Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et représenter le corps dans l'Antiquité

 | 
Francis Prost
, 
Jérôme Wilgaux

Quatrième partie. Le corps au féminin

De l’utilité du ventre des femmes

Lectures médicales du corps féminin*

Lydie Bodiou

Texte intégral

  • * Nous voudrions remercier ici Véronique Dasen pour sa lecture attentive de la présente contribution

1Les médecins de l’Antiquité classique décrivent les femmes comme jamais les hommes de leur temps ne l’ont fait. Leurs travaux constituent pour l’historien une façon directe d’appréhender les femmes par le langage du corps. Ainsi le signe le plus probant de la bonne santé d’une femme est ce « débordement périodique » qui la différencie fondamentalement de l’homme. Tout manquement est signe de maladie, car « la bonne santé pour une femme est de saigner ». En effet, s’il existe des maladies féminines, elles sont toutes liées à son ventre et la principale d’entre elles, contre laquelle ils s’efforcent principalement de lutter, c’est la stérilité. Maladie féminine par essence, elle est un châtiment qui frappe la collectivité, et qui ôte à la femme la possibilité d’une reconnaissance sociale. La femme existe par son ventre, ainsi sera-t-elle cuisinière de l’enfant et son utérus le réceptacle qui permet au fœtus de se développer. Elle sera nourricière aussi, la mécanique de son corps transformant les aliments et le sang pour permettre au fœtus de se développer in utero et ensuite en lait quand l’enfant est né. Ainsi les femmes possèdent dans leur ventre le « grand balancier de la vie » ; elles rythment le temps des hommes en assurant l’avenir par la génération.

Qu’elles saignent !

  • 1 Voir les traités hippocratiques gynécologiques et embryologiques : Maladies des femmes, I et II, F (...)

2Attendu, espéré, guetté et regretté, le sang menstruel rythme la vie des femmes. Témoin de leur sexualité, de leur capacité à procréer, de leur infériorité physiologique aussi, il est le signe du passage de la parthénos à la gynè. Signe accessible à l’observation directe, le sang des règles est objet d’attention de la part des médecins hippocratiques1 qui commentent la durée et la fréquence de la menstruation. Car ce sang est le signe de la bonne santé d’une femme et la promesse d’une fécondité attendue et annoncée.

« Les fleurs rouges des mois2 »

  • 2 Expression employée au xviiie siècle. Gélis J., L’Arbre et le fruit (1984), p. 31.
  • 3 Admudsen D. W. et Diers C. J., « The age of menarchè in classical Greece and Rome », Human biology(...)
  • 4 King H., « Bound to bleed : Artemis and Greek women », in Cameron A. et Kuhrt A. (éd.), Images of (...)
  • 5 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 466.
  • 6 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 466.
  • 7 Maladies des femmes, I, 1, Littré VIII, 12-14.

3Alors qu’elle se développe lentement au sein du ventre de sa mère, la fille après la naissance vieillit prématurément, comme si l’ordre naturel mettait quelque hâte à la conduire à la puberté. C’est que la fille, déterminée dès la conception par un héritage physiologique, connaît une seconde naissance au moment de la puberté. Les filles sont censées être capables de remplir le rôle de femme adulte dans le mariage et dans la maternité souvent dès 13 ans, voire plus tôt3. Cet âge de la ménarchè est celui où le corps doit produire du sang menstruel4. À ce moment de leur vie, ces jeunes filles, les parthénoi, sont en danger. Le médecin de Maladies de jeunes filles affirme que les soucis pour elles commencent : « Quand vient l’époque du mariage, ne se mariant pas, [elles] éprouvent de préférence, à la première éruption des règles, ces accidents auxquels auparavant elles n’étaient guère exposées5. » Ces difficultés coïncident avec la descente du sang des règles dans l’utérus. En effet, du fait de l’alimentation et de la croissance, il y a davantage de sang qui circule dans le corps des filles à cette période de leur vie : « Car à ce moment le sang se porte à la matrice, comme pour s’écouler au dehors. Ainsi donc, quand l’orifice de l’issue n’est pas ouvert, et que le sang arrive en plus grande abondance, tant par les aliments que par l’accroissement, alors le sang, n’ayant point de sortie, s’élance, vu la quantité, sur le cœur et le diaphragme6. » En effet, une des raisons pour lesquelles les femmes produisent du sang menstruel, c’est parce qu’elles ne travaillent pas assez dur pour utiliser toute leur alimentation : « L’homme puise ce que demande la nourriture du corps et le corps n’étant pas mou, n’est sujet à un excès, ni de ton, ni de chaleur par l’effet de la pléthore comme chez la femme. Ce qui contribue grandement à cet effet chez l’homme, c’est qu’il fatigue bien plus que la femme7. » À la puberté, les filles consomment la plus grande partie de leur nourriture pour leur croissance et le peu de sang qu’il leur reste, même emprisonné, ne représente aucun danger pour leur santé. Lorsque la croissance ralentit ou cesse, les filles n’utilisent plus toute la nourriture, celle-ci se transformant en sang. Le volume produit devient trop important pour se « fondre » dans le corps, il commence alors à couler dans l’utérus pour être évacué.

  • 8 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 466.

4La puberté est l’âge auquel les jeunes filles ont un trop-plein de sang dans leur corps. Ce sang s’écoule dans leur utérus et de là sous la forme de sang menstruel il coule du corps de la fille si celle-ci est « ouverte ». Si le sang ne parvient pas à sourdre, la jeune fille tombe malade de son sang : « Le sang n’ayant pas de sortie, s’élance, vu la quantité sur le cœur et le diaphragme. Ces parties étant remplies, le cœur devient torpide ; à la torpeur succède l’engourdissement et à l’engourdissement, le délire8. » L’issue est terrible :

  • 9 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 468.

« La femme a le transport à cause de l’inflammation aiguë, l’envie de tuer à cause de la putridité, des craintes et des frayeurs à cause des ténèbres, le désir de s’étrangler à cause de la pression autour du cœur. Le sens intime, troublé et dans l’angoisse en raison de la perversion du sang, se pervertit à son tour. La malade dit des choses terribles. Les visions lui ordonnent de sauter, de se jeter dans un puits, de s’étrangler, comme étant meilleur et ayant toute sorte d’utilité. Quand il n’y a pas de visions, il y a un certain plaisir qui fait souhaiter la mort comme quelque chose de bon9. »

  • 10 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 468.
  • 11 Cf. Dasen V., Lett D., Morel M.-F. et Rollet C., « Dix ans de travaux sur l’enfance », Enfances. B (...)
  • 12 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 468.

5À ce désordre hystérique du corps et de la raison, le praticien ayant cherché une cause logique, recommande aux jeunes filles de « se marier le plus tôt possible, en effet, si elles deviennent enceintes, elles guérissent, à l’époque de la puberté ou peu après10 » et, par là même, illustre et explique l’extrême précocité du mariage, avant que « la maladie des jeunes filles » ne les frappe11. Pour ce médecin, il semble aller de soi que le premier rapport sexuel au moment du mariage verra la défloration de la jeune fille. Cet « obstacle » à la ménarchè dans le corps des jeunes filles est dès lors ôté : « Elles sont délivrées de cette maladie, quand rien n’empêche l’éruption du sang12. »

Durée, quantité, qualité, périodicité

  • 13 L. A. Dean-Jones a écrit sur ce thème un article essentiel. Nous reprenons à notre compte quelques (...)

6Les ta gunaikeia sont ces « choses féminines », qualifiant les femmes en genre. Le « débordement périodique » qui affecte le corps féminin est la condition de son équilibre intérieur : le corps se purge d’un trop plein d’humeurs. L. A. Dean-Jones a montré comment les médecins qui tentent de lire les mécanismes d’un corps dont le fonctionnement interne leur échappe largement, vont précautionneusement noter le débit, la fréquence et la consistance et la qualité de ce flux menstruel13.

7Mû d’un désir normatif et taxinomique, un médecin hippocratique décrit le saignement menstruel d’une femme en bonne santé, fixant la norme :

  • 14 Kotyle = 0, 27 litre.
  • 15 Maladies des femmes, I, 6, Littré VIII, 30.

« Les règles sont les plus épaisses et les plus abondantes dans les jours du milieu, mais au début et à la fin, elles sont moins abondantes et plus ténues. Chez toutes les femmes en bonne santé, la quantité moyenne de flux menstruel est de deux kotyles14 attiques, un peu plus, un peu moins et cela pendant deux jours ou trois ; une durée plus grande ou moindre est morbide et la stérilité s’ensuit15. »

  • 16 Jacquemin Le Vern H., Le Sang des femmes. Tabous, symboles et féminité (2002), p. 77 : « Il est di (...)
  • 17 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 410-412.
  • 18 Aphorismes, V, 32 et 33, Littré IV, 542-544. Voir aussi Maladies des femmes, I, 2, Littré VIII, 20 (...)

8L. A. Dean-Jones souligne que « plus important que le nombre de jours, c’est la bonne quantité de sang qu’une femme devait perdre qui importe ». Aujourd’hui, deux kotyles, environ un demi-litre, semble une quantité outrancière16. Si « erreur comptable » il y a, elle est sans doute due aux difficultés de mesure ou d’estimation de la quantité des pertes. Il faut aussi probablement tenir compte de l’exagération féminine, témoignant avec ampleur de ce sang versé comme signe de leur tribut à la cité. Ainsi ce volume de deux kotyles est sans doute utilisé par les médecins pour dire « beaucoup », répondant parfaitement à leur attente de pertes de sang importantes, illustrant la bonne santé de la femme. En revanche, la quantité de sang perdue chaque mois semble être constante, quelle que soit la longueur de cette période. Ainsi « les règles qui marchent avec effort, coulent peu à la fois et pendant plusieurs jours » et « les règles qui viennent en abondance et pendant peu de jours17 », le flux dépendant de l’étroitesse ou de la largeur d’ouverture du stoma de l’utérus. Mais si du sang venait à s’échapper par la bouche ou l’anus, les règles s’écouleraient en moindre quantité : « Chez une femme, le vomissement de sang cesse quand les règles font irruption », ou encore « chez une femme dont les règles manquent, il est bon que le sang s’écoule par les narines18 ». Ces propos illustrent ainsi la vision hippocratique du corps féminin : un long tuyau qui lie les orifices entre eux.

  • 19 Maladies des femmes, I, 6, Littré VIII, 30.
  • 20 Maladies des femmes, I, 37, Littré VIII, 92.
  • 21 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 412-414. Il faut ajouter que la « qualité » du flux menstruel e (...)

9« Pendant deux jours ou trois ; une durée plus grande ou moindre est morbide et la stérilité s’ensuit19. » Si, pour ce médecin, cette durée de deux à trois jours semble dans ce contexte représenter la totalité de la période de menstruation ; pour celui de Maladies des femmes, « les règles venues, pendant les trois premiers jours de la menstruation20… » suggère que d’autres jours suivront. Il semble que, pour définir la norme de la durée de flux menstruel, le médecin indique « les deux ou trois jours qui représentent la majeure partie du flux (les jours du milieu) ; la longueur du cycle entier se calculant par l’ajout des jours de flux plus légers avant et après ». La difficulté de définition de valeurs normales pour la durée et la quantité de l’écoulement menstruel est manifeste, le médecin concédant qu’il faut prendre en considération les variations individuelles : « Si c’est de nature que la femme évacue beaucoup de sang menstruel21. »

  • 22 Propos qui doivent largement à l’article de référence de King H., « Sacrifial Blood, the Role of A (...)
  • 23 Maladies des femmes, I, 6, Littré VIII, 30.
  • 24 Maladies des femmes, II, 113, Littré VIII, 242.
  • 25 Maladies des femmes, I, 61, Littré VIII, 124.
  • 26 Jacquemin Le Vern H., op. cit., p. 77 : « Sa teneur en eau est de 88 % par rapport aux 80 % du san (...)
  • 27 Cette analogie du sang des femmes et du sang du sacrifice est une particularité des traités gynéco (...)

10L’analogie sacrificielle va être utilisée afin de qualifier la « qualité » du flux menstruel et juger de l’état de santé de la femme22. En effet, chez une femme en bonne santé, « le sang qui s’écoule est semblable à celui d’une bête sacrifiée, et se coagule rapidement si la femme n’est pas malade23 ». Il doit être de belle couleur : « un flux rouge comme le sang d’un animal égorgé24 ». Si le sang menstruel est « gâté » et augure d’une pathologie, il est décrit « comme de l’eau de chairs sanguinolentes qu’on aurait lavées et elles ne se coagulent pas25 ». L’écoulement menstruel est, certes, un liquide sanglant, mais incoagulable (qui n’est composé que pour une partie de sang)26. Sans doute l’observation du sang bien rouge d’une bête sacrifiée qui coagule rapidement est-elle de bon augure, mais à l’inverse et contrairement à l’assertion de ce médecin, si le sang qui coule d’une femme coagule, c’est davantage un signe de maladie que de bonne santé27.

  • 28 Maladies des femmes, I, 25, Littré VIII, 66.

11Les femmes doivent verser du sang régulièrement tous les mois : « Si la matrice est trop ouverte, elle laisse échapper du sang chaque mois (èkatou mènos), comme c’est l’habitude28. » Toutefois, il existe des cas où la régularité connaît des désordres, soit que la menstruation se produise plusieurs fois dans le mois, soit que la femme voie plusieurs mois passer sans avoir de règles :

  • 29 Épidémies, II, 3, 1, Littré V, 104. Aussi Nature de la femme, 16, Littré VII, 336 et Maladies des (...)

« Observer les menstrues, si elles apparaissent, surtout quand c’est la première fois. Observer aussi chez quelles jeunes filles et chez quelles femmes elles viennent à de longs intervalles ou encore celles chez qui les règles ne se produisent habituellement pas dans les temps où elles le devraient ou autrement qu’il ne faudrait29. »

  • 30 Aphorismes, V, 36, Littré IV, 544.
  • 31 Nature de la femme, 59, Littré VII, 398.
  • 32 Maladies des femmes, I, 4, Littré VIII, 26. Il y a aussi la croyance répandue selon laquelle les c (...)

12Si la régularité est attendue, le médecin admet des approximations : il est des « menstrues de mauvaise couleur et ne revenant pas toujours à la même époque30 ». On note fréquemment l’expression d’un temps souhaité, « si les règles ne viennent pas au temps fixé31 », cette attente légitime du retour du flux menstruel, est marquée par l’expression de l’habitude avec le verbe manthanô : « Les jours que la purgation mensuelle a l’habitude de32… »

  • 33 Cette norme ne tenait pas compte de celles qui ne « cadraient pas », ne se conformaient pas et qui (...)
  • 34 Prorrhétique, II, 24, Littré IX, 54.

13Ces tentatives de définition de la durée, de la quantité, de la qualité et de la périodicité du flux menstruel constituant un cycle normal sont arbitraires, établies pour une généralité de femmes, elles sont surtout commodes aux médecins pour définir la bonne santé féminine33. Ainsi « on s’informera des règles, si elles apparaissent tous les mois, si elles sont en quantité suffisante, de bonne couleur, égales lors de chaque époque, si elles arrivent au même jour du mois. Car le mieux est que les choses soient ainsi34 ».

Malades d’être femme

  • 35 Maladies des femmes, I, 62, Littré VIII, 126.
  • 36 Maladies des femmes, I, 62, Littré VIII, 126.

14Les médecins hippocratiques sont conscients de la difficulté de soigner le corps des femmes : « Les femmes partagent les maladies difficiles à comprendre. » Deux raisons à cela, l’ignorance des femmes elles-mêmes : « Parfois elles ne savent pas elles-mêmes quel est leur mal, avant d’avoir l’expérience des maladies provenant des menstrues et d’être avancées en âge. Alors la nécessité et le temps leur enseignent la cause de leurs maux35 » ; et aussi la difficulté des médecins à entendre les « spécificités » féminines : « En outre les médecins commettent la faute de ne pas s’informer exactement de la cause de la maladie et de traiter comme s’il s’agissait d’une maladie masculine […]. Il faut dès le début interroger soigneusement sur la cause ; car les maladies des femmes et celles des hommes diffèrent beaucoup pour le traitement36. » Alors les médecins vont-ils le plus souvent lier le diagnostic et la pathologie à ce qui leur échappe le plus de la physiologie féminine : leur sexe. Les femmes grecques sont malades de leur sexe, malades d’avoir ou de ne pas avoir des enfants, malades aussi de ne pas parvenir à en faire.

Des maladies des femmes

  • 37 Génération, 4, 3, Littré VII, 476.
  • 38 Maladies des femmes, I, 2, Littré VIII, 14.
  • 39 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 414.

15« Quand les règles ne coulent pas, le corps des femmes devient malade37. » Ainsi lorsqu’une femme tombait malade, les médecins en imputaient la cause à la rétention de sang menstruel en général. « Quand chez une femme qui n’a point été grosse les menstrues se suppriment et ne peuvent trouver issue au dehors, une maladie survient38. » Cette focalisation sur le cycle menstruel (suppression, abondance, irrégularité) comme moyen d’identification d’une maladie met surtout en relief la perception étroite du corps féminin que les médecins pouvaient avoir. Cette idée que le réajustement mensuel maintient en bonne santé est illustrée par cette phrase qui revient comme un leitmotiv sous la plume des médecins : « quand les règles viennent en santé39 ». La menstruation est une maladie douloureuse, surtout pour celles qui n’ont pas encore enfanté :

  • 40 Maladies des femmes, I, 1, Littré VIII, 10.

« Je dis qu’une femme qui n’a pas eu d’enfants est affectée plus vite et d’une façon plus grave par les menstrues que celles qui a eu des enfants. En effet l’accouchement a rendu à celles-ci les veines plus coulantes pour les menstrues […]. Le corps se fondant, les veines deviennent plus dilatées et plus coulantes pour les règles et la matrice s’ouvre davantage, vu que l’enfant les a traversées avec douleur et effort40. »

  • 41 Génération, 4, 3, Littré VII, 476 et Maladies des femmes, I, 2, Littré VIII, 14.

16Si la grossesse semble être un remède efficace, les rapports sexuels aussi qui « échauffaient (l’utérus) et donc rendaient la voie plus facile pour les règles41 ».

  • 42 Des lieux dans l’homme, 47, 1, Littré VI, 344.
  • 43 « Au total, la matrice chez la femme est un être vivant (zôon) dans un autre zôon », Arétée de Cap (...)
  • 44 Voir aussi Platon, Timée, 91c. De nombreux articles ont été publiés sur ce sujet, entre autres, Le (...)
  • 45 Maladies des femmes, I, 7, Littré VIII, 32 ; II, 124, 128, 134, Littré VIII, 266, 274, 302.
  • 46 Génération, 4, 3, Littré VII, 476.
  • 47 Maladies des femmes, II, 127, Littré VIII, 274.

17Si, pour les médecins, le sang des règles est le signe apparent d’une maladie, ils rendent son sexe responsable de tous les maux : c’est « l’utérus [qui] est la cause de toutes les maladies42 ». Comme le souligne R. Joly reprenant Arétée de Cappadoce, « la matrice est une personne dans une personne43 » et la mobilité de l’utérus à l’intérieur du corps va servir d’explication à bien des pathologies féminines44. L’utérus, s’il n’est pas alourdi par un fœtus ou gardé humide par le rapport sexuel, devient sec et est attiré par les organes plus humides. Il peut alors se rapprocher du foie, se coller contre le cœur, enflammer les poumons et toucher les hanches45. Ainsi, vraisemblablement, des pathologies qui auraient trouvé des causes et des traitements multiples chez les hommes, sont ici lues par le déplacement de la matrice. Le remède généralisé et commun est attendu : le rapport sexuel : « Voilà ce qu’il en est pour les femmes sur cet autre point. Si elles ont des rapports avec les hommes, elles sont mieux portantes ; sinon moins bien. C’est que la matrice dans le coït devient humide et non sèche, elle se contracte violemment et plus qu’il ne convient ; et en se contractant violemment, elle fait souffrir le corps46. » Autre remède attendu, la grossesse : « Voilà ce qu’il faut que fasse la veuve ; le mieux est de devenir enceinte. Quant aux jeunes filles, on leur conseillera de se marier47. » Ainsi la thérapeutique médicale rejoint-elle le discours social.

  • 48 Chaque recette élaborée par le médecin pouvant être déclinée plusieurs fois en changeant certains (...)
  • 49 Cf. Barras V., « Remarques sur l’usage des recettes antiques dans l’histoire de la médecine : rati (...)
  • 50 Rassemblées à la fin des traités médicaux, les recettes sont souvent groupées selon le type de méd (...)
  • 51 Joly R., op. cit., p. 49-57. Et particulièrement, Von Staden H., « Matière et signification : ritu (...)

18Mais les femmes seront aussi malades de cette maternité recommandée par le médecin et souhaitée par la cité. Malades de ces enfants qu’elles doivent avoir, malades aussi de ceux dont elles ne veulent pas. En effet, les médecins ne se contentent pas seulement de décrire les pathologies des indispositions féminines avec les moyens thérapeutiques adéquats, ils terminent le plus souvent leurs traités par des catalogues de recettes placés en annexes. On en compte environ 170048, ce sont des formules indiquant les proportions des substances qui entrent dans la confection de mélanges et les procédés opératoires49. On trouve évidemment des recettes pour concevoir, mais aussi des emménagogues, des purgatifs, des contraceptifs, des abortifs… La plupart ont le même dessein : vider le corps de la femme, le purger et faire revenir le sang des règles, signe qu’elle est en capacité de procréer50. Les recettes révèlent une quantité notable d’ingrédients divers et variés, des substances végétales, animales et minérales les plus familières comme les plus inattendues51. Certaines sont actives, voire dangereuses et nocives, d’autres lient fortement le symbole, la magie et la superstition. Sans doute les médecins soignaient-ils souvent ces mêmes femmes à qui ils avaient conseillé ces recettes, à moins d’ailleurs qu’elles ne se les soient administrées elles-mêmes.

19Les femmes souffrent aussi de maladies spécifiques liées à la grossesse, la gestation étant une période de grand danger pour la mère comme pour l’enfant :

  • 52 Maladies des femmes, I, 25, Littré VIII, 64-68.

« Maintenant je vais parler des maladies des femmes grosses. Je dis que chez une femme grosse de deux mois, ou de trois, ou plus si les règles viennent chaque mois, nécessairement elle sera maigre et faible […] sans traitement elle avorte et elle court le risque d’avoir une affection chronique. […] il est à craindre qu’elle n’avorte promptement si elle soulève un fardeau avec effort ou si elle saute […] si elle a une frayeur […] si elle se livre à ses passions. […] Il faut beaucoup de précautions et de connaissance pour mener à terme le fœtus le nourrir dans la matrice et le mettre au monde dans l’accouchement52. »

  • 53 Nature de la femme, 41, Littré VII, 384-386, Nature de l’enfant, 30, 3, LittrÉ VII, 533.
  • 54 Femmes stériles, 237 et 238, Littré VIII, 450-453.
  • 55 Maladies des femmes, I, 71, Littré VIII, 148-150 et III, 233, Littré VIII, 446-448.
  • 56 Maladies des femmes, I, 32, Littré VIII, 76.
  • 57 Maladies des femmes, I, 34, Littré VIII, 78. Voir à ce propos l’article de Villard L., « La terre (...)
  • 58 Par exemple Épidémies, III, 2, 12, Littré III, 62-66.

20Hormis ces causes conjoncturelles, les médecins décrivent aussi des pathologies propres à la grossesse comme les fausses grossesses53, les fausses couches54, la môle (« le ventre paraît plein comme chez une femme enceinte ; mais rien ne remue dans le ventre ; il ne se forme point de lait dans les mamelles, qui sont turgescentes. Cet état dure deux ans, quelquefois même trois55 »), la suffocation utérine56 ou le pica (désir de manger des choses insolites)57. Souvent les femmes souffrent encore de pathologies liées à la parturition, l’utérus pouvait descendre complètement et sortir de la vulve ; elles souffrent aussi sûrement d’hémorragies et de ce fléau redouté de l’après-naissance que sont les fièvres que nous qualifions de puerpérales58, contre lesquelles les médecins étaient sans doute impuissants.

La stérilité

  • 59 En suivant Jouanna J., Hippocrate (1992), p. 547-548. Le traité édité par E. Littré, VIII, 1-463 e (...)

21Les médecins, en consacrant plusieurs traités aux maladies des femmes, tentent de répondre à un problème de société : la stérilité. L’un de ces traités intitulé Femmes stériles59 affiche clairement leur préoccupation, mais aussi l’inquiétude de la société au sein de laquelle ils exercent leur art. Procréer est la manifestation la plus probante de la santé de la femme, mais aussi de la puissance de la cité.

  • 60 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 408.
  • 61 Byl S. et De Ranter A. F., « L’étiologie de la stérilité féminine dans le Corpus hippocratique », (...)
  • 62 Des lieux dans l’homme, 47, 1, Littré VI, 344.
  • 63 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 408-412.
  • 64 Maladies des femmes, I, 2, 3 et 6, Littré VIII, 10-25 et 30.
  • 65 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 412.
  • 66 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 411.
  • 67 Airs, eaux, lieux, 22, 1-3, Littré II, 78, trad. J. Jouanna (1996) ; Aphorismes, 5, 46, Littré IV, (...)
  • 68 Maladies des femmes, I, 67, Littré VIII, 140 mais aussi Nature de la femme, 21, Littré VII, 340 ; (...)

22C’est la femme qui est en principe responsable de l’infécondité du couple puisque c’est elle qui ne porte pas d’enfant. Les médecins exposent « par quelles causes les femmes sont stériles absolument et pourquoi elles n’enfantent pas avant d’être guéries60 ». La plupart du temps, la matrice est responsable de la stérilité61 : « La matrice est la cause de toutes les maladies, car de quelque façon qu’elle se déplace hors de sa position naturelle, elle provoque des maladies62. » Les déviations de la matrice ou de l’orifice utérin sont largement associées à la stérilité. Pour ces médecins, la conception étant le résultat de la rencontre de la semence de l’homme avec celle de la femme, il faut que le sperme mâle et le sang des règles à l’intérieur de la matrice puissent se rencontrer. Cela n’est guère possible si la matrice est trop lisse, auquel cas « la femme ne devient pas grosse car si elle reçoit, il est vrai, le sperme, elle ne le retient pas et le laisse sortir ». Plus béante qu’il ne faut « c’est encore un empêchement de conception, car elle ne retient pas le sperme » ou l’inverse, tout aussi préjudiciable à la conception « cela arrive encore si l’orifice est complètement fermé ou s’il l’est seulement un peu plus qu’il ne faut63 ». Le sang des règles est l’indice probant d’un déséquilibre de la « mécanique féminine » ; leur disparition ou leur excès est considéré comme une cause de stérilité64 et « si elles ne viennent pas comme en santé, la femme ne conçoit pas […] cela se reconnaît au corps de la femme et aux règles car celles-ci couleront bilieuses ou pituiteuses ou pleines d’eau65 ». D’autres causes sont décelées : du pus ou des caillots, des ulcérations66 ; des vents ou encore l’embonpoint car « ces femmes inactives et grasses ont un ventre froid et mou67 ». D’évidence, le soin avec lequel les médecins distinguaient les cas est révélateur de l’ampleur de la stérilité dans la société grecque, révélateur aussi de l’inquiétude qu’elle génère. Certaines des pathologies exposées sont des cas « naturels » de femmes n’étant jamais parvenues à concevoir ; mais sans nul doute bon nombre d’entre elles sont « devenues stériles » à la suite de trop nombreux accouchements, d’avortements périlleux et de l’utilisation d’abortifs particulièrement violents et nocifs qu’elles s’auto-prescrivaient. Ces médecins d’ailleurs ne l’ignoraient pas : « Quand la femme est affectée d’une grande plaie à la suite de l’avortement ou quand la matrice a été ulcérée par des pessaires âcres, ce qui arrive, vu tant de pratiques et de traitements que les femmes font de leur chef […] la matrice s’enflamme fortement, se ferme […] la malade, si elle est traitée promptement guérira, mais restera stérile68. »

  • 69 Cf. Blomme S., « Lutter contre la stérilité féminine : quelques remarques de médecins grecs et rom (...)
  • 70 Femmes stériles, 214, Littré VIII, 414-416.
  • 71 Femmes stériles, 220, Littré VIII, 424.

23Les médecins prescrivent des remèdes afin de rendre la femme à nouveau féconde69. Tout « l’arsenal » médical est utilisé : les manœuvres mécaniques de type chirurgical visant à redresser le col dévié ou les applications de pessaires, des fomentations et des fumigations, l’administration de purgatifs, d’émollients, des prescriptions de boissons et de régimes. Au vu du très grand nombre de traitements proposés, on imagine que les médecins restaient largement démunis. Pourtant, ils envisagent la réussite de leurs traitements puisqu’ils livraient un test qui permet de savoir si une femme pourra concevoir : « Donnez-lui à boire le matin à jeun du beurre et du lait de femme nourrissant un garçon ; si la femme a des éructations, elle concevra ; sinon, non […]. Autre : gousse d’ail, la nettoyer, en ôter les peaux, l’appliquer en pessaire et voir si le lendemain la femme sent l’ail par la bouche ; si elle sent, elle concevra ; sinon, non70. » Ainsi lit-on clairement la vision hippocratique du corps féminin, comme un tuyau liant la bouche d’en bas et celle d’en haut. Si l’odeur partie de la matrice arrive jusqu’à la bouche, sans avoir rencontré d’obstacle, la femme est apte à concevoir, aucune « fermeture » empêchant la pénétration du sperme du partenaire. Il lui reste alors « à aller vers son mari ; elle sera à jeun, l’homme ne sera pas ivre, il se sera lavé à l’eau froide et aura pris quelques aliments convenables71 ».

La femme cuisinière et nourricière

24Le corps des femmes est une cuisine, elle est le ventre qui porte l’enfant au chaud au creux de sa matrice, un four au sein duquel elle mène le fœtus à son terme. Si la femme après le rapport sexuel a « pris » la semence et l’a retenue, le processus de solidification et de développement se passe au sein de la matrice. C’est également au sein de cette matrice que l’embryon trouvera sa nourriture. Car si la femme est cuisinière, elle est également nourricière. La mécanique du corps féminin transforme les aliments et le sang des règles en nourriture pour l’embryon. Le processus étant si perfectionné, qu’une fois mis au monde, le sang des règles se transformera en lait, ce « sang blanchi » qui permet la survie du bébé hors du corps de sa mère.

Le four

25Nature de l’enfant imagine un processus caché décrit de la manière suivante :

  • 72 Nature de l’enfant, 12, 1 et 6, Littré VII, 486 et 489.

« Si la semence des deux parents reste dans la matrice de la femme, d’abord elle se mélange, vu que la femme ne reste pas immobile et, en s’échauffant, elle se condense et s’épaissit. Ensuite, elle prend du souffle, vu qu’elle est au chaud et que la mère respire […]. La semence, gonflée, s’entoure d’une membrane ; celle-ci s’étale tout autour à l’extérieur ; elle est continue, puisqu’elle est visqueuse, comme sur le pain qui cuit s’étend à la surface une légère pellicule membraneuse. Chauffé et gonflé, le pain se soulève et c’est à l’endroit où il se gonfle que se forme la pellicule72. »

  • 73 Le présent développement doit beaucoup à son article : Caisson M., « Le four et l’araignée. Essai (...)

26Comme l’a analysé Max Caisson, l’utérus est devenu comme un four73, qui non seulement permet la croissance de l’enfant, mais également dessèche le bébé comme la pâte du pain, afin qu’il apparaisse vivant au monde.

  • 74 Des chairs, IV, 1, Littré VIII, 588, trad. R. Joly (1978).
  • 75 Des chairs, IV, 1, Littré VIII, 588.
  • 76 Des chairs, V, 1-3, Littré VIII, 590.
  • 77 Des chairs, III, 2, Littré VIII, 586.
  • 78 Des chairs, III, 7, Littré VIII, 588.
  • 79 Nature de l’enfant, 12, 1-6, Littré VII, 486-488, tisse la métaphore de la formation de l’embryon (...)

27Les traités hippocratiques Des chairs et Du régime explicitent les changements qui s’opèrent entre le mélange des liquides séminaux et la formation de l’embryon. La chaleur du four est l’agent de séparation et de transformation des liquides en solide. Le principe est simple, il est un des fondements de la lecture hippocratique de la physiologie corporelle : les parties glutineuses et humides tenant du froid vont sous l’effet de la chaleur dans une variété de combinaisons donner des organes « mous » et creux comme les nerfs, les veines, la gorge, l’œsophage, l’estomac, les intestins, la vessie. Le cerveau étant « la métropole du froid et du glutineux […], il ne peut être brûlé par la chaleur74 » et se consumer. Avec le temps, une membrane épaisse se forme sur la surface du cerveau ; ainsi sa surface extérieure se solidifiait « autour de cette membrane, des os75 ». Le cœur était aussi un matériel froid et glutineux, mais la chaleur rend cet organe « dur et visqueux ; autour de lui s’est formée une membrane et il est devenu creux et […] il est situé à l’origine de la veine la plus creuse. D’ailleurs, il y a deux veines caves qui en sortent76 ». Les différents organes du fœtus sont ainsi formés par le pétrissage de matériaux glutineux, froids et humides. Ils s’entourent de membranes qui emprisonnent la chaleur à l’intérieur, rendant ces organes creux. Comme une pâte à pain qui lève et libère sa mie. La même explication vaut pour la formation des os : « Avec une chaleur longtemps prolongée, tout ce qui […] se trouve gras et presque privé d’humidité fut bientôt consumé et transformé en os77. » En effet, « là où il n’y a pas de glutineux mais bien du gras [la matière] brûla plus vite à cause du gras et ces os sont plus durs et plus solides ; là où le gras et le glutineux s’équilibrent, les os sont poreux78 ». L’embryon est formé, il ne lui reste qu’à se développer, nourri par sa mère à l’intérieur de sa matrice humide et douillette79.

  • 80 Femmes stériles, 216, Littré VIII, 416.
  • 81 Superfétation, 31, Littré VIII, 500.
  • 82 Cf. Hanson A. E., « Conception, Gestation and the Origin of Female Nature in the Corpus Hippocrati (...)
  • 83 Maladies des femmes, I, 72, Littré VIII, 152 et Nature de l’enfant, 18, 1-2, Littré VII, 500.

28C’est le cœur du ventre des femmes qui va abriter l’enfant ; mais c’est aussi ce ventre qui portera le garçon que l’on espère et la fille moins attendue. L’asymétrie sexuelle est récurrente dans les traités embryologiques tels que Nature de l’enfant et Du fœtus de 8 mois et les médecins hippocratiques offrent des recettes pour prédire le sexe de l’enfant à naître, l’exemple suivant de Femmes stériles sous-entend le principe de faire du pain comme on fait des bébés : « Prendre du lait de la femme, le pétrir avec de la farine, former un petit pain et le faire cuire sur un feu doux ; s’il se calcine, elle est grosse d’un garçon ; s’il s’entr’ouvre, d’une fille. Recevoir ce même lait sur des feuilles et l’exposer au feu ; s’il se coagule, c’est un garçon ; s’il entre en déliquescence, c’est une fille80. » La femme dérive d’une semence plus humide et plus pauvre, cela était montré par ce test pour déterminer le sexe du bébé. Dans le même ordre d’idée, les traités gynécologiques prescrivent des diètes sèches ou lourdes (suivant le résultat souhaité) pour la femme, mais aussi le même traité prescrit pour le repas pré-coïtal la diète du père prospectif. Le principe est exposé clairement par Superfétation, quand le médecin assure aux patients que « si un homme veut engendrer un garçon, il a des rapports avec sa femme à la fin des règles ou quand elles viennent de cesser […], si une fille, il a des rapports au plus fort des règles ou du moins coulant encore81 ». En effet, parce que le fœtus femelle était plus humide82, elle consommait moins de règles pour sa nourriture que le mâle ; ainsi, on pense qu’à la naissance d’une fille, il doit y avoir plus de sang et les lochies doivent couler pendant 25 à 42 jours ; alors qu’après la naissance d’un garçon, seulement 20 à 30 jours83. Du fœtus de 8 mois observe qu’in utero, la fille mature plus lentement que le garçon, mais une fois née, elle vieillit plus rapidement, présageant le dessèchement de la femme à la ménopause.

29La femme, cuisinière de l’enfant, le mature en son sein, au creux de sa matrice et le nourrit du sang de ses règles pendant sa grossesse. La pensée des médecins assimile la formation du fœtus à une coction. Le four, qu’est la matrice détermine en quelque sorte l’avenir de l’enfant : trop humide, trop proche de son état naturel initial ce sera une fille ; à point et parfait il sera un garçon.

Le lait

  • 84 Maladies des femmes, I, 25, Littré VIII, 64.

30Ce four qu’est l’utérus est donc responsable de la croissance de l’enfant. Il partage les caractéristiques de l’estomac qui défait les aliments grâce à la chaleur et les transforme en énergie et en nourriture pour le fœtus84. L’anatomie hippocratique considère généralement l’estomac comme étant relié à l’extérieur par un tube alimentaire qui commence à la bouche et finit à l’anus. Ces médecins pensent que les organes reproductifs du corps féminin se remplissent par ce tube, ainsi le vagin et le nez sont liés via l’utérus et la poitrine. Au milieu du tube alimentaire, à la fois dans le corps féminin et masculin se trouve l’estomac creux (gastêr) qui recevait les aliments ingérés par la bouche ; celui-ci transforme la nourriture grâce à la chaleur pour nourrir le corps et évacue les résidus par l’anus. Chez la femme, il existe une seconde cavité qui humidifie et fabrique le fœtus grâce à l’action de la chaleur, qui le nourrit grâce au sang de ses règles qui ne s’écoule plus et dont il peut sortir quand cette nourriture ne lui suffit plus. Venu au monde, le nouveau-né trouvera naturellement au sein de sa mère la nourriture de ses premiers jours car la mécanique féminine va opérer, transformant la nourriture et le sang des règles qui ne s’écoule pas encore, en lait.

  • 85 Aphorismes, V, 61, Littré IV, 554.
  • 86 Maladies des femmes, I, 25, Littré VIII, 64.
  • 87 Aphorismes, V, 60, Littré IV, 554.
  • 88 Aphorismes, V, 31, Littré IV, 542.

31La suppression des règles est le premier signe de grossesse : « Si chez une femme les règles manquent sans qu’il lui soit survenu ni frissons, ni fièvre, si de plus elle a des nausées, comptez qu’elle est enceinte85. » En effet, pendant la grossesse le sang mensuel cesse de couler périodiquement, mais il reste présent dans le corps féminin et « dans l’état de grossesse, le sang va de tout le corps à la matrice peu à peu. Ce sang, se disposant circulairement autour du produit de la conception, en détermine la croissance86 ». Le remplacement continuel de ce sang était impératif car il était la forme définitive de l’alimentation qui permettait aux humains de grandir et de nourrir leur corps. En effet, si une femme enceinte menstrue, l’enfant qu’elle porte est en danger : « Si chez une femme enceinte les règles coulent, il est impossible que l’enfant se porte bien87 » ; si elle est saignée, elle perd son enfant : « Une femme enceinte, saignée, est exposée à avorter, d’autant plus que le fœtus est plus avancé88. » Ces constats correspondent à ce que les médecins attendent, confirmant leur théorie selon laquelle le fœtus est nourri par les règles qui ne s’écoulent plus. Ainsi le fœtus se développe-t-il jusqu’au point où l’on peut dire qu’il possède son propre sang et ses propres humeurs, distincts de ceux de sa mère.

  • 89 De l’aliment, 37, Littré IX, 111.
  • 90 Épidémies, II, 3, 17, Littré V, 118.
  • 91 Aphorismes, V, 39, Littré IV, 554.
  • 92 D’ailleurs si les règles étaient trop abondantes, les médecins conseillaient « d’appliquer sur la (...)
  • 93 Du système des glandes, 16, Littré VIII, 572.
  • 94 Duminil M.-P., op. cit., p. 198-199.

32En fin de grossesse, la mécanique féminine va opérer à nouveau afin de préparer la venue de l’enfant au monde et lui fournir sa première nourriture : le lait. En effet, « les règles sont généralement harmonisées pour l’embryon et sa nourriture et les aliments se transforment en lait pour l’alimentation du bébé89 ». Le médecin expose ici clairement la théorie selon laquelle ce sont les règles non évacuées qui vont servir à la croissance et à la nourriture du fœtus in utero, et ces mêmes règles, ainsi que la nourriture ingérée par la mère à la fin de la grossesse, seront transformées en lait pour pourvoir à l’alimentation du bébé. Le médecin dans Épidémies nomme le lait « la sœur des règles (adelpha tôn épimèniôn)90 », montrant l’affinité des deux substances. D’ailleurs les règles supprimées peuvent se transformer en lait, sans que la femme soit enceinte : « Quand une femme, qui n’est ni enceinte, ni dans l’état puerpéral a du lait, c’est que les règles sont supprimées91. » En effet, comme les médecins pensaient qu’il existait une liaison directe entre les organes reproducteurs et la poitrine92, une partie du sang menstruel qui n’était pas évacué mensuellement par l’utérus était, durant la grossesse, dirigé vers la poitrine où d’après le médecin de Du système des glandes, il était transformé en lait : « Chez les femmes, la constitution est lâche dans les glandes, comme dans le reste du corps ; et les mamelles changent en lait la nourriture qu’elles attirent à soi93. » Comme le souligne M.-P. Duminil, pour ce médecin, « la substance qui monte du ventre n’est pas encore du lait car il sait que les seins sont des glandes et qu’ils ont une fonction précise qui complète celle du ventre et fait preuve de connaissances anatomiques et physiologiques plus élaborées que les médecins des traités gynécologiques94 ».

33Le médecin de Nature de l’enfant détaille le processus de la production lactée :

  • 95 Nom donné à deux replis du péritoine : le grand épiploon qui relie l’estomac ou colon et le petit (...)
  • 96 Nature de l’enfant, 21, 2-4, Littré VII, 512-514.

« Voici pour quelle raison nécessaire le lait se forme : lorsque la matrice gonflée par l’enfant fait pression sur le ventre de la femme et que cette pression se produit alors que le ventre est plein la partie la plus grasse des aliments et des boissons s’épanche vers l’épiploon95 et la chair. C’est comme si quelqu’un frottait une peau avec beaucoup d’huile, la laissait s’en imbiber et qu’ensuite il pressait la peau : l’huile s’épancherait de la peau […]. De la graisse échauffée et blanche, la partie qui s’adoucit par la chaleur de la matrice est expulsée et va aux seins ; un peu en va aussi à la matrice à travers les mêmes veines. En effet les mêmes veines et d’autres analogues vont aux seins et à la matrice. Lorsqu’il en arrive à la matrice, l’enfant en profite un peu et les seins recevant le lait s’emplissent et se gonflent96. »

  • 97 Comme l’explique Duminil M.-P., op. cit., p. 198-199, le médecin de Nature de l’enfant pense que « (...)
  • 98 Maladies des femmes, I, 73, Littré VIII, 154.
  • 99 De l’aliment, 36, Littré IX, 111.

34Plus une femme avance dans sa grossesse, plus son fœtus occupe de place dans son ventre. De la sorte, il y a donc de moins en moins d’espace dans son utérus pour stocker le sang menstruel qui ne peut s’échapper. Ainsi le matériau initial issu de l’alimentation de la mère ne se transforme plus uniquement en sang pour nourrir le fœtus (qui d’ailleurs n’en a quasiment plus besoin), « la partie la plus grasse de la nourriture subit une coction spéciale par la chaleur que dégage l’utérus97 » et se transforme en lait qui « se porte aux mamelles et y est attirée comme par succion nécessairement, alors que le reste du corps se vide davantage et devient moins plein de sang98 ». Ainsi les deux sécrétions, le lait et le sang des règles sont-elles « sœurs » dans la mesure où elles partagent la même origine, ce sont des « surplus de l’alimentation99 » de la mère. Ainsi le lait, nourriture du nouveau-né est-il un « sang blanchi » remonté aux seins.

  • 100 Héritier Fr., Masculin-Féminin II (2002), p. 59 : « Fécondité et stérilité sont les deux facettes (...)

35Le corps des femmes est le signe d’une alternative tragique qui s’exprime par ses défauts : faiblesse et dangerosité. Les médecins décrivent l’ambivalence des femmes, la mise en exergue de leur nature contradictoire, seules porteuses à la fois de la vie et de la mort. Si elles ont le privilège de la fécondité, elles seront largement responsables de la stérilité100. Les médecins lisent le corps des femmes par le chemin du sang, signe de bonne santé, signe visible de son utilité, de sa capacité à concevoir. Tout se passe au creux de la matrice, organe spécifique et mystérieux, source de tous leurs maux, il sera aussi ce récipient qui abritera le petit d’homme. Le lieu où s’opère une « cuisine féminine » qui fait du lait la suite naturelle du sang, la nourriture de l’enfant né, comme le sang a été sa pitance in utero. Ainsi la bonne norme pour la femme est de voir couler son sang, faisant d’elle une épouse féconde, mère nourricière et cuisinière de l’enfant. Le mari comme les médecins vont y veiller.

Notes

1 Voir les traités hippocratiques gynécologiques et embryologiques : Maladies des femmes, I et II, Femmes stériles, Nature de la femme, Superfétation, trad. E. Littré (1839-1861) et Maladies IV, Génération, Nature de l’enfant, Du fœtus de 8 mois, trad. R. Joly (1970). Pour une étude complète des traités, Jouanna J., Hippocrate (1992). Sur le thème des médecins hippocratiques et des femmes existent deux ouvrages essentiels auxquels nous sommes largement redevables : Dean-Jones L. A., Women’s Bodies in Classical Greek Science (1996) et King H., Hippocrates’ Woman. Reading the Female Body in Ancient Greece (1998).

2 Expression employée au xviiie siècle. Gélis J., L’Arbre et le fruit (1984), p. 31.

3 Admudsen D. W. et Diers C. J., « The age of menarchè in classical Greece and Rome », Human biology, 41, 1 (1969), p. 125-132. Brulé P., La Fille d’Athènes (1987), p. 361-363. Voir encore Brulé P., « Des osselets et des tambourins pour Artémis », Clio, 4 (1996), p. 11-32 : « Il n’y a pas lieu de penser que les filles de l’Antiquité classique fussent plus précoces biologiquement, sexuellement que les filles d’aujourd’hui : 12 ans et moins à Paris, vers 13 ans dans l’Antiquité classique. »

4 King H., « Bound to bleed : Artemis and Greek women », in Cameron A. et Kuhrt A. (éd.), Images of women in Antiquity (1983), p. 109-127, montre combien une jeune fille était en danger si elle errait trop longtemps entre l’enfance et l’âge adulte et qu’il était préférable de raccourcir le plus possible le temps entre la menarchè et la grossesse. À regarder le corpus hippocratique, l’idéal était d’être marié à la ménarchè.

5 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 466.

6 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 466.

7 Maladies des femmes, I, 1, Littré VIII, 12-14.

8 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 466.

9 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 468.

10 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 468.

11 Cf. Dasen V., Lett D., Morel M.-F. et Rollet C., « Dix ans de travaux sur l’enfance », Enfances. Bilan d’une décennie de recherches, Annales de démographie historique, 2 (2001), p. 5-100.

12 Maladies de jeunes filles, 1, Littré VIII, 468.

13 L. A. Dean-Jones a écrit sur ce thème un article essentiel. Nous reprenons à notre compte quelques-unes de ses conclusions dans le développement qui suit. Dean-Jones L. A., « Menstrual Bleeding according to the Hippocratics and Aristotle », TAPhA, 119 (1989), p. 177-192. Voir aussi Duminil M.-P., Le Sang, les vaisseaux, le cœur dans la collection hippocratique. Anatomie et physiologie (1983), p. 205-235.

14 Kotyle = 0, 27 litre.

15 Maladies des femmes, I, 6, Littré VIII, 30.

16 Jacquemin Le Vern H., Le Sang des femmes. Tabous, symboles et féminité (2002), p. 77 : « Il est difficile de définir des valeurs normales pour la durée et la quantité de l’écoulement menstruel en raison des variations individuelles et des différences selon les cycles […]. Les quantités moyennes des pertes pour chaque cycle sont de 25 à 35 ml avec des extrêmes de 5 à 50 ml ou davantage. Des quantités supérieures à 60 ml peuvent être considérées comme anormales. »

17 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 410-412.

18 Aphorismes, V, 32 et 33, Littré IV, 542-544. Voir aussi Maladies des femmes, I, 2, Littré VIII, 20-22.

19 Maladies des femmes, I, 6, Littré VIII, 30.

20 Maladies des femmes, I, 37, Littré VIII, 92.

21 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 412-414. Il faut ajouter que la « qualité » du flux menstruel est prise en considération pour juger de l’état de santé de la femme.

22 Propos qui doivent largement à l’article de référence de King H., « Sacrifial Blood, the Role of Amnion in Ancient Gynecology », in Skinner M. (éd.), Rescuing Creusa. New Methodological Approaches to Women in Antiquity, Special issue of Helios, 13, 2 (1986), p. 117-126.

23 Maladies des femmes, I, 6, Littré VIII, 30.

24 Maladies des femmes, II, 113, Littré VIII, 242.

25 Maladies des femmes, I, 61, Littré VIII, 124.

26 Jacquemin Le Vern H., op. cit., p. 77 : « Sa teneur en eau est de 88 % par rapport aux 80 % du sang veineux. »

27 Cette analogie du sang des femmes et du sang du sacrifice est une particularité des traités gynécologiques comme le souligne Duminil M.-P., op. cit., p. 207-208.

28 Maladies des femmes, I, 25, Littré VIII, 66.

29 Épidémies, II, 3, 1, Littré V, 104. Aussi Nature de la femme, 16, Littré VII, 336 et Maladies des femmes, I, 57, Littré VIII, 114.

30 Aphorismes, V, 36, Littré IV, 544.

31 Nature de la femme, 59, Littré VII, 398.

32 Maladies des femmes, I, 4, Littré VIII, 26. Il y a aussi la croyance répandue selon laquelle les cycles menstruels et lunaires étaient de la même longueur, mais aussi que l’un contrôlait l’autre. « Les règles apparaissent chaque mois chez les femmes bien portantes, ce qui prouve que le mois a une influence propre sur le corps », Du fœtus de 8 mois, 9, 3, Littré VII, 448-449. Cf. Dean-Jones L. A., op. cit., p. 188-191. Voir à ce sujet l’article essentiel de Gourevitch D., « La lune et les règles des femmes », Les Astres, actes du colloque international de Montpellier, 23-25 septembre 1995, t. 2 (1996), p. 85-99.

33 Cette norme ne tenait pas compte de celles qui ne « cadraient pas », ne se conformaient pas et qui se portaient à merveille.

34 Prorrhétique, II, 24, Littré IX, 54.

35 Maladies des femmes, I, 62, Littré VIII, 126.

36 Maladies des femmes, I, 62, Littré VIII, 126.

37 Génération, 4, 3, Littré VII, 476.

38 Maladies des femmes, I, 2, Littré VIII, 14.

39 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 414.

40 Maladies des femmes, I, 1, Littré VIII, 10.

41 Génération, 4, 3, Littré VII, 476 et Maladies des femmes, I, 2, Littré VIII, 14.

42 Des lieux dans l’homme, 47, 1, Littré VI, 344.

43 « Au total, la matrice chez la femme est un être vivant (zôon) dans un autre zôon », Arétée de Cappadoce, Des causes et des signes des maladies aiguës et chroniques, 2, 11, trad. R. T. H. Laennec. Joly R., Le Niveau de la science hippocratique (1966), p. 45.

44 Voir aussi Platon, Timée, 91c. De nombreux articles ont été publiés sur ce sujet, entre autres, Lefkowitz M. R., « The Wandering Womb », Heroines and Hysterics (1981), p. 12-25 ; King H., « Once upon a text : hysteria from Hippocrates », Hippocrates’ woman. Reading the Female Body in Ancient Greece (1998), p. 205-246 ; Rousselle A., Porneia. De la maîtrise du corps à la privation sensorielle (1983), p. 85-103. Cette conception d’un utérus vivant et mobile survivra au moins jusqu’au xviiie siècle.

45 Maladies des femmes, I, 7, Littré VIII, 32 ; II, 124, 128, 134, Littré VIII, 266, 274, 302.

46 Génération, 4, 3, Littré VII, 476.

47 Maladies des femmes, II, 127, Littré VIII, 274.

48 Chaque recette élaborée par le médecin pouvant être déclinée plusieurs fois en changeant certains ingrédients.

49 Cf. Barras V., « Remarques sur l’usage des recettes antiques dans l’histoire de la médecine : rationalité et thérapeutique », in Palmieri N. (éd.), Rationnel et irrationnel dans la médecine ancienne et médiévale. Aspects historiques, scientifiques et culturels (2003), p. 251-265.

50 Rassemblées à la fin des traités médicaux, les recettes sont souvent groupées selon le type de médication (fumigation, fomentations, pessaires, clystères, emplâtres, boissons et mets divers) et le mode opératoire. Cf. Fontanille M.-Th., Avortement et contraception dans la médecine gréco-romaine (1977), ouvrage qui ouvre de nombreuses pistes de recherches.

51 Joly R., op. cit., p. 49-57. Et particulièrement, Von Staden H., « Matière et signification : rituel, sexe et pharmacologie dans le corpus hippocratique », AC, 60 (1991), p. 42-61.

52 Maladies des femmes, I, 25, Littré VIII, 64-68.

53 Nature de la femme, 41, Littré VII, 384-386, Nature de l’enfant, 30, 3, LittrÉ VII, 533.

54 Femmes stériles, 237 et 238, Littré VIII, 450-453.

55 Maladies des femmes, I, 71, Littré VIII, 148-150 et III, 233, Littré VIII, 446-448.

56 Maladies des femmes, I, 32, Littré VIII, 76.

57 Maladies des femmes, I, 34, Littré VIII, 78. Voir à ce propos l’article de Villard L., « La terre dans la collection hippocratique : vocabulaire et usages », in Lopez-Ferez J. A. (éd.), Tratados hippocraticos, Actes du VIIe colloque international hippocratique (1990), p. 467-477.

58 Par exemple Épidémies, III, 2, 12, Littré III, 62-66.

59 En suivant Jouanna J., Hippocrate (1992), p. 547-548. Le traité édité par E. Littré, VIII, 1-463 est constitué de trois livres : Maladies des femmes, I ; Maladies des femmes, II ; et Femmes stériles. Ce dernier expose les causes de stérilité et les procédés indicateurs (213-216) ; les moyens d’assurer la conception (217-221) ; les causes de la stérilité et les moyens de guérison (222-232) et des recettes (233-249).

60 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 408.

61 Byl S. et De Ranter A. F., « L’étiologie de la stérilité féminine dans le Corpus hippocratique », in Potter P., Maloney G. et Desautels J. (éd.), La Maladie et les maladies dans le Corpus hippocratique, Actes du VIe colloque international hippocratique (1990), p. 303-322.

62 Des lieux dans l’homme, 47, 1, Littré VI, 344.

63 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 408-412.

64 Maladies des femmes, I, 2, 3 et 6, Littré VIII, 10-25 et 30.

65 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 412.

66 Femmes stériles, 213, Littré VIII, 411.

67 Airs, eaux, lieux, 22, 1-3, Littré II, 78, trad. J. Jouanna (1996) ; Aphorismes, 5, 46, Littré IV, 548. Pour ces femmes, la nourriture ingérée ne se transforme plus en sang mais en graisse, il n’y a plus assez de sang pour s’évacuer chaque mois, ce qui entrave la conception. Voir Gourevitch D. et Grmek M. « L’obésité et ses représentations figurées dans l’Antiquité », Archéologie et médecine, VIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (1987), p. 355-367.

68 Maladies des femmes, I, 67, Littré VIII, 140 mais aussi Nature de la femme, 21, Littré VII, 340 ; Femmes stériles, 230, Littré VIII, 438-444.

69 Cf. Blomme S., « Lutter contre la stérilité féminine : quelques remarques de médecins grecs et romains », in Corvisier N., Didier Ch. et Valdher M. (éd.), Thérapies, médecine et démographie antique (2001), p. 207-223.

70 Femmes stériles, 214, Littré VIII, 414-416.

71 Femmes stériles, 220, Littré VIII, 424.

72 Nature de l’enfant, 12, 1 et 6, Littré VII, 486 et 489.

73 Le présent développement doit beaucoup à son article : Caisson M., « Le four et l’araignée. Essai sur l’enfournement thérapeutique en Corse », Ethnologie française, VI (1976), p. 365-379. Toutefois, le symbolisme du four est commun dans le folklore français comme le rapporte Van Gennep A., Manuel du folklore français contemporain (1946), t. 1, p. 631-633. Mais aussi Levi-Strauss Cl., Mythologiques. Le cru et le cuit (1964), p. 340 sq.

74 Des chairs, IV, 1, Littré VIII, 588, trad. R. Joly (1978).

75 Des chairs, IV, 1, Littré VIII, 588.

76 Des chairs, V, 1-3, Littré VIII, 590.

77 Des chairs, III, 2, Littré VIII, 586.

78 Des chairs, III, 7, Littré VIII, 588.

79 Nature de l’enfant, 12, 1-6, Littré VII, 486-488, tisse la métaphore de la formation de l’embryon comme la croissance d’une plante, tous deux nés de la terre-mère.

80 Femmes stériles, 216, Littré VIII, 416.

81 Superfétation, 31, Littré VIII, 500.

82 Cf. Hanson A. E., « Conception, Gestation and the Origin of Female Nature in the Corpus Hippocraticum », Hélios, 19 (1992), p. 31-71.

83 Maladies des femmes, I, 72, Littré VIII, 152 et Nature de l’enfant, 18, 1-2, Littré VII, 500.

84 Maladies des femmes, I, 25, Littré VIII, 64.

85 Aphorismes, V, 61, Littré IV, 554.

86 Maladies des femmes, I, 25, Littré VIII, 64.

87 Aphorismes, V, 60, Littré IV, 554.

88 Aphorismes, V, 31, Littré IV, 542.

89 De l’aliment, 37, Littré IX, 111.

90 Épidémies, II, 3, 17, Littré V, 118.

91 Aphorismes, V, 39, Littré IV, 554.

92 D’ailleurs si les règles étaient trop abondantes, les médecins conseillaient « d’appliquer sur la poitrine une ventouse aussi grande que possible », Aphorismes, V, 50, Littré IV, 550, afin d’évacuer le sang.

93 Du système des glandes, 16, Littré VIII, 572.

94 Duminil M.-P., op. cit., p. 198-199.

95 Nom donné à deux replis du péritoine : le grand épiploon qui relie l’estomac ou colon et le petit épiploon qui relie le foie à l’estomac.

96 Nature de l’enfant, 21, 2-4, Littré VII, 512-514.

97 Comme l’explique Duminil M.-P., op. cit., p. 198-199, le médecin de Nature de l’enfant pense que « le lait est déjà transformé quand il part du ventre », alors que celui de Du système des glandes affirme que c’est dans la poitrine que le lait est transformé. Voir aussi Dean-Jones L. A., Women’s Bodies in Classical Greek Science, op. cit., p. 215-222.

98 Maladies des femmes, I, 73, Littré VIII, 154.

99 De l’aliment, 36, Littré IX, 111.

100 Héritier Fr., Masculin-Féminin II (2002), p. 59 : « Fécondité et stérilité sont les deux facettes d’une même situation qui associe bienveillance et malveillance présentes de manière aléatoire dans la “nature” féminine. »

Notes de fin

* Nous voudrions remercier ici Véronique Dasen pour sa lecture attentive de la présente contribution.

Auteur

Université de Poitiers, CRESCAM

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540