Version classiqueVersion mobile

Les programmes politiques

 | 
Karim Fertikh
, 
Mathieu Hauchecorne
, 
Nicolas Bué

Les auteurs

Texte intégral

1Nicolas Azam est docteur en science politique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (CESSP-CRPS). Il a publié « Européanisation et dynamique de changement partisan. Le Parti communiste français et l’Union européenne (1989-1999) », Politique européenne, no 43, 2014, p. 46-67.

2Damien Boone, (CERAPS), est docteur en science politique de l’université Lille 2. Sa thèse a notamment porté sur les formes de socialisations au politique dans les conseils d’enfants. Il publiera en 2015 (avec Giuseppe Bellotta, Natacha Collomb, et Sophie Alice Sarcinelli) À quelle discipline appartiennent les enfants ? Croisements, échanges et reconfigurations de la recherche autour de l’enfance (La discussion).

3Nicolas Bué est professeur des universités en science politique à l’université d’Artois, chercheur au CERAPS et chercheur associé à ERMES. Ses travaux portent sur les partis politiques et leurs alliances, ainsi que sur le pouvoir local. Il a récemment publié : « Le nombre de places : les usages ambivalents des chiffres dans la négociation de listes de coalition aux élections municipales », Mots. Les langages du politique, no 100, 2012 ; « La façade d’unité des gouvernements. Le cas d’une coalition de gouvernement municipal », Sociétés contemporaines, no 88, 2012 ; et avec Fabien Desage, « Les élus locaux communistes et l’intercommunalité : chronique d’un ralliement non annoncé », in Bellanger E., Mischi J. (dir.), Les Territoires du communisme, Paris, Armand Colin, 2013.

4Martial Cavatz est doctorant en histoire contemporaine à l’université de Franche-Comté, rattaché au Laboratoire des Sciences Historiques EA 2273. Il prépare une thèse sous la direction de Jean-Claude Daumas, sur l’industrie et les entreprises à Besançon et dans son Agglomération de 1960 à 2000.

5Rafaël Cos est doctorant en science politique au CERAPS (Lille 2). Il conduit sa recherche autour de la sociologie des biens idéels des partis politiques à partir d’une enquête sur les logiques de production, de mobilisation et de circulation des textes programmatiques au Parti socialiste entre 1995 et 2012. Il est notamment l’auteur de « Les élus socialistes face aux chiffres de la délinquance : dispositions, positions et prises de positions partisanes sur les statistiques policières », Mots. Les langages du politique, no 100, 2012, et de « Le Parti socialiste et la régulation politique des désordres. L’émergence d’un nouvel entrepreneur de sécurité », in Boucher M., Malochet V. (dir.), Regards croisés sur la régulation sociale des désordres, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociale », 2012.

6Clément Desrumaux est maître de conférences en science politique à l’université de Lyon 2 et chercheur au laboratoire Triangle (UMR5206). Il est l’auteur d’une thèse comparant les campagnes électorales britanniques et françaises. Il a récemment coordonné le numéro 187 de la revue Réseaux : « le travail politique par et pour les médias » et publié « Modernité de la communication politique ou simple “moment New labour” ? Flux et reflux du “spin” chez les travaillistes britanniques (1994-2007) ».

7Paula Diaz est docteure en sociologie et chercheuse associée au Centre d’études des mouvements sociaux, EHESS et affiliée à l’Institut de sciences sociales du Politiques, UMR CNRS 7220. Ses sujets de recherche sont les suivants : discours politiques, catastrophes politiques et socio-naturelles, éthique située et valeurs.

8Aude Dontenwille-Gerbaud est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil (Upec). Elle appartient au laboratoire CEDITEC (Centre d’Étude des Discours, Images, Textes, Écrits et Communications).

9Karim Fertikh est docteur en sciences sociales. Au sein du Centre Simmel (UMR 8131), il est responsable du groupe de recherche sur les transformations de l’État social dans le cadre du programme « Saisir l’Europe/Europa als Herausforderung ». Il a notamment publié : « Trois petits tours et puis s’en va… Marxisme et programme de Bad Godesberg du Parti social-démocrate allemand », Sociétés contemporaines, mars 2011, no 81, p. 61-80 ; « Le “nouvel ordre” du programme de Bad Godesberg. Sociologie d’une construction sociale de l’économie », Lien social et politiques, no 72, 2014 ; et « Le genre programmatique. Sociologie de la production des programmes partisans », Revue française de science politique, no 64, 2014, p. 903-926.

10Carolina Gutierrez Ruiz est docteure en science politique. Elle est chercheuse associée au CERAPS, UMR-CNRS 8026, université Lille 2. Elle a publié : « Les trajectoires de décentralisation en France et au Chili : une approche comparée des “convergences” et des “réappropriations” », Revue internationale de politique comparée, vol. 19, no 1, 2012 et, avec Paola Díaz, « Les détenus disparus, victimes ou résistants ? Les catégories dans la mobilisation de l’Association chilienne des Familles des détenus disparus », in Lefranc S., Mathieu L. (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 129-144.

11Mathieu Hauchecorne est maître de conférences en science politique à l’université Paris 8. Ses travaux portent sur l’histoire sociale et la circulation transnationale des idées politiques contemporaines. Consacrée à la réception française de Rawls et des théories de la justice, sa thèse est en cours de publications aux éditions du CNRS (collection « Culture et société »). Il a également co-dirigé des numéros de revue consacrés aux usages des productions savantes au sein de l’État (« Références savantes, références d’État », Genèses, 78, 2010) et au sein du militantisme (« Théories en milieu militant », Sociétés contemporaines, no 81, 2011).

12Frédérique Matonti est professeure de science politique (université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, CESSP). Après avoir consacré sa thèse aux intellectuels communistes (Intellectuels communistes : une sociologie de l’obéissance. La Nouvelle Critique. 1967-1980, Paris, La Découverte, 2005), elle a progressivement élargi ses travaux au « moment structuraliste » et à l’histoire sociale des idées.

13Michel Offerlé enseigne la socio-histoire et la sociologie du politique à l’ENS. Ses travaux portent sur la socio-histoire et sur la sociologie des organisations politiques. Derniers ouvrages : Les Patrons des Patrons. Histoire du Medef, Paris, Odile Jacob, 2015 ; La Profession politique, XIXe-XXIe siècles, (dir.), réédition Poche Belin, 2015.

14Julien O’Miel est docteur en science politique de l’université Lille 2 (CERAPS, UMR 8026). Il a publié avec Julien Talpin, « Espace et conflits dans la participation. Luttes symboliques et matérialité d’une controverse autour la localisation d’une mosquée à Florence ». (Lien social et Politiques, no 73, printemps 2015, p. 33-52), avec Aymeric Mongy, « Réformer par l’expérimentation. La réception du budget participatif des lycées en Région Nord-Pas-de-Calais », Participations, no 9, 2014, p. 209-238 et avec Thomas Alam et Marion Gurruchaga, « Science de la science de l’État. La perturbation de l’ethnographe comme impensé méthodologique », Sociétés contemporaines, no 87, 2012, p. 155-173.

15Diplômée de l’École normale supérieure de Paris et docteur en science politique, Mélanie Pauvros a soutenu sa thèse a l’université Paris 7 en 2014. Elle porte sur les politiques locales d’immigration à la frontière de l’espace Schengen et a été réalisée grâce à un contrat CIFRE et à une bourse du programme du SSRC. Mélanie PAUVROS est également chargée de cours à l’IEP de Lille et à l’université de Lille 2.

16Matthieu Tracol, docteur en histoire contemporaine de l’université Paris 1 – Centre d’histoire sociale du XXe siècle. Il a publié Changer le travail pour changer la vie ? Genèse des lois Auroux, 1981-1982, Paris, Fondation Jean-Jaurès – l’Harmattan, 2009, 237 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search