sympathie (ne) veut (pas) dire
Sympathisants, et après ? Une population engagée par ailleurs mais peu disposée à faire campagne
Rémi Lefebvre

12. Les primaires domestiquées

Les élections municipales de 2014

Le choix des villes : des primaires de « conquête »
Pragmatisme et recherche du consensus
Régler des dysfonctionnements internes
La fabrique problématique d’un leadership
Les règles du jeu
Un rassemblement variable selon les configurations locales
La participation électorale
Des niveaux de participation très variables
Logiques de fiefs à Marseille
Conclusion
Christian Le Bart

Épilogue. Primaires ouvertes, déclin des partis, et individualisation du champ politique

Vers une marginalisation des partis ?
La dévalorisation du leadership partisan
La dévalorisation des militants
La consécration des « personnalités »
L’individualisation du travail programmatique
L’individualisation de la notoriété