Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés au xviie siècle

 | 
Annie Antoine
, 
Cédric Michon

Première partie. Les groupes sociaux

Pour en savoir plus…

Pauvres et politiques sociales de la pauvreté dans l’Angleterre du xviie siècle

John Broad

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Qui étaient les pauvres ?

  • 22 Rogers C. D. The Lancashire population crisis of 1623, Manchester, [rééd. 1975].
  • 23 Everitt A., « Marketing of Agricultural Products », Thirsk, Joan (dir.), The agrarian history of E (...)

1Pour mesurer le niveau de vie des communautés, la pauvreté a toujours constitué une notion relative. Au xviie siècle, les crises de subsistance ont été très peu nombreuses, circonscrites dans les zones montagneuses du nord et du nord-ouest et limitées au premier quart du siècle22. Le développement des échanges a accru la circulation des produits alimentaires et a entraîné la modification de l’agriculture dans la plupart des villages situés dans un rayon de 15 km autour d’une ou de plusieurs villes-marchés au sud de l’Angleterre, et même de 30 km dans le nord23.

2Traditionnellement, les pauvres ont été définis comme ceux qui, du fait de leur âge, d’un accident ou d’un handicap, ne pouvaient assurer leur propre subsistance. La majeure partie était constituée de gens trop vieux pour pouvoir travailler, des femmes en particulier. Les plus vulnérables étaient les veuves de tous âges, surtout les veuves avec enfants. L’autre groupe important de pauvres permanents (ce que l’historiographie française a parfois appelé les « pauvres structurels », NDLT) étaient constitué par les handicapés, ceux qui étaient affectés de longues maladies et ceux qui avaient des déficiences mentales. Ces pauvres étaient aidés par leurs communautés ainsi que cela se pratiquait partout ailleurs en Europe. Les voisins leur prodiguaient une aide mutuelle, l’église exhortait ses paroissiens à leur faire l’aumône et organisait des séances de charité. Les propriétaires terriens aidaient leurs locataires et leurs dépendants.

  • 24 Davies C., « Slavery and Protector Somerset : the Vagrancy Act of 1547 ». Economic History Review, (...)
  • 25 Walter John, « Grain riots and popular attitudes to the law : Maldon and the crisis of 1629 », Bre (...)

3La société a traditionnellement eu une attitude plus sévère envers ceux qui étaient aptes à travailler. Ceux qui ne se suffisaient pas à eux-mêmes étaient considérés comme fainéants et susceptibles d’être punis. Le mendiant typique de la fin du xvie siècle était instable, appartenait à une bande de criminels, et la loi le punissait du fouet ou bien le renvoyait dans sa paroisse d’origine. Un acte de 1547 prévoyait même la réduction en esclavage des délinquants récidivistes24. Vers 1600, les autorités ont commencé à prendre conscience du fait que les structures rurales et urbaines changeaient au fur et à mesure de l’accroissement de la population et elles ont admis que les pauvres sans travail, sans terre pour se nourrir, étaient une réalité tant en ville qu’à la campagne. La société n’avait pas une doctrine très claire sur la question de l’assistance et insistait sur la nécessité de mettre les pauvres au travail. Le chômage rural était une réalité en Essex et dans les espaces forestiers du Wiltshire dans les années 1620 quand l’interruption du commerce dû à la guerre de Trente ans laissa de nombreuses familles sans terre25.

  • 26 Arkell Tom, « The incidence of poverty in the later seventeenth century », Social History, vol. 12 (...)
  • 27 Wales Tim, « Poverty, poor relief and the life-cycle : some evidence from seventeenth-century Norf (...)

4Au xviie siècle on reconnaissait toute une gradation dans la pauvreté. Les pauvres occasionnels étaient exemptés de toutes les taxes nationales ; à un niveau supérieur de pauvreté, les familles étaient exemptées des taxes paroissiales et, à partir de 1600, de la Hearth Tax pour laquelle il y a des sources excellentes. Dans quelques paroisses le nombre des exemptés tombait à 10-15 %, dans d’autres il atteignait 70 % de la population. La moyenne se situait probablement autour de 33 %26. Mais il y avait encore deux niveaux plus profonds de pauvreté : ceux qui relevaient de la charité et ceux qui recevaient des aides de la paroisse ou de l’assistance. Le nombre de ces derniers est difficile à connaître avant 1650, mais on sait qu’il augmenta considérablement au cours des deux dernières décennies du siècle. On ne peut dire avec certitude quel pourcentage de la population avait régulièrement besoin d’aide, mais on considère généralement que ce groupe représentait 15 à 20 % de la population. De toutes façons, le chiffre était fluctuant. Pour un tiers de la population, la pauvreté était la conséquence de circonstances passagères, maladie grave ou blessure du chef de famille, privation hivernale du travail saisonnier pour des familles ayant de nombreux enfants. Ces notions ont été particulièrement bien rassemblées par Tim Wales dans le concept de « life-cycle poverty27 ».

Des ressources pour les pauvres

5Dans les villes et les villages, les pauvres épisodiques étaient traditionnellement secourus par des prêts et des dons en argent ou en nature faits par le voisinage, les riches fermiers et l’Église. Les funérailles des riches, nobles, membres de la gentry, riches fermiers et marchands, étaient l’occasion de dons immédiatement distribués aux pauvres. Des donations régulières assurant des revenus permanents aux pauvres étaient fréquentes mais elles étaient inégalement réparties entre les paroisses. Des villes telles Warwick et Saint Albans organisaient de nombreuses distributions assurant régulièrement du pain, occasionnellement de petites sommes d’argent, des possibilités de logement et d’éducation, des moyens de financer la mise en apprentissage. C’est peut-être le tiers des villages qui organisaient des distributions pour les pauvres, principalement durant les mois les plus durs de l’année, entre le 21 décembre et le 1er avril.

  • 28 Hindle Steve, « Dearth, fasting and alms : the campaign for general hospitality in late Elizabetha (...)
  • 29 Slack Paul, The English Poor Law, 1531-1782, London, Macmillan Education, 1990, 79 p.
  • 30 Hindle Steve, On the parish ? The micro-politics of poor relief in rural England, c. 1550-1750, Ox (...)

6L’augmentation de la population au xviie siècle et au début du xviie siècle a creusé le fossé entre les riches et les pauvres dans les communautés rurales et accru les tensions entre les immigrants et les résidants, ébranlant les méthodes traditionnelles (charité de voisinage et entraide) de lutte contre la pauvreté. Les riches fermiers, les nouveaux yeomen, les propriétaires bourgeois rejetèrent les pratiques traditionnelles d’aide envers des pauvres avec lesquels ils n’avaient aucun lien économique et social et qui étaient résidents depuis peu. Les villes furent confrontées au problème à la fin du xvie siècle et, progressivement, le gouvernement accepta le déclin de l’assistance individuelle. Selon Steve Hindle, la dernière tentative pour encourager la charité eu lieu pendant la crise de subsistance de 1597 quand le gouvernement demanda aux lords de faire savoir ce qu’ils allaient faire pour aider leur paroisse28. Quatre ans plus tard, les Poor Laws de 1601 ont renforcé la législation des quarante années précédentes et mis sur pied un cadre relativement souple qui resta en place jusqu’en 183429. La paroisse devint le premier niveau administratif pour l’assistance avec l’obligation d’assurer la subsistance et le logement à ses habitants. La paroisse pouvait soit continuer à récolter des dons soit imposer des taxes (taxes paroissiales) aux habitants qui pouvaient les payer. Les paroisses ont choisi des personnages officiels (un ou plusieurs contrôleurs) pour exercer ces fonctions pendant une ou plusieurs années et tenir le compte de l’argent dépensé. Les contrôleurs se concertaient avec les principaux personnages du village – le pasteur, les principaux propriétaires et/ou fermiers – pour décider qui devait recevoir des aides, quelle quantité et pendant combien de temps. Un pauvre du village qui se voyait refuser l’aide pouvait faire appel devant un magistrat local ou devant la cour du comté qui prenait la décision finale. La paroisse « civile » – unité administrative chargée d’asseoir et de lever les taxes, de réparer les routes, de maintenir l’ordre et de rendre la justice – devint alors un important instrument de pouvoir et de contrôle sur les pauvres30. Elle pouvait faire construire des maisons pour les sans-logis, obliger tous les pauvres à quitter leurs maisons pour aller dans un workhouse et leur demander de travailler en échange des aides qui leur étaient accordées.

  • 31 Slack Paul, Poverty and Policy in Tudor and Stuart England, London/New York, Longman, 1988, 229 p.
  • 32 Hindle Steve, « The Birthpangs of Welfare : poor relief and parish governance in seventeenth centu (...)

7On ne sait pas bien si les paroisses ont adopté rapidement les impôts locaux obligatoires pour compléter les aides charitables fournies par le voisinage. Beaucoup de villes avaient augmenté leurs taux d’imposition dès la fin du xvie siècle, mais pour la campagne, Paul Slack explique que la plupart des paroisses rurales n’augmentèrent pas les prélèvements pour les pauvres avant la fin du xviie siècle. Il cite à l’appui les dates du premier compte conservé ou du premier engagement de contrôleur31. Hindle, à partir de l’exemple du Warwickshire en 1630, suggère une date plus récente, mais il y a ambiguïté sur le terme de « collection » (= collecte des sommes) qui signifie à la fois les donations volontaires traditionnelles à l’église et aussi la collecte des taxes locales32. Assurément, vers 1690, la plupart des paroisses levaient des taxes régulières pour les pauvres et, dans cette période de mauvaises récoltes, les sommes payées pour les pauvres augmentèrent considérablement.

  • 33 Broad John, Transforming english rural society, Cambridge, CUP, 2004, 292 p. (voir chap. 7).
  • 34 Broad John, « Parish economies of welfare, 1650-1834 », Historical Journal, 42, 4 (1999), p. 985-1 (...)

8Durant la majeure partie du xviie siècle, l’aide aux pauvres prit différentes formes : aides à court terme provenant du voisinage, assistance charitable du pasteur ou des propriétaires, charité paroissiale. L’intervention des contrôleurs et l’aide de la paroisse constituaient un dernier recours. Les pauvres participaient activement à la négociation pour accroître leurs ressources. Les contrôleurs des paroisses contrôlaient la distribution de l’argent provenant des taxes mais pas nécessairement celui qui venait de la charité et qui était souvent distribué par le pasteur et ses assistants ou bien par par la nobility et la gentry33. Hindle a clairement mis en lumière ces processus dans les paroisses, mais il dit parfois que les élites étaient plus unies qu’elles ne le furent en réalité. L’argent provenant des taxes levées par les paroisses n’était qu’une partie de ce qui constituait, en fait, une économie complexe de l’assistance34.

Le problème de la résidence

9L’utilisation de la paroisse comme structure chargée de l’assistance aux pauvres a eu des conséquences importantes pour les communautés dont la population était très instable. Les domestiques et les apprentis allaient de place en place entre entre dix et trente ans. Les familles de paysans et d’artisans allaient d’une ferme louée à une autre. S’ils s’installaient dans une paroisse distante de 20 kilomètres de celle où ils étaient nés ou s’étaient mariés, s’ils y avaient vécu et y avaient payé leurs impôts pendant dix ans, à quelle paroisse devraient-ils demander assistance s’ils tombaient malades, étaient blessés ou sans emploi ? Est-ce qu’une jeune veuve avec des enfants devait être renvoyée dans sa paroisse de naissance ?

  • 35 Styles P., « The Evolution of the Law of Settlement », University of Birmingham Historical Journal(...)

10Ces questions furent particulièrement à l’ordre du jour après la rupture causée par les guerres civiles dans un contexte de mobilité croissante de la population. Quand Charles II revint sur le trône, une loi définit les conditions à remplir pour être considéré comme habitant d’une paroisse et, par conséquent, pour avoir le droit à l’assistance. Le Settlement Act de 1662 définit la résidence dans une paroisse par le fait d’y être né, d’y avoir loué une ferme pendant au moins dix ans, d’y avoir terminé sa période d’apprentissage, d’y avoir vécu comme domestique pendant plus d’un an35. Cet acte a fixé pour deux siècles les cadres de l’assistance paroissiale aux pauvres.

11Cette loi fut très différemment imposée et ne réduisit pas réellement la mobilité de la population. Quelques paroisses entreprirent régulièrement la chasse aux nouveaux venus, tout particulièrement celles où une élite composée des propriétaires terriens et des fermiers les plus riches exerçait le pouvoir et versait de lourdes sommes pour l’aide aux pauvres. La surveillance fut généralement plus faible en ville et dans les paroisses économiquement dynamiques des Middlands et du nord de l’Angleterre, là où il y avait beaucoup de travail et une forte demande d’emplois. À partir de 1697, un nouveau système de certificats fournis par les paroisses d’origine, autorisa les familles ou les travailleurs migrants à recevoir l’assistance aux pauvres là où ils vivaient.

  • 36 Broad John, Transforming English Rural Society…, op. cit., voir chap. 7 ; Holderness B. A., « “Ope (...)

12Ces lois sur la résidence (settlement acts) ont profondément marqué les structures sociales du monde rural en Angleterre. Certaines conséquences humaines en étaient dures : l’enfant illégitime et la femme célibataire étaient considérés comme résidants dans leur paroisse de naissance, de sorte que les femmes enceintes étaient chassées de paroisse en paroisse. Les domestiques eurent fréquemment des contrats juste inférieurs à un an pour les empêcher de devenir des résidants ; ils n’avaient pas la sécurité de l’emploi et cela accroissait la mobilité de la population. Mais il y eu d’autres conséquences encore plus importantes car ces lois créaient des villages « ouverts » et des villages « fermés ». Dans les villages fermés, l’élite des propriétaires fonciers et des riches fermiers s’efforça d’empêcher toute immigration et encouragea les jeunes à partir afin de diminuer la population et le coût de l’assistance. Ces paroisses devinrent dépendantes des villages ouverts environnants là où le contrôle était plus faible. Dans ces villages, les structures de la propriété étaient plus diversifiées, il y avait un surplus de main d’œuvre susceptible d’aller travailler dans les paroisses fermées, un fort pourcentage de pauvres et une très faible croissance de l’artisanat et des services. Ce phénomène caractérisait tout particulièrement le sud et l’est de l’Angleterre ; il s’accentua au cours des xviiie et xixe siècles36.

Dispositifs de travail, workhouse et contrôle social des pauvres

  • 37 Slack P., Poverty and policy…, op. cit.
  • 38 Zell M., « Walter Morrell and the New Draperies Project c. 1603-1630 », Historical Journal, 44, p. (...)

13En 1601 fut reconnue la nécessité d’aider les pauvres valides plutôt que de les fouetter. L’acte comprenait également des clauses autorisant les paroisses à lever des fonds pour financer des dispositifs de travail. Ceci faisait suite à une législation antérieure et Londres avait organisé un workhouse, « The Bridewell » pour ses pauvres et ses petits délinquants depuis plus de cinquante ans37. D’autre part, dans les zones rurales, des dispositifs de travail avaient été périodiquement mis en place, reposant toujours sur l’idée, fausse, que le travail des pauvres permettrait de les financer. Au début du siècle, un dispositif de travail (county-wide scheme) fut mis en place dans le Hertfordshire mais il échoua rapidement38. Isolément, quelques paroisses adoptèrent des plans de travail dont certains ne durèrent pas moins d’une vingtaine d’années, mais le manque de formation et la faible qualité du travail exécuté par les pauvres (n’est-ce pas précisément pour cela qu’ils étaient sans emploi ?) en firent des dispositifs onéreux.

  • 39 Davison Lee (dir.), Stilling the grumbling hive : the response to social and economic problems in (...)

14Après 1660, la croissance des villes et l’augmentation du coût de la politique d’aide aux pauvres, tant dans les paroisses urbaines que rurales, amenèrent à trouver de nouvelles façons de traiter la question des pauvres. À Bristol, dans les années 1690, fut créé un workhouse pour y renfermer les pauvres et les mettre au travail plutôt que de leur payer une indemnité et de les laisser chez eux. Le principal objectif de ce dispositif était d’imposer aux pauvres des conditions très dures et, ainsi, de les dissuader de demander l’aide de la paroisse. Un mouvement de création de workhouses se développa au début du xviiie siècle. L’emploi des pauvres fut souvent sous-traité à des particuliers, à des prix fixés à l’avance, mais, à long terme, ceci ne réduisit pas sensiblement la charge des paroisses39.

  • 40 Wrightson Keith, Levine David, Poverty and piety in an English village : Terling, 1525-1700. Oxfor (...)

15Ces attitudes plus dures s’inscrivent dans l’évolution des dynamiques sociales au cours du siècle : dans de nombreuses villes ou dans des villages, des hommes fortement influencés par le puritanisme prirent en main l’administration paroissiale. On peut trouver à Terling (Essex) de tels exemples d’hommes usant de leur pouvoir pour diriger l’ensemble d’un village – et pas seulement les pauvres –, tandis que les élites puritaines mettaient leur marque sur des villes comme Salisbury et Dorchester avant 164040.

  • 41 Hindle Steve, « The problem of pauper marriage in seventeenth-century England », Transactions of t (...)

16La balance qui oscillait entre contrainte et aide pencha de nouveau vers la rigueur, mais sans motifs religieux, à la toute fin du xviie siècle avec quelques tentatives pour contrôler les pauvres et les donner en exemple. On peut trouver des exemples de paroisses tentant de retarder ou d’empêcher le mariage des pauvres par toute une série de moyens allant jusqu’à la démolition de leurs maisons. De même quand les enfants des pauvres restaient à la maison au lieu d’aller en apprentissage ou de se louer comme domestiques, les paroisses s’efforçaient de les mettre au travail en menaçant leurs parents de les priver de l’aide aux pauvres. D’autres paroisses obligèrent les pauvres assistés à porter un badge sur leur vêtements – un grand P – indiquant leur statut. Ceci ne fut que sporadiquement imposé41.

Notes

22 Rogers C. D. The Lancashire population crisis of 1623, Manchester, [rééd. 1975].

23 Everitt A., « Marketing of Agricultural Products », Thirsk, Joan (dir.), The agrarian history of England and Wales, 4 : 1500-1640. 1967 ; Chartres John A. « The marketing of agricultural pro-duce », Thirsk Joan (dir.), The agrarian history of England and Wales, 5 : 1640-1750. 2 pts. (Cambridge, 1984-5), Pt. 2, 406-502

24 Davies C., « Slavery and Protector Somerset : the Vagrancy Act of 1547 ». Economic History Review, 2nd ser., 19, 3, 1966, p. 533-549.

25 Walter John, « Grain riots and popular attitudes to the law : Maldon and the crisis of 1629 », Brewer John, Styles John (dir.), An ungovernable people ? The English and their law in the seventeenth and eighteenth centuries (1980), p. 47-84 ; Sharp Buchanan, In contempt of all authority : rural artisans and riot in the west of England, 1586-1660, London, 1980.

26 Arkell Tom, « The incidence of poverty in the later seventeenth century », Social History, vol. 12, 1987.

27 Wales Tim, « Poverty, poor relief and the life-cycle : some evidence from seventeenth-century Norfolk », Smith Richard Michael (dir.), Land, kinship and life-cycle (Cambridge1984), p. 351-404.

28 Hindle Steve, « Dearth, fasting and alms : the campaign for general hospitality in late Elizabethan England », Past & Present, 172, 2001, p. 44-86.

29 Slack Paul, The English Poor Law, 1531-1782, London, Macmillan Education, 1990, 79 p.

30 Hindle Steve, On the parish ? The micro-politics of poor relief in rural England, c. 1550-1750, Oxford/New York, Clarendon, 2004, 521 p.

31 Slack Paul, Poverty and Policy in Tudor and Stuart England, London/New York, Longman, 1988, 229 p.

32 Hindle Steve, « The Birthpangs of Welfare : poor relief and parish governance in seventeenth century Warwickshire » Dugdale Society Occasional Papers, 40, 2000.

33 Broad John, Transforming english rural society, Cambridge, CUP, 2004, 292 p. (voir chap. 7).

34 Broad John, « Parish economies of welfare, 1650-1834 », Historical Journal, 42, 4 (1999), p. 985-1006.

35 Styles P., « The Evolution of the Law of Settlement », University of Birmingham Historical Journal, 1963 ; Taylor J. S., « The Impact of Pauper Settlement », Past & Present, 1976.

36 Broad John, Transforming English Rural Society…, op. cit., voir chap. 7 ; Holderness B. A., « “Open” and “Close” Parishes in England in the Eighteenth and Nineteenth Centuries », Agricultural History Review, 20, 1972, p. 126-39.

37 Slack P., Poverty and policy…, op. cit.

38 Zell M., « Walter Morrell and the New Draperies Project c. 1603-1630 », Historical Journal, 44, p. 651-675.

39 Davison Lee (dir.), Stilling the grumbling hive : the response to social and economic problems in England, 1689-1750, Stroud/New York, A. Sutton/St Martin’s press, 1992, 170 p.

40 Wrightson Keith, Levine David, Poverty and piety in an English village : Terling, 1525-1700. Oxford/New York, Clarendon Press/OUP, 1995, 241 p. ; Slack Paul, « Poverty and politics in Salisbury 1597-1666 », Clark P., Slack P. (dir.), Crisis and order in English towns 1500-1700, 1972, p. 164-203 ; Underdown David, Fire from heaven : life in an English town in the seventeenth century, New Haven, YUP, 1992, 308 p.

41 Hindle Steve, « The problem of pauper marriage in seventeenth-century England », Transactions of the Royal Historical Society, 6th ser., 8 (1998), p. 71-89 ; Hindle Steve, On the Parish (2005) ch. 6 ; Broad John, « Housing the rural poor in southern England, 1650-1850 », Agricultural History Review, 48, 2 (2000), p. 151-170.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540