Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la représentation politique

 | 
Alice Mazeaud

Troisième partie. La mise en forme des intérêts et des groupes sociaux

10. Les voies multiples de la représentation en situation de délégation ratée : agir au nom des étudiants

Julie Le Mazier, Julie Testi et Romain Vila

Texte intégral

  • 1 Bourdieu P., « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en Sciences social (...)
  • 2 Boltanski L., Les Cadres. La formation d'un groupe social, Paris, Les Éditions de Minuit, 1982.
  • 3 Bruneau I., « L’érosion d’un pouvoir de représentation. L’espace des expressions agricoles en Franc (...)

1Le 6 décembre 2012, le tribunal administratif de Paris annule les élections étudiantes au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser), suite à un recours de l’Union nationale des étudiants de France (Unef) qui avait perdu un élu par rapport aux élections précédentes, au bénéfice de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage). Cet épisode souligne que l’élection reste un enjeu central de la représentation des étudiants, et l’objet d’une concurrence forte entre les organisations qui prétendent à la représentation de ce groupe. Pour autant, les voies de la représentation étudiante sont peu stabilisées : elles sont l’objet de luttes et de contestations entre les organisations à vocation représentative et avec l’État. De fait, la représentation des étudiants en France est loin de s’identifier au processus de délégation tel qu’il est traditionnellement décrit en sociologie1. S’il existe des candidats à la représentation du milieu étudiant, il est en revanche difficile d’identifier un ou des porte-parole légitimes auxquels le groupe s’en remettrait. La situation des étudiants diffère de ce point de vue de celle d’autres groupes sociaux, objets d’une unification symbolique et d’entreprises de représentation syndicale réussies2, fussent-elles fragilisées3. D’une part, l’élection ne suffit pas à assurer la légitimité des porte-parole. Le système de démocratie élective en vigueur dans l’enseignement supérieur, depuis la loi Faure de 1968 notamment, ne confère qu’une voie de légitimation partielle, notamment en raison du taux d’abstention tendanciellement élevé. D’autre part, il n’existe pas de définition stabilisée des « étudiants ». À l’hétérogénéité sociale du groupe – de surcroît partagé entre étudiants des universités, des grandes écoles et de leurs classes préparatoires, des IUT, des BTS – s’ajoutent des définitions concurrentes, produites par les organisations étudiantes, de la catégorie et des modalités de sa représentation.

  • 4 Sintomer Y., « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion », Raison (...)
  • 5 Ce sont les structures locales de l’Unef.
  • 6 Pour cette étude nous prenons en compte d’une part l’Unef-ID puir l’Unef réunifiée, ainsi que la C (...)

2Multiple et problématique, la représentation des étudiants est un objet privilégié pour examiner les relations diverses qui permettent à des acteurs individuels ou collectifs de parler et d’agir au nom d’un groupe. Elle permet de dissocier des registres de représentation ou des sens de la notion qui, d’un point de vue sémantique4 ou pour d’autres catégories sociales, se présentent comme imbriqués : figuration et unification symboliques, mise en scène et incarnation du groupe, ou délégation à des porte-parole élus. Face à la fragilité de la voie électorale pour consacrer des représentants, d’autres moyens sont recherchés pour faire parler le groupe. Les mouvements étudiants, en particulier, sont des moments révélateurs de la variété des ressources mobilisées à cet égard. Centrée sur la période très contemporaine du début des années 2000 à nos jours, l’analyse s’appuie sur la confrontation de matériaux empiriques (observation participante, entretiens semi-directifs et dépouillement d’archives) issus de trois terrains de thèse qui portent respectivement sur les cultures syndicales de trois Associations générales des étudiants (AGE5) – Clermont-Ferrand, Lille et Paris 1 – et du Bureau national de l’Unef, sur les quatre derniers mouvements étudiants qu’ont connus les universités françaises, et en particulier sur leurs déclinaisons locales dans les universités de Paris 1, Paris 3 et Poitiers, et sur les relations entre syndicats étudiants et syndicats de salariés6. Grâce à ce dialogue entre études de différentes modalités de représentation des étudiants il s’agira de comprendre comment, dans un contexte très concurrentiel entre les différents candidats à la représentation, se construit, de façon souvent précaire, la position de représentant des étudiants. Pour ce faire, nous rendrons compte d’abord des mécanismes électifs, de leurs ratés et des stratégies qu’adoptent les organisations pour être malgré tout consacrées comme représentatives, puis des voies non-électives qui sont privilégiées, non sans difficultés, lors des mobilisations étudiantes.

La représentation électorale des étudiants : un processus de délégation raté

  • 7 Boltanski L., Les Cadres, op. cit., p. 242.

3L’hétérogénéité de la catégorie d’étudiant n’est pas propre à ce milieu. Néanmoins, d’autres groupes sociaux, tels que celui des cadres, ont accédé à une existence sociale par le biais d’entreprises réussies d’unification symbolique, de sorte que les luttes concurrentielles de leurs organisations représentatives pour la définition du groupe n’ont fait que confirmer, paradoxalement, « la croyance partagée dans l’existence “objective” d’une catégorie7 ». Au contraire, la représentation des étudiants, au double sens de définition du groupe et de délégation à des porte-parole, demeure problématique. En effet, la difficulté pour leurs porte-parole à imposer une définition de la catégorie est redoublée par la faible légitimité de ces derniers, qui peinent à réunir une base solide d’électeurs et d’adhérents. Dans ces conditions, la construction de leur représentativité passe par la maîtrise de techniques relatives aux opérations électorales, et par des luttes pour se faire reconnaître par d’autres acteurs, tels que l’État et les syndicats de salariés.

Parler au nom des étudiants : une lutte pour la définition d’un groupe social

  • 8 Fave-Bonnet M.-F., Clerc N., « Des “Héritiers” aux “nouveaux étudiants” : 35 ans de recherches », R (...)

4Les organisations à vocation représentative se partagent entre des corporations, regroupées nationalement au sein de la Fage et de Promotion et défense des étudiants (PDE), qui se proclament apolitiques et organisent les étudiants par filières, et des organisations qui s’affirment comme des syndicats, au même titre que ceux des salariés, sans pour autant que ce statut leur soit reconnu par la loi. Les syndicats étudiants eux-mêmes oscillent entre une définition du groupe représenté en termes de génération (la jeunesse) ou de classe (les travailleurs en formation). De fait, le statut d’étudiant recouvre des réalités distinctes en fonction de l’origine sociale, des filières d’études, de l’intégration dans l’établissement et du territoire. Depuis les années 1960, la population étudiante s’est profondément transformée, l’« héritier » cédant la place à la figure de l’« étudiant précaire » dans un contexte de massification de l’enseignement supérieur8. Les conditions de vie des étudiants ne sont pas uniformes et évoluent très rapidement d’une année à l’autre en lien avec l’avancement des études et l’entrée progressive dans la vie active. Si la tension entre corporatisme apolitique et syndicalisme politisé est un clivage historiquement structurant au sein des organisations étudiantes et entre elles, le caractère par définition transitoire de la condition étudiante gêne l’identification durable de leur public aux définitions qu’elles produisent. Cette difficulté est encore aggravée par la diversification du groupe sous l’effet de la massification scolaire, qui nourrit l’hétérogénéité des revendications qu’elles sont susceptibles de porter.

  • 9 Formation Unef 2012 sur le statut social du jeune en formation et en insertion.

5Les organisations à vocation représentative tentent bien de donner une représentation unifiée des étudiants. À la Libération, l’Unef a défini l’étudiant, dans l’article 1 de la Charte de Grenoble adoptée lors de son Congrès de 1946, comme un « jeune travailleur intellectuel ». Mais cette catégorisation ne s’est pas imposée en dehors des cercles militants, tant sont prégnantes les représentations qui distinguent, à tort ou à raison, le monde étudiant de celui du travail. Aujourd’hui, l’Unef définit la jeunesse, non pas comme une catégorie d’âge, mais comme une période entre la fin de la scolarité obligatoire et l’entrée dans la « vie d’adulte » avec l’obtention du premier emploi stable. Selon le syndicat étudiant, il n’y aurait donc qu’une jeunesse mue par les mêmes aspirations : « Si la jeunesse est hétérogène et constituée de situations diverses, elle est liée par un besoin commun : la formation initiale, et une aspiration commune : l’autonomie9 » De cette définition découle l’une des revendications majeures de l’Unef : la mise en place d’un statut social étudiant constitué entre autres d’une allocation d’autonomie pour chaque jeune en formation ou en insertion.

  • 10 Les Repères revendicatifs de l'Unef, édition 2011.
  • 11 Refonder, no 26, Collectif national, octobre 2012.

6Au sein du syndicat des débats existent entre ses tendances sur la définition de cette aide financière devant permettre « aux étudiants de s’émanciper socialement et de se libérer de leurs déterminismes familiaux10 ». Si la Tendance majorité nationale définit la jeunesse comme une classe sociale à part entière, la Tendance refondation syndicale (TRS) réfute cette idée et base ses propositions de réforme du système d’aides étudiantes sur la reconnaissance préalable de l’hétérogénéité des « situations sociales, économiques et culturelles ». Pour la TRS, créer un statut social de la jeunesse est « un non-sens social et culturel11 ». Dans ce sens, elle revendique la mise en place d’une allocation d’étude « critérisée » selon la situation financière, sociale et territoriale de l’étudiant, ne prenant de fait pas en compte le temps entre l’obtention d’un diplôme et le premier emploi stable. Pour les militants de la Tendance pour une Unef unitaire et démocratique (tendance qui regroupait jusqu’à sa scission au début de l’année 2013 les militants proches du Front de gauche et du Nouveau Parti anticapitaliste), l’allocation d’autonomie est conçue comme un pré-salaire financé par les cotisations sociales.

  • 12 Charte de la FSE.
  • 13 « Le salaire universel : un combat politique, une revendication salariale », texte adopté au VIe c (...)

7S’il n’y a pas consensus au sein de l’Unef sur la définition de l’étudiant et sur les revendications qui en découlent, à plus forte raison, il n’y en n’a pas non plus entre elle et les autres syndicats étudiants. À gauche de l’Unef, la Fédération syndicale étudiante (FSE) et Sud-Étudiant (avant leur fusion au sein de Solidaires Étudiant-e-s en janvier 2013) définissent l’étudiant comme un « travailleur intellectuel et/ou manuel en formation12 », voire, pour Sud-Étudiant, comme faisant partie des « travailleurs-euses en activité13 ». Par cette association des étudiants à des travailleurs (presque) comme les autres, il s’agit pour ces syndicats de se distinguer de l’Unef en s’inscrivant dans un syndicalisme se réclamant de la lutte des classes. Selon eux, la jeunesse n’est pas une classe sociale, elle est traversée par des divisions de classe, c’est donc l’étudiant en tant que travailleur qu’il s’agit de représenter et de défendre, celui-ci appartenant à la même classe que les salariés.

  • 14 Boltanski L., « Les systèmes de représentation d’un groupe social : les “cadres” », Revue française (...)

8Alors que dans le cas des « cadres », « l’accumulation des discours croisés concourait [...] à renforcer l’efficacité symbolique de chacun d’entre eux en constituant une problématique, celle des “cadres”, de leur “nature” et de leur “rôle”, de leur substance et de leur “place”14 », on n’observe pas de processus similaire chez les étudiants. Les politiques publiques qui leur sont consacrées contribuent bien à consolider une catégorie. Néanmoins, la multiplication des définitions et revendications produites par les organisations à vocation représentative traduit ici leurs difficultés réelles à produire une représentation homogène d’un groupe éclaté, corollaire de leur faible légitimité, qui ne les met pas en mesure de construire symboliquement une unité.

La fabrique de la représentativité électorale

  • 15 C’est le terme utilisé pour désigner le parcours mis en place pour l’accueil des étudiants qui vie (...)

9La faible légitimité des organisations étudiantes à vocation représentative se manifeste dans le faible taux d’adhésion à ces dernières, le fort taux d’abstention aux élections universitaires (voir encadré), et même dans la méconnaissance qu’ont les étudiants de celles qui sont présentes sur leur lieu d’étude. Une partie des adhérents, et a fortiori des étudiants, ne connaissaient pas l’Unef avant de rencontrer ses militants sur leur campus : lors de la tenue des chaînes d’inscription15 de juillet, des pré-rentrées de septembre, mais également pendant les différentes campagnes et plus encore à l’occasion des élections.

  • 16 Pour une évaluation approximative du taux de syndicalisation en milieu étudiant, voir Licher T., M (...)
  • 17 Mouriaux R., Crises du syndicalisme français, Paris, Montchretien, 1998, p. 11.
  • 18 Rosanvallon P., La Question syndicale, Paris, Hachette Littérature, 1998, p. 265.
  • 19 Amossé T., Pignoni M.-X, « La transformation du paysage syndical depuis 1945 », Données sociales, I (...)
  • 20 Andolfatto D., Labbé D., Les Syndiqués en France 1990-2000, rapport pour la DARES, 2007, p. 19.
  • 21 Kunian R, Etude sur la participation des étudiants aux élections universitaires, Rapport pour l’ass (...)
  • 22 Morder R., « Les étudiants, des jeunes pas comme les autres ? », Côme X, Morder R. (dir.), Les Enga (...)
  • 23 Ibid.

Les étudiants : faible adhésion aux organisations syndicales et forte abstention aux élections universitaires
Depuis les années 1960, la chute du taux d’adhésion au syndicalisme étudiant préfigure celle du syndicalisme de salariés. S’il est toujours compliqué d’évaluer le taux de syndicalisation, celui des étudiants était supérieur à 50 % au début des années 1960, passe en dessous des 20 % en 1965, et même à moins de 5 % au milieu des années 197016. S’agissant du syndicalisme de salariés, certains auteurs indiquent que « toutes composantes réunies, les syndicats ont perdu de 1976 à 1996 les deux tiers de leurs effectifs17 ». Ainsi, le taux de syndicalisation passe de 22,3 % en 1970 à 9,8 % en 199018. Si cette tendance à la « désyndicalisation19 » se poursuit au cours des années 1990-2000, certains auteurs pointent une certaine « resyndicalisation » – notamment à la CFDT qui est la première à prendre en charge cette question depuis la fin des années 198020. Au-delà des taux de syndicalisation, le paysage syndical se transforme en profondeur, puisque désormais, ni le syndicalisme étudiant ni le syndicalisme de salariés n’échappe à un éclatement organisationnel sans précédent.
Le taux de participation des étudiants aux élections universitaires est pour sa part marqué par une abstention élevée et – mis à part les élections consécutives à mai-juin 1968 – constante, que ce soit aux élections aux conseils centraux des universités (86 % d’abstention21) ou aux Crous (95 %22). Robi Morder note que « si l’on compare la participation électorale des salariés aux élections politiques et aux élections professionnelles, l’on retrouve des phénomènes identiques : participation électorale moins forte aux élections de représentants du personnel (CE, DP), et encore plus faible aux élections prud’homales. Chez les étudiants, les écarts sont plus importants23 ».

  • 24 Week-end de formation régionale Nord-Est 2012.

10La vision qu’ont les étudiants du syndicat est partielle, se limitant le plus souvent au rôle d’information de l’organisation et aux services proposés (coopératives, vente de manuels d’occasion...). Comment, dans cette situation, l’Unef peut-elle être considérée comme la première organisation représentative de la jeunesse ? D’abord, elle représente malgré tout la première organisation en nombre d’adhérents et de voix aux élections. Toutefois, cela témoigne moins de la force du soutien des étudiants au syndicat que de la mobilisation par les militants de l’Unef de savoir-faire, déployés lors des différentes élections universitaires, sur lesquelles l’organisation mise principalement pour construire sa représentativité. Elle s’efforce d’y constituer systématiquement des listes, même dans les établissements où elle ne dispose pas d’une présence militante régulière (IUT, écoles d’ingénieurs, etc.). Plusieurs types de pratiques militantes sont mises en œuvre par les cadres de l’Unef afin de faire voter les étudiants. Les formations en vue des élections aux Crous de l’automne 2012, à l’image de celles organisées avant chaque échéance électorale, en fournissent un exemple. Ces formations ont un triple objectif : informer les nouveaux militants sur le fonctionnement de l’élection, les mobiliser pour la campagne électorale, et les former de manière très concrète pour cette dernière. Pour reprendre l’expression de l’un des formateurs : « faire voter les étudiants, c’est comme tout, ça s’apprend24 ». Le premier volet de cette formation pratique concerne la préparation de l’élection :

« Le Crous ne se gagne pas en un jour, et ne se gagne surtout pas le jour du vote. Pour ça nous devons mener du mieux possible la campagne en amont. On a commencé sur les campus depuis la reprise des cours avec la campagne de rentrée, mais il faudra continuer jusqu’au jour du vote, en menant campagne sur tous les sites.

  • 25 Extrait de la formation écrite Crous 2012.

Sur les sites principaux en ayant une présence régulière sur le campus, mais aussi sur les sites délocalisés. Ça va arriver que certains d’entre vous partent tout seuls une journée ou une matinée militer tout seuls sur un IUT, ou sur un petit site, avec pour objectif de parler au maximum d’étudiants, et de faire signer le plus de pétitions25. »

11Lors des campagnes de mobilisation, l’Unef a fréquemment recours à la pratique des pétitions. Leur motif est volontairement consensuel, le but étant de faire signer le plus d’étudiants possible. Les contacts alimenteront ensuite une base de données afin de recontacter les étudiants. Ils seront soit appelés en amont de l’élection pour « prendre un café », afin d’expliquer l’importance du vote Unef et si possible de proposer l’adhésion et/ou de récolter des procurations, soit le rendez-vous sera fixé le jour même du scrutin, afin de les emmener voter. Parmi les autres pratiques qui permettent de « faire l’élection » on trouve, également, les « dispos de solidarités ». Lors des élections universitaires, les différentes AGE envoient des militants dans d’autres villes pour renforcer les équipes locales. Cette pratique atteint son paroxysme lors des élections du Crous. Elle vise à couvrir l’intégralité des sites universitaires en vue de l’élection, ce qu’une majorité d’équipes locales ne pourrait pas faire. En effet, les AGE – surtout celles de province – s’appuient sur une poignée de militants (entre 10 et 20). Les cadres de l’organisation incitent fortement les militants à participer à cette tournée des différents sites électoraux, en affrétant des bus.

12Cette forte mobilisation des militants sur les deux semaines d’élection est essentielle pour espérer maintenir les scores. En effet, la participation étant très faible, chaque bulletin compte. L’Unef compense la faiblesse de sa base militante et électorale par une technologie minutieuse destinée à assurer sa victoire aux élections. Contrairement aux élections politiques, pour les élections étudiantes la campagne est autorisée le jour du scrutin, et l’organisation oriente tous ses efforts vers ce moment : « faire masse » sur les différents sites universitaires, accompagner un maximum d’étudiants jusqu’aux bureaux de vote. La représentativité du syndicat repose ainsi sur le savoir-faire électoral de ses membres, plutôt que sur le rapport, ténu, entretenu avec ceux qui sont représentés. Elle est également fondée sur la recherche d’une reconnaissance par des interlocuteurs extérieurs au milieu étudiant.

La reconnaissance étatique, ou la progressive institutionnalisation d’une représentativité étudiante par la médiation des syndicats de salariés

  • 26 Le mouvement contre le Contrat première embauche de 2006.

13Bien que l’État ne reconnaisse pas a priori une présomption irréfragable de représentativité aux syndicats étudiants comme il le fait pour les syndicats de salariés, les premiers usent de leurs relations avec ces derniers pour s’ériger en interlocuteurs légitimes. En effet, le syndicalisme de salariés, en tant qu’interlocuteur reconnu par l’État – qui participe notamment aux institutions par le jeu du paritarisme-, attribue, de façon sélective, un droit d’entrée dans le champ syndical aux organisations étudiantes. Par exemple, à la question « pendant le CPE26, la CGT avait-elle des contacts avec des organisations de jeunesse autres que l’Unef ? », Maryse Dumas, ancienne numéro 2 de la CGT, répond :

  • 27 La Jeunesse ouvrière chrétienne a toujours entretenu des rapports tant avec la CFDT qu’avec la CGT
  • 28 Entretien, Paris, 28 avril 2008.

« Nous avons des relations avec l’Unef en tant que confédération, avec l’UNL en tant que confédération, un peu la Fidl, mais c’est très sporadique [...], et la Joc27 toujours. Mais pas d’autres organisations. La FSE, non. Sud-Étudiant, non. Ce ne sont pas les mêmes options [...]. [La FSE], on ne la ressent pas comme étant un syndicat. On la ressent plus comme étant un mouvement plus politique que syndical, donc on la traite comme un mouvement politique [...]. Nous sommes une confédération de plus d’un siècle, donc nous sommes prudents [...] pour constituer des relations avec des organisations dont on est assuré d’une certaine durée dans le temps28... »

  • 29 Löwy M., « Le concept d’affinité élective chez Max Weber », Archives de sciences sociales des relig (...)
  • 30 « La situation de PSA », réunion des 18-19-20 septembre 1990 du Bureau national de la CFDT, p. 1, (...)
  • 31 Ibid., p. 2.
  • 32 « Demande de l’Unef-ID à la CFDT pour rentrer dans le CES », compte-rendu de réunion du 3 novembre (...)
  • 33 Depuis la loi organique no 2010-704 du 28 juin 2010 relative au Conseil économique, social et envi (...)
  • 34 Béroud S., Yon K. (coord.), La Loi du 20 août 2008 et ses implications sur les pratiques syndicales (...)

14Ainsi, les syndicats de salariés sont en capacité de transformer les « affinités électives29 » qu’ils entretiennent avec certaines organisations étudiantes en véritable reconnaissance mutuelle, érigeant celles-ci en interlocuteurs légitimes. Toutefois, ce droit d’entrée dans le champ syndical n’est pas neutre, puisque les syndicats de salariés attendent du nouvel entrant un syndicalisme étudiant plus institutionnalisé et moins politisé. C’est ce qu’exprimait déjà le Bureau national de la CFDT en 1990, en souhaitant « la mise en place d’une reconnaissance officielle des syndicats étudiants par le gouvernement30 », exprimant sa volonté « d’aider à la structuration d’une véritable pratique syndicale chez les étudiants31 ». Par mimétisme avec les syndicats de salariés, le recours à l’élection apparaît ainsi comme la forme légitime de désignation des représentants. C’est pourquoi, même si en raison de la forte abstention en milieu étudiant, l’élection ne constitue pas un véritable mécanisme de légitimation des représentants, les rares organisations capables de mener campagne sur l’ensemble des sites universitaires en récoltent les fruits. En effet, se conformant aux attentes légitimes, en retour, elles sont à même de solliciter de nouvelles ressources institutionnelles. Par exemple, en 1991, l’Unef-ID engage une « démarche de lobbying32 » auprès du gouvernement, mais également de la CFDT, de la CGT-FO et de la Fen pour recueillir des soutiens afin d’entrer au Conseil économique et social. En 2010, l’Unef réunifiée et la Fage accèdent à cette position, bénéficiant de la nomination de représentants étudiants au sein de la troisième assemblée de l’État après l’Assemblée nationale et le Sénat33. Ces nouvelles ressources liées à l’institutionnalisation des organisations syndicales sont toutefois fragiles, celles-ci étant régulièrement remises en cause, que ce soit périodiquement par le simple jeu électoral, ou structurellement par la modification des règles de représentation des étudiants (avec la loi relative aux Libertés et Responsabilités des universités récemment) comme des salariés34. Ainsi, les mécanismes les plus institutionnalisés de consécration des représentants (élection et reconnaissance officielle) ne parviennent pas à conférer une légitimité stabilisée aux organisations à vocation représentative. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que des formes alternatives de représentation du groupe se mettent en place, notamment lors des mouvements étudiants.

La représentation des étudiants en mouvement, entre déni de délégation et incarnation du groupe

  • 35 Sur les coordinations de salariés apparues dans la seconde moitié des années 1980, voir Denis J.-M (...)
  • 36 Selon le terme proposé par Morder R., « Les répertoires d’action collective des mouvements étudian (...)

15Depuis les années 1960 au moins, les étudiants ont systématiquement recours aux assemblées générales (AG) dans leurs grèves, tandis que ce n’est pas la règle chez les salariés. À partir de 1973, soit plus de dix ans avant les premières coordinations de salariés35, les étudiants organisent également des coordinations nationales, composées de délégués des AG d’établissement. C’est encore le cas lors des quatre mouvements qui se sont succédé dans la seconde moitié des années 2000 : celui de 2006 contre loi pour l’Égalité des chances incluant le CPE, ceux de 2007 et de 2009 contre les réformes entraînées par la LRU, et celui de 2010, dans le cadre du mouvement interprofessionnel contre la réforme des retraites. AG et coordinations ne se constituent pas toujours en instances concurrentes des organisations syndicales. Elles sont plutôt « a-syndicales36 », dans la mesure où elles existent à côté de ces dernières. Si les étudiants syndiqués s’y impliquent activement, on peut cependant y repérer des marques de défiance vis-à-vis des prétentions des organisations à parler et à agir au nom du groupe des étudiants, et plus généralement un refus des mécanismes de délégation quels qu’ils soient. De façon à lutter contre les tentatives de prise de contrôle de la mobilisation par une organisation, des règles concernant la présentation de l’appartenance sont établies, et cela selon des modalités parfois contradictoires. Ainsi, à Poitiers, pendant le mouvement contre le CPE, il était interdit aux orateurs de faire mention de leur étiquette politique ou syndicale alors qu’à Paris 1 et à Paris 3, la tribune recommandait aux intervenants de décliner leur appartenance syndicale. D’autres règles visent à éviter la monopolisation de certaines tâches, impliquant notamment une visibilité particulière ou un pouvoir de décision, par des individus, qu’ils soient ou non membres d’organisations. Le principe de la rotation des tâches est ainsi appliqué aux membres de la tribune qui organisent le déroulement des débats et des votes, tout comme aux délégués aux coordinations régionales ou nationales, dont les prérogatives sont souvent limitées par un mandat impératif. Tout est ainsi fait pour éviter la constitution et l’identification de groupes ou d’individus agissant au nom du collectif et à sa place. Aux mécanismes de délégation, les étudiants mobilisés opposent une forme de représentation collective, par les AG et coordinations, dans lesquelles émergent bien des leaders, mais dont le lien avec le groupe a peu à voir avec celui qui lie un représentant élu à ses mandants.

AG et coordinations : une représentation collective

  • 37 C’est ce que souligne Yves Sintomer à propos des mouvements Occupy et Indignés ; Sintomer Y., art. (...)

16Si, par définition, les AG et coordinations ne relèvent pas de la démocratie représentative mais de la démocratie directe, il s’agit bien d’instances qui prétendent parler au nom des étudiants. Les AG étudiantes se constituent en effet comme décidant au nom de tous les usagers de l’établissement, et non simplement des présents, par la seule vertu du rassemblement de leurs participants en un même lieu. On parle ainsi de « l’AG de l’établissement X » pour les désigner, alors même que, matériellement, ces assemblées ne peuvent réunir physiquement tous les acteurs concernés. Du reste, cette opération symbolique n’est pas conditionnée par le respect d’un quelconque quorum ; il est même rare que les participants expriment le besoin d’un nombre minimum de présents. Le recours à des dispositifs de démocratie directe n’exclue donc pas des revendications de représentativité, ce qui n’est pas contradictoire si l’on considère que ce qui est rejeté, c’est la représentation-mandat, au sens d’un transfert de pouvoir à des délégués37.

  • 38 Sirot S., La Grève en France : une histoire sociale (XIXe-XXe siècle), Paris, Éditions Odile Jacob, (...)
  • 39 Rosanvallon P., La Question syndicale, op. cit., p. 203-213 ; Le Peuple introuvable. Histoire de la (...)
  • 40 Cossart P, Le Meeting politique. De la délibération à la manifestation (1868-1939), Rennes, Presses (...)

17De ce point de vue, les AG étudiantes, comme celles du mouvement ouvrier38, le syndicalisme français à ses origines39, ou certaines conceptions des clubs des révolutions40, s’inscrivent dans un mode de représentation du groupe qui ne relève ni de l’élection ni du principe majoritaire, mais procède du simple fait de l’organisation en corps d’un groupe aux intérêts communs. Cette revendication de représentation par des acteurs collectifs – l’assemblée générale, la coordination – est cependant loin de faire consensus parmi les étudiants, d’autant qu’il ne s’agit justement pas d’un groupe social unifié autour d’intérêts de classe. En particulier, de nombreux étudiants, opposés aux mobilisations qui s’y organisent ou au blocage de l’université qui y est souvent décidé comme mode d’action privilégié, se rendent aux AG tout en contestant leur légitimité. Ils mettent précisément en avant le caractère non-représentatif des AG, au regard notamment de la forme de représentation à l’œuvre dans les institutions du gouvernement représentatif, basées sur l’élection et le principe majoritaire. L’intervention suivante, faite par un étudiant anti-blocage lors de l’AG du 2 novembre 2010 au centre Pierre Mendès France de Paris 1, est exemplaire des arguments qu’ils mobilisent : « La démocratie, c’est que tous les cinq ans. Tout le monde peut voter pour les gens qui font les réformes. Ici, c’est pas la démocratie. On est 1 000 sur les dizaines de milliers d’étudiants qui sont à Paris 1, c’est pas représentatif, et les votes sont pas comptés sérieusement. » La représentation telle qu'elle s’organise dans le cadre du gouvernement représentatif demeure ainsi une référence évidente pour beaucoup d’étudiants.

  • 41 Entretien, Paris, 31 mars 2007.

18Contestées dans leur représentativité, les AG sont également le lieu d’une tension, de par la présence d’étudiants opposés aux mobilisations – ou du moins à certaines de ses formes d’action et d’organisation, entre leur vocation à rassembler les étudiants d’un établissement, toutes opinions confondues, et leur rôle d’organisation des seuls étudiants mobilisés. L’ambiguïté est permanente, et apparaît dans cette remarque d’un étudiant de Droit de Paris 1, mobilisé en 2006 contre le CPE : « Donc effectivement, si on se veut représentant du mouvement étudiant, dans l’absolu on se voudrait représentant de tous les étudiants. Donc aussi des étudiants qui sont pour le CPE41. » La difficulté pour les étudiants mobilisés provient ici d’un désajustement entre la représentation sociale du groupe – être « représentant de tous les étudiants » – et la représentation de leurs opinions – en réalité les étudiants ne sont pas tous d’accord, et en l’occurrence certains sont « pour le CPE ». Comme dans le cas de la représentation par les syndicats, les tentatives de mobilisation du groupe ne parviennent pas à contrebalancer son hétérogénéité.

  • 42 Camus J., « Heurs et malheurs médiatiques », Geay B. (dir.), La Protestation étudiante, op. cit., p (...)

19De surcroît, construites comme des organes collectifs empêchant la personnalisation des tâches de représentation, AG et coordinations ne permettent pas toujours de suppléer à tous les rôles dévolus à des représentants élus. Elles sont ainsi rarement reconnues comme des interlocuteurs par les autres acteurs : administration des universités, gouvernement, syndicats de salariés et médias. Ces derniers recherchent en effet des représentants identifiés, ce que ces instances ne fournissent pas. Même si en pratique les coordinations nationales se dotent de porte-parole, mandatés à chaque réunion selon le principe de rotation des tâches, les syndicats de salariés préfèrent échanger avec les organisations syndicales étudiantes avec lesquelles ils entretiennent des relations formalisées. De même, les journalistes ont des contacts réguliers avec les porte-parole des syndicats étudiants et des organisations de jeunesse des partis politiques. En période de mobilisation ils se tournent donc vers eux pour recueillir la parole du groupe. On pense par exemple aux figures médiatiques de Razzy Hammadi – président du Mouvement des jeunes socialistes – de Bruno Julliard – président de l’Unef – et de Julie Coudry – présidente de la Cé – pendant la mobilisation contre le CPE. Lorsqu’ils donnent la parole à des acteurs qui ne sont pas issus de ces organisations, les journalistes privilégient des relations personnalisées avec des étudiants qui se prêtent bien à l’exercice. C’est ce que souligne l’exemple du mouvement contre le CPE à Poitiers, lors duquel l’un des étudiants en est venu à monopoliser cette tâche. Il s’est créé des contacts dans la presse régionale qui l’a sollicité régulièrement, et s’est ainsi fait remarquer des médias nationaux42, au point d’être invité par Arlette Chabot à l’émission Mots croisés sur France 2. Alors que les étudiants poitevins cherchaient à appliquer à cette occasion le principe de la rotation des tâches, la journaliste a refusé de se voir imposer d’autres porte-parole, et annulé l’invitation. En période de mouvement social, il n’y a donc pas d’ajustement entre les critères du représentant légitime tels qu’ils sont définis par les différents acteurs qui seraient à même de le consacrer. En même temps, l’exemple du CPE à Poitiers montre aussi que des individualités se détachent bel et bien des cadres collectifs, et en viennent à être identifiés comme leaders, au moins du point de vue d’acteurs extérieurs à la mobilisation.

Des leaders qui incarnent le groupe

20Si l’observation de mouvements étudiants permet de relever d’importantes inégalités de participation, et d’identifier des individus qui prennent plus souvent la parole en AG et qui effectuent davantage de tâches, il est plus difficile d’établir qu’il s’agit bien de leaders, et à plus forte raison de véritables représentants du groupe. Le rejet des mécanismes de délégation fait que la question du leadership est d’abord un tabou pour les étudiants mobilisés. En entretien, une question sur l’existence de leaders de la mobilisation a suscité de nombreuses réactions de résistance ou de gêne :

« Alors tout dépend de ce que t’entends par leader. [Puisplus tard dans l’entretien] C’est pour ça que je ne peux pas répondre à ta première question vraiment. » (étudiante, Paris 3, non-organisée, à propos du mouvement contre le CPE)

« Tu veux que je donne des noms, là, c’est ça ? C’est salaud, ça. » (étudiant, Paris 1, militant au NPA et à l’Unef, à propos du mouvement contre la réforme des retraites)

21Qu’ils récusent ou non le qualificatif de « leader », les enquêtés repèrent pourtant bien un rôle de ce type. Ils parlent de « meneurs » (étudiant, Paris 3, militant à Sud-Étudiant, à propos du mouvement contre le CPE) ou de « têtes » (étudiante, Paris 1, militante au NPA et à l’Unef, à propos des mouvements de 2007 et 2009 contre la LRU). Les qualités qu’ils leur associent sont hétérogènes et indéterminées :

« Le niveau d’écoute », « l’écho », « l’aura », « une image » (étudiante, Paris 1, NPA et Unef, LRU) ; des personnes « écoutées et respectées » (étudiante, Poitiers, non-organisée, retraites) ; « des gens qu’on voit plus que d’autres », « plus porte-parole que leaders » (étudiante, Paris 3, non-organisée, CPE) ; la « gloire personnelle » (étudiant, Paris 3, Sud-Étudiant, CPE), l’« influence », le « poids politique », « je sais pas, ça se sent » (étudiant, Paris 1, NPA et Unef, retraites).

  • 43 Mariot N., « Les formes élémentaires de l’effervescence collective, ou l’état d’esprit prêté aux fo (...)

22Ainsi, des étudiants qui possèdent une certaine notoriété, une réputation, une visibilité sont identifiés comme des leaders au regard de leur capacité à influencer l’avis des autres ; et cela même si la réalité de cette influence est souvent difficile à établir. Comme l’indique cette étudiante, on peut repérer l’influence aux réactions du public des AG : « c’est plus la manière dont l’AG réagit à chaque prise de parole » (étudiante, Paris 3, non-organisée, CPE). Toutefois, l’applaudissement ne signifie pas l'adhésion43, et en pratique, il est malaisé de savoir si les participants applaudissent parce que l’intervention reflète leur avis, parce qu'elle les convainc, ou simplement pour souligner une performance rhétorique. Surtout, les enquêtés mentionnent alternativement les applaudissements et le silence comme critères d’une intervention réussie : « En partie je pense qu’on pourrait le mesurer [le leadership] non pas à l’applaudimètre mais au silence qui se fait quand il y a une intervention » (étudiant, Paris 1, NPA et Unef, retraites). En effet, dans certaines AG les étudiants applaudissent à chaque intervention, sans pour autant les écouter avec attention : ils discutent avec leurs voisins, vont et viennent dans l’amphithéâtre. Lorsqu’ils interrompent ces activités annexes et que le public se fait moins bruyant, cela peut suggérer qu’un argument a capté l’attention, ou que s’exprime quelqu’un dont le rôle dans la mobilisation est reconnu. Les ressources qui leur sont attribuées sont aussi diverses. L’expérience militante, et le fait d’être déjà le leader de l’une des organisations qui animent la mobilisation, jouent. Mais il y a aussi le « charisme » (étudiante, Paris 3, non-organisée, CPE), l’apparence physique (« t’avais des non-syndiqués qu’avaient des belles gueules de beaux gosses révolutionnaires donc tout de suite, c’étaient des... », étudiant, Paris 3, Sud-Étudiant, CPE). Le fait d’être un militant exemplaire, dévoué, est aussi important que le fait d’orienter la décision : « l’engagement dans la baston » (étudiante, Paris 1, NPA et Unef, LRU), « c’est pas que... les cadres de décision qui sont importants pour être une direction c’est aussi l’implication quotidienne » (étudiant, Paris 1, NPA et Unef, retraites). Ainsi, ce sont plusieurs figures de leaders qui sont décrites : les tribuns, qui investissent l’activité de prise de parole, mais aussi celles et ceux – parfois les mêmes mais pas toujours – qui exécutent des tâches moins visibles, d’organisation concrète et d’entretien du lien social entre les participants, et qui en tirent une légitimité importante auprès des autres.

  • 44 Sintomer Y., art. cit., p. 20-32.
  • 45 Rosanvallon P., Le Peuple introuvable, op. cit., p. 77.
  • 46 Ibid., p. 78.

23Quelles que soient les qualités qui leur sont attribuées, ces leaders ne sont jamais des représentants au sens où un pouvoir sur le groupe, ou d’action en son nom, leur serait délégué. Ils représentent plutôt le groupe au sens où ils l’incarnent. À la représentation-mandat est substituée une relation où l’individu vaut pour le groupe dont il est une partie, parce qu’il ressemble à ses pairs, relevant à la fois de la représentation-incarnation et de la représentation descriptive44. Les leaders sont reconnus parce que les autres se reconnaissent en eux, en tant qu’étudiants mobilisés, tant du point de vue de l’expression d’une orientation politique que par l’intensité de leur implication dans la lutte, fournissant aussi une figuration symbolique de la façon dont le groupe se représente. Le dispositif de l’AG, s’il permet une représentation collective, favorise également, par son organisation autour des prises de parole successives, l’émergence d’individualités se détachant de la foule du public, et personnifiant des camps qui se manifestent par l’intensité de leurs applaudissements. On retrouve ici la « fonction d’incarnation45 » du représentant, repérée par Pierre Rosanvallon dans le Manifeste des soixante : il n’est pas là pour se distinguer, mais au contraire pour refléter, selon le principe de la représentation miroir et comme « simple échantillon du groupe46 », la façon dont ce dernier se perçoit. Cependant, il ne s’agit pas tant ici de représenter socialement l’étudiant, que d’incarner le bon militant étudiant, avec une dimension d’exemplarité. Une étudiante de Paris 3 mobilisée en 2006 contre le CPE explique ainsi :

  • 47 Entretien, Paris, 17 juillet 2012.

« Qu’est-ce que t’entends par leader. Si c’est celui que tu mets en avant... d’abord celui que le groupe met en avant. Parce que c’est arrivé aussi qu’on demande à François, à Robin de faire des prises de parole en AG parce qu’on savait qu’ils seraient mieux écoutés, mais c’étaient pas des leaders pour nous du tout. C’est juste que de fait ils parlaient mieux que la plupart d’entre nous et que ça aidait qu’ils prennent la parole [...]. Après... c’est pas des leaders dans le sens où... au sein des gens vraiment mobilisés, présents sur la fac et tout ça, eux on les suivait pas. Ils étaient là, ça pouvait être éventuellement une façade, mais ils étaient mobilisés comme nous47... »

24Les qualités militantes de ces individus fournissent des ressources au groupe, mais ne signifient pas qu’on leur reconnaîtrait une légitimité à diriger ou que le groupe s’unifierait derrière eux. L’existence de ces leaders, dont il est toujours souligné qu’ils étaient nombreux – manière de relativiser leur pouvoir – s’ajuste ainsi à une forme d’organisation où c’est le collectif de l’assemblée générale qui prime et qui refuse dans son principe même toute idée de délégation.

Conclusion

25L’étude d’un groupe dont les candidats à la représentation peinent à asseoir leur légitimité permet de mettre au jour la diversité des modes de consécration auxquels ils tentent d’avoir recours, tout comme les multiples facettes que peut recouvrir la notion même de représentation. Le cas étudiant illustre d’abord la centralité comme les limites de l’élection dans la désignation des représentants. Ces derniers sont confrontés aux difficultés classiques de la démocratie représentative : aléas de l’unification symbolique d’un groupe hétérogène, faible adhésion aux organisations à vocation représentative, fort taux d’abstention aux élections, voire instrumentalisation du processus électoral. Dès lors, d’autres registres sont explorés. Les organisations étudiantes à vocation représentative contrebalancent leur déficit de légitimité électorale par une institutionnalisation croissante – notamment par la médiation de la reconnaissance des syndicats de salariés qui, tout en leur procurant de nouvelles ressources, façonnent en contrepartie les formes légitimes de la représentation étudiante. Les mobilisations sont quant à elles des moments où certains étudiants tentent de réinventer une représentation qui se passe de la délégation d’un pouvoir à des élus : représentation sociale par des cadres collectifs ad hoc et contrôle des délégués, par exemple par le mandat impératif. Ce sont ainsi différents acteurs qui peuvent contribuer à la légitimation de porte-parole : les mandants eux-mêmes, mais aussi les interlocuteurs extérieurs au groupe, les médias, l’État et ses administrations, et les autres organisations. La difficulté, manifeste lors des mouvements étudiants, tient alors aux possibles désajustements entre les critères de représentativité et de légitimité retenus par les différents acteurs impliqués dans cette relation.

26La variété des modes de désignation des représentants a aussi des effets sur les différents sens que prend à chaque fois la relation de représentation. Si pour certaines catégories sociales la polysémie de la notion est heuristique, parce qu'elle permet de décliner toutes ses dimensions, la délégation de pouvoir à des porte-parole élus leur permettant à la fois d’agir au nom du groupe et de l’incarner, de l’unifier et d’en fournir des définitions et représentations symboliques, ce modèle n’est pas nécessairement transposable à n’importe quel groupe. Il serait vain de rechercher la reproduction de ces mécanismes dans un cas comme celui des étudiants : au contraire, la représentation se diffracte en registres distincts. Les représentants élus ne parviennent pas à donner de définition unifiée du groupe, pas plus que les instances collectives comme les AG et coordinations. L’étude de ces dernières invite également à prendre en compte la façon dont des dispositifs visant à éviter les mécanismes de délégation, sans empêcher l’émergence de leaders, modifient, contraignent et façonnent néanmoins les modalités de la représentation. Ce sont ici une représentation-incarnation et une représentation descriptive qui sont privilégiées, sans qu’elles impliquent un pouvoir sur le groupe, ou d’agir en son nom.

Notes

1 Bourdieu P., « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en Sciences sociales, vol. 52-53, 1984, p. 49-55.

2 Boltanski L., Les Cadres. La formation d'un groupe social, Paris, Les Éditions de Minuit, 1982.

3 Bruneau I., « L’érosion d’un pouvoir de représentation. L’espace des expressions agricoles en France depuis les années 1960 », Politix, vol. 3, no 103, 2013, p. 9-29.

4 Sintomer Y., « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion », Raisons politiques, vol. 2, no 50, 2013, p. 13-34.

5 Ce sont les structures locales de l’Unef.

6 Pour cette étude nous prenons en compte d’une part l’Unef-ID puir l’Unef réunifiée, ainsi que la Confédération étudiante (Cé), et d’autre part la CGT, la CFDT, la CGT-FO et la Fen.

7 Boltanski L., Les Cadres, op. cit., p. 242.

8 Fave-Bonnet M.-F., Clerc N., « Des “Héritiers” aux “nouveaux étudiants” : 35 ans de recherches », Revue française de pédagogie, vol. 136, 2001, p. 9-19. Voir aussi Bodin R., « Les conditions de la révolte », Geay B. (dir.), La Protestation étudiante. Le mouvement du printemps 2006, Paris, Éditions Raisons d’agir, 2009, p. 19-42.

9 Formation Unef 2012 sur le statut social du jeune en formation et en insertion.

10 Les Repères revendicatifs de l'Unef, édition 2011.

11 Refonder, no 26, Collectif national, octobre 2012.

12 Charte de la FSE.

13 « Le salaire universel : un combat politique, une revendication salariale », texte adopté au VIe congrès de Sud-Étudiant, novembre 2009.

14 Boltanski L., « Les systèmes de représentation d’un groupe social : les “cadres” », Revue française de sociologie, vol. 20, no 4, 1979, p. 667.

15 C’est le terme utilisé pour désigner le parcours mis en place pour l’accueil des étudiants qui viennent s’inscrire, où sont présents les services de l’administration, mais aussi les organisations étudiantes et les mutuelles.

16 Pour une évaluation approximative du taux de syndicalisation en milieu étudiant, voir Licher T., Mouvement associatif étudiant et Transformations des modes d'engagements collectifs, thèse de sociologie et anthropologie, Hoss D. (dir.), Université Lyon 2, 2010, p. 67.

17 Mouriaux R., Crises du syndicalisme français, Paris, Montchretien, 1998, p. 11.

18 Rosanvallon P., La Question syndicale, Paris, Hachette Littérature, 1998, p. 265.

19 Amossé T., Pignoni M.-X, « La transformation du paysage syndical depuis 1945 », Données sociales, INSEE, 2005, p. 405-412.

20 Andolfatto D., Labbé D., Les Syndiqués en France 1990-2000, rapport pour la DARES, 2007, p. 19.

21 Kunian R, Etude sur la participation des étudiants aux élections universitaires, Rapport pour l’association Civisme et Démocratie (Cidem), 2004.

22 Morder R., « Les étudiants, des jeunes pas comme les autres ? », Côme X, Morder R. (dir.), Les Engagements des étudiants. Formes collectives et organisées d'une identité étudiante, rapport pour l’Observatoire de la vie étudiante, juin 2009, p. 18.

23 Ibid.

24 Week-end de formation régionale Nord-Est 2012.

25 Extrait de la formation écrite Crous 2012.

26 Le mouvement contre le Contrat première embauche de 2006.

27 La Jeunesse ouvrière chrétienne a toujours entretenu des rapports tant avec la CFDT qu’avec la CGT.

28 Entretien, Paris, 28 avril 2008.

29 Löwy M., « Le concept d’affinité élective chez Max Weber », Archives de sciences sociales des religions, no 127, 2004, p. 93-103.

30 « La situation de PSA », réunion des 18-19-20 septembre 1990 du Bureau national de la CFDT, p. 1, arch. conf. CFDT, fonds Nicole Notat, 19P53. PSA (Pour un syndicalisme autogestionnaire) est un syndicat étudiant qui a existé de 1982 à 1991, et qui était alors le partenaire privilégié de la CFDT.

31 Ibid., p. 2.

32 « Demande de l’Unef-ID à la CFDT pour rentrer dans le CES », compte-rendu de réunion du 3 novembre 1991, arch. conf. CFDT, fonds Nicole Notat, 19P53, p. 1.

33 Depuis la loi organique no 2010-704 du 28 juin 2010 relative au Conseil économique, social et environnemental, quatre représentants des jeunes et des étudiants siègent en son sein.

34 Béroud S., Yon K. (coord.), La Loi du 20 août 2008 et ses implications sur les pratiques syndicales en entreprise : sociologie des appropriations pratiques d'un nouveau dispositif juridique, rapport pour la Dares, février 2011.

35 Sur les coordinations de salariés apparues dans la seconde moitié des années 1980, voir Denis J.-M., Les Coordinations : recherche désespérée d'une citoyenneté, Paris, Syllepse, 1996 ; Geay B., « Espace social et “coordinations”. Le “mouvement” des instituteurs de l’hiver 1987 », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 86, no 1, 1991, p. 2-24 ; Kergoat D., Imbert E, Le Doaré H., Senotier D., Les Infirmières et leur Coordination. 1988-1989, Paris, Lamarre, 1992 ; Leschi D., « Les coordinations, filles des années 1968 », Clio. Histoire, femmes et sociétés, no 3, 1996.

36 Selon le terme proposé par Morder R., « Les répertoires d’action collective des mouvements étudiants », Les Cahiers du Germe, no 4, 2003/2004, p. 6.

37 C’est ce que souligne Yves Sintomer à propos des mouvements Occupy et Indignés ; Sintomer Y., art. cit., p. 29 et 31-32.

38 Sirot S., La Grève en France : une histoire sociale (XIXe-XXe siècle), Paris, Éditions Odile Jacob, 2002, p. 129-136 ; Le Syndicalisme, la Politique et la Grève. France et Europe : XIXe-XXe siècle, Nancy, Arbre bleu éditions, 2011, p. 157-169.

39 Rosanvallon P., La Question syndicale, op. cit., p. 203-213 ; Le Peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998, p. 219-253.

40 Cossart P, Le Meeting politique. De la délibération à la manifestation (1868-1939), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 103-114 ; Hayat S., « Participation, discussion et représentation : l’expérience clubiste de 1848 », Participations, vol. 2, no 3, 2012, p. 119-140.

41 Entretien, Paris, 31 mars 2007.

42 Camus J., « Heurs et malheurs médiatiques », Geay B. (dir.), La Protestation étudiante, op. cit., p. 129-150.

43 Mariot N., « Les formes élémentaires de l’effervescence collective, ou l’état d’esprit prêté aux foules », Revue française de science politique, no 5, 2001, p. 707-738.

44 Sintomer Y., art. cit., p. 20-32.

45 Rosanvallon P., Le Peuple introuvable, op. cit., p. 77.

46 Ibid., p. 78.

47 Entretien, Paris, 17 juillet 2012.

Auteurs

Université Paris 1, CESSP-CRPS
Paris Ouest Nanterre La Défense, ISP
Université Lyon 2, TRIANGLE

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540