Version classiqueVersion mobile

Les sociétés au xviie siècle

 | 
Annie Antoine
, 
Cédric Michon

Première partie. Les groupes sociaux

Chapitre VI. Les sociétés rurales

Annie Antoine, John Broad et Francis Brumont

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Béaur Gérard, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d’analyse », Annale (...)

1Étudier la stratification sociale à la campagne est une pratique difficile dont on a même pu contester la légitimité, une opération « impossible », « non pertinente » et pourtant « nécessaire1 ». Les difficultés proviennent de la distinction ville-campagne, pas si évidente qu’on pourrait le croire a priori, de la définition des catégories sociales (qu’on les appelle classes, groupes ou catégories socioprofessionnelles) choisies par l’historien en s’appuyant soit sur des données socioéconomiques, soit sur des critères juridiques, soit sur le vocabulaire de l’époque – vocabulaire dont la précision laisse à désirer, notamment parce que ces catégories varient dans le temps et dans l’espace, mais aussi au long de la vie d’un individu – ou sur les trois à la fois. Et il est bien clair que personne n’a pu proposer une grille applicable ici et là et à des époques différentes. Les tentatives faites pour utiliser des critères plus objectifs font surgir d’autres problèmes : comment déterminer le critère en question et selon quels seuils faire les découpages ? Une analyse multicritères pourrait s’imposer, mais elle est longue à mettre en œuvre dès qu’on dépasse le niveau du village et la catégorisation ainsi obtenue serait-elle plus pertinente ? De nombreux historiens ont contesté la notion même de catégorie sociale, insistant au contraire sur le fait que les relations entre les individus transcendent les découpages artificiellement mis en œuvre par les historiens. Ceci repose implicitement sur l’idée que, dans la société ancienne tout est harmonie ; nier les catégories, c’est effacer les conflits et présupposer une société où les solidarités l’emportent sur les oppositions, cela revient à effacer les inégalités sociales, à considérer les ruraux et même les paysans, comme un groupe homogène, ayant les mêmes intérêts, ce qui n’est pas, à l’évidence, conforme à la réalité. Il faut donc, malgré tout, recourir à une stratification, sans trop se faire d’illusion sur les catégories que nous élaborons, en croisant les approches pour ne pas être tributaire d’un seul critère de classement.

2En ce qui concerne les royaumes d’Espagne, cette tâche est encore plus difficile sans doute que pour la France ou l’Angleterre, tant les systèmes agraires sont différents d’un bout à l’autre de la péninsule, des micro-exploitations de Galice ou de la huerta de Valence aux immenses latifundia d’Andalousie et d’Estrémadure. C’est à cette diversité que nous nous intéresserons d’abord avant de présenter une division de la société rurale – qui n’embrassera pas l’ensemble de la péninsule, tâche impossible en si peu d’espace –, mais s’appuiera sur quelques exemples mieux connus, puis de conclure sur l’évolution de ces sociétés au cours du xviie siècle.

Les paysanneries espagnoles

Généralités

3L’immensité du territoire, sa diversité, c’est là que réside la grande difficulté de l’étude de la société rurale dans les royaumes d’Espagne. Il n’est pas très grave que, comme souvent en France, les mots n’y désignent pas partout la même réalité. Celui de labrador (laboureur), par exemple, peut désigner aussi bien un paysan aisé qu’un ouvrier agricole ; il est d’ailleurs absent des sources de l’époque. L’historien peut se charger de fixer lui-même les catégories pour autant que des sources statistiques existent. Celles-ci sont rares pour notre période, elles se limitent souvent aux inventaires après décès ou aux partages d’héritages existant dans les registres notariés, mais elles sont abondantes pour le xvie siècle et surtout pour le xviiie où le Cadastre du marquis de la Ensenada, datant de 1752 couvre l’ensemble du royaume de Castille (à l’exception des provinces basques) ; nous devrons y recourir pour une approche globale. Pour le royaume d’Aragon, les sources sont plus localisées et se composent surtout, outre les documents notariés, de terriers de seigneuries (capbreus).

  • 2 Amalric Jean-Pierre, « Au xviiie siècle : une agriculture bloquée ? », Bennassar Bartolomé (dir.), (...)
  • 3 Barreiro Mallón Baudilio, La Juridiccción de Xallas en el siglo xviii. Población, sociedad y econo (...)
  • 4 Rubio Pérez Laureano, La Bañeza y su tierra, 1650-1850. Un modelo de sociedad rural leonesa (Los h (...)
  • 5 Brumont Francis, Paysans de Vieille-Castille aux xvie et xviie siècles, Madrid, 1993, 502 p., voir (...)
  • 6 López-Salazar Pérez Jerónimo, Estructuras agrarias y sociedad rural en la Mancha (ss. xvi-xviii), (...)
  • 7 Casey James, El reino de Valencia en el siglo xvii, Madrid, Siglo xxi, 1983, p. 43.
  • 8 Rubio Pérez Laureano, « Pequeña explotación y campesino acomodado en León durante el Antiguo régim (...)

4Que l’Espagne soit diversité, nul ne peut le nier2 ; les variations géographiques du seuil d’indépendance en sont le premier indicateur (il s’agit de la superficie théoriquement nécessaire pour faire vivre une famille paysanne en année normale). Cette superficie augmente régulièrement du nord au sud de la péninsule, tandis que l’agriculture devient plus extensive. Dans la Galice littorale ce chiffre se situe autour de 2 ha, et au-dessus de 4 ha on entre dans le groupe des laboureurs aisés3 ; un peu plus au sud, dans le León, 6 ha sont nécessaires4, 8 en Vieille-Castille5, tandis que dans la Manche, en Nouvelle-Castille, il en faut plus du double, soit une vingtaine d’hectares et encore, à condition que le laboureur les possède en toute propriété et ne paie pas de fermage6. S’il s’agit de terres irriguées ou partiellement irriguées, les chiffres sont beaucoup plus bas : les plus frugaux, les morisques de la huerta de Valence pouvaient vivre avec 0,66 ha, mais quand ils furent remplacés par les chrétiens, après leur expulsion en 1609, ceux-ci eurent besoin du double7. Dans les vallées de l’Esla et de l’Órbigo, dans le León, 2,5 ha suffisaient8.

5Il n’est donc pas possible de généraliser : toute situation est relative et doit être étudiée dans son milieu géographique ; le seul critère de la superficie de la propriété ou de l’exploitation ne saurait suffire. Cependant, malgré ces différences, on retrouve partout des situations analogues ou semblables. Partout l’inégalité règne ; parler de paysan ne signifie pas grand chose, si ce n’est de désigner quelqu’un qui travaille la terre. Et encore, même en disant cela nous n’avons pas résolu le problème : travaille-t-il lui-même ou dirige-t-il des ouvriers ? chez lui ou chez les autres ? à temps complet ou bien exerce-t-il une autre profession, artisanale par exemple ? et dans ce dernier cas, en quoi se distinguent-ils des autres ruraux ou même de leurs voisins des villes qui possèdent des terres et les font cultiver ou les cultivent eux-mêmes ? Il est certain que la mise en valeur de ces biens varie avec la résidence ou le statut social : les citadins, qu’ils soient artisans ou qu’ils appartiennent à des groupes sociaux plus huppés, recherchent les cultures spéculatives destinées au marché. Elle varie aussi avec la taille des exploitations au sein de la paysannerie. Les petits propriétaires cherchent à valoriser leur lopin par une culture intensive (vigne, par exemple) alors que ceux qui peuvent espérer vivre sur leur bien privilégient les céréales. Pour les plus gros, la diversification s’impose, notamment vers l’élevage.

  • 9 López-Salazar Pérez Jerónimo, Estructuras agrarias…, op. cit., p. 253-563. L’étude s’appuie sur pl (...)

6Pour entrer dans le vif du sujet, et éviter les généralités, notre étude portera sur une région précise, la Manche, qui a été choisie, d’une part, parce qu’elle a été étudiée pour le xviie siècle et d’autre part, parce que le critère de différentiation choisi par l’auteur est un critère global. Il est parti des inventaires et des partages de biens et il a divisé la société en fonction de la valeur des biens contenus dans ces documents : ce faisant, il ne privilégie pas un seul facteur – la production agricole (vue à travers la superficie de la propriété, par exemple) –, mais prend en compte l’ensemble des activités de l’individu concerné par l’inventaire9. D’où une étude très nuancée et la vision d’une société complexe.

Une division tripartite

7La Manche présente quelques caractéristiques qui en font un résumé acceptable de la situation de la péninsule. Elle est située au centre du royaume, à mi-chemin entre les pays de petite et moyenne exploitation, entre l’Andalousie et l’Estrémadure, là où règne, avec des nuances toutefois, le grand, voire l’immense domaine. Son peuplement présente cependant plutôt des caractéristiques propres à l’Espagne méridionale, à savoir qu’il est regroupé en agrovilles, agglomérations souvent assez peuplées, de 5 000 à 10 000 habitants, mais où le secteur agricole domine largement : l’agriculture occupe 73 % de la population à Consuegra, ville de 1224 feux en 1586, à peine un peu moins à El Toboso, la patrie de Dulcinée (71 % des 1 136 feux en 1591). Avec de tels niveaux de population, en Vieille-Castille et encore plus sur la côte cantabrique, nous aurions affaire à de véritables villes ; cela signifie que la division du travail n’est pas très poussée dans la Manche, l’artisanat étant réduit au nécessaire, sauf en cas de spécialisation (le textile à Ciudad Real, les gants de cuir à Ocaña).

  • 10 « Una simplicidad engañosa », c’est le titre du chapitre consacré aux groupes sociaux dans l’étude (...)

8Ces quelques remarques faites il est temps de passer à l’étude de la société rurale, en présentant l’exemple de la Manche et en y ajoutant des données provenant d’autres régions. Dans un souci de simplicité, qui n’exclut pas les nuances, Jerónimo López-Salazar se contente de distinguer trois groupes dans la Manche : les précaires et faibles, les moyens, les principaux ; nous le suivrons sur ce point, même si cette « simplicité » peut être « trompeuse10 ».

  • 11 Brumont Francis, Paysans de Vieille-Castille…, op. cit., p. 184-185.

9Signalons encore que la source utilisée introduit un certain biais, puisque les pauvres y sont sous-représentés, n’ayant pas grand-chose à partager, ils n’ont pas besoin d’aller chez le notaire, sauf si la loi l’établit ainsi, notamment quand les héritiers sont mineurs. Mais, grâce à la masse des recherches effectuées par J. López-Salazar (plus de 1 100 inventaires), cet échantillon paraît assez représentatif : il comporte tout de même une majorité d’inventaires de « pauvres » (61 %), les « moyens » représentant un petit tiers du total (29 %) et les « principaux », 10 %. Autre donnée équivalente : plus de trois cinquièmes de l’échantillon (62 %) ne disposent pas des 25 ha qui, dans cette région constituent le seuil d’indépendance. À titre de comparaison, voilà Daimiel, en 1582 : 1812 feux, dont 1 316 propriétaires, y sont recensés, et parmi eux, 276 peuvent être considérés comme moyens ou riches puisqu’ils possèdent au moins une paire d’animaux de trait, soit 21 % des propriétaires et 15 % des feux. Un chiffre tout à fait semblable peut être obtenu à partir d’un échantillon plus large, regroupant une dizaine de localités et plus de 6300 feux : 17 % de ces chefs de famille disposent de deux animaux de trait ou plus. C’est une proportion beaucoup plus faible qu’en Vieille-Castille (autour de 35 %)11, mais sans doute plus élevée qu’en Andalousie ou en Estrémadure

  • 12 Ibid., p. 178-181.
  • 13 Pérez Álvarez María José, La Montaña noroccidental leonesa en la Edad Moderna, León, Université, 1 (...)

10Notre échantillon donne donc une vision plutôt flatteuse de la société, et pourtant, il reflète une réalité profondément marquée par l’inégalité : les 111 plus riches, soit moins de 10 % du total des inventaires, possèdent 51 % des terres, les « pauvres », correspondent à 60 % des inventaires et détiennent 21 % des terres, et les moyens sont… dans la moyenne, avec 29 et 28 % respectivement. Ce qui signifie que les premiers possèdent en moyenne 268 ha, les moyens, 48 ha et les « pauvres » 18 ha, une superficie avec laquelle, ils auraient figuré parmi les plus riches en Vieille-Castille, trois fois plus vaste que les plus grandes propriétés de Galice ! Si nous nous intéressons maintenant à l’élevage, une inégalité encore plus forte semble régner, comme le montre à nouveau l’exemple de Daimiel : il y avait, en 1582, 1 812 feux dont 1 316 étaient propriétaires de terres, or, 111 seulement élevaient des moutons, une activité réservée donc aux plus aisés. C’est un trait qui n’est pas propre à la Manche, mais se retrouve partout, qu’il s’agisse d’animaux transhumants ou de moutons communs, restant sur place, comme le montre l’exemple de la Vieille-Castille, où si les éleveurs sont plus nombreux que dans la Manche (autour de 50 % des habitants) la plupart d’entre eux n’ont que des troupeaux minuscules12. Il en va de même dans les régions de montagne : dans la Sierra de Alcaraz, en 1753, plus de la moitié des habitants ne possèdent ni terre (51 %), ni animaux de trait (78 %), ni gros bétail d’élevage (51 %), ni menu bétail (56 %) et parmi cette petite moitié qui élève des moutons, la moitié en a moins de 5. C’est dire qu’il s’agit encore d’une activité réservée. Ne généralisons pas toutefois hâtivement, puisque dans les montagnes du León, une zone où les structures sociales sont moins inégalitaires et les pâturages plus abondants, seul un habitant sur cinq n’a pas de bovins et un sur quatre pas de moutons13.

11Quoi qu’il en soit, il n’est pas possible de considérer le monde paysan comme une entité ; entrons maintenant un peu plus avant dans le détail de ces inégalités.

Précaires et pauvres

12Ils constituent, nous l’avons dit, les trois cinquièmes de l’échantillon proposé par J. López-Salazar et sans doute plus encore dans la population totale de la région. Mais, ce groupe est loin d’être homogène, ce qui apparaît évident avec une telle masse de population. Au bas de l’échelle, devraient se trouver mendiants et veuves pauvres qui n’apparaissent pas dans les inventaires et, guère mieux lotis, quelques artisans que l’on rencontre ici ou là, mais nous savons qu’ils sont peu nombreux dans la Manche ; les rares qui apparaissent dans les inventaires peuvent posséder quelques biens, une maison, un jardin, de la vigne, quelques terres (rarement plus d’une dizaine d’hectares) et quelques animaux. C’est là le lot commun de tous les artisans, de Castille ou d’ailleurs, exerçant une triple activité : leur propre métier, le travail de leur petite exploitation et le travail pour autrui en tant que journalier, dans les périodes de forte activité et de hauts salaires (moisson).

  • 14 Drain Michel, « Un Village de l’Aljarafe sévillan d’après les vérifications des experts de Cadastr (...)
  • 15 Brumont Francis, Paysans de Vieille-Castille…, op. cit., p. 184-185.

13Le groupe des ouvriers agricoles est bien plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord ; on le divise traditionnellement entre ceux qui travaillent à l’année dans un domaine, appelés domestiques, et ceux qui s’engagent à la journée, appelée pour cette raison journaliers ou brassiers. On peut supposer qu’ensemble, ils forment plus de la moitié des chefs de famille, soit une proportion semblable à celle qui peut être calculée pour la région de Séville (autour de 60 %)14, mais bien supérieure à celle que l’on rencontre en Vieille-Castille (autour de 20 %)15.

14Étant donné la taille des exploitations et des troupeaux, les domestiques à l’année sont en bon nombre dans cette région : la moitié des « principaux » en ont plus de cinq (dont deux plus de cinquante). Les plus expérimentés et habiles avaient le titre et la fonction de mayoral, chef de culture en quelque sorte, puis venait l’ouvrier, appelé garçon (mozo) et, enfin, le plus jeune, appelé zagal. Tous recevaient un salaire mixte, en argent pour environ à la moitié du total, et en nature pour le reste, des vêtements, des chaussures, du blé (7 hl), de l’huile et du lard et parfois une petite pièce de terre à cultiver ; certains d’entre eux étaient logés. Parmi ces salariés, certains étaient spécialisés dans l’élevage ; ils s’occupaient tout spécialement des mules et des juments et, bien évidemment, des moutons. On ne saurait négliger l’importance de ces bergers dans une région où l’élevage ovin est très développé et ne fait que croître au cours du xviie siècle. Les bergers sont répartis selon les trois mêmes catégories que les domestiques et ils sont rémunérés de la même façon. Il faut cependant distinguer parmi eux les mayorales des troupeaux transhumants qui avaient la responsabilité de conduire à des centaines de kilomètres des milliers de bêtes, ce qui supposait qu’ils aient à la fois une grande compétence et la confiance de leur maître, car ils devaient manipuler de grosses sommes d’argent pour les frais du voyage, les droits du roi, etc. Parmi la rémunération des bergers figurait souvent le droit d’inclure dans le troupeau du maître un certain nombre d’animaux.

15Les journaliers recevaient aussi une rémunération mixte, notamment les moissonneurs qui, outre une quantité d’argent, recevaient de quoi se nourrir : blé, vin, mouton, fromage, huile, légumes, etc., nourriture qui était préparée par les femmes qui accompagnaient les équipes de moissonneurs. Parmi ces journaliers, beaucoup exerçaient une autre activité et notamment, les petits paysans. Certains d’entre eux, possédaient une paire d’animaux de trait et allaient labourer chez les autres à la journée, ce qui constituait une activité assez rémunératrice.

16Au sommet de la catégorie des pauvres, se trouvent ce que, faute de mieux, l’on appelle les petits paysans ; dans la Manche, ils reçoivent l’appellation de « laboureurs à ânes », parce qu’ils utilisent ces animaux. Moins démunis que leurs voisins journaliers, ils ont pu laisser un certain nombre d’inventaires (115) qui montrent qu’ils possèdent en moyenne une vingtaine d’hectares qu’ils valorisent au maximum en cultivant la vigne, l’olivier ou le safran, et quelques céréales (5 ou 6 ha). Ils louaient quelques petites parcelles de terre, en fermage ou à moitié, et élevaient quelques animaux. Ils complétaient leurs maigres revenus par le travail à la journée.

17Ces différentes catégories se retrouvent, dans des proportions diverses, dans toutes les régions d’Espagne et d’ailleurs ; elles forment toujours une forte proportion des effectifs des villages. Jamais entièrement démunis, jamais tout à fait indépendants, ils forment une masse sans grandes espérances, vivant au jour le jour, souvent endettée, mais survivant tout de même.

Moyens et bons laboureurs

18Voilà encore un groupe social universellement répandu, celui des laboureurs, travaillant la terre avec une ou deux paires d’animaux de trait, bœufs ici, chevaux ou mules là, dont les revenus sont suffisants pour envisager l’avenir avec optimisme, qui jouent un rôle dans la gestion de la communauté et de la paroisse où ils vivent et qui peuvent espérer pour leurs enfants une situation meilleure que la leur.

19En Espagne, cette couche de la paysannerie aisée est généralement constituée de propriétaires, une cinquantaine d’hectares dans la Manche, vingt à trente en Vieille-Castille, une dizaine dans le León, cinq à six en Galice. Ce sont aussi les héritiers des grandes maisons du Pays basque (caseríos) qui portent le titre de seigneur de telle ou telle maison ou de Catalogne (masías). Un certain nombre d’entre eux cependant sont fermiers, pour tout ou partie de leur exploitation ; c’est ce que montrent les inventaires de ces laboureurs, 320 au total pour la Manche, dont les deux cinquièmes possèdent moins de 25 ha. Il n’est pas exclu d’ailleurs que même de plus grands propriétaires prennent des terres en fermage, surtout au xviie siècle car le prix des baux est particulièrement bas. Il existe aussi de purs fermiers, installés sur les terres de la noblesse urbaine ou sur celles des établissements ecclésiastiques, mais ils ne sont pas très nombreux. Une certaine hétérogénéité règne aussi dans ce groupe, peut-être due aux critères qui ont été utilisés pour le former : s’agissant d’un groupe charnière, on peut toujours discuter sur la présence d’exploitants ensemençant moins de 5 ha de céréales, proches donc des laboureurs à ânes, précédemment évoqués, ou de ceux qui ensemencent plus de 25 ou 30 ha, qu’on aurait pu inclure dans les « principaux », 42 parmi les inventoriés disposant d’une propriété supérieure à 100 ha. Il est assez étonnant aussi de constater que, contrairement à ce qui se passe généralement ailleurs, les trois quarts de ces laboureurs ne se livrent pas à l’élevage. Un petit nombre seulement d’inventaires révèle une spécialisation vers l’élevage : ces exploitants ont peu de terres, pas d’animaux de trait, ils font travailler leurs terres par des entrepreneurs de culture, mais ils possèdent quelques centaines de moutons et une dizaine de mules et chevaux.

  • 16 Ibid., p. 193-197 pour le xvie siècle et 331-332 pour le xviie siècle.
  • 17 Ibid., p. 333-336 et annexe 9, p. 421-429.
  • 18 Barbazza Marie-Catherine, La Société paysanne en Nouvelle-Castille. Famille, mariage et transmissi (...)

20Cela reste exceptionnel. Plus souvent, ces laboureurs moyens ont une exploitation plus équilibrée, combinant élevage, culture céréalière et viticole et quelques activités annexes, comme le commerce des denrées agricoles, le prêt d’argent ou de denrées, le transport. Pour les meilleurs d’entre eux, les inventaires montrent des greniers et des caves bien remplies, des intérieurs cossus, décorés de tableaux ou de tentures, de l’argent monnayé, des bijoux (chaînes d’or pour les hommes, bagues pour les femmes), de l’argenterie, des livres même16. Dans ces régions de la moitié nord de la péninsule, où ils ne souffrent pas trop de la concurrence des groupes extérieurs à la paysannerie, ce sont eux qui gouvernent les villages et les bourgs et se succèdent aux responsabilités communautaires de père en fils et de beau-père en gendre17. Ajoutons qu’ils pratiquent une forte endogamie sociale et locale, quand le village n’est pas trop peu peuplé, nouant souvent des alliances avec les mêmes familles18. Pour un certain nombre de membres de ce groupe, une certaine ascension sociale est possible, en entrant dans l’Église (curés), en faisant des études (notaires), en pratiquant le commerce. Il leur faut plusieurs générations pour atteindre le niveau des élites du monde rural.

Les élites rurales : les « principaux »

21La possession de terres étendues, plus de 250 ha en moyenne, et de troupeaux importants caractérise ce groupe, mais il faut bien distinguer entre ceux qui vivent comme des rentiers et ceux qui pratiquent le faire-valoir direct, avec l’aide de domestiques et de journaliers. Et à notre grande surprise, alors que les membres de cette élite sont nobles, bien souvent titulaires d’offices municipaux électifs ou perpétuels et résident dans ces petites villes que nous avons décrites, à peine un peu plus de 20 % d’entre eux sont rentiers, les autres pratiquant soit l’élevage en grand (pour 11 % du total), soit agriculture et élevage ; encore mieux, ce ne sont pas les plus riches qui sont rentiers puisque tous les propriétaires de plus de 500 ha (18) sont en faire-valoir direct.

22C’est pour cela qu’ils disposent de nombreuses bêtes de labour, quoi-qu’en quantité insuffisante pour cultiver de telles superficies, puisque 32 d’entre eux seulement disposent de 3 paires d’animaux et plus. Ils pratiquent une agriculture très extensive ne labourant qu’un quart de leurs terres, moins même pour les exploitations les plus étendues. Malgré tout, les superficies ensemencées peuvent dépasser la centaine d’hectares (305 pour la plus vaste) ; ils doivent donc recourir à ces journaliers pourvus d’un attelage que nous avons signalés plus haut, exemple banal de complémentarité entre la grande et la petite exploitation. Il faudrait ajouter aux céréales les vignes et les oliviers, plus de 10 ha pour la moitié d’entre eux, et l’élevage. Grandes étendues en friche, énormes récoltes d’orge, tout cela ne pouvait que favoriser l’élevage du gros bétail, notamment des équidés, mais les grands éleveurs ne sont qu’une minorité : 13 possèdent plus de 50 têtes, le but étant essentiellement de produire des mules, animaux de trait et de bât, dont les débouchés sont assurés. Les bovins sont peu répandus même si deux troupeaux dépassent les 500 têtes ; ils sont destinés aux boucheries. Beaucoup plus courant est l’élevage des ovins puisque sur les 57 éleveurs qui le pratiquent, 44 possèdent plus de 500 têtes et 17 plus de 2 000. Il n’y a là rien d’étonnant : partout, dans les zones vouées à cette activité, elle est aux mains de la moyenne noblesse, résidant souvent en ville, mais disposant de nombreuses propriétés rurales.

23Mais ce ne sont pas là les seuls revenus dont disposent nos « principaux » : location de terres et maisons, rentes constituées, bons du trésor (juros), prêt à intérêt, affermage de revenus divers, municipaux, seigneuriaux ou royaux, de dîmes, administration de seigneuries, de commande-ries des ordres militaires, de biens en tutelle ou curatelle, etc. Toutes ces activités génèrent des revenus substantiels. La diversification des activités et, partant des revenus, est classique chez les élites rurales comme chez les plus pauvres.

  • 19 Robledo Ricardo, « El ascenso de una burguesía agraria : los “granjeros”. Salamanca, 1780-1840 », (...)
  • 20 Ponsot Pierre, « Grand domaine et petite exploitation en Andalousie occidentale : une étude de ren (...)

24Même si le faire-valoir direct domine parmi notre élite, un certain nombre d’entre eux donnent leurs terres en fermage, comme les institutions ecclésiastiques. Le grand fermier existe donc dans cette région aussi : plus du tiers (36 %) des exploitations louées à Ciudad Real entre 1600 et 1700 ont plus de 60 ha de terres labourables (le reste n’est pas spécifié) et une sur huit (13 %) à 100 ha, de quoi utiliser à plein temps trois ou quatre paires de mules, et c’est effectivement six mules dont dispose le seul de ces fermiers qui apparaît dans les inventaires. La figure du grand fermier n’est donc pas absente de cette région ; elle est plus rare en Vieille-Castille où les grands domaines, surtout ecclésiastiques, sont rarement d’un seul tenant et où les terres sont affermées par petits lots. Mais on le retrouve dans les régions de grande propriété, comme à Salamanque où les fermiers (granjeros) louent des domaines d’un seul tenant, souvent d’anciens villages dépeuplés et voués à l’élevage19 ou en Andalousie occidentale où des exploitations, d’un seul tenant, appelées cortijos, couvrent de 180 à 300 ha20.

  • 21 López-Salazar J., « Una empresa agraria capitalista en la Castilla del xvii : la hacienda de d. Go (...)

25Pour terminer, il faut nous interroger sur le mode d’exploitation des grands domaines des élites de la Manche au xviie siècle : pourquoi une si large proportion d’entre eux font valoir par eux-mêmes au lien de donner leurs terres à ferme ? C’est que le xviie siècle connaît une forte baisse de la rentabilité du fermage qui est divisée par deux (et même un peu plus) entre le début du siècle (indice 100) et les années 1660-1700 (indice 46). Cette forte baisse du revenu tiré de l’affermage a plusieurs conséquences : la location de petits lots de terre par les journaliers et les petits paysans, l’abandon des terres les moins bonnes ou les plus mal placées, le développement de l’élevage et donc, l’exploitation avec des domestiques. Le meilleur exemple de cette attitude est peut-être celui de don Gonzalo Muñoz Treviño de Loaisa, regidor perpétuel de Ciudad Real, mort en 1670, dont la propriété ne dépassait pas 180 ha qu’il cultivait avec 80 paires de bœufs et 3 de mules, mais qui avait privilégié l’élevage. Qu’on en juge : il avait 595 équidés, 532 bovins, 782 porcs, 527 chèvres et 36 688 moutons. On dira qu’on est loin du monde rural et pourtant don Gonzalo n’a quitté sa ville qu’une fois (pour aller à Madrid), passant sa vie à diriger son entreprise « sur un cheval pour voir les labours et le reste de son domaine » et surveiller ses 58 domestiques. Ce souci de tout voir par lui-même en fait le « prototype du bourgeois campagnard », il lui valut une forte inimitié de la part de son fils qui voulait vire en rentier21.

Les effets sociaux et économiques des crises

  • 22 Le Roy Ladurie Emmanuel, Les Paysans de Languedoc, Paris/La Haye, SEVPEN, 1966, 2 vol., 1034 p.
  • 23 García Sanz Angel, Desarollo y crisis…, op. cit., p. 51-53 ; Yun Casalilla Bartolomé, Sobre la tra (...)

26Le xviie siècle est marqué par de profonds changements sociaux qui affectent aussi les campagnes et qui sont, au moins en partie, les conséquences des périodes de crise qu’a connu ce siècle. On assiste alors à un phénomène de polarisation sociale : la petite couche supérieure de la société s’enrichit tandis que s’affaiblissent les couches moyennes dont les membres viennent grossir les rangs des déshérités. Ce mouvement n’est pas propre à notre période et E. Le Roy Ladurie avait pu mettre en lumière de tels phénomènes, qu’il attribuait essentiellement à la croissance démographique qui entraînait le morcellement des propriétés, pour le Languedoc du xvie siècle22. En Espagne, c’est une forte crise démographique qui termine le xvie siècle et se prolonge durant les trois ou quatre premières décennies du xviie. Pour la Vieille-Castille qui nous servira de point de comparaison, cette baisse est brutale : la population diminue d’environ 40 % entre la fin des années 1580 et 1640 et par la suite, reprises et rechutes se succèdent, si bien qu’à la fin du siècle le niveau de la population est généralement inférieur à ce qu’il était vers 158023.

27En théorie, cet allégement de la pression démographique devrait avoir des conséquences favorables sur l’économie rurale en permettant une hausse de la productivité agricole, puisque les mauvaises terres que l’on avait dû mettre en culture dans la deuxième moitié du xvie siècle pouvaient retourner à la friche ou à la pâture. Les cultures se repliant sur les meilleures terres, les rendements moyens devraient augmenter sans apport supplémentaire de travail. La croissance de la productivité devrait entraîner une baisse des prix (au moins relative) des denrées essentielles, ce qui ne pourrait que profiter aux couches les plus défavorisées du monde rural. On sait en effet que la baisse des salaires est moins rapide que celle des prix, surtout en période de baisse de la population.

28Or, cette évolution favorable ne se produisit pas : la production de céréales, surtout celle de blé, baissa plus rapidement que la population. La superficie ensemencée diminua de 40 %. Il faut donc examiner le phénomène de plus près et ne pas s’en tenir à la production céréalière. On constate, en effet, une diversification de la production : la vigne connaît un regain d’intérêt certain, marqué par de nouvelles plantations, l’élevage des moutons qui était difficile sur ces terres entièrement vouées au grain connaît une croissance marquée, et les ordonnances municipales qui limitaient le nombre d’animaux que chacun pouvait posséder tombent en désuétude. Le blé qui dominait largement au xvie siècle, et avait même accru sa part relative, dans un pays où l’on ne mange que du pain blanc, commence à céder rapidement du terrain au profit de l’orge et même du seigle. Il fait son apparition, dans la deuxième moitié du siècle, en Tierra de Campos et il se développe à Ségovie alors qu’on ne cultive plus que les meilleures terres !

29Pour expliquer ce phénomène, il faut examiner les effets des crises sur les structures sociales : ces paysans sont-ils semblables à leurs ancêtres du milieu du xvie siècle ? Ont-ils les mêmes besoins ? les mêmes intérêts ? À ce moment, en Vieille-Castille, la majorité de la production est le fait de petits et moyens paysans qui travaillent en priorité pour leur subsistance et accessoirement pour le marché. Ils privilégient donc les céréales panifiables et le froment dont la demande s’accroît avec la croissance de la population et avec la hausse du montant des fermages (payés en grain). Les gros producteurs les suivent d’ailleurs sur ce terrain, car le marché est porteur : le blé se revalorise par rapport à l’orge. Il valait deux fois plus vers 1550 et 2,4 fois plus vers 1590. Or, la brusque baisse de la population ne va pas tarder à inverser les termes de la demande : dès 1630 le blé ne vaut plus que 1,7 fois plus que l’orge. Le vin, autre grande production de la région, connaît un regain de faveur : son prix avait stagné pendant une quarantaine d’années (entre 1570 et 1610 en gros) accumulant ainsi un gros retard sur le blé, mais entre 1610 et 1630, il connaît une hausse de 50 %. Et le prix des vignes connaît la même évolution : elles valaient, à superficie égale, 1,7 fois plus que la terre au xvie siècle et 2,8 fois plus vers 1640. Tous ces changements ne pouvaient passer inaperçus aux yeux des contemporains. Les gros producteurs tournés vers le marché réagissent sans tarder à ces incitations.

30Or, ce qui s’est produit au cours des crises des années 1590-1630, et se consolide par la suite, c’est la concentration de la terre, et donc de la production, par le biais d’héritages et d’achats entre les mains des paysans les plus aisés au détriment des couches moyennes de la paysannerie. Si, au xvie siècle, les bons laboureurs possédaient une trentaine d’hectares travaillés avec deux paires de mules, à la fin du xviie, ils en ont 80 et six ou sept paires, sans compter celles qu’ils élèvent et que la production accrue d’orge permet de nourrir. Même concentration et même croissance en ce qui concerne les moutons : à Fuentes de Nava, en Tierra de Campos, sur environ 220 familles, 24 éleveurs possèdent 2008 moutons en 1630 ; ils ne sont que 17 en 1676, mais avec 6839 bêtes alors que les ordonnances municipales, théoriquement toujours en vigueur, empêchaient d’en avoir plus de 70 !

31Le blé n’est donc pas délaissé, mais négligé au profit des autres productions : les quantités produites baissent et les pauvres en pâtissent. Il est probable que l’apparition du seigle réponde à une diminution du pouvoir d’achat des plus démunis dont les ancêtres mangeaient du pain blanc. Les registres de catholicité témoignent de cette détresse des pauvres et de cette polarisation de la société. Soit la ville de Paredes de Nava, toujours en Tierra de Campos, et ses quatre paroisses. Santa Eulalia est sans conteste celle qui abrite les plus aisés des paroissiens : lors de la grande crise de 1625-1635 le déficit des naissances est très faible (464 pour 485 décès) et elle s’en tire plutôt bien lors de ces autres années noires autour de 1684 avec un large excédent de naissances (271 décès, 462 naissances). Santa María et San Martín abritent au contraire le menu peuple des artisans et des brassiers ; la première subit de plein fouet la première crise (426 décès pour 271 baptêmes) et les deux autres ne sont pas mieux loties au début des années 1680 (478 baptêmes, 625 sépultures). On ne saurait mieux illustrer le fossé qui s’est creusé entre riches et pauvres.

32Mais cette accumulation de terres posait essentiellement deux problèmes : celui de leur transmission et celui de leur exploitation. Dans le royaume de Castille régnait le partage entre héritiers, le retour de la dot et du douaire augmentés de la moitié des acquêts aux épouses et à leurs héritiers, si bien que le risque de morcellement était grand, malgré l’exclusion des enfants dotés. Certains auraient bien voulu voir instaurer le droit d’aînesse, comme le montre la présence de deux ouvrages sur ce sujet chez un de nos laboureurs, mais cela n’était pas possible. La pratique de l’endogamie matrimoniale permettait de sauvegarder certains patrimoines. Mais il y avait d’autres moyens. Pour éviter la dispersion de ces biens, une autre solution était de les geler, d’empêcher leur vente, de les transformer en biens de mainmorte en instituant des chapellenies et œuvres pieuses, dotées en terres, et dont l’usufruit serait réservé aux descendants du testateur. Cette solution est adoptée dès la fin du xvie siècle par les plus riches et par les laboureurs aisés vers 1650.

33Au fur et à mesure que la propriété s’agrandissait, on ne pouvait continuer à l’exploiter en famille avec des saisonniers, il fallait prendre des journaliers, puis multiplier le train de culture et embaucher des domestiques à l’année ; enfin, pour se débarrasser du soin de la culture et intégrer ainsi les rangs des rentiers, on pouvait louer en fermage les biens patiemment accumulés. Mais, il est certain que ces différents modes de faire-valoir n’ont pas la même rentabilité et qu’il est beaucoup plus profitable d’exploiter soi-même que de faire travailler les autres. L’accumulation trouvait donc ainsi ses propres limites : on se heurte au rendement décroissant du capital accumulé en terres. Aussi voit-on les paysans diversifier leurs revenus, se tourner vers des activités demandant moins de main-d’œuvre comme l’élevage ou permettant d’utiliser à plein leurs animaux, comme le transport, ou bien placer leur argent en rentes constituées. Ces changements sont tels que dans le diocèse de Tolède, où les inégalités sociales sont beaucoup plus fortes, le mouvement de la production est totalement dissocié de celui de la population : alors que celle-ci ne baisse pratiquement pas au cours du siècle (10 % environ par rapport à la fin du xvie siècle), celle-là est divisée par deux. C’est la Tierra de Campos qui devra alors se charger de nourrir la capitale : au xviiie siècle, la production de blé y augmente beaucoup plus vite que la population, répondant une fois encore aux incitations du marché.

34Or, le phénomène que nous venons de décrire est loin de se limiter à ces régions, même s’il n’a peut-être pas été étudié avec autant de précision ailleurs. Sans quitter la péninsule, voici le cas de la Catalogne où l’on assiste, dès le xvie siècle à la concentration des domaines (masos ou masies) entre les plus riches pagés (paysans) que, dès le xviie siècle, certains n’hésitent pas à comparer aux hidalgos castillans, leur octroyant ainsi une certaine noblesse. Le phénomène de polarisation se poursuit tout au long des xviie et xviiie siècles ; on a pu ainsi parler de « l’aristocratie des mas », des paysans qui, comme leurs homologues basques, s’intitulent « paysan, seigneur et propriétaire du mas de… ».

Les paysanneries anglaises

35Parler de la société rurale anglaise au xviie siècle pose les mêmes questions théoriques qu’en Espagne ou en France. Ce sont d’abord des questions de vocabulaire : les paysans anglais sont des freeholders, farmers, husbandmen, cottagers, servants, labourers… On pourra évidemment ne pas traduire les termes mais il faudra bien cependant leur donner des équivalents, or toutes choses ne sont pas égales. Ce sont aussi des questions de seuils : où faire passer la limite entre les pauvres et les moyens ? Ce sont enfin des questions d’évolution, particulièrement sensibles dans le cas de l’Angleterre qui connaît une croissance rapide dès le xviie siècle et une évolution du statut de la terre.

36Comme pour les deux autres pays, se pose la question des critères les plus pertinents à prendre en compte pour mesure la richesse des paysans. La question de l’accès à la terre est essentielle. En Angleterre comme ailleurs, les paysans sont plus souvent exploitants (locataires ou tenanciers du sol) que propriétaires. Mais le régime juridique de la propriété y est un peu différent de sorte qu’il sera nécessaire de l’étudier en détail. De plus, il est évolutif, ce qui n’est pas sans conséquence sur la distribution des statuts sociaux de la paysannerie.

L’évolution des modes de tenure

Comparaison entre les trois pays, généralités

37On ne parle pas en Angleterre de seigneurie mais de manoir (manor). Sans être radicalement différentes, ces deux institutions présentent cependant quelques nuances qui ne sont pas sans conséquences sur la société rurale. Évoquons rapidement d’abord les points semblables. Dans les trois pays, le paysan est rarement propriétaire de la terre, il la tient plutôt qu’il la possède. On est donc dans une situation de propriété partagée dans laquelle on ne peut raisonner à partir de l’opposition entre posséder/ne pas posséder mais où il faut imaginer toute une série de niveaux de propriété différents, des plus complets aux plus ténus sur les domaines et les fiefs. Donc en Angleterre non plus, et peut-être encore moins en Angleterre qu’ailleurs, le paysan n’est pas propriétaire de sa terre : il la tient plus qu’il ne la possède et souvent il la loue plus qu’il ne la tient. Même dans la première moitié du xviie siècle, la plupart des tenures non libres (celles que l’on appelle des copyholds) ne pouvaient être achetées ou vendues sans la permission du seigneur. Second point qui rapproche l’Angleterre des deux autres pays : le seigneur (the lord of the manor) joue un rôle important dans l’organisation de la vie rurale au moins au début de l’époque moderne (monopoles seigneuriaux, justice, police des champs) ; ceci est évoqué dans le chapitre sur les cadres de la société rurale.

38On s’attachera particulièrement à ce qui fait la différence avec la France ou l’Espagne. Si le cadre de départ est semblable (domaine appartenant en propre au seigneur, mouvances sur lesquelles il a la directe, donc des droits sur la terre et les hommes qui l’exploitent) la différence tient au fait qu’alors qu’en France ou en Espagne cette situation apparaît figée pendant tout l’Ancien Régime, en Angleterre elle est évolutive. En France le statut des mouvances est immuable jusqu’à la suppression des droits féodaux en 1790-1793, en Angleterre on assiste à une disparition progressive de cette distinction et à une évolution vers une définition plus simple de la propriété. Les paysans, du moins une petite partie d’entre eux, deviennent propriétaires de partie de la mouvance (les freeholders), les seigneurs en récupèrent une grande part et la louent avec des baux à temps. D’autre part, le phénomène des enclosures modifie le paysage agraire (passage d’un système de champs ouverts à un parcellaire enclos) mais aussi la façon de posséder et d’exploiter le sol (partage des communaux et suppression des droits collectifs sur les terres labourables). On observe donc une évolution plus marquée des rapports de la paysannerie à la terre en Angleterre.

Les types de tenures

  • 24 Overton Mark, Agricultural Revolution in England. The Transformation of the Agrarian Economy, 1500 (...)

39De l’héritage médiéval, subsiste dans l’Angleterre du xviie siècle la division entre tenures libres et tenures non libres24. Le terme de tenure libre (free tenures) s’applique aux tenures régies par la loi commune (common law) pour lesquelles les services à accomplir par le tenancier sont fixes à la fois en nature et en durée. Ce sont les tenures chevaleresques (tenures in chivalry) dont le tenancier est un chevalier (knight) qui doit fournir un certain nombre de cavaliers pour combattre aux côtés du roi, et les tenures paysannes (socage tenures) qui impliquent à l’origine une grande variété de services tels que travailler sur les terres du seigneur supérieur. Pour les tenures libres en socage, la doctrine of Estates (ce que l’on peut traduire approximativement par le statut des domaines) distingue plusieurs types de cas liés à la durée des concessions. Les concessions sans restriction de durée (fee désigne une propriété héréditaire) désignent les terres qui peuvent être transmises par héritage. Le statut de fee simple donne la totalité de la propriété ; celui de fee tail fait quelques restrictions sur la transmission par héritage (la transmission sans payer de droit ne se fait qu’en ligne directe). Les concessions avec une durée déterminée (for life) se divisent en tenure of grantee (pour la durée de la vie du tenancier) et pur aûtre vie (la vie du tenancier, de sa femme et de ses héritiers). Ces statuts ont été faits pour que les concessions soient limitées dans le temps et puissent être renégociées de temps en temps.

40Les tenures non libres (unfree tenures) ou tenures coutumières ou tenures en villainage (villein tenures ou base tenures) sont régies par les coutumes des diverses seigneuries : le vilain tient sa terre at the will of the lord and according to the custom of manor. La nature des services n’est pas fixée mais, depuis le xve siècle, elle prend la forme de paiements en argent et non de corvées en travail. Quand le sol tenu en villainage passe d’une personne à une autre (de père en fils par ex.), la transaction est enregistrée à la cour manoriale : le tenancier reçoit une copie de son entrée et la tenure en villainage devient progressivement un copyhold ce qui signifie que la terre est tenue by custom of the manor and by copy of court roll. Il existe trois grands types de copyhold en Angleterre au xviie siècle : les copyholds of inheritance (ceux qui se transmettent par héritage) dominent dans l’est du pays ; les copyholds for live (pour la durée d’une vie) sont nombreux dans l’Ouest et le Sud-Ouest ; les tenant rights sont les plus communs dans le Nord et le Nord-Ouest. Certains copyholds sont soumis à un important droit d’entrée, à la volonté du seigneur, certains autres sont soumis à un droit d’entrée fixe.

41Alors que pour beaucoup de tenures libres le paiement est symbolique, pour beaucoup de copyholds, ils sont beaucoup plus onéreux. Certains tenanciers des terres non libres sont soumis à des obligations personnelles par rapport au lord du manoir : an entry fine quand ils héritent du sol ou l’acquièrent, a heriot quand le tenancier meurt. C’est une erreur de voir dans ces droits des rentes au sens moderne du terme parce qu’il n’y a pas de rapport entre la valeur du sol qui est occupé et cultivé et ces droits, mais ils constituent un moyen dont disposent les seigneurs pour adapter leurs revenus à l’évolution de la rente foncière en manipulant les entry fines.

  • 25 MacFarlane Alan, The origins of English individualism : the family, property and social transition(...)

42Quoi qu’il en soit, dès le début du xviie siècle, la plupart des tenures coutumières (unfree tenures) qui n’étaient pas « à la volonté du seigneur » pouvaient être achetées et vendues par les paysans mais aussi par des marchands et même par des membres de la noblesse et de la gentry. Ceci était rendu possible par le fait que la loi coutumière n’était pas très explicite sur la question de la transmission par héritage des biens tenus en copyhold. Les thèses de Alan Macfarlane sur la propriété et l’héritage (The origins of English Individualism)25ont été critiquées à juste raison car elles s’appuyaient sur un cas trop particulier et reposaient sur des comparaisons européennes inadéquates. Son idée principale, celle selon laquelle le paysan anglais contrôle beaucoup mieux sa terre parce qu’il a le pouvoir de décider que sa propriété sera partagée après sa mort et la liberté de la vendre ou de la donner de son vivant, cette idée n’a pas été sérieusement prouvée. Que le seigneur n’ait plus fait de tentatives pour contourner ces dispositions vient de ce qu’il pouvait percevoir un droit en argent au moment du changement de propriétaire. Et si les rentes restèrent fixes, au cours du troisième quart du siècle, la pratique du droit d’entrée (entry fine) fut liée à l’évolution économique : des tables destinées à calculer les droits d’entrée à appliquer furent publiées et elles étaient à la disposition des seigneurs et de leurs régisseurs. De telles tables furent publiées par Isaac Newton.

  • 26 Sreenivasan Govind, « The land-family bond at Earls Colne (Essex), 1550-1650 », Past & Present, 13 (...)
  • 27 Broad John, « The fate of the Midland yeoman : tenants, copyholders, and freeholders as farmers in (...)

43Macfarlane prétendait également que cette évolution entraînait la rupture entre la famille et la tenure familiale dans le village. Ceci a été discuté par Hoyle et Sreenivasan26 ; ils pensent qu’il reste un lien à la fois réel et sentimental entre les familles de paysans et la terre. Quoi qu’il en soit, la part des influences économiques et la capacité à augmenter les paiements pour les terres en freehold et en copyhold à la fin du xviie siècle diminua sensiblement la part de la terre dans la formation de la richesse. L’exemple d’un domaine vendu par un seigneur à la fin du xviie siècle montre que très peu de tenures furent achetées par les anciens tenanciers et anciens copyholders, mais que les nouveaux propriétaires furent souvent des rentiers ou des fermiers qui avaient pris par ailleurs d’autres terres en location27.

44En ce qui concerne l’existence d’un important marché de la terre en copyhold, le problème essentiel est de savoir jusqu’à quel point il était utilisé par les paysans pour acheter de la terre à cultiver ou pour investir leurs profits. Mais parce que les archives des manor courts nous disent qui étaient les copyholders mais non qui cultivait la terre, les historiens ne savent pas précisément la taille réelle des exploitations dans les villages de copyholders. Nous sommes seulement sûrs que la sous-location de copyholds de même que la location de terre en freehold étaient très répandues au xviie siècle.

Les types de tenanciers

45Au début du xviie siècle, les deux types de tenure les plus fréquents étaient les tenures en socage et les copyholds. Au cours du siècle, le statut des terres non libres a eu tendance à se rapprocher de celui des terres libres, et ce de deux manières. Tout d’abord parce que la loi commune gagne du terrain par rapport aux coutumes des seigneuries : le système des tenures fee ou for life, qui a d’abord été fait pour les terres libres, tend, au cours du xvie siècle, à être appliqué à des terres tenues en copyhold. À la même époque apparaît un nouveau mode de concession des terres non libres : le beneficial lease qui garantit la terre pour un certain nombre d’années, une vie ou une partie de vie. Le principe est le même que celui du copyhold mais pour un temps déterminé. Les tenures non libres tendent donc à devenir des tenures concédées pour un temps déterminé comme le sont une partie des tenures libres. Ce qui fait que, dans la pratique, les régisseurs de seigneuries divisent les hommes en trois catégories : les customary tenants, les freeholders et les leaseholders.

46Les customary tenants sont principalement des copyholders, mais il y a aussi ceux qui tiennent sans titre ou avec des conditions plus dures. Leur situation dépend de la coutume manoriale. Quelques copyholders peuvent transmettre la terre comme ils le veulent et ont des entry fines et des heriots (mainmorte) fixes ; par contre, sur d’autres seigneuries, les entry fines sont arbitraires, les droits augmentent et les tenanciers n’ont pas le droit de nommer leurs successeurs.

47Les freeholders : tiennent la terre en fee simple, sous le régime de la common law et non de la coutume manoriale. Au cours du xvie siècle, leurs services ont été commués en droits qui n’ont aucun rapport avec la valeur de leur tenure. Au début du xviie siècle la Couronne essaya de profiter de droits qui existaient encore : le droit de garde (droit du roi de disposer des revenus des terres d’un freeholder qui décède alors que ses héritiers ne sont pas majeurs) et la prise en compte des demandes des freeholders riches qui voulaient devenir chevaliers. Ces tentatives indisposèrent la noblesse et la gentry et elles furent abolies pendant la guerre civile. Les restes de ce contrôle disparurent avec l’Acte du Parlement abolissant les Knight’s fee (1660) et avec la vente des fee farm rents (1671).

48Les leaseholders qui constituent à partir de la fin du xvie siècle une forme nouvelle de tenanciers (tenure pour quelques années ou bien pour une ou plusieurs vies) s’appliquant essentiellement au domaine et à ceux qui ne sont pas sujets à la coutume.

  • 28 Cité par Bernard Cottret, Histoire d’Angleterre, xvie-xviiie siècle, Paris, PUF, 1996, p. 117.

49Certes, on pourra objecter que le plus important est la quantité de la terre mise en valeur et non le statut juridique de cette terre. Mais la manière de tenir la terre a une signification sociale. La qualité de freeholder semble avoir une valeur indépendamment de son contenu économique. Il faut renvoyer ici au portrait que Bernard Cottret trace de ce personnage dans son Histoire de l’Angleterre : le freeholder a trois raisons d’être satisfait : il est anglais, il est propriétaire et il est électeur. Il apparaît comme le type même de l’électeur rural et une partie des leasholders se fait aspirer par ce statut puisqu’il suffit de disposer d’un bien évalué à 40 shillings pour être autorisé à voter. On lui empruntera ce petit extrait du Catéchisme du freeholder de 173328 :

« Qui es-tu ?
– je suis Untel, freeholder de Grande-Bretagne.
De quels privilèges jouis-tu en tant que freeholder de Grande-Bretagne ?
– en tant que freeholder de Grande-Bretagne, je jouis d’une reconnaissance civile plus considérable que le plus grand des sujets d’un Prince arbitraire. En effet, je suis gouverné par des lois auxquelles je donne mon consentement ; et ni ma vie, ni ma liberté, ni mes biens ne me sauraient être retirés conformément à la loi. Je suis un homme libre. »

50L’évolution du statut des terres a donc contribué à modifier la structure sociale du pays en même temps que l’image du monde rural : au cours du xviie siècle, selon l’expression employée par Bernard Cottret, l’Angleterre est en train de devenir « une nation de freeholders ». Il cite à l’appui de cette affirmation le tableau que présente Gregory King en 1688 de la société anglaise. Ceux que nous sommes tentés de considérer comme les agriculteurs y sont répartis entre les freeholders et les fermiers d’une part, les pauvres et cottagers de l’autre. Freeholders et farmers sont classés par G. King parmi les 511 586 familles « qui augmentent la richesse du royaume ». Les freeholders représentent 13,2 % de ces familles et les fermiers 10,2 %. Inversement, les cottagers sont classés avec les pauvres ; ils possèdent seulement moitié plus que les journaliers, ce qui est très pauvre pour G. King.

Les groupes de la paysannerie

  • 29 La description des catégories du monde rural qui suit est issue des ouvrages généraux cités en fin (...)

51Comme pour la France ou l’Espagne, on présentera ici un tableau qui n’a rien de très original et qui montrera qu’il y a, dans la société rurale, des riches, des moyens et des pauvres. Mais il faut avoir présent à l’esprit qu’il ne s’agit là que de généralisations et que les différences régionales sont importantes. Il n’est pas possible de faire apparaître ici ces nuances, mais seulement de rappeler qu’elles jouent dans deux sens : d’une part la hiérarchie sociale est liée au modèle agraire (elle ne sera pas la même selon que la région ait ou non fait l’objet d’enclosure au xviie siècle, selon qu’il s’agit d’une région céréalière ou d’une région d’élevage), d’autre part la richesse est une notion localement relative : tel riche paysan ici sera ailleurs placé beaucoup plus bas dans la hiérarchie de la fortune et de la considération29.

Les yeomen

52Au sens strict, selon les juristes contemporains, le yeoman est celui qui possède et travaille une terre en freehold rapportant au moins 40 shilling ou plus de revenu par an (c’est ce qui l’autorise à voter). La classification de Gregory King perpétue cette tradition ; il en ira de même pour celle de Joseph Massie (1759) et celle de Patrick Colquhoum (1803). Mais la réalité est quelque peu différente. Des personnages tenant des copyholds importants sont également appelés yeomen par leurs contemporains. Au xviie siècle, le terme de yeoman désigne un paysan aisé qui travaille lui-même sa terre, emploie parfois des farms servants. Le yeoman tient indistinctement sa terre en freehold, en copyhold et en leasehold mais il a le plus souvent au moins quelques parcelles en freehold. Les études les plus récentes tendent à montrer que les tenures en copyhold ont résisté plus longtemps que les auteurs anglais avaient eu tendance à l’affirmer précédemment et que, au xviiie siècle encore, au xviie siècle a fortiori, il ne faut pas les considérer comme une catégorie en voie d’extinction.

53Les plus aisés des yeomen se rapprochent de la gentry mais ne cherchent pas toujours à s’y agréger. Ils tiennent un rôle politique dans la communauté d’habitants, ont des qualificatifs d’honneur, lisent et écrivent, siègent dans les jurys et ont le droit de vote. Ils pratiquent le prêt d’argent et achètent éventuellement les terres qu’ils ont commencé par louer. Ils envoient leur fils à l’université, peuvent accéder aux professions libérales, ecclésiastiques ou du commerce. Ils peuvent marier leurs filles à la gentry locale qu’ils fréquentent. La distinction n’est pas nette entre les meilleurs des yeomen et les couches inférieures de la gentry.

54Les yeomen constituent au xviie siècle la part la plus importante de la société rurale. Ils ont été les gagnants de la conjoncture entre 1500 et 1650 ; ils ont participé au remembrement des parcelles et des enclosures, ils ont investi dans le matériel agricole, ont spécialisé leurs terres (houblon, fruits et légumes) et ont expérimenté les nouveautés agronomiques. L’évolution de la situation foncière (diminution du nombre des propriétaires-exploitants et des superficies qu’ils cultivent, déclin de la moyenne propriété) leur est cependant défavorable. Les propriétaires des grands domaines tendent de plus en plus à réduire la durée des concessions : les baux emphytéotiques qui assuraient une propriété de fait aux tenanciers s’effacent devant des baux plus courts. Les lords anglais reprennent leurs mouvances en leurs mains et les concèdent en leasehold (baux à temps) pour des durées excédant rarement une vingtaine d’années. C’est le début de l’ascension des farmers. Au siècle suivant, ce sont eux qui s’intègrent à la gentry et qui symbolisent la réussite de l’agriculture anglaise. À la fin du xviie siècle, le terme de yeoman change de sens et disparaît ; c’est l’ère du farmer qui peut être propriétaire en même temps qu’il loue des champs d’un grand (ou petit) propriétaire.

Les catégories inférieures de la paysannerie

55Le terme de husbandmen désigne tous ceux qui sont moins riches que les yeomen. La frontière est difficile à tracer et il est des cas où les deux termes se recoupent. Il existe en effet une utilisation large du terme : certains auteurs appellent husbandmen tous les roturiers qui possèdent et travaillent la terre.

56En général, ce sont de petits paysans locataires, parfois propriétaires de quelques acres, exploitant de 5 à 50 acres. Ils possèdent parfois des troupeaux assez importants et accèdent à l’aisance. L’étude d’inventaires après décès dans le Sussex donne des rapports de richesse allant de 1 à 5 entre eux et les yeomen. Ils se maintiennent jusqu’au xviiie siècle dans les régions où les petites fermes restent nombreuses.

57Les cottagers se situent à la frontière entre exploitants et travailleurs agricoles. Ils disposent de quelques acres dont ils complètent les revenus par une activité artisanale et des droits dans les wastes et les commons. Une loi de 1589 – peu appliquée – dit qu’un cottage ne peut être construit sur une parcelle inférieure à 4 acres. Ils disposent souvent d’une vache, de quelques moutons et porcs, ils récoltent un peu d’orge, de froment, de pois. Les cottagers auraient constitué le quart des travailleurs agricoles au début du xviie siècle. Ensuite, les enclosures qui entraînent une diminution des commons contribuent à la dégradation de leur position sociale. Comme les husbandmen, ils se prolétarisent au xviie siècle, évolution qui se poursuivra au xviiie siècle.

58Les labourers (ne surtout pas confondre avec ce que l’historiographie rurale française appelle « laboureurs », ce sont des journaliers qui correspondent assez bien à la définition qu’en donne Vauban en France) sont des travailleurs salariés payés à la journée ou à la semaine ; ils vivent à la limite de la pauvreté et doivent parfois bénéficier de la Pour Tax (voir chapitre sur les pauvres). Leurs salaires sont en général faibles et variables selon le sexe, l’âge, la nature le lieu du travail et la saison. L’essor de l’industrie qui demande beaucoup de main-d’œuvre contribue au relèvement des salaires agricoles. Ils se multiplient à cause des enclosures qui font rentrer des cottagers parmi eux.

59Les farm servants (= domestiques) sont les hommes, femmes et enfants vivant à plein temps sur une ferme ; ils ont un faible salaire qui leur est en partie versé en nature. Ils occupent ces fonctions entre 11 et 25 ans le plus souvent, mais certains deviennent ensuite vacher, berger, laboureur principal. Pour la plupart, il s’agit d’un temps d’apprentissage avant le mariage. Ils ont des contrats de six mois à un an et sont donc très mobiles. Ils constituent entre le tiers et la moitié de la main-d’œuvre agricole, ce qui est vraisemblablement plus important qu’en France.

Les évolutions

60Les évolutions sont particulièrement importantes en Angleterre. Elles tiennent à trois raisons : les modifications du statut de la terre (ce qui a déjà été évoqué), le phénomène des enclosures et le développement du marché. Elles conduiront au xviiie siècle au déclin des yeomen devant les farmers et à la multiplication de la main-d’œuvre salariée. Ce mouvement est engagé dès la seconde moitié du xviie siècle mais il ne faut pas pour autant exagérer le mouvement de disparition des petites fermes familiales qui restent nombreuses dans l’Ouest et le Nord du pays.

  • 30 Neeson Jeanette M., Commoners : Common Right, Enclosure and Social change in England (1700-1820), (...)

61Les commoners ont constitué un groupe important de paysans au moins jusqu’au début du xviiie siècle. Ils ont donné lieu à une étude importante, centrée sur leur recul au xviiie siècle30, mais qui peut être utilisée pour les présenter au siècle précédent. Même s’il est difficile d’en donner le nombre exact ou même approximatif, on peut facilement penser qu’ils sont nombreux et que le phénomène est probablement plus important qu’en France. Les terres faisant l’objet d’usages communautaires étaient particulièrement importantes en Angleterre, surtout là où les enclosures n’étaient pas encore achevées. Il s’agissait d’une part de terres privées ouvertes aux pratiques collectives après les récoltes (parcours du bétail) d’autre part de terres plus ou moins incultes (wastes), espaces sablonneux, pierreux, bruyères, landes et marécages… particulièrement importants dans certains comtés du nord (Cumbrian) et à l’ouest (Welsh mountains), au sud-ouest (Dartmoor, Exmoor and Sedgmoor), dans les Midlands (forêts), les hauteurs du Lincolnshire, les Fens mal drainés, et les marécages des rives de la Thames. Les cottagers sont souvent des commoners qui complètent les revenus de quelques parcelles (louées plutôt que possédées) de l’usage de droits dans les commons. Mais il semble que l’accès aux communaux ait été beaucoup plus ouvert en Angleterre qu’en France et que tous ou presque pouvaient les utiliser, même s’ils n’étaient ni propriétaires, ni exploitants, ni même parfois réellement résidants dans la paroisse.

62Dans les villages de champs ouverts, l’ensemble fait d’une tenure en copyhold et de droits dans les commons constituait une forme de propriété qui pouvait être achetée et vendue et qui fut souvent renforcé. Beaucoup de cottagers qui n’avaient pas de tels droits furent autorisés par la communauté villageoise à en user parce que, sinon, ils auraient eu besoin de l’assistance de la paroisse. En outre, être commoner sans terre n’était pas du tout exclu en Angleterre (exemple du Northamptonshire et des Midlands étudiés par J. Neeson). Ceci permit de survivre à toute une population qui, dans certaines régions, pratiquait une pluriactivité de survie : élevage d’une vache et/ou de quelques moutons sur les commons et activité artisanale (textile souvent) dans le cadre du domestic system. La généralisation des enclosures et donc la disparition progressive des communaux et des pratiques collectives entraîna d’importants changements au sein de ces populations. Cette évolution d’une relative indépendance vers le salariat est en cours au xviie siècle.

  • 31 Poussou Jean-Pierre, La Terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne aux xviie et xviiie s (...)

63L’autre forme d’évolution qui affecte la société rurale anglaise au xviie siècle est liée à la croissance des villes et tout particulièrement de celle de Londres31. La modernisation de l’agriculture anglaise liée à l’accroissement de la demande urbaine est déjà très avancée au xviie siècle (multiplication des marchés, des foires et des échanges, orientation de l’agriculture vers la vente pour satisfaire les besoins en grains et en laine, apparition d’agriculture régionale intensive dans le Kent par exemple). Les transformations sont particulièrement importantes dans la région de Londres qui est devenue, à la fin du xviie siècle, une des principales villes d’Europe. Les comtés proches sont particulièrement touchés, mais, du fait du cabotage, la demande touche tout le pays. Ceci stimule le processus d’enclosure et, en conséquence, les évolutions que l’on a décrites précédemment dans la société rurale anglaise.

Les paysanneries françaises

64Dans les campagnes françaises d’Ancien Régime, tous furent plus ou moins agriculteurs, Pierre Goubert l’a écrit il y a maintenant près de 50 ans : tous travaillèrent la terre, avec plus ou moins de matériel, plus ou moins d’animaux, et plus ou moins de chance. Et dans ce domaine, le xviie siècle ne fut pas un âge d’or, loin de là. Les historiens ruralistes français ont largement décrit le cadre de vie et les activités des paysans français d’Ancien Régime : un horizon le plus souvent limité au triptyque classique constitué par la famille, la paroisse et la seigneurie, la nécessité de recueillir des grains d’abord pour survivre et aussi pour s’acquitter de ses taxes envers le roi, le clergé et le seigneur, des possibilités d’ascension sociales somme toute assez limitées et, au xviie siècle surtout, la crainte des trois fléaux récurrents que furent la guerre, la famine et l’épidémie. Ceci induit l’idée – partiellement juste mais aussi un peu trop réductrice – d’un monde homogène, différent du reste de la société.

65Dans ce chapitre, nous nous attacherons moins à décrire ce qui fit l’unité de la société rurale qu’à mettre en lumière ses hiérarchies internes et ses évolutions au cours du siècle. Mais comme cela a déjà été observé pour l’Espagne et pour l’Angleterre, si la construction d’un modèle pour l’ensemble du pays est nécessaire elle est aussi dangereuse : en effet, les différences régionales sont considérables et les hiérarchisations sociales n’ont de sens que rapportées à des modèles agraires régionaux.

Questions de méthode

  • 32 Béaur Gérard, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d’analyse », Annale (...)
  • 33 Lepetit Bernard, « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », Lepetit Bernard (dir.), Les F (...)

66En France, les termes qui désignent les paysans sont très nombreux : bêcheur, bordager, bordier, brassier (ou homme de bras), closier, colon (partiaire), fermier, fezandier, granger, haricotier, journalier, laboureur, marchand-laboureur, manouvrier, ménager, métayer, ouvrier agricole, sosson, ténuyer, valets de labour, vigneron… la liste est évidemment loin d’être exhaustive, chaque région où micro-région pouvant fournir à loisir d’autres dénominations. Et si l’on veut être un peu plus précis, il faut bien imaginer que chacune de ces dénominations doit se subdiviser en trois catégories au moins selon le niveau de richesse : les petits, les moyens et les gros. Et il faut encore ajouter à cela des catégories telle celle des « coqs de village », forgées par les historiens et qui ne furent pas toujours utilisées ensuite avec tout le discernement nécessaire. Si l’on ne se contente plus des mots, on peut encore aller chercher des critères d’ordre honorifiques (les « maîtres », « sieurs »…) et/ou des critères de richesse révélés par les rôles fiscaux ou les inventaires après décès. En mixant tout cela, les historiens du monde rural ont construit des catégories permettant de « classer » tous ces paysans. Le processus a été décrit par Gérard Béaur dans un article publié en 1999 lors de la préparation du colloque « Campagne de l’Ouest32 ». Si cet article, vers lequel on ne peut que renvoyer quiconque souhaite parler des catégories sociales de la France d’Ancien Régime, tend à montrer que, quelles que soient les précautions que l’on prenne et les réflexions préalables que l’on développe, il est impossible de faire de bons classements, que les hommes ne se rangent pas dans des boîtes comme des billes33, la conclusion en est pourtant que, si l’on peut, à la rigueur, parler des individus sans les classer (ce que fait la micro-histoire), on ne parviendra pas ainsi à parler de la société dans son ensemble. On ne sera donc pas dupe des biais introduits par la construction de catégories, surtout au niveau du pays entier, mais on s’efforcera cependant d’établir des typologies permettant la comparaison avec les paysanneries espagnoles et anglaises.

67Outre les noms donnés dans les sources aux différents individus, le niveau de notabilité établi à partir des qualificatifs d’honneur, le niveau de richesse évalué à partir des sources fiscales ou notariales, d’autres critères entrent en ligne de compte pour caractériser les paysans. On peut énumérer les plus importants : la quantité de terre exploitée et/ou possédée, la possession d’un capital d’exploitation (la terre, la charrue et la charrette, l’attelage), le niveau d’insertion dans les circuits d’échange… On peut aussi penser à des critères autres qu’économiques et sociaux : participation au pouvoir (rôle dans la communauté rurale), niveau d’alphabétisation… Il faut également prendre en compte des critères plus individuels, tels ceux du cycle de vie et du cycle familial qui font apparaître que, pour chaque individu, la richesse est aussi liée à l’âge (les plus jeunes et les plus vieux ont une accumulation foncière et mobilière bien inférieure à celle des adultes entre 40 et 50 ou 60 ans). Mais pour caractériser la société rurale du xviie siècle qui fut, comme on le sait, marqué par des crises de subsistance et des mortalités sévères, on ne peut faire abstraction de la variable conjoncturelle – les bonnes et les mauvaises années influent de manière importante sur la manière dont se compose la pyramide sociale du monde rural – et donc celle de l’indépendance ou de la dépendance des paysans.

  • 34 Goubert Pierre, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, Imprimerie nationale, 1960, 2 vol (...)

68La notion de dépendance de la paysannerie a été élaborée par et à partir de la thèse de Pierre Goubert sur le Beauvaisis34. S’il peut apparaître critiquable d’étendre arbitrairement cette notion à l’ensemble de l’Ancien Régime et d’en faire l’élément explicatif fondamental de la société rurale sans attention particulière à la chronologie, il faut signaler que, pour qui veut caractériser la société rurale française du xviie siècle, profondément marquée par les crises conjoncturelles, cette notion est essentielle.

69Dans le Beauvaisis du xviie siècle, Pierre Goubert avait observé conjointement deux choses : d’une part l’existence d’une société rurale tripartite (1. Les manouvriers ; 2. La paysannerie moyenne : haricotiers, artisans ruraux, vignerons, jardiniers ; 3. Les couches supérieures de la paysannerie : laboureurs, gros fermiers, receveurs de seigneuries) et d’autre part ce qu’il avait appelé « l’évasion des revenus ruraux » – taille, dîme, droits seigneuriaux, loyer du propriétaire –, entendons par-là le fait qu’une part importante des revenus de la terre quittait la campagne et les producteurs pour gonfler la fortune de catégories plus urbaines que rurales et qui, de toutes façons, n’avaient pas pris part au travail de la terre.

  • 35 Goubert Pierre, L’Ancien Régime, t. I : La Société Paris, A. Colin, 1969, 232 p. ; rééd. 1974 (rep (...)
  • 36 Lemarchand Guy, La Fin du féodalisme dans le pays de Caux. Conjoncture économique et démographique (...)

70C’est à partir de cette constatation qu’il a élaboré la notion de dépendance des paysans35 en définissant deux seuils essentiels. Le seuil inférieur est celui de la résidence (habiter une maison, avoir droit aux usages communautaires, faire partie d’une communauté spirituelle, relever du tribunal du seigneur…). En dessous, il y a les errants et les mendiants. Le seuil supérieur est celui de l’indépendance. Le paysan indépendant est celui qui, quelle que soit la conjoncture, est sûr de tirer des terres qu’il loue ou possède la subsistance de sa famille, de régler ses impositions et souvent de réaliser des ventes fructueuses. Dans le Beauvaisis du xviie siècle, ces « indépendants » mettent en valeur plus de 10 ha ; ils sont des entrepreneurs de culture pourvus d’un capital d’exploitation, ils utilisent des salariés, ils sont alphabétisés et appartiennent au corps politique. Le grand apport de cette notion à la connaissance du monde rural a été de démontrer que tout était fluctuant en fonction de la conjoncture pour tous les foyers ruraux situés entre ces deux seuils. Les chefs de feux situés dans la catégorie intermédiaire – dans le Beauvaisis, ce sont les fameux « haricotiers » – ne sont pas assurés de pourvoir toujours maintenir leur position : ils risquent de ne pas réussir à nourrir leur famille, à payer leurs taxes, et donc, à garder leur statut de résidants. Tous les auteurs qui ont étudié la conjoncture du xviie siècle ont évoqué ce gonflement de la masse des pauvres et des errants lors des années de mauvaises récoltes36. Pour ces paysans, la dépendance est économique, sociale, politique et culturelle (ils ne lisent pas, ne participent à l’assemblée de paroisse…). Ces remarques faites, on peut élaborer une typologie générale pour la société rurale.

Les catégories du monde rural

Fermiers et laboureurs

71Les historiens ont assez systématiquement fait du « laboureur » d’Ancien Régime un agriculteur aisé. La réalité est plus nuancée. La définition la plus souvent donnée du laboureur est qu’il possède une charrue. En fait, il vaut mieux considérer que c’est celui qui possède les animaux susceptibles de tirer la charrue car les animaux, chevaux ou bœufs, nécessitent un investissement beaucoup plus important que la charrue elle-même. Sauf dans certaines régions dont l’agriculture est déjà bien développée au xviie siècle, la charrue est un outil plutôt léger, qui se rapproche largement de l’araire, qui incorpore plus de bois que de métal, et qui n’est pas d’un coût prohibitif. Mais à quoi bon avoir une charrue si on ne peut acheter et surtout nourrir les animaux, bœufs ou chevaux, susceptibles de la tirer ? Pour affiner la définition du laboureur, on dira également que c’est un paysan capable de posséder ou de pouvoir prendre à bail une certaine superficie de terres, de disposer des moyens permettant de travailler cette exploitation (charrue, charrettes, animaux), d’être inséré dans le marché (vendre des grains), d’employer de la main-d’œuvre salariée.

  • 37 Molinier Alain, Stagnations et Croissance. Le Vivarais aux xviie-xviiie siècles, Paris, EHESS, 198 (...)
  • 38 Frêche Georges, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières. Vers 1670-1789, Paris, (...)
  • 39 Moriceau Jean-Marc, Les Fermiers de l’Île-de-France. L’Ascension d’un patronat agricole (xve-xviii(...)

72Ce laboureur peut être propriétaire foncier. On l’imagine souvent ainsi. Mais il faut se rappeler que la paysannerie française ne possède pas plus de 40 % du sol à la veille de la Révolution. Faute de données sûres, on peut considérer que ce chiffre soit également applicable au xviie siècle. Ceci signifie qu’un nombre non négligeable de paysans ne sont pas propriétaires mais locataires de la terre qu’ils exploitent. Parmi eux, il y a évidemment des pauvres, des dépendants, mais il y a aussi des paysans que l’on peut classer sous le terme de laboureurs car ils en ont la surface économique et sociale (ce sont par exemple les exploitants des métairies de l’Ouest et du Sud-Ouest de la France). Inversement, il existe des laboureurs pauvres. Certains documents utilisent ce terme dans un sens générique pour désigner tout simplement celui qui travaille la terre. Dans le Vivarais du xviie siècle, Alain Molinier signale l’existence de laboureurs pauvres37. Dans la région toulousaine38, il désigne toute une catégorie particulière de brassiers (= journaliers) dont la spécialité est de labourer. Le mot ne vaut alors pas plus que ne vaudra celui de « cultivateur » au xixe siècle et peut désigner à la fois un riche propriétaire exploitant en faire-valoir direct et un paysan fort peu aisé. Le laboureur riche est un personnage des openfields céréaliers39, ailleurs, il faut regarder le terme avec circonspection avant de conclure que l’on a affaire à un riche.

  • 40 Jacquart Jean, La Crise rurale en Île-de-France, 1550-1670, Paris, A. Colin, 1974, 800 p.
  • 41 Lemarchand Guy, La Fin du féodalisme dans le pays de Caux. Conjoncture économique et démographique (...)
  • 42 Cabourdin Guy, Terre et hommes en Lorraine, 1550-1635 : Toulois et comté de Vaudémont, Nancy, univ (...)

73Le riche laboureur – et l’on rappellera que même dans la Fable ceci est précisé, preuve qu’il ne s’agit pas d’une tautologie – se reconnaît aisément dans les stratigraphies sociales. Il contrôle l’emploi de nombreux journaliers, il est actif sur les marchés et il paie en général une part importante de l’impôt de sa paroisse. Pour le reste, il prend différentes formes. « Marchand-laboureur », il vend des grains (les siens et aussi ceux qu’il achète à moins aisé que lui) et aussi du bétail, bœufs ou chevaux. « Fermier-laboureur », il a pris à ferme la terre qu’il exploite mais aussi d’autres terres qu’il sous-loue, des dîmes, des droits seigneuriaux, parfois des seigneuries entières. C’est essentiellement ce personnage dont les historiens ont fait leur « coq de village ». Comme le yeoman anglais, il fait instruire ses enfants et peut trouver des alliances matrimoniales dans des catégories supérieures à la sienne. C’est essentiellement un homme des openfields du Nord de la France (l’Île-de-France étudiée par Jean Jacquart40 et Jean-Marc Moriceau, le Pays de Caux de Guy Lemarchand41, le Beauvaisis céréalier de Pierre Goubert). S’il y a incontestablement des agriculteurs aisés et même riches dans toutes les régions, il serait faux de transporter partout ce modèle qui semble s’estomper assez vite. Il n’est pas sûr que la Lorraine de Guy Cabourdin42 en abrite beaucoup et dans le Sud et l’Ouest de la France, on peinerait à trouver l’équivalent exact de ces « gros fermiers ».

Petits et moyens

  • 43 Frêche Georges, op. cit.
  • 44 Merle Louis, La Métairie et l’évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Âge à la (...)

74C’est incontestablement la catégorie la plus nombreuse, la plus diverse mais aussi la plus largement représentée. À l’échelle du pays entier, il convient d’y classer tous ceux qui ne sont ni les salariés agricoles et les gros fermiers évoqués ci-dessus. Localement cette catégorie moyenne représente soit la quasi-totalité de la catégorie des paysans (paysanneries de l’Ouest et du Sud-Ouest) soit une tranche intermédiaire entre fermiers et salariés. On y fera entrer les « haricotiers » du Beauvaisis, les « laboureurs à demi-charrue » (une charrue = environ une trentaine d’hectares) évoqués par Jean Jacquart, les « ménagers » du Sud de la France43 et la majeure partie des métayers, les closiers et bordagers de l’Ouest de la France44. Tous ont en commun de travailler une exploitation moyenne ou petite (5-15 ha ou jusqu’à 30 en pays de grande exploitation) et d’en vivre. Ceci implique souvent une autarcie partielle ou totale : peu de ventes (ou du moins des ventes limitées à ce qu’il faut pour payer les impôts et compenser les achats inévitables), peu de recours au travail salarié (un domestique et quelques journées). Les seuils sont variables en fonction des caractères de l’agriculture de chaque région. On pourra y trouver les vignerons qui exploitent de petites surfaces, qui louent parfois leurs services, mais qui ont une relative autonomie.

Salariés et pauvres

75On classera ici ceux qui tirent la majeure partie de leurs revenus du travail salarié fait pour le compte d’autres agriculteurs. Mais ce travail étant le plus souvent temporaire et intermittent, ces individus ont également un moyen de subsistance lié directement à la culture de la terre : maison et jardin, une ou deux parcelles, des droits dans les communaux là où il y en a. Le modèle en est tracé par le texte de Vauban qui décrit un manœuvrier à la fois totalement indispensable dans les campagnes du xviie siècle et fort gêné pour « atteindre le bout de l’année ». Ce sont les brassiers et journaliers de Tourraine, les journaliers du Maine, les bêcheurs et hommes de peine de l’Anjou… Ce sont aussi de très nombreux salariés plus ou moins spécialisés que l’on rencontre en pays de grande culture, hommes à tout faire mais aussi charretiers et bergers.

76Leur nombre varie en fonction de différents critères. On a déjà signalé le rôle de la conjoncture (ils se multiplient en période de difficultés) mais les caractères régionaux de l’agriculture expliquent aussi leur plus ou moins grand nombre. La grande exploitation utilise beaucoup de salariés (pour moisson, fenaison, moisson, battage en grange) alors que la petite et moyenne exploitation travaille essentiellement avec la main-d’œuvre familiale et un ou deux domestiques. Les pays de micro-propriété (vignobles) sont également des régions qui utilisent peu de journaliers.

77Il faut distinguer les domestiques de la main-d’œuvre salariée. Le domestique a une condition très différente du journalier. Il est attaché durablement à une exploitation (les journaliers se louent pour 6 mois ou pour une année mais ils peuvent rester plusieurs années sur la même exploitation). Ce statut correspond souvent à une période transitoire dans la vie d’un individu, avant le mariage et l’établissement sur une exploitation. Il s’agit parfois d’une sorte d’apprentissage et l’on voit des fils d’agriculteurs aisés se louer comme domestiques avant de reprendre eux-mêmes une exploitation importante. Enfin, dans les fermes du Bassin parisien, il existe aussi un contingent de domestiques plus âgés qui ont des activités spécialisées (charretier et berger) et sont bien rémunérés.

78On observe que les statuts sociaux ne peuvent s’analyser indépendamment du système social duquel ils sont partie prenante. D’où la nécessité de faire une typologie des sociétés paysannes.

Typologie des sociétés

79Trois cas se présentent. Les paysanneries propriétaires se rencontrent essentiellement dans les pays de vignoble ; cela se traduit par une micro-exploitation en faire-valoir direct. Socialement on y rencontre de petits agriculteurs indépendants mais à faibles revenus. Ceci semble vrai pour les vignobles de l’Île-de-France mais pas pour ceux du Sud (Languedoc) ou du Lyonnais où la propriété des vignes échappe aux paysans qui les prennent en bail à mi-fruit. Mais même là où la vigne est largement aux mains des notables, il reste toujours des petites exploitations paysannes et le vigneron est, parmi les micro-propriétaires paysans, celui qui vit le mieux.

80Les sociétés moyennes de l’Ouest sont caractérisées partout par une hiérarchie tripartite, dominée par un groupe plus ou moins important de paysans moyens. L’originalité de ces structures sociales c’est l’existence d’une catégorie moyenne de paysans (les closiers ou les bordagers) et son importance numérique. Les riches (métayers) ne sont pas très riches (à l’aune des fermiers des régions céréalières) et les pauvres n’y sont pas les plus nombreux. Des échanges de travail se pratiquent entre les paysans moyens et les riches (labours). Le paysan le plus aisé y est le métayer (comprendre par là celui qui exploite une exploitation appelée métairie) : il possède l’attelage et la charrue et il laboure pour le closier qui n’a ni bêtes de trait ni matériel autre qu’à bras. Il s’agit donc de sociétés relativement homogènes.

  • 45 Jacquart Jean, La Crise rurale en Île-de-France, 1550-1670, Paris, A. Colin, 1974, 800 p.
  • 46 Boehler Jean-Michel, Une Société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (1 (...)

81Les sociétés fortement hiérarchisées, celles où les écarts de richesse sont les plus forts entre riches et pauvres et celles aussi où le nombre de riches est très faible en regard de la masse des pauvres, caractérisent en général les régions dites de grande culture. On a déjà évoqué la Plaine de France étudiée par Jean-Marc Moriceau, on peut aussi citer le cas de l’Île-de-France étudié par Jean Jacquart pour le xviie siècle45. S’il décrit une société formée de trois groupes (les « petites gens », le « groupe charnière des laboureurs moyens et des marchands ruraux » et « le monde clos des marchands-laboureurs »), il insiste sur la forte polarisation interne de cette société. Les familles riches ont une aisance ancienne et solide ; il s’agit de dynastie dont il suit la trace depuis le xve siècle. Ils ont le monopole des grandes fermes et des recettes seigneuriales (affermage des dîmes, marchés de coupe de bois, commerce des grains et des bestiaux, prêts à intérêt, commerce des rentes). Inversement il existe dans cette société un nombre considérable de ruraux que les crises du xviie siècle ont plongé dans une profonde pauvreté, vignerons, ouvriers agricoles, petits artisans. Ce menu peuple des campagnes se caractérise par la quasi-nullité de ses possessions immobilières, la précarité de ses conditions de vie (absence de toute avance de provision et d’argent), un endettement profond, l’impossibilité de toute ascension sociale. On trouve aussi des sociétés fortement polarisées bien que globalement beaucoup moins riches, c’est par exemple le cas de l’Alsace étudiée par Jean-Michel Boehler46.

82On observe donc que la classification générale que l’on peut faire de la société rurale française ne prend vraiment de sens qu’à la condition de regarder la société comme un système (la part relative des différents groupes, qui est variable selon les régions) et aussi de prendre en compte la notion d’évolution au cours de la vie d’un même individu. Les possibilités d’ascension et de déclin social dépendent en effet à la fois de la conjoncture générale et de la position de chaque individu sur l’échelle sociale.

Bibliographie

Bibliographie

Angleterre

Béaur Gérard (dir.), La Terre et les Hommes : France et Grande-Bretagne (xviie-xviiie siècle), Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1998, p. 55-73.

Brumont Francis, « Propriété et exploitation de la terre en Grande-Bretagne », Fréchet Hélène (dir.), Questions d’histoire. La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne de 1600 à 1800, Paris, Éditions du Temps, 1998, p. 99-136.

Cottret Bernard, Histoire d’Angleterre, xvie-xviiie siècle, Paris, PUF, Nouvelle Clio, 1996, 340 p.

French H. R. et Hoyle Richard W., « The land market of a Pennine manor : Slaidburn, 1650-1780 », Continuity and Change, 14, 3 (1999), p. 349-383.

French H. R. et Hoyle Richard W., The Character of English rural society : Earls Colne, 1550-1750, Manchester University Press 2007.

Habakkuk Sir H. John, « La disparition du paysan anglais », Annales ESC, xx,4, juillet-août 1965, p. 649-663 ; rééd. in Béaur Gérard (éd.), La Terre et les Hommes…, op. cit.

Hoyle Richard W., « Debate » [The land-family bond in England], Past & Present, 146 (1995), p. 151-73.

hoyle Richard W., « Tenure and the land market in early modern England : or a late contribution to the Brenner debate », Economic History Review, 2nd ser., 43 (1990), p. 1-20.

MacFarlane Alan, The Origins of English individualism : the family, property and social transition, Oxford, Blackwell Publishers, 1978, xvi-216 p.

Overton Mark, Agricultural Revolution in England. The Transformation of the Agrarian Economy, 1500-1850, Cambridge, CUP, « Cambridge Studies in Historical Geography, 23 », 1996, xiv-258 p.

Ruggiu François-Joseph, L’Angleterre des Tudors et des premiers Stuarts, 1509-1660, Paris, SEDES, 192 p.

Scott William, The Peasantries of Europe, from the Fourteenth to the Eighteenth Centuries, Londres/New York, Longman, 1998, 416 p.

Wrightson Keit, English society, 1580-1680, New Brunswick, Rutgers University Press, 1992, 1246 p.

Espagne

Barbazza Marie-Catherine, La Société paysanne en Nouvelle-Castille. Famille, mariage et transmission des biens à Pozuelo de Aravaca (1580-1640), Madrid, Casa de Velázquez, 2000, 362 p.

Brumont Francis, Paysans de Vieille-Castille aux xvie et xviie siècles, Madrid, Casa de Velázquez, 1993, 502 p.

García González Francisco, Las Estrategias de la diferencia. Familia y reproducción social en la Sierra (Alcaraz, siglo xviii), Madrid, ministère de l’Agriculture, 2000, 388 p.

López-Salazar Pérez Jerónimo, Estructuras agrarias y sociedad rural en la Mancha (ss. xvi-xvii), Ciudad Real, Instituto de Estudios Manchegos, 1986, 744 p.

Saavedra Pegerto, Economía, política y sociedad en Galicia : la provincia de Mondoñedo, 1480-1830, Saint-Jacques-de-Compostelle, Xunta de Galicia, 1985, 700 p.

Serra Eva, Pagesos y senyors a la Catalunya del segle xvii. Baronia de Sentmenat, 1590-1729, Barcelone, Crítica, 1988, 500 p.

France

Audisio Gabriel, Les Français d’hier, t. I : Des paysans, xve-xixe siècle, Paris, Colin, coll. « U », 1993, 368 p. ; 2e éd. 1998.

Duby Georges et Wallon Armand (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, 1975-1976, 4 tomes (éd. originale avec iconographie) ; rééd., ibid., 1992 (Points Histoire, 166-169) avec bibliographie légèrement retouchée. T. II : L’Âge classique (1340-1789).

Goubert Pierre, L’Ancien Régime ; t.I : La Société, Paris, A. Colin, 1969, 232 p. ; rééd. 1974. Repris dans Goubert Pierre et Roche Daniel, Les Français et l’Ancien Régime, Paris, Colin, 1984, t. 1 : La Société et l’État.

Goubert Pierre, Les paysans français au xviie, Paris, Hachette, coll. « La vie quotidienne », 296 p.

Pour toutes les études « régionales » sur la société rurale française, se reporter à Moriceau Jean-Marc, La Terre et les Paysans en France et en Grande-Bretagne aux xviie et xviiie siècles. Un guide bibliographique critique. Publication dans Histoire et Sociétés rurales, 10 et 11, 1998 et dans la Bibliothèque d’histoire rurale, 1999.

Notes

1 Béaur Gérard, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d’analyse », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 106, n° 1, 1999, p. 159-176 et « Stratigraphier le monde rural. Les catégories sociales en question », Antoine Annie (dir.), Campagnes de l’Ouest. Stratigraphies et relations sociales dans l’histoire, Rennes, PUR, 1999, p. 17-20 ; Jessenne Jean-Pierre, « La recomposition des différentiations sociales dans la France rurale du Nord-Ouest par-delà la Révolution », id., p. 21-44 où cet auteur propose la distinction de cinq « classes rurales ».

2 Amalric Jean-Pierre, « Au xviiie siècle : une agriculture bloquée ? », Bennassar Bartolomé (dir.), L’Espagne de l’immobilisme à l’essor, Paris, Presses du CNRS, 1989, p. 15-71 ; Pérez García José Manuel, « Economía y sociedad », Historia de España, t. 6 : La Crisis del siglo xvii, Madrid, Planeta, 1987, p. 175-333 ; García Sanz Angel, « El sector agrario durante el siglo xvii ; depresión y reajustes », Jover Zamora José María (dir.), Historia de España Menéndez Pidal, t. XXIII : La Crisis del siglo xvii. La población, la economía, la sociedad, Madrid, Espasa-Calpe, 1989, p. 161-235.

3 Barreiro Mallón Baudilio, La Juridiccción de Xallas en el siglo xviii. Población, sociedad y economía, 2e éd., Saint-Jacques-de-Compostelle, Université, 1977, p. 521.

4 Rubio Pérez Laureano, La Bañeza y su tierra, 1650-1850. Un modelo de sociedad rural leonesa (Los hombres, los recursos y los comportamientos sociales), León, Université, 1987, p. 349.

5 Brumont Francis, Paysans de Vieille-Castille aux xvie et xviie siècles, Madrid, 1993, 502 p., voir p. 190.

6 López-Salazar Pérez Jerónimo, Estructuras agrarias y sociedad rural en la Mancha (ss. xvi-xviii), Ciudad Real, Instituto de Estudios Manchegos, 1986, p. 283. En l’absence d’informations, les données qui suivent sont extraites de cet ouvrage.

7 Casey James, El reino de Valencia en el siglo xvii, Madrid, Siglo xxi, 1983, p. 43.

8 Rubio Pérez Laureano, « Pequeña explotación y campesino acomodado en León durante el Antiguo régimen : de la consolidación estructural y el crecimiento del siglo xviii a las transformaciones capitalistas del xix », Saavedra Pegerto et Villares Ramón (dir.), Señores y campesinos en la península ibérica. Siglos xviii-xx, t. I : Campesino y pequeña explotación, Barcelone, Crítica, 1991, p. 249.

9 López-Salazar Pérez Jerónimo, Estructuras agrarias…, op. cit., p. 253-563. L’étude s’appuie sur plus de 1 100 inventaires de biens, datant pour la plupart du xviie siècle et résumés de façon très détaillée dans l’appendice II (p. 677-727).

10 « Una simplicidad engañosa », c’est le titre du chapitre consacré aux groupes sociaux dans l’étude de Francisco García González consacrée à une zone de montagne de la Manche orientale : Las estrategias de la diferencia. Familia y reproducción social en la Sierra. (Alcaraz, siglo xviii), Madrid, ministère de l’Agriculture, 2000, p. 177.

11 Brumont Francis, Paysans de Vieille-Castille…, op. cit., p. 184-185.

12 Ibid., p. 178-181.

13 Pérez Álvarez María José, La Montaña noroccidental leonesa en la Edad Moderna, León, Université, 1996, p. 171-186.

14 Drain Michel, « Un Village de l’Aljarafe sévillan d’après les vérifications des experts de Cadastre du Marquis de la Ensenada », Congreso de Historia Rural. Siglos xv al xix, Madrid, 1984, p. 111.

15 Brumont Francis, Paysans de Vieille-Castille…, op. cit., p. 184-185.

16 Ibid., p. 193-197 pour le xvie siècle et 331-332 pour le xviie siècle.

17 Ibid., p. 333-336 et annexe 9, p. 421-429.

18 Barbazza Marie-Catherine, La Société paysanne en Nouvelle-Castille. Famille, mariage et transmission des biens à Pozuelo de Aravaca (1580-1540), Madrid, Casa de Velasquez, 2000, 362 p. voir p. 188-254.

19 Robledo Ricardo, « El ascenso de una burguesía agraria : los “granjeros”. Salamanca, 1780-1840 », Saavedra Pegerto et Villares Ramón (dir.), Señores y campesinos…, op. cit., t. II, p. 221-223.

20 Ponsot Pierre, « Grand domaine et petite exploitation en Andalousie occidentale : une étude de rentabilité comparative », Congreso de Historia Rural…, op. cit., p. 161.

21 López-Salazar J., « Una empresa agraria capitalista en la Castilla del xvii : la hacienda de d. Gonzalo Muñoz Treviño de Loaisa », Hispania, n° 148, 1981, p. 355-407.

22 Le Roy Ladurie Emmanuel, Les Paysans de Languedoc, Paris/La Haye, SEVPEN, 1966, 2 vol., 1034 p.

23 García Sanz Angel, Desarollo y crisis…, op. cit., p. 51-53 ; Yun Casalilla Bartolomé, Sobre la transición…, op. cit., p. 154-158 et 418-435 ; Brumont Francis, « Société rurale et production agricole (xvie-xviie s.) », Sarasa Sánchez Esteban et Serrano Martín Eliseo (dir.), Señorío y feudalismo…, op. cit., t. I, p. 357-371 et Paysans de Vieille-Castille…, op. cit., p. 213-242.

24 Overton Mark, Agricultural Revolution in England. The Transformation of the Agrarian Economy, 1500-1850, Cambridge, CUP, « Cambridge Studies in Historical Geography, 23 », 1996, xiv-258 p.

25 MacFarlane Alan, The origins of English individualism : the family, property and social transition, Oxford, Blackwell Publishers, 1978. xvi-216 p.

26 Sreenivasan Govind, « The land-family bond at Earls Colne (Essex), 1550-1650 », Past & Present, 131 (1991), p. 3-37.

27 Broad John, « The fate of the Midland yeoman : tenants, copyholders, and freeholders as farmers in north Buckinghamshire, 1620-1800 », Continuity and Change, 14, 3 (1999), p. 325-347.

28 Cité par Bernard Cottret, Histoire d’Angleterre, xvie-xviiie siècle, Paris, PUF, 1996, p. 117.

29 La description des catégories du monde rural qui suit est issue des ouvrages généraux cités en fin de chapitre.

30 Neeson Jeanette M., Commoners : Common Right, Enclosure and Social change in England (1700-1820), Cambridge, CUP, 1993, xiv-384 p.

31 Poussou Jean-Pierre, La Terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, SEDES, 1999, 608 p.

32 Béaur Gérard, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d’analyse », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1999, 1, p. 159-176 ; Antoine Annie (dir.), Campagnes de l’Ouest, stratigraphies et relations sociales dans l’histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 552 p.

33 Lepetit Bernard, « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », Lepetit Bernard (dir.), Les Formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 13.

34 Goubert Pierre, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, Imprimerie nationale, 1960, 2 vol., 648 + 122 p.

35 Goubert Pierre, L’Ancien Régime, t. I : La Société Paris, A. Colin, 1969, 232 p. ; rééd. 1974 (repris dans Les Français et l’Ancien Régime, en collaboration avec Daniel Roche, Paris, A. Colin, 1984, vol.1 : La société et l’État).

36 Lemarchand Guy, La Fin du féodalisme dans le pays de Caux. Conjoncture économique et démographique et structure sociale dans une région de grande culture de la crise du xviie siècle à la stabilisation de la Révolution (1640-1795), Paris, CTHS, 1989, 664 p.

37 Molinier Alain, Stagnations et Croissance. Le Vivarais aux xviie-xviiie siècles, Paris, EHESS, 1985, 500 p.

38 Frêche Georges, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières. Vers 1670-1789, Paris, Cujas, 1974, xviii-984 p.

39 Moriceau Jean-Marc, Les Fermiers de l’Île-de-France. L’Ascension d’un patronat agricole (xve-xviiie siècle), Paris, Fayard, 1994, 1072 p.

40 Jacquart Jean, La Crise rurale en Île-de-France, 1550-1670, Paris, A. Colin, 1974, 800 p.

41 Lemarchand Guy, La Fin du féodalisme dans le pays de Caux. Conjoncture économique et démographique et structure sociale dans une région de grande culture de la crise du xviie siècle à la stabilisation de la Révolution (1640-1795), Paris, CTHS, 1989, 664 p.

42 Cabourdin Guy, Terre et hommes en Lorraine, 1550-1635 : Toulois et comté de Vaudémont, Nancy, université Nancy II, 1977, 2 vol., 764 p.

43 Frêche Georges, op. cit.

44 Merle Louis, La Métairie et l’évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1958, 252 p. ; Péret Jacques, Les Paysans de Gâtine Poitevine au xviiie siècle, La Crèche, Geste Édition, coll. « Pays d’histoire », 1998, 286 p. ; Antoine Annie, Fiefs et Villages du Bas-Maine au xviiie siècle, Mayenne, Éditions régionales de l’Ouest, 1994, 540 p.

45 Jacquart Jean, La Crise rurale en Île-de-France, 1550-1670, Paris, A. Colin, 1974, 800 p.

46 Boehler Jean-Michel, Une Société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1995, 3 vol., 2470 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search