Version classiqueVersion mobile

"Livre de mes Anciens grand pères"

 | 
Martine Barilly-Leguy

Transcription du livre

Chesneau de la Drourie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1N. B. : Nous n’allons pas à la ligne lorsque le récit présente une continuité.

2– Les annotations de bas de page nous sont dues.

3[page de titre] Livre de mes Anciens Grand pères 1663 C. BODREAU

4[f°1] Livre apartenant à Bodreau notaire royal J B J Bodreau 1590

5Livre apartient à Jullian Bodreau pour ce présant estudiant au coilliaige sainct Benoist, filz dudit deffunct Jean Bodreau Julian Bodreau 1586 Bodreau 1590 Bodreau notaire 1596. [f° 1 v°] Bodreau 1596 praticien et notaire royal au Mans, filz dudit deffunt maistre Jehan Bodreau vivant notaire royal et sergeant royal et de Macée Fardel sa femme. Le présent libvre apartenoit à deffunct Me Jean Bodreau vivant notaire et sergeant royal demeurant au Mans, qui est escheu à Me Julian Bodreau son filz aisné notaire royal audit Mans, qui a continué ledit libvre. Et depuis continué par Me Julian Bodreau advocat fils dudit Julian. [f° 2] Et de depuis continué par Me Charles Bodreau fils de Me Julien Bodreau advocat consultant.

  • 1 Avec la signature de l’édit de Roussillon en janvier 1564, l’année, qui commençait le samedi saint (...)

6L’an mil V cs soixante et sept fut l’année que l’on commensa à compter l’an du premier jour de janvyé1. Audit an je retourne demeurer chez Me Julian Barré, recepveur du domaine du Roy au pays du Maine. Et y avois demeuré auparavant par ung an et demy à XX livres par an et en estois sorty à la toussainct dernière. 1567.

7[f° 2 v°] Le second jour de may mil cinq cens soixante et sept fut couppé la jambe de Me François Le Chevrier, Sieur de La Touche, pour une maladye qui luy print la nuict de davant. Et le sixiesme jour dudit may ledit sieur de la Touche trépassa sur une heure après midy qui estoit la vigille StCélerin.

8[f° 3] Le vingt quatriesme jour de febvrier mil cinq cens soixante et neuf, jour de St Mathie, je fuz fiansé avec Macée Fardel par Mr Macé Bel-lot vicaire de St Pierre l’Enterré. Et demeurions ensemble ladite Macée et moi chez ledit maistre Julian Barré qui demeuroit pour lors en la rue de la Verrerie en la maison du Sr de la Roche Thomas.

9[f° 3 v°] Le dimanche cinquiesme jour de juing oudit an mil Vcs soixante et neuf, jour de la Trinité, je fuz espousé avec ladite Masée en l’église de Yvré l’Évesque par Mr Macé Bellot vicaire de St Pierre l’Enterré. Ledict jour en ladite église, et à mesme heure, Julianne Fardel sœur de ladite Masée fut espousée avec Magdelon Jodeaulx.

10[f°4] Les nopses furent faictes en la court de Vaulx audit Yvré et y couchames. Et pour lors Marie Le Tonnelier, veufve de Anthoine Barré, vivant sieur de la Forgeardière, estoit fermyère dudit Vaulx. Nous vinsmes demeurer chez la dame de la Robinyère en la rue de la Verrerie près le sieur de la Morelière.

11[f°4 v°] Le sixiesme décembre mil cinq cens soixante et neuf jour de St Nicollas, ladite Macée ma femme acoucha avant son terme de deux enfants, l’un masle et l’autre femelle, qui furent babtisés ledit jour en l’église St Pierre l’Enterré. Et furent parains au petit garson Mr Pierre Guyart sieur des Noiers, Claude Rustault sieur de Launay, et Julianne le Tonnelier femme dudit Barré recepveur du domaine. Et fut nommé Jehan par ledit sieur des Noiers. Et à la petite fille fut parain Anthoine [f° 5] Barré, filz dudit deffunct Anthoine Barré sieur de la Forgeardière, Jehanne Dorenge, femme dudict deffunct Me François le Chevrier, et Magdelaine Francboucher, veufve de Me François Le Tonnelier, dame de La Robinyère. Et fut nommée Magdelaine par ladite Francboucher. Lesdits enfans n’étoyent à terme. Le huictiesme décembre audit an mil V cs soixante et neuf ledit fils mourut et fut enterré audit St Pierre l’Enterré. [f° 5 v°] La petite fille mourut à Soulligné soubz Vallon, quatre ou cinq jours après, où elle avoit esté portée à nourice.

12[f° 6] Le jeudy vingt deuxiesme novembre mil V cs soixante et unze revenant des champs trouve Marie Le Tonnelier, dame de la Forgeardière veufve de Anthoine Barré, qui estoit chez moy au logeis de ma dame de la Robinyère ma demeure. Et estoit sortie de chez monsieur le recepveur Barré. Et le premier jour de décembre audit an mil V cs soixante et unze nous partimes Mr Jehan Houellet, Me Loys Houellet son frère, Ragereau apoticaire, Chesnay de l’Hostel Dieu, ma femme et moy pour aller à la Robinyère paroisse d’Ecommoie. Et le lendemain qui [f° 6 v°] étoit dimanche elle fut épousée avec ledit Me Jehan Houellet par ledit Chesnay en une petite chapelle près ladite Robinyère qui s’apelle le Gué.

13[f° 7] En marge : Julian vivant.// Le samedy treziesme jour de septembre mil cinq cens soixante douze, ma femme acoucha entre trois et quatre heures du matin d’un filz qui fut babtizé ledit jour en l’église St Pierre l’Enterré par Mr Macé Bellot vicaire de ladite église. Et furent parains Mr Julian Barré Sieur de la Vallée recepveur du domaine du Roy, mr Pierre Guyart sieur des Noiers, la femme de me Jacques le Chevrier nommée Blanche Hardye. Et fut ledit enfant nommé Julian par ledit Sieur Recepveur.

  • 2 Cette ligne et l’annotation en marge sont de la main de Julian.

14C’est le jour de ma naissance. J. Bodreau2.

  • 3 Mots ajoutés par Julian.

15[f° 7 v°] Le dimanche treziesme desdits mois et an, fut ledit enfant porté à nourice chez ma sœur Gillette femme de Estienne Taron. demeurants au lieu de la Challerye en Souligné soubz Vallon3.

16[f° 8] Le vendredy vingt et quatriesme apvril mil V cs soixante et treze, je me trouvé aux halles du Mans où l’on vendoit le bled seigle quarante sols le boesseau ; quoy voyant, je en vendy six boesseaulx que je vendy trente et six sols le boesseau. En ladite année, et d’avant qu’il en fust cuilly, il hausa de prix et fut vendu soixante sols le boesseau.

  • 4 Henri duc d’Anjou assiège La Rochelle au cours de la quatrième guerre de Religion lorsque, le 19 j (...)

17En ladicte année, La Rochelle4 estoit assiégée par le frère du Roy. Et la paix y fut faicte. Et, de là, alla en Polongne où il fut Roy.

  • 5 Une pipe contient 404 pintes mesures royales du Mans, ou 498 litres 56 cl.

18[f° 8 v°] En ladite année, environ le commensement de septembre, le vin du vau du Loir valloit quarante et cinq livres la pippe5, celuy de Souleligné trente et trente cinq livres la pippe. En ladite année 1573, sur les vendenges, le vin vieil valloit soixante et cinq livres la pippe et le nouveau, à l’issue de l’anche, valloit cinquante livres. Et sur l’an 1574 le nouveau ne valloit que quarante livres.

19[f° 9] Le mercredy treziesme jour de janvyer mil V cs soixante et quatorze, ma femme acoucha environ une heure après menuict, qui est la nuict d’entre le mardy et mercredy, d’une fille qui fut babtisée en l’église St Pierre l’Enterré par me Jehan Tezé. Et furent parain Jehan Houellet Sieur du Bourg, maraines Renée le Tonnelier, dame de la Marmaye, et Julianne Barré. Et fut nommée Renée par ladite dame de la Marmaye. Et le XXVIesme septembre 1574, ladite Renée mourut de la vérolle et fut enterrée le lendemain en l’église St Pierre l’Enterré.

20[f° 9 v°] Le unziesme apvril mil cinq cens soixante et quinze je vins demeurer à St Jehan maison de madame la lieutenante Hardyau.

21[f° 10] Le jeudy douziesme jour de janvyer mil Vcs soixante et seze, monsieur de Beauvoys colonel d’un régiment des compaignes françaises vint loger es forsbourgs St Jehan et y séjourna avec ses compaignes jusques au dimanche après mydy et y eut une émotion en ville et se batirent. Ung caporal appelé La Fosse fut blessé et aporté chez moy audit St Jehan, et se fist ladite émotion le vendredy après mydy.

22[f°10v°] Le dimanche ensuyvant vingt deuxiesme dudit janvyer an susdit mil cinq cens soixante et seze, l’eau commensa à croistre tellement que, sur les neuf heures du soir, elle commensa à entrer en madite maison. Et le lendemain matin estoit fort creue et crut jusques au mardy matin tellement qu’elle estoit fort grande et ne s’en failloit que demy petit pied qu’elle ne touchast au manteau de la cheminée et estoit fort impétueuse.

23[f° 11] Le mercredy quatorziesme jour de mars mil V cs soixante et seze, ma femme acoucha environ une heure après mydy d’un filz qui fut ledict jour babtisé en l’église St Jehan, forsbourgs du Mans, par messire Guillaume Lehué, prebtre demeurant audit St Jehan. Et en furent parains mes Jacques Le Chevrier sieur de la Touche avocat au Mans, Nicolas Petreau marchand taincturier demeurant audict St Jehan, maraine Jehanne Vaumour veufve de me Jehan Hardyau vivant lieutenant du prévost des marchands et fut nommé Jehan par ladite Vaumour.// En marge : Le jeudy 26 mars 1579, Jehan mourut sur les neuf heures du matin et fut enterré au cimetière St Jehan

  • 6 Jehan avait d’abord écrit : « le seziesme » ; il a rayé le mot pour écrire : « vingt siziesme » au (...)
  • 7 Le sieur Émery ou Hémery est le commandant des huit compagnies de l’armée royale. Henri III le dép (...)
  • 8 La seigneurie de l’Épichelière, sise à Vallon, appartient alors à la famille Guillart qui a favori (...)

24[f°11v°] Le jeudy vingt siziesme6 jour de apvril mil V cs soixante seze, sur les dix à unze heures du soir, mon père mourut. Et le lendemain XXVIIesme il fut enterré au cimetière de Souligné. Et ma mère mourut le XXIesme jour de may mil cinq cens cinquante et huit qui est auparavant la mort de mondit père dix huit ans. Et lors et au mesme temps les guerres estoient. Le régiment du sieur Émery7 estoient au Mans et en avois [f°12] de logez chez moy lors que alé veoir mondit père au lit de la mort. Et audit Souligné étoyent autres gens d’armes qui se disoient estre du régiment du sieur de L’Isle, filz de l’Epichelière8, tellement que n’ozé aller aux funérailles de mondit père.

  • 9 Ayant fui la cour le 3 février 1576, Henri de Navarre s’arrête dix jours plus tard à Beaumont-le- (...)

25En ladite année 1576, environ le mois de janvyer ou febvrier, le roi de Navarre9 sortit de Paris sans le vouloyr du Roy, qui fut cause des guerres, et voulut passer par Le Mans et aller à La Flèche, ce qui luy fut refusé.

26[f°12v°] En marge : le midy.// Le Mans Le treziesme jour de may mil V cs soixante et dix sept, ma femme acoucha sur le mydy dudit jour d’un filz qui fut babtisé en l’église St Jehan par Mr Guillaume Le Hué et furent parains Gilles Seigneur sieur de Bessé, me Jehan Masnyer sieur des Rousselières, maraine Catherine Le Tonnelier femme de me Pierre Guyard sieur des Noyers. Et fut nommé Jacques par ledit Sieur de Bessé.

  • 10 Louis de Clermont, abbé de Bourgueil, dit Bussy d’Amboise, est alors gouverneur d’Anjou. La ville (...)
  • 11 Louis de Courcillon, gentilhomme huguenot de la chambre de François d’Alençon.

27[f°13] En ladite année mil V cs soixante et dix sept, des compaignes de Bucy10 pillèrent le pays du Maine et le cappitaine Danjau11 print les fors-bourgs St Nicolas.

28En icelle année 1577 il y eut en France ung règne qui estoit tel que l’or ne l’argent n’avoyent pris certain et de jour à autre hausoit de pris. Néantmoings, en [f° 13 v°] ce pais du maine le pris commun estoit le teston à trente solz, l’escu six livres, le double ducat teste quinze livres X sols, le douzain dix huit deniers, le carolus trois blancs. Le teston en quelques endroits valloit trente cinq et quarante solz. La royalle quadruple a pris commun XLs. [f°14] En ladite année mil V cs soixante et dix sept, le bled valloit entre Noël et la Toussaint XXs et XXX sols. Et à pasques le bled ne valloit que dix solz d’autant que par édit le prix des monnoyes diminua.

29[f°14v°] vierge

30[f°15] Le vendredy treziesme jour de may mil V cs quatre vingt, environ sept heures et demy du soir, ma femme acoucha d’un filz qui fut le lendemain babtisé en l’église St Jehan par me Pierre Petreau curé dudit St Jehan. Et fut nomé Jehan par noble Jehan de St Denys Sieur de St Xtofle, me Gervais Brouiller sieur de la Fermière fut l’autre parain, la maraine Michelle Guyard fille de me Pierre Guyard avocat au Mans. Et le vendredy vingtiesme desdicts mois et an ledit Jehan mourut et fut enterré ledit jour audit St Jehan.

31[f°15 v°] Deffunt Jehan Bodreau est allé de vie à trespas puisqu’il plaist à Dieu le douziesme jour de juin l’an mil cinq cens quatre vingts deux. 1582 et fut enterré en l’église St Jehan au droict de l’autel St Sebastien et y a une petitte tombe et marque.// En marge : Julian Bodreau fils dudit deffunt Jehan.

  • 12 Henri IV, venant de Tours, s’empare du Mans au début de décembre 1589.
  • 13 Henri IV reçoit l’appui de la reine Élisabeth d’Angleterre qui, désireuse de chasser les Espagnols (...)

32Le forsbourg de St Jehan a esté incendié et bruslé le 29e de novembre 1589 et notre maison bruslée et la ville mise en l’obéissance du roy12 le dernier jour dudit moys oudit an 1589 et fut battue de XII pièces de doubles canons. Et le 8e de décembre oudit an 1589, le roy entra par la Vieille Porte et sortit par le Pont Perrin et alla coucher à Vallon et passa par l’Épichelière. [f° 16] Et les Engloys13 n’entrèrent poinct en ville. 1589

33En marge : jour St Avertin// Le cinquiesme jour de may 1583, environ sept heures du soyr, le feu du ciel tomba sur l’église monsieur St Julian de ceste ville du Mans dans le clocher de Riotte, et abrasa toutte la charpente du coeur et des deux ailles jusques à la neuf en deux heures sans qu’il demeurast ung seul morceau de boys. Comme jé ce jourduy encore ouy fer mémoire. Faict le 5e may 1592 jour St Avertin.

34[f°16v°] En marge : Julian Bodreau filz dudit deffunt Jehan Bodreau.// Au moys de febvrier 1590 je commensay à aller au pallays. Et fuz environ de deux moys avec les sergeans, puis au moys de may oudit an je me mis avec monsieur Des Rues où je suys encore à présent. Faict le second jour d’octobre 1592. J. Bodreau

35Le 9 décembre 1593 je suys sorty de chez Jean Le Dru et suys venu demeurer au logis de madame du Boullay, au carefour St Benoist, avec mon frère en chambre. Et demeurions avec ledit Le Dru depuis le 14e septembre 1584.

  • 14 Julian a d’abord écrit : « environ le moys d’aoust 1584 » avant de rayer cette date et de corriger (...)

36[f° 17] Deffuncte Macée Fardel ma mère mourut en la paroisse de Souligné soubz Vallon, au lieu de Chaufiou, où elle estoit allé demeurer avec unq nommé Jehan Charpentier qu’elle prétendoit avoir pour espoux. Et estaient jà fiancés. Et mourut de peste14 le 3 ou 4e jour de septembre 1584. Et fut enterrée au petit cimetière dudit Souligné près la petitte porte et la sépulture de deffunct Jehan Bodreau mon ayeul.

37Le 5e janvier 1590, jé tenu sur les fons baptismaulx de St Benoist la fille de Jehan Le Pelletier et Pasquière Courtin sa femme, [f° 17 v°] qui a esté nommée Thiennette par Thiennette Guitton maraine femme de Bouteiller. Et me André Roquentin prebtre a baptisé ladite enfant. Le XIIe febvrier 1596 nous sommes sortiz, mon frère et moy, du logis de madame du Boullay. Et sommes venuz demeurer au logis de François Rocher boucher au carrefour St Benoist. Et avons marchandé à IX livres par an.

38[f°18] En l’année 1594, au moys de may le XXIIIIe dudit moy à vigille St Urbain, ariva et survint une gelée généralle qui gela et gastat tous les bleds et vignes tellement que en ladite année fut peu recuilly de vins et de bledz. Et à ceste occasion, l’année suivante 1595, le vin de paiis valloit XVIII livres et celluy du vau du Loir XXII livres. Et en vendismes en ladite année troyes pippes LI livres tournois du creu de Souligné.

39[f° 18 v°] Le XXIe aoust 1596, jé este pourveu d’une office de notaire royal pour 16 livres. Le 25e novembre 1596 jé faict le pain bénist des notaires et iceluy offert aux cordeliers cedit jour qui est la feste Ste Catherine. Le 16e Xbre 1597 me Jehan Faissot l’esné mon maistre est décédé environ le midy dudit jour et a esté son corps inhumé le lendemain en l’église St Benoist près les fonds. Et ont esté lesdits religieux de Beaulieu qui ont faict l’enterrement. Requiescat in pace. Amen.

  • 15 Il s’agit du traité de Vervins.
  • 16 Jean de Beaumanoir, fils de Philippe d’Angennes sieur de Fargis, devient maréchal de France en 159 (...)
  • 17 Les deux frères François prince de Conty et Charles comte de Soissons, sont les fils de Louis 1er (...)

40[f°19] Le vendredy 19e juin 1598 jour de Sts Gervais et Prothays a esté la paix15 publiée d’entre le roy Henry 4e de France et de Navarre, Philippes roy d’Espaigne et Charles Emanuel duc de Savoye en ceste ville, ville du Mans, par les sergeans de ville revestuz de leurs livrées, assistez d’une trompette et 3 tambours, et a esté chante ung Te Deum en l’église [f°19 v°] Mrs St Julien, où a assisté mr le mareschal de Lavardin16 gouverneur. Et le feu de joye faict en la place de St Pierre de la Court auquel ledit sieur mareschal a mins le feu. Dieu par sa saincte bonté la rende perdurable. Le dimanche 21e fut faict procession généralle et solennelle à l’entour la ville, pour le subject de ladite paix, où estoient portez les chefs de Sct Jullien et [f°20] Sct Bertran et la chasse Scte Scollastique. Et estoient tous les collèges revestuz en chappes ayant et portant leurs sainctes reliques. Le lendemain lundy 22e sont arivez à La Coulture messires lesdits princes de Conty et Soissons avec la princesse et sa fille17.

41En ladite année 1597, le bled seigle valloyt à l’aoust XXX sols le boesseau. Et en l’année 1598 ensuivante au moys de juin et juillet par avant la récolte il ne valloyt que XVIII Sols et à la mesme raison des autres grains.

42[f° 20 v°] En marge : filleule// Le jeudy 13e aoust 1598, à 5 heures du soyr, jé tenu sur les fons baptismaulx de Sct Benoist du Mans une fille et l’ay nommée Margaritte en faveur de ma maitresse. Et a esté baptisée par le vicaire dudit lieu et estoit maraine et tesmoins avec moy… Jarrossay femme de Guillaume Masnier sieur de La Fontaine de Sct Jehan. Et est ladite enfant fille de Estienne Bruneau charpentier et Françoyse Arnoul ses père et mère demeurant audit Sct Benoist.

  • 18 Julian a d’abord écrit : « où nous demeurons » et l’a rayé.

43[f° 21] En marge : Julian Bodreau// Le sabmedy 15e aoust 1598, jé party de ceste ville acompaigné de me Jehan Faissot sieur des Rues, me Jacques Renaudin sieur de la Bourdonnière, Jacques Bodreau mon frère, Loys, Julian et Jehan lesdits Pelards, et Julian Mauloré marchand, pour aller à La Suze pour traicter du mariage d’entre moy et Margaritte Termeau, demeurant audit La Suze au logis du sieur Martin Pelard son oncle, auquel lieu arivasmes à 4 heures après medy. [f°21v°] Le lendemain jour de dimanche 16e dudit moys après le disner, le contrat de mariage fut passé par ledit Renaudin notaire royal en présence des susdits et de plusieurs autres parens et amys de ladite Termeau. Et incontinent après, nous allasmes à l’église après le son de la cloche de l’appel de vespres dudit La Suze, en laquelle église au dessoubz [f° 22] du crucifix nous fusmes fiancéz, ladite Termeau et moy, par Me Françoys Roullin, curé dudit La Suze, lequel avoyt aussy assisté audit contrat. J. Bodreau. Le mercredy XXVIIIe jour d’octobre oudit an 1598 feste de Scts Symon et Jude nous partismes, monsieur des Rues et mon frère et moy, après le medy pour aller à La Suze où nous arivasmes à heure de soupper. [f°22v°] Et le lendemain 29e dudit moys et jour de jeudy, à six heures du matin, nous fusmes espousez ladite Termeau et moy en l’église dudit La Suze par ledit me François Roullin, curé dudit lieu. Présents les dessus dicts ledit Martin Pelard oncle de ladite Termeau, sa femme, Julian Pelard hoste de l’Escu, François Pelard sieur de la Fontaine et plusieurs autres parens d’icelle Termeau. Et ledit jour après medy nous revinsmes [f° 23] en ceste ville acompaignez dudit Martin, sa femme et fille, Jehan bollenger sieur de la Mothe qui acompaignait icelle Termeau. Et vinsmes soupper en une maison sittuée en la rue Dorée de ceste ville, apartenant aux enfans de la dame de la Charterye de laquelle Margarit Gauquelin m’a transporté son bail, où nous faisons à présent notre demeure18. Et y estoient à soupper lesdits sieur et dame des Rues, le sieur du Chesnay et sa femme, le sieur de Pochenais et sa femme, le sieur de [f° 23v°] la Bourdonnière et sa femme, madame l’audiencière Pelard et ses enfans, et le sieur ledit La Mothe. J. B.

44Ensuyt la généalogye desdits Bodreau et Termeau

45Première celle dudit Bodreau : Jehan Bodreau marchand demeurant à Souligné soubz Vallon, qui est descendu des Bodreaux de Maigné, fut marié avec Rigomer Berault En marge : de Souligné soubz Vallon// et eut enfans : Jehan Bodreau vivant sergeant royal, Gillette et Perrine les Bodreaux. Ledit Jehan fut marié [f°24] avec Macée Fardel fille de deffunts Jehan Fardel et Symonne Proudhomme ses père et mère. Du mariaige des-dits Jehan Bodreau et Fardel sont yssus enfans desquelz sont demeuréz supertistz et vivans Julian et Jacques Bodreau.

46Les dites Gillette et Perrine furent mariées, scavoyr ladite Gillette à Estienne Taron et ladite Perrine à Jehan Duboys. Desquelz mariaiges sont yssuz plusieurs enfans qui sont tous [f° 24 v°] décédez. Et est seullement demeuré Catherine Duboys, fille desdits deffuncts Duboys et Perrine, à présent demeurant près le bourg à Coullans avec Duboys son oncle. Du mariage desdits deffuncts Fardel et Proudhomme, père et mère de ladite Macée, sont issuz Georges Fardel à présent deffunt dont y a enfans qui fut marié à Mathurine Rochebon, Julianne Fardel mariée avec Magdelon Jodeaulx vivant sergeant royal aussy deffunts dont est yssu Anthoine Jodeaulx à présent vivant, [f°25] Estienne Fardel marié avec Marie Symon vivans qui ont enfans. Et estoient lesdits Fardel et Proudhomme de Boullouère et ce qu’il reste de leur représentants y demeurent à présent et ses environs.

47Généalogie de ladite Margaritte Termeau : Mathurin Termeau de Mancigné fut marié avec Michelle Lauzeray, duquel mariaige est yssu Mathurin Termeau sergeant royal, demeurant audit Mancigné, qui fut maryé en premières nopces à Denis du Lude duquel mariaige est yssu Marie Termeau, à présent vivante et mariée audit Josué Mersenne, qui ont enfans demeurant audit Mancigné. Et en secondes nopces fut ledit Mathurin Termeau sergeant marié avec Roberde Pelard de La Suze dont est yssu ladite Margaritte Termeau.

48[f° 25 v°] En marge : Julian Bodreau advocat filz dudit Julian Bodreau notaire royal.// Le Mardy vingt et quatriesme jour d’aoust l’an mil Vcs IIIIXX dix neuf, jour de Sct Barthélemy, ma femme est acouchée, entre les deux et troys heures après medy, d’ung fils lequel a esté baptisé sur les sept heures du soyr audit jour en l’église de Sct Benoist de ceste ville du Mans par Me Ancelme Denys prebtre vicaire de ladite parroisse, [f° 26] dont est à présent curé discret Me Claude Busson chanoine en l’église du Mans. Parrain honorable Me Jehan Faissot advocat au Mans, marainne Jehanne Tuauldet mère dudit Faissot. Et a ledit enfant esté nommé, par ledit Fais-sot, Julian. Ce que je certiffye vray. J. Bodreau

49Le 25e Xbre jour de Noël jé tenu, avec Margaritte Bellenger veufve Guibert, en une petitte fille de Sanson Provost boucher et Françoise Bellenger sa femme. Ce jourdhuy baptisée [f°26v] en l’église Notre Dame de la Coulture, par Me René Flacé curé dudit lieu. Lequel enfant estoyt né de jeudy dernier comme l’on me dict. Le Lundy 24e apvril 1600, sur les 8 heures du soyr, Jehanne Tuaudet dame des Rues est décédée. Anima eius requiescat in pace, amen.

50[f°27] Le mardy XV may 1601, monseigneur le révérendissime Claude d’Angennes, evesque du Mans, est décédé environ les V heures du matin. Resquiescat in pace. Amen. Le 26e juin ensuyvant, ledit seigneur fut inhumé en grande solennité au choeur de l’église de Sct Julian, ung peu plus bas que sa chère. Le 28e dudit moys, Jehan Le Dru de St Jehan est décédé et a esté inhumé au cimetière dudit lieu près la grand porte de l’église. Le 29e dudit moys, Roberde Durand sa femme décéda et son corps a esté inhumé le lendemain près celuy de son deffunct mary. Animae corum requiescant in pace, amen.

51[f° 27 v°] Les nopces du Roy Henry 4e à présent régnant furent célébrées à…, avec Madame Marie de Médicis de Florence, Le jour de… 1600, en grande solennité. Le 2e octobre 1601, a esté chanté Te Deum en l’église Sct Julian et faict feu de joye au marché en réjouissance de la naissance du prince dauphin, filz du roy et de ladite de Florence Reyne, né le jeudy 27e jour de septembre entre les X et onze heures du soyr. Dieu les conserve en leur estat pacifiquement.

52[f°28] Le dimanche Xe janvier 1599, me Jehan Faissot advocat au Mans fut espousé en l’église Sct Padvin de la Citté avec Perrine Coysnon fille de deffunct me Pierre Coysnon vivant advocat.

53La nuict d’entre le mercredy 26 et jeudy 27e octobre ouquel an 1601 est arivé une grande gelée qui a gelé la plus part des rainsins qui sont es vignes et faict tomber presque touttes les feuilles.

54[f° 28 v°] Le dimanche 21e apvril 1602 a esté institué et instalé ung couvent de capucins en ceste ville. Et a esté faict procession généralle à ce subject, qui est allée de Sct Julian à l’abbaye de la Coulture, auquel lieu leur croix a esté bénite après la messe scélébrée en ladite église, et ce par monseigneur Lepelletier grand doyen. Et est ladite croix demeurée en ladite église, à cause de la contagion, attendant l’oportunité de la planter au lieu qui leur a esté donné et dédyé pour [f°29] bastir leur monastère, attendant la construction duquel l’on les a logez et placez en une maison près le pressouer du chappittre paroisse Sct Vincent. Dieu par sa saincte grace les veuille multiplier en nombre, pieté et science des saintes lettres.

  • 19 Julian a rayé ici les mots suivants : « scavoir ledit fils par me des mains de ».
  • 20 Julian a rayé ici les mots suivants : « et ladite fille par me ».
  • 21 Julian a écrit deux fois : « prebtre chappellain » et l’a rayé.
  • 22 De nombreuses ratures dans ce folio : Julian a mêlé les différents parrains et marraines.

55[f° 29 v°] Le vendredy 24e may 1602, sur les huict heures du soyr, ma femme est acouchée, avant son terme et sur les sept moys, de deux enfans scavoir d’ung filz et d’une fille qui ont esté portez en dilligence à l’église de Sct Benoist et receu le Sct Sacrement de baptesme par la grace de Dieu19, par les mains de Me André Roquentin20, prebtre chappelain21 et habitué en ladite église. [f°30] Et ont esté parains et maraines à scavoyr22 audit filz Pierre Broussin marchand apothicaire et Loyse Gauquelin femme de me Guillaume Pocheneulx, et à ladite fille Thibault Gasnier le jeune marchand boucher et Loyse femme me René Pichon vivant advocat. Quelz deux enfans ont esté raportez vivans à la maison et incontinent après sont décédez. Dieu nous face la grace le prier et intercéder pour nous. Requiescant in pace. Amen. En marge : Ledit fils a esté nommé Julian par… et ladite fille Loyse. Le lendemain ils ont esté inhumés près près la grande porte au cimetière St Jehan.

56[f° 30 v°] Le vendredy 24e may 1602, sur les huict heures du soyr, ma femme est acouchée avant son terme environ les sept moys de deux enfans, l’un masle et l’autre femelle, qui ont esté portez en dilligence en l’église Sct Benoist et esté baptisez par me André Roquentin prebtre chappelain en ladite église. Et ont esté parains et maraines Scavoyr audit fils Pierre Broussin marchand appothicaire et Loyse Gauquelin femme de me Guillaume Pocheneulx et a esté nommé Julian, et à ladite fille Thibault Gasnier marchand boucher et Loyse Pelletier veufve me René Pichon vivant advocat et a ladite fille esté nommée [f° 31] Loyse. Quelz deux enfans ont esté raportez vivans à la maison et demy heure après ou environ sont décédez à mesme instant. Le lendemain, ils ont esté inhuméz au sepmitière Sct Jehan près le ballet de la grande porte où sont enterréz mes autres frères et soeurs décédez audit Sct Jehan. Dieu leur face la grace de le prier pour nous. Amen.

  • 23 Le maréchal s’est allié aux intérêts espagnols.

57[f° 31 v°] Le mercredy dernier jour de juillet 1602, sur les cinq heures après medy, mr le mareschal de Biron a esté décapité en la Bastille de Paris suivant l’arrest de mort contre luy donné pour les entreprises qu’il avoit faictes contre le roy et l’estat23. Et a esté enterré en l’église Sct Paul audit Paris le mesme jour à 9 heures du soyr.

58Le vendredy XVIe aoust 1602, sur les deux heures environ après medy, a esté béniste et assise par Mr Chappelect grand vicaire du chappitre du Mans, le siège episcopal vacant, la première pierre de l’église des capucins de ceste ville qui s’édiffie en une piècse de terre donnée par le chappitre sise au dessus des Troys [f°32] Maillets près Sct Vincent. Ladite église dédiée à Dieu en l’honneur de la Visitation de la Vierge, de messieurs SctJulian et Sct Françoys. L’oeuvre s’acomplisse en Dieu. Le lundy 19e aoust 1602, environ les 7 heures du soyr, jé tenu sur les fonds baptismaulx de Sct Jehan ung enfant filz de me Philippe Gelé, clerc juré à l’élection, et de Marie Le Roy sa femme. Lequel a esté baptisé par me Julian Besnard vicaire et ay nommé ledit enfant Philippe. Et a esté contesmoing avec moy… Le Comtoys, maraine mère dudit Gelé.

59[f° 32 v°] Le 8e novembre 1602, jé tenu sur les fonds baptismaulx de Sct Benoist la fille de Jehan Masnier et de… Piron sa femme. Laquelle a esté baptisée par me… Pousse curé de la Fontaine Sct Martin vicaire dudit St Benoist. Et estoit maraine et contesmoingue avec moy la femme du sire Michel Bouteiller chaudronnier et a esté ladite fille nommée Jacquine par ladite femme Bouteiller. Le lundy XVIe décembre 1602 l’eau commencsa à croistre fort promptement et creut jusques environ le minuict d’entre le mardy et mercredy. Et fut fort grande et impétueuse et fist [f°33] force dégast aux forsbourgs du Pré et Sct Jehan. Et en venoit la queue du care-four de Sct Benoist jusques à une petitte ruette estant au bout de la maison d’ung nommé Pelouard chappellier où je demeure de présent. Et tient l’on qu’il ne s’en falloit que ung pied et demy quelle ne fust aussy grande que en l’an 1576 en janvier.

60[f° 33 v°] Le mardy XIIe jour d’aoust 1603, entre les troys et quatre heures après medy, ma femme est acouchée, avant son terme et sur les huict moys, d’ung filz lequel a esté baptisé cedit jour sur les fonds baptismaulx de l’église dudit St Benoist par me Pierre Moullard prebtre chappelain en ladite église. Parrain Me Jacques Bodreau mon frère, maraine Margaritte Gilles femme de sire Ambroyse Cabaret le jeune marchand drappier. Et a ledit enfant esté nommé Jacques par mondict frère. Ledit jour, Marie Thuaudet veufve Fricquet est décédée et esté inhumée aux Cordeliers. Elle estoit tante de Mr des Rues. Requiescat in pace. Amen. En marge : Le lendemain 13e dudit moys, ledit enfant est décédé et esté inhumé au cimetiere dudit St Jehan près le ballet de la grande porte

61Le 17e octobre 1603, je suis sorty de la maison où je demeuroys et allé demeuré en aultre maison de l’autre costé de ladite rue Dorée, qui appartient à Grémy orloger.

62[f° 34] Le dimanche 15e jour d’aoust, feste de Notre Dame my aoust 1604, mon frère a esté fiancé avec Anne Pelard, fille unicque de sire Martin Pelard marchand et de Jehanne Roullin sa femme, demeurant en la ville de La Suze, ledit Martin oncle de ma femme. Et ont lesdites fiancailles esté faictes en l’église dudit lieu par Monsieur le curé appelé Me Pierre Boissourdy. En assistance des Sieurs des Rues Faissot, de Pocheneulx, du filz de sieur le lieutenant criminel, et autres nos amis, et plusieurs desdits parens de ladite Anne, en grande solennité, qui assistèrent au bancquet et fut le contract de mariaige passé par Mes Nicolas Charlot et Pierre Darrain notaires à Souligné. [f° 34 v°] Le jeudy 26e dudit moys d’aoust oudit an 1604, mondict frère et ladite Anne furent espousez par ledit Me Pierre Boyssourdy curé dudit La Suze en l’église dudit lieu, environ les troys ou 4 heures du matin, en présence des père et mère de ladite Anne, la dame de l’Escu dudit lieu, ses deux filz aisnez, sa fille aisnée, le sacriste de ladite église, le servitteur oudit Martin Pelard nommé Françoys, et moy. Et le mesme jour nous revinsmes en ceste [f° 35] ville souper à mon logis où y avoyt compaignie. Et après souper furent meinez à leur logis, sittué en la rue Dorée, à leur mesnaige, où leur lict fut bénist par mr Pousse curé de la Fontaine Sct Martin demeurant de présent en ceste paroisse Sct Benoist. Dieu leur face la grace de prospérer ensemblement et leur donne lignée. Amen

63[f° 35 v°] Le dimanche 24e apvril 1605, entre les sept à 8 heures du matin, ma femme est acouchée avant son terme d’une fille, laquelle estoyt sy foible que fut seulement baptizée au logis par ung prebtre qui demeure chez Olivier Gauquelin. Et décéda incontinent et fut enterrée ledit jour au cymitière Sct Jehan près de mes autres enfants. Dieu luy face la grace de le prier pour moy.

64Le jeudy 19e may 1605 jour de l’assention entre les X et XI heures du soyr la femme de mon frère est acouchée [f°36] d’ung enfant malle, lequel fut baptisé le lendemain en l’église Sct Benoist par me Symon Cousturier prebtre curé dudit lieu. Parrain me Jehan Faissot advocat Sieur des Rues et Loyse Gauquelin femme de mr de Pocheneulx. Ledit enfant a esté mins en nourice chez ung nommé Pioger demeurant à la Goupillère paroisse Sct Saturnin. Ledit enfant est décédé au moys de juillet ensuyvant le XXVIIe, chez ladite nourrice et a esté enterré au cymitière dudit Sct Saturnin.

65[f° 36 v°] Le 12 juin 1606, la rivière a creu tellement que la queue en venoit au carefour Sct Benoist et au petit carefour Sct Jehan, à cause des pluyes survenues, de façon que la plus part des feings et bleds de dessus la rivière ont esté gastez et perduz.

  • 24 L’accident du bac de Neuilly a eu lieu le 9 juin 1606.

66Le 15e l’on a chanté ung Te Deum à Sct Julien pour remercier Dieu de ce qu’il luy avoyt pleu conserver le roy la reyne et autres des seigneurs d’estre noyez et submergez en l’eau, revenant de Sct Germain en Laies, passant la rivière en leur carosse tombant en l’eau24.

67[f° 37] En marge : Margaritte Bodreau// Le mardy vingt et troisiesme jour de janvier l’an mil six cens sept, environ les cinq heures après medy, ma femme est acouchée d’une fille, laquelle a esté baptizée le lendemain sur les deux heures après medy en l’église Sct Benoist de ceste ville du Mans par discret mr Symon Coulturier prebtre curé de ladite église. Parrain honneste homme Michel Bommer marchant me appothicaire en ceste ville, marraine honorable femme Marie Faissot femme de honorable me Noël [f° 37 v°] Péan docteur en médecine sieur du Chesnay. Et a esté ladite fille nommée Margaritte ce que je certiffie. Bodreau. Ledit jour XXIIIe, sur les deux heures après medy, la femme de mon frère est aussy acouchée d’une fille baptizée ledit jour en ladite église par ledit Coulturier curé. Parain me François Moreau advocat, maraine Perrinne Coysnon femme de me Jehan Faissot aussy advocat. Dieu les bénisse. Mondict frère a envoyé le lendemain sa dicte fille en nourice. En marge du f°37 : Le mardy 25e novembre 1614 jour de Scte Catherine, à 6 heures du matin, ladite Margaritte est décédée d’une fiebvre continue et douleur de teste le 17e jour de sa malladie. Et a esté inhumée à IIII heures après medy audit jour en l’église Sct Jehan près la sépulture de mon deffunct père. Dieu luy face la grace de le prier pour nous. Amen En marge du f°37v° : La dite Margaritte scavoit ja tout son servisse et lisoyt en moulle et estoit fort adonnée et nourie à la pieté et dévotion

68[f°38] Le mardy 20e febvrier 1607, mon filz a esté roy des coqs et vitorian au collège Sct Benoist de ceste ville en l’aage de 7 ans et demy. Et le jeudy ensuivant, les escolliers dudict collège firent monstre et allèrent au gué de Maulny, plusieurs enfans estans à cheval et habilléz, ausquels et à leurs régens jé donné la collation au retour.

69Le 29e jour de septembre 1607, à minuict, Me Jehan Faissot advocat, au banc duquel je me retiroys, est décédé d’une malladye de dissenterye. Et le lendemain a esté solennellement inhumé en l’église de Sct Benoist [f°38v] par messieurs de Beaulieu et le curé de ladite église. Et à son enterrement ont assisté lesdits chappelains et clercs Sct Michel et Jacobins et Cordeliers. Requiescat in pace. Amen.

70Le 29e jour desdits moys et an dame Catherine de Choursses abesse du Pré a esté inhumée au coeur de son église par l’abbé de Sct Vincent. Lequel, avec ses religieux, ont faict l’enterrement, auquel assistaient les collèges de Beaulieu, la maison Dieu, Cordeliers et Jacobins, avec les religieuses de ladite abbaye du Pré, messieurs du Présidial en corps, de l’Élection et messieurs de ville. Requiescat in pace. Amen.

71En marge : Elle estoit décédée quinze jours avant et plus. Nota quil n’y a encores d’abesse quoy que soyt qui ayt prins possession.

72[f° 39] Faut notter que, par la faveur du sieur du Chesnay médecin, le banc du deffunct sieur des Rues son beau frère luy fut relaissé pour en disposer et en obtinmes provision de messire le lieutenant général et procureur du roy, le nom en blanc, laquelle jé depuis baillée, du consentement dudit sieur du Chesnay et par son advis, à Mr Pierre Brault advocat sieur des Masnières, et de présent procureur de ville, qui s’est retiré audit banc. Et me suis accomodé avec luy audit banc duquel il [f°39v°] m’a en ceste considération relaissé une moitié par promesse signée de luy sur laquelle j’en ay du depuis obtenu provision desdicts sieurs lieutenant général et procureur du roy.

73Sur la fin du moys de septembre, vers le septentrion, est apparu par l’espace de X ou XII jours une estoille crineuse et paroissoit depuis les 7 heures du soyr jusques à neuf heures.

74[f° 40] Le jeudy 8e novembre 1607, sur les 7 heures du matin, ladite Anne Pelard femme de mon frère est décédée, après avoir esté détenue en longueur de malladye l’espace d’un an ou environ, et ayant receu tous les Scts sacrements de l’Église. La mémoire et bon sens de laquelle luy est tousiours demeuré jusques à la fin. Son corps fut le lendemain inhumé en l’église Sct Jehan près la sépulture de mon deffunct père. Ladite Pelard, par son testament du Ve dudit moys que jé attesté, a légué à la fabrice [f°40v] dudit Sct Jehan cinquante sols de rente à prendre sur son lieu du Vivier en la Suze à charge de scélébrer chacuns ans une grande messe de requiem et vigilles en ladite église Sct Jehan le premier dimanche d’après la Toussainctz et d’en faire la prière le jour de Toussaincts et aux festes annuelles et de ses amys vivans et trespassez. De laquelle somme le curé en doibt avoir XX sols, à 4 prebstres qui assisteront ausdites vigilles et messes à chacun 4s, 4s au sacriste à charge de [f° 41 et f° 41 v°] Feuillet Déchiré

75[f° 42] courant à présent de telle faczon qu’il s’est trouvé peu de personnes qu’ilz n’en ayent esté atteintz à cause du grand yver, qui commenca à l’issue des grandes eaux et a duré jusques sur la fin du moys de febvrier, et a esté si violent que l’on ne pouvoit aller par païs avec chevaux ne chartes à cause de quoy y eut disette de boys en ceste ville et estoyt fort cher jusques à valloyr XII livres la toyse et en vendoient [f° 42 v°] les teincturiers et aultres personnes qui en avoient faict grand amas/Il s’est raporté que dedans Paris plusieurs pauvres personnes sont morts de froid jusques au nombre de plus de quatre cens personnes.

76À cause de la malladye de ma femme, je mins ma fille en nourice au lieu de la Fustaye près ceste ville.

77Sur la fin de l’année 1608 et au commencement de l’année 1609 le vin vieil a [f°43] sy rare et requis que la pippe de vin vieil blanc, du creu du vau du Loir ou des bons clos près ceste ville, se vandoit quarante escuz vallant VIXX livres la pippe Xs la pinte en détail aux cabarets.

78En l’année 1609 au moys de febvrier vers le 8 ou Xe jour l’eau a creu en sorte que l’on ne pouvoyt passé au carefour Sct Benoist ni à Sct Jehan.

79[f° 43 v°] Le jeudy 18e febvrier 1609, le contract du mariaige d’entre mon frère et Catherinne Gilles, fille de deffunct Me Robert Gilles vivant audiencier au siège présidial du Maine et… Chevreau, fut passé par devant Mes Xtoffle Tricquet et Yves Jouenneaulz, notaires, en la maison de Me Charles Gilles advocat sieur de La Rivière frère de ladite Catherinne, près l’église Sct Benoist. Et y estoient présents ledit sieur lieutenant criminel [f° 44] procureur du roy, le sieur de Monchenou conseiller naguères curateur de ladite Catherinne, les sieurs de Marchesneau, de Perruchet, de Sablé conseillers au siège présidial, la demoiselle du Tronchay, le sieur greffier Mariette et sa mère, et autres honorables personnes. Et à l’yssue du contract furent fiancez en présence des dessus dicts par me Symon Cousturier prebtre curé dudit Sct Benoist. Je ne fus présent à ce, obstant que j’estoys au lict mallade d’une fiebvre. [f° 44 v°] Le jeudy 26e jour dudit moys de febvrier 1609, à 5 heures du matin, mondit frère et ladite Catherinne Gilles ont este espousez en l’église dudit Sct Benoist, par ledit sieur Cousturier curé, en présence de me Ancelme Poignant prebtre sacriste, desdicts mes Charles et Claude les Gilles, Ambroys Cabaret le jeune marchant, la femme dudit sieur de La Rivière, dudit Cabaret, Renée Gilles, ma femme et moy et mon filz, et ung petit garçon servitteur dudit sacriste.

80[f° 45] Le vendredy 15e may 1609, le chappitre provincial de l’ordre Sct Dominicque a tenu aux Jacobiens de ceste ville. Et commencsé cedit jour et finy au XXIIe jour desdits moys et an. Pendant lequel temps, disputtes publicques à la relevée de chacun jour se sont faictes, es cloistres et preschouer dudit monastère, où présidaient des pères dudit ordre, docteurs régens en la faculté de Paris, et lesdits Jacobins faisaient processions au matin et après y avoyt prédication par l’ung d’eulx et, en toutte [f°45v°] leur convocation, y avoit environ de VIIXXX religieux entre lesquels l’on disoyt qu’il y avoyt bien LX docteurs en théologie sans les bacheliers. Ung nommé mr Coueffeteau, natif de Chasteau du Loir et receu audit couvent, homme de mérite, prédicateur du Roy et de la Reyne Margaritte, estoyt leur provincial et présidoit en leur assemblée avec ung nommé monsieur Guingouys qui est prieur dudit couvent.

81[f°46] Le mercredy 8e septembre 1609 après medy, jé tenu sur les fonds baptismaulx dudit Sct Jehan, avec ma belle seur Catherinne Gilles, la fille de Allain Salleboucher dudit Sct Jehan et de Jehane Lepelletier sa femme. Laquelle fille a esté baptisée par me Julian Huault curé de Sct Jehan, et esté nommée Jacquine par sa maraine.

  • 25 Certains.
  • 26 Ils sont sept dont le duc de Monbason, le duc d’Épernon et le maréchal de Lavardin gouverneur du M (...)

82[f° 46 v°] Le jeudy XIIIe may 1610, Marie de Médicis reyne de France fut, en présence du roy son mary et des princes de sang et officiers de la couronne, sacrée royne de France à Sct Denis en grande pompe et solennité et grandes cérémonies. Et ce faisoyt ung très superbe et magnifique apareil dans Paris pour la recepvoir quelques jours après où elle debvoit faire son entrée et estoient [f° 47] tous les princes du sang, officiers de la couronne, et la plus part des grands seigneurs et noblesse de France, assemblés audit Paris pour cest effect. Le lendemain vendredy 14e desdits moys et an, le roy, estant au Louvre, en sortit sur les troys heures après medy avec quelques seigneurs pour s’aller promener par la ville de Paris et aller dans son Arsenal. [f° 47 v°] Et monta en son carosse avec aulcuns25 desdits seigneurs26 sans voulloir prendre aulcunes de ses gardes. Et, estant près Sct Innocent en une rue assez estroitte, le carosse de sa majesté s’arresta à cause de l’embaras d’une charette qui se trouva en la mesme rue. Allors ung misérable et pernicieux assassin nommé Françoys Ravaillac, praticien natif de la ville d’Angoullesme, s’éllancsa vers ledit carosse [f° 48] où estoit le roy, et, ayant ung cousteau dans la main droicte, print avec l’autre main une des roues dudit carrosse proche de l’endroict où estoit assis sa dite majesté, laquelle il frappa de deux cousts dudit cousteau. Le premier vers l’espaule qui ne pénétra que fort peu. Le second fut mortel, qui pourfendit jusques à la veine cave près le cœur. Et fut tel coup frappé de hauclt en bas dont le roy perdit tout au mesme instant la parolle à cause [f°48 v°] de la grande abondance de sang qui luy sortit par la bouche. Et fut ainsy promptement meiné au Louvre, dans ledit carosse, où il ne fut pas sy tost arivé qu’il ne fust décédé. Dieu en veille avoir l’ame. Ca a esté le plus grand et absolut roy en touttes ses actions qui ayt regné en France long temps à ce qui se void es histoires de ses gestes héroicques et de France. Le misérable assassinateur fut print prisonnier et conduict en la conciergerie du pallays [f°49] sur les cinq heures dudit jour. Messieurs les princes du sang, pairs et mareschaux de France, chancellier, et aultres officiers de la couronne, avec aulcuns de messieurs premier et aultres présidens du parlement s’assemblèrent au Louvre, tindrent le conseil et fut monseigneur le dauphin nommé Louys, fils aisné du feu roy Henry 4e, déclaré roy de France et de Navarre, lors aagé environ de neuf ans. [f° 49 v°] Et la royne sa mère, régente en France, et estably ung conseil des plus scélèbres princes et seigneurs du royaume pour assister la royne. Et incontinent fut cryé dans Paris et au Louvre : Vive le roy Louys Treziesme. Et ladite regente authorisée par arrest du parlement dudit jour. Le lendemain quinziesme le roy alla au parlement où il se sist en son lict de justice et là, en la grand chambre, en présence desdits princes et officiers de la [f° 50] couronne, pairs de France, des conestables, chancellier, mareschaulx et aultres grands de l’estat assemblez, fut déclaré et proclamé roy de France. Le misérable paricide Ravaillac fut, par arrest de ladite court du XXVIIe dudit moys et an, condamné à faire amende honorable davant la principalle porte de l’église de Paris, nud en chemise, une torche à la main. Et de là, conduit [f° 50 v°] en Grève, et estre tenaillé aux mamelles, brads, cuisses et gras des jambes. Sa main dextre, tenant le cousteau avec lequel il avoit commins ledit paricide, à estre bruslée de feu de souffre. Et, aux endroicts où il sera tenaillé, jecté du plomb fondu, huille bouillante, poix, raisine bruslante, cire et soufre fondus ensemble. Ce faict, son corps tiré et desmambré à quatre [f° 51] chevaulx, ses membres et corps consumez au feu, reduits en cendre jectez au vent. Tous ses biens confisquez au roy. Ce qui avoyt esté exécutté ledit jour, outre ordonné que la maison où il avoit esté nay seroyt desmolye et rasée, son père et sa mère banniz du royaume, et faict deffense à ses frères et soeurs et aultres de porter cy après ledit nom de Ravaillac, [f°51 v°] et enjoinct de changer leur nom sur les mesmes peines.

  • 27 Abbaye construite par la reine Bérengère de France.
  • 28 Henri de Beaumanoir, filleul d’Henri IV, deviendra gouverneur du Maine en 1614 à la mort de son pè (...)

83Le coeur dudit deffunct roy Henry 4e fut, suivant son testament, délivré aux pères jésuites, lesquels l’ont aporté, de Paris à La Flèche, enchassé en or, accompaignez et conduictz par le sieur de Montbazon, [f° 52] passèrent par le chemin de Paris à La Flèche. Et, près l’Espau27 audit grand chemin, monsieur le Compte de Nègreplisse28, gouverneur de ceste ville, fils de monseigneur le mareschal de Lavardin, et monsieur le lieutenant général, accompaignez des officiers et personnes notables, habitans et bourgeois de ceste ville du Mans, allèrent au devant. Et là, aulcuns [f° 52 v°] d’eulx baisèrent le coeur du roy, qui leur fut présenté par le père Cotton, jésuiste, et fut monstré à tout le peuple après la harangue que fist ledit sieur lieutenant général audit sieur de Montbazon.

  • 29 Ce renvoi ordonne de lire l’anagramme écrite par un ami au hasard des pages encore vierges.

84118 v°29.

85Le jour de 1610, la femme de mon frère est acouchée d’une fille qui a esté baptisée et nommée Catherinne, qu’ils nourrissent en leur maison. En marge : Ladite enfant est décédée le 17e aoust 1612 ayant II ans deux moys et esté enterée en l’église Sct Benoist près la sépulture de feu Mr Gilles

86[f°53] En marge : Catherinne Bodreau// Le mercredy 6 octobre 1610, environ les dix heures du soyr, ma femme est acouchée d’une fille qui fut, le lendemain à dix heures du matin, baptisée par ledict sieur Cousturier curé dudit Sct Benoist. Parrain Me Charles Gilles sieur de La Rivière advocat au Mans, maraine Catherinne Gilles ma belle seur. Et a esté ladicte fille nommée Catherinne. Dieu la conserve et face croistre en bien. Amen. pour approbation Bodreau. En marge : Le mercredy 15 janvier 1613 ladite Catherinne est décédée et a estée inhumée en l’église Sct Jehan au droict de l’authel Sct Sébastian près la sépulture de mon deffunct père

87[f° 53 v°] Le mercredy Ve janvier 1611, vigille de la feste des roys, messire Charles Debeaumanoir, fils de monsieur le mareschal de Lavardin, a esté receu évesque du Mans. Et a esté installé en sa chaire épiscopalle par messieurs les channoignes de ladite église et a assisté à vespres en son habit épiscopal.

88[f° 54] Le dimanche XXI aoust 1611, jé tenu en l’un des enfans de monsieur Bouteiller, marchant chaudronnier, avec la femme du sieur Letoré orfebvre, et monsieur Broussin a tenu en l’autre avec la seur de la femme dudit Bouteiller qui n’est encores mariée. Estant lesquels enfants jumeaux qui ont esté batizés par ledit sieur Cousturier en ladite église Sct Benoist. Et ay nommé celluy auquel j’ay [f° 54 v°] Jehan, qui est celluy qui est venu le dernier au monde comme la saige femme et autres femmes ont raporté. Et l’autre enfant a esté nommé Pierre par ledit Broussin. En marge : Suzanne Bodreau// Le mardy 24 juillet 1612, ma seur est acouchée d’une fille sur les trois heures du matin, baptisée ledit jour en l’église Sct Benoist. Parain le sieur de La Mouchetière, controleur au grenier à sel, maraine madamoiselle de Courteilles Vasse. Et a esté nommée Suzanne. En marge : décédée environ l’aage de III ans

89[f° 55] En marge : Michel Bodreau// Le sabmedy 14e decembre 1613, ma dite seur est acouchée d’un filz entre medy et une heure, baptizé le lendemain en ladite église Sct Benoist. Parain Mr le lieutenant criminel nommé Mr Michel Vasse, maraine la femme de Mr le procureur du roy Portail et a ledit enfant esté nommé Michel. En marge : En l’an 1633 ledit Michel s’est rendu religieux recollet au couvent de La Flèche et faict profession audit couvent estant aagé de plus de XX ans, le 7e apvril 1634.

90Le 15e dudit moys, jé tenu sur les fonds le filz de Jehan Queston demeurant à La Fustaye à St Padvin des Champs, baptisé en l’église dudit lieu. Et l’ay nommé Julian.

91[f° 55 v°] Margueritte Termeau ma femme fut née le XXVe janvier 1576 et baptizée en l’église de Mancigné. Parain Félix Pelard son oncle, maraines Sébastianne Baudry et Françoyse Foucqueret. Bodreau d’aprobation

  • 30 Village situé à une lieue du Mans.
  • 31 Ou Hôtel-Dieu de Coëffort.
  • 32 Hardouin Le Bourdais, Discours sur l’ordre tenu à l’entrée de leurs majestés en la ville du Mans, (...)

92[f° 56] Le vendredy cinquiesme septembre 1614, le roy Louis XIIIe à présent régnant, aagé de XIII ans ou environ, faisant le voiage de Bretaigne en compaignie de madame la royne sa mère régente en France, de madame sa seur aisnée, et d’aucuns des princes et princesses, Seigneurs et officiers de la couronne, a faict son entrée en cette ville du Mans sur les cinq heures après medy et ce par la Vieille Porte. Et fut faict un bataillon carré des habitans, au champ d’entre Pontlieue30 et la Maison-Dieu31, auquel y [f° 56 v°] avoit 4 000 hommes ou environ en armes, lestes et choisis. Et estoys au manche droict, avec un mousquet et bandollière, en quallité de caporal de l’escouade de la rue Dorée/Et passa sa majesté au devant et teste dudit bataillon. Monsieur de Guise avec Mr le mareschal de Lavardin par le millieu et aultres seigneurs/De l’ordre de laquelle entrée et des harangues faictes par messieurs du clergé, de ville, et officiers, et magnificences qui y ont este faictes, a esté composé un petit livre qui a esté imprimé32. [f°57] Leurs dites majestés séjournèrent en cette ville jusques au mardy au matin six heures. Et pendant ledit séjour visitèrent et furent à la messe et vespres tant à Sct Julian que aux monastères de Sct Vincent, la Coulture, Beaulieu, Cordeliers, Jacobins, Le Pré/Le roy fut au jardin Sct Victeur où il tua un oiseau avec l’arquebouse. Et chassa es garennes de Beaulieu. Le père Coueffeteau, provincial des Jacobins, prescha le jour de la Notre Dame, audit couvent des Jacobins, [f° 57 v°] davant leurs majestés et assistèrent à vespres, au choeur de ladite église, avec tous les princes, princesses, seigneurs et officiers, où ils furent tous veus ensemble.

  • 33 Les ducs de Longueville, de Vendôme, de Bouillon et de Nevers.
  • 34 12 000 livres.
  • 35 Il s’agit du traité de Loudun signé entre Marie de Médicis et le prince de Condé : les Grands seig (...)
  • 36 Le prince est trop populaire aux yeux de Marie de Médicis et de son conseiller Concini.
  • 37 Julian corrige « Conty » en « Condé » au début du folio 59, puis il écrit « Conty » à la fin du fo (...)
  • 38 Toutes les atteintes à l’ordre politique, religieux et moral sont ainsi désignées.
  • 39 François-Annibal, duc d’Estrées et marquis de Coeuvres, né en 1572 et mort en 1670, est le frère a (...)
  • 40 Premier président du parlement de Paris, Nicolas Le Jay, baron de Maisonrouge, mort en 1640, sera (...)

93Mouvemens et troubles en France arivez par levées de gens de guerre, faictes par Mr le prince de Condé et ses alliés33 sans l’authorité du roy, commencés au premier juillet 1615, à cause de quoy l’on [f° 58] a faict gardes en la plus part des villes de France et particulièrement en ceste ville pendant lesdits mouvemens. Au moys de Febvrier 1616, Mr le Duc de Vendosme passa avec son armée, par ce païs du Maine pour aller en Bretaigne, et logea son armée jusques aux portes des forbourgs de cette ville, les habitans desquels se retirèrent avec leurs meubles en ville. Et luy fut donné IIIIIII livres34 par la ville pour se retirer. [f° 58 v°] Ledit sieur duc logea à Montfort/Et les compaignies de ville sortaient pour faire garde aux forsbourgs. Au moys de may 1616, le roy, par son édict35, faict paix avec ledit sieur prince de Condé et ses alliés. Vériffié et publié en parlement le XIIIe juin, et au Mans publié le 27e juillet audit an. [f° 59] Au moys de septembre audit an 1616, le roy faict arresté36 au Louvre ledit seigneur prince de Condé. Des causes ouquel arrest sa majesté faict sa déclaration vériffiée en parlement, sa dicte majesté y séant le VIIe dudit moys et an. Au moys de novembre audit an, nouveaulx mouvemens renouvelez par le duc de Nevers et ses alliés à causes et prétextes de la détention dudit sieur prince de Conty37. Pour quoy le roy, par sa [f°59v°] déclaration vériffiée en parlement le 17e janvier 1617, le déclara crimineux de lèse majesté38. Et depuis faict aultre déclaration contre les sieurs ducs de Vendosme, de Mayenne, mareschal de Bouillon, marquis de Cœuvre39, et président Le Jay40, qu’il déclare aussy crimineux de lèse majesté. Vériffiée en parlement le XIIIe febvrier 1617. Et pendant tous lesdits mouvemens, l’on faisoit gardes comme devant.

  • 41 Concini est devenu marquis d’Ancre en Picardie en 1611 et maréchal de France en 1613.
  • 42 De nombreux libelles paraissent en 1617 sur les époux Concini. Leonora Galigaï, amie d’enfance de (...)
  • 43 Charles de Valois est le fils bâtard de Charles IX et de Marie Touchet, et le demi-frère d’Henriet (...)
  • 44 Le comte d’Auvergne avait organisé une conjuration tendant à tuer le roi Henri IV pour assurer la (...)
  • 45 Entrée à la Bastille le 26 mai 1617, la princesse en sort le 20 octobre 1619 avec son mari.
  • 46 Nom donné au donjon du xie siècle, appelé aussi Tour Orbrindelle.

94[f° 60] Au moys de may audit an 1617, le mareschal d’Ancre41 a esté tué au Louvre à Paris par Mr de Vitry lhors capitaine des gardes et à présent mareschal de France. Incontinent après la mort dudit mareschal d’Ancre, lesdicts sieurs ducs de Vendosme, de Mayenne, Nevers, de Bouillon, et leurs adhérants, ont mins les armes bas, rendu les villes et places qu’ils tenaient au roy, et sont venus trouver sa majesté à Paris. [f° 60 v°] Et à ce moyen, tous gens de guerre se sont retirez et les gardes ont cessé. Le roy, par sa déclaration vériffiée en parlement 1617, a tenu les susdicts ducs et princes et aultres officiers qui les ont assistez pour ses bons loyaulx et fidèles subjects. Et voulu que la mémoire de ce qui s’est passé demeure esteincte. Et iceulx [f° 61] remins et restablys en leurs biens, offices, estats et charges, et révocqué les déclarations contre eulx faictes. Et voullu qu’elles soient ostées des registres des parlemens. Au moys de juillet le VIIe la femme dudit mareschal d’Ancre a esté exécutée de mort en Grève à Paris pour les causes42 de l’arrest de la cour de parlement audit lieu dudict jour 7e juillet 1617. [f° 61 v°] Auparavant la rétention dudict seigneur prince de Conty, monseigneur le comte d’Auvergne43 fut eslargy, par le roy, de la Bastille où il y avoyt esté mins et retenu par le deffunct roy44 où il a esté par douze ou treze ans. Et de présent y est lequel sieur prince de Conty encores retenu avec sa femme45. [f° 62] Pendant les susdicts mouvemens derniers, et le XIe febvrier 1617, ledit seigneur compte d’Auvergne, lieutenant pour le roy, est arivé avec son camp et deux pices de canon. A logé à l’évesché et faict garder le château. Et la plus grande partie des seigneurs et gentilz hommes de cette province ont réitéré le serment de fidelité au roy es mains dudit sieur Comte, [f° 62 v°] qui y a séjourné jusques au XXVIe dudict moys, avec…, grand maistre des Requestes, qui tenoit la jurisdiction. Un jour ou deux auparavant le parte-ment dudit sieur comte, il a commencé à faire abattre le chasteau et Tour Rubendelle46 de cette ville suivant le mandement du roy. Et enjoinct à messieurs de ville, présents et assemblés en corps, de faire continuer à raser et démolir ledit chasteau et Tour. Ce qui a depuis esté faict.

95[f°63] En juin 1613, j’acquieray, par décret, certaines vieilles maisons, estables et jardin, sittuées près le carefour du Pont Perrin, joignant l’hostellerye de la Gallère, abouttant d’un bout à la muraille de ville, et abouttant la maison du sieur Pierre Broussin. Sur Françoys Gasnier boucher. Quelles maisons et édifices, rapportez audit décret, jé tous faict rasé et abattre jusques aux fondemens fors la petitte [f°63 v°] chambre et grenier dessus qui sont sur le bout de la salle basse du derrière du logis dudit Broussin. Et, au lieu et place desdites vieilles maisons, jé y ay faict bastir une maison couverte en pavillon composée de salle, chambre au bout, cave et cuisine, chambres haultes, greniers dessus, estant la ceinture d’icelle de muraille, tant du premier que second estaige avec une [f° 64] petitte cour au devant où est le puis que jé aussy faict racommodé, et au derrière un petit jardin entre ladite maison et muraille de ville. La première pierre duquel bastiment fut assise aux fondemens, qui sont environ de dix pieds en terre depuis le rais de chaussée, par Julian Bodreau, mon fils unicque, estant en la seziesme année de son aage, un vendredy 27e mars 1615. [f° 64 v°] Le jeudy 26e juin 1616, je suis venu demeurer en ladite maison estant parfaicte fors quelques petits acommodemens au dedans que jé faict parachevé y estant.

96Dieu nous face la grace d’y vivre et mourir en sa paix. Ladicte maison, fonds et superficie, avec lesdicts acommodemens (y comprins le prix d’une aultre petitte maison et [f° 65] jardin au droict, que jé acquise de Dieuxivoys et sa femme fondeurs, que je loue à la dame de la Barre Ve Hureau), me reviennent en tout à quatre mil cinq cens livres ou environ, comme il parroist par le mémoire des minses et despenses, que j’en ay faict, estant en un petit livre à part. Laus Deo/

97Au moys de may le XIe audit an 1616, ladite Catherinne Desboys, ma cousine germaine paternelle, est décédée sans hoir et enterrée en l’église Sct Padvin des Champs.

98[f° 65 v°] En marge : René Bodreau// Au moys de mars le cinquiesme jour 1617, la femme de mon frère est acouchée d’un filz, baptisé en l’église Sct Benoist. Et nommé René par Mr Le Vayer, filz de Mr le lieutenant general de cette ville, maraine madame Mariette. Et fut ledit enfant né à X heures du soir dudit jour et baptisé le lendemain. Bodreau pour aprobation

99[f° 66] Le lundy XXIe aoust 1617, environ les unze heures du matin, le feu print en une grange, au bourg d’Yvré l’Évesque, par accident de femmes qui broyoient du chanvre, ayant du feu près ladite grange, qui causa l’incendie de tout le bourg dudit lieu. Et, en une heure et demye ou deux heures, il brusla environ de cinquante maisons à cause du vent et grande challeur.

100[f° 66 v°] Le mercredy XXXe aoust 1617, le sieur Martin Pelard marchant demeurant à La Suze, père de la première femme de mon frère et oncle de ma femme, est décédé, estant sur la 81e année de son aage. Et a esté inhumé le lendemain au grand cimetière dudit lieu près la sépulture de feu Jehan Pelard son ayeul, décédé en l’an 1525, comme il est marqué en la croix estant sur ladite sépulture. Requiescant in pace. Amen.

101[f° 67] En marge : 30e may Catherinne Bodreau// Le mercredy XXXe may 1618, environ les sept heures du soir, la femme de mondict frère est acouchée d’une fille, qui a esté le lendemain sur les deux heures après medy baptisée sur les fonds de Sct Benoist par me Denis Le Conte prebtre curé dudit lieu. Duquel enfant jé tenu avec madame Renée Gilles sa tante maternelle qui l’a nommée Catherinne. Laus Deo.

102[f° 67 v°] Le mercredy 24e juillet 1619, le chappitre provincial desdits Cordeliers a tenu au couvent de cette ville dudit ordre. Et commencé ledit jour et finy le dernier jour du mesme moys. Le révérend père Mathieu le Heurt, receu audict couvent, estant provincial, et s’y est trouvé environ de VI à VIIXX pères dudict ordre entre lesquels y avoit beaucoup [f° 68] de docteurs. Et ont esté faictes disputes publicques pendant ledit chappitre avec plusieurs processions et prédications et aultres belles cérémonies.

103Au mesme an, les pères Minimes ont este institués en ceste ville par Mr le Révérend évesque du Mans, Charles de Beaumanoir. Et premièrement demeuroient au lieu des arraines et de depuis venus habiter en leur maison et couvent près les halles de cette ville.

  • 47 C’est-à-dire communiquer une nouvelle ou un avis par lettre ou par messager.

104[f°68 v°] Le lundy 17e septembre 1618, mondict filz est party de cette ville pour aller à Paris estudier avec aultres jeunes hommes de cette ville, qui sont tous allés par la voye du carosse. Auquel lieu il a esté jusques aux féeries de Pasques qu’il est allé dudit Paris à Orléans où il [f° 69] a esté jusques environ le premier jour de septembre 1619, qu’il est allé à Bourges. Et dudict lieu faict un voiaige à Lyon, comme il m’a mandé47, et revenu audict Bourges au premier octobre pour parachever ses estudes.

105[f° 69 v°] Le mercredy XXIIe apvril 1620, environ les sept heures du soyr, Catherinne Gilles, ma belle seur et femme de mon frère, est décédée d’un flux de sang et malladye de mère. Et le lendemain esté inhumée en l’église Sct Benoist, après medy, près la sépulture de ses [f° 70] deffuncts père et mère près l’autel Sct Sébastian. Requiescat in pace. Amen.

106Elle a relaissé troys enfans de leur mariaige scavoir Michel, René, et Catherinne les Bodreaux. Dieu les bénisse et conserve.

  • 48 Gaston, duc d’Anjou, né en 1608, est alors âgé de douze ans.
  • 49 Le marquis de Créquy a reçu la charge de maréchal de camp en 1619 et sera maréchal de France le 18 (...)

107[f° 70 v°] Le XXXe juillet 1620, le roy, avec son armée, acompaigné de Mr frère48 de sa majesté et de mr le prince de Condé est arivé en cette ville (ayant réduict la ville et chasteau de Caen en son obéissance), affin de repousser la Reyne sa mère qui estoyt avec son armée à La Flèche. Ayant ses chevaulx légers, deux ou troys jours auparavant l’arivée de sa dite majesté, donné jusques sur le pont de Pont Lieue aux baricades, qui estoient gardées par le régiment de Mr de Créquy49 logé aux forbourgs de La Coulture et Sct Nicolas. Et lesdits chevaux de la [f°71] Reine prinrent le chasteau de La Suze. Le lundy IIIe aoust ensuivant, le Roy, avec son armée et les dessusdits, est party de cette ville sur les sept heures du matin et allé coucher à La Suze. Et mené cinq pieces de gros canon avec luy, comprins celluy qu’il a prins en cette ville. Du depuis le roy est allé à La Flèche et réduict le chasteau et ville dudit lieu en son obéissance. Et poursuivi en son chemin à Angers et battu le pont de Cé avec du canon et iceluy réduict. Puis, ce faict, il a traicté avec la Reine sa mère, et poursuivi avec son armée près Bordeaulx. Et réduict le pais de Béarn en son obéissance.

  • 50 Magdeleine Bérault est baptisée à St Nicolas le 6 juin 1599.

108[f° 71 v°] Le sabmedy XVI aoust, mondit filz est revenu de Bourges et aporté ses degrés de docteur es droicts in utroque. Le mardy 8e Septbre oudit an 1620, jour de la nativitté Notre Dame, mondit filz a esté acordé en mariaige avec Magdelaine Berault, fille de me Pierre Berault sr de la Masnière advocat au Mans et de dame Magdelaine Poullard son espouze. Et ont esté les articles signés entre nous attendant la solennité du contract. [f° 72] Le jeudy XIe novembre 1620, lendemain de la Sct Martin, à l’ouverture du pallays, mondit filz a plaidé sa première cause au présidial contre le filz dudit sieur de La Masnière. Le XXVe dudit moys de Novembre, jour de Scte Catherinne, le contract de leur mariaige a esté passé, par devant Me Jean Roumé notaire royal, en la maison dudit sieur de la Masnière à Sct Nicollas, en présence de ses parens et amys et des nostres. Et ont esté fiancés par me Nicollas Guitton, prebtre vicaire dudit Sct Nicollas, en présence de tous les parens et amis quelconques. [f°72v°] Le lendemain jeudy XXVIe jour dudict moys de Novembre 1620, mondit filz et ladite Berault ont espousé en l’église dudit Sct Nicollas, en notre présence et de nos parens et amys respectifs. Et ont esté espousés par vénérable me Vincent Berault, religieux de Beaulieu oncle de ladite Magdelaine et prieur curé de Roissé en Sonnoys. Et ont les nopces esté faictes en la maison dudit sieur de La Masnière. [f°73] Le dimanche ensuivant mondit filz et sadite femme sont venus à leur mesnaige demeurer avec nous. Dieu bénisse leur mariaige. Amen. Mondit filz est de présent aagé de vingt et un ans troys moys et ladite Berault aagée aussy de vingt et un ans cinq moys ayant esté baptisée audit Sct Nicollas le jour de… juin 159950.

109[f° 73 v°] Le sabmedy Xe apvril vigille de Pasques 1621, les filles Ursulines ont esté instituées et establies en cette ville par Mr le Révérend évesque du Mans, Charles de Beaumanoir. Et placées et enfermées en la maison qu’elles ont prise, sittuée derrière l’église Sct Nicollas, forbourg de cette ville.

110Montauban assiégé environ le moys d’aoust 1621 par le Roy Louys le Juste.

111[f°74] En marge : filleul// Le lundy 28 mars 1622, jé, avec madame de Courtray, tenu en l’enfant de Guillaume Bourgoin gendre de deffunct Maurice Desmarres, demeurant au lieu de Pain Perdu au dehors de la paroisse du Pré. Lequel a esté baptisé en l’église dudit lieu par le vicaire et l’ay nommé Jean.

112[f° 74 v°] vierge

113[f°75] En marge : enfant nommé Julian, fils de mon fils// Le dimanche de la Très Saincte Trinité XXIIe may 1622, environ deux heures et demye du matin, ladite Berault ma bruz est acouchée d’un filz son premier nay lequel a esté baptisé cedit jour par Me Denis Le Comte curé dudit Sct Benoist en l’église dudit lieu. Parrain ledit Me Pierre Berault sieur de La Masnière son ayeul maternel, maraine Margueritte Termeau ma femme son ayeulle paternelle. [f° 75 v°] Et a ledit enfant esté nommé Julian par ledit sieur Berault. Quel enfant est le premier nay en madite maison, que jé faicte bastir, où nous demeurons mondit filz et moy ensemblement, et ne faisons que un mesnaige avec nos femmes. Dieu bénisse ledit enfant et le conserve. En tesmoing de ce que dessus, moy soubs signé ayeul paternel dudit enfant. Bodreau. En marge : Ledit enfant est décédé en ma maison le 4e 7bre 1625 de malladie de rougette. Et a esté inhumé en l’église dudit Sct Benoist au davant de la chappelle Sct Sébastian au bout de la sépulture du sieur Ferrant.

114[f° 76] Déceds de me Jacques Bodreau, commins au greffe criminel de la sénéchaussée du Maine, mon frère. Le XXVIIIe May 1622 jour de sabmedy environ les dix heures du soir, mondit frère est décédé aagé de XLV ans quinze jours, d’une maladye d’hydropisie qui l’a tenu malade depuis le jour et feste de Toussaincts dernier. Et a esté ensépulturé le lendemain en l’église dudit Sct[f° 76 v°] proche la chappelle Sct Sébastian, en proximité de la sépulture de deffuncte Catherinne Gilles sa seconde femme, plus bas que la sépulture de deffunct général de La Rivière, proche le derrière de l’enclos du chœur. A relaissé quatre enfants scavoir Anne Bodreau sa fille aisnée et de deffuncte Anne Pelard sa première femme aagée de quinze ans quatre moys, [f° 77] Michel, René, et Catherinne les Bodreaux de ladite Gilles sa seconde femme aagés scavoir : ledict Michel de huit ans et demy, ledict René de cinq et ladicte Catherinne de quatre ans. Quelz enfans et à ladicte Anne jé esté nommé curateur par les parens et institué par Mr le bailly de la provosté de cette ville le VIe juin 1622. Requiescat in pace. Amen.

115[f°77 v°] Le sabmedy XVIe Septembre 1623, madite bruz est acouchée en madite maison d’une fille baptisée le lendemain en l’église dudit Sct Benoist par ledit sieur Le Comte curé. Duquel enfant jé este parain avec ladite dame de La Masnière son ayeulle maternelle. Et a ladite fille esté nommée Margueritte. Le 25e nobre ensuivant audit an, ledit enfant est décédé et esté inhumé près la chappelle Sct Sébastian en ladite église Sct Benoist.

116[f° 78] Le premier aoust 1624, jé esté prevenu d’une grande malladye, d’une fluxion qui m’est tombée en la jambe et cuisse droicte, qui m’a causé une grande fiebvre continue qui m’a retenu au lict huict moys et plus sans me pouvoir lever ne aller. Et, estant relevé, ladite jambe m’est demeurée courte. Et ne puis aller, sinon avec des escrioches, près mon logis. [f°78 v°] Et plus loing où je soys allé jusques au présent moys de sepbre 1625, ce a esté à l’église Sct Benoist. Encores jé esté nécessité m’y faire porter en une chaire par un long temps. Ladite fluxion en la jambe m’a tousiours du depuis continuer, cause que je ne puis aller qu’avec grande peine et aux environs du logis.

117[f° 79] En marge : Marie Bodreau// Le vendredy premier novembre jour et feste de Toussaincts 1624, entre les dix et unze heures du soir, ma bruz est acouchée d’une fille, laquelle a esté le lendemain baptisée en l’église dudit Sct Benoist par ledit sieur Mr Denis Le Comte curé dudit [f°79v] lieu. Parain Mr Jacques Berault, advocat en parlement oncle dudit enfant, maraine la damoyselle de Longlée nommée Fresneau. Et a ladite fille esté nommée Marie et envoyée en nourice, ledit lieu, au lieu de la Mallemarre appartenant au sieur de La Besnardière près cette ville. Dieu bénisse ledit enfant.

118[f° 80] L’église des Minimes a esté commencé à bastir en ceste dite année 1624 et les fondemens prins.

119Au moys de may 1624, mondit filz et sa femme sont sortis de notre maison, et allés demeurer au logis du sieur de la Boutterye proche le portail de la rue de La Tennerye.

120[f° 80 v° et 81] vierges

121[f° 81 v°] Le mardy IIIe febvrier 1625, Anne Bodreau ma niepce, fille du premier lict de deffunct mon frère, a esté mariée avec noble Louis Foussart sieur de Vaubarré conseiller au présidial de La Flèche. Et ont esté espousez en ladicte église Sct Benoist par Me Denis Le Comte curé dudit lieu. Et ont esté les nopces faictes en mon logis audict Sct Benoist où demeuroyt ladite Anne de laquelle j’estoys curateur.

122[f° 82] Le lundy XXI juillet 1626, l’on a célébré au couvent des Capucins la feste de la béatification de Sct Félix capucin, où Msr Charles de Beaumanoir, évesque du Mans, a officié et presché audict couvent. Et y a procession généralle et la jurisdiction cessé cedict jour à cause de la solennité et indulgences.

  • 51 Le roi est allé à Nantes assister au mariage de son frère et de Melle de Montpensier.
  • 52 Gaston, duc d’Anjou, est appelé duc d’Orléans après avoir reçu en apanage le duché d’Orléans à son (...)
  • 53 Charles II de Lorraine, duc d’Elboeuf, est gouverneur de Picardie. Arrière petit-fils du premier d (...)
  • 54 Henri de Schomberg (1575-1632), comte de Nanteuil, marquis d’Épinay, nommé maréchal de France en 1 (...)
  • 55 Henri II d’Orléans-Longueville (1595-1663), prince souverain de Neuchâtel, duc de Longueville, est (...)
  • 56 Julian lui donne le grade de maréchal par erreur. Il s’agit ici de Charles Goyon de Matignon, mort (...)
  • 57 Entré le 29 avril 1624 au Conseil du roi, Richelieu, à la suite de la conjuration de Monsieur, off (...)
  • 58 Michel de Marillac (1563-1632), a épousé en premières noces, au Mans en 1587, Marguerite Barbe de (...)

123[f°82v°] Le jeudy IIIe sepbre 1626, le Roy, revenant de Bretaigne51, est arivé en cette ville sur les cinq heures après medy, acompaigné de Monsieur52 frère de sa majesté, de messieurs le duc d’Alboeuf53, le comte de Chamber 54 et autres seigneurs, avec ses compagnies de chevaulx légers et de ses gardes. Messieurs le prince de Longueville 55 et le [f° 83] Mareschal de Matignon56, et autres seigneurs sont venus trouver sa majesté en cette ville du Mans. Le sabmedy ensuivant, Mr le cardinal de Richelieu57, chef du conseil, est aussy arivé avec sa suitte. Le dimanche, le sieur de Marillac58, garde des seaux, est aussy arivé et incontinent le conseil a tenu [f° 83 v°] à l’évesché où le Roy estoyt logé. Ledict jour, sadicte majesté ayant ouy la messe à Sct Julian, et le conseil ayant tenu après disner, il est party pour aller coucher à La Flèche. Le lendemain, lesdicts sieurs cardinal et garde des seaux sont partis et suivi le Roy à Paris.

124[f° 84] Margueritte Bodreau Le mardy huitieme sepbre oudict an 1626, jour de la nativité Notre Dame, la femme de mon filz est acouchée d’une fille, environ les six heures du matin. Laquelle a esté baptisée le lendemain en l’église dudict Sct Benoist par ledict sieur Me Denis Le Compte curé. Parain Me Pierre Pichon, [f° 84v°] advocat nostre cousin, maraine Claude Nicolle fille du sieur Dupont Nicolle, advocat cousin de ma bruz, et a esté nommée Margueritte. Dieu la bénisse. Amen. Bodreau

125[f° 85] Au moys de sepbre audict an 1626, la contagion est survenue en ceste ville. Et prins premièrement en la maison de Castan fourbisseur rue Dorée. Nous sommes retirés, mon filz avec nos familles, en mon lieu de La Challerye audict Souligné, où avons esté troys moys durant ladicte contagion, puis sommes revenus en nos maisons.

126[f°85 v°] Le vendredy 14e may 1627, monsieur Le Comte de Tresmes, gouverneur de cette ville, fils du sieur de Gesvres secrétaire d’estat, a faict son entrée en cette ville, et y a sejourné avec la dame sa femme puis sont allés à Laval où il a aussy faict son entrée.

127[f° 86] Michel Bodreau Le mardy premier sepbre 1627, sur le minuict, madicte bruz est acouchée d’un fils fort petit et foible, lequel a esté baptisé ledict jour en ladicte église Sct Benoist par ledict sieur Le Comte curé. Parain Michel Berault, marainne Perronnelle Berault. Et a ledict enfant esté nommé Michel. Le 24e du moys ledict enfant est décédé et esté inhumé en l’église dudict Sct Benoist.

128[f°86 v°] Au moys de décembre 1627, le sieur de Chaston Amy, et ses associés pour la navigation de la rivière de Sarthe jusques en cette ville, y ont faict venir deux batteaux chargés de vin qui ont abordé près la grosse tour du pont Perrin, au dessoubs du Greffier.

129La ville de La Rochelle a esté assiégée par le Roy Louys le Juste XIIIe du nom en l’an 1627. Et a esté rendue en son obéissance au commencement du moys de nobre 1628. Et ont les murailles esté razées par édict du roy.

130[f° 87] Sur la fin du moys de juillet 1628, la contagion a prins en cette ville en divers endroicts et particulièrement au carefour du Pont Perrin et environs. Et y en avoit des deux costez de ma maison. À cause de quoy, je me suis retiré avec mon fils, nos femmes et familles, en mondict lieu de La Challerye où nous avons esté environ troys moys durant ladicte contagion, puis sommes revenus en nos maisons. [f° 87v°] Julian Bodreau mon petit filz Le dimanche XXe Sepbre oudict an 1628, estant en mondict lieu de La Challerye, la femme de mondict filz y est acouchée, sur les deux heures du matin, d’un filz. Lequel a esté baptizé le lendemain en l’église dudict Souligné par me Thomas [f° 88] Jamin prebtre vicaire dudict lieu. Parrain Me Jean Faissot sr des Rues, advocat au Mans, marraine dame Jeanne Lebourdays femme du sr Robillard, demeurant au Mans, laquelle estoyt à son lieu de La Couasnonnière. Et a ledict enfant esté nommé Julian. Dieu le bénisse. Amen. Bodreau pour aprobation. En marge du f°87v° : Ledict enfant est décédé en l’aage de troys ans, d’une fiebvre, en la maison de ses père et mère. Et esté inhumé en l’église dudict Sct Benoist.

131[f° 88 v°] En l’an 1629, jé faict baptir tout de neuf le logis du lieu et métairye du Plessis en Fillé, que jé donné à mondict fils en avancement d’hoirye, quoyque se soyt je l’ay achapté des deniers que je luy avoys promins par son contract de mariaige. Quel bastiment m’a cousté quatre cens Livres. B

132[f°89] Pierre Bodreau/Le jeudy IIIe janvier 1630, ma bruz est acouchée d’un filz, lequel a esté baptizé le lendemain en l’église dudict Sct Benoist par me Michel Hameau à présent curé dudict lieu. Noble François sr de La Tremblaye éleu, maraine Marie Nicolle fille dudict sr du Pont Nicolle advocat. [f°89v] Et a esté nommé Pierre. Ledict enfant a esté mins en nourice avec la femme de Julian Hérault, métaier du lieu de La Groyerye en Tranger, où ledict enfant est décédé second juillet oudict an 1630. Et esté inhumé au cimetière dudict Tranger. Bodreau pour aprobation de tout ce que dessus. B

133[f° 90] En marge : Louise Bodreau//Le mardy XXIIe apvril 1631, la femme de mon filz est acouchée, environ les deux heures après minuict dudict jour, d’une fille qui a esté baptizée ledict jour après medy par vénérable et discret Me Michel Hameau prebtre curé dudict Sct Benoist. Parain Me Gabriel de Renusson, advocat au Mans, et dame Louyse Pillet, femme de Me Charles d’Anguy sr du Mesnil, aussy advocat audict Mans, cousinne [f°90v°] germaine de la femme de mondict filz. Et a esté nommée Louyse par ladicte dame du Mesnil. Dieu la bénisse. Bodreau. Mondict filz et sa femme font nourir ladicte enfant à leur maison par une nourice.

134[f°91] Le 8e Novembre 1631. L’Illustrissime général de l’ordre des Jacobins, appellé Rodolphe, est arivé au Couvent des Jacobins de cette ville et y a séjourné par deux jours. Auparavant sa charge, il a esté l’espace de vingt ans maistre du Sacré Pallays de Romme et est président de l’Inquisition à Romme/Il a esté trouvé es registres desdicts Jacobins que, depuis quatre vingtz tant d’années, il n’estoit venu aulcun général audict Couvent.

135[f°91 v°] Charles Bodreau mon petit filz/Le sabmedy neufviesme jour d’octobre mil six cens trente et deux, entre une et deux heures du matin, ma bruz est acouchée d’un filz. Lequel a esté baptisé ledict jour en l’église dudict Sct Benoist par ledict Me Michel Hameau curé dudict lieu. Parrain noble Charles Le Chartier conseiller du Roy au siège présidial et Sénéchaussée de cette ville, maraine damoiselle [f° 92] Favril, espouse du sr de La Rivière sr des Roches conseiller elleu audict Mans, et a esté nommé Charles par ledict sr Le Chartier sr de La Mahottière. Dieu le bénisse. Bodreau pour aprobation. Le père et mère dudict enfant le font nourir à leur maison. Aux vendenges 1633, la nourice dudict enfant se porte en mon lieu de Rossay en Changé pour y séjourner pendant les vendenges, auquel lieu la maladye de vérette le print qui luy a faict perdre un œil.

136[f° 92 v°] Au moys d’apvril 1633, Michel Bodreau, mon nepveu, duquel et de René et Catherinne sa sœur je suis curateur, s’est ledict Michel, que j’entretenoys aux escolles aux Jésuistes à La Flèche, rendu Religieux récollect au Couvent des Récollets à La Flèche, aagé de XIX ans, et ayant faict son an de novitial et [f° 93] aprobation. Il a faict profession ayant vingt ans acomplis. À laquelle profession, sadicte seur Catherinne et mon filz ont assisté, qui sont allez exprès de cette ville aud La Flèche. Lesquelz je y ay envoyés à cest effect. Dieu luy face la grace de faire son salut, et de le prier pour nous, pauvres pecheurs.

137[f° 93 v°] Au moys de juillet 1632, ladicte Catherine est sortie du logis de Me Claude Gilles, avec lequel elle estoit en pention, et venue demeurer en mon logis et avec moy comme pentionnère, et y est encores à présent. Son frère René est allé estudier à Paris au moys de Sepbre 1633, et quitté son aprentisaige du mestier [f°94] d’appothicaire, où il avoyt esté par un an avec son oncle Jean Gilles me appothicaire en cette ville, pour aller estudier audict Paris. Auquel lieu je l’entretiens à mesme son revenu comme son curateur.

138Marie Bodreau, ma petitte fille demeurante avec ses père et mère, a receu le Sct Sacrement de Confirmation au Caresme de l’année 1634 par Monsr le Révérendissime Charles de Beaumanoir, évesque du Mans. [f° 94 v°] Le vendredy 9e juin 1634, Margueritte Bodreau ma petite fille aagée de plus de sept ans demeurante avec nous, a receu le Sct Sacrement de Confirmation en l’église des Cordeliers de cette ville par monsr le Révérendissime Charles de Beaumanoir, évesque du Mans, qui conféroyt lesdicts ordres en ladicte église. Bodreau pour aprobation de que dessus.

139[f° 95] Au moys d’aoust 1634, les Religieuses de l’Ave Maria ont esté receues en cette ville, pour y demeurer et y establyr un couvent, à la poursuitte et dilligence de la dame de La Ferrière de la maison de Tessé, qui les veult fonder. Et s’en allées demeurer au logis du deffunct sr de La Bataillère, en attendant qu’elles trouveront une place et logis pour les [f°95v°] habituer. Et ont esté establyes par monsr des Chappelles, grand doyen en l’église du Mans, commins à ce faire par monseigneur Charles de Beau-manoir évesque du Mans. Lequel sr doyen a célébré la messe et officié en ladicte maison où sont de présent lesdictes religieuses.

140[f° 96] Le samedy 28 jour de juin 1636, Me Julian Bodreau notaire royal mon très cher et honoré père, est décédé sur les unze heures du matin, en sa maison qu’il avoit faict bastir au carrefour du pont perrin proche les murs de ville, après avoir esté affligé d’une douleur de jambe qui avoit ulcéré toute la cheville du pied gauche par le temps de douze ans ou environ. Il estoit agé de soixante et trois ans neuf mois dix jours, et estoit né le 13 septembre 1572, un jour de sapmedy comme celuy de son décès. Il fut enteré le [f° 96 v°] le lendemain en l’église de Sct Benoist un jour et feste de Sct Piere. Et gist au droict de la chapelle de Sct Sébastien. Les obsèques en furent faictes par me Michel Hameau prebtre Curé dudict Sct Benoist. Il a abandonné aux larmes sa très chère espouse, Margueritte Termeau, et moy Julian Bodreau leur fils unique. Anima Illius in pace aterna requiescat amen Bodreau

141[f° 97] Au moys de febvrier 1637, je suys venu demeurer en la maison de mon deffunct père et ma mère s’est retirée en une petite chambre où auparadvant demeuroit la dame de La Barre.

142Le mardy 17 novembre 1637, messire Charles de Beaumanoir, Evesque du Mans, Abbé de Beaulieu, de Sainct Ligaire en Poitou, et prieur de Vertou en Bretagne et de Sct Séverin, est décédé agé de cinquante et six [f° 97 v°] ans ou environ, en son chasteau d’Yvré, d’une rétention d’urine, par l’espace de treze jours entiers, causée d’un amas de pieres qui luy avoient occupé l’orifice des uretères des deux rognons. Messire de Beau-manoir, son nepveu fils de messire Henry de Beaumanoir vivant marquis de Lavardin, a obtenu de sa majesté les abbayes de Beaulieu et de Sct Ligaire aveq Vertou et Sct Séverin. Et quand à l’évesché, il ne l’a peu obtenir [f°98] attendu qu’il n’est agé que de vingt ans. Et messire Emeric Marc, Sieur de la Ferté, a esté pourvu dudict évesché par sadicte Majesté.

143Le sapmedy 6 febvrier 1638, ledict seigneur de Beaumanoir, évesque du Mans, a esté inhumé en l’église du Mans. Et son corps fut pris en l’abbaye de la Coulture, où il avoit esté apporté quinze jours auparadvant, et reposoit en la chapelle derrière le grand autel de ladicte église de la Coulture. [f° 98 v°] Les cérémonies de ses obsèques se sont faictes comme ensuit. Il y avoit trente et six crieurs ou sonneurs de clochettes aveq des petites casaques de duoil. Suyvoient trente et six porteurs de torches couverts de bureaux aveq les armes dudict seigneur à unze billettes d’argent, autrement coups de marteau, à fond d’azur, timbrées d’un chapeau verd. Après, les Capucins, les Minimes, les Cordeliers, Jacobins, [f° 99] L’Hostel Dieu, Beaulieu, La Coulture, Sct Vincent, Sct Piere et Sct Julian. Après les collèges estoit le seau à trente et six flambeaux de cire blanche et, au milieu, le portraict dudict seigneur évesque en médaille, qui estoit porté par Monsieur des Chapelles Grand doyen dudict Sct Julian. Après, marchoient deux à deux les gentilhommes et officiers domestiques, puis le corps dudict deffunct, [f° 99 v°] couvert d’un grand drap mortuaire de velours noir aveq ses armes, qui estoit porté à col par douze prestres. Autour du corps, estoient, d’un costé le vice gérant de Msr l’official du Mans pour son absence, le Sr promoteur, les greffiers, et appariteur de l’officialité aveq des flambeaux de cire blanche, et de l’aultre costé Le Sr bailly de Thouvoye, et procureur, et aultres officiers. Les quatre coins du drap estoient portés par quatre chanoines. [f° 100] Le corps estoit suivy par Messire…, évesque de…, qui fist la cérémonie. Puis marchèrent en longs habits de duoil à grande queue, enfermés en capuchons, Messeigneur Messire… de Beaumanoir, fils aisné de Mons le marquis de Lavardin, représentant l’aisné de la famille, qui estoit conduit par messire…, [f°100v°] Messire de Beaumanoir vicomte de Lavardin conduit par Messire…, Messire Jean Babtiste Louys de Beaumanoir, séneschal du Maine, conduit par…, et ledict sieur Abbé de Beaulieu conduit par… Après marchèrent en bel ordre : Messieurs du siège présidial et [f°101] de la provosté, aveq l’élection, meslés ensemble pour éviter au disputes qu’ils ont touchant leurs préséances. Puis, enfin, les advocats en corps aveq leurs robes et bonnets, jusques au nombre de quatre vingt six. Et est à remarquer que Messieurs les échevins de ville n’assistèrent pas, attendu que Messr les chanoines de Sct Julian ne voulurent pas consentir qu’ils portassent [f° 101 v°] les quatre bouts du drap, ainsy qu’ils avoient faict à l’enterrement de deffunct messire Claude d’Angennes, dernier évesque, comme il avoit esté remarqué aux registres de ville. Ceste pompe funèbre a party de l’église de la Coulture pour aller à Sct Julian, descendant par le Puis de Quatre Roues, et allant le long du bas des Gallères, passant par la Vieille Porte. Et, en montant [f°102] par la Grande Rue, est entrée en l’église de Sct Julian qui estoit fermée affin d’éviter le désordre et la confusion du peuple. Depuis le milieu de la nef de ladicte église jusques au hault contre le jubé, il y avoit, autour des piliers, une cloison de charpente pour recepvoir toute ladicte pompe funèbre. Et au milieu y avoit une chère où la harangue funèbre fut faicte par le père Grisel, [f° 102 v°] Jésuite, très docte et très éloquent personnage, qui dura une heure et demye. La messe et service fut célébré par ledict seigneur évesque. Et fut le corps mis en une voute estant à l’aile du costé de l’entrée de l’évesché, au droict de la chapelle de Sct Jean, où reposent, dès auparadvant, les corps de messire le mareschal de Lavardin père et Madame [f° 103] la femme de Monsieur le marquis. Tout l’enclos où estoit le dueil, et le reste de la nef de ladicte église, estoit environné d’un dueil de velours noir, aveq une bande dessus et l’autre dessoubs de frise noire, et tous parsemé d’armoiryes aultant plain que vide.

144Le 19 mars 1638 le père Chrysologue Bodreau, récollet, a célébré sa première messe au couvent des Récollets de La Flesche.

  • 59 Julien a rayé : « pendant » pour mettre : « en ».

145[f° 103 v°] Le dimanche 6 juin 1638, Me Pierre Nicole, Advocat au siège présidial de ceste ville, agé de trente et deux ans, fils de Me Francoys Nicole, et docte et célèbre advocat consultant de ceste ville, est décédé sur les huict heures du matin, au grand regret de tous ses amys et du publiq, estant un homme qui, en 59 son age, méritoit d’estre appellé l’honneur du barreau. Son corps fut, ledict jour, enterré au grand cimetière de ceste ville dans le chanceau au costé de l’épistre qui est le droict.

  • 60 Julien a rayé : « samedy 4 ».

146[f° 104] Le vendredy 60 3 dudict moys de juin 1638, la contagion a commencé à prendre en ceste ville, en la maison d’un careleur apellé Rouelle, proche l’église de Sct Julian, et en la maison de monsr Marest provost provincial, deux des filles duquel sont décédées. dieu nous préserve par sa grace. Amen

147Le samedy 12 juin 1638, a esté publyé cessation de jurisdiction, attendu le mal contagieux, et n’a point esté limité de temps à ladite cessation de jurisdiction.

  • 61 Avec cette naissance, Gaston d’Orléans, âgé de trente ans, perd son rôle de premier héritier de la (...)
  • 62 Charlotte de Montmorency, épouse de Henri II prince de Condé, mère du Grand Condé.
  • 63 Marie de Bourbon-Soissons, épouse de Thomas-François de Savoie.
  • 64 Françoise de Lorraine-Mercoeur, épouse de César de Vendôme.
  • 65 Louise de Budos a épousé en 1593 le dernier connétable de la famille de Montmorency, le connétable (...)
  • 66 Épouse de Frédéric-Maurice duc de la Tour d’Auvergne dont le père, épousant en premières noces Cha (...)

148[f° 104 v°] Le dimanche 5e septembre 1638, Anne d’Autriche reine de France est achouchée d’un dauphin, sur les unze heures trois quarts, à Sct Germain en Laye, lorsque le Roy commencoit à disner. Lequel, acourant en la chambre de la Reine, Madame la marquise de Sancy sa dame d’honneur, et la dame Pierone sage femme, présenta le dauphin au roy. Où estoient Monsieur, frère unique 61 de sa Maiesté, Mesdames la princesse de Condé62, Comtesse de Soissons63, duchesses de Vendosme64, Connes-table de Montmorency65, duchesse de Bouillon la Mark66, et aultres de grande condition. [f°105] Ledit dauphin fut inondé dans la chambre de le reine par monsr Seguier, évesque de Meaulx, premier aumosnier du roy, attendant les cérémonies et aultres solenités qui s’observent lors de l’imposition du nom. Le mesme jour, la nouvelle de la naissance du dauphin venue à Paris, on fist de grandes réjouissances et un feu de joye en Grève. Le mardy 7 dudit moys, un courier est venu exprès en ceste ville pour anoncer ceste heureuse nouvelle de la naissance du daulphin et, s’estant adressé à Monsieur le lieutenant général, il assembla messieurs les échevins. Et, sur les huict heures du soir, un Te deum fut chanté en musique en l’église de Sct Julian où messdits sieurs [f° 105 v°] de ville et les officiers du présidial assistèrent. Le lendemain 8, jour de feste de la Nativité de nostre dame, fut faict une procession généralle qui partit de l’église de Sct Julian et alla à Sct Vincent où il fut célébré une messe en musique. Le dimanche 19 dud mois de Septembre, le feu de joye de la naissance de Monseigneur le dauphin fut faict en la place du chasteau de ceste ville, à neuf heures du soir. Et le feu fut mis par Messire Jean Babtiste Loys de Beaumanoir, Séneschal du Maine, et lieutenant pour le roy en ceste province qui estoit accompagné de Monsr le lieutenant général, [f° 106] et de messieurs les eschevins, et procureur de ville, aveq des torches alumées portées davant eux. Lesquels mirent coniointement le feu aveq mondit seigneur de Lavardin. Et tous les habitans de la ville et des forbourgs estoient en armes, divisés en dix compagnies qui faisoient environ de deux mil hommes.

149Le vendredy 12 aoust 1639, révérend père en dieu, messire Emeric Marc évesque du Mans, est arivé en ceste ville et entré en son église cathédrale.

150Le 28 janvier 1640, ma cousine Catherine Bodreau, [f°106 v°] fille de deffuncts Me Jacques Bodreau et Catherine Gilles sa seconde femme, fut accordée pour mariage aveq Me Jean Faissot sieur des Rues advocat au siège présidial de ceste ville. Et ledit mariage fut accordé et les articles arrestés, et contract passé, ledit jour, en la maison du sieur Jean Gilles maistre apotiquère son oncle maternel. Ledit contract de mariage attesté par Me Pierre Ouvrard notaire royal. Et le lendemain 28 dudit mois de janvier 1640, Me Michel Hameau prebtre Curé de Sct Benoist épouza lesdits Fassot et Catherine Bodreau en l’église de Sct Benoist sur les [f°107] cinq heures du matin. Ledit sieur Faissot avoit esté auparadvant marié aveq deffuncte Renée Duval, vivant fille du sieur de la Morrelière Duval, de laquelle il a un garçon appellé Jean.

151Le vendredy 2 mars 1640, me Louis Foussard sieur de Vaubarré, conseiller du roy au siège présidial de La Flesche, Maire de ladite ville, mary de damoiselle Anne Bodreau ma cousine germaine, fille de deffuncts me Jacques Bodreau mon oncle et de Anne Pelard sa première femme est décédé. Et son corps fut le lendemain inhumé en l’église de Sct Thomas de ladite ville. Lesdits sr Foussard et Bodreau [f° 107 v°] furent conjoincts par mariage le 3 febvrier 1625, et les nopces en furent faictes en la maison de mon deffunct père, qui estoit curateur de ladite Anne, comme il a esté cotté cy dessus.

152Le 13 mars 1640 le cousin Me René Bodreau docteur en médecine, fils de deffunct Me Jacques Bodreau et Catherine Gilles, est arivé en ceste ville du Mans, de Montpellier où il a obtenu ses lettres de docteur en l’Université dudit lieu. Lesquelles ont esté enregistrées au greffe du siège de la provosté royal de ceste dite ville.

153[f° 108] Le mardy 13 jour de novembre 1640, la cousine damoiselle Catherine Bodreau femme de Me Jean Faissot sieur des Rues advocat, est acouchée d’un garçon sur les quatre heures apres midy. Lequel a esté babtisé ledit jour et a esté nommé René par Me René Bodreau docteur en médecine, son oncle maternel, son parrain, et a eu pour marraine dame Marie Faissot, femme de maistre Antoine le Roy sieur des Espinières, sa tante paternelle. dieu le face prospérer.

154[f° 108 v°] Le 21 decembre 1640, j’ay tenu, aveq Madamoiselle Renée Vasse espouze de Monsieur me René Le Vayer conseiller du roy lieutenant général en la séneschaussée du Maine au Mans, en un enfant de Me Michel Belot, audiencier au siège présidial dudit Mans, et de Margueritte Le Maignan sa femme. Et j’ay nommé ledit enfant Michel sur les fons babtismaulx du Grand Sct Pierre, et a esté babtisé par Me prebtre curé.

155[f° 109] Le dimanche 15 septembre 1641, j’ay accordé en mariage Marie Bodreau ma fille aisnée aveq me Mathieu Chesneau sieur des Portes, advocat au siège présidial de ceste ville, fils aisné d’honorable Guy Chesneau sieur de Vieumont et de dame Françoise Pottier, de la ville de Lassay. Et les articles furent arrestez et signez en présences dudit sieur de Vieumont père, tant en premier nom que de procureur de sadite femme, et encor de chacuns de Me Chesneau, procureur fiscal dudit Lassay, oncle paternel dudit futur époux, Messire [f° 109 v°] Jean de La Motte sieur de Launay, advocat audit Lassay, et Me Nicolas de La Motte, advocat à ce siège, cousins germains dudit sieur des Portes à cause de leur mère veufve Me Jean de La Motte, vivant Sieur de Launay vivant célèbre advocat audit Lassay, laquelle est seur de ladite dame Françoise Pottier mère dudit sieur des Portes/Et est à remarquer en passant que ledit deffunct sieur de Launay de La Motte avoit épousé en premières nopces… Berault, seur de Me Pierre Berault sieur de La Masnière mon [f° 110] beau père, ayeul maternel de ladite Marie, lequel estoit aussy présent à l’arrest des articles, aveq mes François Nicolle sieur Dupont et Pierre Pichon advocats consultants audit Mans. Et le mesme jour, sur les trois heures de relevée, lesdits articles furent recogueus et contract en fut passé pardavant Me Pierre Ouvrard notaire, en ma maison où assistèrent les dessus nommés et encor monsieur Me Jean Vasse conseiller du Roy, [f° 110 v°] lieutenant général criminel audit Mans Mr Morin président au grenier à sel, Msr des Roches de La Rivière lieutenant en l’élection, mr de La Besnière Garnier, et msr du Mesnil d’Anguy, Mr de La Bride de Renusson, et plusieurs autres personnes de qualité. J’ay donné en dot à madite fille six mil Livres en contracts produisans intérest, la jouissance du lieu de La Rivière en Fercé aveq deux pipes de vin par an. Et ledit sieur de Vieumont a baillé à son fils la jouissance de [f° 111] deux métairies, appellées Les Frogeries, paroisse de…, aveq quinze cens Livres en argent, et outre l’acquitter de toutes debtes. Et le lendemain, ledit sieur de Vieumont et moy avons payé ausdits futurs conjoints ce que nous leur avions promis dont ledit Sr Desportes nous a baillé acquict pardavant le mesme Ouvrard notaire. Dieu les face prospérer en sa grace. Bodreau. Ladite Marie Bodreau est agée de seize ans dix mois quinze jours estant née le 1er novembre 1624. B. [f°111v°] Le mardy 8 octobre 1641, ledit me Mathieu Chesneau sr des Portes et Marie Bodreau ma fille ont épouzé et esté conjoincts au sacrement de mariage par me Michel Hameau prebtre curé de Sct Benoist du Mans en ladite église. En présence de Me Pierre Berault sr des Masnières son ayeul maternel, et dame Françoise Guignard veufve Me… Berault vivant procureur au parlement de Paris sa tante maternelle, et Me Jean Fais-sot sr des Rues et de [f° 112] et de damoiselle Catherine Bodreau sa femme, me René Bodreau docteur en médecine oncle, plusieurs autres parens. Dieu les face prospérer en sa grace. Et le vendredy XI dudit mois me Jacques Berault advocat en parlement, oncle maternel de ladite Marie, est arivé en ceste ville pour assister à ses nopces. Il luy a faict présent d’une sallière d’argent, et ladite dame veufve Berault sa tante [f° 112 v°] d’une escuère d’argent. Bodreau.

156Le mercredy 22 octobre 1642, sur une heure après midy, ma très chère et très honorée Mère, Marguerite Termeau, veufve de deffunct Me Julian Bodreau mon père, est décédée agée de soixante et sept ans 10 mois. En marge : elle estoit née le 27 janvier 1576//Et le lendemain elle a esté enterrée en l’église de Sct Benoist, au mesme lieu où mon deffunct père est inhumé affin que leurs corps demeurassent unis en mesme lieu en terre attendant [f° 113] la résurection universelle comme leurs ames sont maintenant unies au ciel par la grace de Dieu. Ils furent épousez par deffunct Me François Roulin curé de La Suze, audit lieu le jeudy 20 octobre 1598, et ont veuscu ensemble en parfaicte union et amitié conjugale trente et huict ans huict mois jusques au samedy 28 juin 1636 que Dieu apella mon père le premier. Et l’a relaisser en viduitté jusques audit jour qu’il l’appella à luy. Et pendant sa viduitté elle s’est retirée en une petite maison, acquise [f° 113 v°] d’un appellé Dieuxyvoyst, proche la grande maison que mon père avoit faict édiffier. Sa bonté, sa piété et sa charité l’ont faict regretter de tous et parculièrement de ceux de sa famille et de moy son fils unique. Anima Illius in pace aterna requiescat amen. Sera remarqué que au moys de febvrier en ladite année 1642, décéda une honneste veufve appellée Catherine Hameau, dame de La Barre veufve de deffunct Michel Hureau, laquelle estoit sa parfaicte amie et [f°114] se tenoient compagnie en leurs dévotions et prières. Laquelle, incontinent qu’elle fut décédée, ma Mère dist qu’elle l’appellerait bientost au ciel aveq elle. Bodreau.

157Le mardy 16 décembre 1642, j’ay tenu sur les fons de babtesme, aveq Madamoiselle Marie Belocier femme de Noble Jean de la Rivière sieur de Vair conseiller du roy au siège présidial du Mans, une fille de Me Jean Fais-sot, [f°114 v°] sr des Rues advocat, et de damoiselle Catherine Bodreau sa femme ma cousine germaine. Laquelle fille a esté babtisée par le sr vicaire de La Coulture en l’église dudit lieu, et ladite damoiselle Belocier l’a nommée Marie. Bodreau.

158Le 25 janvier 1643, Me Michel Berault, advocat au siège présidial, mon beau frère, épousa damoiselle Delestre de la ville de Mamers et furent les nopces faictes en la maison de Monsieur Me Jean Vasse conseiller du roy [f° 115] lieutenant criminel en la sénéchaussée du Maine au Mans, Madame sa femme estant parente de ladite damoiselle de Lestre et ledit Sieur parain dudit Berault.

159Le vendredy sixiesme jour de febvrier 1643, sur une heure et demie après midy, ma fille Marye Bodreau, femme de me Mathieu Chesneau sr des Portes advocat, est acouchée de son premier enfant qui est une fille. Laquelle fut inondée le lendemain par le sr de Lespine prebtre habitué de Sct Benoist en attendant la cérémonie du babtesme. Bodreau.

160[f° 115 v°] Le mercredi 16 septembre 1643, Louise Bodreau ma fille a receu le sacrement de confirmation par Monseigneur l’évesque du Mans en la salle de l’Évesche de ceste ville. Dieu la bénisse.

161Le jeudy 23 septembre 1644, le nom fut imposé et donné à la fille ais-née de Me Mathieu Chesneau sr Desportes mon gendre et de Marie Bodreau ma fille, qui fut babtisée dès le 6 febvrier 1643 en la maison par Me Louis Le Brodeur sieur de l’Espine prebtre habitué à [f° 116] Sainct Benoist. Et les cérémonies du babtesme furent différées jusques audit jour 23 septembre 1644 qu’elles ont esté faictes par Me Michel Hameau curé dudit Sct Benoist. Me Nicolas Chesneau sr de La Gautrays, frère de mon-dit gendre, a esté le parain et Magdelaine Berault ma femme la marraine. (fut nommée Marguerite) Est à remarquer que le lendemain ledit Me Nicolas Chesneau fut promeu à l’ordre de prestrise par Monsr Emeric Marc évesque du Mans. Bodreau.

162[f° 116 v°] Le vendredy septiesme jour de octobre 1644, sur l’heure de midy et un quart d’heure après, est acouchée ma fille Marie Bodreau femme de Me Mathieu Chesneau sr des Portes, d’une fille laquelle est née aveq une petite taye sur la teste que on apelle coeffe et que l’on prend pour un augure et signe de bonheur. Dieu la bénisse.

163Et le XI dudit mois ladite fille a esté babtisée par Me Jean Granger vicaire de Sct Benoist par l’absence de mr Michel Hameau curé en ladite église. Et a esté nommée Marie Gabrielle par dame [f°117] Gabrielle Guignard, veufve de deffunct Me Louis Berault vivant procureur en parlement, sa marraine, son parain est Me Pierre Berault sr de la Masniere advocat, son bisayeul, et a esté babtisée en ladite église de Sct Benoist.

164Le mardy 18 octobre 1644, j’ay tenu sur les fonds de l’église de Sct Nicolas aveq l’enfant premier nay de Julian Alaire Me Boulenger et de Marie Chopine. Lequel j’ai nommé Julian et a esté babtisé par Me Françoys Le Gras Curé dudit St Nicolas.

165Le 19 audit mois d’octobre, ladite Marie Chesneau est décédée et fut enterrée au près de ma mère.

166[f°117v° et f°118] vierges

167[f°118v°] Anagrame sur le malheureux Françoys Ravillac paricide du roy Henry le Grand/Henry 4 roy de France et de Navarre
Françoys Ravillac/
Il soucira la France/
Influencés du ciel astres portans bonheur/
Vous voulliers empescher l’heure de sa naissance/
mais les filles d’enfer, engeance de malheur/
l’ont faict naistre disant,
Il soucira la France
x causidico
Pean x fecit
1610

168[f°119] Le… aoust 1644, les religieuses de la Visitation sont entrées en leur monastère des halles de ceste ville, qu’elles ont achepté de Bouricher bourgeois, et y ont faict bastir le logement et enclos tel qu’il est qui a esté parfaict en six ou sept moys.

169[f° 119 v°] Le samedy vingt et septiesme janvier 1645, sur les huict heures du soir, l’eau des rivières de Huisne et de Sarthe se déborda et creut de telle hauteur que, le lendemain au soir, elle monta en la rue Dorée jusques à une maison au delà de la maison neufve appartenant à Bommer apotiquère. Et elle fut en l’allée [f° 120] de ma maison jusques au droict de la porte du petit logis qui est au droict de mon perron. Et l’eau couvroit jusques la seconde marche du degré de mondit perron, en sorte qu’elle entra en ma cuisine et en ma cave jusques à moityé. Toutesfois, il est à remarquer que on eust peu empescher l’eau d’entrer en ma cave et cuisine si la porte, qui répond de l’allée en ma petite cour, [f°120v°] eust esté bien bouschée aveq du fumier. Ce qui doibt servir d’advertissement à l’advenir. Ceste inondation dura jusques au premier febvrier que l’eau commenca à baisser. Et elle estoit parvenue à telle haulteur que l’eau estoit au dessus des arches du pont Perrin, et le pont levis estoit demy pied proche de l’eau. Laquelle fut si impéteuse qu’elle emporta [f°121] un moulin à tan proche l’église de sainct Jean en sorte qu’il ne resta que le fondement. En outre, elle emporta une partye d’un autre moulin en sorte qu’il ne resta qu’un petit bout du plancher de la chambre où, par une grace spéciale de Dieu, une femme aveq trois petits enfans fut exposée deux nuicts entières scavoir Le 29 et le 30 [f° 121 v°] dudit moys de janvier. Mais, par le courage d’un jeune homme tanneur apellé Josnas Esnault, lequel, assisté d’un apellé Regnard Sieur de la Fontaine et un serviteur meusnier, tirèrent du péril ceste misérable mère et ses trois enfans, par leur industrie et au hasard de se perdre. Ceste povre femme estant grosse [f° 122] de trois ou quatre mois, eut une fausse couche pendant ce péril éminent estant agitée de la peur et du froid. Ceste mesme nuict 28 janvier que l’eau commenca à se déborder, il y eut en l’air, sur le minuict, un si grand orage accompagné de tonnerre et d’esclairs que un turbillon de vent emporta et renversa en un mesme instant deux [f° 122 v°] tripots ou jeux de paume en la paroisse de La Coulture, en la rue de Quatre roues, des deux costés d’icelle rue. L’un appellé le jeu du petit René, proche du jardin des Minimes, l’aultre appellé le Sauvage, proche le tripot du Ver galland. Et la charpente et couvertures de ces deux tripots furent veues le lendemain [f° 123] tellement brisées qu’elle fut inutille à bastir. Ceste mesme nuict, ce mesme orage renversa le clocher de sainct Jean d’Assée et brusla une partye de l’église à quatre lieues de ceste ville. Plus, ce mesme orage renversa une partie de la voute de l’église cathédrale de Poitiers et il [f° 123 v°] tomba de ladicte voute une grosse pierre sur un image de La Vierge. Laquelle pierre se cassa en deux sans offenser ledict image ce que a esté remarqué comme un miracle.

170Le 28 febvrier 1645, par la grace de Dieu, j’ay achevé le commentaire que j’ay faict sur les coustumes du pays et comté [f° 124] du Maine qui est imprimé par Gervays Aliot, imprimeur à Paris. Dieu veille que ce soit à sa gloire et à l’utilité du publiq.

171Le 4 juin 1646, sur les unze heures et demye avant minuit, ma fille Marie Bodreau femme de Me Mathieu Chesneau Sr des Portes advocat est acouchée de son troisiesme enfant qui est un garçon. Et, le lendemain sur les quatre heures de relevée, il [f° 124 v°] fut baptisé en l’église de Sct Benoist par Me Michel Hameau curé. Je suys son parain qui l’ay nommé Julian, sa maraine est damoiselle Bonne Provost femme de Me Nicolas de La Motte sieur de la Chauvière advocat, cousin germain dudict sr Chesneau, parce que sa mère se nomme Françoise Pottier et la mère dudit sr de la Motte s’apelloit Barbe Pottier qui estoient sœurs, laquelle Barbe est décédée à Lassay, sa demeure, depuis un mois. Bodreau

172[f° 125] Le dimanche 17 juin 1646, est décédé frère Vincent Berault, prebtre religieux de l’ordre de Sct Augustin préfet de l’abbaye de Beaulieu, sur les XI heures du soir en la maison de Me Pierre Berault sr des Masnières, son frère, où il estoit demeurant depuis qu’il eut résigné son bénéfice de prieur curé de Rouessé en ce diocèse près la ville d’Alençon à Me Louis Berault son nepveu, fils du deffunct me Louis Berault vivant procureur en parlement, [f°125 v°] il y a trois ans. Il a esté inhumé en l’église de ladicte abbaie de Beaulieu, en la nef proche le benestier qui est contre la porte pour entrer du cloistre en ladicte église. Il estoit un bon religieux sans vice. Requiescat in pace amen.

173Le 28 janvier 1648, est arivé au couvent des Capucins du Mans le généralissime de tout l’ordre des Capucins apellé Innocent, natif de Sicille d’une ville appellé Calatagirone. [f° 126] Il estoit tellement estimé homme de saincte vie que tous les habitans du Mans de toutes conditions, ages et sexes, accoururent au couvent pour le voir et pour estre touchez de luy. Et on au visage et aux parties du corps, où ceux qui se faisoient toucher estoient affligez, d’autant qu’on estimoit qu’il faisoit des miracles et, de vérité, j’ay entendu de quelques infirmes qu’ils avoient receu du soulagement. Il ala visiter Monsr[f° 126 v°] l’évesque du Mans, en son manoir épiscopal, et Madame l’abesse de l’abbaye du Pré où il fist ses prières au tombeau de Sct Julian. Madame l’abbesse, du consentement de Monsr du Mans et en sa présence, luy fist ouvrir la chasse de Sct Julian qui est en son abbaye et en tira une partye d’os et relique du Sct, qu’elle luy donna, et dont fut dressé procès verbal par ledict seigneur évesque. [f°127] Ceste relique luy fut donnée affin de la porter en l’église collégiale de la ville de Calatagirone, laquelle est dédiée à Sct Julian évesque du Mans, et fut fondée par un Comte du Maine qui fut roy de Naples et Sicille. Ce général visita en ville quelques malades et leurs maisons, et particulièrement Noble Jean Vasse, Lieutenant criminel en la Sénéchaussée du Maine au Mans, [f° 127 v°] affligé d’une longue maladye et lequel receut du soulagement à son mal. Monsieur du Mans luy rendit visite au couvent. Il a sejourné au Mans trois jours entiers pendant lequel il est arivé un grand concours de plusieurs personnes, affligées et saines, de ceste province et le concours et affluence estoit telle, qu’encor qu’il fust [f° 128] accompagné de religieux capucins qui l’environnoient, toutesfois il ne pouvoit marcher tant la presse et foule du peuple estoit grande. L’on tient que, par toutes les villes du royaume, il a esté ainsi suivy. Et que, estant à Paris, la Reine fut nécessité de luy bailler de ses gardes/Il est d’une haute taille le visage assez majestueux agé de soixante ans.

174[f° 128 v°] En marge : Jacques Chesneau 1648//Le 26 febvrier 1648, sur les trois heures du matin, Marie Bodreau ma fille, femme de Me Mathieu Chesneau sr des Portes Advocat, est acouchée d’un fils. Lequel a esté baptisé ledict jour en l’église de Sct Benoist par Me Jean Rousseau vicaire. Et a esté nommé Jacques par Noble Jacques du Jariel sieur du Baril, conseiller du roy et son Advocat au siège présidial du Mans son parain, sa Maraine damoyselle Renée Foureau, fille de Noble René [f° 129] Foureau sieur de Coulée qui a esté lieutenant général au siège royal du vicomté de Beaumont. Bodreau

175Le dernier jour d’Apvril 1648, sur les unze heures de nuict, Messire Emery Marc de La Ferté, évesque du Mans, est décédé en son manoir épiscopal d’une maladie de pourpre le neufviesme jour qu’il prist le lict. Et fut enterré le 16 may ensuivant en l’église cathédrale de sainct Julian. [f°129v°] Ses obsèques et pompes funèbres furent faictes par Messieurs de Sct Julian. Auxquelles assistèrent en corps les Capucins, les Minimes, les Cordeliers, les Jacobins, l’Hostel Dieu, Beaulieu, La Coulture, Sct Vincent, et le bas chœur, et chanoines de l’église du Mans. Après suivoient les deux aumosniers, l’un portoit une mytre couverte de crespe en un bassin d’argent l’autre [f° 130] une crosse brisée aussi couverte de crespe en un bassin d’argent. Puis, les officiers de l’officialité scavoir les appariteurs et les greffiers aveq les domestiques du deffunct après le sceau qui estoit porté par deux hommes sur un brancard que le grand archidiacre suivoit. Monsieur le doyen suivoit le corps qui estoit porté par quinze [f°130v°] povres aveq bureaux qui le portoient à col élevé, estant le cercueil couvert d’un grand drap mortuaire qui descendoit jusques à terre, de velours noir aveq une grande croix de satin blanc et y avoit aux quatre coins du drap les armes du deffunct relevées en broderye et orfrairye. Il y avoit aussi trente et six torches [f°131] portées par 36 povres aveq bureaux. Monsieur messire Scipion Marc Chevalier seigneur de la Ferté, maistre des requestres, son frère, y assistoit et estoit conduict par Monsr le lieutenant général, d’autant que Messieurs de Montéhard et Marest, présidens au siège présidial, estoient à Paris. Messrs les conseillers du présidial de la provosté, [f°131 v°] de l’élection, du grenier à sel, et les advocats. Le père de La Barre jésuite fist l’oraison funèbre. Son corps gist au hault du chœur, proche la closture de bronze, du costé de l’Évangile au dedans dudict chœur.

176Le 23 juillet 1648, Julian Beauvays fils de Innocent Beauvays et de Marie Richer, a esté babtisé en l’église de Sct Benoist [f° 132] de ceste ville par me Jean Rousseau vicaire dudict Sct Benoist. J’ay esté parain et damoiselle de Saunais est marraine.

  • 67 Gaston d’Orléans, oncle de Louis XIV.
  • 68 Louis de Bourbon, prince de Condé.
  • 69 Philippe d’Anjou, frère cadet de Louis XIV.
  • 70 Le duc d’Enghien devient prince de Condé en 1646 à la mort de son père (auquel il succède comme ch (...)
  • 71 Gouverneur de Normandie.
  • 72 Après l’avoir condamné pour trahison et complot, le parlement le relaxa et lui donna un commandeme (...)
  • 73 Il y en a huit en tout : le prince de Conty, le duc d’Elboeuf, le duc de Bouillon, le maréchal de (...)
  • 74 Trois parlements de province se soulèvent : Rouen, Bordeaux, Aix-en-Provence.

177Le sixiesme janvier 1649, sur les trois heures du matin, Anne d’Autriche, Reine régente, s’est retirée de Paris et s’en est allée à Sainct Germain aveq Monsr le duc d’Orléans67, Monsr le prince d’Anguien 68 et le Cardinal Mazarin, lesquels [f° 132 v°] ont enlevé aveq eulx Le Roy et Monsieur le duc d’Anjou 69 son frère. Ce qui a donné subjet au parlement de déclarer ledict Cardinal criminel et perturbateur du repos publiq. Et trois jours après, la ville de Paris a este blocquée par Monsieur le prince duc d’Anguien 70 lequel, aveq six mille hommes, a beaucoup incommodé la ville [f°133] de Paris. Et toutesfois la prudence du parlement y a donné une si grande police et ordre qu’il ne s’est faict aucune émotion populaire, ce qui estoit à craindre. Monsieur le prince de Conty, Monsieur de Longueville71, Monsr de Beaufort fils de Monsieur le duc de Vendosme, qui fut déclaré duc et pair de France72, et aultres grands seigneurs 73 ont este généraulx. Si bien [f° 133 v°] que Monsieur le duc de Longueville est allé en la ville de Rouen et par toute la province de Normandie d’où il a tiré du secours et faict armée de plus de dix mille hommes. Tous les parlements se sont joincts à celuy de Paris et ont déclaré l’Union74. Le 18 febvrier 1649, on a commencé de faire la garde aux forbourgs du Mans, de crainte de surprise parce que la noblesse [f° 134] de la province du Maine avoit commandement de se trouver en la ville le 25 dudit moys, et de s’assembler au couvent des Jacobins affin de nommer des députez pour aller aux estats qui se debvoient faire à Orléans. Mais depuis cela a esté différé jusques à nouveau mandement.

178Le 22 febvrier 1649, nous avons commencé à faire la garde en ville par une fausse alarme qui fut donné qu’il y avoit [f° 134 v°] des compagnies qui estoient à Fay, Chauffour et Coulens.

  • 75 L’Angleterre n’ayant pas alors adopté le calendrier grégorien, cet événement s’est produit le 30 j (...)
  • 76 Signifie « digne de pitié » au xviie siècle.
  • 77 Charles Ier a six enfants : le prince de Galles se trouve à La Haye avec sa soeur aînée, le duc d’ (...)

179Le Mardy 9 febvrier 164975, Charles Stuard roy d’Angleterre fut inhumainement et cruellement faict mourir par les peuples, par la faction et authorité de Fairfax auquel les parlementaires de Londres avoient donné la charge de général d’armes, et Cromwel son lieutenant, et [f°135] le mil-lord Say. Ce déplorable76 roy fut décapité en la place publique de Londres et n’eut pas la liberté de parler à aucun de son parlement, et tous les ambassadeurs des roys et celuy de France ne peurent intercéder aucune sur-séance du parlement pour en différer l’exécution. Laquelle fut faitte de ceste facon : scavoir qu’il fut conduit sur un échaffault couvert de dueil auquel il y [f° 135 v°] quatre boucles ou anneaux de cuivre pour l’attacher, mais il ne le voulut jamais endurer, et, lorsqu’il cogneut qu’on lui dénioit de parler au peuple qu’il vouloit haranguer, il dist en ces termes : ha, traistres, assouvissez-vous de mon sang et achevez d’attirer la vengence du ciel dessus vous de tous vos crimes par ce dernier. Puis, aiant pris une coeffe de nuit, il s’en banda luy mesme et haussa [f°136] ses cheveux audedans, n’aiant permis qu’ils luy fussent coupés. Et, s’estant mis à genoux, parurent trois boureaux masqués, l’un desquels luy aiant faict poser sa teste sur un billot de hauteur d’un demi pied, il luy trencha la teste aveq une hache tellement affilée qu’elle entra jusques dans le billot. Après l’exécution, [f° 136 v°] l’un des trois boureaux prist la teste et la ficha au bout d’une pertuisanne et, la levant en hault, la monstra au peuple. Puis les soldats qui estoient en la place publique tirèrent l’espée nue et crièrent : Liberté. Et le lendemain Fairfax fist publier qu’il n’y avoit plus de royauté et que l’estat estoit en république. Est à remarquer que [f° 137] le roy fut déclaré attaint et convaincu d’avoir esté cause du sang répandu en Angleterre pendant sept ans et fut condemné par un juge subalterne le sapmedy sixiesme dudict mois et l’exécution différée jusques au mardy neufviesme ensuivant. Et il demanda à voir deux enfans 77 qu’il avoit en Angleterre, scavoir le duc de Clocester et la princesse Elisabeth, qu’il vit. [f° 137v°] Et furent aveq luy jusques au lundy. Et le mardy au matin, jour de l’exécution, on luy aporta un habit de satin noir et une robe de chambre de mesme étoffe. O prodige qui n’a point jusques à présent eu d’exemple !

  • 78 Maximilien Échevard, marquis de La Boulaye, est le neveu du duc de La Trémoille seigneur de Laval, (...)
  • 79 Beau-père de Condé.
  • 80 Henri de La Trémoille est un grand seigneur poitevin marquis de Noirmoutier et seigneur de Laval.
  • 81 D’après Furetière, un fourneau en terme de guerre est la partie de la mine où on met la poudre. C’ (...)
  • 82 Le mot « cornette » est le nom du troisième officier d’une compagnie de cavalerie qui porte l’éten (...)

180Le mardy 9 mars 1649, Tanneguy de Lombelon, baron des Essarts seneschal du Maine, est venu en ceste ville [f°138] comme lieutenant de Monsr le marquis de La Boulaye78, l’un des généraulx d’armée pour le parlement de Paris. Est venu en ceste ville aveq quelques cavaliers et est entré par la porte du Chasteau, où il a esté receu sur les six heures du soir après plusieurs conférences et différens, parce que la ville estoit partagée. Les uns, scavoir des premiers magistrats et officiers comme Mr le provost et autres, estoient du costé de Mr[f° 138v°] le baron de Lavardin, lieutenant pour le roy qui s’opposoit à ce que ledict sr baron des Essarts entrast en la ville. Mais les autres secondés du commun peuple l’ont faict entrer, si bien que mondict sieur le baron de Lavardin, appellé Jean Babtiste de Beaumanoir, et monsr l’abbé de Beaulieu son nepveu, appelle Emanuel [f° 139] de Lavardin sieur de Malicorne, désigné Évesque du Mans, sortoient de ceste ville du Mans après avoir esté partoust les corps de garde pour exciter le peuple à opposer à ce que ledict sieur baron des Essarts entrast en la ville. Toutefois, il ne peut l’empescher qu’il n’y entrast et logea en la maison de Madame de Maulny Belocier sa belle mère. [f°139v°] Le vendredi suivant 12 dudit mois de Mars, Monsieur de La Boulaye, l’un des généraulx de l’armée du parlement, entra en ceste ville par la Vieille Porte, aveq cens cavaliers pour s’asseurer de ceste ville pour le parlement. Le lendemain, il fist ouvrir le grenier et magasin à sel du Mans et fist vendre le sel à vingt livres le minot, combien qu’il fut auparadvant à trente et neuf livres [f°140] dix huict sols et a tousiours continué. Le 20 dudict mois de Mars 1649, Monsr le marquis de la Boulaye partit de ceste ville pour La Flesche, qu’il avoit faict sommer auparadvant par son trompette, où il fut bien receu. Et le lendemain alla à Angers, où il fut pareillement receu par les habitants de la ville, mais, parce que le chasteau tenoit pour la reine et estoit commandé par Monsr [f° 140 v°] le mareschal de Brézé79, il ne se voulut rendre après avoir esté sommé par le trompette de Mondit sieur de La Boulaye. Lequel trompette fut légèrement blessé au hault de la teste, par un coup de mousquet qui fut tiré du chasteau, pour ne s’estre pas retiré après avoir sommé, mais pour s’estre arresté à considérer le plan de la forteresse. Les habitans se résolurent, aveq mondict sieur de la Boulaye [f° 141] et Monsieur de La Trimouille 80 seigneur de Laval, de miner ledict chasteau. Et y ont faict desia faire trois fourneaux81, et, selon le bruit commun, la mine estant prêt à jouer et faire son effet, le dernier jour dudict mois de Mars 1649 la paix fut arestée entre la reine et le parlement, qui fut publiée à Paris le lendemain premier Apvril. Monsieur le marquis de Jarzé, petit fils de deffunct Monsieur [f° 141 v°] le mareschal de Lavardin, estant party avant la paix de Sct Germain et s’acheminant vers Chartres, incontinent que Monsr de La Boulays et eut advis de la paix, s’achemina promptement d’Angers et fut en ceste ville le dimanche 4 d’apvril où, après avoir tenu le conseil de ville, il s’achemina vers ledict sr de Jarzé pour savoir s’il avoit quelque ordre de venir au Mans. [f° 142] Et, le sixiesme jour dudict mois d’Avril, la paix fut publiée en ceste ville. Le 8e du mesme mois, le sr de la Boulays et le seigneur de Jarzé se rencontrèrent en la ville de Montmiral, là où, après avoir conféré et après que le sr de Jarzé luy eut faict voir ses ordres, le sr de la Boulays luy rendit les armes. Et tous les cavaliers qu’il avoit amenez aveq luy furent mis soubs [f°142v°] la puissance du sieur de Jarzé, lequel cassa toute la cavallerye que le sr de La Boulaye avoit levée en ceste ville, plus de deux cens cavaliers bien montéz et équipéz aux despens des deniers du magasin à sel. Si bien que tous ces cavaliers furent démontéz et désarmés, et se retirèrent à pied après avoir reffusé de prendre partye dans l’Infanterye. [f° 143] Le vendredy 16 dudict mois d’Apvril, Monsr le marquis de Jarzé est arivé en ceste ville aveq quatre régimens : scavoir le régiment de La Reine, de Piémont, Navarre et Picardie. Il y avoit plus de deux mille hommes de pied effectifs qui ont logé es forbourgs de Sct Nicolas, La Coulture et Sct Vincent. Il n’y en a point eu en ville ny es forbourgs de Sct Jean et du Pré, [f° 143 v°] qui ont esté conservéz scavoir : Sct Jean en la faveur de Me… Maudet curé de Fay, pardevant cousin germain de Monsieur de Langlée et frère de Monsr du Verger et le Pré en faveur de Madame l’Abesse qui avoit en sa maison la fille de mondict sieur de Jarzé. Ils n’ont logé que une nuict es forbourgs de Sct Vincent, La Coulture et Sct Nicolas où ils ont causé vingt mil livres de perte aiant rompu et vollé [f° 144] ce qu’ils trouvoient. Desquelles violences les habitans ont rendu plainte, et ont esté dressés procès verbaulx pour les envoyer au privé conseil. Le sapmedy 17e dud mois, lesdicts soldats sont partis de ceste ville pour La Flesche et Angers, et ont faict leurs premiers logemens es paroisses de Spay, Rouessé et Vouevres où ils ont faict des dégats. Le dimanche 18 dudict moys, on nous [f° 144 v°] a mandé de la part du roy à la ville que nous devions avoir en garnison deux régimens l’un de cavalerye qui est celuy de Monsieur de Gesvres nostre gouverneur, et d’Infanterie scavoir celuy de Piémont qui a tourné sa marche vers ceste ville. Et le lundy 19, ledict régiment de Piémont est arivé, composé de huict cens hommes, [f°145] qui a logé en la ville et forbourgs. Et le mardy 20, est arivé le régiment de cavalerye de Mr de Gesvres où il n’y avoit que quatre cornettes82.

181Le mardy 20 dudict mois, j’ay eu un lieutenant du régiment de Piémont en ma maison aveq trois serviteurs et cinq chevaux, jusques au 17 de may ensuivant, lesquels j’ay nouris comme à discrétion.

182[f°145v° et f°146] vierges

183[f° 146 v°] Il m’en a cousté bien quatre vingts escus en toute sorte de despence. Le 17 dudict moys, ledict régiment de Piedmont est sorty et le 23, jour et feste de pentecoste, le régiment de cavalerye. Dieu préserve la ville et la province de tels fléaux.

  • 83 Julien a écrit : « vingt et neuf ans », puis l’a rayé.
  • 84 Julien oublie Catherine née le 11 octobre 1634 et décédée le 16 août 1635.
  • 85 Julien a noté ici et rayé l’existence de Marie.

184[f°147] Le dimanche 19 septembre 1649, Magdeleine Berault, ma très chère et honorée femme, est décédée sur les deux heures après midy, le dix septiesme jour de sa maladye. Laquelle estoit une récidive d’une autre maladie, qu’elle avoit eue le mois de juillet précédent, où elle avoit gardé le lict trois sepmaines affligée d’une inflammation de poulmon accompagné d’une fiebvre et, [f° 147 v°] estant reconvalescée, elle s’en ala à mon lieu de L’espine prendre l’air affin de se fortiffier. D’où, estant de retour en ma maison le 30 aoust, elle prist le lict le 3 du mois de septembre, de la mesme maladie d’inflammation de poulmon et fluxion en la poitrine, aveq une grande fiebvre continue jusque à la mort. Elle estoit agée de cinquante ans trois moys, estant née [f° 148] le 6e juin 1599. Nous avons esté conjoints ensemble au sacrement de mariage vingt et huict ans neuf mois vingt et trois jours83, ayant esté épousés en l’église de Sct Nicolas, forbourg de ceste ville paroisse de la demeure de son père, le 26 novembre 1620. Elle fut enterée en l’église de Sct Benoist de ceste ville le lundy lendemain 20 dud mois de septembre par me René Clottereau prebtre habitué dudict Sct Benoist [f° 148 v°], comme le plus antian et faisant la sepmaine de vicaire en ladicte paroisse, en l’absence de vénérable et discret Me Catherin Fretault prebtre chanoine théologal de l’église de Sct Julian du Mans et curé dudict Sct Benoist. Il y avoit à sa sépulture vingt prestres tous habitués de Sct Benoist que autres, aveq les Cordeliers et Jacobins, et douze povres enfans de l’Hostel Dieu vestus de robes bleues, et encor quatre [f° 149] autres enfans povres qui portoient tous quatre autour du corps chacun un cierge alumé. Son corps est inhumé et repose au mesme lieu où me Julian Bodreau, mon père, et Margueritte Termeau, ma mère, sont enterrés en attendant la résurrection générale, au droict du pilier de la chapelle de Sct Sebastian, proche la marche pour [f° 149 v°] au chœur de l’église, du costé de l’épitre du grand autel. Lieu où je désire par la grace de Dieu estre enterré et reposer auprès des corps que j’ay les plus chéris et honorés en ce monde et prie l’Eternel de toute l’étendue de mon cœur qu’il m’en face la faveur d’y pouvoir estre mis et à mes Enfans qui me [f° 150] survivront, parens et amis, de satisfaire à mon desir et d’accomplir ma volonté. Nous avons eu neuf 84 enfans de nostre mariage dont il en est resté quatre en vie et cinq qui sont morts. Les décédés sont Julian mon ainsné qui nasquit le 27 may 1622 et décéda le 4 septembre 1625, Margueritte qui nasquit le 16 septembre 1623 et décéda le 25 novembre ensuivant, 85[f° 150 v°] Michel qui nasquit le premier septembre 1627 et décéda le 24 du mesme moys, Julian qui nasquit le 20 septembre 1628 et décéda le… 1631, Pierre qui nasquit le 30 janvier 1630 et décéda le 2 juillet ensuivant. Les quatre enfans, qui sont vivans, sont Marie qui nasquit le 1er novembre 1624 et fut conjointe [f° 151] par mariage aveq Me Mathieu Chesneau Sr des Portes advocat le 8 octobre 1641, Dieu les bénisse, Margueritte qui est née le 8 septembre 1626, Louise née le 22 Avril 1631, Charles né le 9 octobre 1632, Dieu les face prospérer en sa grace. Aux obsèques de ma chère épouse, mesdicts enfans ont assisté, aveq Me Pierre Berault sr de la Masnière et Magdeleine Poulard [f° 151 v°] sa femme, père et mère de la deffuncte, qui furent conduits par Messieurs Marest second président au siège présidial de cet ville, Mr François Le Vayer lieutenant général, Louis Le Corvaisier lieutenant général criminel audict siège, Jacques Le Divin lieutenant particulier, et Thomas du Pont doyen des conseillers dudict siège, aveq nombre d’advocats [f° 152] qui ont honoré ses pompes funèbres, et me Mathurin Louis syndiq des advocats qui a porté le seau. Elle estoit grande aumosnière et avoit de grandes vertus et perfections chrestiennes. Dieu me face la grace de mourir comme elle. Elle receu deux foys la Scte communion, mesme le jour qu’elle décéda, et trois jours auparadvant elle avoit eu le [f° 152 v°] sacrement de l’extreme onction. Elle m’a laissé en un extreme regret, et toute sa famille, mais elle nous apprend à bien mourir comme elle a bien vescu. anima ejus in pace requiescat amen. Bodreau.

185Le 4 novembre 1649, Marie Bodreau ma fille femme de Me Mathieu Chesneau sr des Portes advocat, est acouchée sur les [f°153] 3 heures du matin, d’un garçon qui, le mesme jour, a esté porté en nourice en la paroisse de St Padvin des Champs, proche ceste ville, et, attendu que ledict sr des Portes estoit absent en la ville de Lassay, ledict enfant a esté inondé en attendant le retour du père pour trouver un parain et maraine. Et le 10 dudict moys, ledict enfant estant fort malade et faible fut porté en l’église de Sct Padvin des Champs, pour luy donner le nom, [f° 153 v°] et fut nommé par Pierre Broussin, me apotiquère de ceste ville, Mathieu, et eut pour maraine Margueritte Bodreau ma fille.

186Et le lendemain XI dud mois ledict enfant est décédé en nourice et esté enterré en l’église dudict Sct Padvin.

187Le Xe novembre 1649,… Le Divin esquier fils de Jacques Le Divin aussi esquier, [f° 154] fut instalé à la charge de lieutenant particulier de la sénéchaussée du Maine au Mans que Monsr son père avoit exercée par trente et cinq ans et plus. Monsieur le séneschal assista à l’audience de l’ordinaire où il fut receu.

188Le 28 novembre 1649, me Jacques Marsault, prebtre curé de Sct Hilaire de ceste ville et principal du collège de Sct Benoist, de la ville de Nevers, est décédé. Il estoit mon inthime amy aveq Me Jean Portier aussy prebtre curé de Bouer près de La Ferté, et régent audict [f° 154 v°] collège, de la mesme ville de Nevers. Il y a trente et six ans que tous deux estoient audict collège et ledict Me Jean Portier a tousiours faict la rhétorique, estant un très docte homme et grand poete qui a mis en lumière sept tragédies latines qui rendent tesmoignage de son scavoir. Et le 18 décembre 1649, Monsieur l’Esveque du Mans a conféré aux pères de l’Oratoire [f°155] du collège du séminaire de ceste ville la prébende préceptoriale. Laquelle avoit tousiours esté présentée à un principal du collège royal de Sct Benoist de ceste ville, et de laquelle le deffunct frère Marsault estoit pourveu. Neantmoings, les sieurs doyen et chanoines de Sct Pierre ont relaissé la maison du collège de Sct Benoist, comme la présentation leur en appartenoit par le titre de la fondation, à me Jean Portier lequel y demeure et y continue la rhétorique. [f° 155v°] La présentation et collation faicte par mondict Seigneur évesque du Mans de ceste prébende aux pères de l’Oratoire n’a pas esté approuvée de tous. Le temps sera le juge des opinions diverses.

189Le lundy 20 décembre 1649, dame Renée Vasse, femme de Monsieur René Levayer conseiller d’estat et cy davant intendant d’Arras décéda. Et son corps fut le lendemain enterré en l’Eglise des [f° 156] Cordeliers, au costé de l’épistre du grand autel, proche la marche, au lieu où deffunct noble Jean Vasse, vivant conseiller du roy et lieutenant général criminel au Mans (son frère) avoit esté inhumé un an et demy auparadvant. Les officiers du présidial, provosté, élection, grenier à sel, aveq les advocats y assistèrent en corps, aveq la robe et le bonnet. Et, lorsque le dueil partit de la maison de Monsr le provost en la Grande Rue, il y eut du trouble entre Messrs les officiers du présidial et le corps des advocats en ce que [f°156 v°] Monsr le procureur du roy audict siège osta la verge et baguette que les huissiers et sergens de la compagnie des advocats portoient en marchant en teste. Combien que, de temps immémorial, cela se fut pratiqué, toutesfois mesdicts sieurs les présidiaux prétendent que cela n’appartient pas auxdicts avocats parce que c’est une marque de magistrature et jurisdiction. Nonobstant lequel trouble, les advocats marchèrent en leur ordre. [f°157] Le jeudy 23 décembre 1649, François Le Vayer, escuier conseiller du roy lieutenant général en la Séneschaussée du Maine au Mans, est décédé sur les sept heures du soir, l’onziesme jour de sa maladie, agé de trente et deux ans. Homme de grande estime et une lumière de son temps, il estoit fils aisné de monsr René Le Vayer, intendant d’Arras, et de dame Vasse, laquelle [f° 157 v°] décéda trois jours avant luy. Je l’ay regretté aveq une grande cause parce qu’il m’honoroit de son amitié, en considération que j’avois dédié mon commentaire sur la Coustume du Maine à Monsieur son père. Le lendemain 24 dudict mois de décembre 1649, vigile de Noel, son corps fut enterré au grand cimetière, au derrière de l’enclos de l’abaye de la Coulture. Où assistèrent Messieurs les eschevins et procureur de ville qui portoient [f° 158] Les quatre coins du drap mortuaire. Monsr Le Divin, lieutenant particulier, portoit le seau, après le corps, où il y avoit vingt et six povres aveq chacun un bureau et une torche et les armoiryes des Vayers. Les officiers du présidial, et de l’élection, et du grenier y assistèrent, mais ceux de la provosté n’y furent pas parce que il y eut de la dispute pour la preséance entre ceux de l’élection [f°158 v°] et eulx, comme aussy la compagnie des advocats n’y assista pas, combien que ce fut aveq estreme regret, tous les advocats s’estant trouvés au palais pour marcher en rang aveq la robe et le bonnet. Mais, aiant eu advis que Messieurs du présidial avoient résulté à la chambre qu’ils ne souffriroient pas que les sergeans de la compagnie eussent des baguettes, Me Mathieu Bondonnet, sr de Parence, nostre syndic aiant pris [f°159] l’advis de quelques antians que cela tendoit à faire iniure à la compagnie, il fut aresté que les advocats n’assisteroient point aux pompes funèbres, lesquelles furent faictes sans eulx. Et, pendant icelles, lesdicts avocats tinrent leur Mercuriale où il fut résulté qu’on verroit Monsieur L’intendant d’Arras père pour l’informer de la cause qui nous avoit obligé de n’assister au convoy, [f° 159v°] et que nous irions le dimanche ensuivant en corps en la chapelle du grand Cimetière, en corps, faire célébrer une grande messe pour tesmoigner au publiq le regret que nous portons tous en général et en particulier d’un si grand personnage. Ce qui fut exécuté car, le dimanche 26 dudict mois, nous nous assemblasmes au Palays sur les huict heures du matin aveq la robe et bonnet [f° 160] jusques au nombre de cent qui partismes dudict Palais aveq nos huissiers, aveq leurs verges, jusques en la Chapelle du grand cimetière où les Cordeliers célébrèrent une messe à haute voix. Et après nous retournasmes au Pallais, au mesme ordre que nous estions partis, où fut tenu Mercuriale à laquelle fut leüe une ordonnance, rendue à la chambre présidiale, qui avoit [f° 160 v°] esté signiffiée au domicile de notre syndic pendant que nous estions au service, portant deffenses à nos sergens de porter baguettes quand ils marcheroient auxdictes assemblées à peine de dix livres d’amende. Sur quoy, il fut délibéré que les députés de la compagnie, qui sont au nombre de huict, adviseront de l’ordre de se pourvoir. Le corps dudict sr lieutenant général est soubs une tombe, [f° 161] qui est soubs le ballet de la grande porte de ladicte chapelle du grand cimetière, sur laquelle il y a gravé ces mots cy gist un misérable pécheur. Laquelle tombe fut mise lorsque noble Françoys Le Vayer, son ayeul paternel aussy lieutenant général, y fut enterré, qui fut la vigile de la Toussaintcs en l’an 1624. Ce petit espace de terre enserre les corps de deux hommes qui furent des lumières de leur temps. Requiescat in pace amen.

  • 86 Une compagnie de cavalerie comporte de cinquante à cent hommes, ce qui correspond au chiffre avanc (...)

190[f° 161 v°] Le… décembre 1649, il est venu en ceste ville quatre compagnies de cavaliers en garnison, scavoir deux de Monsr Le Marquis de Gesvres nostre gouverneur et deux du Sr Marquis de Rouveray, faisant en tout près de deux cens86, qui ont logé en maisons des habitans, excepté chez les Ecclésiastiques et officiers du siège présidial, élection, provosté et grenier à sel qui prétendent s’estre faict exempter par arest qu’ils ont obtenu [f° 162] contre les eschevins de ceste ville, au moys de septembre dernier. Le 6 janvier 1650, j’ay eu un billet de la maison de ville pour loger un cavalier aveq son cheval. Il s’apelle Mongault, originaire de la paroisse de Tassillé près Crennes. Il est chirurgien de la compagnie du sieur des Marest Guitton du régiment de Rouveray.

191[f° 162v°] Le sapmedy 22 janvier 1650, sur les deux heures du matin, est décédée Renée Brebant veufve de deffunct Pierre Broussin, vivant droguiste de ceste ville, père et mère de François Broussin me apotiquère mon voisin. Elle estoit agée de quatre vingts ans ou environ et est inhumée en L’église de St Benoist proche la fosse de mes père et mère et de ma femme au droict de la chapelle de Sct Sébastian. Requiescat in pace.

  • 87 Le baron de La Moussaye commande la place-forte de Stenay dans l’Est, au nom de Condé.
  • 88 Il s’agit de Pierre (1611-1680) alors commis des parties casuelles, frère de Claude, de Nicolas et (...)

192[f°163] Le mardy 18 janvier 1650, sur les six heures du soir, Messieurs les princes de Condé et de Conty, son frère, aveq Monsieur de Longueville et Le Marquis de la Moussaye87, ensemble le président à la chambre des comptes Perrault 88 furent arestez au Pallays Royal à l’issue du conseil, et conduits par un capitaine des gardes au boys de Vincennes. Et, le lendemain, sa Majesté envoya sa lettre par forme de déclaration contenant le subjet de leur prise au [f° 163 v°] parlement où elle fut leue et depuis envoyée aux provinces. Et fut leue en la sénéchaussée de ceste ville en la salle du pallays le mardy 25 dud moys.

193Le mardy 1er febvrier 1650, les deux compagnies de cavalerie du régiment de Rouveray sont partyes de ceste ville pour Angers, où ils vont achever de faire leur hyver en garnison, en la place de ceux qui y estoient, lesquels ont esté cassés parce qu’ils appartenoient à Monsr le prince et soubs [f° 164] son commandement. Ledict jour, le sr Mongault cavalier et chirurgien de la compagnie du sr des Marest qui estoit mon hoste, me quitte. Et est alé à Angers aveq sa compagnie, tellement qu’il n’est plus resté en ceste ville que deux compagnies du régiment de Msr de Gesvres notre gouverneur.

194Le mardy 4 may 1650, les audiences des causes du siège présidial et de la Sénéchaussée du Mans furent transférées audict Jacobins, et se tenoient [f°164v°] en la salle du chapitre, qui est au milieu de l’aile du cloistre. Et furent continuées en ce lieu jusques au 30 du mesme mois de May à cause qu’on recouvroit le pallais.

  • 89 Il s’agit alors de l’Hôtel Dieu de Coëffort, des hôpitaux du Sépulcre, de Saint-Lazare et de Coula (...)

195Est à remarquer que la présente année 1650 peut estre comparée à l’année 1528, dont faict mention Paradin en son histoire de Françoys Premier, car le bled depuis le mois de novembre 1649 jusques au [f° 165] mois de juin suivant a esté si cher que le pain noir de 12 livres a presque tousiours vallu seize sols en la ville du Mans et, à la campagne, il estoit si cher que tous les povres venoient en ceste ville affamés et tellement atténués que, non seulement les hospitaux 89 en estoient remplis, mais aussi il y en avoit un grand nombre soubs la halle au marché, et jusques soubs l’entrée de la [f° 165 v°] grande porte du pallais, et soubs le porche de Sct Julian, qui mouroient de misère qu’ils avoient endurée et de maladie qu’ils avoient contractée par la corruption des mauvais alimens de trons de choux et herbes cuittes soubs les cendres qu’ils mangeoient faute de pain, tellement que on creut qu’ils ont infesté ladicte ville. Joint aussy [f° 166] une mauvaise qualité de l’air, causée par l’influence de quelque astre dont l’aspect malin a engendré une certaine maladie qui commence par une fiebvre violente accompagnée de délire dont ceux qui en sont affligés durent six jours et quelques fois vont jusques au dixseptième jour et, à la pluspart, il paroist des exentèmes de pourpre. Dieu nous préserve de la peste dont il est mort grand nombre de personnes notables, [f° 166 v°] tant ecclésiastiques que laiques et, en un an, plus de quatorze chanoines de St Julian du Mans sont décédez.

196Le 29 juin 1650, feste de Sct Pierre, il se fist une procession générale où tous les collèges y assistèrent, et les rues furent tapissées et tendues comme en procession de la feste Dieu et de Sct Jacques, et la procession partit de Sct Julian à la Coulture où la messe fut [f° 167] célébrée. Et, allant, elle fist une pose au boulevar de la Vieille Porte, au droit de La Fontaine de St Julian, où il fut chanté un motet en musique. Et fut le chef de Sct Julian porté et sorti de l’enclos de la ville ce qui ne s’estoit faict il y avoit quatre vingts ans et plus. Messieurs les eschevins de la ville baillèrent asseurance à Messrs de Sct Julian pour le transport dudict chef, à cause que la procession se fist à leur requeste affin d’appaiser l’ire de Dieu et le prier [f°167 v°] de détourner ses fléaux dont il chastie la ville par une mortalité de fiebvres contagieuses.

197Le 18 novembre 1650, Me Noel Péan, Sieur du Chesnay docteur en medecine, agé de 87 ans, est décédé. Et son corps a esté inhumé en l’église de Sct Benoist proche les fonts babtismaux au bas de l’église. Il estoit grand amy de notre maison.

198[f° 168] En marge : mort de Me Pierre Berault Sr des Masnières//Le samedy 17 décembre 1650, est décédé Me Pierre Berault, sieur de la Masnière advocat au siège présidial du Mans et antian consultant, mon beau père, agé de soixante et dix huict ans passez du jour et feste de Scte Cecille du 22 Novembre dernier. Il fut né le 22 Novembre 1572 en l’année que deffunct Me Julian Bodreau mon père fut né lequel vint au monde le 9 septembre précédent. Ledict Me Pierre Berault a esté enterré [f° 168v°] en l’église des pères Cordeliers du Mans, le dimanche 18 dudict moys. Anima Ilius requiescat in pace.

199Il n’a point laissé de biens, mais il est mort en bonne réputation et estime d’homme de bien.

200Le samedy 14 janvier 1651, les rivières de Sarte et de Huine ont commencé à se déborder, et particulièrement celle de Sarte, et, le mercredy 18, elle [f°169] fut si grande que l’eau monta jusques à la quatriesme marche du perron de ma maison où je demeure, proche le carrefour du pont Perrin. Et la queue de l’eau venoit jusques au droict d’une petite ruette, où l’on va au petit presbytère de Sct Benoist, en la rue Dorée au dessus de la maison où demeure Forget coustelier. Ladicte eau battoit en la ruette de ma maison au delà de mon escallier jusques [f° 169 v°] contre la cloison de mon jardin et peu s’en fallut qu’elle n’entrast en ma petite maison basse, qui est au droict de ma grande où je demeure. Ma cave et ma cuisine estoient remplyes d’eau. Ceste inondation a faict de grands ravages, elle a emporté un des moulins aux moines de St Vincent, un moulin à tan proche le moulin à Péan moulnier qui est de [f° 170] ceste paroisse de Sct Benoist. Elle a causé de grandes pertes en forbourgs du Pré et de Sct Jean, aiant submergé les cimetières et églises desdicts deux forbourgs. Elle abatit cinquante toises de mur ou plus de l’enclos de Madame l’abesse du Pré du costé du sépulchre, estant débordée du costé du Grenoillet vers Beaulieu. Mais, quand elle eut renversé ledict mur, elle en abatit autant du costé du pré du prieuré de Sct Victeur [f° 170 v°] affin de se faire passage pour sortir, de sorte qu’elle fist deux brèches à l’opposite l’une de l’autre. Le forbourg de Sct Jean en a souffert une perte notable, et particulièrement l’hostelerye de la Fontaine, où la voute de la cave et l’esquerie ayant esté détruittes aveq autres édiffices voisins. Et, au droict de ladicte hostelerye de La Fontaine, l’eau avoit enlevé le pavé [f° 171] de la rue, faict une grande fosse de la haulteur de cinq à six pieds, et enlevé la terre, sappé les maisons jusques aux fondemens. Il y a plus de quarante ans qu’elles n’avoient esté si grandes. Et est à remarquer que mon deffunct père a remarqué au présent livre que, le 16 décembre 1602, l’eau creut de la mesme hauteur que en la présente année, et que, le 18 décembre 1607, elle creut d’un pied plus hault, et la queue en aprochoit de la grande [f° 171 v°] porte de la maison qui dépend de l’abaye de Beaulieu où demeure à présent la dame veufve du Perray.

201Elle creut aussy plus haulte qu’en l’année 1645, d’un pied et demy.

202En marge : Nouvelles creues d’eaux//Le dimanche 22 janvier 1651, les eaux, pour la seconde fois, ont tellement creu en la rivière de Sarthe et Huisne que, dès le mesme jour à quatre heures de relevée, on ne pouvoit passer au carrefour du Pont Perrin, et la queue en passoit l’allée de ma maison. Lesquelles eaux se sont maintenues [f° 172] jusques au mercredy 25 dudict mois qu’elles se sont retirées.

203En marge : assemblée des 3 estats//Le vendredy 9 juin 1651, la convention des trois estats de ceste province fut faicte, dans le cloistre des Jacobins de ceste ville, affin de nommer des députez de chaque corps des trois estats pour assister aux estats généraux indiquéz au mois d’Octobre ensuivant, en la ville de Tours. L’assemblée se fist sur les dix heures du matin en une salle qui fut dressée dans ledict cloistre des Jacobins. [f°172v°] où il fut dressé une salle aveq des tapisseryes qui contenoit la moityé de la grande gallerye dudict cloistre, à prendre de la chère du prédicateur jusques à la porte pour entrer au couvent. Monsr le Lieutenant général y présidoit, estoit assis en l’angle proche ledict couvent ; de son costé droict estoit Monsr Philibert Emanuel de Beaumanoir évesque du Mans, et les autres députez du corps ecclésiastique ; du costé senestre estoit la [f°173] noblesse et, en teste, Messrs les vicomte et Baron de Lavardin, et ainsy les autres en suitte ; à l’opposite vers le préau estoit un siège où Messieurs les conseillers du présidial estoit sis et, du mesme costé, il y avoit un parquet pour Messrs les gens du roy et Mr me Julian Jariay, sr du Gault advocat du roy, estoit préparé à faire la harangue. Les baillyfs de la province et les députez des 14 paroisses de la ville et forbourgs [f°173 v°] du Mans y estoient assis sur des bancs où je me trouvé comme député de la paroisse de St Benoist. L’assemblée fut remise jusques au vendredy septiesme de juillet ensuivant, attendu qu’il fut baillé à Msr le Lieutenant général lettres du petit cachet portant que le roy vouloit qu’on n’eust aucun égard audict suffrages de la noblesse que à ceux qui seroient présens, et que les [f° 174] procurations ne seroient point considérées. C’est pourquoy il fut délibéré que la volonté de sa Majesté seroit sceue plus apertement, joinct que la noblesse fist beaucoup de bruit et s’offensa de ce que le corps du présidial avoit séanse à ladicte assemblée, veu qu’il ne faisoit que partye du tiers estat, et qu’il n’y avoit que les députez qui deussent avoir séance, combien que pareille difficulté [f° 174 v°] se fust rencontrée en 1614 où lesdicts Srs présidiaulx se trouvèrent.

204En marge : Mathieu Chesneau fils de Mr Desportes//Le jeudy 22 juin 1651, ma fille aisnée Marie Bodreau, femme de me Mathieu Chesneau sr des Portes advocat au siège présidial du Mans, est acouchée à dix heures précésement avant midy, d’un garçon qui a esté babtisé le sapmedy ensuivant, jour de Sct Jean Babtiste 24 dudict moys, en l’église de Sct Benoist, [f° 175] par Me René Clotereau prebtre vicaire de ladicte église. Son parain, Me René Bodreau docteur en médecine mon cousin germain, qui l’a nommé Mathieu comme son père, sa maraine damoyselle Francoyse Mesnage femme de Noble Hoyau sr de Maulaville. Dieu luy face la grace d’estre homme de bien. Bodreau

205[f° 175 v°] Au mois de décembre 1651, sur la fin et en janvier suivant 1652 au commencement, la rivière de Sarte a creu de telle hauteur qu’elle a passé l’entrée de ruelle pour l’exploitation de ma maison, et elle a duré à chaque fois cinq jours.

  • 90 Petit-fils d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées, le duc de Beaufort est frondeur.
  • 91 Une tradition populaire attribue le salut de La Ferté-Bernard à la protection de la Vierge.
  • 92 Lire cent vingt piétons.
  • 93 Le duc de Rohan-Chabot est alors gouverneur d’Angers et il défend le parti des princes.

206Le XI febvrier 1652, Mrs le duc de Beaufort 90 est venu de Paris aveq trois mille hommes d’infanterie et quinze cens chevaux. Et ledict jour est arivé vers La Ferté Bernard91, ce qui a obligé audicts habitans [f° 176] à faire la garde. Et furent redoublées le premier Mars à cause que ledict seigneur de Beaufort ariva à Sargé, Changé, Yvré et autres proches paroisses. Ledict jour, nous eusmes une grande alarme sur les trois heures après midy et ledict seigneur de Beaufort s’advanca jusques à la croix des Cottines, proche le lieu au sieur Epinau prebtre, aveq quatre cens cavaliers en embuscade soustenus de six vingts 92 piétons, lesquels se retirèrent. Et le dimanche 3e dudict mois, sur les neuf heures pendant [f°176v°] la grande messe, ils se présentèrent encor vers le bourg d’Anguy, mais la prudence de Monsieur le duc de Tresmes, notre gouverneur, nous préserva de l’orage. Il fut tousiours présent et fist plusieurs sorties aveq de la noblesse qu’il avoit assemblé au nombre de près de deux cens, de sorte que Monsieur de Beaufort aiant eu nouvelle que la ville d’Angers, que [f° 177] le roy avoit assiégée pendant quinze jours, s’estoit rendue et que Monsr de Rohan93, qui estoit dedans pour les princes, en estoit sorty, il lascha le pied et remonta vers Nogent et Chartres avec intention de se joindre aveq Monsr de Nemours.

207En marge : Mort de Catherine Bodreau femme du sr des Rues Faissot// Le 12 aoust 1652, damoiselle Catherine Bodreau, femme en secondes nopces de Me Jean Faissot sr des Rues advocat, et fille de deffunct Me Jacques Bodreau, vivant greffier au criminel de la sénéchaussée [f° 177 v°] de ceste ville, est décédée, sur les huict heures du matin, agée de trente et quatre ans deux mois douze jours, comme il se recognoist par le jour de la naissance escript au présent livre, qui estoit du 30 may 1618. Mon deffunct père estoit son parain et fut son curateur, et moy après luy j’ay continué la charge jusques à ce qu’elle fust mariée audict sieur des Rues [f°178] Faissot qui fut le 25 janvier 1640. Son corps est inhumé en l’église de Sct Benoist, proche les fonts baptismaux, lieu de la sépulture des Faissot. Requiescat in pace.

208En marge : Chesneau//Le dimanche quinzieme septembre 1652, ma fille Marie Bodreau femme de Me Mathieu Chesneau sieur des Portes advocat au Mans, est acouchée d’une fille sur les deux heures du matin. Elle a esté inondée en attendant les cérémonies du baptesme. [f° 178 v°] Et, le dimanche 22 octobre 1652, ladicte fille a esté baptisée à Sct Benoist. Pour parain elle a eu… de Vassé, évesque sr de la Rochelle près Lassay, et pour maraine ma fille Margueritte Bodreau sa tante.

209En marge : décès de la dame des Masnières Berault//Le dimanche 19 jour de janvier 1653, Magdeleine Poulard veufve de deffunct Me Pierre Berault Sr de la Masnière, est décédée sur le midy. Et son corps fut ledict jour sur les huict heures du soir inhumé en l’église de Sct Nicolas. Elle estoit agée de soixante et quinze ans. Requiescat in pace.

210[f°179] En marge : Incendie à La Couture//Le 20 juillet 1653, jour de lundy vigile de La Magdeleine, sur les cinq heures de relevée, le feu parût au toict de la maison de deffunct Me Jean Girard, vivant advocat sieur des Landes, sise proche l’esperon de ceste ville, au dessus du jardin de sieur Duguet, au droict du tripot du Porc Epy. Et, à mesme temps, prist en la maison de la veufve d’Espine, et autres maisons voisines, jusques à la halle et aux estables dudict sieur Dugué. Et, de [f°179 v°] là, sauta en la maison et escurie de Fresnays et se communiqua en autres maisons voisines où, de là, un turbillon ou peloton de paille ou foin allumé fut porté en l’air, par la violence et abondance de la fumée, qui partit de l’escurie dudict Fresnays. Et, traversant la halle au dessus des maisons, s’attacha aux filets du tripot du Verd Galand et d’un autre tripot de [f° 180] la veufve Chereau, qui brusla tous lesdicts tripots aveq plus de trente autres maisons des deux costés de la rue. Et fut le feu si dévorant qu’en moings de deux heures il fist ledict ravage, et eust continué plus avant sans que Messieurs les chanoines de Sct Pierre portèrent en l’église des Minimes la chasse de Scte Scolastique. Et Messir de La Coulture aveq lesdicts Minimes [f° 180 v°] firent la procession autour de la paroisse de La Coulture où le Sct Sacrement fut porté. Il y a eu cinquante maisons et plus incendiées. On estime la perte à cens mil escus. On tient que la veufve Chereau en son tripot, meubles et autres maisons a perdu vingt mil Livres, et Fresnays en sa maison, meubles et provisions quinze mil Livres.

211[f°181] En marge : enfant né//La nuit d’entre le lundy neufviesme et mardy 10e febvrier 1654, sur minuit trois quarts d’heure après, ma fille Marie Bodreau, femme de Me Mathieu Chesneau sr des Portes, est acouchée d’un garçon. Et le 12 dudict mois ledict enfant a esté baptisé à St Benoist par Me Louis Le Brodeur vicaire. Parain René Chesneau chevalier de Malte son oncle. Maraine Ambroise Alexandre fille de deffct sieur Alexandre, qui estoit gendre du deffunct sr de Vieumont.

212[f° 181 v°] Le dimanche 29 apvril 1654, j’ay esté, aveq mes filles Margueritte et Louise, en la ville d’Angers aux nopces de me Pierre Gendrot, mon clerc, lequel a epousé Margueritte Bonvoisin.

213En marge : filleul Julian Leclerc//Le dimanche 26 apvril 1654, j’ay esté parain d’un enfant de Michel Le Clerc, faiseur de paignes et cardes, que j’ay nommé Julian et a esté babtisé à Sct Benoist de ceste ville par Me[f° 182] Louis Le Brodeur sr de l’Espine prebtre vicaire de ladicte église. La maraine Margueritte Bonvoisin femme de me Pierre Gendrot praticien mon clerc.

214En marge : filleule Marte Gendrot//Le… febvrier 1655, j’ay esté parain de la fille aisnée de me Pierre Gendrot, praticien mon clerc, et de Margueritte Bonvoisin sa femme. Sa maraine la femme de René Coustard, autres-fois messager de Chasteaugontier, laquelle a nommé ladicte fille Marthe, et a esté baptisée en l’église de sainct Jean de la Chevrye, [f° 182 v°] for-bourg de ceste ville par le sr vicaire.

215En marge : Entrée de Mr le lieutenant du roy//Le jeudy 26 febvrier 1655, Monsr Messire de Beaumanoir Comte d’Antoigné, lieutenant pour le roy au gouvernement de ceste province, a faict entrée en ceste ville où, à sa réception, les habitans se sont mis en armes, tant de la ville que des for-bourgs. Et on a faict une haye de soldats, à commencer par la compagnie colonelle, à prendre depuis la place du chasteau en continuant [f°183] et fillant le long de la grande rue, à passer par la Vieille Porte et continuer jusques bien avant en la rue de Quatre roues, forbourg de la Coulture. Et, en entrant en ville, Monsieur Le lieutenant Général aveq les échevins luy présenta les clefs de la ville, soubs le le portail de la Vieille Porte au dedans du Pont levis. Et s’estant rendu à l’évesché, Messrs de Sct Julian et de Sct Pierre, le sieur président de la provosté de l’élection, en corps [f°183v°] aveq leurs bonnets carés et robes de palais, luy ont faict harengue. Ledict seigneur Comte d’Antoigné est seulement agé de dix sept ans.

216En marge : Elisabeth Bodreau//Le 25 mars 1655, j’ay tenu sur les fons de baptesme en l’église de Sct Padvin de La Cité, aveq damoiselle Elisabeth Brebion veufve de deffunct me Guillaume Trouillard, vivant advocat au présidial, une fille de Me René Bodreau, docteur en médecine mon cousin germain, et de [f° 184] damoiselle Trouillard son épouse, fille de Messire Noble Daniel Trouillard vivant conseiller du roy au siège de la provosté sieur du Seut. Et a esté ladicte fille nommée Elisabeth par ladicte damoiselle Brebion.

  • 94 Cette répétition sur le folio suivant tend à révéler que Julien rédige d’abord un brouillon qu’il (...)

217[f° 184 v°] aveq leurs robes et bonets carréz luy ont faict harengue. Ledict sieur Comte d’Antoigné est seulement agé de dix sept ans94.

218En marge : Incendie//Le vendredy 2 avril 1655, première semaine d’après la feste de Pasques, il est advenu un incendie en la paroisse de La Coulture au dessus des halles. La troisiesme maison de la rue tendant des halles à l’église de ladicte Coulture, du costé droit à y aller, où demeuroit un nomme Le Proust, qui a este entièrement embrasée aveq deux [f° 185] deux autres et, en outre, deux maisons qui ont esté démolies pour trancher le cours au feu, qui cause perte de plus de vingt mil Livres tant pour les édifices que meubles. Et la maison de Monsr de Montéhard, président au présidial, proche voisine, eust esté incendiée sans le prompt secours.

219[f°185v° et f°186] vierges

220[f° 186 v°] En marge : Mort de Me Pichon advocat//Le 5 avril 1655, me Pierre Pichon, advocat consultanct agé de 73 ans, est décédé. Et, le lendemain 6 dudict mois, il a este enterré en l’église de La Coulture. Il avoit epousé Marie Pelard, cousine germaine de ma deffuncte mère.

221En marge : Pierre Chesneau//Le samedy 17 juillet 1655, Marie Bodreau ma fille, femme de Me Mathieu Chesneau Sr des Portes advocat au Mans, est acouchée, sur les cinq heures et demie après midy, d’un garçon qui fut baptisé le lendemain en l’église de Sct Benoist [f° 187] de ceste ville par me Catherin Frétault, chanoine théologal de l’église du Mans et curé dudit Sct Benoist, fut nommé Pierre par me Pierre Débonnaire, advocat audit présidial, son parain. Sa maraine Françoise Potier, veufve de deffunct Guy Chesneau vivant Sr de Vieumont, ayeule paternelle dudict enfant. Dieu le face prospérer et vivre en son Amour et crainte. Bodreau

222[f° 187 v°] En marge : Décès de Madame de La Galère//Le 25 octobre 1656, Jaquine Graffard, ve Nicolas Morice, dame de l’hostellerie de la Galère, est décédée et a esté inhumée en l’église de Sct Benoist. Requiescat in pace.

223Le dimanche XI jour de Novembre 1656, ma fille Marie Bodreau, femme de me Mathieu Chesneau sr des Portes advocat, est acouchée avant terme d’une fille, sur les dix heures [f° 188] du matin. Et, le mesme jour après vespres, elle a esté baptisée en l’église de Sct Benoist par discret me Louis Abot, prebtre et l’un des vicaires de ladicte église. Elle a eu pour parain me Jean Faissot, sr des Rues advocat consultant et pour maraine ma fille Louise Bodreau sa tante. Dieu la bénisse. Elle a esté nommée Marye par madicte fille. Bodreau

224[f° 188 v°] En marge : Mariage Margueritte Bodreau//Le samedy dousiesme may 1657, le contract de mariage fut passé, en mon lieu de L’espine, entre me Pierre Bourgault, docteur en médecine et médecin ordinaire de Madame de Fontevrault, et ma fille Margueritte, après une persévérance de deux ans et plus. Ils épousèrent en l’église de Sct Benoist de ceste ville le mardy 15 dudict mois. Me Marin Bourgault prieur curé de Monstreuil le Henry les épousa sur les 3 heures du matin. Dieu les bénisse. Bodreau.

225[f° 189] En marge : Charles mon fils//Le lundy 28 may 1657, Charles Bodreau mon fils est parti de ceste ville par la voye du Sr Coustard messagé de Chasteau gontier pour aller à Paris.

226En marge : Julian Bourgault né//Le 14e Janvier 1658, ma fille Marguerite Bodreau, ma fille femme de me Pierre Bourgault docteur en médecine, est, à 6 heures du matin, acouchée de son premier enfant, lequel le lendemain a esté baptisé sur les fons bastimaux de Sct Benoist de ceste ville, et a esté nommé par moy, Julian. Sa maraine est dame Jaquine Bourgault seur dudict sieur [f° 189 v°] Bourgault. Bodreau

227Le 26 febvrier 1658, j’ay esté affligé d’une grande et périlleuse maladie, et Messrs du Chesnay Péan et Bodreau mon cousin germain, qui m’ont gouverné, ont doubté long temps de ma reconvalescence. Et la maladie m’a continué jusques au mois de juillet et m’a laissé une grande foiblesse en sorte que j’ay beaucoup de peine à marcher.

228[f° 190] Le 17 avril 1658, ma fille Margueritte est alée à son mesnage à Fontevrault, où Monsieur son mary est médecin ordinaire de Madame l’Abesse et de toutes les religieuses. Mon fils Charles l’a accompagnée, n’ayant peu la mener à cause de ma maladie. Dieu leur face la grace de prospérer.

229Le 8 febvrier 1659, ma fille Margueritte Bodreau, femme de Monsr Bourgault docteur en médecine, est acouchée, sur les neuf heures du soir, [f° 190 v°] d’une fille, à Fontevrault. Laquelle a seulement esté inondée parce que Madame de Fontevrault désire luy donner le nom et estre sa maraine.

230Les 23 et 25 apvril 1659, festes de Sct Georges et de Sct Marc, il y eut la nuit une gelée, en ceste province et autres, si grande que les vignes et fruits gelèrent. Toutesfois, graces à Dieu, les bleds ne furent point endommagés.

231[f° 191] Le mercredy de Rogations,… Jour de may 1659, les antians religieux de l’abaye de La Coulture, estant restés en ladicte Abbaye pendant que les religieux réformés de Sct Maur estoit en procession, fermèrent les portes de ladicte Abbaie. En sorte que, les processions finies, lesdicts religieux voulant rentrer, trouvèrent tout fermé, aveq des gardes en la maison et aux environs, que les antiens avoient prist [f° 191 v°] pour les assister et secourir, et furent contraints de se retirer à l’abaye de Sct Vincent. Ils firent signiffier, huitaine après, un arest du privé conseil portant inionction à Mr le lieutenant général de les restablir, au sr provost de l’assister, et aux habitans de prendre les armes. Mais, à mesme temps, les antiens religieux, qui tenoient le fort en ladicte Abaye, se pourveurent à la cour, et, par arrest, il fut dict que très humbles remonstrances [f° 192] seroient faictes au Roy, et receu lesdicts antiens opposans que, sur leur opposition, les partyes auroient audience, et, jusques à ce, que toutes choses demeurassent en estat.

232En marge : Jean Chesneau//Le jeudy 21 aoust 1659, sur une heure et demie après midy, ma fille Marie Bodreau, femme de me Mathieu Chesneau sr des Portes Advocat, est acouchée d’un garçon qui a esté baptisé le lendemain sur les fons de l’église de Sct Benoist du Mans par le sr vicaire. Parain me Jean Berault, sr de Beauchamps notre cousin fils de deffunct Mr Louys Berault procureur en [f°192v°] parlement notre oncle qui estoit frère de deffunct Mr de La Masnière Berault mon beau père. Maraine damoiselle Margueritte Girard, femme de Noble de Vaigreville sr d’Yray esleu de ceste ville. Dieu bénisse ledict enfant. Il a nom Jean. Bodreau

233Ledict Julian Chesneau est décédé quinze jours après sa naissance.

234[f° 193] En marge : Incendie//Le lundy 22 septembre 1659, sur les huict à neuf heures du soir, le feu prist en l’hostelerie du Dauphin, qui estoit au droict du hault de la halle, en laquelle demeuroit le nommé Renault hoste. Et ceste incendie fut si grande qu’elle embraza jusques à dix sept maisons considérables et de grand prix et particulièrement l’hostellerye du Dauphin et la maison de la Teste Noire en proximité, au droit de la Halle où il y avoit un grand porche [f° 193v°] plusieurs marchand vendoient des denrées et marchandises, plus l’hostelerie de Sct Denys que peu de temps auparadvant le sr du Bois fermier général de la baronnie de Coulens, avoit baillée à rente annuelle et perpétuelle au sr Loiseau chirurgien, amortissable au sol la Livre revenant à cinq mil Livres. La perte a esté estimée à cent mil Livres, tant pour le prix des maisons que des marchandises et meubles qui y estoient [f° 194] et y furent consommées. Mesmes pendant ce désorde, plusieurs voisins, ostant leurs meubles, en ont esté volés. La nuict estant fort obscure, la lumière du feu estoit si grande qu’elle parut jusques à sept lieues loing de la ville, et, au dedans d’icelle et environs, jusques à Pontlieue, on pouvoit voir lire.

235En marge : Religieux de La Coulture//Et le mesme jour, les religieux refformés de l’abbaye de Sct Vincent, forbourg de ceste dicte ville, [f° 194v°] voulant rentrer en la possession de l’abaye de La Coulture, aussi au forbourg de ceste dicte ville, d’où ils avoient esté expulsés dès les rogations dernières par les antiens religieux, firent venir de Tours en ceste ville Monsr Morent, maistre des requestes et intendant, auquel ils firent délivrer (comme le commun bruit est) dix mil Livres pour son voiage et mil Livres pour son segrétaire. Lequel sr intendant [f°195] vint loger en hostelerie des Quatre Vents, en proximité des halles et du lieu où l’incendie ariva la nuit mesme et le lendemain sur les unze heures, et après avoir faict assembler la justice et le corps de la ville pour leur déclarer le subjet de sa venue avec inionction de luy faire prester main forte par les habitans, il se transporta aveq le procureur de ladicte ville au davant de la grande porte de ladicte Abbaye de La Coulture, en son habit de Justice, [f° 195 v°] où se trouva aussy Me Arnoul Pillon, advocat desdicts religieux réformes de Sct Vincent. Et ledict Sr Morand, aiant sommé ceux qui estoient dedans l’abbaye d’ouvrir les portes, sur le reffus, il se trouva plusieurs hommes de la part desdicts religieux de Sct Vincent, lesquels armés de fusils allèrent au derrière des murs de La Coulture vers le grand cimetière, à dessein de les escalader. Et [f° 196] d’iceux fut tué d’un coup de fusil par ceux du dedans, ce qui donna la fuite aux autres. Mais, en fuiant, il se trouva par malheur au droit de l’hostellerye du Mouton qui est à l’embouchure de la rue à aller au grand cimetière, que un nommé Olivier, marchand demeurant aux halles, fut tué d’un coup de pistolet par un des moines de la Coulture nommé [f° 196v°] Nepveu fils de Monsr Daniel Nepveu, sr des Estrichez provost provincial du Mans, lequel moine soustenoit le party de ceux de Sct Vin-cent et conduisoit les hommes armés qui vouloient entrer. Après le coup donné, ledict Nepveu fut arresté par plusieurs habitans, et particulièrement par le sr Brossard marchand beau frère [f° 197] dudict deffunct Olivier, et fut mené prisonnier en l’abaye de La Coulture, de l’ordonnance de Monsr Me Jean de La Rivière, Sr de Vert commissère de la cour, de la part desdicts de La Coulture. Lequel a dressé son procès verbal qui fut porté à la Cour, laquele luy a donné pouvoir, par arest, d’instruire le procès.

236[f° 197 v°] Le Xe Novembre 1659, on a retiré de nourice mon petit fils Julian Bourgault, fils de Mr Bourgault médecin mon gendre et de Margueritte Bodreau ma fille, et l’ay prist en ma maison pour l’élever et pour mon contentement.

237En marge : Mariage de mon fils Me Charles Bodreau//Le 17 janvier 1660, Me Charles Bodreau Advocat, mon fils, fut accordé en mariage# par contract, attesté par me Pierre Gendrot notaire royal et, après 3 publications de bans, ils furent épousez en l’église [f° 198] de Sct Jean forbourg de ceste ville par me Jean Gourdin prebtre curé à Fay, le mardy 3 febvrier 1660, sur les unze heures du matin. J’ay traitté les parens de part et d’autre au disner et souper. #avec Marie Morice fille de deffuncts me Pierre Morice, vivant procureur en l’élection du Mans et de Radegonde Pivron sa femme. Dieu les bénisse et face prospérer leur mesnage par sa grace. Bodreau

238[f° 198 v°] En marge : Messieurs du Bary et Godeau//Le 2 febvrier 1660, Messieurs Le Jariel, sr du Baril conseiller du roy et son antien advocat au présidial du Mans, et Godeau, assesseur au siège civil et criminel de la provosté dudict Mans, ont eu mandement et ordre exprès de sa Maiesté de se retirer de ceste dicte ville dans les 24 heures et s’en aller, scavoir ledict sr du Bary à Saumur et ledict sr Godeau à Chinon, par vertu de lettre de cachet. La cause de cest éloignement est de ce qu’ils soustenoient le party des antiens religieux de La Coulture contre les [f° 199] refformés de Sct Vincent. Le dict sieur du Bary y ayant un nepveu des antiens et un fils que les refformés avoient déjetté encor qu’il eust esté faict profez, ne l’ayant voulu recognoistre. Et, quand au sieur Godeau, il a un oncle qui est aussy des antiens, ce qui a causé beaucoup de scandale.

239[f°199v°] Le mardy 2 jour de Mars 1660, j’ay tenu sur les fons de baptesme de l’église de sainct Benoist, aveq damoyselle Margueritte Louis, fille de me Mathurin Louis sieur des Malicottes bailly de la Guerche et advocat consultant, la première fille de me François Couette, praticien mon clerc. Elle a esté baptisée par le sieur Abot vicaire et nommée Margueritte par ladicte damoyselle Louis.

240En marge : Paix publiée//Ledict jour, publication de la paix générale entre les couronnes de France et d’Espagne [f° 200] arestée par Monseignr Le Cardinal Mazarin et le Seigneur dom Louis Mendez de Haro plénipotentiaires de leurs Majestéz très chrestienne et Catholique, en l’Isle dicte des Faisans en la rivière de Bidassoa, aux confins des Pirénées, le 7 novembre 1659. Ladicte publication faicte par Monsieur Jacques Le Divin, Esquier conseiller du Roy lieutenant particulier, en présence des srs eschevins. Et, de ce, requérant Monsieur le procureur du Roy, me René Pahoyau, clerc de la Chambre, en fist [f° 200v°] la lecture à l’auditoire de la grande salle du palais. Et, après la publication, il fut cryé par le peuple Vive le Roy. Et il y avoit les tambours et le trompette de ville, et fut enjoint aux artisans de la ville et forbourgs de fermer les boutiques. Et, le jeudy de la Micaresme XI dudict mois de Mars, il y eut procession générale qui partit à neuf heures du matin de l’église de Sct Julian et ala à l’Abaye de Sct Vincent où tous [f° 201] les collèges assistèrent aveq Monsieur l’évesque, mais, au partir de la procession et dans l’église de Sct Julian, il ariva du désordre pour le rang des officiers, car Monsieur le Comte d’Antoigné lieutenant pour le Roy, voulant marcher aveq quelque Noblesse qui l’accompagnoit, Messrs du présidial le convièrent de se mettre aveq eulx et qu’il prist le hault aveq Monsr le premier président. [f° 201 v°] Il le reffusa, pourquoy lesdicts sieurs du présidial se retirèrent. Mais, pendant que ladicte procession aloit à St Vincent, ils retournèrent en l’église de Sct Julien et prirent les places, du costé du doyen et de celuy du chantre, jusques à vingt et trois places où ils restèrent jusques au retour de la procession. Mais, en la mesme démarche, il survint un autre désordre entre lesdicts officiers de la provosté et [f° 202] les eschevins parce que les officiers de la provosté vouloient aler davant les eschevins, ce qui fut trouvé très extraordinaire et contre raison, parce que, ces cérémonies estant publique et l’ordre en aiant esté adressé à Monsr le lieutenant de Roy et aux eschevins, il estoit juste qu’ils précédassent. Si bien que ceste contestation causa beaucoup de confusion en ce que lesdicts officiers de la provosté et lesdicts [f°202 v°] eschevins passoient aveq violence et trouble les uns contre les autres. Et l’un desdicts eschevins, nommé le Sr Caillau marchand, estant entré avant le sr bailly de la provosté dans le chœur de Sct Vincent, prist une place que ledict sr bailly vouloit prendre. Lequel se mist sur les genouz dudict sr Caillau où il fut fort long temps jusques à ce que quelques notables habitans avertirent mondict Sr[f° 203] le bailly que les habitans estoient en grand murmure. Si bien que Monsieur du Mans convia ledict sr bailly de se retirer dudict chœur, ce qu’il fist. Et, après la messe célébrée (qui fut de la Trinité), la procession retourna à Sct Julian pour chanter le Te Deum, laquelle fut suivie de Monsieur le Lieutenant du Roy et des eschevins. Mais, dans l’église [f° 203 v°] de Sct Julian, il ariva encor un autre désordre car, les eschevins estant entrer dans le chœur, ils trouvèrent leurs places occupées par lesdicts sieurs présidiaux, si bien qu’ils furent contraints de se retirer et le Te Deum se chanta sans eulx. Ledict jour, sur les sept heures du soir, le feu de joye fut faict en la place des hales, et le feu y fut alumé par Monsieur Le Lieutenant du Roy, Mrs Le Lieutenant général et lesdicts eschevins qui avoient [f°204] chacun un flambeau alumé. La machine d’artifice estoit sur un échaufault de douze pieds en carré, au quatre costés il y avoit quatre figures de hauteur plus que naturelle. L’une représentant la discorde en femme à cheveux epars tenant des serpens en la main. La seconde, un rustique. La troysiesme, un soldat et le 4, un homme du tiers estat. Le milieu estoit un gros globe où il y avoit vive le Roy escript et un [f° 204 v°] gros pilier qui soutenoit ce globe où il y avoit les armes de France, de la ville, de la maison de Lavardin. Et autour du théatre estoit une bordeure où il y avoit escript Vive le Roy. Et, un peu avant que l’artifice fust mis en feu, on aluma un gros flambeau en ce globe, et six autres flambeaux de chaque costé du théatre, la lumière desquels faisoit [f° 205] paroistre les armes et les figures. Sur les sept à 8 heures du soir, Monsieur le Comte d’Antoigné, Msr Le Lieutenant général et Mesrs les Eschevins sortirent d’une maison au hault de la place des halles, chacun d’eulx aiant un flambeau de cire alumé. Au davant d’eulx marchoient un trompette qui estoit le sr de La Vallée le jeune, l’un des trompettes du Roy, demeurant à Sct Denis d’Orques, que les srs Eschevins avoient mandé. [f°205v] Pendant que le feu estoit alumé, les pièces de campagne de la ville, qui estoient en la place des halles, tirèrent deux fois.

241En marge : Mort du sr Portier curé de St Hylaire//Le 2 mars 1660, me Jean Portier, pretre curé de St Hylaire de ceste ville, est décédé et a esté le lendemain inhumé en ladicte église. Il estoit originère de la ville de Nevers et avoit autresfois régent à collège Royal de Sct Benoist. Il estoit très docte et excellent poete latin. Il a composé plusieurs tragédies [f° 206] scavoir la Panteglée ou la Virginie Romaine, l’Atamax, Le Tennes, L’Arsinoe, aveq autres poemes dramatiques qui sont imprimés. Il a faict d’autres pièces qui n’a données au public, entre lesquelles est une excellente pièce intitulée Le démon compagnon d’Ulysse. Requiescat in Pace.

242En marge : Hyver de 1660//L’hyver en ceste année 1660 a esté très rude et fascheux. Il à commencer le 30 Novembre 1659 [f° 206 v°] et la gelée a continué jusques au 3 mars 1660 et suivant. Il y a eu des neges continues depuis le 22 décembre jusques au 28 febvrier et, aveq les neges, il y a eu un verglas et glassons, qui ont commencé depuis le 17 janvier jusques au 2 mars, qui a esté si grand qu’on ne pouvoit cheminer sans péril de tomber, et le verglas eust duré plus long temps sinon que le 2 mars, lorsque [f° 207] la paix fut publiée, par ordonnance de police il fut enioint aux habitans de faire casser la glace chacun davant soy à cause de la procession publique à cause de la paix.

243Le samedy… Mars 1660, sur les 3 heures après midy, ma fille Margueritte Bodreau femme de Me Bourgault est acouchée à Fontevrau et a esté baptisée à la paroisse dudict Fontevrault par Mr Porcher [f°207 v°] vicaire. Le parain est le sr de Tuspane intendant de Madame de Fontevrault, sa maraine Madamoiselle de Vieuclos femme du sr de Vieuclos Gasnot qui l’a nommée Marthe.

244En marge : Mort de Me Louis//Le mercredy 4 aoust 1660, sur les deux heures du matin, est décédé me Mathurin Loys, antien advocat consultant, agé de 74 ans, d’une rétention d’urine par unze jours entiers. Il est inhumé en l’église de Sct Benoist [f° 208] de ceste ville, au droit de l’autel de la Vierge. C’estoit mon grand et singulier amy, homme de probité et de scavoir. Il a commenté la coustume du Maine au mesme temps que jé donné au public mon petit commentaire sur la mesme coustume. Le sien et le mien furent imprimés en mesme temps en ceste ville, par Gervaise Olivier imprimeur, en 1658. J’avais donné au public mon grand commentaire dès l’an 1645. B.

245[f°208v° et f°209] vierges

246[f° 209 v°] Le 26 aoust 1660, le Roy et la Reine firent leur entrée en la ville de Paris, avec toute la pompe et magnificence requise en ceste solennité, dont il a esté faict une ample relation.

  • 95 Lire cent trente-trois millions de livres. Les historiens (Pierre Goubert, Françoise Bayard, Josep (...)

247[f° 210] Le… Mars 1661, le Cardinal Mazarini premier ministre d’Estat est décédé, au chasteau Royal du Bois de Vincennes, d’une hydropisie après avoir esté malade deux mois. Avec lequel le Roy eut une longue conférence deux jours avant son trépas et on tient qu’il lui donna un mémoire escript de sa main contenant les moiens de gouverner son estat et lui donna advis de ne laisser augmenter [f°210v°] puissance et richesses d’autres ministres. Et, après son décès, on a suputé que sa succession revenoit à six vingts treze milions de Livres 95 qui est une somme si excessive qu’elle paroist presque incroiable. Il avoit une niepce nommée Hortensia qu’il avoit, un peu avant sa mort, mariée au Seigneur de la Meilleraye, fils unique de Monseigneur de La Meilleraye, [f° 211] mareschal et grand maistre de l’artillerie de France, que l’on tient pour le plus riche seigneur de la France, mesme un des premiers gentilhommes de l’Europe pour les biens. À laquelle nièce, ledict Cardinal donna en mariage douse cens mil Livres de rente en revenu et, pour partie de son denier dotal, il luy donna le duché pairie de Mayenne et, par son testament, il a [f°211v°] que ledict duché se nommeroit à l’advenir Mazarini, mais c’est à scavoir si cela aura lieu. La postérité en jugera. Il a ordonné estre inhumé au couvent des Religieux Théatins, qui sont establis à Paris, ausquels il a légué cent mile escus pour faire bastir l’église.

248[f° 212] Le samedy avant le dimanche des rameaux 2 jour d’Apvril 1661, les Religieux refformés de Sct Benoist, ordre de Sct Maur, rentrèrent en l’abbaye de La Coulture d’où ils avoient esté chasséz par les antiens religieux aux rogations de l’an 1659. Lesquels ont esté condemnéz, par arest de la grande chambre suivant les conclusions de Monsieur l’advocat général Talon, de les recevoir et leur [f° 212 v°] restituer toutes les provisions, titres et ornemens, à quoy ils ont obéy et au moien que le concordat cy davant faict entre eulx seoit exécuté. Dont il y a eu un procèz verbal dressé par Monsieur Le Vayer lieutenant général qui se transporta en ladicte Abaye aveq lesdicts Religieux refforméz qui partirent en corps de l’abbaye de St Vincent. Il y avoit un mois auparavant [f° 213] que le Sieur du Baril Jariel, Conseiller et advocat du Roy au siège présidial de ceste ville, et le Sieur Godeau, assesseur au siège de la provosté, ont esté rapelléz de la relégation où ils avoient esté envoyéz par lettre du petit cachet de sa Maiesté, dès le mois de febvrier 1660, à cause qu’ils soutenoient le parti des antiens religieux, attendu qu’ils avoient deux [f°213v°] enfans novices en l’abbaye, receuz un peu avant la refforme, et qui n’avoient encor faict profession pour n’avoir l’age. Ledict sr du Jariel avoit esté relégué à Saumur et ledict Godeau à Chinon.

249En marge : Mort de la dame Abesse du Pré//Le samedi 29 octobre 1661, dame Charlotte de Miée de Guépré, Abesse de l’abaye du Pré for-bourg de ceste ville, ordre de Sainct Benoist, est décédée sur les [f° 214] quatre heures du matin et le dimanche a esté inhumée dans le chœur de ladicte église abbatiale dudict Pré, qui est dans la nef. Le père Abé de Sct Vincent de ceste ville, du mesme ordre, a célébré la messe et l’a enterrée.

250Le…, La Reine est acouchée du daulfin.

  • 96 La navigabilité de la Sarthe est un sujet récurrent des débats de L’Hôtel de Ville tout au long du (...)

251[f° 214 v°] Au mois de décembre 1661, le bled est tellement enchéri qu’il valoit vingt et huit Livres la charge et, au mois de janvier ensuivant en l’an 1662, j’ay esté nécessité d’en achepter pour la provision de ma maison, attendu que ce que je n’avois recueilly sur mes lieux de l’Espine en la paroisse du petit Sainct Georges et celuy de La Chalerie en Souligné suffisamment. [f°215] Chaque boisseau m’a cousté soixante sols et est encores enchéry en febvrier jusques à soixante et cinq sols le boisseau de segle mesure du Mans. Et, si la disette continue, nous sommes en danger d’une grande famine. Les Religieux de Sct Vincent et de La Coulture font des aumosnes et données par sepmaine ainsi qu’ils y sont obligéz par une antienne coustume scavoir [f° 215v°] deux jours par sepmaine à La Coulture et un jour à Sct Vincent. Il se trouve à chaque donnée plus de dix mil pouvres ce qui tesmoigne la grande disette et famine. Il est arivé au mois de janvier audict an des navires chargées de bled de Dantzic de Poulogne qui ont abordé au Havre de Grace et ce bled a monté jusques à Nantes, [f° 216] Angers et La Flesche, mais il n’en a point encor monté jusques à nous96. Sinon qu’on tient que les Religieux réforméz de La Coulture en ont prist deux bateaux au port de Solesme où ils ont un prieuré.

252[f° 216 v°] La nuict d’entre le mardy dernier febvrier et 1er Mars 1662, Monsr René Le Vayer, cy davant Lieutenant général au Mans, et depuis intendant à Arras, est décédé. Et le jeudy 2 dudict mois de Mars, il a esté enterré au dessous du ballet de la grande porte de la chapelle du grand cimetière. Les pères Minimes, les Cordeliers et [f° 217] Les Jacobins, aveq les chanoines et bas chœur de Sct Pierre, ont assisté aux funérailles et lesdicts srs de Sct Pierre ont faict l’enterrement. Messieurs du siège présidial, de l’élection et le corps de la ville y ont assisté. Je luy avois dédié mon premier commentaire sur la coustume du Maine. [f° 217 v°] Et le vendredy 3 Mars 1662, Monsieur le Lieutenant général a faict donner aux povres, suivant le testament de feu Monsr son père, lesquels se sont trouvés jusques au nombre de plus de trois mille, en sorte que, depuis l’église du Grand Sct Pierre et toute la rue de St Flaceau jusques au bas et au droit de l’horloge de La Cigoigne, en estoit remplie et affin de distribuer à chaque povre quelque argent, [f°218] selon l’ordonnance dernière du deffunct, on a faict entrer tous les povres en l’église de Sct Pierre l’Enterré. Mais il s’est trouvé une si grande quantité, qu’entrans à la foule, ils passoient les uns sur les autres, en sorte qu’il s’en est trouvé de morts et étoufféz en la presse jusques au nombre de quinze et six ou sept de blesséz et demi morts, ce qui a causé beaucoup de compassion. [f° 218 v°] Le lendemain 4 mars 1662, le corps des advocats à l’yssue de l’audience est party du palais, après s’estre assemblé en la salle de l’audience, et lesdicts advocats, aveq la robe et le bonnet, sont aléz jusques en la chapelle du grand cimetière où il a esté célébré une grande messe de requiem en musique par le bas chœur de l’église Royale et Collégiale de St Pierre, à laquelle [f° 219] se sont trouvéz messrs les parens de mondict sr l’intendant scavoir Monsieur Le Lieutenant général et Me Charles Le Vayer, bénéficier, ses enfans ; Monsr Chouet sieur de La Gandie son beau frère ; un de ses enfans et Messieurs de Chantelou, parent ; Madame La Lieutenante générale, Madame de La Gandie seur dudict deffunct, et Madame La Veufve de Monsr le Le Corvasier, vivant Lieutenant criminel.

253[f°219v°] Au mois de Mars 1662, la charté de bled a continué en sorte que la charge du blé segle a valu cinquante Livres et le froment soixante et six Livres. Le pain noir de douze livres se vendoit vingt et cinq sols. Le pain blanc d’une livre cinq sols. Le 1er apvril de ladicte année, le pain noir de XII livres a esté mins à vingt six sols.

254Au mesme mois sur la fin, il a esté haussé jusques à vingt et huit sols et j’ay achepté le boisseau de segle quatre Livres cinq sols mesure du Mans.

  • 97 Marin est le père de Marin-Dominique Chesneau de la Drourie (dernier descendant à écrire sur le Li (...)

255[f° 220] Le vendredy 24 mars 1662, sur les unze heures du soir, Marie Bodreau ma fille, femme de me Mathieu Chesneau sieur des Portes advocat mon gendre, est achouchée d’un garçon. Lequel a esté baptisé en l’église de Sct Benoist et a esté nommé Marin 97 par Monsr Me Marin Amellon sr de Sainct Cher, conseiller du Roy au présidial de ceste ville, son parain, et sa maraine est damoyselle Genevieufve de Vancé, fille de deffuncte la dame de Brestel. Dieu bénisse l’enfant. Bodreau

256[f° 220 v°] Le mardy 2 jour d’Avril 1662, a esté exécuté de mort un nommé Brindeau, habitant de ceste ville et tailleur d’habits, lequel avoit esté condemné par Mr le Lieutenant criminel au siège de la Provosté à faire l’amende honorable, nud en chemise une torche ardente en main, au davant de la grande porte de l’église collégiale du Grand Sct Pierre et, de là, estre conduit aux halles où il auroit la langue coupée, et après pendu et étranglé, [f° 221] et, au bas de la potence estre son corps bruslé et ses cendres jettées au vent. De laquelle sentence, ledict Brindeau en ayant interjetté appel, elle fut confirmée par arest qui fut exécuté. Ledict Brindeau avoit esté convaincu d’avoir proféré des blasfèmes exécrables contre Dieu, la Vierge et les Saincts, et, estant conduit au suplice, il luy fut mis un papier écrit au dos contenant/Exécrable blasfémateur du nom de Dieu.

  • 98 Julien commet une erreur ici : il s’agit de la béatification de François de Sales (28 décembre 166 (...)
  • 99 Il s’agit de Michel Le Vayer. Chanoine du chapitre de St Julien du Mans de mai 1650 à avril 1651, (...)

257[f°221v°] En marge : Canonisation 98 de St François de Sales//Le jeudy XI May 1662, on a célébré la canonisation de Sct François de Salles, évesque de Genesve. La cérémonie a esté faicte en l’église des Religieuses de La Visitation, aux halles de ceste ville, par Monseigneur Philebert Emanuel de Beaumanoir de Lavardin, évesque du Mans, estant accompagné des chanoines et bas chœur de l’église cathédrale qui ont parti processionnellement, la voix élevée, depuis l’église de Sct Julian jusques en celle de La Visitation où mondict Seigneur l’évesque [f° 222] a célébré la messe, revestu de ses habits pontificaux, qui a esté chantée à trois chœurs de musique de voix et d’instruments. Et, à une heure de relevée, Monsr Le Vayer99, doien du Grand Sct Pierre, l’un des archidiacres et confesseur ordinère de la Reine Mère, a faict la prédication. Et après, vespres ont esté chantées en musique aussi à trois chœurs où mondict Seigneur a assisté.

258[f°222 v°] vierge

259[f° 223] Remarques de Me Charle Bodreau advocat.

  • 100 Le mot : « cher » est ajouté au-dessus du mot : « père ».
  • 101 Sur le côté du folio est écrit verticalement : Anima Illius in pace requiescat.

260En l’an 1662 le 13 juin, est décédé, en bon chrestien et bon catholique et ayant receu tous les sacremens de l’église, M. Julien bodreau mon cher 100 père, advocat consultant tiers modérateur et commentateur sur les coustumes du mainne, [f°223v°] à mon grand regret et à ma grande perte. Il a faict son exécuteur testamentaire M. Mathieu Chesneau, lequel me persécute journellement par ses procès pour mon hérédité et injustement. Je prie dieu qu’il nous donne la paix101.

261Il estoit agé de soixante et trois ans et il est mort à mesme age que mon grandpère Bodreau, il s’en fault quelques moys.

262[f° 224] L’an 1660 le troisiesme febvrier jour de St Blaize, j’ay épouzé Marie Morice, fille de M. Pierre Morice procureur au siège présidial d’élection du Mans et de damoiselle Radegonde Piveron, ses père et mère, par m Jean Gandin curé de Fay, en l’église de St Jean. La mesme année, aynsy que deffunct mon père l’a déjà remarqué cy dessus, le traicté de la paix fut publiée dans cette ville avec le Te Deum etc

  • 102 Bien qu’exemptée du droit de franc-fief depuis 1610, la ville du Mans doit exiger cette taxe levée (...)

263[f° 224 v°] en l’an 1660, l’on faisait la recouvre des francs fiefs102.

  • 103 Expression tombée en désuétude, mais représentant le droit de dix deniers par muid de vin entrant (...)

264En l’an 1659, j’ay payé la ceinture de la reinne103.

265En l’an 1660, j’ay tinst un enfant de Mr Morice, je l’ay nommé Pierre, et dieu le bénisse. C. B.

266[f° 225] Mercredy 29 septembre feste de la dédicace de St Michel archange 1660, sur les IX heures du matin, fut née et sur les 3 heures du soir fut baptisée sur les fonds d’Estival par mr le curé, Marie Bodreau, fille de m. Charle Bodreau advocat en la sénéchaussée et siège présidial du Mans et de damoiselle Marie Morice son épouze. Parain Joseph Le Roy, sr de la Pommerayes, [f°225v] maraine Henriette de Rocmont, femme de mr Godain commis au grenier à sel au Mans. Faict en ma maison au Boulay ledict jour cy dessus. Et, à l’yssue du baptistaire, il se fist une réjouissance où quelques uns firent ces rimes.

267[f° 226] Le jour du prince des anges
vit naistre une fille
au plus fort des vendanges
plus belle et plus gentille
que ne fut jamais Diane
ni la chaste Susanne
Sur les 3 heures du mesme jour
elle receut sur son visage blesme
comme chaqun à son tour

268Les stes eaux du Baptesme
Portée par la main d’un roy
appuyée d’un roc
confirmée dans la foy
[f° 226v°] Son nom est Marie
et le surnom Bodreau
Qu’elle portera malgré l’Anvye
Jusques au fond du tombeau.

269Le 2 apvril 1661, est décédé Mr Morice cousin de ma femme thrésorier général des domaines des finances à Paris.

270L’an 1663 au moys de may et juin il y a un si grand débat, pour la scéance du baillif du fils de mr de Voyn conseiller de la [f° 227] provosté du Mans avec messieurs du siège présidial pour la scéance, que lesdicts messieurs d’en hault ont esté contrains de présider dans la chambre à costé du siège du présidial acoustumé. Dieu les acorde.

271[f°227v°] En l’an 1662 le 7 juillet, est décédé Mr Pierre Morice, advocat frère de ma femme, et sa femme Marie Pageot décéda six moys après de regret de sondict mari. Requiescant in pace.

272Je noris un de ses enfans pour deux ans gratis. Je leur donné. Bodreau

273[f°228] En marge : Julien Hilaire Bodreau//Le tresiesme jour d’octobre mil six cens soixante et trois, a esté baptisé sur les fonds baptismaulx de St Benoist en ceste ville du Mans, Julien Hylaire Bodreau mon fils, parain noble Hylaire Besazard secrétaire du roy, et marainne damoiselle Bodreau femme de [f° 228 v°] de mon cousin Bodreau médecin. Il est né le jour susdict sur les quattre heures du matin. Dieu le Bénisse. C. Bodreau.

274Baillé mon enfant à la Gille de St George et l’ay rebaillé le 5 décembre à la provosté d’allonne.

  • 104 Il s’agit de l’office de « tiers référendare » détenu par Julien et dont il s’était démis devant n (...)

275[f°229] En l’an 1663 au mois d’auout, est arivé en cette ville Monsr de Sila commissaire de la Cour, lequel a examiné toutes les provissions des offices, et moy ay monstré les miennes pour mon office de tiers modérateur104.

276[f° 229 v°] En marge : Françoise Charpentier//Le vingt et quatre octobre 1663, j’ay tinst sur les fonds baptismaulx de St Padvin des Champs en cette ville du Mans, Françoisse Pageot fille de Françoise Pageot et Jacques Carpentier. Parain Charles Bodreau, mareinne Françoisse Rochereau [f° 230] femme de Mr Rose secrétaire du recepveur des tailles. Bodreau.

277Marie Morice ma femme est née un an avans moy, je suis né le 3 octobre 1632.

278[f° 230 v°] Monsr Morice mon beau frère est décédé le 8 juillet 1662 et sa femme Margueritte Pageot le 26 décembre 1662, et madame Pageot mère de ladicte pageot le… septembre 1663.

279J’ay eu décharge de la curatelle de leurs enfans, qui estoient [f° 231] au nombre de sept enfans, par appel du jugement de la provosté, par jugement du présidial. Dieu soit loüé.

280Le XXV april 1664 est décédé mon fils Julien Bodreau, et le mesme jour a esté ouvert par Mr Le Gros chirurgien. [f° 231 v°] Il a esté inhumé près la marche du cœur, proche la fosse de deffunct mon père, où est à présent le banc à Mr Bourgault écheu en partage. Gaudeat Cum angelis. Il a vescu sept moys.

281[f° 232] Gresle arivée à Tours. Le 20 juin 1664 est arivé à tours un désordre par une épouvantable gresle. Et dont dans tout le monde il n’y a jamais eu d’exemple pareil, et il n’y a aulcune exemple semblable, dans tous les escripts des historiens touchant la gresle, qui aye faict plus de ravage. Sur les trois heures du jour subsdict [f° 232 v°] ariva donc une gresle de la grosseur de trois livres de plomb chaqun gresle, et dura la chutte d’icelle six heures durant. Laquelle renversa la pluspart des maisons de la ville, mesme quelques unes jusques au fondement, et ravaga toutte la campagne de toutte grains, jusques à six lieues de longueur [f° 233] et deux lieues de large et, comme chaqun a sa perte particulière et ne souffre point d’exemple, l’on dict seulement que pour, l’église de Marmoutier, il y a plus de cinq cens mil livres de réparation pour cet efect, et il n’y a aucun habitant de Tours exempt de cette perte.

282[f°233v°] En l’an 1664 au moys de décembre, est paru sur l’oriant une commette qui a une queüe, la quelle queüe jette des petits fillets comme des raions de touts costés, semblable à une verge. je prie dieu de détourner son ire.

283Domine in furore ne arguas me

284[f° 234] En marge : crue d’eau//En l’an 1663 le 22 febvrier, la rivière de Sarthe a tellement debordé que, en vingt et quattre heures, elle est venue battre jusque à la cloison de mon jardin, et a couvert la troisiesme marche et plus de l’escallier de mon logis où je demeure paroisse St Benoist, et entré en ma cuisinne et ma cave, et a esté jusque à la troisiesme marche de l’escallier d’une petitte cour. [f° 234 v°] Elle a causé beaucoup de ravage, elle a abatu une partie des escuries de la Fontaine et de Mr Cornué, procureur du Roy. Un hoste, apellé Beaupommeau, a perdu neuf pippes de vin.

285En marge : Julien Bodreau//Le vingt et cinq febvrier en l’an mil six cent soixante et cinq, ma femme est acouchée d’un petit garçon, [f°235] sur les cinq à six heures du soir et, le lendemain 26 dudict moys, a esté baptisé sur les fonds baptimaux de l’église St Benoist par M. Jean Bourgoin prestre vicaire de ladicte église. Parain M. René Bodreau médecin mon cousin, et mareinne Radegonde Morice ma belle sœur. Lesquels l’ont nommé Julien en souvenir de feu mon cher père. Je prie dieu qu’il le face prospérer en [f° 235 v°] son amour et crainte. Ainsi soit-il. Et mesme jour 26 a esté baillé en norice à la femme du meusnier Charpentier, en la paroisse St Gille, proche mon lieu de Lespine à cinquante livres par an et un boisseau de froment. [f°236] Le 24 may 1665 jour de pentecoste, est décédé mon petit fils Julien Bodreau en la paroisse d’Estival. Et y a esté enterré soubz le banc autrefois appartenant à la dame Piveron, et où nous nous mettons. Gaudeant Angeli.

286[f°236v°] En marge : St François de Sale//En l’an 1666 le XXII may, l’on a commancé les cérémonies, en l’église de la Visitation au halles du Mans, pour la canonisation de St François de Salles évesque de Genève. Ladicte églisse estoit fort bien parée. L’ordre de la cérémonie commenca par Messrs de St Julien, puis par l’abé et religieux St Vincent avec la crosse et le baston de chantre, puis messrs de la Coulture, les Jacobins, Cordeliers, minimes, [f° 237] et St Pierre qui a clos lesdictes cérémonies. Toutes lesquelles communaultés venaient chaqun jour, pendant lequel jour l’on disoit grande messe, sermon et vespres solanellement, où il y accourut grande affluence de peupple.

287[f° 237v°] Le premier auoust 1666, Charles Chesneau mon nepveu et # a pris l’habit de Jacobin. Du depuis a jesté le froc aux hortyes. # filleul

  • 105 Charles fait ici allusion à la triple enquête à laquelle doit se soumettre alors toute famille dés (...)

288Jacques Chesneau, mon nepveu, a esté receu au nombre des chevalliers servant d’arme, en l’an 1666 le 2 auoust, suivant l’information de ses parenté, vies et meurs105. Il doibt partir pour Malte au moys de [f° 238] septembre audict an.

289Mr Métivier, lieutenant criminel à la provosté du Mans, a faict l’amande honorable, la torche au poing, et a esté bany du resort du parlement par arest dudict parlement pour ses concussions. Ce requérant, ledict conseiller de ladicte provosté est party au moys d’auoust 1666.

  • 106 Marie-Anne Chesneau, ondoyée le 21 octobre 1666 est décédée le jour même.

290[f°238v°] Le 21 octobre 1666, ma sœur Desportes est acouchée d’une fille. Margueritte et Julien Chesneau leur frère et sœur ont tinst audict enfant et l’ont nommée Marie Anne, et on l’appelle Marianne. Elle a estée baptisée à St Benoist. Du depuis est décédée106.

291Le 29 octobre, Monsr l’évesque d’Orléans a faict son entrée à Orléans et, comme c’est un privillège que de [f°239] de délivrer les coupables de mort à tel jour, Léon, fils de Léon archer, y est allé pour tel effect. Lequel Léon du depuis a este tué d’un grand coup d’espée au faubourg du Pré pour faire voir que qui tue sera tué. Dieu nous préserve de mauvaisse rencontre.

292Le… septembre 1667, le moulin à tan de St Jean a bruslé. L’on en a pas sceu la cause.

293[f°239v°] En marge : Julien Bodreau 3e du nom//Le 18 janvier 1667, entre dix et unze heure du soir, dont nous avions le lendemain vigille St Sébastien, ma femme est acouchée d’un garçon qui a esté baptisé par Monsr Habot, pour lors vivaire, sur les fonds St Benoist. Mr Louis Morice advocat et damoiselle Marie Bodreau ma sœur espouse de Me Mathieu [f° 240] Chesneau advocat, l’ont tenu et l’ont nommé Julien en considération de feu mon père Bodreau. Dieu le bénisse. En marge : norice Julienne//Il a pour norice Julienne qui est entré chez moy pour le norir le jour de devant la vigille St Julien elle gaigne XXIIII L par an. En le mesme temps je suis tombé malade.

294[f° 240 v°] La feste de St Pierre d’Alcantara de l’ordre des Cordeliers a esté instituée en l’église des Cordeliers du Mans le… 1670.

  • 107 Charles recopie ici l’acte du registre des baptêmes de 1621. Voir le f° 250.

295[f° 241] En marge : B. Radegonde Morice ma belle sœur 107//Le 29 juillet 1621, fut baptizé par mr Le curé sur les fonds St Benoist, Radegonde Morice fille de mr Pierre Morice procureur et de Radegonde Piveron. Parain Mr Jacques Le Macon, mareinne Jacquinne Angoulvent damme des Hattonnières. 1671. [f°241v°] Ladicte Radegonde Morice est décédée à nostre grand regret le 20 octobre 1671 et a esté inhumée le landemain à St Benoist. Requiescat in pace.

296[f° 242] Le jubilé c’est gigné pendant les quattre temps, en 1667 le 14 Xbre, à l’entrée d’un nouveau pappe, Clément neufviesme. Le dimanche de devant, c’est sist procession généralle en l’église St Julien où ont asisté touls les couvents, à l’entour de ladicte église seulement, à cause du mauvais temps, et y â presché Mr Réveillon de ceste ville, docteur en Sorbonne, mon camarade d’escolle agé au plus de XXXV ans.

297[f° 242 v°] En marge : mort d’André Legros//Le 22e de janvier 1668 jour St Vincent, est décédé Mr André Le Gros maistre chyrurgien en cette ville, mon amy, lequel je regrette beaucoup. Il estoit fort aymé d’un chaqun parce qu’il estoit aymable et habile en son art, outtre qu’il estoit aussy mon voisin. Dieu luy donne la paix. Requiescat in pace. [f° 243] Il est inhumé à St Benoist. Requiescat in pace.

298En marge : René Bodreau//Le XXVIe febvrier 1668 est décédé René Bodreau, agé de X à XI ans, fils de me René Bodreau médecin très fameux et estimé de chaquin, au grand regret de son père et de moy particulièrement [f°243v°] parce qu’il est à remarquer qu’il n’y a plus de Bodreaux en la famille qui puissent renouveller la race que mon fils Julian. Dieu luy en face la grace et le rende égal à ses grands pères, c’est tout mon souhait. Bodreau.

299[f° 244] En marge : René Morice 1668//Le XXVII febvrier 1668, ma femme a tenu en un garçon de mon cousin Morice advocat sur les fonds baptismaulx de St Benoist, avec m Champion prestre, et ledict enfant a esté nommé René par ledict Champion. Dieu le face bon. Bodreau.

300[f° 244 v°] Le IXe de may 1668 jour St Nicolas, j’ay eu le pain bénist des advocat, avec Monsr Le Joyant le jeune. Ledict pain bénist estoit de 8 dixainnes, par Cormeiller boullanger à St Jean. Baillé trante sols à Mézevette huissier, une pièce de cinq sols au sergent, cent sols pour le disner.

  • 108 Il s’agit de la paix d’Aix-la-Chapelle qui, le 2 mai 1668, a mis fin à la courte guerre de Dévolut (...)

301[f° 245] La petitte vérole a priest Marie Bodreau ma fille, agée de sept ans 8 moys, le 7 juin 1668. Dieu la conserve et la face bonne fille. Le XV juin 1668, la paix a esté publiée d’entre la France et l’Espagne108, pour lesdictes prétentions du Roy de France au Pays Bas à cause du daufin. Elle a esté publiée au palais et aux carfours de la ville du Mans. Messr le lieutenant général, procureur du roy et les échevyns ont estés audicts carfours avec les tambours et trompettes.

  • 109 Charles commet ici une erreur : c’est Jean de Beaumanoir qui démissionne et Claude qui le remplace

302[f°245v°] En marge : Réception le lieutenant du roy//Le 18 juin 1668, les lettres de provision de lieutenant de roy, octroyées par sa majesté à messire Claude de Beaumanoir, chevallier baron de Varenne, Mayet, Chevine et aultres lieux, par la démission de mss Claude109 de Beaumanoir, conte d’Antoigné, ont estés publiées dans l’audience des baux, et enregistrées au greffe.

303[f° 246] En marge : Le XII novembre 1668 mort de Mr Chartier//Le XXI novembre mil six cent soixante et huict, est décédé Mr Charles Chartier, sieur de la Mahotière conseiller au siège présidial du Mans. Son corps a esté inhumé en le cœur de l’église paroissialle de St Benoiste du Mans, à costé droict. Fault remarquer que c’estoit mon parein qui m’avoit donné le nom de Charles. Requiescat in pace.

  • 110 Ajouté par Charles entre les lignes.

304[f°246 v°] Le jour de la trinité 1669, j’ay este à Vendossme, avec ma femme110, adorer La Ste Larme de nostre Signeur qu’il pleura sur le Lazare. Ladicte ville de Vendosme est fort belle, les principalles églises sont La Trinité, St Martin, et la Magdeleine en ledict collège de chanoine, à le chasteau placé au dessus [f°247] de la ville. Dans ladicte église est une cavée où sont les tombeaux de ducs de Vendosme et roys de France sorti de la maison. J’en ay veu en chair et en os où l’on crut les voir lesdicts à l’époque.

  • 111 Louis-François du Bouchet, marquis de Sourches, prévôt de l’hôtel, grand prévôt de France, gouvern (...)

305Le… 1670, Monsr Monsr de Sourche111, Gouverneur du Mans a fait son entrée en ladicte ville du Mans. Il a esté harangué par Monsr le lieutenant général et il logoit chez monsr amelon procureur du roy.

306[f° 247 v°] Le 7 juillet 1670, je tins à l’enfant de André Legrand Me tondeur sur les fonds baptismaux de St Benoiste. Et a esté baptisé par Me Piere Haize prestre vicaire de St Benoist, je l’ay nommé Alexandre en l’honneur de St Alexandre 7e pape dont [f°248] la feste se célèbre le 3 may jour St Croix. La mareinne la femme de Me François Bouvier notaire. Dieu bénisse l’enfant. Bodreau.

307Le 1er juin 1671, je suis sorti du logis de feu mon regretté père, pour les malversations des tailles, et suis allé demeurer au Pré à La Corne, en un pavillon sur la rue.

308[f°248v°] En marge : establissement de l’hospital général//Le 28 juin 1671, c’est faict une procession de messr de la Mission où estoient mrs les administrateurs, les échevins de ville, au devant de laquelle procession estoient les pauvres sains de l’Hostel Dieu et ont este conduict en l’hospital général où a esté célébré la messe, et le service a esté [f°249] faict audict Hostel Dieu avant la procession par monsr l’Abbé de Fromentière théologal du Mans et considérable par sa science. Le tout pour l’establissement de l’hospital général. Monsr de Gennes, conseiller du roy au siège présidial, est le grand administrateur dudict hospital. Dieu soit loué.

  • 112 Décédé à Paris, l’évêque est « inhumé en la cathédrale du Mans avec flambeaux sans cérémonies » d’ (...)

309[f°249v°] Le dernier juillet 1671, est receu la triste nouvelle de la mort de monsegneur évesque du Mans. La grosse cloche de l’églisse cathédralle St Julien a commancé à sonner les regrets depuis dix heures jusques à… Il est décédé à Paris et inhumé au Mans sans cérémonie112. Dorme al cum angelis in pace.

310[f° 250] Damoiselle Radegonde Morice, sœur de ma femme, est décédée le 20 octobre 1671, sur les 4 heures du soir, et a estée inhumée le lendemain à St Benoist sous le banc de feu son père. Requiescat in pace. Elle a faict un testament si excessif qu’il ne m’est pas bien demeuré de biens, oultre que elle estoit bien endebtée.

  • 113 Diocèse de Rodez.

311[f° 250 v°] En marge : Évesque du Mans//Au moys de Xbre 1671 au 4 temps, monsigneur de la Vergne de Montegnar, évesque du Mans, a faict son entrée. Lequel, touts les premiers de l’église et de la justice ont harangué. Il a conféré les ordres de prestrisse en l’églisse des Cordeliers et a donné la confirmation en l’églisse cathédralle du Mans. Il est à remarquer qu’il estoit évesque de Vabres113.

312[f° 251] Monsr Bourgault, mon beau frère, est venu en cette ville. Lequel m’a dit que madame de Fontevrault, du nom de Marie Henriette fille de Henri 4, avoit tenu en sa fille aisnée avec monsr de Vendosme, agée de 14 ans. Et que madame l’abesse des Essart dudict Fontevrault avoit tinst en sa seconde fille avec monsr le marquis de Richelieu, agée de 13 ans. [f°251v°] La première fille a estée nommée Henriette, et la seconde Atanaide. Au Mans ce 18 xbre 1671. Bodreau.

313Le 23 xbre 1671, est décédé Jean Morice mon contemporain. Dieu luy face paix. Requiescat in pace.

314[f° 252] Le 22 febvrier 1672, François Auger, natif de la ville du Mans, acusé et # convaincu # d’homicide envers sa cousinne germaine fut condamné par sentence présidialle à estre pendu et estranglé en la place des Halles. Néanmoins, chosses tout affais admirable, l’exécutteur de haulte justice, apprès l’avoir jetté de la pottance et foulé par divers reprises, l’a, par sulplications obtenues des juges, porté aux pères Minimes, a repris courage et vie et c’est évadé. Pour quoy la justice se transporte pour scavoir la vérité, ce qui a prouvé vray.

315[f° 252 v°] En marge : mort de Pivron//Françoisse Pivron, femme de Me Jacques Le maçon advocat, proche parente de ma femme, est décédée au mois d’apvril et j’ay assisté à son enterement le 9 dudict mois. Son corps a estée inhumée en l’église de St Léonard en Louplande, en l’an 1672. Requiescat in pace.

316[f°253] Ma niepce, Adelaïde Bourgault est venue en cette ville le 5 juin 1672, et demeuré chez monsr son oncle Bourgault, et nous rendu visite. Je crois qu’ele est agée de douze ans pour le moins. Monsr le duc de Richelieu et madame abesse de de Morthemarte Fontevrault ont tiens en elle et l’ont nommée Adenaide. [f° 253 v°] Sa sœur, agée de 13 ans, a estée nommée par monsr le duc de Vendosme et madame Henriette, fille de Henry 4 Roy de France, Abesse de Fontevrault. Dieu les bénisse.

317Le 7e apvril 1673, le pain noir de douze livre a esté publié à 4s et le petit pain blanc six deniers. Loué soit Dieu.

318[f° 254] En 1673, comme après Pasque, se sont trouvés des bestes féroces. L’on dit que sont loups serviers, léopards lions, qui ont dévoré et mordu plusieurs personnes et enfans autour de nostre ville du Mans. L’on leur faict la chasse vers Changé, St Mars. Il y avoit bien cinq cens hommes en armes. Dieu nous préserve de cet acident.

319[f° 254v°] Le 15 juillet 1673, Valentin Morice, mon nepveu, est party de cette ville du Mans pour aller au Croisic par delà Nantes prendre l’habit de St François de l’ordre des Capucins. Et a esté receu en cette ville par le R P provincial. Et a eu son obédiance pour cet effaict. Il s’apelle frère Bernardin en mémoire du sien parant du [f° 255] costé du frère Dieus, le soubs chantre de l’églisse du Mans. Sit gloria soli deo.

320Mon cousin Bodreau, médecin est décédé le x octobre 1673, d’une résolution de goutte. Il fut ouvert et on trouva son foyt gasté.

321En cette année, j’ay emenée ma femme et ma fille en voyage à Saumur et de là à Fontevrault.

322[f° 255 v°] Le vingt et septiesme janvier 1675, j’ay tiens en Charles Belot, fils de Michel Belot et de la Lande sa femme. Je l’ay nomé Charle avec la femme de Gaignard, cy devant audiencier au présidial, maraine, sur les fonds baptimaux de Crucifix à St Julien du Mans. Dieu le bénise. Ledict jour 17 janvier estoit la feste St Sulpice et St Benoist.

323[f° 256] écrit verticalement

324Carolus, bodreius. Anagramma

325Vir bonus, carus deo. L in, n et add u. Omnes proclamant est te ordinis esse bonorum gaude, nomen faustum, nominis omen habes namque placuere boni quicumque fuerunt sed tu vir bonus es, carus es ergo deo hoc Anagramma ex ingenii mei prompta ario, excerptum qualecumque sit, mei inte amoriet ae perpetua observantia monumentum progenie accipitae precor ex inventione. J. Bourgault.

326[f° 256 v°] Le 29 avril 1675, à l’issüe de la donnée de l’abbaye de la Coulture, chosse surprenante, les pauvres, tant vagabons que aultres pauvres de la ville du Mans, ont pillé et demoli la maison de Me Blondeau, advocat, et, soubs prétexte acusé de vouloir faire imposer le tarif en ladicte ville. Tant estoit grande la sédition que on leva la garde. Dieu face que nous n’en soyons puni davantage. Aynsy soit-il.

  • 114 Ce folio est d’une plume anonyme.

327[f° 257] Le jeudy 18 décembre, se fist en l’église paroissiale de St Vin-cent la cérémonie du baptesme à monsieur de Tessé114.

328fl° 257. Le dernier de ce mémoire. Commencé en 1567 par Jean Bodreau qui avoit épousé en 1569 Marie fardel. Continué par Julien Bodreau son fils notaire au Mans, par Julien Bodreau avocat au Mans Commentateur de la Coutume fils dudit Julien cydessus, par Charles Bodereau aussi avocat au Mans fils dudit Julien, le frère de Marie Bodereau femme de Mathieu Chesneau Desportes avocat audit Mans, ayeul et ayeule de Marin Dominique Chesneau de la Drourie officier de feu son altesse sérénissime Mg le duc d’Orléans, [f° 257 v°] soussigné, qui a costé ce présent livre où se trouve déchiré le fl° 41 et en lacune le fl° 80v°, 81r°, 117 v°, et 118 r°, 145 v°, et 146 r°, 185 v°, et 186 r°, 208 v°, et 209 r°, au Mans le 17 juin 1767.

329Chesneau de la Drourie.

Notes

1 Avec la signature de l’édit de Roussillon en janvier 1564, l’année, qui commençait le samedi saint, débute désormais à date fixe. Le Parlement de Paris, dont dépend Le Mans, ne l’enregistre qu’en 1567.

2 Cette ligne et l’annotation en marge sont de la main de Julian.

3 Mots ajoutés par Julian.

4 Henri duc d’Anjou assiège La Rochelle au cours de la quatrième guerre de Religion lorsque, le 19 juin 1573, les ambassadeurs polonais lui apprennent qu’il est élu roi de leur pays.

5 Une pipe contient 404 pintes mesures royales du Mans, ou 498 litres 56 cl.

6 Jehan avait d’abord écrit : « le seziesme » ; il a rayé le mot pour écrire : « vingt siziesme » au-dessus.

7 Le sieur Émery ou Hémery est le commandant des huit compagnies de l’armée royale. Henri III le dépêche au Mans pour défendre la ville contre l’armée des Malcontents, à la tête de laquelle se trouve Henri de Navarre.

8 La seigneurie de l’Épichelière, sise à Vallon, appartient alors à la famille Guillart qui a favorisé les désordres des huguenots.

9 Ayant fui la cour le 3 février 1576, Henri de Navarre s’arrête dix jours plus tard à Beaumont-le- Vicomte d’où il fait demander vainement aux échevins du Mans l’autorisation de traverser Le Mans en direction de sa ville de La Flèche, puis de ses terres de Gascogne.

10 Louis de Clermont, abbé de Bourgueil, dit Bussy d’Amboise, est alors gouverneur d’Anjou. La ville du Mans s’est plainte, aux États Généraux de Blois de novembre 1576, des désordres produits l’hiver précédent par la garnison angevine qu’elle devait loger. Dangeau et Bussy sont les favoris du duc d’Anjou qui menace alors la ville de son indignation.

11 Louis de Courcillon, gentilhomme huguenot de la chambre de François d’Alençon.

12 Henri IV, venant de Tours, s’empare du Mans au début de décembre 1589.

13 Henri IV reçoit l’appui de la reine Élisabeth d’Angleterre qui, désireuse de chasser les Espagnols alliés des ligueurs, envoie des renforts armés qui débarquent à Dieppe en septembre 1589.

14 Julian a d’abord écrit : « environ le moys d’aoust 1584 » avant de rayer cette date et de corriger au-dessus.

15 Il s’agit du traité de Vervins.

16 Jean de Beaumanoir, fils de Philippe d’Angennes sieur de Fargis, devient maréchal de France en 1595 et est connu dès lors sous le nom de maréchal de Lavardin.

17 Les deux frères François prince de Conty et Charles comte de Soissons, sont les fils de Louis 1er de Bourbon prince de Condé. La princesse Jeanne de Coesmes du pays du Maine a épousé en 1582 le prince de Conty. Anne de Montafié, également appelée Mademoiselle de Lucé, est la fille de son premier mariage avec le seigneur Ludovic de Montafié.

18 Julian a d’abord écrit : « où nous demeurons » et l’a rayé.

19 Julian a rayé ici les mots suivants : « scavoir ledit fils par me des mains de ».

20 Julian a rayé ici les mots suivants : « et ladite fille par me ».

21 Julian a écrit deux fois : « prebtre chappellain » et l’a rayé.

22 De nombreuses ratures dans ce folio : Julian a mêlé les différents parrains et marraines.

23 Le maréchal s’est allié aux intérêts espagnols.

24 L’accident du bac de Neuilly a eu lieu le 9 juin 1606.

25 Certains.

26 Ils sont sept dont le duc de Monbason, le duc d’Épernon et le maréchal de Lavardin gouverneur du Maine.

27 Abbaye construite par la reine Bérengère de France.

28 Henri de Beaumanoir, filleul d’Henri IV, deviendra gouverneur du Maine en 1614 à la mort de son père.

29 Ce renvoi ordonne de lire l’anagramme écrite par un ami au hasard des pages encore vierges.

30 Village situé à une lieue du Mans.

31 Ou Hôtel-Dieu de Coëffort.

32 Hardouin Le Bourdais, Discours sur l’ordre tenu à l’entrée de leurs majestés en la ville du Mans, Le Mans, Gervais et François les Oliviers imprimeurs et libraires, 1614

33 Les ducs de Longueville, de Vendôme, de Bouillon et de Nevers.

34 12 000 livres.

35 Il s’agit du traité de Loudun signé entre Marie de Médicis et le prince de Condé : les Grands seigneurs cessent la révolte, obtiennent de l’argent et l’entrée de leur chef au Conseil.

36 Le prince est trop populaire aux yeux de Marie de Médicis et de son conseiller Concini.

37 Julian corrige « Conty » en « Condé » au début du folio 59, puis il écrit « Conty » à la fin du folio 59 et du folio 61 v°. Plus tard, il écrit à nouveau « Condé » au folio 70 v°. Il s’agit bien de Henri II de Condé ; son oncle François de Bourbon Conti, premier prince de Conti est mort sans enfant en 1614 et c’est le fils cadet de Henri II, Armand né en 1629, qui portera le titre de deuxième prince de Conti.

38 Toutes les atteintes à l’ordre politique, religieux et moral sont ainsi désignées.

39 François-Annibal, duc d’Estrées et marquis de Coeuvres, né en 1572 et mort en 1670, est le frère aîné de Gabrielle d’Estrées.

40 Premier président du parlement de Paris, Nicolas Le Jay, baron de Maisonrouge, mort en 1640, sera un fidèle de Richelieu.

41 Concini est devenu marquis d’Ancre en Picardie en 1611 et maréchal de France en 1613.

42 De nombreux libelles paraissent en 1617 sur les époux Concini. Leonora Galigaï, amie d’enfance de Marie de Médicis, est accusée de sorcellerie.

43 Charles de Valois est le fils bâtard de Charles IX et de Marie Touchet, et le demi-frère d’Henriette d’Entragues qui fut maîtresse d’Henri IV.

44 Le comte d’Auvergne avait organisé une conjuration tendant à tuer le roi Henri IV pour assurer la succession au trône à Henri de Verneuil fils naturel du roi Henri IV et d’Henriette d’Entragues.

45 Entrée à la Bastille le 26 mai 1617, la princesse en sort le 20 octobre 1619 avec son mari.

46 Nom donné au donjon du xie siècle, appelé aussi Tour Orbrindelle.

47 C’est-à-dire communiquer une nouvelle ou un avis par lettre ou par messager.

48 Gaston, duc d’Anjou, né en 1608, est alors âgé de douze ans.

49 Le marquis de Créquy a reçu la charge de maréchal de camp en 1619 et sera maréchal de France le 18 septembre 1621.

50 Magdeleine Bérault est baptisée à St Nicolas le 6 juin 1599.

51 Le roi est allé à Nantes assister au mariage de son frère et de Melle de Montpensier.

52 Gaston, duc d’Anjou, est appelé duc d’Orléans après avoir reçu en apanage le duché d’Orléans à son mariage.

53 Charles II de Lorraine, duc d’Elboeuf, est gouverneur de Picardie. Arrière petit-fils du premier duc de Guise, il épouse une fille légitimée d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées.

54 Henri de Schomberg (1575-1632), comte de Nanteuil, marquis d’Épinay, nommé maréchal de France en 1625, est alors le grand maître de l’artillerie.

55 Henri II d’Orléans-Longueville (1595-1663), prince souverain de Neuchâtel, duc de Longueville, est gouverneur de Normandie depuis 1619.

56 Julian lui donne le grade de maréchal par erreur. Il s’agit ici de Charles Goyon de Matignon, mort en 1648, comte de Thorigny, qui est lieutenant général de Normandie. Son père Jacques II, mort en 1597, fut maréchal de France en 1579.

57 Entré le 29 avril 1624 au Conseil du roi, Richelieu, à la suite de la conjuration de Monsieur, offre sa démission à Louis XIII en juin 1626. Dès le 9 juin, le roi l’assure de sa confiance et le prie de rester.

58 Michel de Marillac (1563-1632), a épousé en premières noces, au Mans en 1587, Marguerite Barbe de la Forterie décédée en 1600. Il est devenu garde des sceaux en juin 1626, après la disgrâce du chancelier d’Aligre fidèle de Monsieur.

59 Julien a rayé : « pendant » pour mettre : « en ».

60 Julien a rayé : « samedy 4 ».

61 Avec cette naissance, Gaston d’Orléans, âgé de trente ans, perd son rôle de premier héritier de la couronne.

62 Charlotte de Montmorency, épouse de Henri II prince de Condé, mère du Grand Condé.

63 Marie de Bourbon-Soissons, épouse de Thomas-François de Savoie.

64 Françoise de Lorraine-Mercoeur, épouse de César de Vendôme.

65 Louise de Budos a épousé en 1593 le dernier connétable de la famille de Montmorency, le connétable de Danville mort en 1614. Elle est la grand-mère du Grand Condé.

66 Épouse de Frédéric-Maurice duc de la Tour d’Auvergne dont le père, épousant en premières noces Charlotte de La Mark fille du duc de Bouillon, en a conservé la succession pour les enfants de son second lit.

67 Gaston d’Orléans, oncle de Louis XIV.

68 Louis de Bourbon, prince de Condé.

69 Philippe d’Anjou, frère cadet de Louis XIV.

70 Le duc d’Enghien devient prince de Condé en 1646 à la mort de son père (auquel il succède comme chef du Conseil du roi pendant la minorité de Louis XIV jusqu’en 1651).

71 Gouverneur de Normandie.

72 Après l’avoir condamné pour trahison et complot, le parlement le relaxa et lui donna un commandement dans son armée, comme « fils de France ».

73 Il y en a huit en tout : le prince de Conty, le duc d’Elboeuf, le duc de Bouillon, le maréchal de La Mothe-Houdancourt, le duc de Beaufort, le duc de Longueville, le prince de Marcillac La Rochefoucault et le marquis de Noirmoutier La Trémoille.

74 Trois parlements de province se soulèvent : Rouen, Bordeaux, Aix-en-Provence.

75 L’Angleterre n’ayant pas alors adopté le calendrier grégorien, cet événement s’est produit le 30 janvier 1648 en style d’Angleterre.

76 Signifie « digne de pitié » au xviie siècle.

77 Charles Ier a six enfants : le prince de Galles se trouve à La Haye avec sa soeur aînée, le duc d’York est à Paris avec sa soeur puinée et leur mère la reine Henriette, seuls restent donc le duc de Glocester et la princesse Élisabeth près du roi.

78 Maximilien Échevard, marquis de La Boulaye, est le neveu du duc de La Trémoille seigneur de Laval, et le gendre du duc d’Elboeuf sous les ordres duquel il parcourt le Maine pour recruter des gens de guerre pour l’armée du parlement.

79 Beau-père de Condé.

80 Henri de La Trémoille est un grand seigneur poitevin marquis de Noirmoutier et seigneur de Laval.

81 D’après Furetière, un fourneau en terme de guerre est la partie de la mine où on met la poudre. C’est un trou enfoncé dans l’épaisseur des terres. La charge d’un fourneau est à peu près d’un millier de poudre enfermée dans des barils ou des sacs.

82 Le mot « cornette » est le nom du troisième officier d’une compagnie de cavalerie qui porte l’étendard carré du même nom. En l’absence du capitaine et du lieutenant, le commandement de la compagnie lui revient.

83 Julien a écrit : « vingt et neuf ans », puis l’a rayé.

84 Julien oublie Catherine née le 11 octobre 1634 et décédée le 16 août 1635.

85 Julien a noté ici et rayé l’existence de Marie.

86 Une compagnie de cavalerie comporte de cinquante à cent hommes, ce qui correspond au chiffre avancé par Julien.

87 Le baron de La Moussaye commande la place-forte de Stenay dans l’Est, au nom de Condé.

88 Il s’agit de Pierre (1611-1680) alors commis des parties casuelles, frère de Claude, de Nicolas et de Charles.

89 Il s’agit alors de l’Hôtel Dieu de Coëffort, des hôpitaux du Sépulcre, de Saint-Lazare et de Coulaines, l’hospitalité ne se faisant plus à l’hôpital des Ardents depuis le début du siècle.

90 Petit-fils d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées, le duc de Beaufort est frondeur.

91 Une tradition populaire attribue le salut de La Ferté-Bernard à la protection de la Vierge.

92 Lire cent vingt piétons.

93 Le duc de Rohan-Chabot est alors gouverneur d’Angers et il défend le parti des princes.

94 Cette répétition sur le folio suivant tend à révéler que Julien rédige d’abord un brouillon qu’il recopie sur son livre.

95 Lire cent trente-trois millions de livres. Les historiens (Pierre Goubert, Françoise Bayard, Joseph Bergin, Daniel Dessert et Claude Dulong) l’évaluent à cent millions de moins.

96 La navigabilité de la Sarthe est un sujet récurrent des débats de L’Hôtel de Ville tout au long du xviie siècle, mais, en 1662, la rivière ne se remonte pas au-delà de Malicorne.

97 Marin est le père de Marin-Dominique Chesneau de la Drourie (dernier descendant à écrire sur le Livre en 1767).

98 Julien commet une erreur ici : il s’agit de la béatification de François de Sales (28 décembre 1661) et non de sa canonisation qui aura lieu le 19 avril 1665 et qui sera notée en 1666 par Charles qui assiste aux réjouissances mancelles.

99 Il s’agit de Michel Le Vayer. Chanoine du chapitre de St Julien du Mans de mai 1650 à avril 1651, doyen de St Pierre la Cour du 24 décembre 1647 jusqu’en 1677, il achète le 5 mars 1656 une charge d’aumônier de la reine-mère qu’il revend en 1663. Il intente le 14 juillet 1657 un procès en parlement contre l’évêque du Mans, Monseigneur de Lavardin.

100 Le mot : « cher » est ajouté au-dessus du mot : « père ».

101 Sur le côté du folio est écrit verticalement : Anima Illius in pace requiescat.

102 Bien qu’exemptée du droit de franc-fief depuis 1610, la ville du Mans doit exiger cette taxe levée sur les roturiers qui possèdent des fiefs.

103 Expression tombée en désuétude, mais représentant le droit de dix deniers par muid de vin entrant à Paris et destiné à la maison de la Reine.

104 Il s’agit de l’office de « tiers référendare » détenu par Julien et dont il s’était démis devant notaire en 1658 en faveur de son fils.

105 Charles fait ici allusion à la triple enquête à laquelle doit se soumettre alors toute famille désirant voir un de ses fils entrer dans l’ordre de St Jean de Jérusalem.

106 Marie-Anne Chesneau, ondoyée le 21 octobre 1666 est décédée le jour même.

107 Charles recopie ici l’acte du registre des baptêmes de 1621. Voir le f° 250.

108 Il s’agit de la paix d’Aix-la-Chapelle qui, le 2 mai 1668, a mis fin à la courte guerre de Dévolution.

109 Charles commet ici une erreur : c’est Jean de Beaumanoir qui démissionne et Claude qui le remplace.

110 Ajouté par Charles entre les lignes.

111 Louis-François du Bouchet, marquis de Sourches, prévôt de l’hôtel, grand prévôt de France, gouverneur et lieutenant général pour le roi aux comtés du Maine, Perche et Laval, démissionnera le 13 mai 1676 et mourra en 1716.

112 Décédé à Paris, l’évêque est « inhumé en la cathédrale du Mans avec flambeaux sans cérémonies » d’après le registre paroissial de St Benoît de 1671.

113 Diocèse de Rodez.

114 Ce folio est d’une plume anonyme.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search