Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés au xviie siècle

 | 
Annie Antoine
, 
Cédric Michon

Première partie. Les groupes sociaux

Chapitre II. Les noblesses en Angleterre, en Espagne et en France

Michel Nassiet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Meyer Jean, La Noblesse française à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, PUF, coll. « Qu (...)

1On ne peut connaître ni comprendre une société sans en connaître les élites. Toute société a une élite sociale et une élite de pouvoir, et les différences entre plusieurs sociétés peuvent, dans une large mesure, être trouvées dans les diverses caractéristiques de leurs élites : dans les relations entre les groupes qui les composent, leur degré d’unité ou de division, leur mode de reproduction et de recrutement, leurs valeurs et leurs tendances religieuses. Sans oublier évidemment que les noblesses constituaient des élites de pouvoir, il ne s’agit pas ici de recommencer l’histoire des rapports entre la noblesse et l’État monarchique1. Il s’agit de les présenter pour contribuer à la compréhension de la société.

Définitions juridiques et conceptions dans les mentalités

2Alors que le mot « noblesse » existe en plusieurs langues dérivées du latin, quelques autres témoignent de réalités particulières et créent des problèmes de définition, hidalguía en Castille et gentry en Angleterre ; on évitera bien des approximations en évitant de les traduire. Le groupe social supérieur était défini par quelques mêmes principes, mais leur prégnance était variable d’un pays à l’autre. Comme souvent mais plus encore pour la noblesse, il est préférable d’en construire une définition non à un moment donné mais de façon dynamique, c’est-à-dire dans le temps et une relativement longue durée.

  • 2 Hidalgos & hidalguía dans l’Espagne des xvie-xviiie siècles. Théories, pratiques et représentation (...)

3Dans toute l’Europe de l’Ouest depuis les xive-xve siècles étaient essentiels les deux critères que des témoins, interrogés en France lors d’enquêtes de noblesse, donnaient pour définir celle-ci : « La noblesse procède de lignée et de bonnes mœurs ou vertus. » « Lignée », c’est-à-dire être né d’une lignée paternelle déjà noble ; « vertu », entendue comme la virtus latine, la vaillance au combat. Lignée et bonnes mœurs se retrouvent dans ce qui était en Castille le texte de référence, Las siete partidas du roi Alphonse le Sage, un ouvrage du xiiie siècle mais qui a fait l’objet d’éditions et de commentaires2 au xvie siècle : « Esta gentileza avian en tres maneras. La una por linaje. La otra por saber. La tercera por bondad de costumbres e de maneras » (2a partida, ley II). Ces expressions laconiques renvoient à la fois à des fonctions sociales, et à des principes de noblesse, c’est-à-dire des types d’origine du statut noble des lignées.

La naissance

  • 3 Schalk Ellery, L’Épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse, 1500-1650, Paris, 1996.

4Un premier principe de noblesse était donc la naissance, le sang, ou, pour le dire avec un concept scientifique, la filiation patrilinéaire. En Castille a dominé très tôt l’idée que la noblesse dérive essentiellement du sang. Alphonse le Sage précise que « fijos d’algo [fils de bien] deven ser escogidos, que venga de derecho linaje, de padre e de abuelo, fasta en el quarto grado aque llaman bisabuelos » (ibid.) ; « fidalguiaes nobleza que viene a los omes por linaje » (Siete partidas…, ley III). (Le mot hidalgo longtemps désigna la noblesse en général). En France, la naissance comme fondement de la noblesse, essentielle dès les derniers siècles du Moyen Âge, a été particulièrement soulignée par les auteurs du dernier tiers du xvie siècle3. La noblesse « immémoriale » était celle des lignages dont le principe de noblesse était assez ancien pour être inconnu (la « noblesse de race » n’était pas autre chose, puisque race signifiait « maison » au sens de lignage) ; elle était donc d’une dignité supérieure à celle des anoblis. Même en Angleterre, la naissance était un principe d’appartenance à l’élite. Les dignités de lord et de chevalier se transmettaient de pères en fils aînés. Quant au mot gentle, apparu en 1316 sous la plume de Chaucer à propos d’une naissance élevée, il vient, comme gentilhomme, de l’ancien français gentil et du latin gentilis qui qualifie ce qui se rapporte au lignage. Aux xvie-xviie siècles, la gentry était définie institutionnellement par le droit de porter des armoiries, qui partout étaient transmises de façon patrilinéaire.

5Or un primat aigu de la naissance comme principe de noblesse avait deux conséquences. En matière de pouvoir, d’abord : si le roi pouvait faire des nobles, il ne pouvait faire des gentilshommes. Le roi d’Angleterre pouvait faire des gentlemen puisqu’il suffisait d’attribuer des armoiries, le roi de France pouvait octroyer la noblesse, mais ni l’un ni l’autre ne pouvait faire que l’anobli eût des ancêtres nobles. C’est seulement à l’apogée de l’absolutisme, sous Louis XIV, que le pouvoir royal a prétendu être le principe de la noblesse. Au niveau social, la conséquence du primat de la naissance comme principe de noblesse, c’est que ce mode de reproduction tendait à en faire un groupe social plus ou moins fermé.

6La transmission d’une supériorité sociale par la naissance donnait une forte conscience de former une lignée, dont résultait le souci de reproduire celle-ci aux générations ultérieures au moins sur un pied d’égalité. Il en résultait partout des pratiques successorales inégalitaires à l’avantage du fils aîné. Dans la France du Nord, pays de droit coutumier dont les prescriptions successorales étaient obligatoires, c’était le droit d’aînesse, une part majoritaire des biens nobles au fils aîné. Dans celle du sud, le droit écrit laissait une liberté entière au testateur. L’inégalité était encore plus intense en Angleterre : « Quand les peres decedent sans tester, les puisnez n’ont rien. De sorte que beaucoup de cadets de bonne maison se mettent a la marchandise, & autres mestiers encore plus vils et honteux », observe l’ambassadeur français Guillaume Du Vair en 1596. En Castille le majorat, créé à la fin du Moyen Âge, était la constitution d’un ensemble de biens « liés », indivisible et inaliénable, c’est-à-dire qu’il ne pouvait être ni vendu ni échangé ni saisi en justice ; il était transmis d’héritier à héritier selon l’ordre de succession fixé par le fondateur, généralement par ordre de primogéniture avec priorité aux mâles.

La reconnaissance sociale

7La vertu et les « bonnes mœurs » étaient l’autre caractéristique de la noblesse. Elles consistaient en fait à assumer ce qui était la fonction sociale de l’ordre, combattre en armes pour défendre la communauté. L’exercice des armes nécessitait de disposer de revenus suffisants pour faire face aux coûts du service, toujours élevés, et donc de disposer d’une propriété foncière. Partout la noblesse était donc aussi une classe de propriétaires fonciers. Corrélativement étaient interdits aux nobles non le travail, comme l’exploitation de leur propre terre, mais les activités considérées comme viles, « le gain vil et sordide ». En France le roi a explicité cette interdiction en 1561 dans l’ordonnance d’Orléans : « Défendons aussi à tous gentilshommes et officiers de justice le fait et trafic de marchandise, et de prendre ou tenir [des] fermes, par eux ou personnes interposées, à peine ausdits gentilshommes d’estre privez des privilèges de noblesse et imposez à la taille » (art. 109). En Castille, en principe aucun métier n’était interdit aux hidalgos, mais Huarte de San Juan écrit en 1575 que « rien n’avilit autant que de gagner son pain en exerçant un métier manuel ». En compensation du service militaire, toujours très coûteux, la noblesse bénéficiait de privilèges, notamment l’exonération du logement des soldats et celle de l’impôt direct là où il existait, en France la taille personnelle, en Castille le servicio. Dans ces deux royaumes, l’importance de ce privilège fiscal est même allée en grandissant à cause de l’augmentation des impôts roturiers, notamment à partir de la décennie 1630. En Angleterre en revanche, les privilèges étaient peu importants et au xviie siècle, la gentry était avant tout une élite foncière.

  • 4 Cité par Sharpe J. A., Early Modern England. A Social History, 1550-1760, Londres, Edward Arnold, (...)
  • 5 Constant Jean-Marie, La Noblesse en liberté, xvie-xviie siècles, Rennes, PUR, 2004, p. 59-60 ; Rug (...)

8Or la capacité d’un chef de famille à « vivre noblement », servir en armes, que celui-ci exprimait par toutes sortes de représentations, le costume, une maison à étage et présentant quelque aspect défensif comme une tour, fût-ce pour une vis d’escalier, pouvait faire l’objet d’une reconnaissance de la part des autres familles nobles alentour. Cette reconnaissance se faisait concrètement par la convivialité quotidienne, car la vie oisive permettait de consacrer beaucoup de temps aux manifestations d’amitié, notamment sous forme de banquets. Abriter ce type de « passe-temps » était une des fonctions de la grande pièce de toute maison noble, la salle, le hall. Ainsi la noblesse pouvait être aussi l’objet d’un consensus social. L’accession de roturiers enrichis à la dignité supérieure s’est développée particulièrement en Angleterre avec l’essor de la gentry ; dès les années 1560 Thomas Smith (De Republica Anglorum) écrit que « to be short, who can live idly and without manual labour, and will bear the port, charge, and countenance of a gentleman, he shall be called master… and shall be taken for a gentleman4 ». En France, ce type de processus s’était épanoui au xvie siècle et existait encore dans la première moitié du xviie. Les bourgeois enrichis achetaient des terres nobles et tâchaient de se faire reconnaître pour nobles : on parle d’anoblissement par agrégation. Aussi la gentry et la noblesse française n’étaient-elles pas si différentes au xvie siècle et jusqu’au milieu du xviie5. L’élite s’auto-régulait elle-même. En Castille comme en France on avait à prouver sa noblesse et celle-ci pouvait être plus ou moins manifeste. Au xviie siècle, le mot hidalguía désignait la sorte de noblesse « la plus modeste mais aussi la plus répandue » ; en 1625, le principal ministre Olivares y distingue les hidalgos solariegos, les hidalgos notorios, enfin « ceux qui ont obtenu le privilège d’être hidalgos ». Les premiers étaient ceux qui possédaient un solar conoscido, une maison connue pour être noble, ou qui étaient issus d’un lignage ayant un solar. Le mot solar, comme maison et house, a un sens extensif : demeure, lignage ; un solar était d’abord un logis ayant quelque aspect de maison forte, comme une tour, et un écu armorié. À l’opposé, la hidalguía par privilège « est d’une qualité médiocre ; on y trouve un peu de tout car beaucoup de ces titres ont été achetés ou acquis d’une façon ou d’une autre », continue Olivares. D’une estime intermédiaire, les hidalgos notorios n’ont pas de solar, mais « on les a toujours tenus et estimés tels. Cette catégorie est beaucoup plus appréciée que celle fondée sur le privilège, mais moins que celle qui possède un solar ». Ainsi la noblesse de cette catégorie était sanctionnée elle aussi par la reconnaissance sociale.

  • 6 Meyer Jean, La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, EHESS, 1985 (1966), p. 29-61 ; Constant, (...)

9Mais en France et en Castille, la noblesse a eu tendance à se fermer. En France, l’anoblissement par agrégation a été interdit par l’ordonnance de Blois (art. 258) en 1579 : « Les roturiers et non nobles achetans fiefs nobles ne seront, pour ce, annoblis. » C’était le début d’un processus de fermeture de la noblesse française, demandée par celle-ci aux états généraux. Un siècle plus tard, dans les années 1666-1673, la monarchie absolutiste a renforcé considérablement cette tendance à la fermeture en faisant procéder dans toutes les provinces à une « réformation de la noblesse » visant à éliminer de celle-ci les usurpateurs. Les familles ont dû présenter des preuves écrites de leur statut privilégié et cette réformation a été une immense entreprise de contrôle social de l’ordre6. En Castille, nous verrons les phénomènes de fermeture au niveau local.

Le pouvoir municipal ou judiciaire

10Par ailleurs, dans certaines régions de l’ouest de la Méditerranée qui étaient beaucoup plus urbanisées, le pouvoir municipal ou le droit de bourgeoisie étaient principe de noblesse. En Catalogne, l’estament militar était la noblesse d’épée et les ciutadans honrats formaient un patriciat, nous y reviendrons. À Perpignan, après la réunion du Roussillon à la France, ces « citoyens honorables » ont été considérés comme nobles. En France une noblesse d’origine municipale a existé aussi de façon relativement marginale avec la noblesse de cloche, du nom de la cloche du beffroi qui servait à convoquer les échevins. C’était un privilège, détenu par une quinzaine de villes, selon lequel l’exercice de leurs charges municipales conférait la noblesse : Paris, Lyon, Toulouse, les autres se situant dans le Centre-Ouest. Ce principe de noblesse était en France l’objet d’un relatif mépris. Le pouvoir royal s’y est attaqué en 1667 ; les charges d’échevin ont cessé d’être anoblissantes, et celle de maire l’est restée au prix d’un allongement des mandats.

  • 7 Autrand Françoise, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du parlement de Paris, 1345-1454(...)
  • 8 Descimon Robert et Jouhaud Christian, La France du premier xviie siècle, 1594-1661, Paris, Belin, (...)

11Alors qu’en Angleterre une charge administrative, même importante, ne procurait pas la noblesse, en France le pouvoir judiciaire et le service du roi sont devenus de plus en plus considérés au point d’anoblir. La charge de secrétaire du roi était anoblissante depuis des lettres patentes de 1484, confirmées par la déclaration de Blois de 1577. Après vingt ans d’exercice ou la mort en charge, cette noblesse devenait héréditaire ; on a appelé cette charge la « savonnette à vilains », une sorte de pierre philosophale transmutant la vile richesse en noblesse. Extrêmement estimées, en revanche, ont été très tôt les charges du parlement de Paris. Dès la fin du xve siècle, la dignité du service du roi y était si considérée qu’être conseiller au Parlement était devenu, à côté de l’épée, une façon de vivre noblement7. L’extension de cette conception à d’autres cours souveraines a donné naissance à la noblesse de robe à la fin du xvie siècle, même si l’expression apparaît en 1602 dans l’arrêt sur les tailles de Dauphiné, puis dans l’index de l’édition de 1607 des Recherches de la France d’Étienne Pasquier. Ce n’est pas le groupe supérieur exerçant des charges publiques, mais le sous-ensemble de la noblesse ayant été anobli par l’exercice de charges. Le principe en a été précisé juridiquement dès 1600 par l’édit sur les tailles : l’exercice d’une charge anoblissante pendant vingt ans et deux générations, ou bien la mort en charge, confèrent la noblesse héréditaire. Les offices concernés étaient ceux du Grand Conseil, des maîtres des requêtes de l’Hôtel, des parlements, des chambres des comptes, des cours des aides, des cours des monnaies, des bureaux de finances. Comme la vénalité des offices était devenue légale, le caractère anoblissant des charges supérieures n’a pas été pour rien dans la fantastique inflation8 de la valeur des offices depuis la fin du xvie siècle jusqu’à l’édit qui leur a fixé des maxima en 1665. La coexistence d’une noblesse de robe et d’une noblesse d’épée donnait lieu à des supputations sur leur rang hiérarchique qui ont fait naguère les délices des historiens français.

12Ayant conscience de leur supériorité sociale, les noblesses de toutes sortes cultivaient évidemment l’honneur comme valeur première. La pratique du duel, qui sert d’abord à défendre son honneur, a été en vogue dans les trois monarchies, spécialement dans la première moitié du siècle. Cependant cette valorisation de l’honneur n’était pas propre aux noblesses ; « les humbles aussi » considéraient avoir un honneur et se battaient pour le défendre.

Hiérarchies

13La noblesse était plus une société qu’une communauté, malgré la revendication d’égalité exprimée dans quelques assemblées de noblesse en France. Les inégalités étaient considérables, en dignité et en revenus. Tout le xviie siècle a porté une attention extrême aux dignités et à leurs hiérarchies.

14L’existence de titres d’honneur est une caractéristique des sociétés liées à une monarchie. Ils constituent un frein à l’ascension sociale, mais peuvent aussi en être une reconnaissance officielle. Certains titres étaient personnels (en France et en Angleterre ceux de chevalier et d’écuyer), d’autres titres étaient attachés à des seigneuries, qui étaient les mêmes en Europe car ils remontaient aux temps carolingiens. Le titre de duc était le plus élevé, mais il n’y avait pas une hiérarchie stricte ni absolue entre les autres (comte, vicomte, et plus récemment marquis, d’origine germanique). Dans les trois couronnes le roi élevait à une dignité supérieure qui il voulait récompenser, ce qui a impulsé une « inflation des honneurs ». Ainsi le roi de France élevait une seigneurie à une dignité supérieure quand il voulait gratifier celui qui la tenait.

L’aristocratie

Trois strates analogues

15Dans chacune des trois monarchies, une dignité supérieure était instituée formellement. Ses membres avaient des privilèges honorifiques, ils possédaient des fortunes foncières immenses, et les charges les plus élevées des armées et de la diplomatie leur étaient réservées.

16En Angleterre, la nobility se composait des pairs et, à partir de 1613, des baronnets. Les lords, ou peers, étaient définis institutionnellement du fait qu’ils siégeaient dans la première des deux chambres du Parlement. Depuis Édouard III la Chambre Haute (Chambre des lords depuis Henri VIII) était composée des hauts dignitaires ecclésiastiques et des barons. Ceux-ci étaient les lords temporels, les pairs du royaume, et formaient le peerage. Ils constituaient une aristocratie titrée (duc, marquis, comte, vicomte, baron) et jouissaient de privilèges honorifiques, comme des costumes solennels. Le droit de siéger à la Chambre des lords était considérable puisqu’il constituait leur groupe en corps politique et lui donnait une possibilité d’expression et un pouvoir dont la noblesse française était dépourvu du fait de l’absence d’une assemblée institutionnelle et de la rareté des états généraux. C’était le roi qui conférait le droit de siéger à la Chambre des lords. Le titre de pair était héréditaire et passait au fils aîné, tandis que ses cadets étaient considérés comme des gentlemen.

17En France, la première dignité du royaume était celle des ducs et pairs (ducs surtout mais il existait quelques comtes-pairs), aux prééminences desquels (les honneurs du Louvre, le fameux tabouret des duchesses) Saint-Simon accordait une attention pointilleuse. En Espagne c’était la grandesse, qui donnait le droit de parler au roi en restant couvert. On y évalue les revenus de l’aristocratie en 1616 à cinq millions de ducats, représentant le tiers des revenus de la monarchie de Castille. Le caractère analogue des ducs et pairs et des grands d’Espagne a été manifesté par Louis XIV et son petit-fils quand ce dernier est monté sur le trône d’Espagne : en vue de rencontres de grands d’Espagne et de ducs français dans l’un et l’autre royaume, ils convinrent de considérer égales les deux dignités, ce qui n’inspire pas moins d’une centaine de pages de commentaires savants à Saint-Simon.

18Dans les trois monarchies c’était le roi qui élevait à cette dignité et qui a donc été à l’origine d’un accroissement numérique important, surtout en Angleterre et en Espagne où le roi en monnayait l’érection. Philippe IV a créé en 1640 dix Grands moyennant par chacun la levée de 4 000 soldats d’infanterie ou un don de 20 000 ducats. Jacques Ier et Charles Ier ont doublé le nombre des pairs anglais pour récompenser leurs principaux officiers et parce que chaque élévation à la pairie rapportait à la monarchie de 4 000 à 10 000 £. L’ouverture de l’aristocratie anglaise à de grandes fortunes explique les différences de mentalités économiques avec la haute noblesse française. Mais cette pratique des premiers Stuarts a créé une inflation des honneurs qui les a dépréciés, ce qui a été une des causes de la « crise de confiance » ressentie alors par l’aristocratie.

Tableau 1. – Effectifs de l’aristocratie dans les trois pays (Dewald Jonathan, The European Nobility, 1400-1800, Cambridge University Press, 1996, p. 27).

Tableau 1. – Effectifs de l’aristocratie dans les trois pays (Dewald Jonathan, The European Nobility, 1400-1800, Cambridge University Press, 1996, p. 27).

Au péril de la conjoncture

19Une « crise de confiance » a été diagnostiquée à propos de l’aristocratie anglaise et de la noblesse française à la fin du xvie et durant la première moitié du xviie siècle. On s’est demandé d’abord dans quelle mesure elle a été une crise des revenus. Alors que les classes dont la rente foncière est le principal revenu sont concernées au premier chef par l’évolution des prix céréaliers, la conjoncture de l’Europe de l’Ouest, sensiblement la même avec des écarts de chronologie, a consisté en une forte inflation des prix au xvie siècle, puis en une stagnation des prix-argent, en Espagne dès 1600 environ, en France et en Angleterre à partir du milieu du xviie siècle. Or l’inflation était de nature à anéantir celles des rentes seigneuriales qui étaient fixes et libellées en argent. Et si l’aristocratie avait des revenus considérables, ses dépenses ne l’étaient pas moins : elle devait manifester sa supériorité sociale par une ostentation dans tous les domaines (soieries puis dentelles, mode de l’architecture classique) et par une grande libéralité auprès de ses clients.

  • 9 Labatut Jean-Pierre, Les Ducs et pairs de France au xviie siècle, Paris, PUF, 1972.

20En France, les propriétaires ont réussi à élever la rente foncière au-dessus de la hausse des prix, et la conjoncture de la première moitié du xviie siècle leur a été favorable. Les ducs avaient une assise foncière répartie souvent dans plusieurs provinces ; la fortune des ducs n’ayant pas le titre de princes était de l’ordre de 900 000 livres au moment de leur contrat de mariage, et de 2 à 5 millions au moment de leur mort9. Mais du fait de leurs dépenses, les Grands avaient un besoin pressant des dons et des pensions que leur accordait le roi. Aussi en 1614 la réduction des pensions royales due à l’épuisement du « trésor » de Sully motiva une première prise d’armes. Puis le besoin des Grands d’orienter à leur profit la distribution des pensions et des charges royales monopolisées par les deux principaux ministres successifs a été un motif essentiel de toutes les rébellions aristocratiques contre ceux-ci, jusqu’à la Fronde des princes inclusivement. En Castille en revanche il n’y eut pas de conflit majeur entre la monarchie et l’aristocratie parce que le principal ministre était choisi au sein de celle-ci. Mais si l’aristocratie française avait besoin des pensions du roi, c’était elle aussi notamment qui prêtait à la monarchie les fonds considérables dont celle-ci avait besoin pour financer une guerre interminable. L’État absolutiste et l’aristocratie étant intimement liés, il n’est pas tout à fait étonnant que Louis XIV ait pu « domestiquer » la noblesse de cour à Versailles. Ce processus a contribué à faire de l’opposition entre noblesse de cour et noblesse provinciale le clivage premier au sein de la noblesse française.

21En Angleterre, l’aristocratie est passée d’une « crise » financière sous Élisabeth à une crise politique qui a culminé en 1649 : le 6 février, une semaine après l’exécution du roi, le Rump Parliament a décidé l’abolition de la Chambre des pairs, jugée inutile et dangereuse. C’est seulement au terme d’une interruption de onze ans que le Convention Parliament a restauré à la fois la monarchie et la Chambre des lords. On comprend que le souci d’expliquer la Révolution ait orienté une bonne partie de l’historiographie anglaise du xxe siècle.

  • 10 Stone Lawrence, The Crisis of the Aristocracy, 1558-1641, Oxford, Clarendon Press, 1965 ; abridged (...)

22Les lords n’étaient pas des « féodaux » ; leurs liens avec leurs clients étaient des liens personnels, et avec leurs tenanciers, le caractère féodal de leurs liens se limitait au renforcement intermittent de taxes obsolètes. La gestion de leurs domaines était aussi moderne que pouvait le permettre une conception paternaliste des rapports avec les tenanciers. Leur intérêt pour les entreprises commerciales ou industrielles était plus aigu que celui des marchands. Les nobles qui fréquentaient la cour pouvaient y acheter des actions, profiter des monopoles, exploiter les fermes d’impôts et de douanes, profiter de l’administration des propriétés de catholiques. Mais à la fin du xvie siècle la hausse séculaire des prix a frappé les propriétaires pratiquant des baux à long terme. Les dépenses ont été accrues par les études des fils, de plus en plus souvent accomplies dans les grandes universités. L’endettement est devenu la règle et des familles ont vendu des domaines : les lignées ayant survécu pendant toute la période ont perdu un quart de leurs biens fonciers entre 1558 et 1602, et encore un cinquième entre cette date et 1641. Cette crise a été progressivement surmontée à partir du début du xviie siècle mais, en 1641, 57 des 121 pairs restaient endettés. Les deux premiers Stuarts ont comblé les lords de pensions et d’avantages divers. Les gestionnaires des domaines ont renoncé aux baux à long terme et amélioré leur administration. Ils ont accru les rentes et les amendes, ce qui a aliéné aux lords les vieux liens personnels d’allégeance. La crise des revenus a diminué leur capacité à mobiliser de petites armées, avant que la politique de paix des Stuarts fasse disparaître l’occasion d’en rassembler. Les lords ont perdu beaucoup de leur prestige et de leur influence, notamment sur les élections dans les comtés. Il y a eu là une crise de confiance, à la suite de laquelle ils se sont divisés dans la guerre civile : certains ont rejoint les forces parlementaires, beaucoup plus ont été royalistes, et d’autres plus nombreux encore ont été neutres ou ont changé de camp. Cet affaiblissement de l’aristocratie n’a pas causé la guerre civile, mais en a créé les conditions10. Mais après la Restauration, la répartition de la propriété différait peu de celle d’avant 1640, et l’aristocratie a rétabli son assise foncière.

Les titrés et les autres

La landed gentry

  • 11 Cooper Nicholas, Houses of the gentry, 1480-1680, New Haven/Londres, Yale University Press, 1999, (...)

23En Angleterre, la noblesse ne se définissait pas par ses privilèges, car elle en avait moins « et de plus petits que celle d’aucun autre royaume », écrit Chamberleyne en 1669, et il n’y avait pas de nette séparation entre la gentry et les paysans propriétaires (les yeomen). Cependant elle avait encore au xviie siècle une définition institutionnelle : c’était l’ensemble des porteurs d’armoiries (armigerous). Dans pratiquement toute l’Europe, souvent dès le xiiie siècle, les lignages nobles ou patriciens avaient adopté les armoiries comme un signe visuel qui les désignait tout autant que leur nom. En France, les familles roturières en mal d’anoblissement en arboraient, d’ailleurs à bon droit, et l’ordonnance d’Orléans de 1561 (article 110) condamne à l’amende à la fois ceux qui « usurperont… le nom et titre de noblesse » et « prendront ou porteront armoiries timbrées », ce qui a fait des armoiries timbrées, c’est-à-dire dont l’écu est surmonté d’un timbre, un signe de noblesse. Le port des armoiries participait d’une pratique concrète d’ostentation. Dans les églises, les plaques tumulaires, en cuivre, montrent les couples de gentlemen avec leurs armoiries. Le tableau représentant la famille de Sir Henry Tichborne en train de faire solennellement l’aumône, vers 1670, montre à l’arrière-plan le manoir avec un logis-porche surmonté d’une tour sur laquelle sont peintes des armoiries de grandes dimensions11. En Angleterre existait dès le xve siècle un collège de hérauts et ceux-ci effectuèrent de 1530 à 1686 des « visitations » officielles, environ une fois par génération, pour contrôler le droit de ceux qui portaient des armoiries et déceler les usurpations. Les hérauts rejetaient bien des demandes, mais leurs visites étaient trop intermittentes et au gré du hasard pour être un obstacle réel. Ainsi la gentry réunissait ceux qui avaient le droit de porter des armoiries, et ceux qui avaient les moyens d’en arborer et d’en obtenir la reconnaissance, moins souvent lors d’une visitation que par le consensus du voisinage.

24Les chevaliers et les écuyers formaient une upper gentry. Alors que les Tudors n’avaient pas augmenté leur nombre, Jacques Ier a dû faire face à une demande irrésistible de titres. On comptait 1 161 chevaliers en 1604, dont 78 % étaient tout récents car ils venaient d’être adoubés par Jacques Ier à la suite de son avènement. Les titres de chevalier furent mis en vente. Puis pour combler le fossé entre la pairie et la simple chevalerie, mais aussi le vendre, le roi créa en 1611 le titre de baronnet. À partir de 1618 la vente de titres de baronnet fut confiée à des intermédiaires et il y eut un marché du titre, qui se déprécia très vite ; au lieu des 1095 £ envisagées d’abord, il tomba à 700 £ en 1619 et 220 en 1622. Au même moment, le nombre de pairs a doublé en vingt-cinq ans. Cette évolution rapide et sans guère de précédent a contribué à l'« inflation des honneurs ».

25La upper-gentry formait, avec la nobility des lords et des baronnets, l’élite foncière qui détenait le pouvoir, en tout 2 000 familles environ après 1660. Cette position impliquait de posséder une country house assez vaste avec une salle d’apparat pour recevoir ses clients. La haute gentry jouait un rôle important dans l’administration des comtés. Le pouvoir central y recrutait les high sheriffs ainsi que les deputy-lieutenants qui étaient chargés, sous les ordres du Lord Lieutenant, d’organiser la milice comtale ; ils étaient membres de la commission des juges de paix. En revanche l’emploi dans l’armée n’était pas très important car l’Angleterre avait une armée permanente réduite, protégée qu’elle est par son insularité ; les charges d’officiers dans l’armée ne pouvaient occuper qu’une part très minoritaire. Cette couche supérieure se distinguait de la masse de la gentry par sa fortune et son train de vie.

A « The Great Hall » ;
B « The Dining Parlor for entertainment of strangers » ;
C « An inward closet… for the Mistresses use, for necessaries » ;
D « A strangers lodging within the Parlor » ;
E « A stair-case into the Goodman’s roomes (sic) over the Kitchen and Buttery » ;
G « The Skreene in the hall » ;
H « An inward cellar… which may serve for a larder » ;
I « The Buttery » ;
K « The Kitchen » ;
L « The Dairy House » ;
M « The Milke House ».
A plain man’s country house (Markham Gervase, The English Husbandman, 1613).

26De nombreuses maisons de la lesser gentry avaient un plan ressemblant de très près à celui-ci.

Diversités espagnoles

27L’Espagne présentait de grandes différences entre Castille et Aragon, et dans ce dernier royaume, les magnats, les nobles et les chevaliers siégeaient dans le « bras militaire » des Cortes, tandis que les « citoyens honorables » étaient de riches citadins vivant noblement. En Castille, les caballeros devaient au roi un service militaire de cavalier, nécessitant une certaine fortune, ce qui délimitait une moyenne noblesse. Mais l’ensemble de la noblesse constituait 10 % de la population, dont les neuf-dixièmes formaient une toute petite noblesse non titrée. Il n’est pas étonnant qu’il y en eût « beaucoup » de « pauvres » comme l’observe Juan de Mora dès 1589. Au Siècle d’or et jusqu’au ingenioso Hidalgo de la Mancha de Cervantès (1604-1614), le hidalgo sans fortune était devenu un type littéraire dont on ridiculisait l’excessive fierté. On a ainsi associé hidalguía à pauvreté. Or la nécessité d’une certaine fortune pour tenir son rang était évidente, et certains auteurs en arrivèrent à penser qu’un hidalgo pauvre n’était plus un vrai noble.

28Les hidalgos, acceptant de servir à pied, avaient l’habitude de servir dans l’infanterie d’élite que formaient les tercios et ont joué un rôle important dans les guerres du xvie siècle, mais une désaffection des carrières militaires a eu lieu au début du xviie siècle à cause des années de paix (1609-1621) et à cause de la pauvreté grandissante. C’était les caballeros qu’Olivares voulait encourager à servir dans l’armée. Dans la seconde moitié du xviie siècle, ils ont eu le quasi monopole des grades d’officiers.

En France : épée et robe

  • 12 Constant, op. cit., p. 83-101 et p. 63, 116 ; Bourquin Laurent, Noblesse seconde et pouvoir en Cha (...)

29La toute petite noblesse très nombreuse de Castille n’avait d’équivalent ni en Angleterre ni en France. En France, au-dessous de celui de duc, les titres n’étaient pas déterminants dans la hiérarchie. Louis XIV élevait ses ministres à celui de marquis, mais tolérait qu’on prît un titre de complaisance. Au-dessous des ducs il n’y avait donc pas de discontinuité dans la noblesse française, depuis les comtes et les marquis jusqu’aux simples écuyers. Quant à la « noblesse seconde », c’est un concept d’analyse politique ; Jean-Marie Constant12 la définit en effet comme l’ensemble des familles de moyenne noblesse des provinces qui y avaient assez d’influence locale pour servir de relais au prince et mettre leurs clients au service de ce dernier.

  • 13 Billacois François, « La crise de la noblesse européenne (1550-1650), une mise au point », Revue d (...)
  • 14 Bluche François, Les Magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle, Economica, 1986 (1961) ; M (...)
  • 15 Bluche François et Solnon Jean-François, La Véritable Hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le (...)

30Au tournant des xvie et xviie siècles, c’est surtout une « crise de confiance », ou « crise de conscience », selon l’heureuse expression de François Billacois13, qu’a connue la noblesse française. Cette crise s’exprima à partir des États généraux de 1560, et encore lors de ceux de 1614 avec la revendication nobiliaire de suppression de la vénalité des offices, que leur enchérissement rendait difficilement accessibles, même à la moyenne noblesse. L’existence de la noblesse de robe pose la question des rapports entre celle-ci et la noblesse d’épée. Roland Mousnier et François Bluche14 se sont demandés si elles sont restées séparées ou si elles ont tissé des liens, et si l’épée a maintenu l’idée de sa supériorité. Il faut d’abord éviter de confondre la noblesse de robe avec la robe en général. L’épée et la robe sont des professions, non des groupes sociaux. La noblesse de robe était l’ensemble des lignées anoblies par l’exercice d’un office anoblissant. La nécessité de distinctions précises est montrée par le cas des Voyer d’Argenson qui étaient conseillers au parlement de Paris mais étaient de noblesse ancienne sans être immémoriale puisqu’ils avaient été anoblis par lettres en 1375. Noblesses de d’épée et de robe ont conclu des alliances matrimoniales, et certaines familles plaçaient des fils et dans l’armée et dans les offices, ce qui tendait à une fusion. Mais c’était surtout les nobles d’épée qui épousaient des filles de robe dont ils convoitaient les riches dots. Des lignages de robe ont établi des cadets dans des carrières militaires, comme les Gassion, et certains tendaient à rejoindre l’épée, mais l’inverse ne s’observe pas aux strates supérieures, ce qui montre que la fonction militaire a toujours gardé un prestige éminent. Encore en 1695, dans le tarif de la capitation dressé pour déterminer l’impôt payable par les chefs de famille, il s’avère que chacune des vingt-deux classes comportait une hiérarchie de trois strates fonctionnelles, les guerriers, puis les administrateurs, enfin les producteurs de richesse15. Perdurait donc la vieille conception selon laquelle l’exercice des armes était le plus honorable.

  • 16 Nassiet Michel, Noblesse et pauvreté. La petite Noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècles, Rennes, (...)

31Les différences de revenus étaient abyssales entre les plus riches et la couche inférieure. Une « plèbe nobiliaire », selon l’expression de Jean Meyer, possédait des terres dont la rente foncière n’était que de quelques centaines de livres tournois et qui devait les exploiter elle-même, notamment en Basse-Normandie et sur le littoral septentrional de la Bretagne16. Il ne s’agissait pas de familles appauvries, et il ne faut pas confondre l’appauvrissement, qui est une dynamique, possible à tous les niveaux, et la pauvreté, qui est un état. Dans ces régions il s’agissait d’une strate qui existait depuis des siècles et réussissait à se reproduire, mais qui confinait à la paysannerie aisée et dont les familles n’avait guère de moyens de manifester, par quelque spécificité, la supériorité qui caractérise la noblesse. Cependant même en Bretagne et en Normandie, cette plèbe nobiliaire n’atteignait jamais, et de loin, les effectifs de la hidalguía. Dans la littérature du xviie siècle, c’est la noblesse provinciale et rurale qui a été distinguée de la noblesse de cour et tournée en ridicule (Monsieur de Pourceaugnac) par le théâtre et la satire. C’est qu’il lui manquait souvent encore l’éducation dispensée désormais par les collèges, et les bonnes manières auxquelles on reconnaissait un « homme de goût ».

32La hiérarchie des fortunes était déterminante sur les possibilités d’exercice du service armé. Encore sous Henri IV, l’ensemble des emplois militaires offerts par le roi ne pouvait occuper qu’une minorité de la noblesse du royaume. L’institution par laquelle l’ensemble des nobles pouvait exercer effectivement le service des armes restait en principe le ban et l’arrièreban, c’est-à-dire le vieux service militaire féodal monopolisé par le souverain. Mais en comparaison de l’armée permanente et soldée, l’efficacité opérationnelle de cette institution ne pouvait qu’être inférieure. Il n’a plus été convoqué que de façon épisodique, en 1636, 1674, 1693. Quant aux emplois soldés de l’armée permanente, les nobles français avaient l’habitude de fournir non seulement les cadres, mais aussi les hommes de la cavalerie lourde, les compagnies d’ordonnance. En revanche ils méprisaient le service à pied, sauf les Gascons, ces derniers se rapprochant ainsi des hidalgos de Castille ; aussi, depuis la création d’une infanterie permanente au cours du dernier tiers du xvie siècle, la petite noblesse en fournit-elle seulement les officiers. L’augmentation des effectifs à partir de 1630, puis surtout l’instauration d’une discipline rigoureuse, ont achevé de dégoûter les nobles du rang de simple soldat. Mais la noblesse a répondu à l’augmentation de l’offre des emplois d’officiers. La noblesse moyenne a fourni les officiers de la cavalerie et de la marine, car elle avait les moyens d’en assumer les coûts dispendieux, et la petite noblesse a fourni la plupart de ceux de l’infanterie, dont le service était déjà coûteux. C’étaient surtout les noblesses des provinces frontalières qui fournissaient ces hommes, la Picardie, la Champagne, la Gascogne. Les familles de moyenne noblesse de Bourgogne mettaient souvent plusieurs frères au service. La mortalité au combat n’était pas très élevée par rapport aux effectifs des unités, mais était très lourde eu égard à ceux des familles. Quelques nobles pauvres ont encore servi comme soldats, dont ils formaient 1 % de l’effectif en 1716. La très petite noblesse a surtout pu occuper les emplois d’officiers de milice à partir de la création de celle-ci en 1688. Dans l’ensemble, l’accroissement de l’armée sous Louis XIV a conduit à une militarisation accrue de la noblesse française.

Effectifs et peuplement

33Ce qui compose une population surtout, c’est généralement moins sa strate supérieure que les couches moyennes et inférieures. Pour la noblesse aussi, le peuplement et l’évolution des effectifs, c’est-à-dire les variations dans l’espace et le temps, sont le fait surtout des couches petites et moyennes plus que de l’aristocratie. En la matière, les élites des trois monarchies présentent des spécificités historiquement significatives. En Castille, la noblesse formait 10 % de la population, beaucoup plus donc qu’en France (sensiblement 1 % en 1700) et que la gentry. À la fin du siècle, Gregory King évalue le nombre des nobles et des gentlemen à 16 500 ménages, soit 1,6 % de la population. En Castille, les variations du peuplement étaient extrêmement accusées entre deux grands espaces et la concentration urbaine était élevée. En France, le peuplement présentait des variations modérées dans l’espace et la concentration urbaine était faible. En Angleterre, la variation prépondérante a été une évolution : c’est l’ascension de la gentry.

En France, des variations régionales

  • 17 Nassiet Michel, « Les effectifs de la noblesse en France sous l’Ancien Régime », Noblesse français (...)

34En France, une évaluation partielle des effectifs nobiliaires peut être fondée sur la capitation17, le nouvel impôt direct créé en 1695, que l’État monarchique a été capable d’imposer aux familles nobles. Les chiffres ne comprennent pas les officiers qui étaient capités à part. Le peuplement nobiliaire se différenciait selon des gradients géographiques, et notamment selon la distance à la mer. Il était le plus dense sur tout le littoral de la Manche, depuis le Boulonnais au nord jusqu’au Léon (plus de 0,7 hab./km2 en 1700), et surtout en Basse-Normandie (plus de 1,4) et dans l’évêché de Saint-Brieuc. Un double ensemble de densités encore relativement élevées était, d’une part, le littoral atlantique, depuis Quimper jusqu’au Bordelais, prolongé par les grandes vallées, celles de la Loire, de la Dordogne et de la Garonne jusqu’au pays toulousain, d’autre part le Languedoc, notamment au bord de la Méditerranée. C’est que la proximité de la mer et les grandes vallées offraient diverses facilités, comme l’exportation des grains. Une troisième tendance consiste en un phénomène de continentalisation, avec des densités moindres dans l’intérieur du pays ; le sud de la généralité de Paris, la Champagne, la Bourgogne et la Haute Alsace étaient aussi des pays de densités faibles, et même un terroir fertile comme la Beauce. Enfin certains pays étaient presque vides de nobles à cause de conditions naturelles difficiles, comme les terroirs stériles de sols sablonneux (Landes, Sologne) ou perméables (Champagne pouilleuse), ou couverts de vastes forêts comme l’Argonne, ainsi que certaines montagnes frontalières, Alpes et Jura. Somme toute, cette géographie n’est pas fondamentalement différente de celle de l’ensemble de la population. Sans oublier que tous les nobles n’étaient pas des seigneurs, il faut songer aussi que les variations du peuplement doivent être reliées aux modalités du régime seigneurial. En Béarn enfin, la densité relativement forte semble renvoyer à une définition spécifique de la noblesse, car cette province n’appartenait pas au domaine royal à l’époque de l’ordonnance interdisant l’anoblissement par les fiefs.

35Cette variation des densités avait des conséquences sur la vie de relations. En Bretagne chaque paroisse comptait plusieurs seigneuries et un nombre plus élevé encore de gentilshommes ; ceux-ci se rencontraient fréquemment et souvent de façon conflictuelle, notamment parce qu’ils entraient en compétition pour les prééminences honorifiques dans l’église paroissiale. Ce n’est pas par hasard que plusieurs auteurs d’ouvrages sur le duel sont des Bretons. Par ailleurs, les relations avec les paysans étaient fréquentes et familières. Lors de la révolte des Bonnets rouges en 1675, un de leurs textes revendicatifs montre que les paysans considéraient les nobles comme membres à part entière de la communauté. En revanche, dans les provinces de densité nobiliaire moyenne, dans beaucoup de paroisses rurales il n’y avait pas de nobles, et quand il y en avait, ils étaient au nombre de deux, trois ou quatre. Dans beaucoup de paroisses rurales, il n’y avait donc aucun encadrement de la population par la noblesse.

36On peut ainsi esquisser une typologie des noblesses régionales en conjuguant plusieurs critères : la densité de population, la proportion de noblesse petite ou pauvre, le niveau d’urbanisation, la vocation militaire. Les noblesses de Normandie et de Bretagne avaient en commun trois caractères qui étaient liés : les densités les plus élevées, une forte proportion de noblesse pauvre, et enfin c’étaient elles qui établissaient le moins d’hommes comme officiers militaires, notamment parce que beaucoup de familles ne pouvaient pas faire face aux coûts du service, sauf comme officier de milice. La noblesse bretonne était un peu moins nombreuse que la noblesse normande, et, cependant, encore plus rurale. Elle était moins intégrée que d’autres aux institutions monarchiques, l’armée, la cour, enfin l’école de Saint-Cyr fondée en 1686 pour accueillir les filles non de la noblesse pauvre mais les filles de militaires. À l’inverse, les noblesses des provinces de l’Est avaient des densités assez faibles, mais établissaient de fortes proportions d’hommes comme officiers dans l’armée.

En Castille, un peuplement très contrasté

  • 18 Molinié-Bertrand Annie, « Les « hidalgos » dans le royaume de Castille à la fin du xvie siècle », (...)

37En Castille, le registre dressé à l’occasion de la répartition des Millones en 1591 dénombre les roturiers et les foyers exempts de l’impôt, les nobles et les clercs. A. Molinié-Bertrand18 compte 134 223 foyers nobles, environ 600 000 individus, et 10,2 % de la population. Cette proportion très élevée, qui ne se retrouve que dans d’autres périphéries de l’Europe, comme la Pologne, était un héritage de la Reconquista médiévale. La répartition géographique est très significative. 62,3 % des nobles de Castille se trouvaient dans les deux provinces de Burgos et de León ! Ils étaient infiniment moins nombreux dans les vastes espaces du Centre et du Sud où, dans de nombreux villages, il n’y en avait aucun. Il en résulte que dans ce Nord cantabrique relativement exigu, leur proportion dans la population était supérieure à 10 %, et qu’ils étaient surtout des ruraux, en pays d’habitat dispersé, des hidalgos-labradores qui exploitaient leur terre. La pauvreté de beaucoup de familles de cette région est exprimée par des formules de l’époque, comme : « Espinosa de los Monteros, muchas torres y pocos dineros » ; les 531 feux de ce village de la province de Burgos étaient 524 familles hidalgas et 7 clérigos, c’est-à-dire qu’il n’y avait aucun roturier, de même que dans la vallée du Mena. On en dit d’ailleurs autant dans le Pays basque français. Dans les provinces basques espagnoles, des municipalités réservaient même l’accès des charges et des conseils à la noblesse. Cette densité particulière est le résultat du lien historique, que soulignent tous les théoriciens de l’époque, entre la Reconquista et l’hidalguía. Les montagnes du Nord-Ouest, de la Navarre à la Galice, étaient restées un espace inviolé lors de la conquête maure, c’était leurs habitants qui avaient entamé la reconquête dont est née l’hidalguía. Puis les nobles avaient migré vers la Vieille et la Nouvelle-Castille, mais « les plus grandes familles sont originaires de la Montaña » (Santander), écrit encore Olivares. Le Nord cantabrique était donc le berceau historique de la hidalguía la plus antique et une casa solar était censée s’y trouver. Aussi la meilleure façon de prouver sa noblesse était de montrer qu’on descendait d’un lignage montañes.

Tableau 2. – La population noble du nord de la Castille en 1591 (Molinie-Bertrand, 1974, op. cit., p. 67).

Tableau 2. – La population noble du nord de la Castille en 1591 (Molinie-Bertrand, 1974, op. cit., p. 67).

La « montée » de la gentry

  • 19 Tawney R. H., « The Rise of the Gentry, 1558-1640 », Economic History Review, 9 (1941), p. 1-38.

38Tawney19, écrivant, dans un article célèbre selon un point de vue néo-marxiste, voulait montrer que la Guerre Civile était le produit de forces sociales nouvelles. Etant donné la faiblesse alors de la bourgeoisie marchande, il en attribua le « rôle historique » à une gentry qu’il dépeint comme une classe progressive. Les éléments les plus dynamiques auraient été les gentlemen les plus récemment intégrés à partir du négoce et du droit et impulsant une agriculture capitaliste. Cette théorie quelque peu téléologique n’a guère été confirmée par les travaux plus récents, et on ne pense plus que la dynamique socio-politique relève d’une seule cause, mais l’article de Tawney a lancé une direction de recherche féconde.

  • 20 ruggiu, op. cit., p. 54-55.
  • 21 Cliffe J. T., The Yorkshire Gentry, from the Reformation to the Civil War, Londres, The Athlone Pr (...)

39La montée de la gentry n’est pas seulement un corollaire de l’affaiblissement momentané de l’aristocratie. Le transfert de propriété foncière entre 1534 et 1650 est évalué au tiers de la surface du sol. Or les effectifs de la gentry ont augmenté plus encore que son emprise foncière. Les changements rapides dans la propriété foncière produisirent un torrent sans précédent de prétentions au port d’armoiries et une augmentation considérable des effectifs de la gentry. On connaît des ascensions de lignées très analogues20 à l’anoblissement par agrégation en France entre 1550 et 1650. Cette hausse a été plus spécialement rapide entre 1570 et 1620, au moment où la rente foncière a été la plus profitable, qui est aussi le principal moment de construction de country houses. Considérons à titre d’exemple le cas du Yorkshire21 avec l’une des meilleures monographies consacrées à ce sujet.

40La gentry y a augmenté de 557 familles en 1558 à 679 en 1642 ; les hommes nouveaux sont venus non seulement des professions juridiques et du négoce mais aussi de la paysannerie propriétaire aisée. Dans la conjoncture d’inflation des prix, les propriétaires fonciers ont réussi à accroître leurs revenus. Comme en France ils ont augmenté les fermages. Ils ont converti les copyholders (tenanciers coutumiers) en fermiers liés par des baux très courts. Ils ont accru la productivité agricole en recourant aux enclosures et en exploitant les communaux. Ils ont partagé avec la nobility l’industrie du fer, et c’est la gentry surtout qui dans le Yorkshire a développé l’extraction du charbon. Sur le marché foncier, très dynamique en Angleterre, environ deux cinquièmes des familles du Yorkshire ont réussi à accroître leur patrimoine. Elles appartenaient en fait à la catégorie la plus aisée. En revanche les chances d’ascension de la petite gentry étaient très limitées. Sur l’ensemble de la période, 41 % des familles étudiées ont dû faire face à des difficultés financières. 9 % des familles ont même perdu leur domaine dans sa totalité, mais généralement pour des causes extra-économiques, comme les « amendes de composition » qui frappaient les catholiques « recusants ». Pendant la guerre civile, en laissant de côté les 35 % de neutres, les familles qui se divisèrent et celles qui changèrent de camp, il reste 36 % de royalistes et 19 % de parlementaires. Les deux camps ne présentent pas de différences socioéconomiques nettes et incluent aussi bien des rentiers que des squires dynamiques, des membres du négoce et des professions libérales, des familles en essor et des familles déclinantes. Les choix ont ressorti à des motifs divers : voisinage, parenté, fidélité à des acteurs locaux engagés.

Population urbaine et pouvoir municipal

41La résidence en ville est importante quant aux modes de vie et aux pouvoirs locaux. Participer à leur exercice était même une condition indispensable pour intégrer les élites urbaines, voire une voie d’anoblissement. Une différence fondamentale opposait les noblesses espagnoles à celle de France et à la landed gentry : non seulement l’hidalguia était plus nombreuse, mais sa concentration urbaine était très supérieure. En outre les pouvoirs locaux étaient organisés très différemment dans les trois monarchies. En Espagne et en Angleterre il s’agissait avant tout du pouvoir municipal. En Espagne, les charges municipales étaient souvent réparties institutionnellement entre deux (voire trois) ordres élitaires, la noblesse et les « populaires », soit par des élections annuelles, soit par d’autres mécanismes institués à leur place. La noblesse y jouissait donc d’un privilège politique plus ou moins important. En Angleterre, dans les Flandres et dans quelques villes françaises, l’accès aux charges municipales était réservé aux habitants non nobles inscrits dans les corporations ; cependant l’inscription à celles-ci était devenue formelle et un noble ou un nouveau riche pouvait s’y inscrire pour participer à la vie politique municipale, Lyon, à Strasbourg par exemple. Dans la plu-part des villes françaises enfin, c’était le niveau de fortune qui était le critère discriminant pour être admis au privilège de bourgeoisie (à Bordeaux il fallait posséder une maison d’une valeur minimale fixée à 1500 livres en 1622). La noblesse n’avait là ni privilège ni obstacle particulier. La spécificité française consistait dans l’existence et l’importance de juridictions royales locales.

En Aragon : un ordre noble dans les conseils

42C’est dans presque toute l’Espagne que l’urbanisation de la noblesse a été précocement très élevée. En Catalogne, dès le début du xviie siècle, presque un quart de la noblesse vivait à Barcelone. Les municipalités y étaient divisées entre deux ou trois « mains » (mayor [les honrados], mediana [marchands] et menor [artisans]). À Barcelone, chacun de ces trois ordres était représenté de façon égalitaire au Conseil des Cent. Le Conseil des Cinq, qui gouvernait effectivement la ville, était composé de trois ciudaddanos honrados, d’un marchand et d’un artisan. L’originalité de cette ville est que les nobles proprement dits, les membres de l’estament militar, n’y ont été admis au Conseil qu’à partir de 1621 car on les tenait en défiance. À Valence, le Conseil général de 144 membres était composé de 48 élus des paroisses, de 78 représentants des corporations, et de 18 représentants des catégories de l’élite : 6 caballeros, 4 populaires, 4 juristes, 2 notaires et 2 marchands. Quant aux offices municipaux, les nobles titrés et les artisans en étaient exclus ; ils étaient répartis entre les nobles non titrés et les « populaires », souvent à l’avantage de ces derniers. À Alicante où la plupart des charges restaient électives, le Conseil était composé de trois ordres avec 16 caballeros, 16 ciudadanos de mano mayor et 16 ciudadanos de mano menor. La charge municipale la plus importante, le justicia, qui était anoblissante, était confiée une année à un noble, l’autre à un « populaire » (ciudadano). Les municipalités rurales étaient gouvernées pareillement par une répartition tripartite qui mettait les caballeros en minorité. Finalement l’Aragon présente, du présent point de vue, deux spécificités : les nobles n’y ont pas exclu les « populaires » du pouvoir municipal ; les charges de celui-ci ne sont pas tombées sous le contrôle du roi et la vénalité n’y a pas été introduite.

En Castille : l’ordre noble privilégié

43En Castille en 1591, pas moins de 40 % des nobles vivaient en ville, généralement dans la capitale du partido ou dans les villes les plus importantes. Ce phénomène oppose encore le Nord, où la concentration noble dans les villes était faible, et le reste du royaume où elle était élevée et généralement supérieure à la concentration urbaine générale. Dans la province de Murcie, tous les hidalgos de celle-ci habitaient dans quatre villes seulement. La concentration urbaine de la noblesse était élevée aussi dans le Centre, dans les partidos dont la capitale était un haut lieu politique, religieux ou intellectuel. La proportion des nobles devenait considérable dans les grandes villes où l’on venait briguer un poste élevé ou une charge honorifique (38 % à Madrid, 30,8 % à Valladolid, 25 % à Tolède, 15 % à Séville) et dans les centres universitaires (Alcalá, 13,9 %).

44Ces hidalgos si nombreux dans la plupart des villes étaient encadrés et contrôlés par des lignages (linaje) qui étaient de véritables institutions et jouaient un rôle dans la répartition des charges du pouvoir local. À Soria chacun des douze lignages nobles avait ses archives propres et tenait des assemblées générales dans une église déterminée ; l’accès aux charges municipales était réservé aux nobles et ces lignages nommaient aux charges principales. Ces lignages incluaient non seulement les descendants en ligne paternelle, mais s’ouvraient à des alliés ou des clients. Dans chaque ville ils étaient regroupés en deux factions (bandos) derrière un lignage dominant. Ces factions existaient principalement pour conquérir et exercer le pouvoir local et comme instruments de mobilité sociale. À Valladolid, les lignages contrôlaient toujours certains offices du Conseil et conservaient le privilège d’élire les représentants de la ville aux Cortes.

45En Castille, on s’en souvient, depuis le xiiie siècle une des trois « manières » de noblesse était le « savoir ». Aussi les lettres étaient-elles depuis longtemps l’objet d’une valorisation particulière et dès le xvie siècle de nombreux nobles ont commencé à se consacrer aux études juridiques. Certains titres universitaires, certains offices conféraient la hidalguía. La fréquente division de la population urbaine en deux factions en compétition pour le pouvoir local était porteuse d’une conflictualité potentiellement violente que les Rois catholiques et leurs successeurs avaient réussi à faire reculer, du moins dans les villes royales (de realengo). En revanche dans les communautés soumises à un seigneur, de señorío, les charges restaient électives, ce qui continuait d’entraîner une conflictualité violente. Dans les villes de realengo, dont le seigneur était le roi, et donc dans les villes les plus importantes du royaume, la monarchie avait profondément infléchi les modalités d’accès aux charges. Le regidor était une charge royale, contrôlée par le roi, et qui donnait un rôle clef dans la direction des communautés ; depuis Charles Quint elle était vénale et était entrée dans le patrimoine héréditaire des familles. La vénalité des offices n’a pas conduit à une profonde redistribution sociale ; elle a permis l’accaparement de nombre d’offices par les vieux lignages, et l’acquisition de quelques-uns par des familles nouvelles. Quant au fonctionnement politique local, les nombreux offices vénaux ont relativisé l’importance des charges restées électives ainsi que celle des élections annuelles. Comme les charges pouvaient se transmettre par voie héréditaire ou se vendre librement, le rôle des lignages dans la désignation aux charges était très diminué, à Valladolid par exemple. La conflictualité entre les factions rivales persistait, comme à Soria, mais son potentiel de violence était très diminué. Ce sont les difficultés économiques de la première moitié du siècle qui en ont provoqué une recrudescence.

  • 22 Domínguez Ortiz Antonio, La Sociedad española en el siglo xvii, t. I, Madrid, Consejo superior de (...)

46Dans plusieurs des villes les plus importantes du pays, l’accès aux charges était réservé aux seuls nobles : Séville, Cordoue, Tolède, Avila, Soria et l’ensemble des villes représentées de manière permanente aux Cortes. Mais une grande majorité des municipalités étaient arrivées à une répartition des charges municipales pour moitié à chacun des deux ordres : c’est la mitad de oficios, un système approuvé par le pouvoir royal pour assurer la paix. Elle a donné lieu à diverses modalités, comme l’alternance des charges entre les deux ordres, ou l’attribution de charges particulières à chacun des deux, ou la création de charges en nombres pairs, comme à Villazgo selon le Privilegio accordé en 1636 (la nouvelle municipalité serait dirigée par deux alcaldes ordinarios, deux alcaldes de Hermandad, quatre regidores, deux procuradores, dont la moitié pour chaque ordre). Dans les fiefs de l’ordre militaire de Calatrava où l’évolution a été relativement tardive, c’est généralement à la fin du xvie siècle que la noblesse avait demandé la mitad de oficios, à la suite d’un renforcement de sa position (achat d’office par des hidalgos, accession à la noblesse de certains titulaires de charges perpétuelles, anoblissement des roturiers les plus dynamiques). Mais à Logroño où la mitad de oficios avait été mis en place en 1560, au milieu du xviie siècle toutes les charges les plus importantes étaient devenues le privilège de la noblesse. La mitad de oficios fut une solution pensée en cherchant une paix de compromis entre la minorité privilégiée et une majorité plébéienne », écrit Antonio Domínguez Ortiz22, mais celui-ci suggère aussi que cet équilibre apparent évolua constamment à l’avantage des nobles. Dans l’ensemble, la mitad de oficios et la vente massive d’offices au niveau local ont abouti à une fermeture de la noblesse au cours de la deuxième moitié du xvie et de la première moitié du xviie siècle. Or contribuaient aussi à cette fermeture des aspects idéologiques et culturels que nous n’avons qu’à rappeler ici pour mémoire : depuis le xve siècle surtout, de nombreuses institutions exigeaient des preuves de « pureté de sang » pour exclure les descendants de Maures et de Juifs, et cette exigence a culminé entre 1580 et 1660.

En France, le service du roi

47En revanche, la concentration urbaine de la noblesse française restait assez faible. La préférence pour une résidence en ville s’est amorcée au xviie siècle mais n’a pas beaucoup changé cette situation. Paris, où la place Royale devint un centre de la convivialité aristocratique et un site de duels, était une exception. Le taux d’urbanisation dépendait d’abord de la force d’attraction des villes en raison de leurs fonctions. Une noblesse de robe nombreuse existait dans les villes sièges d’un parlement ; à Toulouse en 1695 résidaient 97 seigneurs et 232 autres gentilshommes auxquels s’ajoutaient 199 nobles officiers, présidents et conseillers des cours souveraines, qui formaient donc 38 % de la noblesse de la ville. Le niveau d’urbanisation variait aussi selon les provinces ; alors que la noblesse picarde était assez fortement urbanisée, en Bretagne la part de population nobiliaire vivant aux chefs-lieux de diocèses était très faible. De façon générale la proportion de population noble par rapport à la population globale était, en ville, seulement un peu supérieure à ce qu’elle était dans l’ensemble.

48Le pouvoir municipal, relativement faible, n’attribuait pas de charges institutionnellement à la noblesse qui souvent ne s’y intéressait pas, sauf dans certains cas comme Nantes. En outre dans les villes grandes et moyennes, il y avait des cours de justice royales dont les offices octroyaient des pouvoirs importants. La vénalité des offices et la hausse du prix de ceux-ci ont constitué un important moteur d’enrichissement et d’ascension sociale. Dans les villes moyennes, ce sont notamment les offices des présidiaux, ainsi, dans une moindre mesure, que des juridictions de finances comme l’élection et le grenier à sel, qui ont été une étape d’ascension sociale. De là, certaines lignées roturières sont passées à des carrières militaires, qui ont parfois été récompensées par des lettres de noblesse. L’ancien modèle d’agrégation à la noblesse en milieu rural, interdit depuis 1579, a donc été remplacé par le service du roi sous ses diverses modalités.

Une pseudo-gentry

  • 23 Everitt Alan (éd.), Perspectives in English Urban History, Londres, Macmillan, 1973, p. 7 ; « Kent (...)
  • 24 Stone Lawrence et Fawtier Stone Jeanne C., An Open Elite ? England 1540-1880, Oxford, 1984 ; Stone(...)
  • 25 Ruggiu, op. cit., p. 57.

49En Angleterre, jusqu’au règne de Charles II, la gentry n’était autre que la landed gentry. Mais dans les villes à partir de la Restauration, un nombre croissant de membres des patriciats qui les contrôlaient prirent le titre de gentleman tout en y restant et continuant d’y exercer leur activité : des membres des professions libérales, lawyers, professeurs, médecins, ainsi que des marchands comme à Chester, des manufacturiers, des brasseurs. En outre des cadets de la landed gentry, auxquels la succession paternelle inégalitaire ne donnait pas de patrimoine, venaient en ville exercer des professions libérales, voire le négoce. Des lignées fondées par des clercs de l’Église anglicane, qui avaient le droit de se marier, connurent en ville une ascension sociale, comme à Canterbury. A. Everitt23 a désigné ce groupe de urban gentry puis de pseudo-gentry. C’est en cette fin du xviie siècle que le terme de gentleman a désigné soit les membres de la landed gentry, soit la simple adhésion à un ensemble commun de valeurs. Ces gentlemen devenaient échevins et maires. À Chester où le corps municipal a adhéré au camp royaliste, dès 1642 puis encore à la veille de la Restauration, ses membres ont été récompensés par l’intronisation officielle au groupe des porteurs d’armoiries dès 1663. À la fin du xviie siècle en Angleterre, l’appartenance à la gentry urbaine résultait moins d’une situation sociale que d’un consensus culturel ou d’un engagement politique. Mais pour L. Stone24, il s’agissait là en fait d’un phénomène d’imitation de l’élite par the middling sort, les moyennes gens, et l’élite anglaise n’était pas si ouverte qu’on l’a longtemps dit. F.-J. Ruggiu25 souligne la pertinence de la vision de Tocqueville : « Si les classes moyennes de l’Angleterre, loin de faire la guerre à l’aristocratie, lui sont restées si intimement unies, cela n’est pas venu surtout de ce que cette aristocratie était ouverte, mais plutôt, comme on l’a dit, de ce que sa forme était indistincte et sa limite inconnue ; moins de ce qu’on pouvait y entrer que de ce qu’on ne savait jamais quand on y était. »

50Ainsi au début du xviie siècle la conception de la noblesse n’était pas très différente dans les trois monarchies ; tout au plus la prégnance de la conception fondée sur la naissance diminuait-elle un peu du sud au nord, étant peut-être plus affirmée en Castille qu’en France, et plus en France qu’en Angleterre. Les trois aristocraties étaient très analogues. Au-delà de spécificités comme la noblesse de robe, l’opposition la plus importante se situait sans doute entre la noblesse de Castille, beaucoup plus nombreuse, et toutes les autres. Beaucoup plus urbanisées, les noblesses espagnoles formaient un ordre institué dans les conseils municipaux, et dominaient ceux-ci en Castille. Au cours du siècle en revanche, l’essor de la landed gentry grâce à l’assimilation de roturiers aisés des campagnes et des villes, puis dans celles-ci la naissance de la pseudo-gentry, s’opposent au processus de fermeture qu’ont connu la noblesse française et, plus encore, celle de Castille.

Bibliographie

Bibliographie

Bourquin Laurent, La Noblesse dans la France moderne (xvie-xviiie siècles), Paris,

Belin, 2002, 268 p.

Domínguez Ortiz A., La Sociedad española del siglo xvii, Madrid, 1964, 2 vol.

Elliott J. H., Poder y sociedad en la España de los Austrias, Barcelone, 1982. Maravall J. A., Poder, honor y élites en el siglo xvii, Madrid, 1979.

Thompson I. A. A., « The nobility in Spain, 1600-1800 », Scott H. M., The

European Nobilities in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, t. 1 : Western

Europe, New Cork, 1995.

Thompson I. A. A., War and Society in Habsburg Spain, Aldershint, 1999.

Yun Casalilla B., La Gestión del poder. Corona y economías aristocráticas en Castilla

(siglos xvi-xviii), Madrid, 2002.

Notes

1 Meyer Jean, La Noblesse française à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1991.

2 Hidalgos & hidalguía dans l’Espagne des xvie-xviiie siècles. Théories, pratiques et représentations, Paris, CNRS, 1989, p. 25-26, 50-52, 56, 127.

3 Schalk Ellery, L’Épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse, 1500-1650, Paris, 1996.

4 Cité par Sharpe J. A., Early Modern England. A Social History, 1550-1760, Londres, Edward Arnold, 1987, p. 153.

5 Constant Jean-Marie, La Noblesse en liberté, xvie-xviie siècles, Rennes, PUR, 2004, p. 59-60 ; Ruggiu François-Joseph, Les Élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (xviie-xviiie siècles), Paris, L’Harmattan, 1997, p. 72.

6 Meyer Jean, La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, EHESS, 1985 (1966), p. 29-61 ; Constant, op. cit., p. 21-41 ; Ruggiu, op. cit., p. 41.

7 Autrand Françoise, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du parlement de Paris, 1345-1454, 1981.

8 Descimon Robert et Jouhaud Christian, La France du premier xviie siècle, 1594-1661, Paris, Belin, 1996, p. 195 ; Nassiet Michel, La France au xviie siècle, Paris, Belin, 2006, p. 99.

9 Labatut Jean-Pierre, Les Ducs et pairs de France au xviie siècle, Paris, PUF, 1972.

10 Stone Lawrence, The Crisis of the Aristocracy, 1558-1641, Oxford, Clarendon Press, 1965 ; abridged Edition, Oxford University Press, 1967.

11 Cooper Nicholas, Houses of the gentry, 1480-1680, New Haven/Londres, Yale University Press, 1999, p. 4.

12 Constant, op. cit., p. 83-101 et p. 63, 116 ; Bourquin Laurent, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xvie et xviie siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

13 Billacois François, « La crise de la noblesse européenne (1550-1650), une mise au point », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 23, 1976, p. 258-277.

14 Bluche François, Les Magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle, Economica, 1986 (1961) ; Mousnier Roland, Lettres et mémoires adressées au chancelier Séguier (1633-1649), Paris, PUF, 1964.

15 Bluche François et Solnon Jean-François, La Véritable Hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le tarif de la première capitation (1695), Droz, 1983 ; Guery Alain, « État, classification sociale et compromis sous Louis XIV : la capitation de 1695 », Annales ESC, 1986, p. 1041-1060.

16 Nassiet Michel, Noblesse et pauvreté. La petite Noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècles, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993.

17 Nassiet Michel, « Les effectifs de la noblesse en France sous l’Ancien Régime », Noblesse française et noblesse polonaise. Mémoire, identité, culture, xvie-xxe siècles, colloque de Torun publié sous la direction de Figeac Michel et Dumanowski Jaroslaw, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2006, p. 19-43.

18 Molinié-Bertrand Annie, « Les « hidalgos » dans le royaume de Castille à la fin du xvie siècle », Revue d’histoire économique et sociale, 1974, vol. 52, n° 1, p. 51-82.

19 Tawney R. H., « The Rise of the Gentry, 1558-1640 », Economic History Review, 9 (1941), p. 1-38.

20 ruggiu, op. cit., p. 54-55.

21 Cliffe J. T., The Yorkshire Gentry, from the Reformation to the Civil War, Londres, The Athlone Press, 1969.

22 Domínguez Ortiz Antonio, La Sociedad española en el siglo xvii, t. I, Madrid, Consejo superior de investigaciones cientificas, 1963.

23 Everitt Alan (éd.), Perspectives in English Urban History, Londres, Macmillan, 1973, p. 7 ; « Kentish Family portrait », Chalklin C. W. et Haviden M. A. (éd.), Rural Change and Urban Growth, 1500-1700, Londres, 1974, p. 169-199.

24 Stone Lawrence et Fawtier Stone Jeanne C., An Open Elite ? England 1540-1880, Oxford, 1984 ; Stone Lawrence, « L’Angleterre de 1540 à 1880 : pays de noblesse ouverte », Annales ESC, 1985, n° 1, p. 71-94.

25 Ruggiu, op. cit., p. 57.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Effectifs de l’aristocratie dans les trois pays (Dewald Jonathan, The European Nobility, 1400-1800, Cambridge University Press, 1996, p. 27).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7380/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Légende A « The Great Hall » ;B « The Dining Parlor for entertainment of strangers » ;C « An inward closet… for the Mistresses use, for necessaries » ;D « A strangers lodging within the Parlor » ;E « A stair-case into the Goodman’s roomes (sic) over the Kitchen and Buttery » ;G « The Skreene in the hall » ;H « An inward cellar… which may serve for a larder » ;I « The Buttery » ;K « The Kitchen » ;L « The Dairy House » ;M « The Milke House ».A plain man’s country house (Markham Gervase, The English Husbandman, 1613).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7380/img-2.png
Fichier image/png, 360k
Titre Tableau 2. – La population noble du nord de la Castille en 1591 (Molinie-Bertrand, 1974, op. cit., p. 67).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7380/img-3.png
Fichier image/png, 9,6k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540