Version classiqueVersion mobile

Penser et représenter le corps dans l'Antiquité

 | 
Francis Prost
, 
Jérôme Wilgaux

Troisième partie. Normes du corps, corps hors normes

Le corps colossal et la valeur hiérarchique des tailles dans la littérature et la sculpture grecques archaïques1

Antoine Hermary

Texte intégral

  • 1 Abréviations bibliographiques :
    Freyer-Schauenburg, 1974 = Freyer-Schauenburg B., Bildwerke der arc (...)

1Dès l’Antiquité, l’intérêt pour les représentations humaines colossales s’est concentré sur quelques œuvres célèbres particulièrement spectaculaires, en premier lieu deux des sept « Merveilles du Monde », le Zeus chryséléphantin d’Olympie et le colosse de Rhodes. L’audace de la conception, l’exploit technique et le prix de revient sont les aspects qui ont principalement retenu l’attention des commentateurs antiques : Pline l’Ancien en donne le meilleur exemple dans le passage qu’il consacre aux statues colossales (XXXIV, 39-46), « semblables à des tours », dans lequel il insiste sur la facilité à faire bouger le Zeus tarentin de Lysippe, haut de quarante coudées (environ 17,60 m), et sur l’admiration générale à l’égard du colosse de Rhodes, en raison de sa taille (soixante-dix coudées, près de 31 m), des 12 ans de travail qu’avait nécessités sa fabrication, de son prix de 300 talents et de son destin tragique (il fut renversé par un tremblement de terre au bout de 66 ans), avant de conclure sur l’œuvre la plus colossale de toutes, un Mercure réalisé chez les Arvernes en 10 ans, pour 40 millions de sesterces, par le sculpteur Zénodoros, futur auteur du colosse de Néron à Rome.

  • 2 Sur ce dernier point, voir Kreikenbom D., Griechische und römische Kolossalporträts bis zum späten (...)
  • 3 Un dossier intitulé « L’échelle de la figuration dans les iconographies de l’Antiquité » a été pub (...)

2Il ne s’agit pas de revenir ici sur les nombreux témoignages concernant ces images divines colossales, pas plus que sur l’adoption de ce format de représentation pour les portraits de souverains hellénistiques, puis d’empereurs2, mais de présenter quelques remarques sur la conception et la signification du corps colossal à l’époque archaïque, avant que la maîtrise de la fonte du bronze permette de réaliser dans ce matériau – ou, beaucoup plus rarement, dans la technique chryséléphantine – d’immenses statues divines : cette recherche prend son sens par une comparaison avec les autres échelles de représentations du corps humain « plus grand que nature » dans la sculpture de cette période3.

En deçà du colossal : les limites attribuées à la taille humaine

  • 4 Ainsi pour Karakatsanis K., Studien zu archaischen Kolossalwerken (1986), ouvrage qui reste le seu (...)
  • 5 Comme le fait Martini W., Die archaische Plastik der Griechen (1990), p. 86.

3Quand un dictionnaire de la langue française définit un colosse comme un homme d’une taille « extraordinaire », il ne permet pas de déterminer les seuils qui, aujourd’hui comme pour les Grecs des viie-vie siècles, font passer d’une stature normale à une taille supra-naturelle, « überlebensgroß » en allemand, puis à des dimensions colossales, c’est-à-dire sans rapport avec l’échelle humaine. Cette détermination est pourtant primordiale si l’on veut établir une relation entre les catégories de taille et la nature des personnages représentés, humains, héroïques ou divins. On a en général proposé de situer à environ une fois et demie la taille naturelle (difficile à établir précisément) la limite à partir de laquelle on pouvait parler d’une œuvre « colossale4 », mais, hasard des découvertes ou non, un certain nombre de statues archaïques – surtout féminines – tournent précisément autour du seuil jugé significatif. Le problème disparaît si on définit comme « colosses » les œuvres hautes d’au moins deux fois la taille naturelle5, mais on évacue alors un point central de la discussion.

  • 6 Pour ces questions métrologiques je me suis principalement rapporté à l’article de Büsing H., « Me (...)
  • 7 Grenouilles, 1013-1014 et Guêpes, 553 : je reviendrai plus loin sur ces textes.
  • 8 Alcée, Fragments, II (Paris, CUF, 1999), p. 155 fr. 350 (traduction G. Libermann). S’il s’agit bie (...)
  • 9 Voir aussi Hérodote, III, 20 et 114, sans indications chiffrées.

4Bien que, dans différents textes, l’absence de précision sur le type de coudée utilisé6 rende difficiles les conversions en valeur absolue, il apparaît que quatre coudées représentent une taille exceptionnelle aux yeux des Grecs – comme l’indique à deux reprises Aristophane7 – et qu’au-delà, jusqu’à cinq coudées, on a affaire à une stature qui ne peut guère être atteinte que par des barbares, habitant parfois aux extrémités du monde. Le texte d’époque archaïque le plus précis est un fragment du poète Alcée qui évoque la participation de son frère Antiménidas, mercenaire au service des Babyloniens à la fin du viie siècle, à un combat au cours duquel il tue « un guerrier à qui il ne manquait qu’une seule main pour mesurer cinq coudées royales8 », soit une taille de près de 2,54 m. Cette même taille est attribuée à un autre géant oriental, l’ingénieur Artachaiès, le plus grand de tous les Perses, dont, arrivé à Akanthos, Xerxès eut à déplorer la mort : il mesurait « cinq coudées royales moins quatre doigts » (Hérodote, VII, 117). L’historien, qui ne met pas en doute cette information, ajoute que les gens d’Akanthos, obéissant à un oracle, rendent un culte de type héroïque à ce personnage, sans doute à cause de sa stature exceptionnelle qui le rapprochait du monde divin. Des dimensions comparables sont attribuées par le Pseudo-Skylax aux Éthiopiens d’Occident, « les plus grands des hommes connus, qui dépassent quatre coudées et mesurent parfois cinq coudées […] ce sont les plus beaux des hommes ; le plus grand de tous règne sur eux » (§ 112)9. Philostrate donne, bien plus tard, la même indication pour des barbares de l’extrême Orient (Vie d’Apollonios de Tyane, 2, 4) : Apollonios et ses compagnons prétendent avoir vu, au-delà du Caucase, des hommes de quatre coudées, puis, ayant traversé le fleuve Indus, des géants de cinq coudées.

  • 10 Le lien entre grande taille et beauté est très fréquemment affirmé dans la littérature grecque : u (...)

5Si l’on en revient à l’époque archaïque, on constate que les poèmes homériques font fréquemment allusion à la haute taille, à la beauté et à la force exceptionnelle des héros masculins, mais que les indications les plus intéressantes concernent des personnages féminins10.

La hiérarchie des tailles féminines

  • 11 De même, Athéna prend l’aspect d’une grande et belle femme pour apparaître à Ulysse (Odyssée, XVI, (...)
  • 12 Littéralement : « la poutre faîtière ».
  • 13 C’est à une taille de ce type que fait sans doute allusion le Pseudo-Hésiode dans le Bouclier (4-5 (...)
  • 14 Aristote (Constitution d’Athénes, XIV, 4) rapporte – sans parler de la taille – une autre traditio (...)

6Dans la description du bouclier d’Achille, Arès et Athéna sont figurés beaux et grands, « comme il sied à des dieux », et les hommes sont plus petits qu’eux (Iliade, XVIII, 518519) : de même, dans l’Odyssée (V, 212-213), Calypsô explique à Ulysse que, par leur stature et leur beauté, les déesses l’emportent sur les mortelles. Au chant suivant (VI, 101-109), le poète présente une comparaison significative : Nausicaa se distingue aussi aisément au milieu de ses servantes qu’Artémis lorsqu’elle se déplace dans la montagne avec des Nymphes qu’elle dépasse « de la tête et du front ». Un peu plus tard, l’auteur du premier Hymne homérique à Aphrodite illustre clairement la différence entre deux statures divines, l’une que l’on peut appeler potentielle, l’autre évidente : dans un premier temps, Aphrodite se présente à Anchise en prenant la taille et l’aspect d’une jeune vierge particulièrement séduisante (v. 82)11, mais le jeune homme a l’intuition que sa visiteuse est une déesse, une Charite ou une Nymphe (v. 92-106) ; Aphrodite nie vigoureusement, donne ses prétendues origines et dit qu’elle a été amenée par Hermès pour qu’Anchise l’épouse (v. 109-142). Le Troyen se laisse persuader et s’unit à elle, mais quand la déesse le réveille, il la voit dans toute sa majesté : « Sa tête atteignait le faîte bien construit de la pièce » (v. 173-174 : κεὐποιήτοιο μελάθρου κῦρε κάρη12. Il n’y a plus, cette fois, la moindre ambiguïté : la femme qui, comme Nausicaa, pouvait être confondue avec une divinité ou une Nymphe a pris une taille qui caractérise nécessairement une déesse13. La hauteur de la pièce dans laquelle a eu lieu l’union entre Anchise et Aphrodite n’est bien sûr pas indiquée, mais, dans le premier Hymne à Déméter (v. 188-189), c’est le linteau de la porte de la demeure de Kéléos que touche Déméter de la tête, révélant sa nature divine : sa taille pourrait donc correspondre à celle des plus grandes statues féminines de la Grèce archaïque, entre 2,20 et 2,40 m. Au siècle suivant un texte d’Hérodote (I, 60) donne, selon toute vraisemblance en coudées attiques, une indication précise sur une stature divine « potentielle ». Pour reprendre le pouvoir à Athènes, Pisistrate va chercher dans le dème de Paiania une femme nommée Phyé, d’une taille de quatre coudées moins trois dactyles – soit environ 1,71 m – et de belle apparence ; il l’arme et la pare à la manière d’Athéna et se fait accompagner par elle jusqu’à l’Acropole, comme si la déesse elle-même le ramenait au pouvoir14. Comme Anchise dans l’Hymne, les Athéniens du milieu du vie siècle admettaient donc aisément qu’une taille légèrement plus grande que la normale caractérise un personnage divin.

  • 15 Voir Karakasi, 2001. Ces œuvres sont étudiées dans le cadre des chapitres consacrés aux différents (...)
  • 16 Richter, 1968, n° 1 ; Kokkorou-Alewras, 1995, n° 1 ; Karakasi, 2001, pl.62-63 et 213 ; LIMC, II (1 (...)
  • 17 Dimension donnée par Kaltsas N., Antike Plastik, 28 (2002), p. 7 (publication détaillée de la stat (...)
  • 18 Richter, 1968, n° 42 ; Karakasi, 2001, pl. 111-113 et 234.
  • 19 Freyer-Schauenburg, 1974, nos 60, 61 (Philippé), 62 (Ornithé), avec la reconstitution de la pl. 45
  • 20 Les pieds fragmentaires d’une koré comparable à Phrasikleia proviennent de Vourva : Walter-Karydi (...)
  • 21 Les hypothèses sur la signification du groupe sont résumées dans Karakasi, 2001, p. 28-29.
  • 22 Il y a des divergences, d’une publication à l’autre, sur la taille de certaines korés de l’Acropol (...)
  • 23 Richter, 1968, n° 58 ; Karakasi, 2001, pl. 128. Considérée comme naxienne par Kokkorou-Alewras, 19 (...)
  • 24 Richter, 1968, n° 116 ; Karakasi, 2001, pl. 146-147 et 252-253.

7Ces attestations littéraires trouvent des correspondances assez convaincantes dans les statues féminines archaïques (fig. 1-4). Dans son ouvrage sur les korés, K. Karakasi a distingué les femmes de taille naturelle – jusqu’à 1,65 m environ – de celles qui dépassent cette limite et sont définies comme de taille supra-naturelle, « überlebensgroß »15. Cette dernière catégorie doit être cependant examinée de plus près, car les textes précédemment cités invitent à distinguer une taille potentiellement divine ou « héroïque » d’une stature réellement divine. Dans la première catégorie se situent l’ex-voto de Nikandré à Délos (1,75 m)16, l’effigie funéraire de Phrasikleia (1,71 m sans la plinthe)17, la « koré de Berlin » (hauteur sans la plinthe 1,83 m)18et les trois statues féminines du groupe de Généléos à Samos dont la taille – légèrement plus petite pour Ornithé (fig. 3) que pour Philippé – se situait autour de 1,85 m19 : dans le cas des deux korés funéraires attiques20, on a affaire à l’image fortement idéalisée des défuntes, dont le lien avec la sphère divine est assez clairement évoqué par la couronne des personnages, l’attribut tenu à la main et, pour Phrasikleia, l’allusion à la déesse Koré contenue dans l’inscription ; il est notable que cette statue évoquant une divinité soit exactement de la taille de Phyé-Athéna telle que la rapporte Hérodote. Les trois sœurs du groupe votif de Samos atteignent des dimensions qui justifient aisément leur présence dans l’entourage de la déesse Héra21, comme c’est le cas pour des korés de même stature sur l’Acropole22, dont la « samienne » 619 (hauteur restituée environ 1,80 m)23, contemporaine des offrandes de Chéramyès, et, une génération plus tard, la koré 682, presque entièrement conservée (hauteur 1,80 m sans la plinthe)24.

  • 25 Davaras C., Die Statue aus Astritsi (AntK 8. Beiheft, 1972), p. 7.
  • 26 Freyer-Schauenburg, 1974, n° 1-3 ; KarakasI, 2001, p. 15, pl. 1-2.
  • 27 Elle est encore inédite. Une photo au moment de la découverte est donnée dans Karakasi, 2001, pl. (...)
  • 28 Taille donnée par Kyrieleis, 1995, p. 23 (détail des mesures p. 13) ; Karakasi, 2001, p. 15, parle (...)
  • 29 Freyer-Schauenburg, 1974, n° 7 ; Kyrieleis, 1995, en particulier p. 21-23, fig. 13, avec une taill (...)
  • 30 Akurgal E., in Kyrieleis H. (éd.), Archaische und klassische griechische Plastik, I (1986), p. 1-9 (...)
  • 31 Richter, 1968, n° 37-38 ; Karakasi, 2001, p. 99, pl. 91-93.

8Il en va autrement pour toute une série de statues féminines qui dépassent les précédentes de 40 à 50 cm, c’est-à-dire en gros d’une coudée. Cette stature « divine » est déjà bien attestée parmi les sculptures de style dédalique, en Crète si l’on considère que la femme d’Astritsi aurait mesuré environ 2,30 m si elle avait été figurée debout25, à Samos à partir de différents fragments26 et, maintenant, sur une koré funéraire de Santorin27 dont la taille avoisine également les 2,30 m. La sculpture ionienne en livre les plus beaux exemples vers 570 avec les korés jumelles de Chéramyès à Samos (fig. 1), qui devaient mesurer à l’origine environ 2,20 m28 – se distinguant nettement de la troisième koré dédiée par Chéramyès, dont la taille primitive est nettement inférieure29 –, à Érythrées (fig. 2) par une koré acéphale (1,80 m sans la tête ni les pieds, soit un peu plus de 2,20 m primitivement)30, à Chios par deux torses (hauteur restituée environ 2,25 m)31.

  • 32 Richter, 1968, n° 110 ; Karakasi, 2001, pl. 148-149 et 254-256.
  • 33 Pour la koré 1360, voir Langlotz, op. cit., n° 14 : hauteur 1,77 m, il manque 23 à 25 cm ; Karakas (...)

9Dans les dernières décennies du vie siècle, une taille intermédiaire est attestée sur l’Acropole par la koré d’Anténor (Acr. 681), qui mesure 2,01 m sans la plinthe (fig. 4)32, et les korés 1360 et 696, de mêmes dimensions33. On est, dans ce cas, très proche de la mesure de quatre coudées attiques et demie (1,99 m).

  • 34 Kyrieleis, 1995, p. 23, fig. 14-17. On notera que, si le groupe est complet et que l’on accepte l’ (...)
  • 35 Von Graeve V., in Kyrieleis H., op. cit. (n. 30), p. 24-25, pl. 6, 2.
  • 36 LIMC, I (1981), s. v. « Aglauros, Herse, Pandrosos », n° 25 (Kron U.), III (1986), s. v. « Charis, (...)
  • 37 Le culte d’Hermès et d’Aphrodite étant bien attesté dans l’Héraion (Buschor E., AM, 72 [1957], p. (...)

10Contrairement à ce que l’on a observé pour les œuvres de taille « potentiellement divine », aucune indication épigraphique ne permet d’identifier les personnages de taille nettement plus qu’humaine. La découverte de la deuxième grande koré de Chéramyès a amené H. Kyrieleis à reprendre cette question en détail : il conclut que les statues dédiées par Chéramyès forment un groupe familial comparable à celui réalisé un peu plus tard par Généléos dans des proportions plus réduites ; il aurait ici comporté les trois sœurs – dont la plus petite, mentionnée plus haut, serait encore une enfant – et un frère conservé sous forme de deux fragments de jambe de kouros (l’un portant vraisemblablement la dédicace de Chéramyès), dont les proportions indiquent une taille de 2,40 à 2,50 m34. Toutefois, la très grande taille de trois des quatre personnages, la différence d’échelle avec la « petite sœur » et, bien sûr, l’absence d’inscription désignant les membres potentiels de la famille de Chéramyès restent gênantes. Les figures féminines de dimensions semblables consacrées, à la même époque, à Chios et à Érythrées n’ont guère de raisons d’être interprétées comme les filles d’un notable local. Si ces très grandes korés ne sont pas des περικαλλῆ ἀγάλματα (« très belles offrandes ») anonymes, on songera à une identification avec des divinités mineures comme les Nymphes, les Charites ou les Hôrai : c’est l’interprétation donnée par Pausanias pour les statues en marbre qu’il a vues devant le temple d’Athéna à Érythrées – qu’il attribue à Endoios –, dont faisait sans doute partie la grande koré du musée d’Izmir ; il faut aussi rappeler que, sur un petit relief archaïque de Milet dédié aux Nymphes par un certain Samès35, sont figurées deux korés voilées, le bras gauche plié, qui reproduisent à petite échelle un groupe comme celui de Samos. On pourrait rapprocher le groupe de Chéramyès du relief votif de l’Acropole (inv. 702) qui montre un petit personnage, sans doute le dédicant, entraîné dans une ronde par trois « Nymphes » et un musicien dans lequel on a proposé de reconnaître Hermès36 : la koré au lièvre de Berlin serait alors l’image de la dédicante, accompagnée de deux « Nymphes » et d’un kouros héroïque ou divin37. Les références aux Nymphes et aux Charites mentionnées plus haut (chez Homère et dans l’Hymne à Aphrodite) invitent à aller dans ce sens.

Les statues masculines colossales et les ambiguïtés du gigantisme

  • 38 Kokkorou-Alewras, 1995, nos 10, 11, 12a ; la taille du n° 7 (Délos A333) est sans doute inférieure (...)
  • 39 Harrison E. B., Archaic and Archaistic Sculpture. Athenian Agora, XI (1965), p. 14, pl. 62a (on ne (...)
  • 40 Sappho fr. 110, éd. Reinach et Puech, CUF. Ce texte est également cité dans Kyrieleis, 1996, p. 94 (...)
  • 41 Même remarque dans Kyrieleis, 1996, p. 87 : « Mit der kolossalen Plastik tritt etwas Neues in die (...)
  • 42 Richter, 1970, n° 3-4 ; Kallipolitis V. G., Antike Welt (1973/II), p. 47-51.
  • 43 Richter, 1970, n° 14 ; Holtzmann B., in Grandjean Y. et Salviat Fr., Guide de Thasos (2000), p. 24 (...)
  • 44 Kokkorou-Alewras, 1995, p. 90-91, n° 20, fig. 41-43 et pl. 21 (cassé au milieu des cuisses, hauteu (...)
  • 45 Kyrieleis, 1996, avec une hésitation sur la taille restituée : « eine Gesamthöhe von ca. 475 cm » (...)
  • 46 Freyer-Schauenburg, 1974, n° 29 ; Kyrieleis, 1996, p. 4 et 50, pl. 31 et 32, 2.
  • 47 Tuchelt K., op. cit. (n. 39), p. 51-53, n° K1-K5.
  • 48 C’est ce que montre l’analyse détaillée de KyrieleiS, 1996, p. 49-52, pl. 35-37 ; on avait auparav (...)
  • 49 Tuchelt K., op. cit., p. 56, n° K9bis et 117-118, fig. 24 et pl. 14-15.
  • 50 Richter, 1970, n° 92 : hauteur conservée 2 m, restituée environ 3 m. Un fragment de jambe provenan (...)
  • 51 Kyrieleis, 1996, p. 52-58.

11L’existence de statues masculines nettement plus grandes que nature (environ 2,302, 50 m) est attestée dans la sculpture naxienne dédalique de la fin du viie siècle38 et par le kouros du Dipylon39. On peut les mettre en relation avec un texte de Sappho tout à fait contemporain, qui évoque l’arrivée d’un jeune homme en des termes très proches de ceux des Hymnes homériques cités précédemment : « Allons, charpentier, relevez la poutre du toit, ô Hyménée ! car voici qu’entre dans la maison nuptiale un fiancé égal à Arès ; non, pas égal à un dieu, mais bien plus grand qu’un homme de grande taille40. » Ces proportions restent comparables à celles des statues féminines étudiées précédemment, ce qui signifie que la réalisation, au début du vie siècle, de statues en marbre que l’on peut appeler sans ambiguïté colossales constitue un phénomène vraiment nouveau41. Les deux kouroi du Sounion, d’une taille d’environ 3,05 mètres42, sont les plus modestes, comparés à plusieurs œuvres inachevées, le kriophore de Thasos (3,50 m)43et surtout deux kouroi restés dans les carrières de Naxos44, dont l’un, presque complet, mesure 5,55 m : ces dimensions sont nettement dépassées par celles du « colosse des Naxiens » (fig. 5) dont il sera question plus loin. L’exemplaire de loin le plus remarquable est maintenant un kouros de 4,75-4,81 m de haut dédié à l’Héraion de Samos par Ischès, fils de Rhésis, dans le premier quart du vie siècle (fig. 6)45 : un kouros de même taille, appelé « colosse sud », a été réalisé par le même atelier et peut-être le même sculpteur46. Des fragments de têtes et de pieds laissent penser que des kouroi de Didymes avaient les mêmes dimensions, tandis que d’autres atteignaient deux ou deux fois et demie la taille naturelle47. Un colosse samien qui devait mesurer environ 3,25 m a été offert à l’Héraion un peu plus tard que celui d’Ischès, vers 570-56048 : il a un correspondant à Didymes, dont ne subsistent que le bas du torse et le haut des cuisses, mais qui a conservé une dédicace dont il sera question plus loin49. Même si le kouros de Mégare est légèrement plus récent (vers 540)50, ces œuvres colossales au sens propre, sans rapport avec la taille humaine réelle, sont donc caractéristiques d’une génération seulement, celle des années 590-560 environ et, si l’on suit la démonstration convaincante de H. Kyrieleis, les colosses samiens ont probablement précédé ceux du « groupe du Sounion51 ».

12Il n’est pas aisé d’établir une relation entre ces personnages gigantesques et les textes littéraires contemporains.

  • 52 Odyssée, X, 113-120 : la reine est comparée au pic d’une montagne.
  • 53 Odyssée, IX, 190-192. La différence d’échelle entre le Cyclope et les Grecs est bien marquée dans (...)
  • 54 Quand Achille apparaît à Priam comme πελώριος(Iliade, XXI, 527), l’adjectif signifie sans doute mo (...)
  • 55 Environ 3,15 m en coudée attique, ou 3,43 m si l’on admet qu’Hérodote reproduit une mesure donnée (...)

13Dans les poèmes homériques, en effet, les personnages dont la taille est sans rapport avec les normes humaines sont d’aspect effrayant et leur comportement est monstrueux : les Lestrygons, hommes et femmes52, sont semblables aux Géants et ont des pratiques anthropophages, comme le Cyclope Polyphème, lui-même d’une taille prodigieuse et monstrueuse53. Dans d’autres cas le poète associe la beauté à la taille gigantesque, mais aussi à des actes sacrilèges : ainsi Otos et Éphialte qui, dès l’âge de neuf ans, mesuraient neuf orgyies de haut (plus de 17 m) et neuf coudées de large (environ 4,50 m) essaient d’attaquer l’Olympe et reçoivent immédiatement le châtiment divin (Odyssée, XI, 311312). Quant à Tityos, l’agresseur de Létô, son corps couvre aux Enfers neuf plèthres, soit 900 pieds – environ 313 m ! – (Odyssée, XI, 576-577). Les héros qui prennent part à la guerre de Troie sont fréquemment décrits, de façon générale, comme très grands et très beaux, mais par la grâce d’Athéna Ulysse peut paraître à Nausicaa « semblable aux dieux qui occupent le vaste ciel » (Odyssée, VI, 243) : quand il se résente devant Alkinoos, il précise cependant qu’il n’est comparable aux dieux « ni par la stature, ni par la majesté » (Odyssée, VII, 210 : οὐ δέμας οὐδὲ φυήν). On ne peut donc pas conclure que des héros à la vigueur exceptionnelle comme Achille, Ajax, Diomède soient d’une taille surhumaine, pas plus qu’Hector qui, pourtant, possède une lance longue de onze coudées, environ 5,70 m (Iliade, VI, 319 et VIII, 494)54. Les deux passages d’Aristophane déjà mentionnés vont dans le même sens, puisque, dans les Grenouilles (v. 1013-1014), Eschyle dit avoir transmis à Euripide des héros à l’ancienne, qui sont « des vaillants hauts de quatre coudées » (γενναίους καὶ τετραπήχεις), tandis que, dans les Guêpes (v. 553), Philocléon se félicite d’être sollicité par « de grands personnages, hauts de quatre coudées » (ἄνδρες μεγάλοι καὶ τετραπήχεις), comme s’il recevait l’hommage des anciens héros. Des mentions d’un gigantisme « positif » se trouvent chez Hérodote, mais dans deux cas (II, 91 et IV, 82) elles concernent des contrées barbares : la sandale de « Persée » (en fait le dieu Min) à Chemmis mesure deux coudées (90 cm en mesure attique ou environ 1,05 m selon la coudée égyptienne/ionienne), comme l’empreinte du pied d’Héraclès chez les Scythes ; le troisième texte (I, 68) rapporte la découverte à Tégée d’un squelette long de sept coudées55 qui est interprété comme celui d’Oreste. Au début de l’époque hellénistique le gigantisme est considéré tantôt comme la marque des héros, puisque Lycophron (Alexandra, 860) décrit Achille comme « haut de neuf coudées », tantôt comme un signe de colossale balourdise : dans les Syracusaines (v. 17), Théocrite fait dire à Praxinoa que son mari, qui a acheté du sel au lieu de nitre et de fard, est « un homme de treize coudées » (ἀνὴρ τρισκαιδεκαπήχυς), c’est-à-dire un colosse de bêtise.

  • 56 Jantzen U., Ägyptische und orientalische Bronzen aus dem Heraion von Samos. Samos, VIII (1972).
  • 57 Kyrieleis, 1996, p. 68-86. Voir aussi Hermary A., « Naucratis et la sculpture égyptisante à Chypre (...)
  • 58 Schmidt G., Kyprische Bildwerke aus dem Heraion von Samos. Samos, VIII (1968) ; Kyrieleis H., in T (...)
  • 59 Munro J. A. R., JHS, 12 (1891), p. 147.
  • 60 Tatton-Brown V., in Salamine de Chypre. Histoire et archéologie. État des recherches, actes des jo (...)
  • 61 Ohnefalsch-Richter M., Kypros, die Bibel und Homer (1893), p. 2.
  • 62 Masson O., BCH, 95 (1971), p. 312, fig. 4 ; Karageorghis V., Ancient Art from Cyprus. The Cesnola (...)

14La création des « grands colosses » dans la sculpture en marbre a été logiquement mise au compte des relations entre Samos et l’Égypte, déjà bien attestées au viie siècle, à la fois par Hérodote (IV, 152) et l’offrande de bronzes égyptiens à l’Héraion56. Le chaudron de bronze soutenu par trois figures agenouillées hautes d’environ 3 m, offert à la suite du voyage de Kolaios en Occident (selon le même passage d’Hérodote), témoigne déjà vers 630 du goût pour le colossal « à l’égyptienne ». L’étude par H. Kyrieleis du colosse d’Ischès a mis en valeur à la fois la dette des sculpteurs samiens à l’égard de la sculpture de l’Égypte pharaonique et le rôle joué par Chypre via les ateliers de Naucratis57. Il est frappant de constater que les premières statues masculines colossales de Samos sont réalisées au moment où les relations entre Chypre et Samos atteignent leur plus grande intensité, comme l’indique l’abondance des figurines en terre cuite chypriotes offertes alors à l’Héraion58. Ces figurines sont de style salaminien et c’est précisément dans le royaume de Salamine que se diffuse, dès la fin du viie siècle, la mode des œuvres colossales : réalisées en terre cuite, elles ne nous sont parvenues que dans un état très fragmentaire. Les fouilles anglaises du site de Salamine-Toumba ont livré des éléments qui appartenaient à des personnages barbus d’au moins 15 pieds de haut59, c’est-à-dire plus de 4,50 m, approximativement la taille du kouros d’Ischès ; d’autres fragments se rapportent à de plus petits colosses, comme un fragment de tête et l’extrémité d’un bras conservés au British Museum, d’une taille environ deux fois plus grande que nature60. De Salamine, cette mode s’est diffusée dans des sanctuaires ruraux comme celui d’Achna61, où l’on a signalé des fragments appartenant à des colosses d’au moins 3,60 m, et de Golgoi-Ayios Phôtios où elle est transposée dans le calcaire local, comme en témoigne la découverte d’une tête barbue coiffée d’un bonnet62 qui, haute de 88,3 cm, appartenait à une statue mesurant entre 3,50 m et 4 m : malgré les différences de style et d’iconographie, sa date ne doit pas être éloignée de celle des colosses samiens.

15Il est probable qu’à Chypre, comme en Égypte et au Proche-Orient, les colosses aient exprimé le caractère quasi-divin de la puissance royale, qu’il s’agisse des souverains régnants ou des ancêtres de leur dynastie. Qu’en était-il dans le cadre d’une cité grecque comme Samos ? On a jugé peu vraisemblable que les kouroi colossaux de Samos, de Naxos et du cap Sounion, ou le kriophore de Thasos, aient été des images divines. H. Kyrieleis est tenté d’interpréter le colosse d’Ischès comme la représentation d’un ancêtre héroïsé du dédicant, mais ce type d’explication est-elle applicable aux autres colosses de la première moitié du vie siècle ?

Valeur hiérarchique des tailles masculines et signification des colosses

  • 63 Niemeyer W.-D., Der Kuros vom Heiligen Tor (2002), p. 40. Si cette restitution est juste, elle cor (...)
  • 64 Richter, 1970, n° 135.
  • 65 Richter, 1970, n° 86.
  • 66 Richter, 1970, n° 144 ; Kaltsas N., op. cit., p. 33, n° 32.
  • 67 Richter, 1970, n° 145 ; Ducat J., Les Kouroi du Ptoion. Le sanctuaire d’Apollon Ptoieus à l’époque (...)

16Il est clair qu’un certain nombre de kouroi funéraires attiques possèdent une stature nettement supérieure à la taille naturelle, qui leur confère un prestige héroïque et les rapproche du monde divin. Le kouros du Dipylon devait mesurer entre 2,30 m et 2,45 m, celui qui a été récemment découvert au Céramique environ 2,10 m63, taille que l’on retrouve sur le kouros de Munich (2,08 sans la plinthe)64. En dehors de l’Attique ces dimensions sont bien attestées par le kouros de Mélos (2,14 m)65, celui de Kéos (2,07 m sans le bas de la cheville et le pied, soit environ 2,20 m)66et, dans le sanctuaire du Ptoion, par plusieurs statues dont le kouros MN12 (hauteur restituée entre 2,10 m et 2,20 m)67.

  • 68 Soit environ quatre coudées et dix dactyles en mesures attiques, ou quatre coudées doriennes (« ph (...)
  • 69 Richter, 1970, n° 136 ; KaltsaS N., op. cit., p. 33, fig. 33.
  • 70 Richter, 1970, n° 165.
  • 71 Hauteur conservée 1,89, restituée 1,94-1,95 m : Kaltsas N., op. cit., p. 27.
  • 72 Différents reliefs funéraires, attiques ou autres, montrent des défunts masculins de mêmes dimensi (...)
  • 73 Dimension donnée par Richter, 1970, n° 12, par Rolley Cl., La Sculpture grecque 1. Des origines au (...)
  • 74 Vers 470 pour Dontas G., in Kyrieleis (éd.), op. cit. (n. 30), p. 181-192 ; époque hellénistique t (...)

17D’autres forment un petit groupe cohérent autour de 1,94-1,95 m68 : ainsi pour Kroisos69, Aristodikos (1,95 m)70et surtout le kouros de Mérenda71 qui constitue avec Phrasikleia le « couple idéal » de jeunes défunts athéniens (frère et sœur ?), par la taille et – pour Phrasikleia surtout – l’apparence divine (fig. 7-8)72. Il faut bien sûr associer à cette série les « jumeaux de Delphes » dont le mieux conservé mesure, sans la plinthe, 1,97 m, soit quatre coudées doriennes73 : quelle que soit leur identité (Cléobis et Biton ou les Dioscures), leur nature héroïque ou divine ne fait pas de doute. Les mêmes dimensions sont reprises, à une date qui reste discutée, pour l’Apollon du Pirée en bronze (1,92 m)74.

  • 75 Ce qui n’est pas tout à fait le cas pour le kriophore de Thasos, trouvé dans un mur du sanctuaire (...)
  • 76 Kyrieleis, 1996, p. 87-101, en particulier p. 97-101.
  • 77 Une association de ces kouroi au héros homérique Phrontis, mort près du cap Sounion, a été proposé (...)
  • 78 Daux G., « Sacrifices à Thorikos », The J. Paul Getty Museum Journal, 12 (1984), p. 145-152.
  • 79 LIMC, VIII (1997), s. v. « Neanias », nos 1 et 2* (Tsiafaki D.) ; VI (1992), s. v. « Kephalos » (S (...)
  • 80 Tuchelt K., op. cit., p. 117-118, fig. 24.
  • 81 De La Genière J., CRAI (1996), p. 269, fig. 7 (kouros), et REA, 100 (1998), p. 242, pl. V (koré). (...)

18Y a-t-il une différence de sens entre ces hommes d’une taille étonnante, mais admissible pour la race humaine puisque les textes mentionnent des barbares qui avoisinent les cinq coudées, et les colosses samiens, naxiens ou attiques ? Tous les kouroi qui ont été apportés sur leur lieu d’exposition proviennent d’un lieu de culte, mais pas plus les colosses de l’Héraion de Samos que ceux du sanctuaire de Poséidon au Sounion ne peuvent représenter la divinité majeure du sanctuaire75. Différentes autres solutions ont été avancées : offrandes de prestige « idéales », « portraits » de dédicants mégalomanes, représentations de héros ou d’ancêtres héroïsés. Je renvoie sur ce point à la discussion détaillée présentée par H. Kyrieleis qui, pour le colosse d’Ischès, arrive à la conclusion qu’il s’agit probablement d’un ancêtre légendaire ou héroïsé du personnage76. Cette explication convient peut-être pour le contexte samien, elle est plus difficile à accepter pour le kriophore de Thasos ou les kouroi du cap Sounion. Dans ce dernier cas, si les deux colosses possédaient une véritable identité, l’interprétation comme des héros locaux paraît plus vraisemblable77 : le « calendrier de Thorikos », qui énumère les sacrifices offerts dans ce dème du Sud de l’Attique – dont dépend le cap Sounion – vers 440 av. J.-C.78, mentionne en effet le culte de plusieurs héros et héroïnes locales, parmi lesquels Néanias et Képhalos sont associés à Poséidon, l’un à la fête des Pyanopsia (l. 2728), l’autre au mois de Skirophoriôn (l. 54-57). Ce Néanias, dont le nom convient bien à une représentation en kouros, est connu plus tard sur la céramique à figures rouges, comme bien sûr Képhalos79. On pourrait imaginer que le kriophore de Thasos représente aussi un héros local, hypothèse qui, pour Samos, est proche de celle de Kyrieleis. Il faut avouer, cependant, que cette hypothèse reste fragile, dans la mesure où aucune inscription n’atteste qu’un kouros ait représenté un héros local ou un ancêtre héroïsé. La dédicace à Apollon gravée sur la cuisse du colosse K 9bis de Didymes indique que la statue représente la dîme du butin acquis par un personnage dont le nom n’est pas conservé80 : il ne semble pas nécessaire d’attribuer une identité précise à cet agalma destiné à plaire au dieu, équivalent aux traditionnels trépieds et chaudrons en bronze. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un colosse, un témoignage intéressant est fourni par un kouros très fragmentaire trouvé dans les fouilles françaises de Claros : il porte sur la cuisse une dédicace à Apollon du prêtre Timonax, fils de Théodôros, qui indique que le personnage est soit le dieu lui-même, soit un agalma destiné à plaire à Apollon, comme la koré dédiée par le même prêtre devait être une offrande agréable à Artémis plutôt que la déesse elle-même81.

La fin de l’époque archaïque et le style sévère : le colossal, expression du divin

  • 82 Soit un peu plus de 13 m pour une coudée attique, 14,70 m en coudées doriennes (mais la taille est (...)
  • 83 LIMC, II (1984), s. v. « Apollon », n° 390 (Lambrinudakis V.) ; Prost Fr., « La statue cultuelle d (...)
  • 84 Kokkorou-Alewras, 1995, p. 101-103, n° 60, fig. 50-52, pl. 31-33.
  • 85 Kokkorou-Alewras penche pour une date vers 500-490.
  • 86 Freyer-Schauenburg, 1974, n° 79 : trouvé sur une colline à l’ouest de Potokaki (date proposée, 3e (...)
  • 87 Romano I. B., Hesperia, 51 (1982), p. 398-409, pl. 93-95 (hauteur de la tête 44,2 cm, vers 530-520 (...)
  • 88 Kostoglou-Despoiné A., Пροβλήματα της Пαριανής Пλαστικής του ου αίωνα π. X.p.C. (1979), p. 3-62, p (...)
  • 89 Kostoglou-Despoiné A., op. cit., p. 63-77, pl. 26-28 (vers 480-470) : la longueur du pied, 39 cm, (...)

19À partir d’une date qui reste difficile à définir, mais qui est en tout cas antérieure à l’époque classique, des images divines présentent une taille colossale. La plus ancienne, si l’on en croit Pausanias (III, 19, 2), aurait été la statue d’Apollon à Amyclées, haute d’environ trente coudées82 et antérieure au « trône » réalisé par Bathyclès de Magnésie dans la deuxième moitié du vie siècle, mais ce jugement repose sur des critères stylistiques – la statue est traitée « sans art », le corps ayant la forme d’une colonne de bronze. Il est difficile, d’autre part, d’aboutir à des conclusions assurées sur la taille et la date de l’Apollon réalisé par Tektaios et Angélion dans le sanctuaire de Délos, même si l’on peut supposer qu’il était de très grande taille83. Le document archéologique le plus spectaculaire, bien qu’il soit resté inachevé dans la carrière, est une œuvre naxienne représentant un personnage barbu drapé de 10,45 m de haut que l’on a proposé, de façon convaincante, d’interpréter comme une statue de Dionysos84. Ce colosse paraît dater de la fin de l’époque archaïque85, comme un buste barbu de Samos environ deux fois plus grand que nature, dont l’identification est difficile86. De taille nettement plus modeste, le Dionysos assis du dème d’Ikaria a l’avantage d’avoir été trouvé en contexte87, de même que la koré colossale – la première du genre – qui était presque certainement la statue de culte d’Artémis Délienne dans son sanctuaire de Paros88 : la taille primitive devait avoisiner les 3,10 m (hauteur conservée 2,61 sans la plinthe). Une autre statue en marbre confirme le goût des Pariens, à cette époque, pour les statues divines de très grandes dimensions : il s’agit de la partie inférieure d’une femme en mouvement violent, selon toute vraisemblance une Athéna Promachos89.

  • 90 Hérodote, VIII, 121 ; Pausanias, X, 14, 5. La base a été identifiée, elle porte les restes de la d (...)
  • 91 Hérodote, IX, 81.
  • 92 Pausanias, V, 25, 12. D’après le même auteur (VIII, 42, 7), il y avait à Pergame un Apollon en bro (...)
  • 93 Strabon, VII, 319 (pas d’indication de dimensions) ; Pline l’Ancien, XXXIV, 39 (30 coudées, 500 ta (...)

20Les autres colosses de la première moitié du ve siècle sont des œuvres en bronze qui ne sont connues que par des mentions littéraires et, parfois, des reproductions en petit format (monétaires ou autres). Plusieurs sont des statues consacrées à la suite des guerres médiques : à Delphes, un Apollon réalisé par Théopropos d’Égine, haut de douze coudées, qui tenait en main l’akrôtérion d’un navire90 ; à Olympie un Zeus de dix coudées (4,90 m en coudées doriennes), à l’Isthme un Poséidon de sept coudées (3,43 m)91. D’autres colosses sont connus uniquement par une tradition littéraire plus récente : d’Onatas un Héraclès de dix coudées tenant arc et massue, consacré par les Thasiens à Olympie92, de Calamis un Apollon d’une hauteur de trente coudées (un peu plus de 13 m s’il s’agit bien de la coudée romaine) érigé dans la ville d’Apollonia du Pont93.

Le cas du « colosse des Naxiens » à Délos

  • 94 Hermary A., « Le colosse des Naxiens à Délos », REA, 95 (1993), p. 11-27.
  • 95 L’étude la plus détaillée est celle de Gruben G., JdI, 112 (1997), p. 267-287 ; les autres sont, p (...)

21Il n’est pas question de revenir en détail ici sur l’énorme base inscrite placée contre l’oikos des Naxiens et les deux fragments sculptés qui appartiennent à une œuvre communément appelée le colosse des Naxiens : les problèmes que posent la base et la statue sont loin d’être résolus, mais je ne regrette pas d’avoir présenté, il y a douze ans94, une hypothèse qui a suscité des réactions stimulantes, dont les conclusions ne m’ont cependant pas entièrement convaincu95. Il y a tout de même quelques points sur lesquels règne un accord à peu près général :

  • Le torse et le bassin (avec le haut des cuisses) conservés dans le sanctuaire d’Apollon à Délos appartenaient à une statue colossale haute, primitivement, de 8,50 m à 9 m96, de style naxien « globalement » dédalique.
  • La position des bras détachés du corps et l’attribution, qui en dérive, d’une main colossale percée montrent – sans parler du rapprochement avec la base inscrite – qu’il ne s’agissait pas d’un kouros ordinaire, mais presque certainement d’un Apollon tenant un arc97.
  • Il existait, à Délos, au moins une autre statue archaïque colossale, légèrement plus petite, dont subsiste une main gauche (Délos A4095), elle aussi percée mais qui adhérait au corps : un fragment de visage aujourd’hui disparu pouvait appartenir au même kouros98. L’interprétation de deux fragments portant une inscription en alphabet naxien archaïque – dédicace et signature ? –, qui présentent apparemment des traces de réparation, est plus délicate99.

22Le reste demeure très incertain. Je résume les principales difficultés qui subsistent :

  • S’il existait dans le sanctuaire délien deux « grands colosses » tenant un arc – donc deux Apollon –, l’un de près de 9 m de haut, l’autre d’environ 7 m, lequel se dressait sur la base inscrite conservée et où était l’autre ? On ne peut que constater l’absence d’une deuxième base archaïque de très grandes dimensions et supposer que Plutarque (Vie de Nicias, III, 7) parle de la grande statue des Naxiens abattue par le palmier de Nicias parce que l’autre avait déjà disparu ou qu’il se souciait peu d’une éventuelle confusion.
  • Les kouroi colossaux sont, on l’a vu, caractéristiques des premières décennies du vie siècle : comment situer par rapport à eux le colosse des Naxiens ? Une date haute, vers 600, a été réaffirmée récemment dans les articles déjà cités de B. Holtzmann, G. Gruben, C. Costantini : elle ferait de la grande statue délienne une tête de série dans une mode du colossal qui, on l’a vu, est ensuite bien attestée dans les premières décennies du vie siècle. Je ne reviens pas sur les difficultés que présentent, pour adopter une date aussi haute, un certain nombre de traits stylistiques (modelé de la poitrine et du cou, ceinture rapportée et autres éléments ajoutés à l’extrémité des boucles de cheveux) : en définitive, le point le plus gênant est sans doute le détachement des bras, maintenus écartés du corps par des tenons dont subsistent les arrachements, pratique qui, dans la sculpture en marbre, ne se développe qu’assez timidement à partir du dernier quart du vie siècle, comme le montrent le kouros MN 12 du Ptoion, puis Aristodikos : reprenant une indication de E. Buschor, J. Ducat avait noté que cette « libération » du mouvement s’expliquait par la volonté de rivaliser avec les statues en bronze100. Est-ce admis sible autour de 600, avec une audace dont, pour le bras gauche, paraît témoigner le dessin de Cyriaque d’Ancône101 et que reflète (pour le bras droit) le dessin de restitution de G. Gruben (fig. 5) ? Seules certaines statuettes en bronze sont comparables et l’on peut s’étonner que les similitudes ne s’établissent qu’entre les plus petits formats et l’échelle la plus colossale : il faut alors admettre que tout est possible pour une œuvre aussi exceptionnelle que le colosse délien. La méthode est dangereuse.
  • Si l’on admet que le colosse dont sont conservés les deux grands fragments a été placé dès l’origine sur la grande base inscrite, le problème le plus aigu102 est celui de l’emplacement de l’inscription archaïque à l’arrière de cette base : comment expliquer que ce texte n’ait pas été placé à l’avant, là où les Naxiens ont gravé leur dédicace au ive siècle sans effacer une inscription antérieure ? Supposer, avec G. Gruben, que l’inscription archaïque serait une sorte de commentaire103 d’une dédicace gravée sur une cuisse – procédé inconnu dans les Cyclades –, ou sur la ceinture en bronze – située à plus de 4,50 m de hauteur –, alors que la face avant de la base restait muette, est difficilement admissible, sauf à supposer, encore une fois, que l’œuvre est tellement exceptionnelle que tout est possible104 !

Conclusion

  • 105 Boardman J. et alii, « Greek Dedications », Thesaurus Cultus et Rituum Antiquorum (ThesCRA) I : Pr (...)
  • 106 Ibid., p. 290 et 292, nos 82-83*.
  • 107 Kyrieleis, 1996, p. 7-15 (Kienast H. J.).

23Nous disposons d’une synthèse toute récente sur les offrandes votives dans le monde grec105, dans laquelle est abordée la question des statues colossales archaïques : les difficultés d’interprétation de ces kouroi sont bien mises en évidence et l’interprétation de certains d’entre eux comme l’image du dédicant est jugée plausible106. Je reste réservé sur ce point, faute de confirmation épigraphique et parce que, autant qu’on le sache actuellement, les « portraits » de dignitaires, à Samos et à Milet, montrent le personnage vêtu – le plus souvent assis – et non sous la forme d’un kouros. L’idée de statues d’ancêtres héroïsés demande elle aussi confirmation pour l’époque archaïque. Il me paraît plus vraisemblable que les riches Samiens ou Milésiens – tout mégalomanes qu’ils aient pu être – ont adapté au cadre de la cité une mode qu’ils connaissaient et admiraient en Égypte et à Chypre, en donnant à leurs offrandes colossales la forme idéale du kouros ou, dans certains cas, celle d’un dieu comme Apollon. L’étude du colosse d’Ischès par H. Kyrieleis a permis d’établir que ce type d’œuvre était caractéristique d’une période assez courte, essentiellement le premier quart du vie siècle : il paraît clair qu’il a existé alors une forte émulation entre les rares sculpteurs qui osaient réaliser ces statues exceptionnelles, à Samos, Milet et Naxos, et c’est sans doute dans ce contexte qu’il faut expliquer la fière déclaration de l’inscription archaïque de la base délienne, « je suis de la même pierre, statue et base » ; nous savons maintenant que ce n’était pas le cas pour le colosse d’Ischès à Samos107. La date proposée par L. H. Jeffery pour l’inscription délienne, vers 600-575, entre bien dans ce schéma. Il s’agit de déterminer quelle statue se dressait primitivement sur cette base : la question doit continuer à être débattue.

  • 108 Marcadé J., REA, 100 (1998), p. 299-323, et in KAΛΛΣTEΥMA. Hommage à O. Tzakou-Alexandri (2001), p (...)

24La situation est heureusement moins complexe pour les statues féminines : le premier véritable colosse actuellement attesté, à Paros, représente certainement l’Artémis Délienne. Auparavant, on a affaire principalement à deux niveaux de représentation dans la catégorie « überlebensgroß » : une stature qui ne dépasse la taille naturelle que de 20 à 30 cm, mais qui est « potentiellement divine », et une autre qui ajoute une coudée environ et qui, dans la littérature, désigne clairement les déesses par rapport aux mortelles. Ornithé, Philippé et leur sœur sont des jeunes filles qui, par leur taille et leur beauté, peuvent être confondues avec des déesses, mais les korés jumelles de Chéramyès ont une taille réellement divine – quelle que soit leur identité. Ces valeurs hiérarchiques varient selon les périodes et les lieux : ainsi, les très grandes tailles attestées dans le style dédalique ne se retrouvent guère, pour les hommes, après l’époque des colosses. La stature des principaux kouroi funéraires attiques de la deuxième moitié du vie siècle, autour de 1,95 m, s’impose ensuite comme la taille héroïque par excellence, comme le montrent, entre autres, la copie napolitaine du deuxième groupe des tyrannoctones (1,95 m) et les deux bronzes de Riace (1,97-1,98 m). L’époque classique voit les bronziers imposer de nouvelles échelles qui culminent avec le colosse de Rhodes, avant que revienne à l’époque hellénistique la mode des statues de culte colossales en marbre, dont témoignent par exemple les groupes de Lykosoura et de Claros108.

Fig. 1 a-b. – Les korés « jumelles » de Samos. D’après Kyrieleis, 1995 (silhouette de la tête d’après Freyers-Chauenburg, 1974, fig. 6). Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.

Fig. 2. – La koré d’Érythrées. D’après Hermary A., BCH, 122 (1998), p. 66 et 71-74, fig. 9. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.

Fig. 3. – Ornithé du groupe de Généleos à Samos. D’après Freyer-Schauenburg, 1974. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.

Fig. 4. – La koré d’Anténor (Acr. 681). D’après Studniczka F., JdI, 2 (1887), p. 141. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.

Fig. 5. – Le « colosse des Naxiens » à Délos. D’après Gruben G., JdI, 112 (1997), fig. 3. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.

Fig. 6. – Le colosse d’Ischès à Samos. D’après Kyrieleis, 1996, fig. 4. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.

Fig. 7. – Le kouros et la koré de Merenda. D’après Kaltsas N., Antike Plastik, 28 (2002), p. 7-26, pl. 1-12.Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.

Notes

1 Abréviations bibliographiques :
Freyer-Schauenburg, 1974 = Freyer-Schauenburg B., Bildwerke der archaischen Zeit und des strengen Stils. Samos, XI (1974).
Karakasi, 2001 = Karakasi K., Archaische Koren (2001).
Kokkorou-Alewras, 1995 = Kokkorou-Alewras G., « Die archaische naxische Bildhauerei », Antike Plastik, 24 (1995), p. 37-138, pl. 9-55.
Kyrieleis, 1995 = Kyrieleis H., « Eine neue Kore des Cheramyes », Antike Plastik, 24 (1995), p. 7-36, pl. 1-8.
Kyrieleis, 1996 = Kyrieleis H., Der grosse Kuros von Samos. Samos, X (1996).
Richter, 1968 = Richter G. M. A., Korai. Archaic Greek Maidens. A study of the development of the Kore type in Greek Sculpture (1968).
Richter, 1970 = Richter G. M. A., Kouroi. Archaic Greek Youths. A study of the development of the Kouros type in Greek Sculpture (19703).

2 Sur ce dernier point, voir Kreikenbom D., Griechische und römische Kolossalporträts bis zum späten ersten Jahrhundert nach Christus (JdI Ergänzungsheft 27, 1992).

3 Un dossier intitulé « L’échelle de la figuration dans les iconographies de l’Antiquité » a été publié dans Ktema, 28 (2004), mais il n’aborde pas les questions traitées ici ; pour ce qui concerne la céramique grecque archaïque, domaine que je laisse de côté, voir l’article de Halm-Tisserant M., ibid., p. 5-15.

4 Ainsi pour Karakatsanis K., Studien zu archaischen Kolossalwerken (1986), ouvrage qui reste le seul à traiter dans son ensemble le sujet abordé ici (y compris les constructions monumentales). Même définition chez Kreikenbom, op. cit.

5 Comme le fait Martini W., Die archaische Plastik der Griechen (1990), p. 86.

6 Pour ces questions métrologiques je me suis principalement rapporté à l’article de Büsing H., « Metrologische Beiträge », JdI, 97 (1982), p. 1-45 (pour la Grèce, voir le tableau récapitulatif p. 9). En arrondissant à la deuxième décimale, la coudée ionienne mesure 52,25 cm (52,36 pour la coudée royale égyptienne), la coudée dorienne 49 cm (48,98 cm), la coudée attique 44,08 cm. Le pied ionien mesure donc 34,83 cm, le pied dorien 32,65 cm, le pied attique 29,39 cm.

7 Grenouilles, 1013-1014 et Guêpes, 553 : je reviendrai plus loin sur ces textes.

8 Alcée, Fragments, II (Paris, CUF, 1999), p. 155 fr. 350 (traduction G. Libermann). S’il s’agit bien d’une campagne menée en Palestine, on se trouve sur les terres de l’exploit de David contre Goliath, à qui la Bible attribue une taille de « six coudées et un empan » (1 Samuel 17, 4), c’est-à-dire au moins 2,75 m (sur la valeur controversée de la coudée hébraïque ou « syrienne », voir Büsing, op. cit., p. 4).

9 Voir aussi Hérodote, III, 20 et 114, sans indications chiffrées.

10 Le lien entre grande taille et beauté est très fréquemment affirmé dans la littérature grecque : un bon nombre d’exemples sont rassemblés par Verdenius W. J., Mnemosyne, 4 (1949), p. 294-298.

11 De même, Athéna prend l’aspect d’une grande et belle femme pour apparaître à Ulysse (Odyssée, XVI, 157-158).

12 Littéralement : « la poutre faîtière ».

13 C’est à une taille de ce type que fait sans doute allusion le Pseudo-Hésiode dans le Bouclier (4-5) quand il dit qu’Alcmène, la mère d’Héraclès, « dépassait toute femme née femme par la beauté et la stature » (trad. Mazon).

14 Aristote (Constitution d’Athénes, XIV, 4) rapporte – sans parler de la taille – une autre tradition selon laquelle Phyé était une vendeuse de couronnes d’origine thrace. D’après Antikleidès ou Kleidémos, cette femme aurait épousé Hipparque, le fils de Pisistrate (cité par Athénée, XIII, 609 c-d).

15 Voir Karakasi, 2001. Ces œuvres sont étudiées dans le cadre des chapitres consacrés aux différents ateliers locaux, puis les données sont récapitulées dans des tableaux, p. 152-171. Il y a malheureusement d’importantes discordances entre les petits tableaux thématiques et les tableaux récapitulatifs : ainsi, pour Samos, le tableau « Grösse » de la p. 152 recense sept korés « überlebensgroß », tandis qu’il y en a 13 dans le tableau synoptique de la p. 166. Le commentaire des pages 15-16 permet de constater que le premier tableau est le bon.

16 Richter, 1968, n° 1 ; Kokkorou-Alewras, 1995, n° 1 ; Karakasi, 2001, pl.62-63 et 213 ; LIMC, II (1984), s. v. « Artemis », n° 83* (Kahil L.) : Artémis plutôt qu’une prêtresse.

17 Dimension donnée par Kaltsas N., Antike Plastik, 28 (2002), p. 7 (publication détaillée de la statue p. 7-26, pl. 112) ; voir aussi Karakasi, 2001, pl. 114-115 et 235-237 (mais sa restitution de la polychromie n’est pas acceptée par Kaltsas).

18 Richter, 1968, n° 42 ; Karakasi, 2001, pl. 111-113 et 234.

19 Freyer-Schauenburg, 1974, nos 60, 61 (Philippé), 62 (Ornithé), avec la reconstitution de la pl. 45.

20 Les pieds fragmentaires d’une koré comparable à Phrasikleia proviennent de Vourva : Walter-Karydi E., in KAΛΛIΣTEΥMA, volume d’hommage à O. Tsakou-Alexandri (2001), p. 221, n° 6, fig. 17-18 (on trouvera là une liste des korés funéraires attiques).

21 Les hypothèses sur la signification du groupe sont résumées dans Karakasi, 2001, p. 28-29.

22 Il y a des divergences, d’une publication à l’autre, sur la taille de certaines korés de l’Acropole. J’ai pris pour référence la publication de Langlotz E., in Schrader H. (éd.), Die archaischen Marmorbildwerke der Akropolis (1939).

23 Richter, 1968, n° 58 ; Karakasi, 2001, pl. 128. Considérée comme naxienne par Kokkorou-Alewras, 1995, n° 69.

24 Richter, 1968, n° 116 ; Karakasi, 2001, pl. 146-147 et 252-253.

25 Davaras C., Die Statue aus Astritsi (AntK 8. Beiheft, 1972), p. 7.

26 Freyer-Schauenburg, 1974, n° 1-3 ; KarakasI, 2001, p. 15, pl. 1-2.

27 Elle est encore inédite. Une photo au moment de la découverte est donnée dans Karakasi, 2001, pl. 76, et dans Bol P. C. et alii, Die Geschichte der antiken Bildhauerkunst. I-Frühgriechische Plastik (2002), p. 74.

28 Taille donnée par Kyrieleis, 1995, p. 23 (détail des mesures p. 13) ; Karakasi, 2001, p. 15, parle de 2,20-2,30 m.

29 Freyer-Schauenburg, 1974, n° 7 ; Kyrieleis, 1995, en particulier p. 21-23, fig. 13, avec une taille restituée d’environ 1,75 m, qui ne paraît pas compatible avec les mesures données par B. Freyer-Schauenburg : une statue d’1,60 m (sans la plinthe), ne peut avoir une tête de 15 cm ; si les dimensions données dans Samos, XI, sont bonnes, il faut restituer un personnage d’au moins 1,85 m, donc exactement comparable à Ornithé et Philippé.

30 Akurgal E., in Kyrieleis H. (éd.), Archaische und klassische griechische Plastik, I (1986), p. 1-9, pl. 1-3 ; Hermary A., BCH, 122 (1998), p. 66 et 71-74, fig. 9 ; Karakasi, 2001, p. 59, pl. 54-55.

31 Richter, 1968, n° 37-38 ; Karakasi, 2001, p. 99, pl. 91-93.

32 Richter, 1968, n° 110 ; Karakasi, 2001, pl. 148-149 et 254-256.

33 Pour la koré 1360, voir Langlotz, op. cit., n° 14 : hauteur 1,77 m, il manque 23 à 25 cm ; Karakasi, 2001, pl. 171. Pour Acr. 696, Langlotz, op. cit., n° 20 : haute d’environ 2 m à l’origine ; Richter, 1968, n° 126 ; Karakasi, 2001, pl. 180.

34 Kyrieleis, 1995, p. 23, fig. 14-17. On notera que, si le groupe est complet et que l’on accepte l’hypothèse de Kyrieleis, la famille de Chéramyès aurait comporté trois filles et un garçon, comme celle du groupe réalisé par Généleos.

35 Von Graeve V., in Kyrieleis H., op. cit. (n. 30), p. 24-25, pl. 6, 2.

36 LIMC, I (1981), s. v. « Aglauros, Herse, Pandrosos », n° 25 (Kron U.), III (1986), s. v. « Charis, Charites », n° 80 (Harrison E. B.), V (1990), s. v. « Hermes », n° 321 (Siebert G.) ; Holtzmann B., L’Acropole d’Athènes. Monuments, cultes et histoire du sanctuaire d’Athèna Polias (2003), p. 55, fig. 28 (« Hermès, les Charites, le dédicant »). Le petit personnage, parfois interprété comme un enfant, est dans un rapport de cinq à sept avec les « Charites », ce qui signifie que, si on lui attribue une taille arbitraire de 1,65 m, les déesses mesurent environ 2,30 m. Des calculs du même type sur la relation entre dédicants et divinités pourraient être faits sur d’autres reliefs votifs archaïques et, surtout, classiques.

37 Le culte d’Hermès et d’Aphrodite étant bien attesté dans l’Héraion (Buschor E., AM, 72 [1957], p. 77-86 ; Habicht Chr., AM, 87 [1972], p. 195-196), un groupe comparable à celui du relief de l’Acropole n’est pas exclu : qu’Hermès puisse être figuré jeune et imberbe n’aurait rien d’étonnant dans le milieu ionien archaïque, puisqu’il est décrit comme un charmant kouros dans l’Iliade (XXIV, 347-348) et comme un gracieux jeune homme dans l’Odyssée (X, 278-279).

38 Kokkorou-Alewras, 1995, nos 10, 11, 12a ; la taille du n° 7 (Délos A333) est sans doute inférieure, et sa date plus problématique : voir Hermary A., « Kouroi à ceintures, de la Crète aux Cyclades », in Kourayos G. et Prost Fr. (éd.), La Sculpture archaïque des Cyclades, actes du colloque international, Athènes, 1998, à paraître.

39 Harrison E. B., Archaic and Archaistic Sculpture. Athenian Agora, XI (1965), p. 14, pl. 62a (on ne peut certainement pas aller jusqu’à près de 3 m, comme certains le proposent). Cette taille d’environ 2,50 m est la taille que l’on pourrait restituer pour la plus grande statue assise de Didymes si elle était debout, puisqu’elle mesurait primitevement environ 1,80 m en position assise : Tuchelt K., Die archaischen Skulpturen von Didyma (1970), p. 78, n° K47, avec le dessin de la fig. 26, 2.

40 Sappho fr. 110, éd. Reinach et Puech, CUF. Ce texte est également cité dans Kyrieleis, 1996, p. 94, n. 428.

41 Même remarque dans Kyrieleis, 1996, p. 87 : « Mit der kolossalen Plastik tritt etwas Neues in die Vorstellungsund Anschauungswelt des archaischen Griechenland ein. »

42 Richter, 1970, n° 3-4 ; Kallipolitis V. G., Antike Welt (1973/II), p. 47-51.

43 Richter, 1970, n° 14 ; Holtzmann B., in Grandjean Y. et Salviat Fr., Guide de Thasos (2000), p. 245-246, fig. 171.

44 Kokkorou-Alewras, 1995, p. 90-91, n° 20, fig. 41-43 et pl. 21 (cassé au milieu des cuisses, hauteur conservée 3,83 m) ; p. 91-92, n° 23, fig. 44-48. Je laisse provisoirement de côté le cas du « colosse des Naxiens » à Délos : voir ci-dessous.

45 Kyrieleis, 1996, avec une hésitation sur la taille restituée : « eine Gesamthöhe von ca. 475 cm » (p. 7), et 4,81 m correspondant à 9 coudées et 1/6 de coudée (p. 12 et fig. 3). Voir l’explication détaillée donnée par Guralnick E., AA (1996), p. 519.

46 Freyer-Schauenburg, 1974, n° 29 ; Kyrieleis, 1996, p. 4 et 50, pl. 31 et 32, 2.

47 Tuchelt K., op. cit. (n. 39), p. 51-53, n° K1-K5.

48 C’est ce que montre l’analyse détaillée de KyrieleiS, 1996, p. 49-52, pl. 35-37 ; on avait auparavant proposé une date vers 550-540 : voir Freyer-Schauenburg, 1974, n° 47.

49 Tuchelt K., op. cit., p. 56, n° K9bis et 117-118, fig. 24 et pl. 14-15.

50 Richter, 1970, n° 92 : hauteur conservée 2 m, restituée environ 3 m. Un fragment de jambe provenant aussi de Mégare appartient à un plus grand colosse : Richter, 1970, n° 92a.

51 Kyrieleis, 1996, p. 52-58.

52 Odyssée, X, 113-120 : la reine est comparée au pic d’une montagne.

53 Odyssée, IX, 190-192. La différence d’échelle entre le Cyclope et les Grecs est bien marquée dans l’art du haut-archaïsme : LIMC, VI, s. v. « Kyklops, Kyklopes », n° 17* (amphore d’Éleusis), et s. v. « Odysseus », n° 88* (cratère d’Argos) (Touchefeu-Meynier O.).

54 Quand Achille apparaît à Priam comme πελώριος(Iliade, XXI, 527), l’adjectif signifie sans doute moins « gigantesque » au sens physique que « terrifiant ».

55 Environ 3,15 m en coudée attique, ou 3,43 m si l’on admet qu’Hérodote reproduit une mesure donnée en coudées doriennes.

56 Jantzen U., Ägyptische und orientalische Bronzen aus dem Heraion von Samos. Samos, VIII (1972).

57 Kyrieleis, 1996, p. 68-86. Voir aussi Hermary A., « Naucratis et la sculpture égyptisante à Chypre », et Fourrier S., « Naucratis, Chypre et la Grèce de l’Est : le commerce des sculptures “chypro-ioniennes” », In Höckmann U. et Kreikenbom D. (éd.), Naukratis. Die Beziehungen zu Ostgriechenland, Ägypten und Zypern in archaischer Zeit. Akten des Table Ronde in Mainz, 25.-27. November 1999 (2001), p. 27-38 et 39-54.

58 Schmidt G., Kyprische Bildwerke aus dem Heraion von Samos. Samos, VIII (1968) ; Kyrieleis H., in Tattonbrown V. (éd.), Cyprus and the East Mediterranean in the Iron Age (1989), p. 52-67.

59 Munro J. A. R., JHS, 12 (1891), p. 147.

60 Tatton-Brown V., in Salamine de Chypre. Histoire et archéologie. État des recherches, actes des journées d’études, Lyon, 13-17 mars 1978 (1980), p. 62, fig. 4 et 6 ; Karageorghis V., The Coroplastic Art of Ancient Cyprus III. The Cypro-Archaic Period Large and Medium Size Sculpture (1993), p. 32, n° 75, pl. XX, 4 (tête, hauteur conservée 41,8 cm).

61 Ohnefalsch-Richter M., Kypros, die Bibel und Homer (1893), p. 2.

62 Masson O., BCH, 95 (1971), p. 312, fig. 4 ; Karageorghis V., Ancient Art from Cyprus. The Cesnola Collection in the Metropolitan Museum of Art (2000), p. 108, n° 171.

63 Niemeyer W.-D., Der Kuros vom Heiligen Tor (2002), p. 40. Si cette restitution est juste, elle correspond presque exactement à une taille de cinq coudées ioniennes.

64 Richter, 1970, n° 135.

65 Richter, 1970, n° 86.

66 Richter, 1970, n° 144 ; Kaltsas N., op. cit., p. 33, n° 32.

67 Richter, 1970, n° 145 ; Ducat J., Les Kouroi du Ptoion. Le sanctuaire d’Apollon Ptoieus à l’époque archaïque (1971), p. 346-352, n° 197-198, pl. 112-114 ; une taille légèrement supérieure (2,20-2,30 m) est attribuée au kouros dont provient le pied n° 199 : voir l’ensemble du chapitre « Grands kouroi de la fin du vie siècle », p. 346-369. D’après Strocka V. M., JdI, 117 (2002), p. 107, cette taille était probablement celle de l’Apollon Didymeus de Kanachos (2,31 m, hauteur estimée d’après la « tête Townley »).

68 Soit environ quatre coudées et dix dactyles en mesures attiques, ou quatre coudées doriennes (« phidoniennes »).

69 Richter, 1970, n° 136 ; KaltsaS N., op. cit., p. 33, fig. 33.

70 Richter, 1970, n° 165.

71 Hauteur conservée 1,89, restituée 1,94-1,95 m : Kaltsas N., op. cit., p. 27.

72 Différents reliefs funéraires, attiques ou autres, montrent des défunts masculins de mêmes dimensions, mais je ne peux développer ce point ici.

73 Dimension donnée par Richter, 1970, n° 12, par Rolley Cl., La Sculpture grecque 1. Des origines au milieu du ve siècle (1994), p. 169, fig. 146, etc. La hauteur de 2,20 m qui est mentionnée ailleurs est calculée avec la plinthe : il est étonnant que Kyrieleis, 1996, p. 37, se soit fondé sur cette dimension totale pour rattacher ces œuvres à la métrologie ionienne, alors que les statues elles-mêmes correspondent parfaitement aux quatre coudées doriennes, mesure dont l’origine est attribuée à Phidon d’Argos, la patrie du sculpteur des jumeaux.

74 Vers 470 pour Dontas G., in Kyrieleis (éd.), op. cit. (n. 30), p. 181-192 ; époque hellénistique tardive pour Fuchs M., In hoc etiam genere Graeciae nihil cedamus : Studien zur Romanisierung der späthellenistischen Kunst im Jh. V. Chr. (1999), p. 18-21, pl. 14-16.

75 Ce qui n’est pas tout à fait le cas pour le kriophore de Thasos, trouvé dans un mur du sanctuaire d’Apollon Pythien, qui aurait pu figurer le dieu lui-même tenant un bélier ; pour B. Holtzmann (ci-dessus n. 43), il s’agit plutôt d’une image du dédicant.

76 Kyrieleis, 1996, p. 87-101, en particulier p. 97-101.

77 Une association de ces kouroi au héros homérique Phrontis, mort près du cap Sounion, a été proposée par Ridgway B. S., The Archaic Style in Greek Sculpture (1977), p. 52-53.

78 Daux G., « Sacrifices à Thorikos », The J. Paul Getty Museum Journal, 12 (1984), p. 145-152.

79 LIMC, VIII (1997), s. v. « Neanias », nos 1 et 2* (Tsiafaki D.) ; VI (1992), s. v. « Kephalos » (Simantoni-Bournia E.).

80 Tuchelt K., op. cit., p. 117-118, fig. 24.

81 De La Genière J., CRAI (1996), p. 269, fig. 7 (kouros), et REA, 100 (1998), p. 242, pl. V (koré). Ainsi, le même personnage a offert en souvenir de sa prêtrise un kouros à Apollon et, à Artémis, une koré de style dédalique que, par comparaison avec le kouros, on ne peut guère dater avant le deuxième quart du vie siècle.

82 Soit un peu plus de 13 m pour une coudée attique, 14,70 m en coudées doriennes (mais la taille est estimée par Pausanias lui-même). Sur ce colosse et son « trône », voir Martin R., RA (1976), p. 205-218 ; LIMC, II (1984), s. v. « Apollon », n° 55 (Lambrinudakis V.) ; Prückner H., in Froning H., Hölscher T. et Mielsch H. (éd.), Kotinos. Festschrift für Erika Simon (1992), p. 123-130.

83 LIMC, II (1984), s. v. « Apollon », n° 390 (Lambrinudakis V.) ; Prost Fr., « La statue cultuelle d’Apollon à Délos », REG, 112 (1999), p. 37-60.

84 Kokkorou-Alewras, 1995, p. 101-103, n° 60, fig. 50-52, pl. 31-33.

85 Kokkorou-Alewras penche pour une date vers 500-490.

86 Freyer-Schauenburg, 1974, n° 79 : trouvé sur une colline à l’ouest de Potokaki (date proposée, 3e quart du vie siècle).

87 Romano I. B., Hesperia, 51 (1982), p. 398-409, pl. 93-95 (hauteur de la tête 44,2 cm, vers 530-520).

88 Kostoglou-Despoiné A., Пροβλήματα της Пαριανής Пλαστικής του ου αίωνα π. X.p.C. (1979), p. 3-62, pl. 119 (490-480 av. J.-C.) ; LIMC, II, s. v. « Artemis », n° 99 (Kahil L.) : vers 480-470.

89 Kostoglou-Despoiné A., op. cit., p. 63-77, pl. 26-28 (vers 480-470) : la longueur du pied, 39 cm, montre que la statue était sensiblement plus petite que l’Artémis.

90 Hérodote, VIII, 121 ; Pausanias, X, 14, 5. La base a été identifiée, elle porte les restes de la dédicace et la signature, ainsi qu’une partie de l’encastrement des pieds : Jacquemin A. et Laroche D., BCH, 112 (1988), p. 235-246 ; Jacquemin A., Offrandes monumentales à Delphes (1999), p. 170 (l’akrôtérion est probablement un ornement de poupe). D. Laroche restitue une hauteur de 5,91 m à partir des dimensions théoriques et mesurées : elle est presque équivalente à douze coudées doriennes de 49 cm (5,88 m).

91 Hérodote, IX, 81.

92 Pausanias, V, 25, 12. D’après le même auteur (VIII, 42, 7), il y avait à Pergame un Apollon en bronze d’Onatas, remarquable par sa taille et son exécution.

93 Strabon, VII, 319 (pas d’indication de dimensions) ; Pline l’Ancien, XXXIV, 39 (30 coudées, 500 talents). Pour les deux auteurs la statue a été transportée à Rome par Lucullus et exposée au Capitole.

94 Hermary A., « Le colosse des Naxiens à Délos », REA, 95 (1993), p. 11-27.

95 L’étude la plus détaillée est celle de Gruben G., JdI, 112 (1997), p. 267-287 ; les autres sont, principalement : Bruneau Ph., BCH, 119 (1995), p. 55-59 ; Holtzmann B., Topoi, 6 (1996), p. 199-204 ; Costantini A., Numismatica e antichità classiche, 28 (1999), p. 39-81 (surtout 46-57). Je n’ai pas pu consulter l’article de Di Cesare R., « Sull’Apollo dei Nassi a Delo e le iscrizioni della base », Eidola. International Journal of Ancient Art, 1 (2004).

96 J’ai proposé 8,50 m, Gruben et Costantini 9 m : si l’on recherche une harmonie métrologique, une hauteur de 8,90 m, correspondant à dix-sept coudées ioniennes, conviendrait bien. La restitution de Gruben, reprise ici fig. 5, est sans doute trop grande, puisqu’elle présente une statue de 9,20 m.

97 L’attribution de la main A4094 au colosse, que j’ai considérée comme « très probable » (p. 13, fig. 9-10), est réaffirmée par Gruben (p. 278 : « an der Zugehörigkeit ist nach Größe und Marmor nicht zu zweifeln ») qui propose, fig. 9, une reconstitution avec un arc.

98 Hermary A., op. cit., p. 17, fig. 17-19 ; Gruben G., op. cit., p. 285-286 : la statue aurait mesuré environ 7 m de haut.

99 Hermary A., p. 17, fig. 20 ; Gruben G., p. 282-284, fig. 12 : ces fragments, qui appartiendraient à la taille et à la fesse droite, se rapporteraient à une statue de 3 m de haut environ ; il me paraît cependant difficile de discerner clairement les formes d’une partie du corps précise.

100 Ducat J., op. cit., p. 348.

101 Comme l’a noté Costantini A., op. cit., p. 54 (mais G. Gruben n’en tient pas compte dans sa reconstitution).

102 Lors du colloque sur la sculpture archaïque des Cyclades mentionné plus haut, K. Sheedy a présenté une communication qui tendait à montrer que le marbre du fragment de plinthe avec des doigts de pied, généralement attribué au colosse des Naxiens, était plus proche des caractéristiques géologiques pariennes que naxiennes : son article n’étant pas encore publié, je ne commenterai pas cette hypothèse.

103 « Die große archaische Inschrift auf der Ostseite stand also seltsamerweise auf der Rückseite, sozusagen als Kommentar » (Gruben G., op. cit., p. 280).

104 Costantini A., op. cit., p. 52, évacue bizarrement le problème en écrivant que la dédicace officielle des Naxiens a été gravée « probabilmente in occasione del restauro della scultura », sans évoquer du tout cette « restauration » du colosse.

105 Boardman J. et alii, « Greek Dedications », Thesaurus Cultus et Rituum Antiquorum (ThesCRA) I : Processions. Sacrifices. Libations. Fumigations. Dedications (2004), p. 269-318.

106 Ibid., p. 290 et 292, nos 82-83*.

107 Kyrieleis, 1996, p. 7-15 (Kienast H. J.).

108 Marcadé J., REA, 100 (1998), p. 299-323, et in KAΛΛΣTEΥMA. Hommage à O. Tzakou-Alexandri (2001), p. 271-284.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 a-b. – Les korés « jumelles » de Samos. D’après Kyrieleis, 1995 (silhouette de la tête d’après Freyers-Chauenburg, 1974, fig. 6). Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7328/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Légende Fig. 2. – La koré d’Érythrées. D’après Hermary A., BCH, 122 (1998), p. 66 et 71-74, fig. 9. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7328/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Légende Fig. 3. – Ornithé du groupe de Généleos à Samos. D’après Freyer-Schauenburg, 1974. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7328/img-3.png
Fichier image/png, 20k
Légende Fig. 4. – La koré d’Anténor (Acr. 681). D’après Studniczka F., JdI, 2 (1887), p. 141. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7328/img-4.png
Fichier image/png, 42k
Légende Fig. 5. – Le « colosse des Naxiens » à Délos. D’après Gruben G., JdI, 112 (1997), fig. 3. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7328/img-5.png
Fichier image/png, 27k
Légende Fig. 6. – Le colosse d’Ischès à Samos. D’après Kyrieleis, 1996, fig. 4. Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7328/img-6.png
Fichier image/png, 20k
Légende Fig. 7. – Le kouros et la koré de Merenda. D’après Kaltsas N., Antike Plastik, 28 (2002), p. 7-26, pl. 1-12.Infographie V. Gémonet, Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7328/img-7.png
Fichier image/png, 22k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search