Version classiqueVersion mobile

Les programmes politiques

 | 
Karim Fertikh
, 
Mathieu Hauchecorne
, 
Nicolas Bué

Première partie. Genèses des programmes politiques. Invention et normalisation d'une institution

Genèses des programmes politiques. Invention et normalisation d’une institution

Texte intégral

1Technologies à la fois matérielle et symbolique, les programmes politiques constituent une invention récente. Indissociable de l’autonomisation de marchés politiques concurrentiels et de leur extension à ce que Gambetta avait appelé les « couches sociales nouvelles », leur histoire reste encore largement à faire. Quelques riches études ont bien sûr déjà ouvert la voie en prenant pour objet de « grands programmes », pour en analyser le contenu thématique, le rapporter à leur contexte de production, parfois à leur processus de fabrication ou de réception. Prenant pour objet des programmes, le plus souvent déjà entrés dans la mémoire partisane, il est toutefois rare que ces travaux pionniers réinscrivent l’étude de ces textes à l’intérieur du temps moyen ou long de la constitution d’un genre programmatique à part entière, avec ses règles et ses interdits, ses marges de liberté, ses textes fondateurs, et les modes d’allégeance qu’il commande.

2Peut-on trouver un point de départ à l’histoire des programmes ? À la faveur de quelles reconfigurations émergent-ils ? Comment les règles explicites ou tacites qui leur donnent forme se stabilisent-elles ? Comment acquièrent-elles force d’obligation ? Comment ces règles et les savoir-faire nécessaires à leur mise en œuvre se reproduisent-ils ? Les études réunies dans cette première partie ne prétendent pas répondre à toutes ces questions mais commencer de les explorer en faisant émerger quelques hypothèses à partir d’études de cas empiriques.

  • 1 Andrieu C., Le Programme commun de la Résistance. Des idées dans la guerre, Paris, Les éditions de (...)
  • 2 Skinner Q., Les Fondements de la pensée politique moderne, Paris, Albin Michel, 2001.
  • 3 Rey A. (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2012 [1992], p. 2 (...)
  • 4 Andrieu C., op. cit., p. 9.

3À un niveau plus général, quelques pistes et points de repère peuvent tout au plus être esquissés, sur la base d’indices parcellaires. À la suite de Claire Andrieu1, on peut tout d’abord s’attacher au mot « programme » et à son évolution sémantique. Comme le fait remarquer Quentin Skinner, l’apparition d’un terme nouveau, ou l’attribution d’une signification nouvelle à un mot déjà existant peuvent permettre d’attester de l’apparition d’une réalité nouvelle à nommer2. L’évolution des usages du mot « programme » enregistrée par le dictionnaire est en l’occurrence suggestive. Le Dictionnaire historique de la langue française précise ainsi : « avec la Révolution (1789), programme prend le sens d’exposé général des intentions et projets politiques (d’une personne, d’un groupe). Cette valeur se répand dans l’usage au XIXe siècle3 ». Cependant, les dictionnaires mettent plusieurs décennies à intégrer cette acception politique. Le Dictionnaire universel françois et latin de Trévoux en 1771 comme le Dictionnaire de l’Académie française de 1832 ignorent le programme au sens politique du terme. Le premier en fait un « terme de Collège », « placard, ou avertissement qu’on affiche, ou qu’on distribue pour inviter à quelque harangue ou autre cérémonie de Collège et qui en contient à peu près le sujet ». Le second ne limite pas le programme au monde académique en y voyant d’une manière générale un « placard qu’on affiche au coin des rues, ou qu’on distribue dans le public, pour inviter à quelque exercice, pour proposer un prix » ; mais il ne spécifie pas de signification politique et continue de rapporter le programme au support matériel (« le placard ») plutôt qu’au contenu qu’il véhicule. Son sens politique apparaît en revanche en 1873 dans le Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré. « Écrit qu’on affiche et qu’on distribue pour exposer le détail d’une fête publique », il désigne également, mais dans un sens figuré, l’« indication générale d’une politique, d’une doctrine ». Le signifié du programme glisse, par métonymie, du support au message ; et son destinataire s’élargit au public en général, et plus particulièrement au public politique. En 1900, le dictionnaire encyclopédique Armand Colin voit ainsi dans le programme un « exposé sommaire de la conduite qu’on se propose de tenir : programme politique ». Si ce dernier sens commence sans doute à se diffuser avant 1873, ces éléments succincts de sémantique historique confirment en tous les cas la grande rareté, soulignée par Claire Andrieu4, de l’usage du terme « programme » avant l’avènement de la IIIe République.

  • 5 Lavabre M.-C., Le Fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la FNSP, 1994.
  • 6 Aglan A., « Albert Thomas, historien du temps présent », Cahiers de l’IRICE, no 2, 2008 : [http://i (...)
  • 7 Voir Babeuf g., La Doctrine des Égaux. Extraits des œuvres complètes, Paris, Édouard Cornély, 1906

4Les « grands programmes » dont l’histoire a conservé la mémoire constituent un second point d’entrée et un élément de repérage pour une histoire des programmes comme technologie électorale. Encore faut-il prendre garde au fait que les textes réunis au sein de ce canon – au sein duquel vont se ranger le programme des chartistes anglais de 1838, comme le manifeste communiste de Marx et d’Engels, le Programme de Belleville de Gambetta, ou plus près de nous, les programmes du Front populaire et de la Résistance – doivent moins être compris comme les premières manifestations d’un genre nouveau que comme son produit rétrospectif. Comme tout genre institué, le genre programmatique se construit à travers l’identification rétrospective de textes fondateurs qui sont aussi des modèles à imiter et à subvertir. Autrement dit, les « grands programmes » retenus par les manuels d’histoire ne sauraient être dissociés du travail de construction d’une « mémoire historique5 » partisane qui prend des formes spécifiques aux différents pôles du champ politique. Ainsi, le Manifeste des plébéiens de Gracchus Babeuf entre au Panthéon des textes socialistes dans les années 1890-19006, alors qu’il s’agit d’un texte long publié sous forme épistolaire dans Le tribun du Peuple du 30 novembre 1795 (le « Manifeste », comme on l’appellera, est adressé à Joseph Fouché) et émaillé d’attaques ad hominem, qui n’a que peu à voir avec la forme des programmes politiques produits à la fin du XIXe siècle7. Plusieurs facteurs rendent ainsi plausible l’hypothèse, immanquablement soulevée par les précédents exemples, que les programmes politiques émergeraient au sein des mouvements socialistes et plus largement de gauche. Non seulement cette technologie s’accorde avec les idées démocratiques portées par ces mouvements mais, en dépersonnalisant l’offre politique, elle est à l’avantage de ces nouveaux entrants qui, moins dotés que leurs adversaires, ne peuvent se faire élire sur leur seul nom. On ne peut toutefois pas exclure, au moins dans le cas de la France, que l’institutionnalisation ancienne des partis socialiste et communiste, tout comme la part des dimensions historiques et idéologiques dans la construction des identités partisanes qu’ils promeuvent, ne viennent renforcer ce primat de la gauche au sein du canon programmatique.

  • 8 Nous nous inspirons ici de la distinction opérée par Norbert Elias. Cf. notamment Elias N., La Civ (...)
  • 9 Garrigou A., Le Vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, Presses de l (...)

5Les trois études réunies dans cette première partie recherchent moins la source ou l’origine des programmes qu’elles ne visent à documenter leur institutionnalisation aussi bien collective comme sociogenèse (comprise comme le processus historique à travers lequel le genre programmatique se codifie et se dote de normes) qu’individuelle comme ontogenèse (au sens d’apprentissage de ces codes par un citoyen dans le cadre de sa socialisation politique, qui l’amène à considérer ces codes comme « normaux »8). Si les travaux consacrés à l’histoire du suffrage au XIXe siècle en France ont bien montré comment l’émergence des programmes a accompagné l’élargissement des marchés politiques et leur unification sous l’égide des partis9, il reste en effet à étudier de façon précise à travers quelle série de pratiques et quel système de contraintes cette forme de texte a pu s’imposer comme élément normal (au sens de normatif) de la transaction électorale.

  • 10 Pierre Rosanvallon interprète ainsi les programmes politiques comme un compromis entre représentat (...)

6Deux contributions traitent de cette sociogenèse. Karim Fertikh et Mathieu Hauchecorne interrogent la question de la genèse des programmes politiques français comme « genre » textuel, et reviennent pour cela aux débuts de la IIIe République. Ils constatent d’abord que les programmes se dégagent progressivement des professions de foi et deviennent des instruments standardisés de l’action électorale à travers leur diffusion par des partis politiques nationaux et centralisés. Ils montrent ensuite que la standardisation de cette forme est liée à la reconfiguration de la vie politique française autour d’oppositions entre partis nouvellement créés et s’accompagne d’usages locaux diversifiés des programmes nationaux. Ce processus conduit à homogénéiser la forme des professions de foi autour de la présentation d’une offre de politiques publiques. Il contraint in fine une fraction de plus en plus importante des candidats à endosser dans l’ensemble des circonscriptions le programme d’un parti national. Le texte d’Aude Dontenwille-Gerbaud s’intéresse au « Programme de Belleville » de Léon Gambetta. À partir d’une analyse des manières dont Gambetta fait référence à « son » programme, Aude Dontenwille-Gerbaud met en évidence la signification indigène du programme. Sa contribution montre la manière dont Gambetta, en interprétant le « Programme de Belleville », retraduit constamment la nature même du lien qui l’unit au comité démocratique radical du 18e arrondissement de Paris (auteur des revendications à l’origine du programme), et redéfinit ainsi la nature de son mandat. Ce programme, passé à la postérité pour son contenu, est analysé pour sa forme et pour la manière dont son usage marque la constitution de marges d’autonomie du personnel politique dans son activité de représentation, entre engagement vis-à-vis des électeurs et liberté d’action du représentant10. Le programme est alors davantage un condensé des valeurs auxquelles le candidat croit et un indicateur de ses prises de positions futures qu’un catalogue d’engagements dont la mise en œuvre ne peut être garantie ou peut cesser d’être souhaitable.

7Cette analyse sociogénétique est complétée par une sociologie de l’apprentissage de l’art du programme aux enfants par des enseignants, parents et élus qui sert de révélateur aux conceptions indigènes du programme politique dans le chapitre que Damien Boone consacre aux conseils municipaux d’enfants des années 2000. En observant la façon dont les adultes transmettent aux enfants des représentations de ce qu’est un « bon programme » et un « bon vote », l’auteur montre que la conception d’un programme électoral comme somme d’engagements portant sur des mesures de politiques publiques peut s’imposer dans l’imaginaire collectif. En mettant ce texte en parallèle avec les deux précédents, cette partie donne à voir une des voies par lesquelles les codes constitués il y a plus d’un siècle se sont sédimentés et se transmettent : s’ils ne sont pas transmis à l’échelle individuelle en reproduisant à l’identique le processus social qui leur a donné leur forme et leur signification actuelles, les programmes politiques apparaissent néanmoins comme des institutions qui charrient avec elles toute une histoire objectivée.

Notes

1 Andrieu C., Le Programme commun de la Résistance. Des idées dans la guerre, Paris, Les éditions de l’érudit, 1984.

2 Skinner Q., Les Fondements de la pensée politique moderne, Paris, Albin Michel, 2001.

3 Rey A. (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2012 [1992], p. 2818.

4 Andrieu C., op. cit., p. 9.

5 Lavabre M.-C., Le Fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la FNSP, 1994.

6 Aglan A., « Albert Thomas, historien du temps présent », Cahiers de l’IRICE, no 2, 2008 : [http://irice.univparis1.fr/spip.php?article368#nh22], consulté le 23 juillet 2013.

7 Voir Babeuf g., La Doctrine des Égaux. Extraits des œuvres complètes, Paris, Édouard Cornély, 1906.

8 Nous nous inspirons ici de la distinction opérée par Norbert Elias. Cf. notamment Elias N., La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

9 Garrigou A., Le Vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, Presses de la FNSP, 1992 ; Offerlé M., « Le Nombre de voix. Électeurs, partis et électorat socialistes à la fin du XIXe siècle en France », Actes de la recherche en sciences sociales, no 72, 1988, p. 5-21.

10 Pierre Rosanvallon interprète ainsi les programmes politiques comme un compromis entre représentation libre et mandat impératif : Rosanvallon P., La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, p. 284-290.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search