Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés au xviie siècle

 | 
Annie Antoine
, 
Cédric Michon

Chapitre I. Des groupes aux relations

Problématiques et concepts en histoire sociale

Michel Nassiet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Burguière André, « Pour une typologie des formes d’organisation domestique de l’Europe moderne (xv (...)

1Il est toujours fructueux d’interroger les mots et les concepts avec lesquels est formulé un sujet. S’agissant de la société, il est intéressant de revenir à la réflexion de Tönnies, un des premiers maîtres de la sociologie allemande qui a tenté de définir systématiquement les types de groupes sociaux et d’associations. Dans sa première typologie (1887), la société est définie par opposition à la communauté. Pour lui, une communauté est un groupe conçu et vécu surtout en tant qu’ensemble relativement homogène et dans lequel dominent des relations de solidarité. C’est d’abord ce qu’on appelait la « communauté de sang », c’est-à-dire les groupes domestiques, les ménages (famille nucléaire, famille souche et communauté familiale1), ainsi que les parentèles. C’est aussi la communauté locale, la communauté d’habitants. Par opposition, une société est un ensemble différencié et comprend des sous-ensembles hiérarchisés ; cette différenciation résulte notamment de la division du travail et de l’appropriation privée des moyens de production. Les relations dominantes y sont des relations d’échange. Précisons que ces deux concepts désignent des types idéaux, théoriques, si bien que, selon l’aspect considéré, les groupes sociaux réels peuvent relever à la fois de l’un et l’autre. Tönnies pensait aussi en terme d’évolution et ajoutait que le type communautaire tendait à céder la place au type sociétaire, ce qui s’avère plus discutable.

2La définition de la communauté comme un groupe plutôt homogène conduit à se demander dans quelle mesure des relations inégalitaires y sont possibles. Dans les groupes de parenté, des relations inégales étaient engendrées soit par un mariage relativement inégal, soit par partage inégal de l’héritage. Dans la communauté d’habitants, qui pendant toute l’époque moderne a suscité un sentiment d’appartenance très fort, certains épisodes des révoltes paysannes du xviie siècle montrent que les nobles résidents étaient encore perçus comme en faisant partie.

  • 2 Gutton Jean-Pierre, La Société et les pauvres en Europe du xvie au xviiie siècle, Paris, PUF, 1974

3Quant à la société, cette typologie la définit donc en mettant l’accent sur la différenciation ; étudier une société, c’est notamment décrire et expliquer ses hiérarchies et les groupes qui la composent. Revêtent une importance particulière : les élites à cause de leur rôle dominant et de l’imitation que souvent elles suscitent ; la paysannerie du fait de son poids prépondérant, les pauvres2 qui par définition sont privés des moyens de subsistances, et tout le monde urbain parce que la différenciation sociale y est la plus poussée. Enfin, comme le temps est la dimension privilégiée de l’histoire, l’histoire sociale s’intéresse aux évolutions inhérentes à la société et ses composantes ; et, à l’échelle individuelle, aux phénomènes de mobilité, ascendante et descendante, vécue le temps d’une vie ou cumulée sur plusieurs générations. C’est là le noyau des problématiques de l’histoire sociale, qu’on se propose de préciser ici.

Des rapports de production

  • 3 Goubert Pierre, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la (...)

4Le premier travail consiste donc à décrire les catégories de l’époque dont beaucoup, au-delà du clergé et de la noblesse, dépendaient de leur place dans la production. Dans les campagnes du Beauvaisis, Pierre Goubert3 passe en revue les laboureurs, les « haricotiers », petits exploitants mi-propriétaires mi-fermiers, les vignerons, les manouvriers, les artisans, dont il faut connaître les aspects économiques et juridiques. Les mots employés à une époque pour désigner des groupes sociaux, des statuts ou des types de relation sont significatifs de la façon dont on se les représentait à cette époque ; mais si les représentations des contemporains faisaient partie de la réalité objective, puisqu’elles déterminaient les motifs et les raisons des conduites individuelles, elles n’épuisent pas la réalité objective et ne suffisent pas en rendre compte. Aussi l’historien doit-il définir et employer des concepts pour caractériser les objets qu’il décrit : ordre, classe sociale, aristocratie, patriciat, élites… En outre il faut prendre garde que certains mots ont des emplois anciens et désignent des objets du xviie siècle, puis sont devenus aussi des concepts, ce qui crée des risques de confusion, comme le mot bourgeoisie, qui désignait jadis un statut juridique, un privilège urbain, et nomme depuis le xixe siècle la classe des entrepreneurs capitalistes.

  • 4 Lemarchand Guy, La fin du féodalisme dans le pays de Caux, Paris, CTHS, 1989.
  • 5 Porchnev Boris, Les Soulèvements populaires en France de 1623 à 1648, Paris, Flammarion, 1972.
  • 6 Tawney R. H., « The Rise of the Gentry, 1558-1640 », Économic History Review, 9 (1941), p. 1-38.

5Il n’est pas possible d’ignorer combien une des premières conceptualisations dans le cadre d’une théorie, le marxisme, a influencé l’histoire sociale au milieu du xxe siècle, laquelle s’en est parfois réclamé explicitement. « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes », telle est la première phrase du Manifeste communiste (1848). En conséquence, le concept de classes sociales a eu une importance majeure dans l’analyse des sociétés. En outre le marxisme a inspiré aux historiens plusieurs problématiques. Guy Lemarchand4 a étudié « la fin du féodalisme », celui-ci entendu en tant que mode de production. Au beau temps de l’histoire quantitative, on a tenté de mesurer le prélèvement seigneurial sur les tenanciers et ses variations dans l’espace et le temps. Des ruralistes ont évalué la part de propriété foncière détenue par chaque groupe, clergé, noblesse, bourgeoisie des villes et paysannerie. Ils en ont observé les variations et montré que durant la conjoncture déprimée du xviie siècle, la part de la paysannerie avait diminué. Ce qui montre que l’historien de la société ne peut ignorer la conjoncture économique. Par ailleurs, des historiens ont cherché une interprétation des événements politiques dans les luttes de classes, voire dans l’infra-structure économique, ce qui a suscité plusieurs débats féconds. Ainsi l’historien soviétique Boris Porchnev5 décrit-il les « soulèvements populaires » en France au xviie siècle comme des mouvements spontanés des paysans et du « pré-prolétariat » des villes, auxquels se serait opposé un « front de classes » qui aurait été la « base sociale » de l’absolutisme : la noblesse qui aurait contribué à réprimer les soulèvements, le clergé qui aurait prêché l’obéissance, et la bourgeoisie. En Angleterre, Engels avait prêté à la Révolution le caractère d’une « révolution bourgeoise » ; étant donné la faiblesse de la bourgeoisie marchande au milieu du xviie siècle, Tawney6 en attribue le « rôle historique » à une gentry qu’il dépeint comme une classe progressive. L’histoire marxiste interroge donc le passé en étant armée d’une théorie, non sans risques de téléologie.

6Le concept de classe sociale n’a pas été défini par Marx, qui d’ailleurs n’était pas le premier à l’employer. Il est inévitable qu’une œuvre aussi considérable comporte des contradictions, et il y a quelque contradiction à affirmer que l’histoire de toute société n’a été que luttes de classes, et écrire, dans une page célèbre, que la catégorie de travailleurs de loin la plus nombreuse, produisant ce qui avant la Révolution industrielle était le produit prépondérant, la paysannerie, n’en était pas une. Il faut relire toute cette page et en citer la conclusion : « Dans la mesure où des millions de familles paysannes vivent dans des conditions économiques qui les séparent les unes des autres et opposent leur genre de vie, leurs intérêts et leur culture à ceux des autres classes de la société, elles constituent une classe. Mais elles ne constituent pas une classe dans la mesure où il n’existe entre les paysans parcellaires qu’un lien local et où la similitude de leurs intérêts ne crée entre eux aucune communauté, aucune liaison nationale ni aucune organisation politique. C’est pourquoi ils sont incapables de défendre leurs intérêts de classe en leur propre nom. » (Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, chap. VII.) Cette page est significative de ce qui fait une classe sociale pour Marx : elle se définit d’abord par sa position dans les rapports de production économique, mais aussi par des liens de solidarité entre ses membres, et une conscience d’elle-même.

7La société du xviie siècle était « objectivement » traversée par des rapports de classes. Dans une société dont la population était rurale à 85 % environ, la production prépondérante était le produit agricole, la principale forme de richesse était la propriété foncière, et le principal revenu était la rente foncière dans son acception la plus large (loyer de la propriété, rentes seigneuriales et dîmes). Pour Pierre Goubert, la principale délimitation sociale était déterminée par la situation par rapport à la rente foncière, selon qu’on la percevait ou qu’on la payait ; c’est bien là un critère inhérent à la production. Tout le clergé percevait des dîmes, les seigneurs percevaient des rentes seigneuriales, et les propriétaires percevaient la rente foncière au sens strict sur les exploitants locataires, fermiers ou métayers. En outre la rente était perçue indirectement par tous les entrepreneurs de la perception, fermiers de la collecte des dîmes et officiers seigneuriaux. Avec de grandes variations dans l’espace, selon les conditions géographiques et les types de ménages, la paysannerie elle-même était traversée de rapports de classes. Les riches fermiers et les exploitants des métairies étaient de véritables chefs d’entreprise, possédant un capital mobilier pour l’exploitation agricole et employant des serviteurs et des journaliers.

8Aussi, lorsque les historiens du social ont voulu discerner précisément les groupes composant la société, Ernest Labrousse (1955) a proposé de le faire en considérant « que le facteur dominant de la formation des classes est la répartition des moyens de production et d’échange et des rapports de production qui s’ensuivent ». Labrousse, un des plus grands modernistes français du xxe siècle, inventeur de l’histoire sérielle qu’il avait appliquée aux prix, était un historien de l’économie, et ce critère est typiquement influencé par le marxisme. Il proposa donc de combiner les professions et « le niveau social », c’est-à-dire pratiquement la fortune. Ainsi Pierre Goubert se donne une approximation de la hiérarchie des « capacités » d’après les rôles d’impôt direct, taille ou capitation, en comptant la proportion des familles imposables des diverses catégories. En comparant de profession à profession, il procède à des regroupements horizontaux : ainsi l’élite aisée de Beauvais, au-dessus de 20 livres d’impôt annuel, ne comprend guère que des officiers, des marchands d’étoffe et des bourgeois vivant de leur rente.

9Cette démarche a suscité des contributions fructueuses, parmi lesquelles il faut rappeler, lorsque le chercheur dispose d’un indicateur quantitatif de fortune, par exemple un impôt direct, la méthode de partition en classes statistiques inventée par Jacques Dupâquier (1964) et dont les seuils sont des multiples de la moyenne (M) ; des seuils ainsi définis ne sont pas arbitraires, et le caractère universel de leur définition permet des comparaisons (entre deux lieux, deux dates, deux indicateurs).

Figure 1. – Éventail des revenus dans le Vexin français et à Crulai d’après les rôles des tailles (Dupaquier Jacques, « Problèmes de mesure et de représentation cartographique en matière d’histoire sociale », Actes du 89e Congrès national des Sociétés savantes, Lyon, 1964).

10Un indicateur quantitatif de fortune ou de revenu sur une population appelle une catégorisation, c’est-à-dire un découpage en classes statistiques au moyen de seuils. Le choix de seuils selon des chiffres ronds (5, 10, 20, 50…) a le gros inconvénient d’être arbitraire : il n’y a aucune raison que les classes ainsi définies correspondent à la distribution réelle des individus dans la population. Jacques Dupâquier a proposé de définir les seuils à partir d’une valeur qui existe toujours, la moyenne, M ; les seuils sont les multiples par 2 de la moyenne (2 x M, 4 x M, 8 x M…) et ses sous-multiples (M/2, M/4, M/8…). Outre qu’elle n’est pas arbitraire, cette méthode présente deux avantages. 1. Comme la définition est générale, toutes les comparaisons sont possibles : au sein d’une même population (avec des catégories socio-professionnelles différentes ou des indicateurs différents), au sein de deux populations différentes, au sein de la même population à deux dates différentes… 2. Le nombre de classes statistiques selon lesquelles la population se répartit est significatif de son caractère égalitaire (cas d’une population de vignerons) ou inégalitaire.

11Mais Roland Mousnier a objecté que ce n’est pas parce que des catégories ont un égal niveau d’aisance que pour autant leurs membres forment un groupe homogène, se reconnaissent comme des égaux et entretiennent des relations, dînent ensemble et se donnent leurs rejetons en mariage. Surtout il a répondu par une réflexion sur les facteurs de différenciation sociale.

Discerner les groupes sociaux réels

  • 7 Mousnier Roland, Problèmes de stratification sociale. Deux cahiers de la noblesse (1649-1651), Par (...)
  • 8 Weber Max, Économie et société, Paris, Plon, 1971, 651 p..

12La démarche de Labrousse et Goubert était inspirée par l’idée que les groupes sociaux se distinguent par les niveaux des ressources et des biens. Pour Roland Mousnier7, ce sont trois facteurs de différenciation qui se combinent et qu’il emprunte au grand sociologue allemand Max Weber8 : outre la situation économique, le prestige et le pouvoir. Premièrement, la situation économique dépend de l’activité professionnelle, des revenus et de la fortune ; Max Weber insiste sur ce que la nature des revenus importe plus que leur niveau (salaires, rentes, profit), puisque ceux-ci dépendent de la place dans les rapports de production ; de même la nature de la fortune importe plus que sa valeur totale (propriétés foncières, capital investi dans des entreprises commerciales ou industrielles, offices publics, biens meubles, bijoux, espèces monétaires, créances). Deuxièmement, la position sociale dépend du prestige dont on jouit, et qui peut être fondé sur la naissance, le mode de vie, ou le type d’instruction. La naissance effectivement, pendant tout l’Ancien Régime, était bien source de prestige, comme le montre le fait qu’elle était la première source de la noblesse. Le mode de vie aussi pouvait être source de prestige, puisque « vivre noblement » a été, en France, un moyen de s’insérer dans la noblesse, et, en Angleterre, une condition presque suffisante pour entrer dans la gentry. Enfin la diffusion du collège comme mode d’instruction des garçons des élites a créé au xviie siècle un nouveau trait de différenciation sociale, selon que l’on avait ou non les bonnes manières voulues par le « bon goût » (et Molière de ridiculiser le « bourgeois gentilhomme »). Ce qui montre que l’historien de la société ne peut ignorer ni l’éducation ni les pratiques culturelles. Troisièmement, le pouvoir est l’ensemble de « tous les moyens qu’un homme peut avoir d’incliner les volontés des autres hommes pour les obliger à aller dans son sens » ; il peut être d’origine économique, charismatique, politique, peut s’exercer par une influence sur l’opinion, etc. Ainsi dans le domaine économique, ce n’est pas seulement la profession qui classe, mais aussi le rôle joué dans celle-ci, rôle d’organisation et de direction comme pour les maîtres des métiers, ou bien rôle d’exécution comme pour les compagnons.

  • 9 Bluche François et Solnon Jean-François, La véritable Hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le (...)

13Tous ces facteurs étaient actifs au xviie siècle, mais les hiérarchies déterminées par chacun coïncidaient de moins en moins. Cette distorsion est bien visible dans le tarif dressé en 1695 pour lever la capitation (Bluche et Solnon9), le nouvel impôt direct. Ce tarif partage la société en vingt-deux classes en fonction de la dignité, de la profession, de la richesse et du pouvoir. Les fermiers généraux, très riches et influents mais de noblesse récente, sont classés au bas de la première classe, avant les ducs et pairs qui ne sont que dans la seconde, et alors que les gentilshommes sans fiefs sont relégués dans la dix-neuvième.

14À côté de ces facteurs, Roland Mousnier retient trois grands types historiques de différenciation sociale : en castes, en classes et en ordres, dont nous citerons les définitions par ordre croissant d’intérêt pour l’histoire du xviie siècle. La définition de la caste est empruntée aux indianistes : « les groupes sociaux appelés castes sont hiérarchisés non d’après la fortune de leurs membres et d’après leur capacité de consommer, non d’après leur rôle dans la production des biens matériels, mais d’après leur degré de pureté ou d’impureté religieuse ». Un phénomène de caste existait de façon marginale avec les « caqueux » en Bretagne et les « cagots » en Gascogne, qui d’ailleurs contestaient de plus en plus la ségrégation dont ils faisaient l’objet. En Espagne, la formation du groupe « vieux chrétien » par opposition aux morisques et aux « nouveaux chrétiens » d’origine juive n’est pas allée jusqu’à un phénomène véritablement de caste.

15De la stratification en classes, la définition formulée par Roland Mousnier ne nous semble pas trahir Marx : il y a stratification en classes, « dans une économie de marché, lorsque c’est le rôle joué dans la production des biens matériels et l’argent gagné par ce rôle qui place l’individu aux divers degrés de la hiérarchie sociale. Forment alors une classe ceux qui ont la même source de revenus, des fortunes ou des revenus de même ordre de grandeur, un même genre de vie, des intérêts communs. La classe est parfaite s’il s’y ajoute la conscience de tout ce qui est commun et une action commune ». Dans la stratification en ordres enfin, les « groupes sociaux sont hiérarchisés en principe non d’après la fortune des membres et leur capacité de consommer, non d’après leur rôle dans la production des biens matériels, mais d’après l’estime, l’honneur, la dignité, attachées par la société à des fonctions sociales qui peuvent n’avoir aucun rapport avec la production des biens matériels » ; dans chaque subdivision composant les ordres, il y a tendance à l’endogamie, c’est-à-dire à une propension à se marier à l’intérieur du groupe, mais cette endogamie est beaucoup moins rigoureuse que dans les sociétés de castes et n’est qu’une tendance. Dans cette conception, on le voit, une stratification sociale, c’est d’abord un fait de mentalité, « c’est ce que les gens en pensent collectivement, la conscience que les membres d’une société ont des différences d’estime, de prestige, dans lesquels sont tenus des individus ; la conscience d’attitudes, de comportements, acceptés, admis, qui impliquent supériorité et infériorité entre les individus ».

  • 10 Deyon Pierre, Amiens, capitale provinciale, étude sur la société urbaine au xviie siècle, Paris, M (...)

16Les sociétés d’Europe occidentale du xviie siècle étaient essentiellement des sociétés d’ordres. Pour la France, Mousnier fonde son analyse de la société sur l’ouvrage publié en 1610 par un magistrat, Charles Loyseau : toute la société française est partagée en ordres hiérarchisés, non seulement les trois ordres mis en scène lors des assemblées d’état, mais aussi en « ordres particuliers » hiérarchisés à leur tour. Le tiers-état comprend les officiers de justice et de finance, les « gens de lettre », les avocats, les financiers, les praticiens (greffiers, notaires), les marchands et certains métiers comme les drapiers, merciers, orfèvres ; les marchands sont les derniers qui puissent porter un qualificatif d’honneur comme « honorable homme » ; puis viennent les professions manuelles et « viles », laboureurs, artisans et gens de métiers, gens de bras, enfin les mendiants et vagabonds. L’assemblée des états généraux de 1614 a été une lutte entre le tiers et la noblesse d’une part, entre le tiers et le clergé de l’autre, une lutte entre les ordres. Concrètement, Mousnier propose de discerner les groupes sociaux réels en utilisant le mariage comme révélateur : comme on se mariait le plus souvent dans son groupe social, le mariage peut être le moyen de délimiter les groupes sociaux. Les historiens des villes, comme P. Deyon10, M. Couturier, ont donc compté et calculé les proportions des mariages reliant les divers groupes socio-professionnels. Les résultats chiffrés sont présentés dans des matrices qui croisent les catégories des pères des maris et ceux des épouses ; les nombres les plus élevés se trouvent sur la diagonale, qui mesure la fréquence de l’endogamie socio-professionnelle.

  • 11 Stone Lawrence et Fawtier Stone Jeanne C., An Open Elite ? England 1540-1880, Oxford, 1984 ; Stone(...)

17C’est au xviiie siècle qu’en France la société de classes se serait formé. En Angleterre, pour Mousnier, le groupe des gentlemen « correspond à la lente transition d’une société d’ordres et d'« estats » à une société de classes ». Car cette typologie peut aussi être pensée dans le temps. « Max Weber avait déjà remarqué que des changements rapides dans la technologie et dans la situation économique favorisaient la création de situation de classes et, inversement, que de longues périodes de stabilité économique, à plus forte raison de récession économique, favorisaient l’apparition de situations d’ordres ». Or le xviie siècle présente à la fois une conjoncture de dépression démographique et agricole, et un moment de fermeture des noblesses, en France et en Castille notamment, et Laurence Stone11 relativise considérablement le caractère d’ouverture qu’on prête à la société anglaise.

Reproduction et mobilité sociales

18La compréhension d’un groupe social exige aussi de montrer comment celui-ci se reproduit par-delà les générations. Un groupe social, étant composé de familles, se reproduit d’abord de façon naturelle (c’est pourquoi le clergé n’en est pas un), par le mariage et la procréation. Au xviie siècle, l’aristocratie anglaise et certaines familles nobles françaises ont commencé à abaisser leur nuptialité, en mariant peu de fils ; à partir de la deuxième moitié du siècle, les ducs et pairs français ont baissé précocement leur fécondité ; ces deux attitudes risquaient de compromettre la reproduction des lignées. L’étude de la reproduction sociale passe donc par celle de la reproduction familiale et intègre les analyses de la démographie historique. En outre il faut examiner comment le groupe se renouvelle par des membres venus d’autres groupes sociaux, et comment il perd de ses membres, ceux qui passent à d’autres groupes sociaux par ascension ou par déclin. Sur plusieurs générations, l’observation d’une éventuelle mobilité sociale nécessite donc des généalogies descendantes. Citons, comme exemple d’histoires de catégories sociales sur plusieurs générations, les fermiers aisés d’Île-de-France, la petite noblesse bretonne.

  • 12 Dupeux Georges, « L’étude de la mobilité sociale. Quelques problèmes de méthode », Conjoncture éco (...)

19Pour les individus, les possibilités de mobilité sociale affectent leur perception de la société. « La mobilité ascendante engendrerait le plus souvent le conservatisme politique : les mobiles sociaux seraient toujours plus conservateurs que les individus appartenant à leurs strates d’origine, et même parfois plus conservateurs que ceux au niveau desquels ils se sont hissés12 » (Dupeux, 1974). Claude de Seyssel (La grande monarchie de France, 1519) l’avait déjà compris : il parle de « l’espérance à ceux » du « moyen état de parvenir » à l'« état de noblesse […] laquelle espérance fait qu’un chacun se contente de son état & n’a occasion de machiner contre les autres ». Inversement, une trop forte rigidité tend à encourager les catégories lésées à résoudre leur problème par la solution de la mobilité collective, c’est-à-dire le renversement par la force de la société ; la Ligue parisienne (1585-1594) en fournit un exemple. On distingue la mobilité intra-génération, c’est-à-dire la carrière d’un individu au cours de son existence ; et la mobilité intergénération qui s’évalue par comparaison du niveau socioprofessionnel des fils par rapport à celui des pères, voire des grands-pères, ce qui suppose une reconstitution des généalogies descendantes. Cette étude pose aussi la question des rapports entre mobilité sociale et mobilité géographique. On parle de « société ouverte » lorsque l’ascension sociale n’est pas rare et que l’élite est assez facilement accessible à des hommes nouveaux. L. Stone conteste que l’élite anglaise ait été si ouverte qu’on l’a dit, et n’exclut pas qu’en France les possibilités d’anoblissement par charges aient permis un flux d’anoblissement aussi important qu’en Angleterre. Mais l’intégration effective à l’élite y était plus rapide : alors qu’une génération suffisait au propriétaire d’une country house pour se faire admettre dans la haute gentry, en France il fallait trois générations pour purger une lignée de son origine roturière.

  • 13 Bluche François, Les Magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle, Paris, Economica, 1986 (19 (...)

20La prosopographie n’est pas une problématique, mais une méthode qui peut permettre d’étudier la mobilité sociale ou des problématiques d’histoire politique. Elle consiste à constituer des notices individuelles biographiques sur des personnages ayant entre eux un lien commun. Il faut 1. choisir et délimiter la nature de ce lien commun, comme l’appartenance à une fonction, comme celle de magistrat en une cour de justice. 2. Établir la liste générale des individus qui entrent dans le cadre prévu. 3. Pour chaque individu, établir une notice, à partir de toutes les sources possibles, sur ses origines, sa carrière et ses activités. 4. Une synthèse, enfin, consiste à comparer l’ensemble des notices pour dégager les tendances générales, les normes, et déceler les spécificités, les écarts aux normes, révélateurs d’un phénomène particulier ou résultant d’un événement. Lorsqu’il s’agit de titulaires d’une fonction, il est possible notamment d’en observer le recrutement (origines géographiques et sociales) et le déroulement des carrières. Ainsi parmi les magistrats au parlement de Paris étudiés par F. Bluche13, Chrétien Ier de Lamoignon, fils d’un parlementaire anobli par ses charges, est devenu conseiller du Parlement à 29 ans, n’a pas fait carrière ailleurs et a culminé comme président à mortier, tandis que son fils a pu accéder à la même charge dès l’âge de 18 ans, est devenu maître des requêtes à 27 ans, puis conseiller d’État et enfin premier président au Parlement. L’ascension sociale était relativement rare et limitée au xviie siècle mais on en trouve des cas, notamment chez les gens de finances.

Les relations inter-personnelles

  • 14 Mousnier Roland, « Le problème des fidélités aux xvie, xviie et xviiie siècles », Enquêtes et Docu (...)
  • 15 Kettering Sharon, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth-century France, New York, Oxford, 19 (...)
  • 16 Beguin Katia, Les Princes de Condé, rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand siècle(...)
  • 17 Bayard Françoise, Le Monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988 ; Dessert Danie (...)

21C’est l’étude des soulèvements populaires du xviie siècle et sa critique de l’analyse de Boris Porchnev qui ont conduit Roland Mousnier à montrer l’importance des liens personnels (1970). Les historiens des révoltes ont montré des solidarités entre seigneurs et paysans, non seulement pour des raisons d’intérêt matériel, là où les premiers payaient la taille réelle par exemple, mais aussi du fait des relations verticales et inter-individuelles dont les chaînes se poursuivaient jusqu’à la paysannerie. Roland Mousnier a ainsi initié une typologie de ces relations avec la notion de « fidélité » : la relation du fidèle à son maître est une relation affective, volontaire et choisie, mais plusieurs historiens ont fait remarquer qu’une telle relation était relativement rare. Aussi a-t-il distingué le fidèle et le client14 : tandis que la fidélité résulte d’un sentiment, la relation entre client et patron consiste en prestations de service et de protection, un intérêt réciproque. Sharon Kettering15 définit la relation patron-client comme une relation verticale, inégalitaire, impliquant une subordination, et qui impulse un échange, le client rendant des services récurrents avec loyauté, le patron octroyant une récompense matérielle de façon différée lorsqu’il en a l’occasion. Elle ajoute à l’analyse la notion de broker (« courtier ») ; un broker est un intermédiaire, à la fois ami inférieur d’un Grand et ami de gentilshommes de son pays : il permet de mobiliser les seconds au service du premier, mobiliser les amis des amis. Le broker constitue le seul lien, le passage obligé entre deux groupes qui ne communiquent pas autrement, et peut être une position de pouvoir. La reconstitution de la clientèle d’un Grand a été effectuée par Katia Béguin16 pour les Condé. Ainsi l’histoire sociale et l’histoire politique convergent : l’histoire des institutions, des finances de l’État (Bayard, Dessert, Michaud17), l’analyse du pouvoir central ou local sont éclairées par l’observation des acteurs dans leur multiplicité.

  • 18 Imízcoz Beunza J. M., in Castellano Juan Luis, Dedieu Jean-Pierre, Réseaux, familles et pouvoirs d (...)

22Une critique renouvelée des insuffisances de la notion de groupe social a renforcé la pertinence de l’étude des relations. Rien ne garantit que les catégories sociales exhibées par l’analyse constituent des unités de vie ni qu’elles soient des acteurs de la vie politique. « Le risque existe de prendre ces catégories pour les acteurs de la vie sociale, comme si les « groupes sociaux » prédéfinis constituaient les unités réelles de vie et d’action collective ». Ainsi à la fin de la Fronde par exemple, la noblesse moyenne, qui s’est attachée à demander la convocation des États généraux, continuait de défendre le vieux projet de monarchie tempérée, et poursuivait donc un but bien différent de celui des princes. Surtout, l’étude des groupes sociaux tend à susciter une démarche analytique qui, en distinguant ces groupes, risque de les présenter comme isolés, alors que plusieurs groupes pouvaient partager les mêmes valeurs. Certes l’étude des groupes est nécessaire, mais elle ne saurait suffire, car, pour une compréhension du tissu social global, il faut préférer l’observation « de ce qui lie et non de ce qui sépare. […] Le social est fait de relations » (J. M. Imízcoz Beunza18).

  • 19 MacFarlane Alan, The Family Life of Ralph Josselin, a Seventeenth-Century Clergyman : an Essay in (...)
  • 20 Beauvalet Scarlet et Gourdon Vincent, « Les liens sociaux à Paris au xviie siècle : une analyse de (...)

23Aussi l’histoire sociale récente s’intéresse-t-elle plus que jamais aux relations inter-individuelles, les clientèles, la parenté et l’amitié, et à leur contenu, solidarité ou hostilité. Comme les relations forment des réseaux, les historiens sont tentés d’utiliser le concept de réseaux sociaux, à l’analyse desquels la sociologie fournit des instruments élaborés. Mais pour une époque reculée comme le xviie siècle, il est rare que les sources permettent de reconstituer des ensembles de relations autrement que de façon très partielle, si bien que les travaux historiques ont utilisé le concept de « réseau social » de façon seulement métaphorique, et l’analyse des réseaux n’a produit, pour l’époque moderne, que des résultats limités. Certaines sources permettent du moins de déceler le réseau centré sur un personnage, ce qu’on appelle un réseau « égocentré ». Déjà dans le livre de raison de Ralph Josselin, Alan MacFarlane19 compte les visites de divers types et compare la place de la famille, des alliés et des voisins, démarches typiques de l’analyse des réseaux égocentrés. Plus récemment, on a commencé à étudier l’identité des témoins mentionnés dans les contrats de mariage, puisqu’ils permettent d’observer l’extension du réseau des conjoints20. L’étude de réseaux égocentrés permet de comparer le « capital relationnel » d’individus ou d’un même individu à plusieurs moments : taille, cloisonnement éventuel, densité (un réseau personnel est dense si ses membres sont par ailleurs interconnectés).

Bibliographie

Bibliographie

L’Histoire sociale : sources et méthodes, Colloque de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, 1965, Paris, PUF, 1967, 298 p.

Mouvements populaires et conscience sociale (xvie-xixe siècles), Colloque publié par Jean Nicolas, Paris, 1995.

Ordres et classes, Colloque d’histoire sociale, Saint-Cloud, mai 1967, Communications réunies par D. Roche et présentées par C. E. Labrousse, Paris Mouton/La Haye, 269 p.

Problèmes de stratification sociale : castes, ordres et classes, Actes du colloque international de 1966, Paris, 1968.

Constant Jean-Marie, La Société française aux xvie-xviie-xviiie siècles, Ophrys, 1994, 163 p.

Corvisier André, Sources et méthodes en histoire sociale, Paris, SEDES, 1980, 257 p.

Notes

1 Burguière André, « Pour une typologie des formes d’organisation domestique de l’Europe moderne (xvie-xixe siècles) », Annales ESC, mai 1986, n° 3, p. 639-655.

2 Gutton Jean-Pierre, La Société et les pauvres en Europe du xvie au xviiie siècle, Paris, PUF, 1974.

3 Goubert Pierre, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la France du xviie siècle, Paris, 1960. Cent mille provinciaux au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1968.

4 Lemarchand Guy, La fin du féodalisme dans le pays de Caux, Paris, CTHS, 1989.

5 Porchnev Boris, Les Soulèvements populaires en France de 1623 à 1648, Paris, Flammarion, 1972.

6 Tawney R. H., « The Rise of the Gentry, 1558-1640 », Économic History Review, 9 (1941), p. 1-38.

7 Mousnier Roland, Problèmes de stratification sociale. Deux cahiers de la noblesse (1649-1651), Paris, PUF, 1965 ; Mousnier Roland, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, PUF, 1965, 184 p.

8 Weber Max, Économie et société, Paris, Plon, 1971, 651 p..

9 Bluche François et Solnon Jean-François, La véritable Hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le tarif de la première capitation (1695), Droz, 1983.

10 Deyon Pierre, Amiens, capitale provinciale, étude sur la société urbaine au xviie siècle, Paris, Mouton, 1967.

11 Stone Lawrence et Fawtier Stone Jeanne C., An Open Elite ? England 1540-1880, Oxford, 1984 ; Stone Lawrence, « L’Angleterre de 1540 à 1880 : pays de noblesse ouverte », Annales ESC, 1985, n° 1, p. 71-94.

12 Dupeux Georges, « L’étude de la mobilité sociale. Quelques problèmes de méthode », Conjoncture économique, Structures sociales. Hommage à Ernest Labrousse, Paris/La Haye, 1974, p. 79-90.

13 Bluche François, Les Magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle, Paris, Economica, 1986 (1961).

14 Mousnier Roland, « Le problème des fidélités aux xvie, xviie et xviiie siècles », Enquêtes et Documents, 3, 1975, p. 39-45 (p. 43).

15 Kettering Sharon, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth-century France, New York, Oxford, 1986.

16 Beguin Katia, Les Princes de Condé, rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand siècle, Paris, Champ-Vallon, 1999.

17 Bayard Françoise, Le Monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988 ; Dessert Daniel, Argent, pouvoir et Société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984 ; Michaud Claude, L’Église et l’argent sous l’Ancien Régime. Les receveurs généraux du clergé, Paris, Fayard, 1991.

18 Imízcoz Beunza J. M., in Castellano Juan Luis, Dedieu Jean-Pierre, Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, CNRS, Paris, 1998.

19 MacFarlane Alan, The Family Life of Ralph Josselin, a Seventeenth-Century Clergyman : an Essay in Historical Anthropology, Cambridge, CUP, 1970.

20 Beauvalet Scarlet et Gourdon Vincent, « Les liens sociaux à Paris au xviie siècle : une analyse des contrats de mariage de 1660, 1665 et 1670 », Histoire, Économie et Société, t.XVII, 1998, n° 4, p. 583-612.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7375/img-1.png
Fichier image/, 545k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540