Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la représentation politique

 | 
Alice Mazeaud

Troisième partie. La mise en forme des intérêts et des groupes sociaux

13. Du groupe d’intérêt au groupe social : Businesseurope et la représentation du patronat européen

Hélène Michel

Texte intégral

  • 1 Desrosières A. Thévenot L., Les Catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte, 2002 [1988]

1Dans leur ouvrage sur les catégories socio professionnelles1 Laurent Thévenot et Alain Desrosières insistaient sur les trois dimensions, souvent confondues, du processus de représentation des groupes sociaux : statistique, lorsqu’il est fait référence à une représentation technique et scientifique permettant de fabriquer une réduction simplifiée et des images miniatures de la société ; politique lorsque des mandataires de groupes professionnels parlent au nom de ce groupe dans des instances de concertation ou de négociation ; cognitive à travers les images mentales que tout un chacun peut mobiliser pour se repérer et identifier des personnes. Pour illustrer ce processus complexe et, surtout, montrer l’interdépendance entre ces trois opérations qui se déploient sur des scènes distinctes et engagent des agents différents, ils prenaient le cas des « bons » et des « mauvais exemples ». Les « bons exemples » étaient les cas typiques venant immédiatement à l’esprit pour donner un contenu à une catégorie. Prenant l’exemple de « l’OS » pour les ouvriers, ils montraient que cette catégorisation ordinaire ne renvoyait pas à un cas modal d’ouvrier. Il n’était pas « représentatif » au sens statistique du terme mais exemplaire au sens où il fournissait une image d’un groupe social à laquelle ses membres pouvaient s’identifier et/ou à laquelle le groupe était identifié. Pour expliquer cet écart entre la représentation cognitive d’un groupe et l’enregistrement statistique de ses caractéristiques, ils mettaient en évidence le travail de représentation politique du groupe social qu’effectuent, entre autres, les organisations syndicales et leur porte-parole. Les « bons exemples » étaient donc le résultat de ce travail de représentation politique. A contrario, les « mauvais exemples » donnaient à voir les cas qui n’avaient pas été mobilisés, voire qui avaient été délibérément écartés, par les entrepreneurs en représentation en quête de figures capables de résumer et d’illustrer les dimensions caractéristiques du groupe et de ses revendications.

  • 2 Thompson E. P., La Formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Hautes Études/Gallimard/Le Seui (...)
  • 3 Boltanski L., Les Cadres : la formation d’un groupe social, Paris Éditions de Minuit, 1982.
  • 4 Noiriel G., « Représentation nationale et catégories sociales. L’exemple des réfugiés politiques »,(...)
  • 5 Becker H. S., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Métailié, 1985.
  • 6 Sombart W., Pourquoi le socialisme n’existe-t-il pas aux États-Unis ?, Paris, PUF, 1992 (1906) ou e (...)
  • 7 Michel H., La cause des propriétaires. État et propriété en France, XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, (...)
  • 8 Michel H., « Le droit comme registre d’européanisation d’un groupe d’intérêt. La défense des propri (...)

2Le constat et l’analyse de L. Thévenot et A. Desrosières invitent à poser la question des conditions de production de ces « bons exemples ». Comment ces stylisations sont-elles produites et diffusées ? Dans quelles configurations et à travers quels agents et vecteurs ? La perspective dite constructiviste, que des auteurs comme E. P. Thompson2 ont mis en œuvre pour la « classe ouvrière » anglaise ou L. Bolstanski pour « les cadres » en France3, se révèle particulièrement fructueuse pour rendre compte non seulement du travail de mobilisation et de représentation politique d’entrepreneurs de groupe mais aussi le travail de délimitation et de catégorisation effectué tant par d’autres groupes sociaux que par l’État et ses différentes interventions qu’elles soient statistiques, fiscales, ou juridiques4. Toutefois, qu’ils mettent l’accent sur les différenciations et les structurations socioéconomiques, ou qu’ils insistent sur le rôle de l’État ou des mobilisations politiques de la part d’« entrepreneurs de groupe5 », ces travaux en restent à des logiques nationales6. C’est même souvent en interaction étroite avec la structuration de l’État que la genèse et la pérennisation de groupes sociaux s’expliquent. Notre enquête sur les propriétaires montrait comment la progressive identification du groupe des propriétaires à un secteur, celui du logement, était indissociable de la structuration de l’administration étatique et de la différenciation de ses interventions économiques et sociales, tantôt accompagnées, tantôt combattues par ses porte-parole7. Mais ce processus restait fortement lié à l’histoire de la société et de l’économie française, comme l’illustrait la difficulté des porte-parole nationaux à trouver des homologues dans d’autres pays8. Ce cas, comme d’autres, permet alors de réfléchir non seulement aux conditions de possibilité du « passage à l’Europe » pour un groupe social, constitué nationalement, mais aussi aux manières de penser la formalisation d’un groupe social en dehors du cadre étatique. En d’autres termes, à quelles conditions un groupe social international peut-il émerger et exister ?

  • 9 Offerlé M., Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1994.
  • 10 Maresca S., Les Dirigeants paysans, Paris, Éditions de Minuit, 1983.
  • 11 Saward M., The Representative Claim, Oxford, Oxford University Press, 2010.

3La sociologie des groupes d’intérêt, dans sa version « constructiviste9 », offre une perspective d’analyse pertinente pour rendre compte du processus de constitution d’un groupe transnational et de représentation de ses intérêts dans un cadre non étatique. Elle permet en effet de rompre aussi bien avec une approche de type objectiviste, à la recherche de critères dits objectifs de définition, qu’avec une approche de type nominaliste qui soit se contente de rendre compte d’appellations, soit tente de faire entrer la réalité sociale dans des catégories définies a priori. De plus, dès que des organisations et des représentants prennent en charge la représentation et la défense des intérêts d’un groupe, elle peut saisir leur travail politique, à l’échelle européenne comme à l’échelle internationale, sans oublier que la qualification de cette échelle non nationale fait partie, elle aussi, de l’analyse. L’étude se focalise donc sur les représentants des groupes d’intérêt, non pas pour apprécier leur dextérité à influencer et à infléchir des politiques publiques, ainsi que le font la plupart des travaux sur les groupes d’intérêt qui s’épuisent à évaluer l’influence supposée de leur activité de lobbying, mais pour saisir à la fois ce qui rend possible le processus de représentation10 et ce qui se passe dans ce processus11.

  • 12 Sur cette question, voir le débat dans la revue International Sociology: Carroll W. K., Fennema M. (...)
  • 13 Ludwig W, Le Cahier bleu et le cahier brun, Paris, Gallimard, 1965, p. 25, cité par Luc Boltanski e (...)
  • 14 Coulouarn T., Au nom des patrons. L’espace de la représentation patronale en France, université de (...)
  • 15 Voir les différentes contributions réunies dans Michel H. (dir.), Représenter le patronat européen (...)
  • 16 Bourdieu P., « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences social (...)

4Le cas du « patronat européen » permet de poser ces questions de la représentation transnationale d’un groupe social et de tester une telle perspective d’analyse. En effet, la sociologie des groupes d’intérêt ne vise pas à établir si les patrons constituent un groupe et, en particulier une « communauté transnationale ». Un tel débat existe dans les sciences sociales12. Il n’est pas inintéressant, en raison notamment des implications politiques qu’implique la réponse à une telle question. Mais il illustre bien le problème méthodologique de la sociologie des groupes sociaux enfermée dans la recherche de « la substance derrière le substantif13 ». Au contraire, il s’agit de décentrer le regard au profit de l’enregistrement et de l’analyse des groupements de représentation que des porte-parole font agir « au nom des patrons14 ». Ce faisant, la question de l’existence du « patronat européen » est remplacée par celle de sa représentation à travers des porte-parole et des organisations comme Businesseurope qui se présente comme « la voix des entreprises en Europe » et revendique avec succès la représentation du patronat européen. Certes, Businesseurope n’en a pas le monopole. D’autres organisations15, nombreuses, à des échelles et dans des secteurs différents, contribuent également à la présence de ce groupe et de ses intérêts dans les discours et les revendications. Mais cette organisation patronale, à l’instar de la Confédération européenne des syndicats pour « les travailleurs européens », est clairement identifiée au « patronat européen » et même, pour nombre d’observateurs, serait le patronat européen. Le caractère trans-secteurs de Businesseurope (l’organisation fédère des confédérations et se distingue des fédérations sectorielles européennes) et sa dimension trans-nationale (ses membres sont les confédérations nationales des différents pays d’Europe) expliquent en partie cette position, renforcée par son statut de « partenaire social européen ». Mais ces éléments organisationnels et institutionnels ne suffisent pas à comprendre ce « coup de force symbolique16 » identifiant Businesseurope au patronat européen. Ce processus de représentation passe par les représentants de Businesseurope et par le travail de représentation qu’ils effectuent, en interaction avec leurs mandataires mais aussi avec les agents des pouvoirs publics, en l’occurrence la Commission européenne.

  • 17 Morival Y., « Pourquoi et comment investir Bruxelles ? Le temps long de l’institutionnalisation du (...)
  • 18 Cowles M. G., « The EU Committee of Amcham: The Powerful Voice of American Firms in Brussels », Jou (...)

5Tel est le double enjeu de ce chapitre. Il s’agit d’analyser à la fois le processus de représentation d’un groupe et le processus d’européanisation de ce groupe et de sa représentation, sachant que la définition de cette dimension européenne est loin de faire l’unanimité et d’être stabilisée. Dans le cas étudié, Businesseurope propose une représentation européenne d’un groupe européen, comme si ces deux dimensions étaient nécessairement confondues. Or, il est des organisations nationales qui défendent des intérêts européens, comme le bureau du CNPF/Medef à Bruxelles17 ou l’Association française des chambres de commerce et d’industrie (AFCCI) ; de même, des organisations européennes peuvent représenter des intérêts nationaux, c’est le cas de AmChamEU qui défend les entreprises américaines présentes en Europe18. Il faut alors rendre compte de cette européanité du patronat et de son organisation et montrer comment ces deux dimensions s’articulent et se renforcent mutuellement pour enfin se confondre.

  • 19 Michel H. (dir.), La Représentation patronale française dans l’Union européenne. Conditions d’europ (...)
  • 20 Greenwood J., Aspinwall M. (dir.), Collective action in the European Union: interests and the new p (...)

6À partir d’une enquête collective sur la présence des organisations patronales françaises au sein de l’Union européenne et sur les organisations patronales européennes19, ce chapitre tente de tenir ensemble les processus de représentation d’un groupe social par une organisation et les processus de représentation d’individus qui incarnent le groupe. Dans une première partie, elle s’intéressera à l’organisation et à sa production comme « eurogroupe20 », c’est-à-dire comme organisation triplement européenne au sens où primo, elle fédère des membres qui se recrutent dans toute l’Europe, deuxio, elle travaille en interaction avec les institutions de l’Union européenne et tertio traite de questions liées à l’agenda de l’Union européenne. Dans une deuxième partie, davantage centrée sur les représentants, élus comme permanents de l’organisation, elle mettra en évidence comment ce capital européen de l’organisation, en provenance de la Commission européenne, est travaillé de manière à ce que les représentants de Businesseurope, a priori très nationaux, se fassent européens, conformément au rôle qu’ils investissent.

La constitution de Businesseurope comme « eurogroupe »

  • 21 Gayon V., « Homologie et conductivité internationales. L’État social aux prises avec l’OCDE, l’UE e (...)

7Businesseurope est une organisation présentée comme européenne. Mais en quoi l’est-elle précisément ? Quels sont les éléments permettant de la qualifier ainsi ? Dans les travaux estampillés « études européennes », et en particulier les travaux sur les groupes d’intérêt, le qualificatif renvoie généralement aux organisations en relations avec les institutions de l’Union européenne, qui traitent de sujets en lien avec les compétences de l’Union européenne et l’agenda de ses politiques publiques et qui sont, de plus en plus, basées à Bruxelles. Mais cette définition des « eurogroupes » pose problème. D’une part, parce qu’elle ne rend pas compte d’autres définitions possibles, souvent confondues dans le qualificatif « européen », qui peuvent renvoyer par exemple à l’implantation géographique de l’organisation, à une définition régionale où « européenne » s’oppose à « américaine » ou « asiatique » ou encore aux relations entretenues avec d’autres institutions que celles de l’UE (l’OCDE21. Conseil de l’Europe...). D’autre part, parce qu’elle fait comme si l’identification entre institutions de l’Union européenne et Europe allait de soi et avait toujours existé. Or, une perspective sociohistorique rappelle que les différentes institutions ont souvent été en concurrence les unes avec les autres pour définir et imposer l’Europe, dans ses contours, ses objectifs et ses acteurs. Aussi, pour une organisation patronale comme Businesseurope, son caractère européen, identifié aujourd’hui aux institutions de l’Union européenne, est le résultat d’un processus d’enrôlement et de structuration des groupements d’intérêt de la part de la Commission européenne non sans coopération de la part de ses dirigeants.

Un processus institutionnel de structuration de l’organisation

8Businesseurope se présente aujourd’hui comme l’héritière du Conseil des Fédérations Industrielles d’Europe (CIFE) mis en place en 1949 au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Avec la CECA en 1952, apparaît l’UNICE, « l’Union des Industries des pays de la Communauté européenne », constituée par les huit confédérations industrielles nationales des Six pays de la Communauté : le BDI et BDA pour l’Allemagne, le VNO et FKPCWV pour les Pays Bas, deux pays ayant une représentation nationale distincte pour les employeurs et pour les industriels, le CNPF pour la France, Confindustria pour l’Italie, la FEDIL pour le Luxembourg et la FIB pour la Belgique. En mars 1958, l’UNICE est rebaptisée « l’Union des industries de la Communauté européenne », nom conservé jusqu’en janvier 2007, date à laquelle l’UNICE devient « Businesseurope ».

  • 22 Coen D., Richardson J. (ed.), Lobbying the European Union. Institutions, Actors, and Issues, Oxford (...)
  • 23 Meynaud J., Sidjanski D., Les Groupes de pression dans la Communauté européenne (1958-1968), Bruxel (...)
  • 24 Cohen A., « De congrès en assemblée. La structuration de l’espace politique transnationale européen (...)
  • 25 Dumoulin M., Dutrieux A. M., La Ligue européenne de coopération économique (1946-1981), Bruxelles, (...)
  • 26 Michel H., « Businesseurope au-delà du lobbying. Le travail d’intégration européenne d’une organisa (...)

9Cette histoire de Businesseurope est très succincte et les seuls changements de nom ne sauraient rendre compte des transformations internes qui affectent l’organisation patronale. Toutefois, elle donne à voir deux mouvements, d’ailleurs confondus, de spécialisation européenne. Le premier est l’identification du champ d’intervention de l’organisation à celui des institutions de la construction européenne, celles de la CECA, puis de la CEE, et enfin de l’Union européenne dans sa dernière version faisant fi des « piliers » et donc de la référence « communautaire ». Les étapes de l’histoire de Businesseurope seraient celles de la construction européenne et réciproquement, à tel point que, pour nombre d’observateurs des groupes d’intérêt, l’émergence de ces institutions européennes serait la cause de la naissance de groupements soucieux d’influencer ces institutions22. Or, à l’époque, rien ne permet de dire que ces institutions auront le rôle et le pouvoir qu’elles ont acquis par la suite. De plus, pour Businesseurope comme pour d’autres organisations, tout ne commence pas avec le traité de Paris ou les traités de Rome. Des organisations défendant les intérêts des patrons et leurs entreprises existent déjà à la fin du XIXe siècle23. Aussi, plus qu’une naissance d’organisation inscrite dans une filiation, le passage de la CIFE à l’UNICE doit être lu comme une division du travail entre organisations transnationales et une spécialisation de l’UNICE sur le travail en lien avec les institutions du Marché commun. Dans les années 1950, on assiste bien à une redéfinition de l’espace transnational européen24 auquel des organisations comme la Ligue européenne de coopération économique LECE25 ou les organisations patronales comme la CIFE ou l’UNICE contribuent. Le second mouvement visible dans cette histoire succincte de l’UNICE/Businesseurope est celui de la redéfinition constante des frontières de l’Europe du Marché commun au fur et à mesure des élargissements. Si en 1952, l’UNICE ne compte que 8 confédérations issues des 6 pays de la CECA, progressivement, elle intègre les confédérations des autres pays parties prenantes de ce Marché commun, ce qui tend à renforcer l’identification de l’UNICE à ces institutions et à calquer le champ d’intervention de l’organisation patronale sur cet espace économique européen en train de se constituer. Aujourd’hui, pour Businesseurope, même si tous ses membres ne sont pas issus de pays membres de l’Union européenne, sa représentation reste identifiée à l’Union européenne. C’est d’ailleurs en lien avec les politiques d’élargissement de l’Union ou ses politiques de voisinage26 que se comprend la politique de Businesseurope à l’égard de ses nouveaux membres comme la fédération du Montenegro ou celle de Serbie.

  • 27 Michel H., Laurens S., « Les organisations patronales au niveau européen : développement et institu (...)
  • 28 Courty G., Devin G., La Construction européenne, Paris, La Découverte, 2010 (2005).

10Ce double mouvement de spécialisation et d’intégration de membres nationaux se repère dans la plupart des associations professionnelles. L’enquête effectuée avec Sylvain Laurens sur les répertoires des associations professionnelles entre 1960 et 2004 met bien en évidence cette évolution27. Si au début des années 1960, les groupements recensés sont très divers (comité, association, section, bureau de liaison, fédération), ils apparaissent surtout comme des groupements « internationaux ». Dans les années 1980 en revanche, ils sont rebaptisés « communautaires » ou « européens28 », s’autonomisant progressivement de la structure dite « internationale » qui soit perdure mais disparaît de ce champ, soit est tout simplement remplacée du fait des nationalités européennes de ses membres. Mais c’est surtout la structure interne des organisations qui change, sous l’effet, certes de l’intégration de membres issus de nouveaux pays, mais aussi de la spécialisation des fédérations européennes en secteur. Cette différenciation n’épargne pas une organisation dite généraliste comme l’UNICE, qui voit progressivement son comité international des industries de l’alimentation s’autonomiser et devenir en 1982 la Confederation of Food and Drink Industries of the EEC, aujourd’hui Food Drink Europe. Ce processus renvoie à des différenciations de l’administration européenne qui correspondent aussi à l’évolution de son agenda politique. Ainsi, l’UNICE, comme son nom l’indique, se centre progressivement sur les questions industrielles et la DG les ayant en charge.

  • 29 Haas E., The Uniting of Europe: political, social and economical forces, 1950-1957, Stanford, Stanf (...)

11Ce mouvement d’ensemble n’est toutefois pas le fruit du hasard. Il est le résultat d’une politique, plus ou moins bien coordonnée, plus ou moins bien affirmée de la part de la Commission européenne et en particulier de la DG Industrie. On sait le rôle que ces groupements ont joué dans la construction européenne et, notamment, l’appui stratégique qu’ils représentaient pour des partisans d’une Europe supranationale distincte des États membres29. Mais on ne sait pas toujours avec quels effets s’est développée cette politique d’enrôlement des associations professionnelles par la Commission européenne. Les répertoires des associations professionnelles européennes sont à la fois un vecteur de cette politique et un enregistrement de ses effets. L’objectif, clairement annoncé par François-Xavier Ortoli dans sa préface aux répertoires qui repèrent et classent les organisations professionnelles, est bien d’inciter les organisations nationales à s’intéresser à l’Europe, à se coordonner et à s’organiser à cette échelle. Dans cette perspective, une attention privilégiée de la part de l’administration est donnée aux groupements qui se présentent comme européens au sens où ils fédèrent des membres des pays du Marché commun et où ils concernent les domaines traités par les politiques publiques communautaires.

  • 30 Mias, A, Didry C., Le Moment Delors. Les syndicats au cœur de l’Europe sociale, Bruxelles, PIE-Pete (...)
  • 31 L’UNICE a en effet des concurrents, comme l’UEAPME, cf. Milet M., « Les identités de l’UEAPME. Sur (...)

12Ce mouvement de structuration de l’administration européenne et ses effets sur la structuration des intérêts et des groupements qui les représente ne sont pas propres aux affaires européennes. On le retrouve dans la plupart des histoires des administrations étatiques. Ce qui est remarquable ici, c’est que ce processus s’effectue à partir de structurations nationales qui ne se superposent pas nécessairement. L’enjeu est alors de produire des secteurs européens même s’ils n’existent pas dans tous les pays membres et, par conséquent, même s’il n’existe pas d’entreprises dans le secteur économique et, par conséquent, d’organisations les représentant. Cette question n’affecte pas l’UNICE qui fédère des confédérations représentant l’ensemble des entreprises présentes sur l’ensemble des secteurs. À cet égard, elle semble avoir un avantage certain et peut proposer une représentation qui est la transposition des représentations nationales. Toutefois, même cette transposition apparemment évidente pose problème dans la mesure où dans certains pays (Allemagne et Pays Bas), la représentation des employeurs et celle des entrepreneurs est distinctes alors que dans d’autres (France, Belgique, Italie) elles sont confondues en une même organisation. Et si le choix a été fait d’associer les deux organisations nationales aux discussions et organisations européennes, ce n’est qu’à partir de la fin des années 1980, que la dimension sociale de l’organisation aura une réelle existence au niveau européen. Sous la présidence de Jacques Delors, la Commission européenne initie une politique sociale au sein de laquelle représentants des travailleurs et représentants des employeurs auront à discuter et négocier dans le but de conclure des accords. Ce « moment Delors30 » est un moment fort de la reconnaissance du rôle de représentant des employeurs que joue l’UNICE et même de son quasi monopole en la matière31. À partir de ce moment où les représentants de l’organisation sont amenés à siéger face aux représentants de la Confédération européenne des syndicats et à faire fonctionner le « dialogue social européen », ils jouissent d’une reconnaissance institutionnelle européenne importante qui vient conforter le rôle d’interlocuteur régulier qu’ils ont, de fait, avec les agents des Directions générales.

13Ces rôles octroyés ou revendiqués, ces reconnaissances de fait ou inscrites dans les traités, ne sont pas sans effet sur le fonctionnement de l’organisation et son recrutement. Les dirigeants de l’organisation patronale s’adaptent alors d’autant plus volontiers aux demandes de l’administration européenne qu’elles sont constitutives de ce qu’ils prétendent être : des représentants européens.

Un travail interne d’autonomisation et de recrutement

  • 32 Sur ce point voir l’exemple donné par Élise Roullaud dans sa thèse sur la dénomination de Via Camp (...)
  • 33 Yuryev D., De l’Union des Industries de la Communauté européenne (UNICE) à Business Europe : change (...)

14Les attentes de la Commission européenne à l’égard des fédérations professionnelles, sont soit explicitement formulées par ses membres, soit déductibles d’opérations comme celle du recensement des business associations dans un répertoire administratif. En s’y conformant, les représentants de l’UNICE se donnent les moyens d’avoir un accès privilégié aux institutions européennes. Le changement de nom d’une organisation s’inscrit dans cette stratégie de présentation de soi. Il n’est toutefois pas automatique dans la mesure où il engendre des coûts (changement du papier en-tête, dépôt de nouveaux statuts, etc.), où il peut susciter de nombreuses discussions entre les membres de l’organisation et réactiver des tensions internes32, où il peut encore ouvrir des débats sur les contours de l’organisation et les règles d’admission des membres. Pour l’UNICE, la règle a toujours été de n’avoir qu’une organisation par État, sauf pour les pays où les fonctions économiques et sociales étaient distinctes, mais non sans quelques critiques ou difficultés, notamment lorsqu’il s’agit de choisir entre des organisations d’un même pays qui toutes deux prétendent à la représentation patronale. Ainsi, toutes les organisations n’ont pas nécessairement les moyens de se permettre un changement de statut, même s’il peut sembler un bon moyen d’augmenter ses chances de faire partie de l’entourage proche de la Commission. C’est pourquoi, lorsqu’il y a changement de nom, il ne peut s’agir d’un simple « rebranding » comme le prétendent les responsables de l’UNICE ayant travaillé à l’avènement de Businesseurope33. Le changement de nom renvoie à des changements dans la composition interne de l’organisation ainsi que dans son mode de fonctionnement.

  • 34 Adhésions à l’UNICE des confédérations patronales de la Grèce (1962), de la Suède (1968), de la Fi (...)

15Pour l’UNICE/Businesseurope, son inscription et son maintien dans le répertoire des associations professionnelles européennes d’une part et sa reconnaissance comme « partenaire social européen » d’autre part ne sauraient masquer les évolutions internes du groupement relatives à l’accroissement du nombre de ses membres, à la spécialisation de ses permanents et à l’évolution de ses sources de financement. L’augmentation du nombre de membres est le premier changement interne important, d’abord de manière limitée puis selon un rythme plus soutenu. En trente ans, l’UNICE passe de 8 membres issus de 6 pays à 30 confédérations issues de 23 pays34. À partir des années 1990 l’élargissement est encore accentué avec l’intégration des confédérations issues des Pays d’Europe centrale et orientale. L’UNICE affiche aujourd’hui 41 membres issus de 35 pays. L’augmentation du nombre de membres n’est pas sans effet sur les modalités des prises de décision. Si la règle reste le consensus, à la fin des années 1980, est introduite une règle de vote à la majorité qualifiée qui reprend pour l’essentiel la répartition des voix attribuées aux États membres du Conseil de l’Union européenne. Si le vote formel est très rarement utilisé, la possibilité d’y recourir est de nature à peser sur les discussions et à donner, de fait, une voix prépondérante aux membres fondateurs de l’UNICE et aux « grosses » confédérations.

  • 35 Cette distinction se retrouve dans d’autres organisations. Cf. Hrabanski M., « Lobbyistes agricole (...)
  • 36 Georgakakis D. (dir.), Le champ de l’Eurocratie. Sociologie du personnel de l’UE, Paris, Economica, (...)

16Mais l’augmentation du nombre de membres conduit surtout à transformer le rôle de l’UNICE qui ne peut plus seulement être un secrétariat de coordination, en particulier du fait des recrutements de personnels au siège bruxellois. C’est le deuxième changement important qui affecte l’organisation. D’une part, les sollicitations et autres consultations de la part de l’administration conduisent l’organisation à embaucher des permanents et non plus des personnels des confédérations nationales mis à disposition de l’organisation faîtière. Le rôle du secrétaire général devient de plus en plus important et nécessite des appuis techniques dans les domaines qui se développent. Car, d’autre part, avec le développement de domaines spécifiques, comme celui du dialogue social européen, l’UNICE se doit d’avoir des représentants non seulement disponibles pour siéger dans les réunions mais aussi capables d’y défendre une position commune et de fournir à la Commission européenne une expertise transnationale. Ces nouveaux représentants présentent un profil plus « européens » au sens où ils sont davantage recrutés sur compétences et expérience en affaires européennes que d’appartenance au monde patronal35. Les personnels de l’UNICE relèvent plutôt des « permanents de l’eurocratie36 », au sens où il s’agit de personnels ayant acquis des ressources propres au champ européen leur permettant d’y circuler et de s’y fixer. Ils ne sont pas forcément des spécialistes du patronat et des enjeux socioprofessionnels mais bien des « professionnels de l’Europe ».

  • 37 Laurens S., « Make it EU friendly. Les entrepreneurs du “patronat européen” face aux logiques de la (...)
  • 38 Michel H., « Businesseurope au-delà du lobbying », art. cit.

17Ces évolutions entrent en résonnance avec une troisième qui concerne le financement de l’organisation. Le recrutement de permanents de plus en plus spécialisés entraîne des coûts supplémentaires que les cotisations des membres ne suffisent pas à payer, malgré l’augmentation de leur nombre. Or, les membres nationaux rechignent à augmenter leur contribution financière, ne voyant pas toujours le retour sur cet investissement qu’ils ont tendance à considérer comme inutile pour défendre leurs intérêts. C’est le cas par exemple du CNPF, qui préfère installer un bureau de représentation à Bruxelles plutôt que d’augmenter sa contribution à l’UNICE. La confédération européenne doit donc trouver ailleurs un financement complémentaire. Deux pistes sont alors exploitées. La première consiste à aller chercher le concours des grandes entreprises qui, sans avoir un statut de membre et donc un droit de vote, pourraient contribuer au budget en échange d’informations et d’une certaine représentation. Aussi, à la fin des années 1990, le secrétaire général de l’UNICE Zygmunt Tyszkiewicz a créé le Corporate Advisory and Support Group où 44 entreprises internationales, moyennant cotisations, sont informées et ont le droit de participer aux débats internes. Si le statut de membres est formellement réservé aux confédérations nationales, la participation des entreprises prend plus de place, à l’instar de ce qui se passe dans les associations européennes d’entreprises d’un même secteur37. La seconde piste de financement est celle de la Commission européenne qui met en place progressivement des financements pour les organisations européennes qu’elle entend soutenir dans le but non seulement d’avoir des interlocuteurs et d’équilibrer la représentation des intérêts, dominés par les intérêts économiques, mais aussi de sous-traiter à ces organisations le « travail de terrain » qu’elle ne peut faire et préfère déléguer à des « stakeholders » plutôt qu’aux États membres et leurs administrations38. Pour l’UNICE, le dialogue social européen constitue une véritable aubaine, qui sera suivie par d’autres. Cette augmentation des moyens financiers donne alors à l’UNICE la capacité d’embaucher davantage de permanents spécialistes des différents domaines d’intervention, comme les économistes en provenance de la Banque centrale européenne ou de juristes spécialisés dans le droit de la concurrence, tout en lui permettant de sous-traiter des tâches de documentation (e-archive), de communication, d’organisation d’événements comme les European Business Summits, ou de montage et gestion de projets européens. L’UNICE/Businesseurope gagne en autonomie vis-à-vis de ses membres qui délèguent de plus en plus au « quartier général bruxellois » les tâches quotidiennes de suivi de l’agenda européen, de traitement de l’information, et de représentation dans tous les comités et groupes de consultation où l’organisation a un siège.

18Ainsi rapidement retracée, l’histoire de l’UNICE/Businesseurope est indissociable du développement et de la structuration de l’administration européenne qui lui reconnaît une dimension européenne. Cela suffit-il pour avoir une représentation européenne d’un groupe social et, parallèlement, produire un groupe social européen ? Sans doute pas, si les représentants n’investissent pas cette organisation et ne font pas exister ce capital institutionnel européen dans leur travail de représentation.

Les représentants de Businesseurope : patronaux par ses membres, européen par la Commission

  • 39 Bourdieu P., « Le capital social », Actes de la recherche en sciences sociales, no 31, 1980.

19Il ne suffit en effet pas qu’une organisation soit reconnue comme « européenne » pour que cette dimension rejaillisse automatiquement sur les représentants. L’hypothèse développée ici est que le « capital européen » des représentants patronaux, au sens où ils auraient acquis un certain nombre de compétences leur donnant une légitimité à parler au sein de l’espace européen au nom d’intérêts européens, est un « capital » octroyé par la Commission européenne. Comme le capital social que définit et utilise P. Bourdieu, ce capital est conféré à l’UNICE/Businesseurope qui, véritable « groupe institué » peut ensuite le déléguer à ses membres. Ainsi, « tout le capital collectif (peut) être individualisé dans un agent singulier qui le concentre et qui, bien qu’il tienne tout son pouvoir du groupe, peut exercer sur le groupe (et dans une certaine mesure contre le groupe) le pouvoir que le groupe lui permet de concentrer39 ». Encore faut-il que ce capital puisse être approprié par les différents présidents – et en particulier ceux qui deviennent président de la fédération européenne – qui vont alors s’efforcer, dans leurs pratiques, d’incarner ce patronat européen.

Les logiques de recrutement des représentants patronaux

  • 40 Bührer W., « The Federation of German Industry and European Integration 1949-1960 », inDumoulin M., (...)
  • 41 Offerlé M., Les patrons des patrons. Histoire du MEDEF, Paris, Odile Jacob, 2013.

20Bien que les permanents jouent un rôle clef au sein des organisations patronales, le travail de représentation incombe en général aux « élus » censés être représentatifs du groupe qu’ils représentent. Pour l’UNICE/Bunisesseurope, cette représentation de type « miroir » se traduit par la qualité de « patron » des présidents et vice-présidents de l’organisation. Mais ces présidents sont les présidents des associations membres, élus selon des procédures nationales. De plus, l’issue du scrutin dépend souvent des rapports de force internes en présence. Ainsi, par exemple, la succession des présidents du BDI allemand reflète la domination du secteur de la sidérurgie dans le tissu économique national40. De même qu’en France, le Medef a longtemps été « tenu » par la fédération de la métallurgie UIMM avant que la fédération des services ne prenne le dessus, permettant ainsi l’élection de Laurence Parisot41. Ce sont donc d’abord les enjeux nationaux internes qui sont au cœur de l’élection du président. Et même s’il doit jouer un rôle sur la scène internationale et européenne, cette dimension n’est quasiment jamais présentée comme un enjeu au moment de l’élection. Toutefois, les confédérations patronales nationales ont depuis longtemps investi cet espace extranational et travaillent de longue date aussi bien en relation avec leurs homologues d’autres pays qu’auprès d’institutions internationales. Or, cet aspect du mandat est très peu évoqué. Si cela peut se comprendre dans un contexte national, il surprend davantage à l’échelle européenne.

  • 42 Michel H., « La représentation du patronat européen à Businesseurope. Des présidents sans européani (...)
  • 43 Georgakakis D., « Une Commission sous tension ? La singulière différenciation des personnels admini (...)
  • 44 Wagner A.-C., « Les syndicalistes de la Confédération européenne des syndicats : des capitaux europ (...)

21En effet, au sein de l’UNICE/Businesseurope, c’est la dimension nationale des présidents qui est valorisée au point où l’on pourrait parler de « présidents sans européanité42 ». Comparées à d’autres professionnels de l’Europe, les présentations des présidents ne cherchent absolument pas à mettre en avant un quelconque intérêt pour l’international et en particulier pour l’Europe. On sait que pour les commissaires, par exemple, leur statut est d’abord un statut national, forgé dans un champ politique national, mais cela n’empêche pas, justement, de donner des gages « d’engagement européen » à travers des années d’étude passées à l’étranger, une carrière se déroulant dans plusieurs pays et des responsabilités liées aux relations de leur pays avec le reste du monde43. Contrairement à leurs homologues syndicalistes, ils ne cherchent pas à dé-nationaliser leur identité et leurs pratiques dans une stratégie d’européanisation qui passerait nécessairement par une « mise à distance du national44 ». Pour les présidents patronaux de l’UNICE/Businesseurope, il s’agirait plutôt de gommer les expériences internationales et d’insister sur les éléments nationaux.

  • 45 Offerlé M., Sociologie des organisations patronales, Paris, La Découverte, 2009, p. 13 « dire le pa (...)

22S’agit-il de couper court aux critiques récurrentes sur les « capitalistes apatrides » ? Est-ce plutôt une stratégie de la confédération européenne qui se veut d’abord une association de membres nationaux, censée réaliser une synthèse des pays membres ? Quoi qu’il en soit, il est clair que ce n’est pas la dimension européenne des présidents qui compte mais bien leur identité de patron, même si celle-ci est floue, ainsi que les différents termes utilisés le signalent45, et renvoie à des réalités très diverses dans les différents pays.

Un travail de production d’une représentation européenne

23Pourtant ces présidents nationaux incarnent un groupe européen. Comment y parviennent-ils ? La réponse à cette question réside dans le travail politique que les présidents font pour rendre réel le statut « européen » de l’organisation. Dans leur activité de représentation, ils travaillent simultanément trois dimensions du caractère européen du groupe patronal qu’ils représentent.

24La première renvoie à la définition institutionnelle de l’Europe et à l’implantation bruxelloise de l’organisation patronale européenne. Bruxelles est en effet le lieu où les représentants de Businesseurope sont en interaction avec les agents des institutions européennes et avec les autres organisations européennes, comme la Confédération européenne des syndicats CES, les différentes fédérations européennes sectorielles ou encore les concurrents UEAPME ou ERT. Aux rencontres ritualisées, prévues en fonction de l’agenda de la Commission européenne, s’ajoutent les rencontres provoquées par Businesseurope à l’occasion de la sortie d’un rapport, d’une publication ou de changements en son sein. Le changement de nom a ainsi constitué une bonne opportunité pour ses dirigeants de se manifester auprès des responsables européens. Il en est de même pour les changements à la tête de l’organisation : en 2013, l’Italienne Emma Marcegaglia, ancienne présidente de Confindustria, succède à Jürgen Thumann à la tête de Businesseurope. L’année précédente, c’était au tour du Directeur général Philippe De Buck de céder sa place à Markus J. Beyrer, ce qui n’a pas manqué, là encore, de susciter courriers et actions de présentation de ce nouveau représentant. Ces moments de rencontre avec les responsables européens permettent aux présidents de l’UNICE/Businesseurope de parler au nom des patrons européens et de faire entendre leurs revendications à cette échelle. Les services de communication de la confédération européenne n’hésitent pas à mettre en image ces rencontres entre le président et les responsables des Directions générales ou des commissaires en publiant des photographies. Sont ainsi mises en scène non seulement la facilité d’accès aux dirigeants européens mais aussi la proximité sociale qu’il peut y avoir entre eux. Ces fréquentations, ces discussions et ces face-à-face avec les dirigeants renforcent l’appartenance de ces présidents aux élites européennes, en même temps qu’elles les inscrivent dans un espace politique européen.

  • 46 Mariot N., Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Belin, 2006 ; C (...)

25La deuxième dimension de la représentation patronale est plus géographique. Les présidents ont en effet le souci de représenter un territoire européen, fait de l’agrégation de différents territoires nationaux. Pour cela, les présidents ne restent pas à Bruxelles, qui est la ville du travail dit technique délégué aux permanents, mais, au contraire, se déplacent dans l’espace européen. Ils rendent visite aux membres dans leur capitale, ils suivent les déplacements de la Présidence du Conseil de l’Union européenne, et n’hésitent pas à rappeler constamment que l’Europe qu’ils représentent est une Europe de 28 pays susceptible de s’élargir encore. La carte d’Europe publiée sur la page d’accueil du site internet de Businesseurope n’est alors pas une carte virtuelle mais bien une carte sur laquelle on pourrait suivre les déplacements des présidents. De même que les présidents de la République française faisaient le tour de France46 pour travailler leur légitimé à représenter l’ensemble des Français, les présidents de Businesseurope font le tour des capitales européennes pour asseoir leur représentativité européenne. Certes, ils restent dans les capitales et ne sillonnent pas les territoires, laissant cette prérogative aux présidents nationaux, mais ces visites viennent rappeler aux membres qu’ils sont représentés à Bruxelles et que toute revendication à l’intention des institutions européennes passe par cette organisation paneuropéenne et son président.

  • 47 Maresca S., « La représentation de la paysannerie », Actes de la recherche en sciences sociales, no(...)

26La troisième dimension est davantage liée aux revendications portées par les présidents de l’UNICE/Busineseurope. Ces revendications sont européennes au sens où elles sont communes à l’ensemble des membres de la confédération et où elles dépassent les intérêts nationaux des membres. Les présidents se font en effet porte-parole de la position de l’organisation, élaborée par les différents permanents qui animent les groupes de travail et approuvée par les membres. Pour eux, cette position se doit de « dépasser les égoïsmes nationaux » et en particulier les demandes de protectionnisme en provenance des confédérations patronales nationales. Se donnant un rôle de « visionnaires », ils préconisent des mesures censées aider à la compétitivité de l’Europe, à l’approfondissement du marché et à son développement. Leurs revendications sont avant tout présentées comme des propositions d’avenir, dans lesquelles l’Europe et son Marché commun sont à la fois l’objectif des entreprises et des patrons européens et le moyen de leur développement. Ce faisant, les présidents de l’UNICE/Businesseurope, tout en revendiquant d’être des « patrons parmi les patrons », se donnent à voir comme des « patrons d’avenir » en plus de leur appartenance à l’élite dirigeante47. Les présidents de l’UNICE/Businesseurope réalisent ainsi, au sens fort de rendre réel, un patronat européen qui tient son européanité à la fois des institutions européennes et du travail de ses représentants qui se déploie à l’échelle européenne, au sens géographique et communautaire du terme.

27En partant de l’organisation prétendant représenter le patronat européen et en observant comment elle y parvient, la sociologie des groupes d’intérêt donne à voir combien la représentation du groupe social est un processus qui engage non seulement les institutions politiques mais aussi leurs interactions avec les « entrepreneurs d’intérêts ». C’est dire combien la question de la représentation du groupe, dans le cas du patronat européen, déborde à la fois les analyses en termes d’influence des groupes d’intérêt et les questions relatives à l’existence d’un groupe commun de patrons. Suivre le travail de représentation du groupe social par le groupe d’intérêt, en l’occurrence la réussite de Businesseurope à représenter de manière européenne le patronat européen, c’est bien interroger les contours et les caractéristiques de ce groupe social, européen et patronal à la fois. Si le groupe social tire son caractère européen des différents processus mis en évidence, c’est bien cette dimension européenne, travaillée et promue par le groupe d’intérêt bruxellois, qui permet de stabiliser la définition patronale du groupe, à l’échelle transnationale et dans les territoires des Etats-membres.

Notes

1 Desrosières A. Thévenot L., Les Catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte, 2002 [1988].

2 Thompson E. P., La Formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Hautes Études/Gallimard/Le Seuil, 1988 [1963].

3 Boltanski L., Les Cadres : la formation d’un groupe social, Paris Éditions de Minuit, 1982.

4 Noiriel G., « Représentation nationale et catégories sociales. L’exemple des réfugiés politiques », Genèses, 26, no 26, 1997, p. 25-34.

5 Becker H. S., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Métailié, 1985.

6 Sombart W., Pourquoi le socialisme n’existe-t-il pas aux États-Unis ?, Paris, PUF, 1992 (1906) ou encore Kocka J. (dir.), Les Bourgeoisies européennes au XIXe siècle, Paris, Belin, 1996.

7 Michel H., La cause des propriétaires. État et propriété en France, XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 2006.

8 Michel H., « Le droit comme registre d’européanisation d’un groupe d’intérêt. La défense des propriétaires et la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne », Politique européenne, no 7, 2002, p. 19-42.

9 Offerlé M., Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1994.

10 Maresca S., Les Dirigeants paysans, Paris, Éditions de Minuit, 1983.

11 Saward M., The Representative Claim, Oxford, Oxford University Press, 2010.

12 Sur cette question, voir le débat dans la revue International Sociology: Carroll W. K., Fennema M., « Is there a transnational business community? », International Sociology, 17, no 3, 2002, p. 393-420; Kentor J., Yong S. J., « Yes, there is a (growing) transnational business community: a study of global interlocking directorates, 1983-98 », International Sociology, 19, 2004, p. 353-368; Carroll William K., Fennema M., « Problems in the Study of the Transnational Business Community: A Reply to Kentor and Jang », International Sociology, no 19, 2004, p. 369-379; Carroll W. K., Fennema M., « Asking the Right Questions : A Final Word on the Transnational Business Community », International Sociology, 21, no 4, 2006, p. 607-610.

13 Ludwig W, Le Cahier bleu et le cahier brun, Paris, Gallimard, 1965, p. 25, cité par Luc Boltanski en introduction de Les Cadres, op. cit.

14 Coulouarn T., Au nom des patrons. L’espace de la représentation patronale en France, université de Paris 1, CRPS, 2008.

15 Voir les différentes contributions réunies dans Michel H. (dir.), Représenter le patronat européen. Formes d’organisation patronale et modes d’action européenne, Bruxelles, PIE Peter ang, 2013.

16 Bourdieu P., « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 52-53, 1984, p. 49-55.

17 Morival Y., « Pourquoi et comment investir Bruxelles ? Le temps long de l’institutionnalisation du bureau permanent du CNPF à Bruxelles », inMichel H. (dir.), Représenter le patronat européen, op. cit., p. 93-120.

18 Cowles M. G., « The EU Committee of Amcham: The Powerful Voice of American Firms in Brussels », Journal of European Public Policy, 3, no 1, 1996.

19 Michel H. (dir.), La Représentation patronale française dans l’Union européenne. Conditions d’européanisation des organisations et usages d’une représentation supranationale, Paris, Rapport de recherche pour la DARES, juin 2011.

20 Greenwood J., Aspinwall M. (dir.), Collective action in the European Union: interests and the new politics of associability, London, Routledge, 1998.

21 Gayon V., « Homologie et conductivité internationales. L’État social aux prises avec l’OCDE, l’UE et les gouvernements », Critiques internationales, no 59, 2013, p. 47-67.

22 Coen D., Richardson J. (ed.), Lobbying the European Union. Institutions, Actors, and Issues, Oxford, Oxford University Press, 2009.

23 Meynaud J., Sidjanski D., Les Groupes de pression dans la Communauté européenne (1958-1968), Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie de l’université Libre de Bruxelles, 1971.

24 Cohen A., « De congrès en assemblée. La structuration de l’espace politique transnationale européen au lendemain de la guerre », Politique européenne, no 18, 2006.

25 Dumoulin M., Dutrieux A. M., La Ligue européenne de coopération économique (1946-1981), Bruxelles, PIE Peter Lang, 1993.

26 Michel H., « Businesseurope au-delà du lobbying. Le travail d’intégration européenne d’une organisation patronale », Critiques internationales, no 59, 2013.

27 Michel H., Laurens S., « Les organisations patronales au niveau européen : développement et institutionnalisation d’une forme de représentation des intérêts patronaux (années 1950-1980) », inFraboulet D., et Vernus P. (dir.), Genèse des organisations patronales en Europe (XIXe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2012, p. 317-330.

28 Courty G., Devin G., La Construction européenne, Paris, La Découverte, 2010 (2005).

29 Haas E., The Uniting of Europe: political, social and economical forces, 1950-1957, Stanford, Stanford University Press, 1958; Haas E., Beyond the Nation state: Functionalism and international organization, Stanford, Santford University Press, 1964.

30 Mias, A, Didry C., Le Moment Delors. Les syndicats au cœur de l’Europe sociale, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2003 ; Didry C, « L’émergence du dialogue social en Europe : retour sur une innovation institutionnelle méconnue », L’Année sociologique, 59, no 2, 2009, p. 417-447.

31 L’UNICE a en effet des concurrents, comme l’UEAPME, cf. Milet M., « Les identités de l’UEAPME. Sur les conditions d’imposition d’une représentation européenne de “l’autre” patronat », inMichel H., dir. Représenter le patronat européen., op. cit, p. 121-148.

32 Sur ce point voir l’exemple donné par Élise Roullaud dans sa thèse sur la dénomination de Via Campesina. Roullaud E., La Confédération paysanne à l’épreuve de la Politique agricole commune (1987-2007). Transformations des pratiques de représentation et du travail militant, université Lyon 2, science politique, 2013.

33 Yuryev D., De l’Union des Industries de la Communauté européenne (UNICE) à Business Europe : changement de nom, changement d’identité ?, mémoire de master 1, université Lille 2, 2010.

34 Adhésions à l’UNICE des confédérations patronales de la Grèce (1962), de la Suède (1968), de la Finlande (1970), de l’Irlande, du Royaume Uni, de la Norvège et du Danemark (1972), de l’Espagne (1978), de Chypre (1981), du Portugal (1982), de Malte et de San Marin (1984), de l’Islande (1987), de la Turquie (1988), de la Slovaquie (1993), de la Pologne, de la République Tchèque, de la Slovénie, de la Hongrie, de la Bulgarie, de l’Estonie (1999) et de la Lituanie (2000).

35 Cette distinction se retrouve dans d’autres organisations. Cf. Hrabanski M., « Lobbyistes agricoles et lobbyistes en agriculture. Recrutement et carrière des représentants d’intérêts en COPA », in H. Michel, dir., Lobbyistes et lobbying de l’union européenne. Trajectoires, formations et pratiques des représentants d’intérêts, Strasbourg, PUS, 2005, p. 47-67.

36 Georgakakis D. (dir.), Le champ de l’Eurocratie. Sociologie du personnel de l’UE, Paris, Economica, 2012 ; et en particulier Michel H., Courty G., « Groupes d’intérêt et lobbyistes dans l’espace politique européen : des permanents de l’eurocratie », inGeorgakakis D. (dir.), Le champ de l’Eurocratie, op. cit., p. 213-240.

37 Laurens S., « Make it EU friendly. Les entrepreneurs du “patronat européen” face aux logiques de la concurrence économique », Sociétés contemporaines, no 89, 2013, p. 17-46.

38 Michel H., « Businesseurope au-delà du lobbying », art. cit.

39 Bourdieu P., « Le capital social », Actes de la recherche en sciences sociales, no 31, 1980.

40 Bührer W., « The Federation of German Industry and European Integration 1949-1960 », inDumoulin M., Girault R., Trausch G. (dir.), L’Europe du patronat. De la guerre froide aux années soixante, Berne, Berlin, Francfort s Main, New York, Paris, Vienne, PIE Peter Lang, 1993, p. 17-28. Bührer W., « Syndicats patronaux, politique de communication et tournant néo-libéral en République Fédérale d’Allemagne – RFA – (1970-1980) », inFraboulet D., Druelle-Korn C. et Vernus P. (dir.), Les Organisations patronales européennes et la sphère publique (XIXe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Renens, 2013, p. 77-88.

41 Offerlé M., Les patrons des patrons. Histoire du MEDEF, Paris, Odile Jacob, 2013.

42 Michel H., « La représentation du patronat européen à Businesseurope. Des présidents sans européanité », inMichel H. (dir.), Représenter le patronat européen, op. cit., p. 249-262.

43 Georgakakis D., « Une Commission sous tension ? La singulière différenciation des personnels administratifs et politiques de la Commission européenne », inGeorgakakis D. (dir.), Le champ de l’eurocratie, op. cit., p. 43-84.

44 Wagner A.-C., « Les syndicalistes de la Confédération européenne des syndicats : des capitaux européens spécifiques ? », inGeorgakakis D. (dir.), Le Champ de l’eurocratie., op. cit., p. 241-236.

45 Offerlé M., Sociologie des organisations patronales, Paris, La Découverte, 2009, p. 13 « dire le patronat dans d’autres langues ».

46 Mariot N., Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Belin, 2006 ; C’est en marchant qu’on devient président. La République et ses chef de l’État 1848-2007, Paris, Aux lieux d’être, 2007.

47 Maresca S., « La représentation de la paysannerie », Actes de la recherche en sciences sociales, no 38, 1981, p. 3-18.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540