Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et représenter le corps dans l'Antiquité

 | 
Francis Prost
, 
Jérôme Wilgaux

Septième partie. La parenté par le corps

« Il paraît en effet que les fils ressemblent aux pères »

Jean-Baptiste Bonnard

Texte intégral

  • 1 Euripide, Antigone, fr. 15 (= 167 Nauck = 224 Mette). Sauf précision contraire, la traduction rete (...)
  • 2 Hésiode, Les Travaux et les jours, v. 235 : τίκτουσιν δὲ γυναῖ κες ἐὀικότα τέκνα γονεῦ σι.
  • 3 Ibid., v. 182.
  • 4 À ce sujet, voir Grmek M. D., « Ideas on Heredity in Greek and Roman Antiquity », Physis, XXVIII ( (...)

1« Il paraît en effet que les fils ressemblent aux pères » (ἡ γὰρ δόκησις πατράσι παῖδας εἰκέναι) est un des vers de l’Antigone perdue d’Euripide. On ignore l’identité du personnage qui prononçait ces paroles, tout autant que celle de l’interlocuteur qui lui répondait : « Oui, en général il en est ainsi avec les enfants » (τὰ πολλά ταύτη γίγνεται τέκνων περὶ)1, mais qu’importe, puisqu’aussi bien, d’Homère aux orateurs attiques, de Pindare à Théocrite en passant par Platon, cette assertion court dans nos sources, véritable topos. Ainsi, dans Les Travaux et les jours, Hésiode la mobilise à deux reprises : quand il explique que dans une cité bien administrée, de même que la terre produit des fruits en abondance qui tiennent la famine éloignée des hommes, de même, « les femmes mettent au monde des fils ressemblant à leurs géniteurs2 » et quand il annonce que, lorsque Zeus anéantira la race de fer, οὐδὲ πατὴρ παίδεσσιν ὁμοίιος οὐδὲ τι παῖδες (« le père alors ne ressemblera plus à ses fils ni les fils à leur père3 »). Cette prédiction est une occurrence particulièrement intéressante du topos parce que la situation envisagée, la naissance de fils qui ne ressembleront pas aux pères, prend place dans une série présentant la fin de l’humanité dans un contexte de renversement des lois naturelles (les enfants naîtront avec des tempes blanches) et socio-religieuses (celles de l’hospitalité, du respect dû aux parents…). Ceci nous invite à nous poser la question de savoir dans quelle mesure la ressemblance père-fils est-elle pensée comme un fait de nature. Pour ce faire, l’examen des théories biologiques et médicales des Grecs dans le domaine de l’hérédité nous paraît essentiel. Nous limiterons notre étude aux théories des biologistes et des médecins de l’époque classique, relatives à la ressemblance fils/père4, et nous distinguerons les corpus présocratique et hippocratique d’une part, et le corpus aristotélicien d’autre part, en commençant, pour chacun d’eux, par résumer leurs conceptions sur la semence et sur la reproduction avant d’analyser leur théorie sur l’hérédité afin de voir dans quelle mesure la naissance de fils ressemblant aux pères est pensée comme naturelle.

Les conceptions présocratiques et hippocratique de l’hérédité

  • 5 Voir Lesky E., « Die Zeugungs- und Vererbungslehre der Antike und ihr Nachwirken », Abh. Akadem. d (...)

2L’origine de l’homme est au cœur des interrogations de ces pères de la philosophie et de la science grecques que sont les présocratiques. Mais il est assez difficile d’accéder à leur pensée en raison de l’état très fragmentaire de leur corpus. En outre, la doxographie sur les conceptions présocratiques de la procréation est souvent embrouillée, sinon contradictoire, du fait des problématiques postérieures, notamment aristotéliciennes, qui y ont été projetées. Les recherches modernes dans ce domaine sont encore informées par les travaux, déjà anciens et parfois remis en question mais jamais remplacés, de la biologiste et philologue autrichienne E. Lesky5. Comme elle l’a mis en évidence, la réflexion des présocratiques est organisée autour de trois questions centrales : l’origine de la semence, la détermination du sexe de l’embryon et l’hérédité. C’est cette dernière qui va retenir notre attention. En effet, l’essentiel de la réflexion sur l’hérédité de Démocrite, Parménide, Empédocle, Anaxagore et d’autres sans doute – mais les lambeaux qui nous sont parvenus de la pensée présocratique ne mentionnent, dans le domaine de l’hérédité, que les opinions de ces quatre physiologues – a précisément porté sur les causes générales de la ressemblance entre géniteurs et engendrés et, principalement, entre pères et fils.

  • 6 Cf. Démocrite, Testimonia, 142 : Ἐίκουρος, ∆ημοκρίτειος καὶ τὸ θῆλυ προΐεσθαι σπέρμα ἒχει (« Épicu (...)
  • 7 Démocrite, Testimonia, A143 : Tὰ μὲν κοινὰ μέρη ἐξ ὁποτέρου ἂν τύχῃ, τὰ δ᾽ ἰδιάζοντα καὶ κατ᾽ ἐπικ (...)
  • 8 Démocrite, Fragments, B124 : ∆ημόκριτος ἒτι τε Ἱπποκράτης ἐξ ὃλου τοῦ σώματος, ὁ μὲν ∆ημόκριτος λέ (...)
  • 9 Voir Lesky E., op. cit., p. 1296.
  • 10 Voir Pohlenz M., « Nomos und Physis », Hermes, LXXXI (1953), p. 436-437 ; Boussoulas N. I., « Essa (...)

3Démocrite, qui pense que la mère aussi bien que le père émettent une semence6, semble assigner au hasard un rôle dans l’hérédité : « Les parties communes aux deux sexes proviennent au hasard7 », nous rapporte le doxographe Ætius qui, comme le prouve la suite de son propos, appelle ici « parties communes » toutes les parties du corps autres que le sexe qui, pour sa part, ne provient pas du hasard. Cette part laissée à la tychè concerne donc très vraisemblablement la détermination de la ressemblance parents/enfants, à l’exception de la détermination du sexe, et doit probablement être mise en relation avec ce qu’affirme Démocrite sur l’origine de la semence. Elle provient, selon lui, de toutes les parties du corps8, ce que Ch. Darwin a appelé la théorie de la pangenèse, théorie qui est liée à l’atomisme9 mais pas exclusivement puisqu’elle a été également professée par Anaxagore10. Le caractère fragmentaire de cet unique témoignage ne permet malheureusement pas de reconstituer l’ensemble de la théorie démocritéenne sur les ressemblances entre pères et fils. Les autres auteurs retenus ont une doxographie plus riche qui permet de mieux comprendre leur conception de l’hérédité.

  • 11 Empédocle, Testimonia, A81 : Ὁμοιότητας γίνεσθαι κατ᾽ ἐπικράτελαν τῶν σπερματικῶν γόνων, ἀνομοιότη (...)

4Ainsi, l’opinion d’Empédocle sur les ressemblances entre générations peut-elle être à peu près cernée à partir des indications fournies par Ætius et l’astrologue Censorin. Ætius, particulièrement obscur en cet endroit, dit que, pour Empédocle, « les ressemblances proviennent de la domination des semences d’engendrement [Κατ᾽ ἐπικράτειαν τῶν σπερματικῶν γόνων] et les dissemblances de la chaleur évaporée dans la semence [τῆς ἐν τῷ σπέρματι θερμασίας ἐξατμισθείσης]11 », ce qui peut se comprendre ainsi : chaque caractère hérité par l’enfant d’un de ses parents existerait parce que ce caractère a dominé dans la semence du parent auquel il ressemble, alors qu’il avait disparu par évaporation dans la semence de l’autre parent. Il y aurait donc lieu peut-être de traduire, dans un vocabulaire anachronique mais qui restitue l’idée sinon d’Empédocle du moins d’Ætius, ἐπικράτειαν τῶν σπερματικῶν γόνων par « la dominance des gènes de la semence ». Ceci aurait au moins le mérite de rendre compte de la différence de vocabulaire γόνος/σπέρμα qui n’apparaît pas dans les traductions de J. Bollack ou de J.-P. Dumont. Cette épikrateia surprend chez Empédocle où ἐπικράτεια est, à notre connaissance, un hapax. Peut-être Ætius, qui d’une façon générale n’est pas un doxographe très fiable, fait-il une confusion avec Démocrite ou Hippon. La nature de cette épikrateia peut être précisée grâce au témoignage de Censorin qui insiste sur l’importance de la température des semences parentales :

  • 12 Empédocle, Testimonia, A81 : Super qua re Empedoclis, disputata ratione, talis profertur. Si par c (...)

« Sur ce point, l’opinion motivée d’Empédocle est la suivante : si la chaleur de la semence des deux parents est égale, il naît un garçon ressemblant au père ; si les semences sont également froides, une fille ressemblant à la mère ; si la semence paternelle est chaude et la maternelle froide, il naît un garçon ayant le visage de la mère ; enfin, si la semence de la mère est chaude et celle du père froide, une fille qui est le portrait de son père12. »

  • 13 Voir Lesky E., op. cit., p. 1261 : Wir vermuten daher, daß die bei Censorin unter dem Namen des Em (...)
  • 14 Bollack J., Empédocle, t. III : Les Origines, op. cit., p. 561.
  • 15 Pseudo-Plutarque, Des opinions, V, 12 (= Moralia, 906E) : Ἐμπεδοκλῆς τῇ κατὰ τὴν σύλληψιν φαταςίᾳ (...)
  • 16 Voir Bollack J., Empédocle, t. III : Les Origines, op. cit., p. 563.
  • 17 Voir Gourevitch D., « Se mettre à trois pour faire un bel enfant ou l’imprégnation par le regard » (...)
  • 18 Voir Lloyd G. E. R., Polarity and Analogy : two Types of Argumentation in early greek Thought (196 (...)

5Ce témoignage de Censorin a été parfois pris avec méfiance, notamment par E. Lesky qui a supposé, après P. Geurts, qu’il s’agissait d’une doxa non empédocléenne13. Mais J. Bollack ne rejette pas le texte de Censorin et se fonde dessus pour établir une distinction entre ressemblance de nature et ressemblance de forme : « Il n’est pas nécessaire de lier la double hérédité à la détermination par le sexe. La température de l’homme indique la nature ; celle de la femme le côté de la ressemblance des traits », écrit-il14. Donc, si l’on reçoit les deux doxai comme empédocléennes et que l’on tente de les concilier, la ressemblance du fils au père s’explique par l’union d’une semence paternelle chaude (responsable de la formation d’un embryon mâle) et d’une semence maternelle chaude (responsable de la ressemblance au père). Ainsi la chaleur est associée au genre masculin et le fait que la semence maternelle soit chaude doit être compris comme une « domination » du principe masculin. Resterait à connaître les modalités de cette « domination ». Il semble que l’imagination de la mère ait un rôle à jouer. En effet, « selon Empédocle, les embryons sont modelés par l’imagination de la femme au moment de la conception, car il arrive souvent que les femmes s’éprennent de statues ou de tableaux et qu’elles mettent au monde des enfants qui ressemblent à ces objets15 ». Peut-être l’imagination contribue-t-elle au refroidissement ou à l’échauffement16. Cette croyance en l’imprégnation de la femme par le regard se retrouve aussi chez d’autres auteurs, notamment Hippocrate, Soranos et Galien17. Indépendamment du fait que, dans le système de polarité et d’analogie qui informe la pensée grecque, système bien mis en évidence par G. Lloyd18, la chaleur est connotée de façon positive, est-ce que la « domination » du principe masculin est conçue comme le développement non seulement le plus harmonieux mais aussi le plus « naturel » – et, dans ce cas, toute absence de cette domination serait-elle, en quelque sorte, un écart de la nature ? L’état de notre documentation ne permet pas de l’affirmer mais il n’est pas interdit de le supposer.

  • 19 Parménide, Testimonia, A54 : At inter se certare feminas et maris et, penes utrum victoria sit, ei (...)
  • 20 Parménide, Testimonia, A54 : Ceterum Parmenidis sententia est, cum dexterae partes semina dederint (...)
  • 21 Kember O., op. cit., p. 71.
  • 22 Parménide, Testimonia, A54 : Пαρμενίδης ὃταν μὲν ἀπὸ τοῦ δεξιοῦ μέρους τῆς μήτρας ὁ γόνος ἀποκριθῇ (...)

6Cette épikrateia est également visible chez Parménide, qui est d’ailleurs peut-être l’inventeur de ce principe, s’il faut en croire Censorin : « Parménide a inventé l’explication selon laquelle, dans la lutte du principe femelle et du principe mâle, c’est au principe victorieux que le rejeton ressemble19. » Mais, chez le philosophe d’Élée, cette épikrateia a un caractère latéral : « D’ailleurs Parménide pense que, lorsque la semence provient du testicule droit, les fils ressemblent à leur père, et du testicule gauche, à leur mère » rapporte encore Censorin20. Il est important de souligner, comme l’a fait Owen Kember, que Censorin « ne fait pas mention de la reproduction d’enfants de sexe féminin » et que « le passage en question ne traite que du point de vue de Parménide sur l’hérédité des fils21 ». Ætius, qui rapporte aussi l’opinion de Parménide, établit également une corrélation droite/ressemblance au père et gauche/ressemblance à la mère, mais à propos de l’utérus, ce qui, du coup, oppose sa doxa à celle de Censorin : « Parménide pensait que, lorsque l’embryon se détache de la partie droite de la matrice, les enfants ressemblent à leur père et que, lorsqu’il se détache de la partie gauche, ils ressemblent à leur mère22. » L’écrivain chrétien Lactance semble trancher en traitant du cas des ressemblances croisées :

  • 23 Parménide, Testimonia, A54 : Dispares quoque naturae hoc modo fieri putantur : cum forte in laevam (...)

« C’est ainsi que, d’après eux [i. e. Parménide et Anaxagore], se produisent les différences naturelles : lorsque par hasard la semence du mâle vient tomber sur la partie gauche de la matrice, c’est, d’après eux, un individu mâle qui se trouve engendré ; mais, étant donné qu’il se trouve conçu dans la partie proprement féminine, il comporte en lui quelque chose de féminin qui impose sa loi à la dignité mâle : c’est ou bien une beauté que l’on remarque trop, ou bien un excès de pâleur, ou une faiblesse du corps, ou une finesse des membres, ou une taille petite, ou la voix faible, ou l’esprit débile, ou plusieurs de ces dommages à la fois23. »

7De son témoignage ressortent clairement deux enseignements. D’une part, si la détermination du sexe est bien opérée par le père, la ressemblance, elle, est le fait de la mère ; d’autre part, la bonne mesure naturelle est celle d’une ressemblance des fils aux pères, tout autre cas de figure étant manifestement défavorable et de l’ordre de la démesure, de l’excès. Le fragment B18 de Parménide, transmis par Célius Aurélien, apporte un autre éclairage sur sa doctrine :

  • 24 Parménide, Fragments, B18 : Vult enim seminum praeter materias esse virtutes, quae si se ita miscu (...)

« En effet, Parménide veut qu’il existe, en plus des matériaux des semences, des puissances [virtutes] dont le mélange aboutit à la création d’une unique puissance dans un même corps, et à la naissance d’une volonté en harmonie avec le sexe. En revanche, si une fois achevé le mélange de la semence corporelle, les puissances naturelles demeurent séparées, il en naît des êtres sujets à une double tendance amoureuse24. »

  • 25 Parménide, Testimonia, A53 : Пαρμενίδης τὰ μὲν ἐκ τῶν δεξιῶν[sc. σπέρματα]καταβάλλεαθαι εἰς τὰ δεξ (...)

8Parménide distinguerait donc entre la fusion des semences, qui détermine le sexe, et la lutte des « puissances » (virtutes, c’est-à-dire δυνάμεις) qu’elles contiennent, responsable de la ressemblance ou de la dissemblance. De manière générale, la théorie de Parménide affirme qu’il est bon que le semblable aille au semblable. D’ailleurs Ætius rapporte cette doxa : « Parménide : la semence venant du côté droit pénètre dans le côté droit de la matrice, et celle du côté gauche dans le côté gauche [pour la naissance des mâles] ; s’il y a interversion, ce sont des filles qui naissent25. » Donc, la naissance de filles est déjà un dysfonctionnement, une perturbation de la règle harmonique du « semblable au semblable », et dans le cas de la conception d’un fils, la situation la plus harmonieuse est celle d’un accord des puissances avec la semence, de telle sorte qu’il naisse un fils ressemblant au père.

  • 26 Anaxagore, Testimonia, A111 : Anaxagoras autem eius parentis faciem referre liberos iudicavit, qui (...)

9Anaxagore, enfin, fait intervenir également le mécanisme de l’épikrateia dans la détermination de la ressemblance. Mais, cette fois, il s’agit d’une épikrateia de quantité. C’est ce qu’indique un témoignage de Censorin : « Anaxagore estimait pourtant que les enfants ressemblaient à celui de leurs parents qui avait fourni la partie la plus importante de semence26. » L’état de notre documentation ne permet pas de voir si les physiologoi antérieurs à Aristote ont affirmé que la ressemblance des fils aux pères était un fait de nature. Tout au plus peut-on relever des indices en ce sens chez Parménide. Cependant, il est fort probable que cette idée était déjà présente, si ce n’est chez les présocratiques, du moins dans la pensée de leur temps, puisqu’elle est décelable, comme nous allons le voir, dans la Collection hippocratique qui est contemporaine ou de peu postérieure.

  • 27 Cf. e. g. Hippocrate, Nature de l’enfant, XII, 1.
  • 28 Voir Longo O., « La détermination du sexe chez les hippocratiques », in López Férez J. A. (éd.), T (...)
  • 29 Hippocrate, Génération, VIII, 2 : Ἀμφοτέροισιν ἀνάγκη τὶς ἐστιν ἐοικέναι τινί, εἲπερ ἀπ᾽ ἀμφοτέρων (...)
  • 30 Hippocrate, Du régime, XXVII, 1 : Oὐ μόνον τὸν ἂνδρα δεῖ τοῦτο διαπρήσσεσθαι, ἀλλὰ καὶ τὴν γυναῖκα (...)

10La Collection hippocratique traite abondamment d’embryologie et d’hérédité et admet l’existence d’une semence féminine qui contribue à la génération27 et même à la détermination du sexe de l’embryon28. La preuve en est, selon le De la génération, que l’enfant ressemble aux deux parents : « Il est nécessaire de ressembler à tous deux en quelque chose, puisque la semence vient des deux à l’enfant29. » Aussi, lorsqu’un diététicien indique un régime permettant de choisir le sexe de son enfant, il prend la peine de préciser que « ce n’est pas seulement l’homme qui doit s’y soumettre, mais aussi la femme, car ce n’est pas seulement ce qui provient de l’homme qui contribue à la croissance, mais aussi ce qui provient de la femme30 ».

  • 31 Cf. e. g. Hippocrate, Génération, I, 1 ; Maladies IV, XXXII, 1 ; Des airs, des eaux, des lieux, XI (...)

11En ce qui concerne les ressemblances pères/fils – et de façon plus générale les ressemblances parents/enfants –, elles sont déterminées par une épikrateia de quantité, liée au pangénétisme, théorie qui a été adoptée par la plupart des auteurs de la Collection31. Dès lors, puisque le sperme, de même que la semence féminine, provient de toutes les parties du corps, chaque partie du corps de l’enfant ressemblera à la partie correspondante de celui de ses parents qui aura fourni davantage à la semence :

  • 32 Kαὶ ὁκόθεν ἂν τοῦ σώματος τοῦ ἀνδρὸς πλέον ἒλθῃ ἐς τὴν γονὴν ἢ τῆς γυναικός, τὸ τέκνον κεῖνο κάλλι (...)

« Si une partie quelconque du corps de l’homme fournit plus à la semence que celle de la femme, la partie correspondante de l’enfant ressemble plus au père ; si c’est une partie quelconque du corps de la femme, la partie [correspondante de l’enfant] ressemble plus à la mère. […] À celui qui contribue le plus à la ressemblance et du plus d’endroits du corps, l’enfant ressemble le plus32. »

  • 33 Voir Joly R., Recherches sur le traité pseudo-hippocratique Du régime (1960) et id., « La caractér (...)
  • 34 C’est une idée générale de la médecine hippocratique. Pour nous en tenir à la génération : Tό τε ὑ (...)
  • 35 Hippocrate, Du régime, XXVIII, 3 : προσμίαγεται πρὸς τὴν ἰσχυροτέρην ἡ ἀσθενεστέρη, οὐ γὰρ ἒχει πρ (...)
  • 36 Hippocrate, Du régime, XXVIII, 2.
  • 37 Hippocrate, Du régime, XXVIII, 3.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid. ; comme le remarque R. Joly (note 1 de la page 23 de son édition CUF), « il ne saurait s’agi (...)

12Le traité Du régime est celui qui a poussé le plus loin la réflexion dans le domaine des ressemblances, au point de développer, dans ses chapitres xxviii et xxix un véritable système « caractérologique », pour reprendre un terme de R. Joly33. La conception d’ensemble est la suivante : lorsque les deux géniteurs ont émis des semences de même nature, qu’elle soit mâle ou femelle, celles-ci se mêlent sans concurrence, selon le principe « du semblable vers le semblable34 ». En revanche, quand les semences sont différentes, l’épikrateia se produit. Dans ce cas, la moins abondante « se mélange à la plus forte, car il ne se trouve alors rien de plus apparenté à elle vers quoi elle pourrait se retirer35 ». Selon que la semence mâle ou femelle l’emporte, l’enfant sera garçon ou fille. Ainsi, les garçons issus de deux semences mâles, réunies selon le principe du semblable vers le semblable et donc sans épikrateia, seront « des hommes à l’âme brillante et au corps robuste » (οὗτοι ἂνδρες λαμπροὶ τὰς ψυχὰς τὰ σώματα ἰσχυροί)36. Les garçons issus d’une semence paternelle mâle dominant, par son abondance (dans un processus d’épikrateia), une semence maternelle femelle, deviendront des hommes ) « moins brillants que les précédents » (οὗτοι ἧσσον μὲν τῶν πρό;τερον λαμπροί)37, tout en étant virils (ὃμως δὲ[…]ἀνδρεῖοι)38. Les garçons issus d’une semence maternelle mâle deviendront des hommes « efféminés » (ἀνδρόγυνοι)39. Dans cette perspective, la perfection est représentée par le fils viril, dont le sexe est en accord avec le genre.

  • 40 Laqueur Th., La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident (1992, trad. fr. de M (...)

13La théorie hippocratique de l’hérédité contenue dans le Régime s’inscrit à merveille dans le ce que Th. Laqueur a appelé le modèle du corps unisexe40. Elle nous donne à voir, en effet, un corps dans lequel le sexe, en tant que réalité naturelle (les organes génitaux, par exemple) ne fait qu’illustrer l’appartenance au genre et constitue donc une catégorie sociologique et non pas ontologique (ce qui importe est bien que le sexe soit conforme au genre, qu’il naisse des garçons virils dans lesquels se lisent les caractères du père), un corps pensé selon un modèle qui renvoie, en réalité à une norme masculine puisque le corps féminin est, en dernière analyse, nous le verrons de façon encore plus nette avec Aristote, pensé comme un corps masculin inabouti, inachevé.

Les conceptions aristotéliciennes

  • 41 Voir Lesky E., op. cit., p. 1242-1246 et 1349-1381 ; Boylan M., « The galenic and hippocratic chal (...)
  • 42 D’aucuns ont d’ailleurs voulu voir en lui le fondateur de la biologie. Ses écrits biologiques sont (...)
  • 43 Cf. Aristote, Génération des animaux, II, 2, 736a14.
  • 44 Cf. Aristote, Génération des animaux, I, 18, 725a11/12.
  • 45 Aristote, Génération des animaux, I, 18, 726a26/27 : Ὄτι μὲν οὖν περίττωμά ἐστι τὸ σπέρμα χρησίμου (...)
  • 46 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 6, 775a14/5.
  • 47 Voir Bachelard G., La Formation de l’esprit scientifique (19654), p. 120.
  • 48 Aristote, Génération des animaux, II, 1, 732a6-9 : ∆ιὰ τοῦτ᾽ ἐν ὃσοις ἐνδέχεται, καὶ καθ᾽ ὃσον ἐνδ (...)
  • 49 Voir Lesky E., op. cit., p. 148-158.
  • 50 Cf. Aristote, De la génération et de la corruption, I, 7, 322b.
  • 51 Sur la dialectique action/réaction et plus particulièrement sur le couple kinein/antikinein dans l (...)
  • 52 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b22 : μὴ κρατῆσαν δέ.
  • 53 Cf. Aristote, Histoire des animaux, VII,1, 582a29-32 ; Génération des animaux, IV, 1, 765b3-4 et 2 (...)
  • 54 Cf. Aristote, Génération des animaux, I, 20, 729a11-13 ; II, 3, 737a15 ; 4, 739b21-26 ; IV, 4, 771 (...)
  • 55 Voir Furth M., « Transtemporal stability in Aristotelean substance », Journal of Philosophy, LXXV (...)

14La théorie d’Aristote sur l’hérédité est des plus complexes41. Avant de l’examiner, nous résumerons ses conceptions dans le domaine de la génération en rappelant d’abord ses vues sur la semence puis celles sur les mécanismes de la conception. Pour le philosophe de Stagire, qui est aussi le principal biologiste de l’Antiquité42, la semence ne provient ni de la mœlle et de l’encéphale, comme le pensaient Platon, les pythagoriciens et sans doute Empédocle, ni de toutes les parties du corps comme l’affirment les atomistes et les médecins hippocratiques, mais bien du sang, ou plutôt de la partie chaude du sang, aérée comme l’écume, d’où la couleur blanche du sperme43. Au même titre que le lait, les menstrues ou la graisse, la semence est, par l’intermédiaire du sang, un « résidu utile » (perittôma) de la nourriture44. Elle est même le plus subtil, le plus concentré, le plus abouti des résidus de la nourriture, celui qui a subi une coction de qualité et d’intensité supérieures45. Une telle coction ne peut être produite que par un corps suffisamment chaud. C’est pourquoi le sang des femmes, qui sont par nature plus froides46, produit un résidu insuffisamment cuit qui, soit est évacué par les menstrues quand la femme n’est pas enceinte, soit ne fournit que la matière de l’embryon si elle est fécondée, ou la nourriture du fœtus quand elle est enceinte ou bien encore le lait quand elle a accouché. Cette conception générale de la semence s’inscrit à la fois dans la théorie aristotélicienne des quatre causes (la mère n’étant que la cause matérielle de la génération alors que le père est la cause formelle), dans une économie générale des fluides corporels fongibles et dans le type de présupposé « pré-scientifique » que Bachelard a appelé le mythe de la concentration substantielle47. Elle inscrit d’emblée le masculin et le féminin dans une relation de hiérarchie : « Voilà pourquoi, partout où cela est possible et dans la mesure où cela est possible, le mâle est distinct de la femelle. Car le principe du mouvement, c’est-à-dire le mâle, est pour les êtres qui naissent ce qu’il y a de meilleur et de plus divin, tandis que la femelle est la matière48. » C’est encore une coction qui opère dans le mécanisme de la conception. Pour Aristote, lors de la fécondation puis de la gestation, la semence paternelle communique au résidu maternel un mouvement (kinèsis) porteur aussi bien des caractères de l’espèce que des caractères individuels49. C’est ainsi que, toujours dans la perspective de la théorie des quatre types de causes, le père est non seulement cause formelle mais aussi cause efficiente. Cette kinèsis agit selon deux modes. D’une part le mouvement agit ou non sur la matière maternelle, d’autre part il peut se « relâcher » sous l’effet de la résistance que lui oppose celle-ci, résistance rendue possible par le fait qu’en dernière analyse sperme et résidu maternel, bien que de qualités fort différentes, n’en ont pas moins un substrat matériel de même nature50 puisqu’ils proviennent tous deux de la nourriture par l’intermédiaire du sang, ce qui d’ailleurs permet l’action du premier sur le second51. Dans le premier mode d’action, si le mouvement n’agit pas sur la matière (Aristote dit « s’il ne l’emporte pas52 »), les caractères s’altèrent en leur contraire ; dans le second, quand le mouvement se relâche, les caractères se résolvent en caractères voisins. D’une façon qu’Aristote ne précise pas, les deux modes d’action de ce mouvement semblent avoir partie liée avec la chaleur53 et d’ailleurs, de façon générale, le façonnage de l’embryon est une forme de coction que, dans une métaphore fameuse, Aristote compare à la caille du lait54. Enfin, la génération procède du général vers le particulier, de l’indifférencié vers le défini, c’est-à-dire du genre (animal) à l’individu (Socrate) en passant par l’espèce (humain) et le sexe (masculin)55.

  • 56 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b.

15C’est en Génération des animaux, IV, 3, qu’Aristote traite de l’hérédité et prétend rendre compte par une seule causalité aussi bien de la détermination du sexe de l’embryon que des ressemblances et des dissemblances56. Il fait intervenir la kinèsis et ses deux modes d’opération. Le premier modus operandi du mouvement agit d’abord et contribue tout particulièrement à la détermination du sexe de l’embryon : si le mouvement n’est pas contrarié, c’est-à-dire si le sperme domine le résidu maternel, le caractère sexuel masculin est imprimé à la matière, sinon c’est son contraire, le caractère sexuel féminin. Mais ce mode opératoire contribue aussi à la détermination des caractères individuels (non sexuels). En effet,

  • 57 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a2-9 : Ἐπεὶ δ᾽ ἐξίστατι πᾶν οὐκ εἰς τὸ τυχὸν ἀλλ᾽ εἰς (...)

« […] comme toute chose s’altère en se transformant non pas en n’importe quoi mais en son contraire, il en est de même dans la génération, et ce qui n’a pas été dominé doit nécessairement s’altérer et se transformer en son contraire, suivant la puissance qui a manqué à l’agent générateur et moteur pour qu’il domine. S’il s’agit de la puissance grâce à laquelle cet agent est un mâle, il naît une femelle ; si c’est celle par laquelle il est Coriscos ou Socrate, l’enfant ne ressemble pas au père mais à la mère. Car de même que le terme général de mère est le contraire de père, de même telle mère particulière s’oppose à tel père particulier57 ».

  • 58 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a22-23.
  • 59 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a24-25 : ∆ιὸ ὡς ἐπὶ τὸ πολὺ τὰ μὲν ἂρρενα τῷ πατρὶ ἒοι (...)

16Ainsi s’explique l’existence des fils ressemblant à la mère et des filles ressemblant au père puisqu’il arrive que le mouvement lié au caractère sexuel l’emporte mais pas le mouvement lié aux caractères individuels non sexuels, ou vice versa. Mais, comme entre caractère sexuel et caractère individuel non sexuel « la différence est minime » (Mικρὰ γὰρ ἡ διαφορά)58, les ressemblances croisées sont rares. Pour Aristote, en effet, « la plupart du temps, les mâles ressemblent au père, les femelles à la mère59 ». Le second modus operandi de la kinèsis intervient aussi pendant le développement de l’embryon, concerne les caractères individuels non sexuels et cette intervention permet de rendre compte des ressemblances plus lointaines que celle aux parents, puisque les relâchements du mouvement se résolvent, de proche ne proche, en ce qui est le plus voisin.

  • 60 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a16-21 : λύονται δ᾽αἱ κινήσεις αἱ δημιουργοῦσαι εἰς τὰ (...)

« Quand les mouvements qui façonnent l’embryon se relâchent, ils se résolvent en des mouvements voisins, par exemple si le mouvement du générateur se relâche, il se transforme, par une très légère différence, en celui de son père mais, à un second stade, en celui de son grand-père. Et il en va ainsi non seulement pour les mâles mais aussi pour les femelles : le mouvement de la mère se résout en celui de sa propre mère, ou à défaut en celui de sa grand-mère ; et ainsi de suite en remontant60. »

  • 61 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a11-14 : Ἒνεισι δ᾽ αἱ μὲν ἐνεργείᾳ τῶν κινήσεων, αἱ δὲ (...)
  • 62 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768b1-5.

17En combinant les deux modes opératoires de la kinèsis on peut donc résumer les choses ainsi : la domination conjointe du mouvement porteur du caractère masculin et du mouvement porteur des caractères paternels donne un fils qui ressemble au père s’il n’y a pas ou très peu de relâchement du second mouvement, un fils ressemblant au grand père s’il y a un léger relâchement, à l’arrière-grand-père si le relâchement est très important, ou à un ancêtre plus lointain, voire à personne de la lignée ; la domination du premier mouvement mais sans celle du second donne un fils qui ressemble à la mère, s’il n’y a pas ou peu de relâchement, à la grand-mère s’il y a léger relâchement, à l’arrière-grand-mère si le relâchement est plus important, etc. ; en revanche, l’absence de domination du mouvement porteur du caractère sexuel masculin accompagnée d’une domination du mouvement porteur des caractères paternels aboutit à la formation d’une fille ressemblant au père s’il n’y a pas ou peu de relâchement, au grand-père ou à un autre ancêtre sinon ; et l’absence de toute domination des mouvements aboutit à une fille ressemblant à la lignée maternelle, en remontant plus ou moins haut dans celle-ci en fonction du relâchement. Ce schéma général est compliqué encore par le fait que, « parmi les mouvements, les uns sont en acte [energeia], les autres en puissance [dunamei] : sont en acte ceux du géniteur et ce qui est général comme le fait d’être un homme ou un animal ; sont en puissance ceux de la femelle et des ancêtres61 ». Enfin, ce schéma général s’applique à toutes les parties du corps ce qui explique les ressemblances multiples62.

  • 63 Selon René Lefebvre, « dans les deux cas, nous avons une incapacité de penser la forme comme forme (...)
  • 64 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b2-5.
  • 65 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a24-25 cité supra, affirmation répétée au livre VI (...)
  • 66 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b30-35.
  • 67 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b5-7 : Kαὶ γὰρ ὁ νὴ ἐοικὼς τοῖς γονεῦσιν ἢδη τρόπον τι (...)
  • 68 Voir Lefebvre R., op. cit., p. 561 et 562. Contra Veloso C. W., Aristóteles Mimetico (2004), p. 38 (...)
  • 69 Fr. Héritier résume ainsi cette série d’écarts : « C’est le pneuma [mâle] qui donne la forme accom (...)
  • 70 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b8. Cf. Aristote, Génération des animaux, I, 20, 728a1 (...)

18Cette hérédité cinétique passablement complexe est assez confuse. Il est possible, comme le pense R. Lefebvre, qu’Aristote ne soit pas parvenu à dépasser certaines contradictions, notamment, celle entre d’une part l’attribution de la cause formelle au père et de la cause matérielle à la mère et d’autre part le caractère néanmoins matériel du corps et de la semence du père63. Mais ce qui nous intéresse tout particulièrement est ce qu’Aristote dit de la fréquence des ressemblances. Dès le début de ce chapitre, il pose la règle générale selon laquelle il est plus courant que l’enfant ressemble aux parents qu’aux ancêtres, aux ancêtres qu’au premier venu, au premier venu qu’à un être n’ayant pas même apparence humaine64. Et, en ce qui concerne le premier point (la fréquence maximale de la ressemblance enfants/parents) de cette règle générale, une règle connexe que nous avons déjà mentionnée, est celle selon laquelle les fils ressemblent surtout au père et les filles à la mère65. Il importe de remarquer, en ce qui concerne cette règle générale sur la fréquence des ressemblances, qu’elle n’est pas sans correspondance avec la gradation qui va de l’individuel au générique en plaçant l’essence du côté du premier66. Si, lorsque dans le cadre de cette gradation, Aristote affirme que « celui qui ne ressemble pas aux parents est déjà, à certains égards, un monstre : car dans ce cas, la nature s’est, dans une certaine mesure, écartée du type générique67 », il est possible, comme le pense R. Lefebvre, que le Stagirite traite bien, dans ce cas, de ressemblance générique et non individuelle68, c’est néanmoins un indice intéressant. Il est permis de penser que, pour Aristote, dans le domaine de la ressemblance individuelle, il est non seulement fréquent mais en quelque sorte souhaitable que l’enfant ressemble aux parents, dans la mesure où cela relève, en quelque sorte, de l’ordre naturel des choses : si la naissance d’enfants qui ne ressemblent pas, dans leur individualité, à leurs parents, ne relève pas tout à fait de la tératologie, du moins semble-t-elle constituer un éloignement par rapport à l’essence. Il est très révélateur, par ailleurs, que ce soit dans le cadre de l’énoncé de cette règle générale sur la fréquence des ressemblances, et plus précisément alors qu’il vient de parler des écarts tératologiques de la nature69, qu’Aristote en vienne à affirmer que « le tout premier écart est la naissance d’une femelle au lieu d’un mâle » ([τέρας] Ἀρχὴ δὲ πρώτη τὸ θῆλυ γίνεσθαι καὶ μὴ ἂρρεν)70. Ainsi, dans cette double perspective, la naissance d’un produit ne ressemblant pas aux parents, tout autant que celle d’un produit féminin, c’est-à-dire de tout autre produit qu’un fils ressemblant au père, soit la naissance d’une fille, soit la naissance d’un garçon qui ne ressemble pas au père, est perçue comme une perturbation d’un bon ordre naturel des choses. Du reste, Aristote présente explicitement la naissance d’un fils ressemblant au père comme le cas le plus favorable :

  • 71 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b15-18 et 20-23 : Eὐπέπτου μὲν γὰρ οὔσης τῆς περιττώσε (...)

« Lorsque le résidu séminal des règles a subi une coction convenable [εὐπέπτου], le mouvement qui vient du mâle lui fera prendre la forme qui lui correspond. […] De sorte que si ce mouvement l’emporte, il fera un mâle et non une femelle, et le produit ressemblera au générateur, mais non à la mère ; s’il ne l’emporte pas, toute puissance qui lui manque fera également défaut [ἒλλειψιν] dans le produit71

  • 72 Aristote, Génération des animaux, IV, 2, 766b28-30 : Tεκμήρια δὲ τὰ συμβαίνοντα τοῖς εἰρηνένοις. T (...)

19Les connotations, mélioratives (εὐπέπτου), comme péjoratives (ἒλλειψιν), du vocabulaire, témoignent de ce que la naissance de fils ressemblant aux pères est le cas jugé le plus favorable. Dans toutes les autres situations, il y a un manque, une déficience, du principe moteur, c’est-à-dire masculin. En atteste une « constatation empirique » d’Aristote, indubitable à ses yeux, le fait que les jeunes pères, comme les vieux, donnent naissance surtout à des filles : « Les faits confirment d’ailleurs ces propos. En effet, les jeunes donnent plus souvent naissance à des femelles que ceux qui sont dans la force de l’âge, et ceux qui sont âgés, encore plus72. » C’est que, chez le trop jeune père la coction de la semence n’est pas encore suffisante, chez le trop vieux père elle ne l’est plus assez. Dans les deux cas, la semence ne sera pas capable d’imprimer sa forme à la matière, le processus idéal sera contrarié, et l’on obtiendra donc un produit « contraire » à l’idéal : en l’occurrence une fille au lieu d’un garçon, mais il aurait pu s’agir d’une ressemblance à la mère au lieu du père. D’une façon plus générale, la naissance de fils ressemblant au père est, d’une certaine manière, première puisqu’elle découle des mouvements « en acte », au même titre que la ressemblance générique, alors que la naissance de tout autre produit est liée aux mouvements « en puissance ».

  • 73 Eschine, Contre Ctésiphon, 111 : μήτε γυναῖκας τέκνα τίκτειν γονεῦσιν ἐοικότα, ἀλλὰ τέρατα (« que (...)
  • 74 Vernier B., Le Visage et le nom. Contribution à l’étude des systèmes de parenté (1999).

20C’est donc dans la biologie d’Aristote qu’est exprimé de la façon la plus claire le fait que la ressemblance fils/père est un fait de nature, et même le plus naturel possible. Nous voudrions, pour conclure, faire un rapprochement entre cette norme « scientifique » et une autre, la religion, puisque, dans la citation d’Hésiode que nous donnions en introduction, la naissance de fils qui ne ressemblent pas aux pères prenait place dans une série comprenant aussi un renversement de normes socio-religieuses. Dans les nombreuses autres occurrences du topos de la ressemblance cette dimension apparaît, tout particulièrement dans la poésie épique où cette ressemblance est présentée de façon plus ou moins explicite comme une faveur divine. Mais l’on pourrait citer aussi les formules de malédiction, telle celle rapportée par Eschine à propos de la première guerre sacrée datant de l’époque de Solon73. Sanctionnée par l’ordre naturel ou par l’ordre surnaturel, la ressemblance des fils aux pères doit très certainement être lue – ainsi que certains anthropologues, dans d’autres contextes, le suggèrent74 – en rapport avec la dimension sociale et politique de la filiation.

Notes

1 Euripide, Antigone, fr. 15 (= 167 Nauck = 224 Mette). Sauf précision contraire, la traduction retenue est celle parue dans la Collection des Universités de France (éd. des Belles Lettres).

2 Hésiode, Les Travaux et les jours, v. 235 : τίκτουσιν δὲ γυναῖ κες ἐὀικότα τέκνα γονεῦ σι.

3 Ibid., v. 182.

4 À ce sujet, voir Grmek M. D., « Ideas on Heredity in Greek and Roman Antiquity », Physis, XXVIII (1991), p. 11-34 et Bonnard J.-B., Le Complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne (2004).

5 Voir Lesky E., « Die Zeugungs- und Vererbungslehre der Antike und ihr Nachwirken », Abh. Akadem. d. Wiss. u. Lit. in Mainz, Geistes und Sozialwiss. Kl. 19 (1950), p. 1225-1420.

6 Cf. Démocrite, Testimonia, 142 : Ἐίκουρος, ∆ημοκρίτειος καὶ τὸ θῆλυ προΐεσθαι σπέρμα ἒχει (« Épicure et Démocrite disent que la femelle aussi secrète de la semence ») = Ætius, Opinions, V, V, 1, trad. J.-P. Dumont ; et Démocrite, Testimonia, 143 : Utrius vero parentis principium sedem prius occupaverit, eius redi naturam Democritus rettulit (« En fait, c’est le sexe du parent dont la semence a occupé en premier lieu l’endroit [de la génération], qui se trouve donné à l’enfant, selon le rapport de Démocrite ») = Censorin, De die natali, VI, 5, trad. J.-P. Dumont.

7 Démocrite, Testimonia, A143 : Tὰ μὲν κοινὰ μέρη ἐξ ὁποτέρου ἂν τύχῃ, τὰ δ᾽ ἰδιάζοντα καὶ κατ᾽ ἐπικράτειαν (« Les parties communes aux deux sexes proviennent au hasard de l’un ou de l’autre, mais celles qui particularisent le sexe viennent justement de l’élément prédominant ») = Ætius, Opinions, V, VII, 6 et Aristote, Génération des animaux, IV, 1, 764a6.

8 Démocrite, Fragments, B124 : ∆ημόκριτος ἒτι τε Ἱπποκράτης ἐξ ὃλου τοῦ σώματος, ὁ μὲν ∆ημόκριτος λέγων ἂνθρωποι εἶς ἒσται καὶ ἂνθρωπος πάντες (« Pour Démocrite et Hippocrate, la semence est produite par le corps tout entier et Démocrite de dire : “Les hommes ne seront qu’un et un homme les sera tous” ») = Pseudo-Galien, Des définitions en médecine, 439, trad. J.-P. Dumont.

9 Voir Lesky E., op. cit., p. 1296.

10 Voir Pohlenz M., « Nomos und Physis », Hermes, LXXXI (1953), p. 436-437 ; Boussoulas N. I., « Essai sur la structure du mélange dans la pensée présocratique. Le νοῦς et le Mélange dans le système d’Anaxagore », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, CXXVII, 3 (1956), p. 18-43 ; et surtout Kember O., « Anaxagoras’ theory of sex differentiation and heredity », Phronesis, XVIII (1973), p. 1-14.

11 Empédocle, Testimonia, A81 : Ὁμοιότητας γίνεσθαι κατ᾽ ἐπικράτελαν τῶν σπερματικῶν γόνων, ἀνομοιότητας δὲ τῆς ἐν τῷ σπέρματι θερμαςίας ἐξατμισθείσης = Ætius, Opinions, V, 11, 1 = Pseudo-Plutarque, Des opinions, V, 11 (= Mor., 906C-D). Voir Lesky E., op. cit., p. 1314 sq. et Bollack J., Empédocle, t. III : Les Origines, Édition et traduction des fragments et des témoignages (1969), p. 560-565.

12 Empédocle, Testimonia, A81 : Super qua re Empedoclis, disputata ratione, talis profertur. Si par calor in parentum seminibus fuit, patri similem marem procreari ; si frigus, feminam matri similem. Quodsi patris calidius erit et frigidius matris, puerum fore qui matris vultus repraesentet : at si calidius matris, patris autem fuerit frigidius, puellam futuram quae patris reddat similitudinem = Censorin, De die natali, VI, 10.

13 Voir Lesky E., op. cit., p. 1261 : Wir vermuten daher, daß die bei Censorin unter dem Namen des Empedokles überlieferte Theorie Ergebnis einer späteren Augestaltung der empedokleidchen Lehre ist, als man […] eine Erklärung der gekreutz-geschlechtischen Ähnlichkeit auch auf Grund der empedokleischen Lehre ausbilden wollte (« Nous supposons à partir de là que la théorie rapportée par Censorin sous le nom d’Empédocle résulte d’un développement ultérieur de la théorie empédocléenne, lorsqu’on a voulu […] composer une explication de la ressemblance entre sexes opposés toujours fondée sur la théorie empédocléenne »). Voir également Geurts P. M. M., De erfelijkheid in de oudere Grieksche wetenschap (1941), p. 45.

14 Bollack J., Empédocle, t. III : Les Origines, op. cit., p. 561.

15 Pseudo-Plutarque, Des opinions, V, 12 (= Moralia, 906E) : Ἐμπεδοκλῆς τῇ κατὰ τὴν σύλληψιν φαταςίᾳ τῆς γυναικὸς μορφοῦσθαι τὰ βρέφη πολλάκις ἀνδριάντων καὶ εἰκόνων ἠράσθησαν γυναῖκες, καὶ ὃμοια τούτοις ἀπέτεκον = Empédocle, Testimonia, A81 (= Censorin, De die natali, V, 4), trad. CUF légèrement modifiée.

16 Voir Bollack J., Empédocle, t. III : Les Origines, op. cit., p. 563.

17 Voir Gourevitch D., « Se mettre à trois pour faire un bel enfant ou l’imprégnation par le regard », L’Évolution psychiatrique, LII, 2 (1987), p. 559-563, ainsi que Maire B., « L’imprégnation par le regard ou l’influence des “simulacres” sur l’embryon », Mirabilia. Conceptions et représentations de l’extraordinaire dans le monde antique, actes du colloque international, Lausanne, 20-22 mars 2003, volume édité par Olivier Bianchi et Olivier Thévenaz, sous la direction de Philippe Mudry (2004), p. 279-294. Pour la postérité moderne de cette croyance, notamment chez Fernel, Paré et Montaigne, voir Jacob Fr., La Logique du vivant. Une histoire de l’hérédité (1970), p. 27-36 et Darmon P., Le Mythe de la procréation à l’âge baroque (1977), p. 163 sq.

18 Voir Lloyd G. E. R., Polarity and Analogy : two Types of Argumentation in early greek Thought (1966).

19 Parménide, Testimonia, A54 : At inter se certare feminas et maris et, penes utrum victoria sit, eius habitum referri auctor est Parmenides = Censorin, De die natali, VI, 5, trad. Dumont J.-P. et Kember O., « Right and Left in the Sexual Theories of Parmenides », Journal of Hellenic Studies, XCI (1971), p. 70-79, en particulier p. 71, a souligné la difficulté d’interpréter maris et feminas et de préciser la nature de cette lutte.

20 Parménide, Testimonia, A54 : Ceterum Parmenidis sententia est, cum dexterae partes semina dederint, tunc filios esse patri consimiles, cum laevae, tunc matri = Censorin, De die natali, VI, 8, trad. J.-P. Dumont. La traduction par Kember O., op. cit., p. 71, de partes par « testicules » est justifiée par un raisonnement déductif, qui nous paraît convaincant. Le caractère parménidien de cette doxa a été mis en doute par Untersteiner M., Parmenide, Testimonianze e frammenti (1958), p. 113, qui fonde cet avis, à tort selon nous, sur le fragment, B17.

21 Kember O., op. cit., p. 71.

22 Parménide, Testimonia, A54 : Пαρμενίδης ὃταν μὲν ἀπὸ τοῦ δεξιοῦ μέρους τῆς μήτρας ὁ γόνος ἀποκριθῇ, τοῖς πατράσιν, ὃταν δὲ ἀπὸ τοῦ ἀριστεροῦ, ταῖς μητράσιν [sc. ὃμοια τὰ τέκνα γίνεσθαι] = Ætius, Opinions, V, XI, 2 = Pseudo-Plutarque, Des opinions, V, 11 (= Moralia, 906D), trad. J.-P. Dumont.

23 Parménide, Testimonia, A54 : Dispares quoque naturae hoc modo fieri putantur : cum forte in laevam uteri partem masculinae stirpis semen inciderit, marem quidem gigni opinatio est, sed quia sit in femina parte conceptus, aliquid in se habere femineum supra quam decus virile patiatur, vel formam insignem vel nimium candorem vel corporis levitatem vel artus delicatos vel staturam brevem vel vocem gracilem vel animum imbecillum vel ex his plura = Lactance, De la colère de Dieu, XII, 12, trad. J.-P. Dumont. Des doutes ont cependant été émis sur le caractère parménidien de la doxa de l’écrivain chrétien : voir Kember O., op. cit., p. 74.

24 Parménide, Fragments, B18 : Vult enim seminum praeter materias esse virtutes, quae si se ita miscuerint, ut eiusdem corporis faciant unam, congruam sexui generent voluntatem ; si autem permixto semine corporeo virtutes separatae permanserint, utriusque veneris natos adpetentia sequatur = Célius Aurélien, Des maladies chroniques, IV, 9, 134-135, trad. J.-P. Dumont.

25 Parménide, Testimonia, A53 : Пαρμενίδης τὰ μὲν ἐκ τῶν δεξιῶν[sc. σπέρματα]καταβάλλεαθαι εἰς τὰ δεξιὰ μέρη τῆς μήτρας, τὰ δ᾽ ἐκ τῶν ἀριστερῶν εἰς τὰ ἀριστερά εἰ δ᾽ ἐναλλαγείη τὰ τῆς καταβολῆς, γίνεαθαι θήλεα = Ætius, Opinions, V, VII, 4, trad. Voilquin J., Les Penseurs grecs avant Socrate, de Thalès de Milet à Prodicos (1941), p. 101.

26 Anaxagore, Testimonia, A111 : Anaxagoras autem eius parentis faciem referre liberos iudicavit, qui seminis amplius contulisset = Censorin, De die natali, VI, 8. Voir Kember O., « Anaxagoras’ theory of sex differentiation and heredity », Phronesis, XVIII, 1973, p. 1-14.

27 Cf. e. g. Hippocrate, Nature de l’enfant, XII, 1.

28 Voir Longo O., « La détermination du sexe chez les hippocratiques », in López Férez J. A. (éd.), Tratados hippocráticos, Actes du VIIe colloque international hippocratique, Madrid, 24-29 sept. 1990 (1992), p. 123-130.

29 Hippocrate, Génération, VIII, 2 : Ἀμφοτέροισιν ἀνάγκη τὶς ἐστιν ἐοικέναι τινί, εἲπερ ἀπ᾽ ἀμφοτέρων τῶν σωμάτων τὸ σπέρμα χωρεῖ ἐς τὸ τέκνον.

30 Hippocrate, Du régime, XXVII, 1 : Oὐ μόνον τὸν ἂνδρα δεῖ τοῦτο διαπρήσσεσθαι, ἀλλὰ καὶ τὴν γυναῖκα. Oὐ γάρ τὸ ἀπὸ τοῦ ἀνδρὸς μόνον ἀποκιθὲν αὔξιμόν ἐστιν, ἀλλά καὶ τὸ ἀπὸ τῆς γυναικὸς

31 Cf. e. g. Hippocrate, Génération, I, 1 ; Maladies IV, XXXII, 1 ; Des airs, des eaux, des lieux, XIV, 1.

32 Kαὶ ὁκόθεν ἂν τοῦ σώματος τοῦ ἀνδρὸς πλέον ἒλθῃ ἐς τὴν γονὴν ἢ τῆς γυναικός, τὸ τέκνον κεῖνο κάλλιον ἒοικε τῷ πατρί ὁκόθεν δ᾽ ἂν πλέον ἒλθῃ ἀπὸ τῆς γυναικὸς τοῦ σώματος, κεῖνο κάλλιον ἒοικε τῇ μητρί. […], Ὁκότερος δ᾽ἂν πλέον συμβάληται ἐς τὸ ἐοικέναι καὶ ἀπὸ πλεόνων χωρίων τοῦ σώματος, καὶνῳ τὰ πλείονα ἒοικε. Hippocrate, Génération, VIII, 1 et 2.

33 Voir Joly R., Recherches sur le traité pseudo-hippocratique Du régime (1960) et id., « La caractérologie antique jusqu’à Aristote », Revue belge de philologie et d’histoire, XL, 1 (1962), p. 5-28.

34 C’est une idée générale de la médecine hippocratique. Pour nous en tenir à la génération : Tό τε ὑγρὸν πρὸς τὸ ὑγρὸν καὶ τὸ ξηρὸν πρὸς τὸ ξηρὸν καὶ τὸ θερμὸν πρὸς τὸ θερμὸν καὶ τὸ ψυχρὸν πρὸς τὸ ψυχρὸν (« L’humide allant à l’humide, le sec au sec, le chaud au chaud et le froid au froid »), Hippocrate, De la nature des hommes, III, trad. E. Littré, et Ὁκόταν δὲ κατά τωὐτὸ ἀμφότερα συνεκπεσόντα τύχῃ, συμπίπτει πρὸς ἂλληλα, τὸ πῦρ τε πρὸς τὸ πῦρ καὶ τὸ ὓδωρ ὡαςύτως](« Mais quand les deux [semences], émises ensemble, arrivent au même endroit, [les deux éléments] se rejoignent, le feu avec le feu et l’eau de même »), Hippocrate, Du régime, XXVII, 2.

35 Hippocrate, Du régime, XXVIII, 3 : προσμίαγεται πρὸς τὴν ἰσχυροτέρην ἡ ἀσθενεστέρη, οὐ γὰρ ἒχει πρὸς ὃ τι ὁμοτρπώτερον ἀποχώρησει τῶν παρεόντων.

36 Hippocrate, Du régime, XXVIII, 2.

37 Hippocrate, Du régime, XXVIII, 3.

38 Ibid.

39 Ibid. ; comme le remarque R. Joly (note 1 de la page 23 de son édition CUF), « il ne saurait s’agir ici d’hermaphrodites, tout le contexte l’indique suffisamment ».

40 Laqueur Th., La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident (1992, trad. fr. de Making Sex. Body and Gender from the Greek to Freud, 1990).

41 Voir Lesky E., op. cit., p. 1242-1246 et 1349-1381 ; Boylan M., « The galenic and hippocratic challenges to Aristotle’s conception theory », Journal of the History of Biology, XVII, 1 (1984), p. 83-112 et surtout p. 92-112 ; Bernier R. et Chrétien L., « Génération et individuation chez Aristote », Archives de philosophie, LII (1989), p. 1348 et surtout p. 26-40.

42 D’aucuns ont d’ailleurs voulu voir en lui le fondateur de la biologie. Ses écrits biologiques sont « la première biologie constituée dans l’histoire de la science », pour Bourgey L., Observation et Expérience chez Aristote (1955), p. 87. Bodenheimer F. S. va plus loin encore, qui, à la page 164 de son History of Biology (1958), fait d’Aristote le père de la biologie moderne. Voir Byl S., Recherches sur les grands traités biologiques d’Aristote : sources écrites et préjugés (1980), p. VII-XII.

43 Cf. Aristote, Génération des animaux, II, 2, 736a14.

44 Cf. Aristote, Génération des animaux, I, 18, 725a11/12.

45 Aristote, Génération des animaux, I, 18, 726a26/27 : Ὄτι μὲν οὖν περίττωμά ἐστι τὸ σπέρμα χρησίμου τροφῆς καὶ τῆς ἐσχάτης (« Le sperme est donc un résidu de la nourriture à son dernier degré d’élaboration ») ; cf. aussi Génération des animaux, IV, 1, 766b7/8.

46 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 6, 775a14/5.

47 Voir Bachelard G., La Formation de l’esprit scientifique (19654), p. 120.

48 Aristote, Génération des animaux, II, 1, 732a6-9 : ∆ιὰ τοῦτ᾽ ἐν ὃσοις ἐνδέχεται, καὶ καθ᾽ ὃσον ἐνδέχεται κεχώρισται τοῦ θήλεος τὸ ἂρρεν. Βέλτιον γὰρ καὶ θειότερον ἡ ἀρχὴ τῆς κινήσεως ἣ ἂρρεν ὑπάρχει τοῖς γινομένοις ὕλη δὲ θῆλυ.

49 Voir Lesky E., op. cit., p. 148-158.

50 Cf. Aristote, De la génération et de la corruption, I, 7, 322b.

51 Sur la dialectique action/réaction et plus particulièrement sur le couple kinein/antikinein dans le domaine de la génération chez Aristote, voir Starobinski J., Action et réaction. Vie et aventures d’un couple (1999), p. 19-24.

52 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b22 : μὴ κρατῆσαν δέ.

53 Cf. Aristote, Histoire des animaux, VII,1, 582a29-32 ; Génération des animaux, IV, 1, 765b3-4 et 2, 766b32-33 où la consistance du sperme, elle-même liée à sa coction, est présentée comme déterminante.

54 Cf. Aristote, Génération des animaux, I, 20, 729a11-13 ; II, 3, 737a15 ; 4, 739b21-26 ; IV, 4, 771b23-27 ; 772a23-25.

55 Voir Furth M., « Transtemporal stability in Aristotelean substance », Journal of Philosophy, LXXV (1978), p. 624-646, en particulier p. 636-638.

56 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b.

57 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a2-9 : Ἐπεὶ δ᾽ ἐξίστατι πᾶν οὐκ εἰς τὸ τυχὸν ἀλλ᾽ εἰς τὸ ἀντικείμενον, καὶ τὸ ἐν τῇ γενέσει μὴ κρατούμενον ἀναγκαῖον ἐξίστασθαι καὶ γίνεσθαι τὸ ἀντικείμενον, καθ᾽ ἢν δύναμιν οὐκ ἐκράτησε τὸ γεννῶν καὶ κινοῦ. Ἐὰν μὲν οὖν ἧ ἄρρεν, θῆγυ γίνεται, ἐὰν δὲ ἧ Κορίσκος ἢ ∑ωκράτης, οὐ τῷ πατρὶ ἐοικὸς ἀλλὰ τῇ μητρὶ γίνεται ἀντίκειται γὰρ ὣσπερ τῷ ὃλως πατρὶ μήτηρ, καὶ τῷ κατ᾽ ἓκαστον γεννῶτι ἡ καθ᾽ ἓκαστον γεννῶσα.

58 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a22-23.

59 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a24-25 : ∆ιὸ ὡς ἐπὶ τὸ πολὺ τὰ μὲν ἂρρενα τῷ πατρὶ ἒοικεν, τὰ δὲ θήλεα τῇ μητρί

60 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a16-21 : λύονται δ᾽αἱ κινήσεις αἱ δημιουργοῦσαι εἰς τὰς ἐγγύς, οἷον ἡ τοῦ γεννῶντος ἂν λυθῇ κίνησις, ἐλαχίστῃ διαφορᾷ μεταβαίνει εἰς τὴν τοῦ πατρός, δεύτερον δ᾽ εἰς τὴν υοῦ πάππου καὶ τοῦτον δὴ τὸν τρόπον καὶ ἐπὶ τῶν ἀρρένων καὶ ἐπὶ τῶν θηλειῶν ἡ τῆς γεννώσης εἰς τὴν τῆς νητρός, ἐὰν δὲ μῆ εἰς ταύτην,.εἰς ταύτην, εἰς τήν τῆς τήθης ὁμοίώς δὲ καὶ τῶν ἂνωθεν.

61 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a11-14 : Ἒνεισι δ᾽ αἱ μὲν ἐνεργείᾳ τῶν κινήσεων, αἱ δὲ δυνάμει, ἐνεργίᾳ μὲν αἱ τοῦ γεννῶντος καὶ τῶν καθόλου, οἷον ἀνθρώπου καὶ ζῷου, δυνάμει δὲ αἱ τοῦ θήλεος καὶ τῶν προγόνων (trad. J.-B. Bonnard). Cf. Génération des animaux, II, 3, 737a18-34.

62 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768b1-5.

63 Selon René Lefebvre, « dans les deux cas, nous avons une incapacité de penser la forme comme forme pure ; de même qu’une forme ne pourrait agir comme forme pure, il y a tout simplement pour les formes pures une incapacité d’exister » (Lefebvre R., « Individu, espèce et ressemblance dans la théorie aristotélicienne de la génération animale », Revue de métaphysique et de morale, C, 4 [1995], p. 535-562 et p. 557 pour la citation).

64 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b2-5.

65 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 768a24-25 cité supra, affirmation répétée au livre VII : « En règle générale, les filles ressemblent davantage à la mère, les garçons au père » (Kαὶ ὡς μὲν ἐτὶ τὸ πολύ […] μᾶλλον τὰ δ᾽ ἂρρενα τῷ πατρί, Aristote, Génération des animaux, VII, 6, 586a4-6).

66 Cf. Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b30-35.

67 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b5-7 : Kαὶ γὰρ ὁ νὴ ἐοικὼς τοῖς γονεῦσιν ἢδη τρόπον τινὰ τέρας ἐστίν παρεκβέβηκε γὰρ ἡ φύοις ἐν τούτοις ἐκ τοῦ γένους τρόπον τινά.

68 Voir Lefebvre R., op. cit., p. 561 et 562. Contra Veloso C. W., Aristóteles Mimetico (2004), p. 381-382, qui fait remarquer que lorsqu’Aristote parle de ressemblance individuelle, il utilise ordinairement les mots de la famille εἰκών (cf. e. g. I, 18, 222a24-27), alors que pour l’identité de forme il a recours aux termes de la famille ὃμοιον ou des expressions telles que τοιοῦτον οἶον.

69 Fr. Héritier résume ainsi cette série d’écarts : « C’est le pneuma [mâle] qui donne la forme accomplie de l’être humain, sous sa forme vir. La matière féminine, si n’est pas réglée sa production anarchique, donne naissance à la monstruosité dont la première forme est la féminité, la seconde, la multiparité, la troisième, la monstruosité, visible par excès ou par défaut » (Héritier Fr., « Moitiés d’hommes, pieds déchaussés et sauteurs à cloche-pied. Figures archaïques de la masculinité », Masculin/Féminin. La pensée de la différence [1996], p. 177).

70 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b8. Cf. Aristote, Génération des animaux, I, 20, 728a17-18 ; II, 3, 737a27-28 ; IV, 6, 775a15-16 ; V, 3, et Problèmes, X, 8, 891b23. Voir le développement de S. Saïd sur la « femme-eunuque », p. 101 (Saïd S., « Féminin, femme et femelle dans les grands traités biologiques d’Aristote », in Lévy L. [éd.], La Femme dans les sociétés antiques [1983], p. 93-123).

71 Aristote, Génération des animaux, IV, 3, 767b15-18 et 20-23 : Eὐπέπτου μὲν γὰρ οὔσης τῆς περιττώσεως ἐν τοῖς καταμηνίοις τῆς σπερματικῆς, καθ᾽ αὑτὴν ποιήσει τὴν μορφην ἡ τοῦ ἂρρενος κίνησις […] Ὥστε κρατούσης μὲν ἂρρεν τε ποιήσει καὶ οὐ θῆγυ, καὶ ἐοικὸς τῷ γεννῶντι ἀλλ᾽ οὐ τῇ μητρί μὴ κρατῆσαν δέ, καθ᾽ ὁποίαν ἂν μὴ κρατήσῃ δύναμιν, τὴν ἒλλειψιν ποιεῖ κατ᾽ αὐτήν.

72 Aristote, Génération des animaux, IV, 2, 766b28-30 : Tεκμήρια δὲ τὰ συμβαίνοντα τοῖς εἰρηνένοις. Tά τε γὰρ νέα θηλυτόκα μᾶλλον τῶν ἀκμαζόντων, καὶ γηράσκοντα μᾶλλον, trad. CUF modifiée.

73 Eschine, Contre Ctésiphon, 111 : μήτε γυναῖκας τέκνα τίκτειν γονεῦσιν ἐοικότα, ἀλλὰ τέρατα (« que leurs femmes ne mettent pas au monde des enfants semblables à leurs pères, mais des monstres »).

74 Vernier B., Le Visage et le nom. Contribution à l’étude des systèmes de parenté (1999).

Auteur

Université de Caen, Phéacie (EA 3521/3563)

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540