Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et modernité

 | 
Yves Couture
, 
Stéphane Vibert
, 
Marc Chevrier

La démocratie entre institution et critique, les termes du débat

Marc Chevrier, Yves Couture et Stéphane Vibert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis la dernière décennie du vingtième siècle – ce moment hautement symbolique de la chute du Mur de Berlin, suivie de la désintégration rapide et inattendue de l’Union soviétique –, la démocratie s’est imposée comme l’horizon indépassable de la politique moderne, tant dans les pensées que dans les pratiques. Bien entendu, on peut débattre du degré de sa réalisation concrète. Ses principes formels – État de droit, libertés collectives et individuelles, égalité devant la loi – semblent toutefois faire désormais consensus, ou du moins être largement partagés en Occident. Cette évolution s’avère notable dans le fait que des pays ou des partis visiblement très éloignés des normes démocratiques doivent continuellement s’en réclamer, un peu comme le vice se voit contraint de rendre hommage à la vertu.

La prépondérance intellectuelle de l’idée démocratique a néanmoins pris des contours très diversifiés selon les contextes nationaux. On sait qu’aux États-Unis, depuis la publication de la T...

Auteurs

Professeur au département de science politique à l’université du Québec à Montréal. Ses travaux touchent à l’analyse politique du droit et des régimes, au fédéralisme et à la pensée politique. Il a notamment publié chez Boréal Le Temps de l’Homme fini (2005) et La République québécoise (2012), ainsi que codirigé plusieurs ouvrages, tel Des Femmes et des hommes singuliers (Armand Colin, 2014) avec Camille Froidevaux-Metterie.
Professeur de pensée politique à l’université du Québec à Montréal. Il a co-dirigé ces dernières années Les Anciens dans la pensée contemporaine (avec M. Breaugh, PUL, 2010) et Voyage dans l’Autre de la modernité (avec M. Chevrier et S. Vibert, Fidès, 2011). Parmi ses publications récentes : « Problématiser les liens entre démocratie et droits de l’homme. Les perspectives de Castoriadis, Lefort et Gauchet », Klesis, no 29 ; « Empire, pluralisme et démocratie », La Politique québécoise et canadienne, (A. G. Gagnon [dir.], PUQ, 2014) et « La notion d’homme démocratique chez Platon et Tocqueville », L’Homme démocratique, perspectives de recherche, (M. Golebiewska, A. Leder et P. Zawadzki [dir.], Peter Lang, 2014.)
Docteur en anthropologie sociale de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), diplômé en sciences politiques et en sociologie comparative. Il est professeur agrégé à l’École d’études sociologiques et anthropologiques de l’université d’Ottawa, directeur de recherches au CIRCEM et membre co-fondateur du GÉMAP. Parmi les derniers ouvrages qu’il a co-dirigés : Les racines de la liberté – Réflexions à partir de l’anarchisme tory (avec É. Martin et G. Labelle) Montréal, Nota Bene, 2014 ; La fin de la société – Débats contemporains autour d’un concept classique (avec J. Roberge et Y. Sénéchal), Montréal, Athéna, 2012 ; Voyage dans l’Autre de la modernité (avec Y. Couture et M. Chevrier), Montréal, Fidès, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540