Version classiqueVersion mobile

Les programmes politiques

 | 
Karim Fertikh
, 
Mathieu Hauchecorne
, 
Nicolas Bué

Deuxième partie. Usages et fabrication des textes programmatiques

Usages et fabrication des textes programmatiques

Texte intégral

  • 1 Serne P., « Programmes socialistes et stratégie », inGirault J. et alii (dir.), L’Implantation du (...)

1Dans la théorie classique de la démocratie représentative, le programme politique proposé par les candidats est supposé au cœur de la transaction électorale : les électeurs, individus informés et rationnels, formeraient leur choix sur la base des propositions des candidats, et donneraient leur voix en échange de la promesse de la mise en œuvre de ce programme. Les programmes auraient ainsi une fonction essentiellement électorale et gouvernementale. Les sociologies électorale et de l’action publique ont toutefois largement battu ces présupposés en brèche. En outre, tout porte à croire, comme le suggère Pierre Serne, que les programmes sont davantage parlés et montrés que lus1. Dans ces conditions, il convient de comprendre les raisons pour lesquels les acteurs politiques produisent, reproduisent et diffusent les programmes dans la multiplicité des usages concrets auxquels ceux-ci se prêtent sans présupposer que leur fonction normative (exposer une offre politique) soit toujours leur usage principal.

2Ces usages de la forme programme politique dans la période contemporaine constituent le premier questionnement commun aux textes qui composent cette partie. Ces cinq textes montrent que, derrière leurs usages normatifs, les programmes font avant tout l’objet d’usages pragmatiques tant ils sont inégalement et conditionnellement « appliqués ». Tout en montrant la relative plasticité de l’objet programme, ils ouvrent ainsi à une étude de l’appropriation des programmes par différents types d’acteurs politiques.

3Ces textes permettent alors d’aborder une forme particulière d’usage : la fabrication des programmes politiques. Si, le plus souvent, ils sont matériellement produits dans le cadre des partis politiques, les programmes apparaissent ici comme des co-productions, auxquelles divers types d’acteurs peuvent participer. Les programmes résultent en effet de la manière dont les acteurs partisans sont liés à divers secteurs sociaux, de la manière dont ils perçoivent le monde social et des relations qu’ils nouent avec les porte-parole d’autres organisations, partisanes notamment. Les relations nouées avec d’autres catégories d’agents du champ politique (journalistes, experts à divers titres, groupes sociaux dans lesquels les producteurs du programme sont « encastrés ») se révèlent ainsi des éléments d’une explication sociologique de texte programmatique, permettant de comprendre que les interactions sur les scènes des commissions programmatiques sont également des transactions intersectorielles liant le champ politique aux autres espaces sociaux.

  • 2 Voir aussi Fertikh K., « Trois petits tours et puis s’en va. Le marxisme de la social-démocratie a (...)

4Les rapports de force intrapartisans et les modalités de la division du travail partisan2 sont des éléments centraux de l’élaboration de textes représentant la ligne d’une organisation. Ils sont explorés dans le texte de Nicolas Azam qui met en évidence la manière dont se constitue, au sein du Parti communiste français, un corps de spécialistes des questions européennes qui conquièrent un monopole de la parole partisane sur l’Europe et une expertise incontournable pour ses programmes européens. Sa contribution démontre l’importance de la structuration de l’organisation partisane, de la division du travail en son sein, et des ressources détenues par les agents pour expliquer la transformation des positions du PCF sur les questions européennes.

  • 3 Voir aussi Bué N, « Les accords de coalition dans une municipalité d’union de la gauche », Politix (...)

5Le deuxième texte, celui de Julien O’Miel et de Mélanie Pauvros, annonce par de multiples échos la partie suivante, centrée sur la carrière du Programme commun. Consacré aux négociations PS-Verts pour l’élaboration d’un Programme commun de gouvernement local (pour la région Nord/Pas-de-Calais), il montre les représentations que les acteurs partisans se font des programmes politiques. Pour tous, si le programme est un enjeu, ce n’est pas uniquement en raison des gains électoraux potentiels qu’il présente, mais aussi parce qu’il constitue un cadre contraignant pour la future action publique du gouvernement de coalition. Aussi, s’il acte le rapport de forces interpartisan à un moment donné (ici, l’entre-deux-tours d’une élection), le programme est la traduction des anticipations des acteurs3. Il est enfin un enjeu d’affichage en direction des milieux partisans auxquels il faut rendre l’alliance acceptable.

6Les interventions médiatiques sont des moments de production de la signification, de l’interprétation (au sens dramaturgique) d’un programme. La publicisation médiatique contribue donc à la stabilisation progressive de la signification d’un programme. Cet enjeu est précisément au cœur du texte de Rafaël Cos. Dans son étude, ce dernier mobilise ainsi la notion d’« emblème politique » pour qualifier le programme du PS de 1997, en particulier les dispositions afférentes au secteur public. Ce chapitre montre ainsi que, si un programme est le produit de conditions indissociablement intrapartisanes et interpartisanes, ses significations doivent être appréhendées comme le produit de ses usages dans la compétition politique et dans les échanges que des acteurs partisans autorisés (dirigeants du parti, ministres) entretiennent avec d’autres groupes, notamment les journalistes, au sein du champ politique. Rafaël Cos insiste ainsi sur les déplacements des significations des termes mêmes du programme au fur et à mesure des prises de parole publiques visant à les interpréter.

7La contribution de Clément Desrumaux, consacrée aux usages localisés (par les candidats en circonscription) des programmes nationaux des deux principaux partis français (UMP et PS) et britanniques (partis travailliste et conservateur) aux élections législatives de 1997 à 2007, permet, elle aussi, de mieux comprendre les usages intrapartisans des programmes. L’auteur montre à la fois les contraintes qu’un programme élaboré par les instances nationales d’un parti politique pose à ses représentants locaux, et les conditions qui permettent à ces derniers de se l’approprier ou de s’affranchir de certaines de ses dispositions. Il s’agit en l’occurrence des logiques de la compétition électorale, de la trajectoire et des ressources des candidats, ou encore de la configuration et des enjeux propres aux différentes circonscriptions et du contexte politique de l’élection.

8Enfin, le texte de Paula Diaz et Carolina Gutierrez Ruiz traite de l’usage d’un programme politique dans une configuration particulière de transition démocratique : celui de la coalition dénommée « La Concertation au Chili ». Les deux auteures défendent l’hypothèse que l’inscription au programme de certaines mesures en matière de droits de l’homme et de décentralisation a favorisé le passage à la démocratie en asseyant la gouvernabilité et la stabilité du nouveau régime.

Notes

1 Serne P., « Programmes socialistes et stratégie », inGirault J. et alii (dir.), L’Implantation du socialisme en France au 20e siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 279-286.

2 Voir aussi Fertikh K., « Trois petits tours et puis s’en va. Le marxisme de la social-démocratie allemande », Sociétés contemporaines, no 81, 2011, p. 61-80.

3 Voir aussi Bué N, « Les accords de coalition dans une municipalité d’union de la gauche », Politix, no 88, 2009, p. 105-131.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search