Version classiqueVersion mobile

Les programmes politiques

 | 
Karim Fertikh
, 
Mathieu Hauchecorne
, 
Nicolas Bué

Deuxième partie. Usages et fabrication des textes programmatiques

7. Changements de programme

Usages des programmes par les candidats aux élections législatives en France et en Grande-Bretagne (1997-2007)

Clément Desrumaux

Texte intégral

  • 1 Weber M., Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2003, p. 136.

« En France, un mouvement préfectoral inspiré par la politique des partis a toujours passé pour un bouleversement plus grand et causé plus de bruit qu’une modification du programme gouvernemental, dont la signification était presque purement phraséologique. Beaucoup de partis [sont] de purs partis de chasseurs de postes et ils modifient le contenu de leur programme au gré des chances de la pêche aux voix. »
Max Weber1

  • 2 Price L., The Spin Doctor’s Diary, Londres, Hodder & Stoughton, 2005, p. 323.

1Lors des élections nationales, les programmes électoraux sont souvent préparés, au siège des partis politiques, par un cercle restreint de membres. En Grande-Bretagne, par exemple, la responsabilité de l’écriture du programme travailliste de 2001, a notamment été confiée à David Miliband2, un conseiller du Premier ministre Tony Blair. En France, les programmes préparés en vue de l’élection présidentielle sont rédigés par les candidats et un entourage plus ou moins large. Depuis l’inversion du calendrier électoral en 2002, lors des élections législatives qui suivent, il s’agit principalement de reprendre ce texte pour en faire un programme de gouvernement. Dès lors, parler des candidats aux élections législatives peut paraître incongru : ils sont plutôt les destinataires d’un texte qu’ils sont censés diffuser, dans leur circonscription, dans le cadre de leur campagne électorale. De plus, dans les deux pays cités, on pourrait penser que le scrutin uninominal favorise la mise en avant de la personnalité des candidats plutôt que de leurs messages. Enfin, les candidats, interrogés rétrospectivement sur leurs programmes, se remémorent rarement les thèmes qu’ils ont évoqués.

  • 3 Coton C., Proteau L., « La division sociale du travail d’écriture », inCoton C., Proteau L., (dir.) (...)
  • 4 En France, l’article R29 du Code électoral dispose que la profession de foi doit correspondre au f (...)

2La partie écrite du travail politique est souvent passée sous silence en entretien, à l’inverse des éléments plus pratiques (organisation de meeting, distribution de tracts etc.)3. Pourtant, d’un strict point de vue technique, les candidats aux élections législatives sont contraints de revisiter le programme national : si les textes préparés aux sièges des partis font plusieurs pages, les candidats sont tenus de réduire la longueur de leur document de campagne4. Dès lors, au minimum, les prétendants à une élection législative résument les propositions de leur parti. Si nombre de candidats réduisent effectivement le texte, d’autres s’autorisent plus de liberté. Dans les mains et sous la plume des différents candidats, les programmes sont résumés, adaptés aux réalités locales, modifiés à la marge ou tout simplement ignorés.

  • 5 Poirmeur Y., « Emblème, repère, enjeu : le social au Parti socialiste », in Gaxie D. et alii, Le « (...)
  • 6 Gaxie D., La démocratie représentative, Paris, Montchrestien, 4e éd., 2003.
  • 7 Collovald A., Gaiti B., « Discours sous surveillances : le social à l’Assemblée », in Gaxie D. et (...)
  • 8 Bue N., Desage F., « Le “monde réel” des coalitions », Politix, vol. 4, no 88, 2009, p. 7-37.
  • 9 Lemoine B., « Chiffrer les programmes politiques lors de la campagne présidentielle 2007 », Revue (...)
  • 10 Petrocik J., « Issue ownership in presidential elections », American Journal of Political Science, (...)
  • 11 Franzmann S., « Locating Political Parties in Policy Space », Party Politics, vol. 12, no 2, 2006, (...)
  • 12 Janda K. et alii, « Changes in Party Identity. Evidence from Party Manifestos », Party Politics, v (...)
  • 13 Contamin J.-G., « Cadrages et luttes de sens », in Agrikoliansky E. et alii (dir.). Penser les mou (...)
  • 14 Croteau D., Hicks L., « Coalition Framing and the Challenge of a Consonant Frame Pyramid », Social (...)
  • 15 Sur un autre sujet, c’est la perspective adoptée par Hauchecorne M., « L’expertise d’État rattrapé (...)

3Les programmes électoraux peuvent être assimilés à des biens symboliques : à l’instar des productions artistiques, leur valeur dépend davantage d’évaluations internes au champ (ici politique) que du seul décompte des voix. Les programmes sont autant destinés à marquer des positions5 dans la concurrence face aux adversaires qu’à engranger des voix. Par conséquent, la production et les usages des textes sont partagés entre un pôle relativement autonome du champ politique et un pôle plus hétéronome6. Les textes produits dans les sièges centraux des partis sont, d’une part, destinés à un marché restreint, dans lequel il faut rassembler le parti et se démarquer des concurrents7. Ces textes servent alors dans les négociations d’alliances partisanes8, pour les traditionnelles mesures de leurs potentiels coûts9 et les évaluations en termes d’intentions de vote10. D’autre part, ces mêmes textes et leurs exégèses sont destinés aux candidats de l’ensemble des circonscriptions. Ces agents deviennent les producteurs du second champ qui transforment les programmes pour les présenter aux électeurs et se faire une place dans une concurrence plus locale. La question de la « rentabilité » devient plus immédiate puisque les candidats sont en relation directe avec des électeurs qu’il faut convaincre. Ce chapitre entend rompre avec des études qui tiennent les programmes pour des textes unitaires et figés11, à partir desquels on pourrait notamment mesurer l’évolution idéologique des partis12. S’inspirant du renouveau de l’analyse des cadres13, il s’agit de tenir la construction des programmes davantage comme un assemblage réalisé par un ensemble d’agents et d’organisations14. Les candidats servent et se servent des programmes, s’y réfèrent ou en atténuent la portée en les déclinant sous forme de tracts, d’affiches et de discours. Les programmes sont alors une somme d’usages différenciés d’un ensemble de textes15 faisant l’objet d’appropriations synchroniquement plurielles.

  • 16 Kavanagh D., « The Politics of manifestos », Parliamentary Affairs, vol. 34, no 1, 1981, p. 7-27. (...)
  • 17 Sawicki F., Les Réseaux du Parti socialiste, Paris, Belin, 1997.

4Ce chapitre s’appuie sur une comparaison entre plusieurs circonscriptions françaises et britanniques. La citation de Max Weber mise en exergue laisse à penser que les programmes compteraient peu en France. Les candidats bénéficieraient d’une relative liberté lors des élections législatives, les programmes seraient donc nécessairement insaisissables. À l’inverse, la littérature scientifique donne aux programmes une plus grande importance en Grande-Bretagne : les politiques publiques mises en place par les gouvernements reflèteraient généralement de manière assez fidèle le programme des partis16. Ces généralités s’effacent cependant rapidement devant des explications telles que les logiques de la compétition électorale, la trajectoire des candidats, leur parti, la configuration de campagne ou le contexte politique de l’élection. Dans les deux pays, ces éléments permettent de déterminer les conditions par lesquelles les programmes se trouvent relayés intégralement ou modifiés passablement. Sont rassemblés ici des matériaux empiriques multiformes (entretiens, observations ethnographiques, archives des partis) afin de comparer sociologiquement plusieurs partis politiques (partis travailliste et conservateur en Grande-Bretagne, parti Socialiste et de l’Union pour un mouvement populaire en France) durant les élections législatives françaises (1997, 2002, 2007) et britanniques (1997, 2001, 2005). Ainsi, ce chapitre analyse comment les programmes électoraux épousent les différentes configurations locales17 et donc comment s’articulent le texte produit centralement et ses aménagements divers. Il s’agit de comprendre la structuration de l’offre politique programmatique dans l’enchevêtrement des échelles territoriales des campagnes électorales. Ce chapitre analyse finalement les programmes plutôt dans la variation de leurs formes et de leurs fonds.

5Pour rendre compte des « changements de programme » et de la construction multi-centrée de l’offre politique, il s’agit, d’abord, de comprendre les contraintes qui encadrent la réécriture des programmes. Cependant, pour saisir véritablement les logiques d’écriture des documents de campagne, il convient de voir, ensuite, comment les configurations dans lesquelles sont prises les candidats influent sur leurs prises de position.

Les candidats et les programmes : une écriture sous contrainte

  • 18 Coton C., Proteau L., « La division sociale du travail d’écriture », op. cit. p. 10-11.

6Les candidats aux élections législatives en France et en Grande-Bretagne confectionnent généralement eux-mêmes leurs documents de campagne, en liaison avec le parti qu’ils représentent et en sollicitant parfois des tiers. L’écriture des programmes est une forme d’écriture sous contrainte18, c’est-à-dire que les candidats obtiennent, par délégation, le pouvoir d’écrire au nom du parti, mais sont néanmoins tenus de respecter des codes partisans. Pour comprendre les logiques qui pèsent sur la réécriture des programmes, l’analyse se base sur les documents de 105 candidats du PS, du RPR et de l’UMP dans le Nord et dans le Bas-Rhin (1997, 2002, 2007) ainsi que sur ceux de 180 candidats travaillistes et conservateurs dans le Grand Manchester et dans le Kent (1997, 2001, 2005). Pour chacun des documents, il s’agit de voir si le tract est similaire au modèle du parti ou réalisé par le candidat, si le slogan est celui du candidat ou celui du parti, si le programme est simplement résumé, un peu adapté ou totalement révisé. Il apparaît alors que le parti politique d’appartenance, la région de diffusion et le type de circonscription ont un rôle important dans l’explication des variations des textes.

L’inégale capacité des partis à structurer l’offre programmatique

7Il y a un rapport de dépendance entre les deux espaces de production des programmes électoraux. En effet, les agents des sièges centraux produisent un texte de référence et des argumentaires utiles aux candidats et comptent, en retour, sur eux pour en assurer la diffusion. Les partis ne sont cependant pas égaux dans leur capacité à organiser et contrôler la circulation des idées.

8Schématiquement, on pourrait opposer deux cas dans la circulation des programmes : celui de l’alliance RPR-UDF (Rassemblement Pour la République, Union pour la Démocratie Française) de 1997 et celui du Parti travailliste britannique de la même année.

9En 1997, la droite parlementaire française scelle son alliance par un programme électoral rédigé à la hâte. Le 29 avril 1997, par une conférence de presse, les leaders de l’UDF et du RPR présentent un texte court de six pages, intitulé « Un nouvel élan pour la France ». Il s’agit en fait de deux programmes distincts, fusionnés suite à la dissolution du 21 avril, lors d’une entrevue entre les responsables des deux partis. Dans les circonscriptions, les candidats du RPR se démarquent souvent des cadres nationaux par leurs tracts, leurs slogans et leurs programmes personnels (c’est le cas des 10 tracts récoltés). L’écart entre le texte central et celui des candidats est parfois important.

« – Un État efficace au service des citoyens, c’est un État plus proche, économe, recentré sur ses missions essentielles
– Libérer l’initiative au service de l’emploi
– Rénover notre pacte social pour mieux protéger ceux qui ont besoin de la solidarité nationale
– Faire de la France le moteur d’une Europe proche du citoyen »

« Colette pour tous
– Notre priorité, c’est l’emploi,
– Ne laissez personne sur le bord du chemin
– Je veux une France où il fait bon vivre
– Une économie au service des hommes
– La sécurité est la première des libertés
– La solidarité entre les générations »

« Un nouvel élan pour la France » Programme du RPR et de l’UDF en 1997

« Colette pour tous. Avec Jacques Chirac un nouvel élan pour la France » Programme de C. Codaccioni, 1re circonscription du Nord.

  • 19 Bué N., « La façade d’unité des gouvernements. Le cas d’une coalition de gouvernement municipal »,(...)

10Dans l’extrait proposé, la candidate RPR, pourtant ancienne secrétaire d’État et cadre du parti, ne reprend qu’un seul thème des quatre priorités défendues dans le texte national. Pour le reste, le slogan national est discret et le modèle du tract assez personnel. L’étude de ces tracts indique donc que le programme national semble davantage une façade nationale19. De fait, au moment des campagnes électorales, l’union n’est pas toujours de mise dans les circonscriptions. Les accords d’investiture ne permettent pas d’éviter quelques duels RPR/UDF dans lesquels il s’agit alors de se démarquer de l’adversaire, et donc de s’arranger avec le programme national.

11En revanche, en 1997, en Grande-Bretagne, les candidats travaillistes reprennent presque toujours le modèle de tract du parti et s’inspirent directement du programme « New Labour because Britain deserves Better » (sur 24 tracts, 19 reprennent le modèle et 20 résument fidèlement le programme). Même les plus distants vis-à-vis de l’équipe dirigeante font au moins figurer le résumé du programme en cinq points proposé dans les argumentaires du parti. Il ne faut cependant pas en conclure que les cadres sont plus lâches, peu centralisés et peu idéologisés à droite.

  • 20 Bourdieu P., « La représentation politique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 36, (...)
  • 21 Ibid., p. 19.
  • 22 En France, en 2007, 76 % des députés (438) cumulent un autre mandat (contre seulement 3 % au Royau (...)

12Trois hypothèses peuvent éclairer ce contraste. La première renvoie à la place des élus locaux dans l’organisation partisane. Le RPR fonctionne davantage sur la base d’un capital politique personnel20 rendu notamment possible par le cumul des mandats. Les candidats du RPR disposent souvent de mandats locaux d’où ils tirent une partie de leur notoriété et légitimité et à partir desquels ils construisent leur programme. À l’inverse, les candidats travaillistes disposent d’un capital politique délégué, « produit du transfert limité et provisoire […] d’un capital détenu et contrôlé21 » par le parti. La relative limitation du cumul des mandats rend les candidats plus dépendants du label partisan22. En deuxième lieu, les partis exercent un contrôle inégal sur les candidats. Le contrôle des actions des candidats du RPR dans les circonscriptions est relativement limité. En revanche, le Parti travailliste encadre scrupuleusement la production des documents écrits : ils doivent suivre une charte graphique stricte et reprendre des éléments de langage précis. Une candidate du parti a également signalé qu’en 2001, en plus de cet encadrement a priori sur les documents, des contrôles a posteriori permettaient de vérifier que les messages adressés aux électeurs ne soient pas trop dissonants. Si l’opposition montre des différences, il ne faut cependant pas les réifier. La troisième hypothèse insiste en effet sur la dimension conjoncturelle de cette différence : la droite parlementaire française forme une alliance en 1997, l’encadrement est donc plus lâche. À l’inverse, le « nouveau » Parti travailliste mène pour la première fois campagne depuis l’arrivée de l’équipe de T. Blair à sa tête ; l’image du parti est alors une préoccupation majeure.

  • 23 Alexandre-Collier A., « John Major vs. the “bastards” ou la puissance de la mobilisation euroscept (...)
  • 24 [http://www.politicsresources.net/area/uk/e97/eurocand.htm] consulté le 8 avril 2009.

13Cette hypothèse conjoncturelle peut être généralisée puisque la structure de l’encadrement partisan des programmes n’est jamais figée. La comparaison diachronique sur trois scrutins indique un alignement progressif des programmes des candidats de droite en France. À partir de 2002, la création de l’UMP contribue à structurer les discours politiques des candidats aux élections législatives. Par ailleurs, les tracts des candidats montrent que la différenciation des programmes peut être orchestrée par le siège central. Ainsi, à partir de 2001, le Parti travailliste enjoint à ses candidats d’adapter leurs slogans et leur discours : « Working hard for [this constituency] » devient le slogan préconisé à la place de « Ambitions for Britain », et les propositions politiques sont étroitement liées à ce que les électeurs sont supposés vivre dans la circonscription. Conjoncturellement, les partis se trouvent également pris dans des positions qui rendent plus fluide la contrainte partisane en matière de diffusion des programmes. Ainsi, lors des élections législatives de 1997 en Grande-Bretagne, les conservateurs étaient très divisés. La précédente mandature avait été marquée par des tensions, que les scandales politiques et les défaites électorales successives avaient aggravées. Aussi, lors de la campagne de 1997, le programme du parti se trouve largement ignoré par les candidats dans leur circonscription. L’exemple le plus patent est le sort réservé à la question européenne. Parmi les propositions du texte « You can only be sure with the Conservatives », le parti se réserve le droit, s’il reste au pouvoir, de rejoindre au moment opportun la monnaie unique européenne. Cette position peu audacieuse s’explique par la volonté de l’équipe de J. Major de ne pas trop effaroucher les eurosceptiques au sein du parti23. Pourtant, les candidats du parti transforment leur campagne en quasi réquisitoire contre la monnaie unique. T. King, journaliste au Daily Telegraph, avait, à cet égard, collecté les professions de foi de près de 300 candidats conservateurs en 199724. Selon son propre décompte, 154 candidats s’opposaient clairement à la monnaie unique dans leurs tracts et 60 autres y faisaient figurer des propos eurosceptiques. Seuls 37 affichaient leur soutien à la ligne gouvernemental. Au final, le thème de l’Europe, discret dans le programme national, devient le centre d’intérêt des candidats dans les circonscriptions. Parmi eux, J. Smith, candidat conservateur dans la circonscription de Manchester Withington, titre sa profession de foi par : « Brussels or London ? Jonathan Smith wants Britain to be run from London! » qu’il accompagne du texte suivant:

« L’Europe est un des enjeux les plus importants devant être abordé aux prochaines élections générales, et les positions des partis seront déterminantes sur la prospérité future de la Grande-Bretagne. Je suis opposé à une monnaie unique européenne à moins qu’il ne puisse être démontré que les bénéfices pour ce pays seront manifestes, massifs et permanents. » (J. Smith, tract de 1997)

14Dans son document, les autres thèmes sont simplement évoqués et la place qui leur est accordée réduite à la portion congrue. Ainsi, le siège du Parti conservateur, affaibli conjoncturellement par les divisions internes au moment de la campagne de 1997, voit son programme largement révisé par les candidats au niveau des circonscriptions.

15En France, le PS est, en 1997, dans la situation inverse. Aux élections législatives de 1993, le parti avait perdu nombre de sièges, son groupe parlementaire est alors réduit à une cinquantaine de députés. En 1997, suite à la dissolution prononcée par le président de la République, les élections sont anticipées. Se produit alors un renouvellement générationnel au sein des candidatures PS. Les nouveaux entrants font une campagne plus courte et la conçoivent de manière plus nationale. La campagne raccourcie permet moins de développer une stratégie d’implantation sur la durée ou tournée vers une action locale. Du reste, les grèves de 1995 et la faible popularité du gouvernement d’Alain Juppé constituent une conjoncture propice à l’affirmation d’un clivage droite/gauche. Cette tonalité est bien explicitée par les candidats PS en entretien.

« Q – En 1997, c’était des tracts, dans la ligne de ce qui se faisait au niveau national, alors vous aviez repris le slogan…
R – Domaine politique tout à fait. “Changeons d’avenir” c’était un slogan magnifique ! On avait “changer la vie” d’abord et là c’était “Changeons l’avenir” c’était un slogan magnifique ! […] En 1997, on avait effectivement des argumentaires, enfin des argumentaires c’est épais comme ça, et ça vient de Paris ! Il faut piocher quelques bonnes idées, mais on avait des argumentaires.
Q – Dont vous vous inspiriez pour vos tracts ?
R – Oui, oui, parce qu’en 1997, j’ai fait une campagne politique donc là je m’en suis bien inspirée, un peu moins en 2002. » (M. Denise. Entretien)

16L’analyse des tracts de la candidate révèle en effet de grandes différences. En 1997, ses documents déclinent le programme du parti et critiquent celui de la droite. En 2002, il s’agit essentiellement pour la candidate de faire le bilan de son action et de faire quelques propositions adaptées à sa circonscription. Plus généralement, l’examen des tracts dans le Nord et le Bas-Rhin confirme que lors des élections législatives de 1997, et en comparaison avec les élections de 2002 et 2007, les candidats du PS sont nombreux à reprendre les tracts et le slogan du parti, à proposer une version résumée du programme national et à s’opposer au gouvernement de droite en place (17/27).

17Les organisations partisanes permettent donc de dégager une première variation. En Grande-Bretagne, les candidats sont plus souvent en cohérence avec les thèmes nationaux de leur parti. En France, les candidats semblent bénéficier d’une plus grande latitude vis-à-vis des textes nationaux. Les partis de droite sont, pour la période étudiée et dans les deux pays, moins prescripteurs que les partis de gauche. Cependant, cette distinction doit se comprendre essentiellement de manière conjoncturelle. De chaque côté de la Manche, la conjoncture politique explique la capacité des partis à structurer nationalement la diffusion de leurs programmes.

Des programmes qui épousent les « identités » locales

  • 25 Sur l’inscription locale des partis, nous renvoyons, entre autre à Sawicki F., Les Réseaux du Part (...)

18En France, comme en Grande Bretagne, le territoire connaît des histoires politiques et des « identités » régionales différentes. Les candidats s’inscrivent dans ces identités en les faisant exister dans leurs documents de campagne25.

  • 26 Lansberry F., Government and Politics in Kent, 1640-1914, Woodbridge, The Boydell Press, 2001; Fie (...)
  • 27 Giblin-Delvallet B. (dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, Paris, Fayard, 2005.

19Les circonscriptions dont il est question appartiennent à des zones géographiques précises. Au Royaume-Uni, il s’agit du Grand Manchester, connu pour ses fiefs travaillistes, et du Kent, où les conservateurs remportent la majorité des sièges à chaque élection, ce qui permet de lire des variations dans la diffusion des programmes26. En France, ce sont les circonscriptions du département du Nord, où la domination socialiste se trouve concurrencée par l’essor d’une droite locale, et celles du département du Bas-Rhin où le monopole de la droite est faiblement concurrencé par la gauche, qui offrent de nombreux points de comparaison27. Ces différents territoires conditionnent la diffusion des programmes par les différents candidats. Ainsi, en Alsace, s’ajoute presque mécaniquement au raccourcissement des textes centraux, leur traduction en « alsacien » (ou en allemand pour leur version écrite). Plusieurs candidats, de droite ou de gauche, proposent une traduction de leur programme ; en changeant de langue, ils s’éloignent davantage encore des textes centraux. En effet, la traduction est rarement neutre, elle induit souvent un changement dans la perception du monde et des catégories de pensées véhiculées par la langue.

Français

« Alsacien »

Qu’a fait Juppé pour les femmes ?
Il a renvoyé huit femmes secrétaires d’État dès le premier remaniement. Elles avaient servi à donner un coup de « modernité » à la photo officielle du nouveau gouvernent.

Was hat Juppé für die Frauenrechte unternommen? Er hat acht Frauen Staatssekretäre in ihre Küchen zurückgeschickt; ihre Rolle das offizielle Photo zu schmücken war beendet.

Qu’est ce que ce gouvernement ? Qui jette les ouvriers quand les gains ne sont plus suffisants ?

Die Arbeiter nach Hause schicken um dem Kapital keine Sorgen zu machen.

Extraits du tract de M.-C. Riedlin, candidate PS, 9e circonscription du Bas-Rhin

20Le tract de la candidate est bilingue : à la version française au recto répond la version allemande au verso. La traduction n’est pas littérale : en français le gouvernement fait une opération de communication en nommant des femmes au gouvernement ; en alsacien il les tient pour des potiches (schmücken : décorer) avant de les renvoyer à leurs fourneaux (Küchen : cuisine). De même, l’utilisation des termes Arbeiter (travailleur, ouvrier) et Kapital préféré à celui de profit (Gewinn) donne une allure presque marxisante au texte alsacien.

  • 28 Parodi J.-L., « Les règles du scrutin majoritaire », Projet, no 122, 1978, p. 191-200.

21Au regard des programmes, l’Alsace offre également d’autres particularités. La fédération socialiste du Bas-Rhin organise au niveau du département la réinterprétation des textes du parti. En 1997, les candidats des quatre premières circonscriptions proposent le même tract à dominance bleue sans reprendre le modèle de la rue Solferino. Tous mettent en exergue le titre : « Strasbourg doit être mieux défendue à Paris ! » et présentent les thèmes de l’Europe, de l’emploi, de la sécurité et de l’école, alors que le programme national du PS n’accorde pas tant d’importance à ces thèmes. La représentation de la configuration politique du territoire semble donc expliquer la présentation et l’interprétation des textes nationaux dans le cas de l’Alsace. « L’identité » du Bas-Rhin n’est pas une exception même si l’usage de l’alsacien lui donne une dimension supplémentaire. On retrouve des éléments similaires sur les autres terrains. Dans le Nord, des candidats défendent l’identité flamande (J.-P. Decool), dans le Kent des candidats soulignent la vocation et la nature portuaire de la ville (G. Prosser, P. Watkins). La filiation travailliste est également défendue à Manchester. Par ailleurs, le Parti travailliste adapte toujours son programme pour l’Écosse et le Pays de Galles. Les candidats et les partis organisent donc la variation des textes et du sens des programmes en fonction de l’identité régionale qu’ils contribuent à entretenir. Il ne suffit donc pas de constater qu’un même parti se présente sur l’ensemble du territoire28 pour supposer l’homothétie de ses discours et donc la nationalisation de la vie politique.

La prise en compte de la nature de la circonscription

22En France, comme en Grande Bretagne, le scrutin législatif se déroule au scrutin uninominal dans le cadre de circonscriptions. L’histoire électorale s’avère particulièrement heuristique pour saisir la transformation des programmes dans la mesure où elle structure, chez les candidats, la représentation de leur chance de réussite. Le contexte politique du territoire est une réalité largement anticipée par les candidats : ils consultent souvent les résultats des élections précédentes et adaptent le message en fonction des représentations qu’ils se font de leur électorat potentiel. Ainsi, le territoire peut inciter les agents à amender le programme en en complétant les lacunes. À titre d’exemple, le PS développe rarement un programme complet à destination des agriculteurs. Dans les circonscriptions rurales, les candidats doivent donc « bricoler » pour adapter leurs documents.

« L’agriculture, je n’avais pas trop de filons, parce qu’il n’y avait pas de… il y avait une commission “agriculture” au parti, mais ce n’était pas terrible, ce n’étaient pas des gens terriblement affutés sur ces problèmes. Non, là, moi j’apprenais, moi, toute seule. » (M. Denise. Entretien)

23Dans la 14e circonscription du Nord, M. Denise tout en alignant son texte avec le programme national, a dû adapter son programme en raison de la présence, en nombre, d’agriculteurs.

24Plus largement, en fonction de la représentation de leurs chances de victoire, les candidats font un usage différencié des programmes. Lorsqu’ils considèrent le combat comme sans espoir, la question du programme est rarement centrale ; le programme du parti est alors simplement résumé. Dans les circonscriptions historiquement acquises, les candidats sont plutôt en position de s’offrir des marges de libertés avec les textes. C’est cependant surtout lorsque les candidats estiment que la compétition est aiguë que se retrouvent les plus grands jeux avec les programmes. L’adaptation du texte aux questions locales est considérée comme indispensable.

  • 29 Sawicki F., « La marge de manœuvre des candidats par rapport aux partis dans les campagnes élector (...)

25Les programmes pour les élections législatives imposent donc de rompre avec l’unicité des textes partisans. Les candidats revisitent les textes en fonction de contraintes et des marges de manœuvre29 qui leur sont laissées. Au-delà de ces contraintes, il convient désormais d’étudier les interactions propres à chaque configuration de campagne.

Prises de positions programmatiques et configurations de campagne

  • 30 Dans les deux pays, les données rassemblées sur les candidats indiquent une surreprésentation des (...)
  • 31 Dans une certaine mesure, il s’agit d’analyser les conditions qui autorisent les positions d’exit, (...)

26Pour compléter l’analyse, il convient de voir comment les configurations de campagne, c’est-à-dire les propriétés et les interactions des agents qui participent aux campagnes électorales (candidats, militants, électeurs, etc.) induisent des usages différents des textes produits centralement par le parti. En règle générale, les candidats rencontrés sont souvent issus de professions et de catégories socioprofessionnelles qui ont un rapport particulier à l’écriture30. Interrogés sur leurs documents de campagne, juristes, avocats ou enseignants déclinent sur le mode de l’évidence, leur décision de rédiger eux-mêmes les textes. Les conditions de l’adaptation des textes nationaux dépendent cependant des différentes configurations dans lesquelles sont pris les agents et qui conduisent à simplement résumer le texte d’un programme, ou à l’adapter aux enjeux locaux voire à s’en démarquer totalement31.

Reprendre le programme national : signe d’un rapport distancié aux textes ?

27Paradoxalement, le respect du programme du parti témoigne d’un relatif manque d’intérêt à son égard. Les candidats s’embarrassent rarement avec les programmes électoraux.

  • 32 Sur les 401 duels droite/gauche du second tour des législatives de 1997, elle figure 392e du class (...)

28Certains candidats cumulent des positions qui leur garantissent une forme de domination sur leurs pairs (élu local, cumul de mandat, permanent du parti, etc.). Lorsque ces agents font campagne dans une circonscription qu’ils jugent acquise, ils se contentent de résumer le programme national. Dans la 9e circonscription du Nord où la droite est pratiquement assurée de l’emporter32, B. Gérard, le candidat de l’UMP en 2007 ne consacre au programme « Ensemble pour la majorité présidentielle », qu’un espace limité. Sa campagne est assez longue et lui permet de distribuer six documents différents. Les priorités du parti ne sont déclinées que dans deux documents. Ces derniers listent dix thèmes qui résument le programme national. En entretien, le candidat est assez peu loquace sur la confection du programme qu’il a largement déléguée. Dans une circonscription acquise à la droite, l’essentiel de sa campagne a consisté à convaincre ses pairs de sa légitimité. Dans la circonscription d’Altrincham & Sale West, G. Brady, le candidat conservateur adopte une attitude similaire. En entretien, il affirme : « Ma campagne locale a très largement été le reflet de cette [campagne nationale]. » Il reprend en effet le programme du parti, et ce d’autant plus facilement que les thèmes semblent correspondre, dans une certaine mesure à sa circonscription. La défense de la sélection au sein des « grammar schools » lui paraît, par exemple, particulièrement pertinente pour Altrincham. Pourtant, il ne décrit pas sa campagne comme locale. Il pense sa campagne électorale comme partie de la campagne nationale. C’est en ce sens qu’il conserve le programme du parti.

29Dans ces circonscriptions relativement confortables, les candidats suffisamment intégrés aux instances partisanes s’écartent rarement de la ligne partisane. Rester fidèle au texte se révèle moins coûteux que de l’adapter. Le programme est simplement résumé par ces candidats car, passage obligé de la campagne, il est plus facile à reprendre qu’à amender.

30Le revers de ces circonscriptions « acquises » est de se transformer en « terre de mission » pour le parti adverse. Ici encore, le rapport aux programmes est distancié et la reprise ne se comprend que dans le rapport de « fidélité » au parti. Les candidats minoritaires mènent des campagnes où l’espoir de conquérir le siège est faible. Dans ces configurations, le texte national du programme est souvent repris intégralement. M. Brimont, candidate PS dans la 9e circonscription du Nord présente le programme résumé.

« Les tracts n’étaient pas trop thématiques, c’étaient vraiment des tracts plus politiques. Voilà je n’ai pas fait de tracts thématiques à proprement parler. Après, pour les derniers tracts, je me suis repiquée sur les tracts de la fédé […]. Quelques photos, voilà. Vous savez, il ne faut pas communiquer de trop. Alors ça c’est pareil. Les gens croient que plus ils en mettent sur les tracts plus… c’est pas vrai. Ils ne lisent pas les gens. » (M. Brimont. Entretien)

31Le PS fait circuler des argumentaires thématiques et des contre-arguments au moment des campagnes. Ces textes constituent la source privilégiée du contenu des tracts de candidats comme M. Brimont. Par ailleurs, elle parle de « sacerdoce » pour qualifier sa candidature dans une circonscription si difficile pour son parti. C’est une candidature de témoignage qui implique que les idées du parti soient fidèlement présentées. En outre, ces candidats sont aussi plus dépendants vis-à-vis du parti donc plus disposés à être fidèles.

32Les candidats sont ici relativement intégrés à leur parti politique. Ils en suivent spontanément la ligne. S’aligner sur le programme national témoigne donc plutôt d’un usage automatisé des textes partisans.

Adapter les programmes pour coller à l’enjeu local

33Certaines compétitions électorales sont l’objet d’investissements importants de la part d’agents qui y voit un enjeu. Un faible écart de voix aux scrutins précédents incite souvent les candidats à faire une campagne active. Par ailleurs, dans ces compétitions, les agents investis ont généralement la confiance de l’équipe dirigeante du parti pour mener une campagne importante pour la victoire et souvent visible médiatiquement. L’enjeu stratégique permet alors aux candidats d’avoir plus de latitude dans l’adaptation des programmes.

  • 33 Bourdieu P., « Ce que parler veut dire », in Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1 (...)

34Les candidats anticipent généralement l’accueil de leur document de campagne en fonction des représentations qu’ils se font de leurs publics33 et de leurs horizons d’attente. Le besoin d’adaptation des programmes répond à une volonté de coller au terrain. En effet, dans ces compétitions, les candidats estiment souvent que leur connaissance de la réalité locale fera la différence. À titre d’exemple, à Dunkerque, en 2007, N. Sarkozy totalise 52,3 % des suffrages exprimés au second tour de l’élection présidentielle. Le mois suivant M. Delebarre, candidat PS dans la 13e circonscription qui couvre la ville, se représente le territoire comme concurrentiel. Son directeur de campagne insiste sur la dimension locale du programme.

« Q – J’ai pu noter en 2002, c’était l’emploi, le service public, la République et la solidarité. Les thèmes se choisissent comment ?
R – Eh bien, les thèmes se choisissent en fonction de l’ambiance du moment. Là, nous en 2007, c’était la solidarité, c’était la santé. Et puis il fallait répondre, sur ce qui venait de se faire sur la campagne. […] Il fallait partir sur nos valeurs, c’était la solidarité, c’était l’intergénérationnel, c’était l’éducation, c’était la jeunesse, c’était l’économie. On a beaucoup travaillé sur l’économie parce qu’ici on a quand même un site industriel, l’emploi, enfin tout ça, ça intéressait le député. On était parti sur la santé parce qu’on avait l’amiante. » (Directeur de campagne. Entretien)

  • 34 Elias N., Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, La Tour d’Aigues, 2003, p. 154-161.

35Dans un contexte concurrentiel, le candidat du PS, adapte son programme. De plus, une attention particulière est portée aux concurrents. Ces unités territoriales forment une véritable configuration, au sens éliassien34, dans le sens où les adversaires sont largement interdépendants ; leurs programmes se répondent. En face, le candidat de l’UMP intègre aussi les propositions de son opposant pour opérer ses choix en matière de programme.

« Q – Sur vos programmes, quels étaient les thèmes que vous avez privilégiés, comment s’est opéré le choix ?
R – Vous savez, les thèmes ce sont des thèmes nationaux. Alors les stratégies sont différentes, c’est-à-dire que Delebarre, quand les socialistes étaient dans l’opposition il faisait une campagne nationale, c’est de la politique nationale, il attaquait sur les thèmes nationaux. Quand ils étaient au pouvoir, et bien évidemment, c’était plus trop possible, ils faisaient une campagne locale et exclusivement locale en disant : “Regardez, ce que je vous apporte en tant que président, en tant que la CUD, de la ville.” Là dessus évidemment qu’est ce que vous voulez répondre. Dire : “Eh bien attendez, ce n’est pas ça la question, ce n’est pas ça le débat”, mais il s’en foutait […].
Q – Et les textes utilisés proviennent d’où, de la fédération ?
R – Non, c’est Paris, exclusivement Paris, c’est le groupe ou c’est le parti. Mais je veux dire, c’est tellement décalé par rapport à la province, et puis alors par rapport à une région industrielle comme Dunkerque, qui a subi tous les coups de la désindustrialisation. Donc je veux dire, je ne me suis pratiquement servi que de cela. C’est trop général, en vérité, ils font des modèles, ils font des modèles… et j’ai toujours adapté ça à ce que je ressentais du terrain. » (F. Dhersin. Entretien)

  • 35 Sawicki F., « Les questions de protection sociale dans la campagne présidentielle française de 198 (...)
  • 36 En 2001, la libéral-démocrate P. Calton remporte la circonscription de Cheadle avec 18 477 suffrag (...)

36Les interactions entre candidats jouent donc dans le choix des thèmes35. Les positions partisanes des deux agents (élus locaux, ancien ministre pour l’un, permanent du parti pour l’autre) leur permettent de profiter largement de la délégation de pouvoir en matière programmatique. Cependant, c’est surtout leur position au sein de la configuration de campagne qui autorise les libertés prises avec le programme. La concurrence et l’enjeu sont ici mis en avant pour justifier l’adaptation locale. En Grande-Bretagne, à Cheadle36, l’interaction est également centrale dans l’adaptation des programmes. Suite à la perte de la circonscription qu’il détenait depuis 1987, le conservateur S. Day mène campagne pour la gagner de nouveau. En 2005, lors de l’élection partielle, il se fixe comme objectif d’adapter chacun des thèmes du programme en les présentant dans leur répercussion locale. Par ailleurs, son slogan « Living there » vise surtout à critiquer son adversaire, non originaire de Cheadle.

  • 37 Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La Proximité en politique. Rennes, PUR, 2005.

37Les configurations concurrentielles dans les deux pays, produisent des injonctions contradictoires. L’étiquette partisane semble compter parce qu’elle s’accompagne directement de ressources matérielles (financières et techniques), et symboliques, dans lesquelles les candidats placent une croyance certaine. Cependant, la nécessité d’une légitimité locale vient s’y ajouter dans ce mode de scrutin très territorialisé. L’importance d’être « proche de ses électeurs » est également une croyance non négligeable chez les agents politiques37. Les candidats trouvent donc dans l’adaptation des programmes le moyen de rester en cohérence avec le texte partisan tout en affichant leur lien avec le territoire.

Se démarquer du cadre national

38Un dernier ensemble de candidats se détache totalement des cadres nationaux des programmes. Ce cadre national ne contraint que ceux pour qui l’intégration partisane compte. Les candidats disposant d’un capital politique personnel peuvent s’autoriser une entrée en dissonance. Les partis s’arrogent, par les investitures, la légitimité de leur capital, en échange, les candidats sont laissés relativement libres dans leur campagne. En revanche, les nouveaux entrants, qui s’écartent parfois aussi des textes partisans, ne disposent pas de capitaux particuliers. Investis dans des circonscriptions difficiles, ils se représentent parfois l’étiquette partisane comme un inconvénient. En s’autorisant des libertés avec le cadrage national ils s’exposent à une perte de ressources. Ces deux types de trajectoires favorisent le non-respect des textes partisans.

39En France, certains candidats possèdent un capital politique personnel et ne s’inscrivent que très peu dans le cadre partisan. J.-P. Decool, est un candidat apparenté UMP. Sa carrière élective antérieure lui a permis de se rendre incontournable sur ce territoire. En campagne, le candidat n’a recours que très marginalement aux textes du parti.

« C’est le terrain catégoriel, les socioprofessionnels qui alimentent, qui nourrissent mon débat, c’est eux qui donnent la moelle de mes interventions. Et puis alors je travaille beaucoup avec mes relais. Je travaille beaucoup avec les syndicats agricoles pour l’agriculture. J’ai un avocat juriste de grand talent en droit social qui travaille beaucoup avec moi sur le droit social. J’ai une de mes anciennes élèves qui est une avocate aussi spécialiste de la vie associative, elle est au barreau de Paris, au barreau de Lille. Je travaille beaucoup avec des relais, parce que j’estime qu’un député a plutôt un statut de généraliste et qu’on ne peut pas tout savoir. » (J.-P. Decool. Entretien)

40Les « apparentés » sont généralement investis dans les circonscriptions où les agents des partis considèrent qu’ils ont un poids politique qu’il s’agit de capter. Ce poids politique se lit aussi dans la confection des programmes. Chez J.-P. Decool, on devine les ressources réticulaires mobilisées pour l’écriture de ses textes de campagne. C’est, par exemple, en s’appuyant sur une mobilisation en faveur de la défense de la langue flamande que cette dernière devient un thème de campagne.

41En Grande-Bretagne, on retrouve également une forme de capital politique de nature personnelle. A. Bennett, député travailliste de la circonscription de Denton & Reddish de 1983 à 2005, travaille son implantation en tenant nombre de permanences.

« Semaine après semaine, à ma permanence, j’ai vu les conséquences des politiques conservatrices en matière d’emploi. La flexibilisation du travail signifie que les emplois dignes ont été remplacés par du travail temporaire ou à mi-temps. […] Chaque semaine, également, j’ai présidé le comité parlementaire sur l’environnement et j’ai assisté à l’indifférence des conservateurs vis-à-vis de l’environnement dont nos enfants hériteront. […] Ces deux enjeux ont des causes communes : la priorité du profit. » (A. Benett, tract de 1997)

  • 38 Waller R., Criddle B., The Almanac of British Politics, London, Routledge, 1999.

42La tonalité de son document n’est pas en phase avec celle du « Nouveau » Parti travailliste. En désaccord avec la ligne partisane, il propose aux électeurs un programme très personnel dans lequel il revisite le programme à l’aune de son expérience politique. Élu confortablement (avec 65,2 % des suffrages en 2001), alors qu’il fait figure de « rebelle38 » au sein du parti, il conserve toujours son investiture et la liberté d’adapter les programmes. Il peut d’autant plus se permettre ces écarts qu’il est soutenu localement par les élus et les membres du parti.

43À l’inverse, les nouveaux entrants sont souvent envoyés dans des circonscriptions difficiles pour y faire leur preuve. Dans ces territoires, alors que beaucoup reprennent le programme national, d’autres, qui ambitionnent de gravir rapidement les échelons d’une carrière politique, optent pour une stratégie qu’ils estiment susceptible de maximiser leur réussite en se distinguant par des « coups ».

44K. Sellali, candidate pour la première fois dans la 1re circonscription du Nord en 2007, n’a pas de position partisane et peu de chance de victoire. Elle se sert cependant de sa campagne pour prouver à ses pairs ses compétences en la matière. Dans cette logique, elle sollicite l’aide d’un professionnel de la communication qu’elle estime indispensable dans toute campagne. Spécialiste de marketing, ce dernier contribue à la convaincre d’euphémiser le message partisan et de disjoindre son message. Elle différencie donc son message en fonction de l’électorat et des zones géographiques. Dans une partie de la circonscription jugée plus « populaire », le logo de l’UMP n’apparaît pas ; à l’inverse, dans les quartiers plus aisés, le logo UMP est visible. C’est cependant surtout la partie « témoignages » qui diffère. D’un côté sont placés, pour les quartiers votant à gauche, les interviews d’un étudiant et de deux responsables associatifs ayant un lien avec l’immigration. De l’autre, pour les quartiers votant à droite, sont présentés un boulanger, un enseignant et une femme active. Par ailleurs, alors que N. Sarkozy fait de la sécurité un axe fort de sa campagne présidentielle, la candidate UMP estime que le thème la desservirait dans cette circonscription. Devant l’insistance de son directeur de campagne et du communicant, le thème est tout de même conservé, mais dilué dans le label plus large de « qualité de vie ». Au final, au cours de la même campagne, un tract sur la cohésion sociale est envoyé aux électeurs des quartiers jugés populaires et un second sur la qualité de vie aux quartiers plus aisés.

45Dans la circonscription de Denton & Reddish, A. Story présente une trajectoire similaire. Candidat pour la première fois en 2005, il cherche à tout faire pour obtenir une meilleure circonscription aux élections suivantes. De son curriculum il rappelle essentiellement les exploits de sa carrière sportive mais reste très distant vis-à-vis du programme conservateur. Il ne conçoit pas sa campagne comme devant être porteuse d’idées. En entretien il indique : « Je n’avais pas pour objectif de défendre un programme, non. Pour moi c’est surtout dénoncer les choses qui ne marchent pas avec les travaillistes. » En effet, sa campagne fait fi de tout programme. Il y a bien des thèmes avancés dans ses documents de campagne, mais il affirme que lors de ses porte-à-porte, il préfère montrer des choses concrètes : l’état des rues, les impôts etc.

46Ces deux agents ont pour point commun d’être plutôt des « francs-tireurs » : ils se démarquent des cadres du parti pour mieux se distinguer et capitaliser une expérience de campagne. Ces écarts reçoivent cependant rarement l’acquiescement de leurs pairs.

47Au final, les écarts à la ligne programmatique ne sont donc pas des hasards. Ils entrent soit dans une stratégie d’euphémisation de l’appartenance partisane, soit en cohérence avec un parcours politique personnel et local.

  • 39 Contamin J.-G., « La perspective du cadrage au révélateur du pétitionnement : Pour une conception (...)

48Ainsi, sous un même label circulent, en France comme en Grande-Bretagne des messages différents. Jean-Gabriel Contamin note que l’unité d’une mobilisation « n’est constituée que par un coup de force de ceux qui s’en font les porte-parole39 ». Le programme national, diffusé par les partis politiques au lancement des campagnes électorales, constitue le « coup de force » qui fédère artificiellement les messages déclinés dans l’ensemble du territoire. Pourtant, les messages diffèrent. La sécurité devient un thème central pour des candidats qui pensent y trouver un thème porteur (13e circonscription du Nord), à 50 kilomètres de là, il est presque absent pour ne pas effrayer l’électorat (1re circonscription du Nord). L’agriculture est largement absente des programmes socialistes, notamment dans les villes (Lille, Strasbourg), elle devient un thème programmatique dans les circonscriptions rurales (14e circonscription du Nord, 5e circonscription du Bas-Rhin). L’Europe, prévue pour être un thème discret dans le texte national, se retrouve central dans la campagne du Parti conservateur tiraillé sur le sujet.

49Au final, les différences entre pays comptent moins que la similitude des prises de position d’agents dans des positions homologues. Les campagnes électorales permettent aux candidats de se créer des niches électives. D’autres candidats, liés aux instances centrales, lient leur conquête locale d’électeurs à une mobilisation centrale. Ainsi, selon les contextes ne circulent pas les mêmes messages politiques. Sous un label commun, un programme électoral est finalement une somme de textes plus ou moins cohérents.

Notes

1 Weber M., Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2003, p. 136.

2 Price L., The Spin Doctor’s Diary, Londres, Hodder & Stoughton, 2005, p. 323.

3 Coton C., Proteau L., « La division sociale du travail d’écriture », inCoton C., Proteau L., (dir.), Les Paradoxes de l’écriture, Rennes, PUR, 2012, p. 9-15.

4 En France, l’article R29 du Code électoral dispose que la profession de foi doit correspondre au format A4.

5 Poirmeur Y., « Emblème, repère, enjeu : le social au Parti socialiste », in Gaxie D. et alii, Le « social » transfiguré, Paris, PUF, 1990, p. 55-109.

6 Gaxie D., La démocratie représentative, Paris, Montchrestien, 4e éd., 2003.

7 Collovald A., Gaiti B., « Discours sous surveillances : le social à l’Assemblée », in Gaxie D. et alii, Le « social » transfiguré, op. cit., p. 9-54.

8 Bue N., Desage F., « Le “monde réel” des coalitions », Politix, vol. 4, no 88, 2009, p. 7-37.

9 Lemoine B., « Chiffrer les programmes politiques lors de la campagne présidentielle 2007 », Revue française de science politique, vol. 3, no 58, 2008, p. 403-431.

10 Petrocik J., « Issue ownership in presidential elections », American Journal of Political Science, vol. 40, no 3, 1996, p. 825-850.

11 Franzmann S., « Locating Political Parties in Policy Space », Party Politics, vol. 12, no 2, 2006, p. 163-188; Gabel M., Huber J., « Inferring party left-right ideological positions from party manifestos data », American Journal of Political Science, vol. 44, no 1, 2000, p. 94-103.

12 Janda K. et alii, « Changes in Party Identity. Evidence from Party Manifestos », Party Politics, vol. 1, no 2, 1995, p. 171-196.

13 Contamin J.-G., « Cadrages et luttes de sens », in Agrikoliansky E. et alii (dir.). Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2010, p. 55-75.

14 Croteau D., Hicks L., « Coalition Framing and the Challenge of a Consonant Frame Pyramid », Social Problems, vol. 50, no 2, 2003, p. 251-272.

15 Sur un autre sujet, c’est la perspective adoptée par Hauchecorne M., « L’expertise d’État rattrapée par l’université ? », Raisons politiques, no 33, 2009, p. 81-102.

16 Kavanagh D., « The Politics of manifestos », Parliamentary Affairs, vol. 34, no 1, 1981, p. 7-27. Hofferbert R., Budge I., « The Party Mandate and the Westminster Model », British Journal of Political Science, vol. 22, no 2, 1992, p. 151-182.

17 Sawicki F., Les Réseaux du Parti socialiste, Paris, Belin, 1997.

18 Coton C., Proteau L., « La division sociale du travail d’écriture », op. cit. p. 10-11.

19 Bué N., « La façade d’unité des gouvernements. Le cas d’une coalition de gouvernement municipal », Sociétés contemporaines, vol. 4, no 88, 2012, p. 17-43.

20 Bourdieu P., « La représentation politique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 36, 1981, p. 3-24.

21 Ibid., p. 19.

22 En France, en 2007, 76 % des députés (438) cumulent un autre mandat (contre seulement 3 % au Royaume-Uni) et 264 sont maires d’une ville.

23 Alexandre-Collier A., « John Major vs. the “bastards” ou la puissance de la mobilisation eurosceptique contre le traité de Maastricht », Observatoire de la société britannique, vol. 7, 2009, p. 63-83.

24 [http://www.politicsresources.net/area/uk/e97/eurocand.htm] consulté le 8 avril 2009.

25 Sur l’inscription locale des partis, nous renvoyons, entre autre à Sawicki F., Les Réseaux du Parti socialiste, op. cit.

26 Lansberry F., Government and Politics in Kent, 1640-1914, Woodbridge, The Boydell Press, 2001; Fielding S. et Tanner D., « The “Rise of the Left” revisited: Labour Party Culture in Post-war Manchester and Salford », Labour History Review, vol. 71, no 3, 2006, p. 211-233.

27 Giblin-Delvallet B. (dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, Paris, Fayard, 2005.

28 Parodi J.-L., « Les règles du scrutin majoritaire », Projet, no 122, 1978, p. 191-200.

29 Sawicki F., « La marge de manœuvre des candidats par rapport aux partis dans les campagnes électorales », Pouvoirs, no 63, 1992, p. 5-16.

30 Dans les deux pays, les données rassemblées sur les candidats indiquent une surreprésentation des professions intellectuelles supérieures (autour de 70 % des candidats dans les deux pays). En France (N = 130), nombre de candidats sont des enseignants (autour de 15 %). En Grande-Bretagne (N = 180), 12 % sont issus de métiers liés à la communication (journalistes, consultants, etc.).

31 Dans une certaine mesure, il s’agit d’analyser les conditions qui autorisent les positions d’exit, voice et loyalty. Voir Hirschman A., Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

32 Sur les 401 duels droite/gauche du second tour des législatives de 1997, elle figure 392e du classement des circonscriptions les plus confortables pour la gauche, ce qui en fait la 9e circonscription une des plus confortables pour la droite parlementaire en France.

33 Bourdieu P., « Ce que parler veut dire », in Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 95-112.

34 Elias N., Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, La Tour d’Aigues, 2003, p. 154-161.

35 Sawicki F., « Les questions de protection sociale dans la campagne présidentielle française de 1988 », Revue française de science politique, no 2, 1991. p. 171-196. p. 179.

36 En 2001, la libéral-démocrate P. Calton remporte la circonscription de Cheadle avec 18 477 suffrages contre le conservateur Stephen Day qui rassemblait 18 444 voix. Avec 33 voix d’écart, la circonscription est très concurrentielle.

37 Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La Proximité en politique. Rennes, PUR, 2005.

38 Waller R., Criddle B., The Almanac of British Politics, London, Routledge, 1999.

39 Contamin J.-G., « La perspective du cadrage au révélateur du pétitionnement : Pour une conception pluraliste des cadres d’interprétation », Congrès de l’AFSP, 2005.

Auteur

Maître de conférences en science politique à l’université de Lyon 2 et chercheur au laboratoire Triangle (UMR5206). Il est l’auteur d’une thèse comparant les campagnes électorales britanniques et françaises. Il a récemment coordonné le numéro 187 de la revue Réseaux : « le travail politique par et pour les médias » et publié « Modernité de la communication politique ou simple “moment New labour” ? Flux et reflux du “spin” chez les travaillistes britanniques (1994-2007) ».

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search