Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la représentation politique

 | 
Alice Mazeaud

Troisième partie. La mise en forme des intérêts et des groupes sociaux

Le problème de la représentation des groupes sociaux

Philippe Aldrin

Texte intégral

« Il ne rime pas à grand chose d’étudier le développement d’une communauté comme s’il avait lieu dans un vide sociologique »
Norbert Elias et John L. Scotson, Logiques de l’exclusion (1964)
« First, in what sense can something be considered as present althouht in fact it is not ? And, Second, who is doing the “considering” »
Hanna Pitkin, The Concept of Representation (1967)

  • 1 Principe organique de la division du travail politique pour Pierre Bourdieu : « Le champ politique (...)
  • 2 Naquet E., « Ligues et associations », in Becker J.-J., Candar G. (dir.), Histoire des gauches en F (...)
  • 3 Offerlé M., « Groupes d’intérêt et action collective », in Soulet M.-H. (dir.), Agir en société. En (...)
  • 4 Cohen A. et al. (dir.), Les Formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique, XVIIIe(...)

1Dans les régimes pluralistes qui se sont institutionnalisés à partir du XIXe siècle sur le modèle du gouvernement représentatif, les partis politiques ont progressivement pris en charge et cherché à monopoliser la représentation politique des groupes sociaux. D’abord selon une logique classiste (parti des ouvriers, de l’ordre moral, etc.), puis à travers une offre davantage transclassiste apte à élargir leur base sociale et donc leur clientèle électorale. Structuré autour des entreprises partisanes, le travail de courtage des intérêts sociaux vers l’espace de la décision politique a ainsi été préempté par les professionnels de la représentation1. Cette lecture largement admise du problème, conçue à partir des institutions centrales de l’activité politique, ne doit pas occulter les multiples relations qui, aujourd’hui comme hier, s’organisent entre le « pouvoir » (agents de l’État, responsables des partis, parlementaires, exécutifs locaux) et les innombrables porteurs d’intérêts (syndicats, représentants d’intérêt, corporations professionnelles, clubs, ligues, mouvements, associations, think tanks, etc.). Le récent regain d’intérêt scientifique pour les répertoires et les mécanismes de l’« influence » – et ceux qui voudraient « changer le monde sans prendre le pouvoir2 – ravive la Group Theory of Politics et nourrit une approche plus relationnelle de la production sociale du politique3. L’étude des mouvements sociaux, des lobbys ou du militantisme moral apporte en effet un éclairage sur les divers interstices entre le monde institutionnel de la politique et les entreprises de revendication, d’alerte et de pression. Ces entreprises, elles-aussi politiques à leur manière, ne sont pas neuves. Cependant les transformations contemporaines de l’activité politique montrent que les façons de faire entendre et représenter une cause auprès des décideurs se sont encore rationnalisées et professionnalisées au cours des dernières décennies, entraînant un réarrangement du rôle des partis voire leur mise en concurrence dans le travail de médiation, de courtage et de représentation politiques des intérêts sociaux4.

  • 5 Sur la situation états-unienne, voir Smith M., American Business and Political Power. Public Opini (...)
  • 6 Boltanski L., Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

2La possibilité d’échanges formels entre mondes sociaux et monde politique suppose toujours que les premiers s’organisent et disposent de mandataires légitimes afin de pouvoir interpeler le second. Il y aurait là en quelque sorte une logique que l’on pourrait qualifier de fonctionnelle (et instrumentale) de la représentation politique des groupes sociaux, parce qu’au fondement du processus de reconnaissance d’un titre à parler au nom d’une partie de la société. Mais il faut considérer les variations que cette logique subit, dans le temps et selon les espaces sociaux, et qui sont engendrées par le style de l’État, les formes de la conflictualité sociale, les usages et tensions du jeu politique. En somme, l’observation du phénomène gagne à apprécier chaque marché de la représentation politique dans ses spécificités, c’est-à-dire ses principes d’ordre (codes, cadres moraux et juridiques) et ses routines relationnelles (division du travail et interdépendances, formalité-informalité des espaces de transactions, propriétés des intermédiaires). L’histoire comparée des groupes de pression en France et aux États-Unis, par exemple, dénote de fortes différences quant à la reconnaissance accordée par les pouvoirs publics aux organisations représentatives et aux corps intermédiaires et, plus largement, aux agents du courtage politique. Ce dernier y prend des formes distinctes selon qu’il est opéré par des généralistes ou des spécialistes, par des porte-parole « issus du rang » ou des mercenaires de l’intermédiation5. En France, l’accès au statut d’interlocuteur valable et fiable de l’État passe par la structuration et l’unification que celui-ci exige voire impose aux porteurs d’intérêts catégoriels. Contre le prisme interniste focalisant volontiers l’analyse sur les luttes organisationnelles « du dedans », il faut donc se rappeler que l’unité de la cause ou de la catégorie à défendre se produit aussi avec/contre les pressions, incitations et facilitations « du dehors », en l’occurrence les stratégies d’adoubement du pouvoir et l’état concurrentiel du marché de la représentation politique6. En France, la genèse et le poids politique de certaines instances représentatives, tels que le MEDEF, le CNCM ou le CNJA, montrent que l’État contribue fortement à dessiner l’espace de la représentation légitime, quitte à faire prévaloir la compatibilité cognitive ou axiologique avec son projet de réforme sur d’autres logiques de représentativité.

3À partir d’interactions saisies au plus près des enquêtés, les auteurs réunis dans cette partie donnent à voir comment la logique fonctionnelle de la représentation politique des groupes sociaux est travaillée par les situations. Le grand intérêt de ces contributions est de déplacer l’analyse vers les représentés, sans perdre de vue les enjeux endogènes comme exogènes de leur mise en représentation. On y voit justement des individus collectivement confrontés au choix, plus ou moins libre, entre les diverses figures du représentant : porte-parole, leader, délégué, permanent, médiateur, courtier, avocat... La lecture croisée de ces contributions permet, en premier lieu, d’actualiser notre compréhension des liens étroits entre milieux sociaux et rapport de représentation. Elle porte également un éclairage renouvelé et situé sur les ambiguïtés du référent démocratique dans les univers organisationnels. Enfin, elle nous offre une matière vivante pour mieux percevoir la contiguïté entre les modes de structuration des activités d’une société et les multiples configurations où ses membres se servent des organisations qu’ils servent.

Les cadres sociaux du « faire groupe »

  • 7 Nisbet R., La Tradition sociologique, Paris, PUF, 2012 (1966), chapitre 3.
  • 8 Sur les liens entre « rapport de représentation » et « principes de domination » dans les « sociat (...)
  • 9 Ibid., p. 89.
  • 10 Elias N., La Société des individus, Paris, Fayart, 1991.

4Quand, pourquoi et comment un groupe social se dote-t-il de représentants ? La question possède un intérêt sociologique inaltérable. L’étude de la vie des groupes, où s’organisent la plupart des relations sociales, est d’ailleurs au fondement de la tradition sociologique7 qui établit précocement des corrélations entre la matrice sociale, son ordre relationnel et les motivations des individus à se constituer initialement en groupe ou décider de coordonner leurs actions. La sociologie des « groupements » de Max Weber8 affirme ainsi que « l’“existence” d’un groupement dépend entièrement de la “présence” d’un dirigeant ou éventuellement d’une direction administrative9 ». Norbert Elias lie également la (sur) vie du groupe à l’existence d’une direction et démontre que la désignation d’un chef ou d’un représentant procède toujours des ordres de contrainte de la société, lesquels, avec « l’allongement des chaînes d’activités », sont fortement prescrits par les mœurs ou le droit, et régulés par l’État10.

  • 11 Cf. Dobry M., « Variation d’emprise sociale et dynamique des représentations », in Duprat G. (dir. (...)
  • 12 Selon le précepte méthodologique, reformulé par Bernard Lahire, de se prémunir contre « les effets (...)
  • 13 Benford R., Snow D., « Framing Processes and Social Movement: An Overview and Assessment », Annual (...)
  • 14 Dumoulin L. et al. (dir.), Le Recours aux experts : raisons et usages politiques, Grenoble, PUG, 20 (...)

5La façon dont des groupes se forment, s’organisent et agissent à travers leurs porte-parole ne tient donc pas du hasard mais bien des cadres sociaux dominants où les individus puisent tant leurs raisons pratiques que morales. Il en va ainsi des conceptions vernaculaires de la coopération, de la solidarité ou de l’autorité sur lesquelles se fondent le processus de groupement et ses mécanismes de délégation. Selon le principe de « conductivité des structures sociales »11 tout travail collectif d’objectivation qui tente le passage d’un projet de coopération stratégique à l’existence effective d’un groupe reste donc indexé, de près ou de loin, sur le système des représentations socialement reconnues. Si faire groupe est un processus d’institutionnalisation à double sens – recherche d’une objectivation interne du collectif et d’une reconnaissance externe –, la conduite des individus ainsi mobilisés doit se comprendre comme la combinaison de leurs intentions stratégiques (ressources, définition de la situation) et de rationalités qui leur sont extrinsèques12. En choisissant de décrire la genèse du travail d’objectivation – ou de désobjectivation-réobjectivation – des groupes qu’ils étudient, les auteurs réunis dans cette partie donnent justement à voir des entrepreneurs de groupe aux prises avec ces tensions « du dedans » et « du dehors ». Pour s’imposer comme interlocuteur légitime du pouvoir à Paris, Rincón Grande, Berlin ou Bruxelles, ils doivent tout en même temps opérer une mise en ordre de leurs lignes et principes d’action13, se façonner une crédibilité politique fondée sur l’expertise14 et/ou la représentativité, se conformer aux cadres formels (juridiques, procéduraux) et informels (le dicible et le pensable prescrits par l’espace autorisé de négociation) de la reconnaissance par les détenteurs de l’autorité publique. Quels que soient les intérêts à défendre ou la cause à faire entendre, l’accès aux arènes de la représentation légitime impose donc la performation d’un « nous » à la fois socialement et politiquement consistant qui passe par une opération d’inclusion-exclusion des ressortissants de la cause. C’est ce travail de « circonscription du groupe » qu’analyse É. Roullaud à propos de la Coordination Européenne-Vía Campesina. Parce qu’ils escomptent des soutiens et du crédit politiques en devenant les avocats d’une revendication, les responsables politiques doivent pouvoir s’assurer qu’ils négocient avec le bon interlocuteur. Le délégué ou porte-parole doit être dûment mandaté, dépositaire d’une autorité à engager la conduite future des membres du groupe, de sorte que soient garanties les rétributions électorales contre le travail ou la promesse de courtage. Les tractations autour de ce contrat de clientèle sont très bien décrites par M. Baloge, dans son analyse comparée de la défense de certaines catégories de contribuables en France et en Allemagne, et par C. Floderer étudiant les marchandages pour loger les « pauvres » de Pavas. Cet enjeu dans l’enjeu accroît sensiblement les effets de conformation au modèle de référence de la représentation des groupes sociaux, sans échapper à ses paradoxes.

Le rapport de représentation des groupes ou la démocratie en trompe-l’œil

  • 15 Sans le développer ici, on ne peut occulter le cas des groupes s’inscrivant délibérément en dehors (...)
  • 16 Voir Weber M., La Domination, Paris, La Découverte, 2013, p. 52-38.

6Dans la recherche d’un accès aux arènes de la représentation sociale, le problème se pose pour le groupe d’octroyer à certains de ses membres un titre à parler en leur nom, voire un titre à agir pour leur compte. L’enjeu porte sur le mode de désignation et le périmètre du mandat à re-présenter le groupe, c’est-à-dire littéralement l’incarner, le rendre physiquement présent auprès des responsables politiques, parler et même décider en son absence. De même que les motivations et façons de faire groupe, ces négociations pour le porte-parolat ne s’opèrent pas dans un vide sociologique. Au début du XXIe siècle, les principes d’organisation et de représentation des groupes sont souvent bornés par le droit et la théorie politique diffuse. Les entrepreneurs de groupe doivent en effet, dans la plupart des cas, d’abord répondre aux exigences de légalité15. Or, presque partout, les lois encadrant l’activation du droit d’association disposent strictement des règles et des rôles organisationnels, et imposent d’introduire le principe du vote pour arrêter les statuts, valider un bilan d’activités, déléguer des mandats. On retrouve là l’origine de deux paradoxes du tropisme démocratique contemporain, puissamment illustrés par les contributions. Premier paradoxe : si l’appareillage en représentation de tout groupe organisé est aujourd’hui volontiers référé au modèle de la représentation démocratique - parangon du principe représentationnel-, l’ingénierie électorale ne peut seule forclore la pérennité des représentants. Dans certaines configurations, l’établissement comme l’exercice du contrat de représentation est contraint ou contesté par les exigences des mandants qui, d’une part, revendiquent leur participation active et continue aux destinées du groupe et, d’autre part, sont attentifs à la représentativité (sociale, idéologique religieuse ou ethnique) des mandataires. De sorte que « l’autorité constituée » par le groupe sur le groupe s’en trouve sérieusement conditionnée, quand elle ne devient pas impossible. Complication constitutive de « l’administration démocratique directe » propre aux sociations modernes, observait déjà Weber : fondamentalement instable car le « maître » de l’organisation peut passer et se percevoir comme le « serviteur » de ses membres, car aussi de nouveaux prétendants à la direction du groupe sont toujours prêts à surgir pour lui contester sa légitimité16.

  • 17 Voir Christin O., Vox populi. Une Histoire du vote avant le suffrage universel, Paris, Le Seuil, 2 (...)
  • 18 Pour une critique, voir Wedeen L., « Concepts and commitments in the study of democracy », in Shap (...)
  • 19 Hibou B., La Bureaucratisation du monde à l’ère néo-libérale, Paris, La Découverte, 2012.
  • 20 Suaud Ch., « Le mythe de la base. Les États Généraux du développement agricole et la production d’u (...)
  • 21 Cf. Weber M., La Domination, op. cit., p. 52.

7L’histoire des corporations, jurandes, confréries ou universités du Moyen-Âge, toutes établies sur le vote (décision majoritaire ou maiorpars, cooptation) contre les principes héréditaires régissant alors le monde seigneurial, nous rappelle qu’une « société élective » n’est pas toujours démocratique17. Dans ce cas, la pérennité et la légitimité du représentant procèdent d’autres raisons (ancienneté, charisme, efficacité, clientélisme, pressions) que le seul suffrage. Or, cet état de chose n’appartient pas seulement aux sociétés d’Ancien Régime. C’est là le deuxième paradoxe, car la prégnance du prisme démocratique, nourrie de la théorie politique contemporaine18, conduit aujourd’hui à faire de la représentation des gouvernants dans les régimes démocratiques – celle du mandat électif procédant du suffrage universel – le type paradigmatique contemporain de la représentation. Cependant, même si elle y est fortement revendiquée, la « démocratie » demeure difficilement transposable dans la vie des groupes sociaux qui dérogent à la plupart de ses conditionnalités. En effet, y sont souvent institutionnalisés l’asymétrie statutaire des rôles et des positions, la dissociation des collèges électoraux (par corps, rang, grade, statut, etc.), le principe de cooptation, la monopolisation des ressources communes, l’encadrement de l’action et de l’expression par les règlements, formulaires et procédures19. La « base » n’y jouit généralement des attributs de l’individu démocratique que sous des formes dérivées ou incomplètes20. Autre complication constitutive de « l’administration démocratique directe » : elle est démocratique, au vrai, uniquement dans ses présupposés – ni autocratisme ni patrimonialisme – relatifs à la dévolution et à la limitation des mandats de direction21. Y compris dans les sociétés actuelles, l’égalité juridique, l’universalité du suffrage, la pratique de la délibération ou l’existence d’un espace ouvert d’expression critique ne sont pas l’ordinaire des organisations. Ce qui n’y empêche pas, du fait de la mise en abyme social du principe de représentation déjà évoquée, des revendications référées et justifiées par l’idéal démocratique. Cette tension, peut-être inconciliable d’ailleurs, contribue à introduire des quiproquos, nourrir des protestations et cristalliser les conflictualités autour du rapport de représentation comme le montrent les organisations étudiantes étudiées par Julie Le Mazier, Julie Testi et Romain Vila

  • 22 Lagroye J., Siméant J., « Gouvernement des humains et légitimation des institutions », in Favre P. (...)
  • 23 Hirschman A. O., Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States(...)
  • 24 Tels les mouvements de « sans » : Mouchard D., Être représenté. Mobilisations d’“exclus” dans la F (...)
  • 25 Elles invitent aussi à considérer les temporalités différenciées du faire groupe.Aguiton C., Corcu (...)
  • 26 Agrikoliansky É., « La démocratie entre valeurs et pratiques : le cas des mouvements altermondialis (...)

8Fondé sur un engagement volontaire et la convergence manifeste d’intérêts moraux ou matériels, la sociation (sur)vit, au fond, tant que ses membres soit ne disposent d’aucune autre option, soit ont la garantie (ou partagent la certitude) que les dividendes symboliques ou positifs de l’association sont supérieurs à ses défauts ou contraintes. Le désajustement, le déplaisir à participer ou servir une organisation peuvent avoir différentes causes22. Cependant, la défection tient autant au désir de se désolidariser qu’à l’examen des facteurs exogènes que sont l’état du marché social de la défense des intérêts et des risques de la mobilité (possiblement interprétée de l’extérieur aussi comme déloyauté ou trahison). C’est dans cette appréciation située et subjective des coûts de l’exit que la contestation interne – voice – trouve ses raisons23. Mais elle peut aussi participer d’un habitus militant qui valorise les droits d’expression de la base voire son contrôle inaliénable sur l’organisation. Des enquêtes portant sur les structures « basistes » des années 1970 en France ou sur les mouvements des années 1990 inspirés du même modèle alternatif de représentation ont mis au jour les fondements idéologiques d’un rejet des « dérives » caractéristiques des organisations traditionnelles24. Expériences d’objectivation et de structuration éphémères de groupes contestataires, les coordinations ont cherché à se structurer en tentant d’éviter la verticalité pyramidale et la sédimentation organisationnelle25. Plus récemment, les mobilisations d’« alters » affirment un égalitarisme radical dans la conduite de l’action collective, cherchant à inventer un contre-modèle à la gangue notabiliaire supposément secrétée par les partis et les syndicats installés26, propriétaires de représentations.

Ce qu’être représenté-e-s veut dire : les enjeux de la mise en représentation

  • 27 Ollion É., « Summits of Information. Advocacy Officers, Journalists, and the Making of Internationa (...)

9Cette disparité dans la problématisation du rapport de représentation démontre, s’il en était besoin, que l’expérience concrète des groupes met toujours à l’épreuve le modèle de représentation socialement dominant. En s’intéressant à la genèse négociée, parfois contrariée, de la mise en représentation des groupes qu’ils étudient, les auteurs invitent à repenser l’appareillage représentatif de toute cause sous sa dimension de compromis provisoire. Combinat complexe, la double légitimité du mandataire semble a priori se construire principalement sur les attributs et dispositions à représenter fidèlement la base (Le Mazier et al., Roullaud). Toutefois, la compétence et la crédibilité du mandataire à agir sur les scènes de la représentation peuvent s’avérer plus déterminantes (Floderer, Michel). Car les espaces et les partenaires spécifiques où s’exerce le titre à parler au nom du groupe conditionnent fortement le profil et les prérogatives de son détenteur (Baloge). Concernant les univers de la décision politique, l’allongement des chaînes d’activité, la technicisation, la médiatisation et la procéduralisation y introduisent une nouvelle division du travail. Les conditions d’acceptation comme interlocuteur légitime auprès des responsables politiques ou comme membre d’un groupe consultatif d’experts contraignent de s’y faire représenter par des professionnels de la représentation. Le lobbyiste de métier s’y substitut alors au délégué de l’organisation. Effets de la médiatisation croissante des affaires publiques, la visibilité publique, la couverture médiatique et les mouvements d’opinion (notamment sur les réseaux sociaux) constituent désormais des paramètres du jeu, et donc de la réussite de toute action organisée. À côté des spécialistes en relations publiques, en relations-presse et en web-stratégie, les ONG s’adjoignent ainsi les services de professionnels du plaidoyer (advocacy officers)27. La professionnalisation des mobilisations et la transnationalisation des causes se traduisent aujourd’hui par la création de labels dans les domaines de faction humanitaire, des entreprises morales (droits de l’homme, lutte contre la corruption, écologisme, etc.) ou du développement – e. g. World Wildlife Fund, Transparency International... – dont l’obtention permet d’accéder à une reconnaissance immédiate de la part des autorités, des médias et des autres ONG.

  • 28 Bourdieu P., « La représentation politique », art. cit.
  • 29 Pudal B., Pennetier C., « Écrire son autobiographie (les autobiographies communistes d’institution, (...)
  • 30 Reynaud E., « Le militantisme moral », in Mendras H. (dir.), La Sagesse et le désordre, Paris, Gall (...)

10Si le principal capital du représentant demeure sa valeur fiduciaire28, cette dernière tend, semble-t-il, à puiser davantage aujourd’hui dans le professionnalisme que dans les attributs de similitude ou d’empathie avec la base. Parfois, il ne s’agit plus tant de choisir un délégué disposant des qualités personnelles lui permettant de personnifier l’histoire et les valeurs du collectif, selon un rapport mimétique du délégué au groupe29, que de se doter d’un spécialiste pouvant attester de ses compétences dans le métier de courtier appointé (H. Michel). Les contributions incitent donc à distinguer les groupes selon l’univers social d’existence et les motivations de leur sociation, et revenir ainsi aux sources de la tradition sociologique. La réalité de chaque situation peut s’approcher entre les deux types polaires constitués, d’une part, des processus de groupements fondés sur le militantisme moral30, animés par des individus politisés qui ne se mobilisent pas nécessairement pour leurs intérêts propres et, d’autre part, des groupements générés par l’adaptation instrumentale d’intérêts convergents et initiés par les bénéficiaires directs de la mobilisation. Dans le premier type, le rapport de représentation est mis à l’épreuve d’un idéal démocratique de représentativité, de participation et d’égalité. Dans le second, il est déterminé par l’utilité et l’efficacité. La prégnance des raisons culturelles et idéologiques semble conditionner l’attraction vers le premier type (Le Mazier et al), les raisons économiques, en haut comme en bas de l’échelle sociale vers le second (Baloge, Floderer et Michel). Le cas traité par É. Roullaud, relevant finalement autant de logiques idéologiques que catégorielles, est tiraillé entre les deux types. Au fond, les façons dont les membres d’un groupe se représentent leur représentation en politique nous informent sur les multiples conditionnalités de la fabrication collective d’un mandataire : niveau d’objectivation du groupe, fragmentation ou homogénéité des intérêts à défendre, caractère universel (extrinsèque) ou catégoriel (intrinsèque) desdits intérêts, état du marché de la représentation légitime (libéral ou administré ; oligopolistique ou monopolistique). Si l’échelle d’observation privilégiée est ici d’abord microsociologique, les textes qui suivent ont le mérite de restituer la prégnance de ces logiques macrosociales et du temps long qui débordent – et échappent pour partie – à l’univers d’expérience des enquêtés.

Notes

1 Principe organique de la division du travail politique pour Pierre Bourdieu : « Le champ politique est le lieu d’une concurrence pour le pouvoir qui s’accomplit par l’intermédiaire d’une concurrence pour les profanes ou, mieux, par le monopole du droit à parler et d’agir au nom d’une partie ou de la totalité des profanes. » Bourdieu P, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, 1981, p. 13.

2 Naquet E., « Ligues et associations », in Becker J.-J., Candar G. (dir.), Histoire des gauches en France (tome 2), Paris, La Découverte, 2004, p. 105.

3 Offerlé M., « Groupes d’intérêt et action collective », in Soulet M.-H. (dir.), Agir en société. Engagement et mobilisation aujourd’hui, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2004.

4 Cohen A. et al. (dir.), Les Formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique, XVIIIe-XXe siècles, Paris, PUF, 2006.

5 Sur la situation états-unienne, voir Smith M., American Business and Political Power. Public Opinion, Elections, and Democracy, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

6 Boltanski L., Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

7 Nisbet R., La Tradition sociologique, Paris, PUF, 2012 (1966), chapitre 3.

8 Sur les liens entre « rapport de représentation » et « principes de domination » dans les « sociations », voir Weber M., Économie et société (t. 1), Paris, Pocket, 1995 (1971), p. 78 sq.

9 Ibid., p. 89.

10 Elias N., La Société des individus, Paris, Fayart, 1991.

11 Cf. Dobry M., « Variation d’emprise sociale et dynamique des représentations », in Duprat G. (dir.), Analyse de l’idéologie, Paris, Galilée, 1980.

12 Selon le précepte méthodologique, reformulé par Bernard Lahire, de se prémunir contre « les effets pervers de l’objectivation des stratégies ». Cf. Lahire B., L’Esprit sociologique, Paris, La Découverte, 2007, p. 129 sq.

13 Benford R., Snow D., « Framing Processes and Social Movement: An Overview and Assessment », Annual Review of Sociology, 2000, 26.

14 Dumoulin L. et al. (dir.), Le Recours aux experts : raisons et usages politiques, Grenoble, PUG, 2003.

15 Sans le développer ici, on ne peut occulter le cas des groupes s’inscrivant délibérément en dehors de la légalité, par conviction révolutionnaire, bannissement des autorités ou après avoir fait le choix de la violence.

16 Voir Weber M., La Domination, Paris, La Découverte, 2013, p. 52-38.

17 Voir Christin O., Vox populi. Une Histoire du vote avant le suffrage universel, Paris, Le Seuil, 2014, p. 41 et 81 sq.

18 Pour une critique, voir Wedeen L., « Concepts and commitments in the study of democracy », in Shapiro L, et al. (dir.), Problems and Methods in the Study of Politics, Cambridge, Cambridge University press, 2004, p. 278-279.

19 Hibou B., La Bureaucratisation du monde à l’ère néo-libérale, Paris, La Découverte, 2012.

20 Suaud Ch., « Le mythe de la base. Les États Généraux du développement agricole et la production d’une parole paysanne », Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53, 1984.

21 Cf. Weber M., La Domination, op. cit., p. 52.

22 Lagroye J., Siméant J., « Gouvernement des humains et légitimation des institutions », in Favre P. et al. (dir.), Être gouverné. Études en l’honneur de Jean Leca, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

23 Hirschman A. O., Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Harvard University Press, Cambridge (Mass.) – Londres, 1970, p. 76 sq.

24 Tels les mouvements de « sans » : Mouchard D., Être représenté. Mobilisations d’“exclus” dans la France des années 1990, Paris, Economica, 2009, p. 117 sq.

25 Elles invitent aussi à considérer les temporalités différenciées du faire groupe.Aguiton C., Corcuff Ph., « Mouvements sociaux et politique : entre anciens modèles et enjeux nouveaux », Mouvements, 3, 1999.

26 Agrikoliansky É., « La démocratie entre valeurs et pratiques : le cas des mouvements altermondialistes lors du deuxième forum social européen », in Neveu C. (dir.), Cultures et pratiques participatives : perspectives comparatives, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 33-34.

27 Ollion É., « Summits of Information. Advocacy Officers, Journalists, and the Making of International Summits », Qualitative Sociology, 33(3), 2010.

28 Bourdieu P., « La représentation politique », art. cit.

29 Pudal B., Pennetier C., « Écrire son autobiographie (les autobiographies communistes d’institution, 1931-1939) », Genèses, 23, 1996.

30 Reynaud E., « Le militantisme moral », in Mendras H. (dir.), La Sagesse et le désordre, Paris, Gallimard, 1980.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540