Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés au xviie siècle

 | 
Annie Antoine
, 
Cédric Michon

Deuxième partie. Les cadres de la société

Chapitre IX. Les structures démographiques

Scarlett Beauvalet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Évolution démographique générale

1Les questions de population revêtent une grande importance dans l’histoire des pays européens au xviie siècle. En effet, les États, en pleine construction, ont le souci de compter leurs hommes, la plupart du temps pour des raisons fiscales, et ils commencent à s’en donner les moyens.

2En France, on a très peu de données générales avant le milieu du xviie siècle. Les progrès décisifs remontent au règne de Louis XIV, et c’est notamment sous le gouvernement de Colbert que se développe la volonté de connaître le nombre des hommes afin de mieux percevoir l’impôt. Celle-ci se traduit dès 1664 par le lancement de grandes enquêtes dont plusieurs sont parvenues jusqu’à nous, des dénombrements effectués selon la méthode mise au point par Vauban (Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des Peuples, 1686) et l’occasion de l’établissement d’un nouvel impôt, la capitation, en 1695. En Espagne, on dispose dès le début du xvie siècle d’une série de recensements, les censos. À la suite d’une période de « creux » dans le premier tiers du xviie siècle, les comptages reprennent en 1631, avec notamment un censo pour connaître la consommation de sel par habitant et instaurer une contribution. Deux autres recensements sont faits en 1646 et 1691, mais leur valeur statistique est moins fiable. Il ne s’agit pas à proprement parler de recensements, mais de vecindarios, c’est-à-dire de listes de feux ou de chefs de famille auxquels il faut appliquer un coefficient multiplicateur pour évaluer le nombre total des habitants. Quant à l’Angleterre, si son premier recensement national ne remonte qu’à 1801, on considère que la démographie y est née au milieu du xviie siècle grâce à l’initiative de William Petty (1623-1687), lequel invente le vocable d’arithmétique politique pour désigner une méthode consistant à compter, mesurer et expérimenter. Son objectif est d’évaluer la population de l’Irlande où il a passé dix ans de sa vie, puis de l’Angleterre et même du monde. Ses recherches, ainsi que celles de John Graunt (1620-1674) à Londres (il relève les baptêmes, mariages et sépultures et répertorie ces derniers par causes pour chacune des paroisses de la ville) font de nombreux émules en Angleterre et dans l’Europe entière.

3La seconde grande source pour la connaissance de la population est le relevé des baptêmes, mariages et sépultures. En France et en Espagne, la mesure, d’origine religieuse, remonte au xvie siècle (il y a bien quelques initiatives antérieures mais elles restent isolées), suite à l’injonction des autorités ecclésiastiques aux curés de relever dans leurs paroisses d’abord les baptêmes, puis un peu plus tard les mariages et les sépultures. En France, ce sont les évêques des diocèses bretons qui sont les premiers à prendre ces mesures, mais il faut attendre la tenue du concile de Trente, qui s’occupe de la question de l’enregistrement en novembre 1563, pour que le principe se généralise dans l’Europe catholique. En Angleterre, l’initiative revient au pouvoir civil. En 1538, une ordonnance d’Henry VIII, inspirée par les Injonctions de Thomas Cromwell, ordonne de tenir dans toutes les églises un livre et d’y inscrire les baptêmes, mariages et sépultures célébrés. La mesure est répétée et précisée au début du règne d’Élisabeth mais le système, perturbé par la guerre civile de 1642-1649, est abrogé lors de la Restauration. On y revient en 1694, avec un succès toutefois mitigé. L’enregistrement est donc loin d’être complet ; de plus, les non-conformistes ne figurent pas dans les registres puisqu’ils n’ont pas recours à un prêtre anglican.

4À partir des données disponibles (registres, comptages et dénombrements), les historiens ont mis en œuvre des méthodes afin d’évaluer la population, d’étudier ses différents paramètres, nuptialité, fécondité, mortalité, et de décrire les structures familiales. C’est ainsi que dans les années 1960, sous l’impulsion de Pierre Goubert et de Louis Henry en France et de Peter Laslett en Angleterre, est née la démographie historique. De grandes enquêtes, réalisées en France sous l’égide de l’INED (Institut national des études démographiques) et du groupe de Cambridge (Cambridge Group for the History of Population and Social Structure) à partir d’un échantillonnage de paroisses et de méthodes de projection, ont abouti à la rédaction des premières grandes synthèses sur l’histoire des populations. Ces méthodes ont été reprises et appliquées au cours des années 1970-1980 en Espagne. Les historiens ont ainsi pu montrer que le xviie siècle était caractérisé, d’un point de vue démographique, par une période de stabilité ou de non croissance marquée de manière plus ou moins forte par trois facteurs : la peste, la famine et la guerre.

5La peste, relayée à partir des années 1660 par d’autres maladies épidémiques, sévit un peu partout en Europe ; s’y ajoutent le petit âge glaciaire, manifeste dès 1600, qui créé des conditions défavorables aux activités agricoles, ainsi que des guerres, civiles ou étrangères, qui marquent profondément la période. Il faut aussi tenir compte de la mise en place d’un nouveau système démographique qui s’impose au xviie siècle, système caractérisé par le retard de l’âge au mariage et la hausse du célibat définitif, lesquels contribuent à freiner la croissance naturelle. Toutefois, au-delà de ces caractéristiques générales, les trois pays n’offrent pas un modèle semblable, pas plus dans les rythmes de croissance ou de non croissance que dans les modalités de celle-ci, d’où la nécessité de les étudier de manière séparée.

Le cas français

6En France, contrairement aux idées développées au xviiie siècle par les philosophes hantés par la crainte de la dépopulation, la croissance, quoique modeste au xviie siècle, a été continue depuis le xvie siècle. Après une phase de récupération commencée sous le règne de Charles VII (1422-1461) et poursuivie jusqu’à la fin de celui de Henri II (1547-1559), le pays connaît jusqu’en 1740 une longue série de crises entrecoupées par de brèves éclaircies. Le premier quart du siècle est caractérisé par une reprise de la croissance, suite aux années difficiles qui ont suivi les guerres de religion, puis celle-ci est stoppée par les fortes crises, toutefois plus ou moins marquées selon les régions, de la décennie 1630. La crise de la Fronde (1648-1652), particulièrement virulente dans la région parisienne et le Centre, donne un nouveau coup d’arrêt à l’essor. Ensuite alternent des phases de récupération, entrecoupées de nouvelles crises, en 1661-1662, 1676, 1680, 16931694. En dépit de ces mauvaises périodes, le mouvement d’ensemble est légèrement à la hausse, les bonnes périodes et le bilan positif des régions épargnées compensant les pertes.

7Les différences régionales sont marquées. Certaines provinces ont une assez bonne croissance comme la Picardie, la Normandie et la Champagne, tandis que d’autres connaissent un recul modéré, l’Île-de-France, le Berry et le Val de Loire. La carte des densités montre des contrastes importants avec de très fortes densités (plus de 70 habitants au km2) dans le Nord, la Normandie, le bassin de Paris, de fortes densités (50 à 70 habitants au km2) en Bretagne, Aunis, Auvergne et dans le Lyonnais, des densités moyennes (37 à 50 habitants au km2) en Guyenne, Gascogne, Languedoc, Bourgogne et Alsace et de faibles densités (moins de 35 habitants au km2) en Provence, Dauphiné, Roussillon, Poitou, Berry et Champagne. La population est largement rurale : 80 % vit dans de petites communautés, dont un tiers dans des paroisses de moins de 100 feux, mais il existe malgré tout un véritable réseau urbain articulé et hiérarchisé et qui structure bien l’espace. Paris, avec une population de l’ordre de 500 000 habitants, est la plus grande ville du royaume, suivie par Lyon (autour de 100 000), Marseille (75 000), Rouen (60 000) et Lille (50 000). Vient ensuite toute une série de villes avec une population entre 40 000 et 50 000 habitants (Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Nantes, Orléans), 30 000 et 40 000 (Caen, Tours, Angers, Dijon), puis 20 000 et 30 000 (Toulon, Metz, Montpellier, Aixen-Provence, Reims, Grenoble, Valenciennes).

8Les mouvements migratoires sont relativement limités, du moins en ce qui concerne les migrations volontaires. Il y a bien quelques flux vers le Canada et les Antilles, mais ils sont de relativement faible importance. Il en va différemment des migrations forcées. C’est ainsi que l’exode des protestants français à la suite de la révocation de l’édit de Nantes, en 1685, constitue le mouvement d’émigration le plus important de la période moderne, la plus grande vague de départ se situant entre 1685 et 1689. On pense qu’environ 200 000 personnes ont quitté le royaume entre 1660 et 1689 pour se diriger vers les Provinces-Unies (50 000 à 60 000), l’Angleterre (40 000 à 50 000) et les colonies anglaises (10 000 à 15 000), l’Allemagne (30 000) et la Suisse (22 000).

Le cas espagnol

9Après avoir connu une période de croissance au xvie siècle, l’Espagne entre au xviie siècle dans une période de dépression démographique qui se traduit par une stagnation de la population, voire dans certaines zones une régression. Sur la base d’une dimension moyenne des foyers devant se situer autour de 4 individus, les historiens ont calculé qu’en 1591, la population de l’ensemble de la péninsule avoisinait les 6,8 millions d’habitants, dont 80 % pour la province de Castille et environ 7 millions en incluant les îles Baléares et les Canaries. Le bilan démographique du xviie siècle est médiocre, puisque d’après le recensement de 1712, la population ne serait que de 7,5 millions de personnes, soit une progression infime par rapport à 1591, et un taux de croissance en moyenne inférieur à 0,1 % par an au cours du siècle. Le cœur du royaume se dépeuple tandis que les périphéries (Catalogne et Pays Basque) sont beaucoup plus dynamiques. Selon les régions, ce repli intervient plus ou moins tôt, vers 1591 pour la Castille, et 1620 pour les autres régions. Dès la fin du xvie siècle en effet, la Castille, après avoir connu une période d’expansion démographique – en 1591, sa population atteint 6,6 millions d’habitants – entre dans la dépression. Il faut dire que dans les années 1580-1590, compte tenu des ressources de l’époque, l’Espagne atteint un seuil de saturation démographique, du moins l’Espagne du Nord. Pour les provinces basques et la montagne, la Galice, la Vieille-Castille, le León, une partie de la nouvelle Castille et la région de Valence, on peut parler de « monde plein » selon l’expression utilisée par Pierre Chaunu. La dépopulation, redoutée et dénoncée alors qu’elle n’était pas encore d’actualité par de nombreux écrivains politiques, devient un fait incontestable. Le changement de tendance provoque l’inquiétude et le doute chez les contemporains.

10Le contraste est frappant entre une Espagne dense au nord (en Galice et dans la zone cantabrique, les densités sont de l’ordre de 22 habitants au km2 et dans les vallées des Asturies elle peut atteindre les 40), puis les densités décroissent dès que l’on s’éloigne de ce centre fédérateur avec de véritables zones vides d’hommes. La population se regroupe en villages d’environ 200 habitants, les villes étant toujours de taille réduite, même les capitales des partidos : 660 feux à Santander, 693 à Orense, 496 à Tuy à la fin du xvie siècle. Seule Burgos, cité du commerce et de la laine, se détache avec 20 000 habitants. Au sud de Madrid, les villas, bourgades qui jouissent d’un statut privilégié, sont nombreuses : ce sont des agro-villes comme El Toboso, San Clemente ou Daimiel qui comptent plusieurs milliers d’habitants.

11Plusieurs facteurs viennent expliquer la dépression démographique : l’immigration vers les colonies, le célibat définitif qui affecte d’une part les membres du clergé et de nombreux militaires stationnés loin de la mère patrie, l’expulsion des Morisques, les épidémies dont la peste et les crises démographiques liées aux mauvaises années agricoles. La peste est la principale responsable du dépeuplement de la Castille. Elle sévit en effet à l’état chronique à partir de 1580, mais la grande épidémie de 1597-1602, précédée par la famine de 1594, annonce des temps nouveaux. La peste bubonique et les maladies qui l’accompagnent frappent les parties les plus densément peuplées du pays – on estime que les deux Castilles auraient perdu 25 % de leurs habitants entre 1591 et 1631 – et un nouvel équilibre se dessine au profit des régions périphériques. En 1647, la peste s’introduit cette fois par le sud, puis dans les années 1677-1684, l’Andalousie subit à nouveau ses attaques. Ces différentes invasions ont causé la mort d’1,5 million de personnes.

12En plus de la peste, il faut tenir compte pour expliquer la régression démographique des phénomènes migratoires. On estime qu’entre 1609 et 1614 au moins 300000 Morisques – dissidents religieux, ils sont exclus au nom de la pureté de sang – ont été expulsés d’Espagne, sans compter tous ceux qui ont fui avant le décret d’expulsion ou qui sont morts pendant les révoltes et la fuite, ce qui représente au moins 4 % de la population espagnole. Le royaume de Valence perd ainsi 30 % de sa population, l’Aragon 15 % et la Castille 2 à 3 %. La récupération est très lente, et en 1638, 205 des 450 villages de Morisques sont toujours dépeuplés. L’émigration vers l’étranger a joué un rôle non négligeable, mais toutefois pas aussi considérable qu’on a longtemps bien voulu le dire. Les historiens sont aujourd’hui revenus sur les estimations excessives (on parlait de 40 000 départs chaque année) et ils pensent que l’émigration vers l’Amérique n’a pas excédé 4 000 à 5 000 individus par an, ce qui amène à 250 000 le nombre de résidents espagnols en Amérique. Ce qui est plus important, c’est de voir qu’il s’agissait d’hommes adultes, d’où des répercussions importantes sur la nuptialité, la reproduction et l’économie. Dans certaines régions, les départs sont toutefois partiellement comblés par l’arrivée des Français qui représentent environ 20 % de la population de la Catalogne et 25 % de celle de l’Aragon au début du xviie siècle. L’attraction disparaît aux environs de 1640 du fait de la dégradation des conditions offertes, terres et salaires notamment.

13Les guerres n’ont pas eu l’impact qu’on leur attribue trop souvent. Mises à part les entreprises guerrières qui ruinent une partie de la Castille en 1603, on ne s’est pas battu sur le territoire espagnol. L’impact des guerres réside plutôt dans la pression fiscale et la nécessité de fournir des hommes pour assurer la défense des autres royaumes et soutenir les guerres dans les Flandres, en Allemagne et dans le Milanais. Surtout, les guerres, en absorbant une partie des hommes jeunes, ont eu des répercussions sur les taux de nuptialité et de natalité et généré un manque d’hommes pour cultiver la terre, d’où une série de mesures pour réprimer la vie dissolue, interdire la prostitution et encourager les familles de trois enfants et plus.

Le cas anglais

14L’Angleterre, davantage épargnée par les crises démographiques, voit sa croissance se maintenir pendant toute la première moitié du xviie siècle tandis que dans la seconde, elle subit les effets des pestes de 1658 et 1665, et des épidémies de 1679-1681, si bien que ce n’est que dans les années 1730 que débute l’essor de la population. Alors qu’à la fin du xvie siècle, le taux de croissance avoisinait les 1 % par an, soutenu par de relativement bonnes conditions économiques et une faible virulence de la mortalité et des crises, le milieu du xviie siècle marque l’arrêt de la croissance et le début d’un déclin relatif. Le maximum de population est atteint en 1656 avec 5,2 millions d’habitants (le royaume d’Écosse, uni par les souverains puis annexé au royaume, apporte un peu plus d’un million d’habitants tandis que l’Irlande dépasse les 3 millions), chiffre qui n’est pas retrouvé avant le début du xviiie siècle. Près de 10 % de la population habite Londres, qui compte près de 500 000 habitants après les épreuves de la grande peste et de l’incendie. Elle freine le développement des autres villes et il n’y a guère que Bristol, Norwich et York qui dépassent de peu les 20 000 habitants.

15Plusieurs facteurs expliquent la stagnation de la seconde moitié du xviie siècle. À l’inverse de ce qui se passe en France et en Espagne, le recul de 5,2 à 4,8 millions n’est pas dû à des crises démographiques importantes liées à des famines ou des épidémies. Les crises de subsistances sont en effet rares, la dernière grande crise ayant associé prix élevés et hausse du nombre des décès remontant à la fin du xvie siècle. Les causes de la hausse de la mortalité sont mal définies. On a évoqué, mais de manière assez générale pour l’Europe, l’apparition de nouvelles maladies et l’aggravation des épidémies, ces dernières pouvant être meurtrières comme la peste. Ainsi, Londres subit plusieurs épisodes pesteux en 1603, 1625, 1640 et 1647, et surtout elle connaît la grande peste de 1665, suivie du grand incendie de 1666. Le taux de mortalité y est supérieur à 40 pour mille, soit deux fois plus que dans le reste du pays. La peste fait sa dernière apparition en 1665-1667, mais elle est remplacée par la variole et le typhus. En revanche, l’Angleterre souffre relativement peu des guerres, même des combats de la guerre civile, somme toute assez peu meurtriers.

Tableau 1. – La population anglaise au xviie siècle

Tableau 1. – La population anglaise au xviie siècle

16On peut souligner la spécificité de la situation anglaise. La mortalité, qui était restée particulièrement basse au xvie siècle, remonte de manière notable au cours de la première moitié du xviie siècle et l’espérance de vie à la naissance chute fortement pour se situer à 28,47 ans pour les générations nées autour de 1680. Dans le même temps, la fécondité, très élevée au xvie siècle, chute sans discontinuer, entraînant une diminution sensible du taux de croissance au-dessous de 1 %. On observe simultanément une chute de la nuptialité et une augmentation du pourcentage de la population restée célibataire, environ 25 %. Ce taux élevé s’explique largement par le changement dans les conditions économiques et notamment la difficulté de plus en plus grande pour les fermiers et petits tenanciers à s’établir. L’émigration vers l’Amérique et les colonies a également joué. Environ 300 000 personnes sont concernées, pour la plupart des hommes jeunes qui quittent le pays dans la seconde moitié du xviie siècle, une tendance qui ne s’inverse qu’après 1700.

Les structures démographiques

Le mariage

Le droit matrimonial

17En France, comme en Angleterre et en Espagne, le mariage est régi par le droit commun de l’Église, mais la Réforme a toutefois amené des différences dans l’évolution de l’institution conjugale des trois pays. Les conceptions d’Érasme, puis de Luther et de Calvin ont eu une profonde influence dans les îles britanniques, et la rupture d’Henry VIII avec Rome a été déterminante en la matière, l’Angleterre ignorant la législation mise au point par les Pères de l’Église à l’occasion du concile de Trente (1545-1563).

18Dès le début du xvie siècle en effet, les réformateurs protestants remettent en cause la doctrine classique du mariage et contestent la législation pontificale des xiie et xiiie siècles : ils refusent de considérer le mariage comme un sacrement, critiquent l’obligation du célibat ecclésiastique, les divers empêchements mis à la célébration des mariages, ainsi que la compétence exclusive de l’Église en matière matrimoniale. De plus, ils s’attaquent à la question du consentement, insistant sur la nécessité du consentement parental alors que l’Église catholique ne retenait que le simple accord mutuel des époux comme condition de validité des mariages, et reviennent sur le principe de l’indissolubilité, reconnaissant la possibilité du divorce dans quelques cas graves comme l’adultère, la désertion conjugale ou les sévices et mauvais traitements menaçant la vie du conjoint.

19À cette contestation répond une redéfinition du mariage par les catholiques. En novembre 1563, lors de la xxive session du concile de Trente, les discussions aboutissent à la rédaction de douze canons sur le sacrement de mariage et d’un décret, le De reformatione matrimonii, dans lesquels les Pères rappellent que le mariage est un sacrement, qu’il est monogame, indissoluble, soumis à des empêchements de temps et de parenté. Les débats sont contradictoires à propos de la question du consentement. Les prélats français se rallient à la position de la royauté qui souhaite, pour empêcher les mariages clandestins, imposer le consentement des parents, mais ce n’est pas le cas de tous les évêques. On finit par trouver un compromis : tout en réaffirmant la doctrine traditionnelle, c’est-à-dire la validité des mariages d’enfants mineurs sans consentement des parents, les Pères les réprouvent et les sanctionnent par des peines allant des simples pénitences jusqu’à l’excommunication pour les époux et les intermédiaires. De plus, afin de prévenir les unions clandestines, ils acceptent d’imposer de nouvelles règles : pour être valide, le mariage doit donc désormais être précédé par la publication de trois bans au cours de la messe pendant trois dimanches consécutifs, et l’union bénie par le curé de la paroisse où habite l’un des époux ou par un prêtre autorisé par ce dernier en présence de deux ou trois témoins et consignée sur un registre.

20La position de l’Église en matière d’empêchements est également réaffirmée, et la liste des empêchements définie avec précision. Les empêchements absolus, c’est-à-dire qui annulent le mariage, sont le défaut d’âge (l’âge matrimonial est fixé depuis le xive siècle à 12 ans pour les filles et 14 ans pour les garçons), l’impuissance du mari, les vœux de chasteté ou l’entrée dans les ordres, la bigamie résultant d’un mariage antérieur non dissous et les unions entre infidèles ou avec un hérétique. Tous les autres empêchements, dits relatifs, peuvent être levés par une dispense octroyée par l’Église : ils ont trait à la parenté et à la période de mariage. Dans le souci d’éviter l’inceste, considéré au sens large du terme, l’Église interdit de s’allier à toutes les personnes parentes ou alliées. Elle définit quatre sortes de parenté : la parenté naturelle qui résulte des liens du sang (consanguinitas), la parenté par alliance (affinitas), la parenté légale créée par l’adoption et la parenté spirituelle qui unit deux personnes du fait de leur participation à un sacrement. Toutes les personnes qui se retrouvent apparentées par un de ces liens ne peuvent s’unir entre elles, les interdictions remontant jusqu’au quatrième degré de parenté. Enfin, l’Église interdit la célébration des mariages, ou du moins la solennité qui l’entoure, pendant certaines périodes de l’année appelées temps clos. Ces derniers correspondent aux périodes de pénitence du Carême, c’est-à-dire les quarante-six jours qui précèdent Pâques, et de l’Avent qui va de la Saint-André (30 novembre) à l’Épiphanie (6 janvier), pendant lesquelles on souhaite éviter les réjouissances publiques.

21En France, les décisions du concile ne sont pas reçues, mais les ordonnances royales, dès le xvie siècle, reprennent une très grande partie des dispositions conciliaires, voire les renforcent. Ainsi, le consentement parental est une condition de validité des unions. À la suite de l’ordonnance de Blois en 1579, plusieurs textes viennent rappeler la nécessaire application de la législation tridentine : une ordonnance de 1629 et une déclaration de 1639 sur les « formalités du mariage » qui valorise le rôle du curé et le consentement parental pour éviter les mariages clandestins. En Espagne, l’Inquisition se charge de faire appliquer les principes posés par l’Église, et par ce biais assure un certain contrôle sur la société et les familles. Parallèlement à la tenue du concile de Trente, le Saint-Office s’engage aux côtés des justices séculières et ecclésiastiques dans une campagne de moralisation de la vie sexuelle. De fait, on voit se multiplier les poursuites contre la fornication, la sodomie, l’onanisme, la bestialité, actes contre-nature désignés par l’expression de pecado nefando, péché abominable. De même, la prostitution est sévèrement réprimée et, en 1623, Philippe IV fait fermer les maisons closes dans l’ensemble du royaume. En s’emparant de causes à la connaissance desquelles elle n’était pas destinée, l’Inquisition devient un rempart efficace de l’ordre moral. La situation est un peu différente en Angleterre : elle résulte d’un compromis entre les positions des réformateurs, les prohibitions de l’Église catholique et les intérêts de la monarchie. En matière d’empêchements par exemple, l’Église anglicane applique des règles particulières qui découlent des modifications introduites par Henry VIII pour ses propres unions, formulées par Matthew Parker dans son Tableau de parentèle et d’affinité en 1560, entérinées en 1603, imprimées à la fin du Book of Common Prayer et affichées publiquement dans toutes les églises à partir de 1681. On ne conserve que l’empêchement de parenté, qui est ramené au troisième degré. Entre 1651 et 1660, période de la dictature puritaine, le mariage traditionnel connaît une éclipse. Tout baptême, mariage, enterrement selon le rite anglican est interdit, et ces événements sont désormais enregistrés dans des registres civils, le juge de paix, et non plus un ministre du culte, procédant aux différentes cérémonies. En 1660, l’Église anglicane et sa hiérarchie sont restaurées, et avec elles le mariage traditionnel ; les ministres du culte régularisent les unions contractées les années précédentes.

22Contrairement à ce que l’on observe en France, où les questions matrimoniales glissent progressivement de la compétence des tribunaux ecclésiastiques aux tribunaux civils, l’État anglais n’intervient quasiment pas sauf dans un très petit nombre de cas concernant le remariage après le divorce. Ainsi, les autorités laïques n’engagent pas de lutte contre les mariages clandestins, pratique fréquente dans certaines chapelles demeurées par privilège en dehors de la juridiction de l’évêque, comme les chapelles de Saint-James, Lincoln’s Inn, la Monnaie ou Newgate à Londres, ou encore celles de la Peak Forest et de Dale Abbey dans le Derbyshire, où il en coûte un shilling pour se marier. Toutefois, le dernier tiers du xviie siècle est marqué par un début d’intervention des pouvoirs publics, et notamment du Parlement, dans les questions relatives au mariage. Alors que les tribunaux ecclésiastiques exigeaient des personnes auxquelles elles accordaient le divorce qu’elles ne se remarient pas, en 1670, John Manners, Lord Roos, demande au parlement le vote d’un bill l’autorisant à se remarier au mépris des engagements pris devant l’Église, autorisation qu’il obtient. Quelques années plus tard, en 1697, le comte de Macclesfield demande au parlement d’annuler son mariage, son épouse vivant en concubinage notoire avec Lord Rivers. Là encore, il obtient gain de cause. Ces deux exemples ne doivent pas masquer la réalité : les interventions du parlement restent extrêmement limitées (on en compte 5 entre 1670 et 1715), mais elles n’en traduisent pas moins une évolution consommée au siècle suivant puisqu’elles passent à 60 entre 1715 et 1765.

La nuptialité

23D’une manière générale, dans l’ensemble des pays de l’Europe préindustrielle, la vie économique et sociale est organisée autour du mariage, et ce sont les possibilités d’établissement qui en déterminent le moment. Les conditions ont été telles que tout au long de l’époque moderne, l’âge au mariage s’est élevé de façon continue. En France, on observe dès le début du xviie siècle une élévation significative de l’âge au premier mariage, un mouvement se poursuit dans le cours de la période. Dans les campagnes du Bassin parisien, sous le règne de Louis XIV, les garçons se marient à 26,6 ans et les filles à 24,5 ans ; à Tourouvre-au-Perche, entre 1665 et 1699, les âges sont respectivement de 26,7 et 22,8 ans. Dans les villes, l’âge est encore plus tardif que dans les campagnes : 27,6 ans pour les garçons et 25,3 ans pour les filles à Rouen entre 1670 et 1699 par exemple. Il y a malgré tout des exceptions régionales et sociales, dans le Limousin où près de la moitié des filles se marient avant 21 ans, et dans les catégories élevées de la noblesse. Ainsi, chez les ducs et pairs, si les jeunes gens se marient à 25,5 ans en moyenne, leurs épouses ne sont âgées que de 20 ans : il s’agit dans ce cas d’assurer la transmission du nom et d’avoir le plus tôt possible un héritier.

24En Angleterre, la pratique du mariage tardif est générale dès le xvie siècle. À partir de l’exemple de Colyton, village exemplaire du Devonshire jugé représentatif des comportements démographiques anglais de l’époque moderne, et d’un échantillon de douze paroisses, les historiens ont pu établir que l’âge moyen des hommes au mariage était de 28 ans pour la période 1600-1649 et de 27,8 ans pour 1650-1699, et de 26 et 26,5 ans pour les femmes. Une analyse menée dans le diocèse de Cantorbury a permis d’appréhender les différences sociales. L’âge moyen des mariées est de 24 ans entre 1619 et 1660 contre près de 27 ans pour les futurs, mais si l’on ne considère que la noblesse, cet âge s’abaisse de manière assez nette : il est de 19,4 ans pour les filles et 24,3 pour les garçons entre 1600 et 1625 et respectivement de 20,7 et 26 ans pour la période allant de 1625 à 1650. Il est manifeste que les privilégiés se marient plus tôt que le reste de la population, de telle sorte que plus on s’élève dans la hiérarchie sociale, plus l’âge au premier mariage s’abaisse.

  • 1 D’après Laslett Peter, Un monde que nous avons perdu. Famille, communauté et structure sociale dan (...)

Tableau 2. – Âge moyen au premier mariage dans le diocèse de Canterbury1

Tableau 2. – Âge moyen au premier mariage dans le diocèse de Canterbury1

25Ce modèle de mariage tardif s’explique par les conditions économiques, en particulier la croissance de la population et l’inflation. Au contraire, le décollage économique au début du xviiie siècle génère un abaissement sensible de l’âge moyen au mariage.

26En Espagne, l’évolution de l’âge au mariage a connu une évolution un peu plus lente. Les filles se marient au xviie siècle entre 21 et 23 ans, âge en constante augmentation qui se situe à 23-24 ans au début du xviiie siècle. Les contrastes régionaux sont marqués, avec des âges beaucoup plus précoces au sud (Estrémadure, Andalousie et Murcie) qu’au nord de la péninsule (Galice et Pays basque).

La fécondité et les rites autour de la naissance

La fécondité

27Dans un système où il n’y a manifestement peu, voire pas de pratiques contraceptives, la fécondité légitime est largement déterminée par les conditions de la nuptialité et notamment l’âge au mariage tardif, et ce d’autant plus que la fertilité diminue avec l’âge de la femme. Cependant, partout, en raison des pratiques d’allaitement et des fluctuations de la mortalité, les différences régionales sont importantes. Ainsi, en France, le nombre moyen d’enfants par famille oscille entre 4,32 pour le Bas-Quercy et 6,88 pour l’Île-de-France. Dans les villes, la fécondité est toujours plus élevée du fait de la mise en nourrice, l’allaitement freinant le retour de l’ovulation : 7,3 enfants à Rouen entre 1640 et 1669, 6,7 à Mamers à la fin du siècle. En Espagne, les femmes mariées entre 20 et 24 ans mettent au monde en moyenne 7,5 à 8 enfants à Valence, en Estrémadure, en Castille et en Galice, mais la descendance réelle, en tenant compte de la mortalité, se situe autour de 4,5 à 5,5 enfants. De même, en Angleterre, le nombre moyen d’enfants par foyer est de l’ordre de 4,5 personnes.

28En Espagne, le rapport entre le nombre des naissances et celui des mariages est très inférieur à ce qu’il était au xvie siècle et à ce qu’il sera au xviiie siècle. Les démographes attribuent cette baisse de la fécondité moyenne des couples à l’élévation de l’âge au premier mariage, à la proportion plus grande du nombre des remariages par rapport à l’ensemble des mariages célébrés, et à l’augmentation sensible du célibat définitif. Dans les paroisses rurales de Galice par exemple, où l’on observe un célibat féminin temporaire en raison de la forte émigration masculine, l’âge au mariage se situe vers 25 ans. D’autres facteurs viennent s’ajouter comme les mauvaises conditions alimentaires en période d’épidémie qui ont contribué à limiter temporairement la fertilité féminine.

  • 2 D’après Nadal Jordi, La Población espagnõla (siglos xvi a xx), Barcelone, 1984, p. 44.

Tableau 3. – Évolution de la natalité dans quatre villes catalanes (moyennes quinquennales, base 100 en 1621-1625)2

Tableau 3. – Évolution de la natalité dans quatre villes catalanes (moyennes quinquennales, base 100 en 1621-1625)2
  • 3 En 1492, les Rois catholiques obligent les Juifs à choisir entre la conversion ou l’exil.

29La plupart des auteurs espagnols de cette époque sont littéralement hantés par l’idée du dépeuplement. Martin Gonzales de Cellorigo, avocat à la chancellerie de Valladolid, considère, dès 1600 que l’Espagne est entrée dans l’ère de la décadence, et fait de la dépopulation la cause première d’une telle situation. Sancho de Moncada voit dans le célibat ecclésiastique l’explication de la chute de la nuptialité et de la dépopulation ; le chanoine Pedro Fernandez de Navarrete, chapelain et secrétaire du roi, évoque l’expulsion des juifs3 et des morisques, l’émigration vers l’Amérique, l’oisiveté et le déclin de la nuptialité, les excès de la fiscalité générateurs de la paupérisation et de l’exode. Navarrete et Moncada insistent sur la nécessaire revalorisation du mariage afin de stimuler la nuptialité et la natalité. Bien qu’ils soient tous deux des ecclésiastiques, ils n’hésitent pas à recommander le freinage des vocations religieuses, voire à interdire la fondation de nouveaux couvents. Ils stigmatisent également les mauvaises mœurs comme l’adultère et la prostitution. C’est à ces préoccupations que répondent les dispositions des lois populationnistes de 1623 afin d’encourager la nuptialité comme l’exemption des jeunes mariés de charges fiscales pendant quatre ans.

30Les conceptions prénuptiales sont relativement peu nombreuses. Elles sont en France et en Espagne de l’ordre de 2 à 3 % dans les campagnes et un peu plus dans les villes, autour de 7 à 8 %. Elles sont relativement plus courantes en Angleterre du fait de l’interdiction tardive (elle intervient en 1753) des relations sexuelles avant que les époux soient passés à l’Église, et le fait de couples formés qui consomment le mariage dès les fiançailles, pratique bannie par le concile de Trente. Ainsi à Clayworth, dans le Nottinghamshire, entre 1650 et 1750, 13 % des femmes sont enceintes au moment du mariage, mais les taux sont encore bien plus élevés dans l’Angleterre rurale et en constante augmentation (on compte un tiers de conceptions prénuptiales au début du xviiie siècle).

31De même, la proportion des naissances illégitimes est faible. En France, en milieu rural, elle est partout inférieure à 1 % : 0,5 % dans le Beauvaisis entre 1600 et 1730, 0,3 et 0,5 % à Tourouvre-au-Perche et Crulai en Normandie. Elle est plus importante en milieu urbain, et ce d’autant plus que la taille de la ville augmente, et surtout en constante progression : 1,1 % à Meulan, 1,7 % à Grasse, 3,1 % à Nantes, 4 % à Grenoble et à Caen, 5 % à Lyon. Ces taux plus élevés traduisent souvent l’arrivée de filles de la campagne venues rechercher l’anonymat de la ville. Les naissances illégitimes sont également rares dans la majeure partie de l’Espagne rurale, autour de 1 % des baptêmes. Il n’y a guère qu’en Galice que les taux sont plus élevés, entre 3 et 8 %. De même qu’en France, les taux d’illégitimité sont en effet un peu plus élevés dans les villes que dans les campagnes : 4,6 % à Valladolid à la fin du xvie siècle, 3 % à Madrid entre 1650 et 1700, avec des taux qui oscillent selon les paroisses entre 0,7 et 4,8 %, mais qui frisent les 10 % si l’on tient compte des baptêmes d’enfants exposés. À Madrid, si tous les enfants abandonnés ne sont pas des illégitimes, beaucoup sont malgré tout le fruit des amours illégitimes. La plupart vont à l’hôpital de la Inclusa, institution qui révèle une situation très comparable de celles des hôpitaux et hospices français qui se mettent en place sous l’impulsion de Vincent de Paul et des Dames de la Charité.

32Les naissances illégitimes sont plus nombreuses en Angleterre, et surtout elles connaissent d’importantes variations tout au long de la période. En augmentation jusqu’en 1620, elles baissent nettement au cours de la révolution et sous Cromwell, pour remonter à la fin du xviie siècle et rester à peu près stables jusque dans les années 1740. Entre 1571 et 1630, Peter Laslett dénombre dans 15 paroisses entre 2,36 et 2,44 % d’enfants nés hors mariage, et l’échantillon élargi à 24 paroisses montre des taux encore plus forts : 4,6 % pour la période 1591-1600 et 3,6 % entre 1611 et 1620. Dans la seconde moitié du xviie siècle, on observe un changement avec des taux de 2,4 % entre 1631 et 1640, 2,1 entre 1641 et 1650 et 0,5 % entre 1651 et 1660. Il est manifeste que l’atmosphère morale que font régner les puritains durant cette période a beaucoup pesé. On peut toutefois s’interroger sur les raisons d’une telle baisse. Elle semble en effet davantage due à la peur des filles-mères qui, par crainte de représailles, préfèrent ne plus demander le baptême pour leurs enfants, qu’à une véritable moralisation des comportements. D’ailleurs, dès 1660, les taux remontent pour dépasser les 2 % à la fin du siècle. Les taux varient d’une région à l’autre, les plus élevés correspondant aux régions du nord-ouest de l’Angleterre et les plus bas à celles de l’est et du sud-est. Une étude fine du village de Colyton a permis d’étudier de plus près les mères qui donnent naissance à ces enfants illégitimes. 22 % de ces naissances sont des naissances répétées, indice (on ne sait toutefois pas si le père est le même) en faveur du concubinage.

  • 4 D’après Nadal Jordi, op. cit., p. 44.

Tableau 4. – Baptêmes illégitimes enregistrés en Angleterre4

Tableau 4. – Baptêmes illégitimes enregistrés en Angleterre4

33Il est difficile d’apprécier l’importance de l’avortement et de l’infanticide. En France, ils sont, depuis un édit royal de 1556, punis par la loi. En effet, les filles enceintes non mariées sont tenues de déclarer leur grossesse devant les justices royales sous peine d’être accusées de meurtre et punies de mort au cas où l’enfant, né vivant, décède aussitôt après la naissance. Si les déclarations de grossesse sont relativement nombreuses, les procès pour infanticide sont quant à eux peu fréquents. On ne sait pas si l’acte en lui-même est rare ou si une bonne partie échappe à la mesure. Il est clair que lors des procès, les juges cherchent toujours à tempérer la rigueur de la loi, et la peine de mort n’est prononcée que lorsque la culpabilité de la mère ne fait aucun doute. Quant à l’importance des avortements, volontaires ou spontanés, elle est impossible à chiffrer.

34Les sources judiciaires anglaises attestent de l’existence de l’avortement et notamment de l’usage de plantes abortives, mais on ne sait pas dans quelle proportion. Quant à l’infanticide, il est considéré comme un meurtre à partir de 1624 et traité comme tel : entre 1620 et 1680, 83 affaires sont portées devant la cour de justice de l’Essex et 31 femmes pendues. En Espagne, grâce au soutien de l’État, l’Inquisition parvient à une totale mainmise sur l’ensemble des affaires relevant de la sexualité illicite au détriment des tribunaux locaux dont le mécontentement s’exprime pourtant régulièrement devant les Cortes, à tel point que l’appareil juridique inquisitorial, dont la vocation première était de réprimer les hérésies, finit par être utilisé à des fins de police des mœurs. La lutte contre la sexualité déviante représente désormais 15 % de l’ensemble de l’activité du Saint-Office, et la sexualité de chaque individu est devenue une affaire concernant l’ensemble de la communauté, une intrusion qui a généré une opposition passive et le développement des mêmes pratiques de manière souterraine et cachée.

Le baptême et le choix du prénom

35En vertu des décrets du concile de Trente, les enfants doivent être baptisés très rapidement après la naissance. Pourtant, en France, jusqu’à la fin du xviie siècle, seulement environ 70 % des enfants sont baptisés le jour même de la naissance, et les autres dans les deux ou trois jours. Les dispositions conciliaires n’ont pas été immédiatement respectées, et il a fallu qu’une déclaration royale rappelle en 1698 que le baptême devait être administré dans les vingt-quatre heures suivant la naissance. De même, en Espagne, où l’on baptise les enfants encore un petit peu plus tard qu’en France, entre le 6 et 10e jour. Les protestants quant à eux n’accordent pas au baptême le même caractère d’urgence que les catholiques, le Prayer Book prescrivant que les enfants doivent être baptisés le dimanche ou les jours de fêtes en présence des fidèles.

36Depuis le concile de Trente, les familles chrétiennes ont l’obligation d’attribuer à chacun de leurs enfants un nom de baptême. En France, ce sont le plus souvent des parents proches ou des puissants, en Espagne, des prêtres, la sage-femme, une femme pieuse (beata) ou des notables. Le choix du prénom n’est pas neutre. Revêtant une importance religieuse et sociale, il est commandé par des règles de transmission. Depuis le xie siècle en France et le xive siècle en Angleterre, dans la très grande majorité des cas le parrain et la marraine transmettent leurs noms à l’enfant. L’étude des prénoms permet d’approcher les mentalités et les comportements de la société, mettant en évidence des goûts, des modes mais aussi des tendances religieuses ou politiques. Partout, les prénoms sont choisis dans un stock relativement restreint. On cherche à assurer à l’enfant la protection d’un saint, d’un protecteur puissant ou des anciens de la famille. Mis à part dans les milieux nobiliaires et quelques lignages bourgeois, l’usage du prénom unique prédomine durant tout le xviie siècle. En France, les prénoms les plus attribués sont Pierre, Jean, Jacques et Nicolas pour les garçons, et Marie, Anne, Madeleine, Jeanne et Marguerite pour les filles, les variantes s’expliquant par les influences locales. En Espagne, les aînés reçoivent assez souvent les prénoms portés par leurs pères et mères, mais cela n’a rien de systématique ; de même, on n’hésite pas à utiliser à plusieurs reprises le même prénom (c’est le cas de 30 % des familles à Madrid). La gamme des prénoms attribués est très peu variée, avec toutefois un éventail de choix qui augmente au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle. Ainsi, à Madrid en 1600-1649, on compte, pour les deux sexes, 195 appellations, mais 277 entre 1650 et 1699, l’évolution se poursuivant au xviiie siècle. Si les prénoms choisis appartiennent tous au calendrier chrétien, certains ont davantage de succès que d’autres, et les choix se resserrent finalement autour d’un très petit nombre de saints personnages. La plupart des prénoms évoquent les Saintes Ecritures et principalement le Nouveau Testament, mais aussi les grands mystiques espagnols dont beaucoup ont été canonisés en 1622. Pour les garçons, on peut citer pour les prénoms plus courants Antonio, Diego, Francisco, José, Juan, Manuel et Pedro et pour les filles Ana, Antonia, Francisca, Isabel, Josefa, Juana, Manuela, María et Teresa. María reste tout au long de la période le prénom le plus recherché, ceci quel que soit le milieu social ou la région. Alors qu’il était encore relativement peu choisi au xvie siècle, le prénom de Joseph fait au xviie siècle l’objet d’une dilection particulière, reflet de l’importance prise dans la piété post-tridentine de la Sainte-Famille. Au contraire, certains personnages, qui étaient au xvie siècle dans une position dominante, connaissent un déclin marqué comme par exemple Juan, Catalina et Isabel ou un fléchissement relatif pour Francisco et Francisca. Les prénoms historiques et politiques trouvent en revanche peu d’écho dans les choix des familles, et de plus, quand ils sont donnés, c’est moins aux souverains qu’il est fait référence qu’aux saints qui portèrent ces prénoms avant eux. À la différence des protestants français, qui avaient adopté des prénoms bibliques au xviie siècle et sont revenus au calendrier traditionnel au xviie siècle, on sent bien l’influence de la Réforme en Angleterre. Alors que les prénoms les plus usités étaient au xvie siècle John, William, Richard, Henry, legs de la conquête normande, ceux de l’Ancien Testament sont désormais très utilisés, et dans les régions notamment où les puritains sont nombreux, on voit apparaître de nouveaux prénoms comme Abigail, Deborah, Jethro, Nathaniel, Sarah, Ruth, Rébecca…

La mortalité

Mortalité infantile et mortalité des adultes

37La mort est omniprésente, et surtout elle est soumise à des fluctuations importantes, de telle sorte que le nombre des décès peut varier considérablement d’une année à l’autre. On parle, pour décrire ces pointes de mortalité qui apparaissent sur les courbes, de clochers de mortalité. Outre les épidémies de peste, de typhus et les différentes fièvres qui règnent à l’état latent, la vie est ponctuée pendant tout le siècle, toutefois dans une mesure moindre en Angleterre, par des crises de grande ampleur qui contribuent régulièrement à freiner, voire à annuler les effets de la croissance démographique.

38L’espérance de vie à la naissance est basse, autour de 35 ans, en raison de l’importance de la mortalité infantile. Jusqu’à la fin du xviiie siècle en effet, la moitié des enfants n’atteint pas son dixième anniversaire, d’où la terrible formule de Pierre Goubert selon laquelle il faut deux enfants pour faire un adulte. À cette mortalité de la première année, qui oscille en France entre 200 et 300 pour mille, il faut ajouter une mortalité qui reste élevée jusqu’à l’âge de dix ans. Les variations régionales, voire locales, sont considérables du fait des facteurs environnementaux, mais aussi en raison des coutumes, des traditions locales et du mode de vie.

  • 5 D’après Dupâquier Jacques (dir.), Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988, tome 2, p (...)

Tableau 5. – Nombre de survivants à 1, 5 et 10 ans en France5

Tableau 5. – Nombre de survivants à 1, 5 et 10 ans en France5

39En Espagne, les taux de mortalité infantile varient autour de 250 à 300 pour mille avec là aussi des variations régionales marquées, la Vieille Castille, les provinces de Léon et l’Estrémadure présentant les taux les plus élevés. La mortalité infantile est un peu plus basse en Angleterre, se situant entre 120 et 150 pour mille, mais avec des pointes de temps à autre jusqu’à 300 pour mille à Wem, dans le Shropshire entre 1660 et 1670 par exemple. À Ashton-under-Lyne où l’on dispose de registres très détaillés, le taux est de 141 entre 1615 et 1624, 176 pour les années 1629 à 1634, et il dépasse les 200 dans les années de crise comme en 1622, 1623 et 1624, taux élevé qui reste toutefois ponctuel. À cette mortalité de la première année, il faut ajouter les décès qui interviennent avant le 10e anniversaire, soit environ 100 pour mille. On parvient ainsi à des taux qui avoisinent les 250 pour mille, d’où des répercussions importantes sur l’espérance de vie et des chiffes qui restent bas. En revanche, si l’on regarde la mortalité à 20 ans, l’espérance de vie remonte nettement pour s’établir autour de 50 ans. En dépit de la forte mortalité infantile, la population anglaise est jeune. Selon Wrigley et Schofield, vers 1695, 22,2 % de la population serait âgée de moins de 9 ans, 17,46 % aurait entre 10 et 19 ans, ce qui donne, malgré la stagnation voire le reflux de la seconde moitié du xviie siècle, près de 40 % de moins de 20 ans, un pourcentage qui devait être encore plus élevé à la fin du xvie siècle et au début du xviiie siècle. À l’inverse, les plus de 60 ans représentent quelque 9 à 10 % de la population.

40Dans les trois pays, de nombreux facteurs expliquent le maintien d’une mortalité des enfants aussi élevée. Les conditions naturelles telles que le climat, la topographie, les conditions d’habitat et le régime alimentaire comptent pour beaucoup, mais il faut ajouter en plus les pratiques culturelles et notamment la mise en nourrice. Celle-ci, très répandue en milieu urbain, a joué un rôle d’accélérateur de la mortalité, en particulier dans les premiers mois de la vie. Bien que le recours à des nourrices soit contraire à tous les conseils donnés dans les manuels de conduite, en Espagne notamment, la pratique est restée fréquente au sein des familles aisées.

41Passée la période difficile du jeune âge, l’espérance de vie atteint des valeurs relativement élevées. Il n’y a pas, contrairement à ce que l’on observe aujourd’hui, de disparités selon les sexes, l’avantage féminin acquis à la naissance du fait de la surmortalité masculine d’origine biologique, s’annulant au vingt-cinquième anniversaire en raison des risques liés à la maternité. Même si l’on a eu longtemps tendance à le surestimer, le risque encouru à la maternité est loin d’être négligeable, de l’ordre d’un peu plus de 1 % à chaque naissance, et en augmentation avec le nombre de naissances et l’âge de la mère. En raison du poids des facteurs environnementaux, le facteur social joue à tous les âges, et d’énormes écarts partagent la population. Jacques Dupâquier a calculé pour la population rurale du Bassin parisien à l’époque de Louis XIV que l’espérance de vie au 20e anniversaire était de 32 ans alors que pour des groupes privilégiés, Antoine Deparcieux, dans son Essai sur les probabilités de la durée de la vie humaine publié en 1746, donne, également au 20e anniversaire, une espérance de vie de 40,3 ans pour les rentiers des tontines de 1689 et 1696, 38,4 ans pour les Bénédictins de Saint-Maur ayant fait profession entre 1607 et 1669 et 36,6 à 40,2 ans pour trois autres ordres religieux. De même, on meurt plus à la ville qu’à la campagne, une évidence déjà signalée en 1662 par John Graunt dans ses Observations naturelles et politiques. Les raisons de cette surmortalité tiennent aux conditions mêmes de la vie urbaine, l’entassement, les logements insalubres, la promiscuité et l’absence d’hygiène publique notamment, avec là encore un rôle discriminant du facteur social.

42Le veuvage et la famille en miettes, selon l’expression de Micheline Baulant, sont donc des réalités sociales du xviie siècle. La durée des mariages oscille entre 17 et 20 ans, les remariages sont nombreux, aux alentours de 25 %, générant des modifications importantes des structures familiales et notamment des recompositions fréquentes. En France, d’après une enquête de l’INED, l’âge moyen au veuvage, pour les hommes et les femmes mariés entre 25 et 29 ans, est de 47,2 ans au milieu du xviie siècle et 48,2 ans à la fin de la période (les âges sont respectivement de 41,2 et 44,8 pour les couples mariés entre 20 et 24 ans). On recense pour le royaume de Castille entre 10 et 20 % de veuves chefs de famille, moyenne qui s’établit autour de 15 à 20 % dans les villes. Difficiles à mesurer en raison des migrations, les remariages concernent au premier chef les hommes (les trois-cinquièmes des remariés sont de sexe masculin), et aussi des femmes jeunes : presque toutes les femmes veuves avant 25 ans se remarient, mais moins du tiers de celles qui ont passé 40 ans.

  • 6 D’après Beauvalet-Boutouyrie Scarlett, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, p. 149

Tableau 6. – Durée moyenne des premières unions en France6

Tableau 6. – Durée moyenne des premières unions en France6

Les crises démographiques et les épidémies

43L’une des spécificités de la période est le retour périodique des crises démographiques. La question de la définition et des origines des crises a donné lieu dès les années 1960, mais surtout 1970, à un véritable débat historiographique. En effet, la démographie d’Ancien Régime se caractérisant par une grande variabilité du nombre des décès, on ne peut considérer comme crise toute poussée de mortalité. Il a donc été nécessaire de définir des seuils permettant de les repérer et de les classer sur une échelle d’intensité. Pour qu’il y ait crise, il faut que, parallèlement à la hausse des décès, les autres paramètres tels que la nuptialité, la fécondité et les structures sociales ou professionnelles soient également perturbés : on se trouve alors devant une véritable crise démographique et non seulement en face d’un simple clocher de mortalité, phénomène très fréquent tout au long de la période. À la suite de nombreuses propositions, on a retenu la suggestion de Jacques Dupâquier pour définir les crises et en mesurer l’intensité. Son indice de mortalité est adapté aux sources dont dispose l’historien, sources qui ne permettent généralement de connaître ni l’effectif initial de population, ni la durée exacte de la crise. Il est le suivant : I = (D – M) / S (D représente le nombre de morts de l’année envisagée, M la moyenne des décès des dix années précédentes et S l’écart-type pendant ces mêmes dix années). À partir de cet indice, il est possible de classe les crises en fonction de leur intensité.

44Un autre débat a porté sur les origines des crises : sont-elles générées par la cherté des blés ou s’expliquent-elles par le déclenchement d’une épidémie ? On retrouve ici deux des trois grands fléaux qui ont rythmé la vie des hommes du passé : la famine, la peste, qu’il faut plutôt comprendre au sens large d’épidémie, et la guerre. C’est le sens de la fameuse prière : a fame, a peste, a bello, libera nos Domine (« de la famine, de la peste, de la guerre, délivre-nous, Seigneur »). Dès 1946, Jean Meuvret avait constaté qu’il y avait une étroite corrélation entre les hausses du prix du blé et les clochers de mortalité, ce qui avait fait dire quelques années plus tard à Pierre

45Goubert que « la mercuriale avait sécrété la mortalité ». Cette mise en évidence de la crise de subsistances faisait référence aux travaux d’Ernest Labrousse qui, après avoir rappelé la place importante qu’occupaient les céréales dans la production agricole et l’alimentation, avait montré que les récoltes n’étaient pas toujours suffisantes pour couvrir les besoins de la population, d’où des périodes de disette assez fréquemment génératrices de hausse de la mortalité. De fait, on a constaté à de nombreuses reprises que l’augmentation des prix du blé pouvait conduire à la disette, voire à la famine et donc à la mort. Ainsi, les années 1661-1662, 1693-1694, 17091710 sont des années de disette qui font sombrer la France de la crise de subsistances dans la crise démographique. À ces crises majeures, de nombreuses autres s’ajoutent comme celle de la Fronde (1649-1653) dont le déroulement, classique, peut servir d’exemple : en 1648, faisant suite à une série d’années humides et froides, les récoltes sont médiocres et le prix des céréales augmente, le setier de seigle passant de 6 livres en décembre 1648 à 25 livres en juillet 1652. Les effets sur la mortalité sont immédiats, et ils se font d’autant plus sentir que la crise se greffe sur une conjoncture défavorable marquée par la hausse de la pression fiscale et d’incessants mouvements de troupes qui contribuent à diffuser les épidémies.

46Mais si la crise de subsistances peut être à l’origine de la crise de mortalité, ce n’est pas une constante et la hausse des prix n’est pas le seul paramètre à prendre en compte. René Baehrel et Pierre Chaunu privilégient l’épidémie comme facteur déterminant de la surmortalité. De fait, de nombreux exemples montrent qu’il peut y avoir des épidémies pures, en dehors des périodes de cherté et de disette, et a contrario que les famines ne déclenchent pas systématiquement des crises. La crise de subsistances n’est que l’un des facteurs déclenchant de la mortalité ; cette dernière résulte rarement d’un facteur unique, mais est la conjonction des grands fléaux précédemment évoqués.

47L’Angleterre n’a pas connu les graves crises de subsistances qui ont touché la France et l’Espagne. Les mauvaises années sont liées au petit âge glaciaire et à des récoltes médiocres comme en 1620, 1648-1652 et 1690, mais elles ne tournent pas à la crise démographique proprement dite. Dès le xviie siècle, même si l’on peut trouver dans quelques registres paroissiaux des traces de disette, le pays semble avoir été à l’abri de ces calamités périodiques. En raison de conditions météorologiques très médiocres, l’année 1623-1624 est dans toute l’Angleterre une année de mauvaises récoltes et de prix chers, et l’on peut très certainement attribuer la hausse des décès et la chute des conceptions à la disette. On ne trouve cependant qu’exceptionnellement mention du terme de famine dans les sources. Celle-ci est évoquée dans les registres de Greystoke dans le Cumberland en 1623 : on y enterre cette année-là 161 personnes, soit plus de quatre fois la normale et on ne baptise que 20 enfants, c’est-à-dire près de deux fois moins que d’habitude ; de même, les mariages tombent à quatre. De septembre à novembre, moment où la mortalité est la plus forte (62 décès enregistrés), il est clairement dit à plusieurs reprises sur le registre que la mort est due à l’inanition (died for want of food or means).

48Partout, les crises sont toujours suivies de phases de récupération plus ou moins rapides et plus ou moins intenses, caractérisées par une augmentation du nombre des mariages et des conceptions comme si, en quelque sorte, les populations cherchaient à retrouver le niveau qu’elles avaient atteint avant la crise.

49Aux crises vient se surajouter une conjoncture épidémique défavorable. Les maladies, qui sévissent à l’état latent et se développent de temps à autre sous forme épidémique, sont nombreuses, et de plus, l’état physiologique des populations les expose de plein fouet aux ravages des maladies infectieuses telles que le paludisme, la typhoïde, le typhus, la dysenterie, et toutes sortes de fièvres. De toutes ces maladies, la peste est la plus redoutable.

50Elle apparaît en Europe en 1348, anéantissant en un an près de 30 % de la population. Les années 1600 à 1670 se caractérisent par une suite quasi ininterrompue d’épidémies, le fléau frappant par poussées violentes sur des durées allant de un à cinq ans. Le territoire français, est touché à trois grandes reprises, en 1600-1616 (300 000 à 400 000 morts), 1617-1642 (plus de 2 millions de morts) et 1647-1658 (500 000 décès). Les villes, en raison de l’entassement de la population favorisant la diffusion et l’extension de la maladie, subissent les pertes les plus lourdes : ainsi, Lyon, en 1628-1629, perd la moitié de ses habitants.

51Entre 1596 et 1602, la peste bubonique pénètre en Espagne par la façade cantabrique, touchant notamment les ports de Santander, la Trasmiera, Logroño, la Navarre et le Pays basque. Elle se répand ensuite sur les plateaux centraux, frappant les provinces de Valladolid, Ségovie, Madrid, Avila et Tolède. On compte au moins 500 000 morts, soit 7 à 8 % de la population espagnole. La récupération est en partie annulée par d’autres crises graves, notamment en 1615-1616 et 1631, le typhus et les crises de subsistances prenant alors le relais. En 1647, la peste est de retour, éprouvant des régions qui avaient échappé au fléau précédent : elle atteint Valence avant de gagner la Murcie, l’Andalousie, l’Aragon, la Catalogne, Majorque et la Sardaigne. En dépit des mesures préventives traditionnellement mises en place, la maladie fait encore 500 000 victimes entre 1647 et 1652. S’y ajoutent d’autres maladies infectieuses comme le typhus, la diphtérie et la variole qui contribuent à élever le taux de mortalité.

52L’Angleterre a également été durement frappée. On évoque souvent la grande peste de Londres en 1665 (elle tue entre 70 000 et 100 000 personnes sur une population estimée à 400 000), mais celle de 1630 en avait tué 30 000 et celle de 1625 40 000 à 50 000. Quelques villes sont encore affectées en 1666-1667, puis le fléau quitte l’Angleterre. Dans les trois pays, la peste disparaît quasiment après 1670, ne faisant plus que de rares incursions aux frontières maritimes. Cette disparition suscite bien des interrogations. La théorie classique du changement de vecteur animal de la maladie est aujourd’hui contredite par les études écologiques. On ne connaît pas non plus la part prise par les mesures de défense (cordons sanitaires et quarantaine) organisées par les États. De fait, la maladie se replie sur ses sites d’origine.

53Tous les éléments évoqués expliquent que dans les trois pays le bilan démographique soit médiocre : légèrement positif en France avec une alternance de bonnes et de mauvaises périodes, clairement négatif pour la population espagnole en raison de la forte mortalité, de la baisse relative de la natalité et du solde migratoire négatif. L’Angleterre bénéficie par comparaison d’une situation relativement privilégiée avec une fécondité légitime plutôt modeste, et une mortalité un peu plus basse du fait de la rareté des crises de subsistances.

Bibliographie

Bibliographie

bardet Jean-Pierre et Dupâquier Jacques (dir.), Histoire des populations de l’Europe, tome 1, « Des origines aux prémices de la révolution démographique », Paris, Fayard, 1997, 660 p.

Beauvalet-Boutouyrie Scarlett, La Démographie de l’Époque moderne, Paris, Belin, 1999, 334 p.

Bennassar Bartolomé, Recherches sur les grandes épidémies dans le nord de l’Espagne à la fin du xvie siècle, Paris, SEVPEN, 1969, 194 p.

Biraben Jean-Noël, Les Hommes et la peste en France et dans les pays méditerranéens, Paris/La Haye, Mouton, 1975-1976, 195 p.

Bonfield Lloyd, Smith Richard M. et Wrightson Keith (dir.), The World We Have Gained : Histories of Population and Social Structure, Oxford/New York, Basil Blackwell, 1986, 421 p.

Charbonneau Hubert et Laroses André (dir.), The great mortalities : methodological studies of demographic crises in the past, Liège, 1979, 373 p.

Domínguez Ortiz Antonio et Vincent Bernard, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una minoria, Madrid, Alianza Editorial, 1978, 313 p.

Dupâquier Jacques et Dupâquier Michel, Histoire de la démographie, Paris, Perrin, 1985, 462 p.

Dupâquier Jacques (dir.), Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988, tome 2, 601 p.

Fernandez André, Au nom du sexe. Inquisition et répression sexuelle en Aragon (1560-1700), Paris, L’Harmattan, 2003, 378 p.

Lachiver Marcel, Les Années de misère. La famine au temps du Grand Roi, Paris, Fayard, 1991, 573 p.

Larquié Claude, « Mentalités et comportements à l’époque moderne : le prénom des enfants madrilènes aux xviie et xviiie siècles », Pouvoirs et sociétés dans l’Espagne moderne, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993, p. 125-140.

Laslett Peter, Un monde que nous avons perdu. Famille, communauté et structure sociale dans l’Angleterre pré-industrielle, Paris, Flammarion, trad. fr., 1969 [nouvelle édition anglaise, Peter Laslett, The World we Have Lost –Further Explored, Cambridge, 1983].

Nadal Jordi, La Población espagnõla (siglos xvi a xx), Barcelone, Ariel, 1984, 269 p.

Pérez Moreda Vicente, Las crisis de mortalidad en la España interior (siglos xvi-xix), Madrid, Siglo veintiuno, 1980, 526 p.

Pérez Moreda Vicente et Reher David S., Demografia historica an España, Madrid, El Arquero, 1988, 607 p.

Schofield Roger S. et Wrigley Edward Antony, The Population History of England, 1541-1871. A Reconstruction, Londres, 1981, rééd. Cambridge University Press, 1993, 779 p.

Slack Paul, The Impact of Plague in Tudor and Stuart England, London, Boston, Routledge et Kegan, 1985, 341 p.

Walter John et Schofield Roger S. (dir.), Famine, Disease and the Social Order in Early Modern Society, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1989, 335 p.

Wrigley Edward Antony, « English population history from family reconstitution : summary results, 1600-1799 », Population Studies, n° 37, 1983, p. 157-184.

Notes

1 D’après Laslett Peter, Un monde que nous avons perdu. Famille, communauté et structure sociale dans l’Angleterre pré-industrielle, Paris, Flammarion, trad. française, 1969, p. 93 [nouvelle édition anglaise, The World we Have Lost –Further Explored, Cambridge, 1983].

2 D’après Nadal Jordi, La Población espagnõla (siglos xvi a xx), Barcelone, 1984, p. 44.

3 En 1492, les Rois catholiques obligent les Juifs à choisir entre la conversion ou l’exil.

4 D’après Nadal Jordi, op. cit., p. 44.

5 D’après Dupâquier Jacques (dir.), Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988, tome 2, p. 224.

6 D’après Beauvalet-Boutouyrie Scarlett, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, p. 149.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – La population anglaise au xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7395/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 2. – Âge moyen au premier mariage dans le diocèse de Canterbury1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7395/img-2.png
Fichier image/png, 8,9k
Titre Tableau 3. – Évolution de la natalité dans quatre villes catalanes (moyennes quinquennales, base 100 en 1621-1625)2
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7395/img-3.png
Fichier image/png, 9,3k
Titre Tableau 4. – Baptêmes illégitimes enregistrés en Angleterre4
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7395/img-4.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 5. – Nombre de survivants à 1, 5 et 10 ans en France5
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7395/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 6. – Durée moyenne des premières unions en France6
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7395/img-6.png
Fichier image/png, 14k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540