Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catholiques en Bretagne au xxe siècle

 | 
Yvon Tranvouez

Troisième partie. Stratégies

Chapitre X. À marche forcée : les prêtres des baraques, Brest (1944-1958)*

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • * « Brest 1944-1958 : pays de mission ? », Chrétiens et ouvriers en France, 1937-1970, sous la direc (...)
  • 1 Voir Marie-Thérèse Cloitre (dir.), Histoire de Brest, Brest, CRBC, 2000.
  • 2 En dehors des documents imprimés, cette étude s’appuie essentiellement sur deux fonds d’archives : (...)

1Brest, port militaire enclavé dans une Basse-Bretagne largement rurale, n’est pas a priori l’observatoire le plus approprié à une étude des rapports entre les milieux chrétiens et le monde ouvrier. Mais la présence d’un arsenal de Marine en a fait aussi une cité ouvrière, animée par un puissant mouvement syndical. À la veille de la Grande Guerre, Brest a la réputation d’être une « ville rouge » : elle s’est donné, de 1904 à 1908, puis en 1912, une municipalité socialiste et anticléricale qui restera en place jusqu’en 19291. Longtemps l’imaginaire catholique local s’est donc coulé dans le moule d’une opposition frontale entre le bien et le mal, entre les campagnes chrétiennes du Léon et la ville mécréante qui y faisait tache. D’un côté, la terre des prêtres, de l’autre, Babylone : la frontière passait au milieu des communes suburbaines, Saint-Pierre-Quilbignon, Lambézellec et Saint-Marc. La Seconde Guerre mondiale modifia brutalement le paysage. Le siège de Brest par les Américains, en août et septembre 1944, entraîna la destruction massive de la ville. Tout était à reconstruire, et, en attendant, il fallut loger les habitants sinistrés dans des quartiers de baraques qui s’étendirent rapidement sur les marges rurales de l’ancienne cité. Le clergé local se trouva brusquement devant deux problèmes : il lui fallait faire face à une recomposition géographique d’une durée indéterminée et prendre en compte la brusque augmentation de la population ouvrière provoquée par les besoins de la reconstruction. À suivre de près l’histoire des prêtres des baraques jusqu’en 1958, année de la Mission générale donnée dans la ville nouvelle quasiment achevée, on perçoit de manière saisissante l’évolution des modèles pastoraux développés en direction du monde ouvrier. Du temps des œuvres paroissiales, qui dominent encore au début des années cinquante, on arrive à celui de la mission, qui émerge à leur fin, en passant par celui de l’Action catholique spécialisée, qui s’impose entre eux, sans que chacun chasse le précédent, ni que leur succession soit rigoureusement chronologique. C’est la nécessité de l’analyse qui oblige à durcir des traits et des changements qui se sont présentés dans la réalité de manière beaucoup plus floue et plus progressive2.

Le temps des œuvres

2La pastorale ouvrière à base d’œuvres paroissiales, qui avait les faveurs du clergé brestois à la fin des années trente se perpétue largement dans l’immédiat après-guerre. C’est le temps des « reconstructions difficiles », selon le titre de la dernière lettre pastorale que publie, en 1946, quelques semaines avant sa mort, Mgr Duparc, qui règne sur le diocèse depuis 1908. Malgré l’arrivée, en 1947, d’un jeune évêque, Mgr Fauvel, dont on a vu qu’il était acquis aux idées nouvelles, les premières années de la vie religieuse des baraques restent marquées par les conceptions traditionnelles.

  • 3 « Propagande communiste, socialiste et antireligieuse dans un département de l’Ouest », dans Une E (...)
  • 4 Jacques Huard, « La Jeunesse Ouvrière Chrétienne dans le Finistère de 1928 à 1939 », Annales de Br (...)

3La réponse finistérienne à l’enquête sur le communisme, lancée en 1936 par l’Action populaire, montre bien ce que pouvait être alors la perception du mouvement ouvrier dans le clergé local. « Dans ce département il n’est guère possible de distinguer l’action des communistes de celle des socialistes et des simples anticléricaux », assure le correspondant des jésuites3. Ce sentiment d’avoir affaire à un réseau d’organisations influentes dans le milieu ouvrier et unies par leur hostilité à l’Église explique que les œuvres paroissiales se soient développées avant tout dans une logique de préservation des ouvriers encore chrétiens. Au fond, l’usine – ici l’arsenal – semblait à beaucoup aussi imperméable à l’influence chrétienne, malgré la JOC et la CFTC, que l’école laïque : faute d’y pénétrer, il fallait retenir l’ouvrier dans l’orbite paroissiale en lui procurant hors de son travail des loisirs sains et honnêtes. Les patronages, par le sport et le cinéma en particulier, semblaient la formule la plus indiquée à cet égard. L’étude de Jacques Huard sur les débuts du jocisme finistérien confirme son caractère encore embryonnaire en 1939 et sa dépendance fréquente du milieu paroissial4.

  • 5 Voir Françoise Rouxel, Brest-en-baraques. Histoire d’une ville provisoire, 1945-1975, Brest, Éditi (...)

4Il est probable que la relative dispersion du prolétariat dans les paroisses de Brest et des environs a contribué à entretenir cette façon de voir et de faire les choses. C’est précisément ce qui change dans les années d’aprèsguerre. Si le brassage social est réel dans les quartiers de baraques jusqu’au début des années cinquante, la proportion de familles ouvrières y est tout de même particulièrement importante du fait que priorité est donnée, dans l’attribution de ces logements provisoires, aux familles nombreuses et aux personnes dont la présence est indispensable pour le redémarrage de l’économie et la reconstruction de la ville, et donc, concrètement, aux ouvriers de l’arsenal et à ceux du bâtiment5. Au reste, une hiérarchie de fait s’établit rapidement entre les trois grands lotissements mis en place dans les marges rurales de la cité détruite : le Bouguen, proche de l’ancien centre et doté de baraques relativement confortables, est plus recherché que le Bergot, assez excentré et socialement moins favorisé, cependant que le Polygone, où l’administration affecte systématiquement les occupants indésirables ailleurs, fait bientôt figure d’îlot sous-prolétarien.

5Ces trois grands ensembles de baraques se situent pour l’essentiel sur le territoire de deux grosses paroisses suburbaines, Lambézellec et Saint-Pierre-Quilbignon. L’une et l’autre se caractérisent par la vitalité de leurs patronages, l’Étoile Saint-Laurent et la Légion Saint-Pierre, qui constituent le pivot du dispositif pastoral. Elles-mêmes sinistrées (l’église de Lambézellec est en ruines, celle de Saint-Pierre-Quilbignon fortement endommagée), ces deux paroisses sont incapables de faire face à ce brusque afflux de population dans des zones relativement éloignées de leurs clochers. Mais surtout il apparaît bien vite qu’en raison de l’énergique « décongestionnement » de la partie centrale de la ville prévu par le plan de reconstruction, la redistribution des habitants dans l’espace urbain impose un remembrement des territoires paroissiaux. Cela ne va pas sans mal. La fondation de Notre-Dame du Bouguen, en 1947, irrite le curé de Lambézellec, le chanoine Chapalain, qui y perd une partie de ses paroissiens ruraux. Celle de Saint-Yves du Bergot, en 1949, le trouve mieux disposé, tant la sociologie du nouveau quartier déconcerte ses habitudes pastorales. Par contre, au Polygone, perçu comme plus transitoire, on se contente d’édifier une chapelle de secours.

  • 6 « Lettre pastorale de Son Excellence Monseigneur l’Évêque de Quimper et de Léon, sur Les Reconstru (...)
  • 7 « Une réalisation des parents : l’École Saint-Yves, au Bouguen », La Semaine Religieuse du diocèse (...)

6Regardons les premiers recteurs de ces nouvelles paroisses. L’énergie de ces pionniers n’a d’égal que le conformisme de leur zèle. « Nous avons à nous préoccuper de relever des églises, des écoles et des salles d’œuvres », avait insisté Mgr Duparc6. Nommés par son successeur, les fondateurs du Bouguen et du Bergot partagent à l’évidence les préoccupations de l’évêque défunt. Dès 1950, Louis Le Menn se félicite de disposer au Bouguen d’une église, d’un presbytère, d’un patronage, le tout en baraques, certes, mais aussi, grâce à la mobilisation des parents, d’une école libre en dur. Cela lui semblait inimaginable trois ans plus tôt, quand tout manquait et que le principal « était d’abord de gréer l’église et de la remplir de fidèles7 ». En un temps record, le recteur du Bouguen a donc mis en place toutes les structures classiques d’une paroisse de chrétienté. Pourquoi ? On le voit bien quand on suit le raisonnement de son confrère et voisin, Eugène Le Rue, au moment où, chargé de préparer la fondation du Bergot, il insiste pour que l’évêché ne lésine pas sur la surface de terrain à acquérir :

  • 8 Eugène Le Rue, « Dossier renfermant les renseignements recueillis au sujet de la fondation du Berg (...)

Il faudrait acheter environ 2 500 m carrés. Je précise :
Il faut prévoir d’abord l’emplacement de la chapelle et autour un espace convenable […] ; l’emplacement du presbytère […] avec aussi autour un espace convenable. Il serait bon de prévoir tout de suite, pour que ces éléments de la cité paroissiale ne soient pas disséminés et parce que plus tard tout sera plus cher, l’emplacement d’une salle qui pourrait servir de patronage (salle du soir pour les jeunes qui n’ont ici aucune distraction saine), de salle de réunion (catéchisme, œuvres diverses). Je me permets d’insister sur l’urgence de faire quelque chose pour rassembler les jeunes qui sont depuis longtemps déjà soumis à l’influence du patronage laïque de Lambézellec, même au Bergot ; il y a aussi une cellule communiste et un groupe d’UJRF (jeunesses communistes).
Je vais plus loin : il y a déjà au Bergot une école laïque (elle existe depuis trente ans bientôt comme école de hameau). Elle se développe et deux baraques annexes viennent d’y être ajoutées. Il serait bon de prévoir donc l’emplacement d’une école8.

  • 9 Concentré de cet état d’esprit dans la réponse du chanoine Chapalain pour la troisième conférence (...)
  • 10 Ibid. Analyse de ce détachement orageux dans Yvon Tranvouez, Un Curé d’avant-hier. Le chanoine Cha (...)

7Cette réflexion ecclésiocentrée, qui souligne la menace de l’adversaire – communistes ou anticléricaux, c’est tout un – et la nécessité d’y faire face en développant un parc d’œuvres catholiques autour du clocher, perpétue les réflexes d’avant-guerre. Elle porte à attribuer aux défaillances morales, aux malheurs du temps ou aux agissements des ennemis de l’Église, la déchristianisation dont on s’inquiète un peu partout9. Au vrai, les plus ancrés dans leurs certitudes n’hésitent pas à contester le diagnostic. « Il n’y a à parler de la baisse que ceux qui se posent en futurs sauveurs », maugrée en 1951 le chanoine Chapalain, à qui Mgr Fauvel vient d’enlever un troisième morceau de son territoire en décidant la fondation de la paroisse de Kérinou10.

Le temps de l’Action catholique

  • 11 « Les souhaits de nouvel an à l’Évêché », La Semaine Religieuse de Quimper et de Léon, 9 janvier 1 (...)
  • 12 « Privilège inappréciable de la jeunesse », lui a glissé le doyen : « Quarante-cinq ans, c’est l’â (...)

8Il a fallu plusieurs années et de patients efforts de persuasion au successeur de Mgr Duparc pour faire accepter à une partie de son clergé, la plus âgée et la mieux installée, une nouvelle orientation pastorale donnant la priorité à l’Action catholique spécialisée et une attention particulière à la question ouvrière. En janvier 1948, six mois après son arrivée dans le diocèse, Mgr Fauvel, on l’a vu, répond aux vœux rituels du chanoine Guéguen, doyen du Chapitre. Il ne cache pas ses inquiétudes pour l’avenir du diocèse, pourtant réputé terre de chrétienté : « Comment demain l’Église se présentera-t-elle à nos populations ? Fera-t-elle figure d’une tradition qu’on abandonne avec les autres ou d’une force qui anime toute la vie ? […] Quand on voit des quartiers nouveaux qui se peuplent en quelques mois dans la banlieue de Brest, peut-on ne pas se demander comment la religion pénétrera ces agglomérations11 ? » Mesurons bien la portée de ces propos. Mgr Fauvel a 45 ans12, vingt ans de moins que la plupart de ses curés-doyens. Eux ont été formés sous Léon XIII ou sous Pie X et ne voient que par les œuvres, l’école et le patronage en particulier. Lui s’est affirmé sous Pie XI, comme aumônier d’Action catholique et comme adjoint de Monsieur Paris à la Paroisse Universitaire. Deux époques, deux générations, deux mondes, qui peinent à se comprendre. Bon nombre de curés et de recteurs pensent en termes de territoires. L’évêque leur parle de dynamique spatiale :

  • 13 Mgr Fauvel, ibidem.

Une région qui se perd, c’est un cancer dont le mal s’étendra aux environs. L’effort d’un recteur isolé pour éveiller des vocations sacerdotales est un gain pour tout le diocèse. Tel militant, bien formé chez nous, ira s’établir chez les autres. Observons avec attention les interférences qui sillonnent une contrée, les déplacements des familles, les relations qui se multiplient entre la ville et la campagne. Nous en viendrons à conclure que, de plus en plus, chaque prêtre porte, avec la responsabilité de sa fonction particulière, la responsabilité collective de l’ensemble de son doyenné, de l’ensemble du diocèse. Hier, la paroisse semblait être un petit diocèse. Aujourd’hui, le diocèse ressemble à une grande paroisse13.

  • 14 « Compte rendu des sessions sacerdotales (suite) », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et (...)
  • 15 « Les sessions sacerdotales à Lesneven et à Quimper (suite et fin) », La Semaine Religieuse du dio (...)

9Pour en convaincre son clergé, Mgr Fauvel organise à partir de 1949 des sessions sacerdotales qui connaissent un succès croissant. Au cours de la première, le Père d’Ouince, directeur des Études et ami personnel de l’évêque, reprend la question posée par l’abbé Godin dans La France, pays de mission ? Remarquant que la déchristianisation s’accentue alors même que l’anticléricalisme s’atténue, il montre ce que l’on peut espérer des nouvelles expériences apostoliques, de l’Action catholique spécialisée à la Mission de France et à la Mission de Paris. Les débats font apparaître que dans le diocèse aussi on perçoit « la gravité de certains problèmes ouvriers et de leur incidence sur la vie religieuse et morale des paroisses14 ». Deux ans plus tard, une session de pastorale, autour de l’abbé Bouin, aumônier régional d’ACO, permet à Mgr Fauvel d’affirmer la priorité de l’Action catholique spécialisée15. Préparée par les travaux des conférences ecclésiastiques sur l’état religieux du diocèse, la session de sociologie religieuse animée en 1952 par le chanoine Boulard enfonce le clou :

  • 16 « Les sessions sacerdotales dirigées par M. le Chanoine Boulard, mai 1952 (suite) », La Semaine Re (...)

On peut dire qu’un homme appartient à deux pays : son pays géographique et son pays sociologique, et c’est celui-ci qui, finalement, détermine son comportement religieux. […] Cela souligne l’importance – si bien vue par Pie XI comme par Pie XII – de l’apostolat adapté, spécialisé, de l’Action catholique.
On remarque, d’autre part, qu’à chaque époque il y a une classe sociale pilote. Au xviiie siècle, c’était la classe bourgeoise. Au xxe ne faut-il pas dire que la classe montante c’est la classe populaire ?
La présence ou l’absence de cette classe montante dans la vie paroissiale, qu’un graphique fait clairement apparaître, est lourde de conséquence pour l’avenir16.

  • 17 « Les vœux du nouvel an à l’évêché », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 9 ja (...)

10Constatant le zèle toujours croissant des mouvements d’Action catholique depuis l’arrivée de Mgr Fauvel, le doyen du Chapitre crut devoir rappeler un jour le « bon travail de formation chrétienne plus obscur peut-être, mais non moins méritoire » de « nos vieux et chers Patronages17 ». C’était désormais, de toute évidence, ramer à contre-courant.

11Cette orientation décidée vers l’Action catholique spécialisée, notamment en milieu ouvrier, avait en effet trouvé des partisans résolus dans le jeune clergé, et notamment chez les vicaires des baraques. Dès 1951, l’abbé Louis Calvez, fraîchement arrivé au Bergot, développait une analyse proprement sociologique du détachement religieux de sa paroisse. La messe dominicale attirait encore deux cultivateurs sur trois, un commerçant sur trois, mais seulement un ouvrier sur dix. Les pratiquants provenaient pour moitié des 20 % de ruraux qui vivaient déjà là, et pour l’autre moitié des 80 % de locataires des baraques. Et surtout les paroisses du doyenné étaient incapables de coller à la vie de ces nouveaux venus, tel Félix, jeune ouvrier de 19 ans :

  • 18 Synthèse rédigée par l’abbé Louis Calvez pour la troisième conférence ecclésiastique de 1951, sur (...)

Quand nous suivons Félix dans sa vie, nous voyons qu’il est fixé géographiquement dans un quartier (Kérédern) et une paroisse déterminés (Lambézellec, à 1,5 km). C’est là son point d’attache, il y a sa famille, cellule de base de la vie humaine, il y retrouve également différents échelons de la vie commune avec les gens de son quartier (fiancée, camarades…). Le clergé de sa paroisse pourra cependant témoigner que, pour son cas, ces liens tendent à être brisés par les structures mêmes de la ville ; d’ailleurs les prêtres de sa paroisse ne le voient jamais. On trouve là ce que l’on peut appeler une dimension géographique (quartier, paroisse). Mais cette dimension éclate dès que nous accompagnons Félix dans ses activités ; nous le retrouvons sur un autre plan, non plus celui de sa paroisse et de son quartier, mais à l’échelle de la ville entière. Pour son travail, il est à l’arsenal, pour ses loisirs au Bergot, Bouguen, les cinémas de la ville. Ici ce qui a de l’importance c’est non le lieu mais le genre de travail, la classe de ceux qu’il côtoie, l’atmosphère des endroits récréatifs qu’il fréquente : il s’agit alors de la dimension sociale. Ces deux dimensions se dissocient de plus en plus dans nos paroisses, ce qui rend de plus en plus difficile la communauté. Elle existe ou peut exister encore à la campagne ; en ville le grand et important problème est de créer des communautés chrétiennes, communautés chrétiennes au plan de la paroisse, communautés de quartier, de travail, de loisirs18

12À lire ces lignes, on comprend que l’abbé Calvez n’était manifestement pas sur la même planète que le chanoine Chapalain, son curé-doyen, retranché dans sa paroisse-patronage. Mais on se dit qu’il était aussi au-delà des perspectives de son recteur ou de celui du Bouguen. Ces deux pionniers avaient rempli leur rôle. L’un et l’autre avaient reçu, en récompense de leur zèle, la mozette de doyen honoraire. Au Bouguen, Louis Le Menn, rétif à l’idée de la mission interparoissiale que lui suggérait son confrère, fut remplacé en 1952 par Julien Menez. Au Bergot, Eugène Le Rue ne partit qu’après le passage des Fils de La Charité en 1953.

  • 19 Cette extension était due à l’insistance de la Supérieure de l’école Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, (...)

13La venue des missionnaires en roulottes a laissé dans les paroisses concernées un souvenir durable. Les conférences publiques et contradictoires, les fêtes populaires, les célébrations paraliturgiques, le journal hebdomadaire En Caravane missionnaire, et, pour tout dire, le style des missionnaires présents sur le terrain – sous la direction de l’abbé Thivollier, une vedette nationale – y contribuèrent largement. Sans entrer ici dans le détail de cette opération, il faut noter qu’elle avait été envisagée d’abord pour les deux paroisses du Bouguen et du Bergot, et étendue à Kérinou, vieux quartier socialement plus mélangé, ce qui contribua à rompre l’homogénéité du champ d’intervention19. En effet, pour les prêtres des baraques, ce fut l’occasion de mesurer l’ouvriérisation croissante de leurs paroisses. Cette évolution tenait à l’avancée de la reconstruction. À mesure que les immeubles s’achevaient dans l’ancien intra-muros, ils se peuplaient de propriétaires ou de locataires qui avaient les moyens de s’y loger, selon une logique de distinction sociale qui poussait les mieux pourvus à partir habiter « en dur » dans la ville neuve ou, à défaut, dans des quartiers pavillonnaires de la périphérie. Les baraques qu’ils libéraient passaient alors à des familles plus pauvres.

14Le bilan de la mission incitait à aménager l’organisation paroissiale. Il semblait nécessaire de concentrer les efforts sur la formation de militants d’Action Catholique Ouvrière – sans abandonner pour autant le patronage et le guidisme, qui avaient leurs adeptes – et de développer la coordination du travail pastoral. On se contenta d’une collaboration entre les paroisses du Bouguen et du Bergot, que tout rapprochait, alors que Kérinou était socialement trop différente. Mais le nouveau recteur du Bergot, Claude Philippot, arrivé après la mission, rechignait à entrer dans une démarche qui ne lui était pas naturelle et qui lui était en quelque sorte imposée par ses vicaires et par l’héritage de son prédécesseur. Un nouveau pas fut donc franchi en 1955, avec son départ et le regroupement des deux paroisses sous l’autorité du recteur du Bouguen, Julien Menez, désormais à la tête d’une équipe sacerdotale unifiée. Un an plus tard, Mgr Fauvel poussait jusqu’au bout la logique de cette évolution en rattachant le centre religieux du Polygone à la paroisse du Bouguen, malgré la distance qui l’en séparait : la convergence des problèmes apostoliques et sociaux posés par les trois grands quartiers de baraques l’emportait sur le traditionnel maillage territorial.

  • 20 Voir les remarques de Joseph Rogé sur la singularisation vestimentaire dans le clergé au temps des (...)

15Que dire des prêtres de cette équipe ? Des photographies prises en 1956 nous les montrent, blousons et bérets donnant aux soutanes une allure populaire20. Ils sont jeunes. Autour de Julien Menez, 45 ans, recteur du Bouguen et responsable de l’équipe, sept vicaires. Ceux du Bouguen, Pierre Jullien, 35 ans, Louis Raoul, 31 ans, et Jean Harré, 27 ans, qui vient d’arriver comme stagiaire (de 1957 à 1959, il sera au Prado, à Lyon). Ceux du Bergot, Louis Calvez, 34 ans, Jo Merdy, 32 ans, et Pierre Cueff, 29 ans. Celui du Polygone, Olivier Pellen, 36 ans. Manifestement, ils ont vécu ces années-là une expérience sacerdotale forte : en faisant la part de la différence des temps, elle n’est pas sans analogie avec celle de la « grande équipe » des vicaires de

16Mgr

  • 21 Voir Marie-Thérèse Cloître, « Les années 1898-1914 vues par L’Écho paroissial de Brest », Cahiers (...)

17Roull à Saint-Louis de Brest au début du siècle21. Vues du Petit-Colombes, leurs réalisations sembleraient modestes : travail sur la liturgie, en particulier sur la messe, pour en rendre la célébration vivante ; suppression des classes d’enterrement ; abaissement du tarif des mariages ; organisation de la communion solennelle en aubes pour uniformiser les tenues et réduire les dépenses des familles ; mise en commun des ressources des prêtres de l’équipe, chacun ne gardant pour lui qu’une modique somme permettant de faire face aux dépenses ordinaires… Tout cela a pu être fait ailleurs et avant, et les prêtres des baraques brestoises ne cachent pas leur dette : lecteurs assidus de Masses Ouvrières, ils réfléchissent aussi en liaison avec l’un des collaborateurs réguliers de la revue, le Père Gerlaud, dominicain. Mais vues de Lambézellec, de Saint-Pierre-Quilbignon, voire de Saint-Louis de Brest, ces réformes à la Michonneau dérangent ou surprennent encore.

18Dans ce processus engagé par la mission de 1953 et qui a fini par transformer le Bouguen et le Bergot en paroisses missionnaires, les prêtres des baraques ont été soutenus par des laïcs très entreprenants, et en particulier par un noyau de foyers d’ACO. Mais tous ces militants ont peu à peu quitté le quartier, attirés commes tant d’autres par les logements en dur, soit en « Castors », soit en centre-ville. Au printemps 1957, alors que la prolétarisation des baraques n’a jamais été si évidente, il n’y a paradoxalement plus d’ACO au Bouguen et au Bergot. La question missionnaire en milieu ouvrier en devient brutalement une question proprement sacerdotale.

Le temps de la mission

19C’est donc au moment même où toutes les conditions canoniques et psychologiques sont enfin réunies pour développer une pastorale paroissiale centrée sur la JOC et l’ACO, que les prêtres des baraques prennent véritablement conscience que la classe ouvrière est un tout autre monde que celui qu’ils percevaient jusque-là à travers le filtre des militants chrétiens. Profondément remis en cause par leur expérience dans leur métier clérical, ils se trouvent dès lors décalés, voir désaccordés, par rapport aux objectifs de la Mission générale de Brest.

  • 22 Lettre de Jean Keraudy à Pierre Garet, ministre de la reconstruction et du logement, 13 décembre 1 (...)
  • 23 Claude Le Prat, allocution aux obsèques d’Olivier Pellen, 27 février 1993, Fonds Louis Calvez, Cen (...)
  • 24 « Mission ouvrière et secteur missionnaire », 7 décembre 1958, rapport cité par Antoine Berrvin, o (...)

20Ville blanche et baraques noires : le contraste s’accuse à mesure que les années passent et que Brest prend son nouveau visage. « Autant les baraques se justifiaient pour le logement des sinistrés en attendant la reconstruction de leur logement, autant elles ne se justifient plus pour abriter des gens qui n’ont aucun droit de réintégration en dur, parce que non sinistrés, et n’en auront d’ailleurs pas les moyens puisque voués, pour beaucoup d’entre eux, sans doute et malheureusement, au chômage et à la misère », écrit le premier adjoint de la municipalité brestoise en décembre 195722. Tout est fait, dès lors, pour inciter au départ les locataires des baraques et pour engager la démolition progressive de ces habitations désormais frappées d’une image négative. Pauvreté et marginalité sont particulièrement marquées au Polygone, où Olivier Pellen est « à la fois prêtre, assistante sociale et quelquefois shérif23 ». Mais au Bouguen et au Bergot la situation se dégrade également : d’après l’estimation de la commission de sociologie préparatoire à la Mission de Brest, ouvriers, employés et personnels de service y représentent 85 % de la population active contre 60 % dans l’ensemble de l’agglomération24.

  • 25 « Communiqué de Monseigneur l’Évêque », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 7 (...)

21Confrontés à des problèmes urgents et difficiles, les prêtres du secteur s’engagent directement. Ils participent à une opération de squattage, soutiennent les militants du Mouvement de Libération du Peuple et collaborent même, à l’occasion, avec l’Union des Femmes Françaises, dont les liens avec le Parti communiste sont patents. Alors que les premiers recteurs du Bouguen et du Bergot se méfiaient du Comité de défense des habitants des baraques, largement contrôlé par le Parti, l’équipe sacerdotale lui offre de tenir ses réunions au patronage, voire au presbytère. Autant d’initiatives qui l’exposent aux critiques des confrères des paroisses voisines. On crie à l’ouvriérisme, naturellement. On s’étonne de ce cléricalisme que perpétuent un recteur et ses vicaires en première ligne, quand il n’est partout question que de distinction des rôles et de promotion du laïcat. On s’émeut enfin que les prêtres des baraques se mettent ainsi en marge de la pastorale d’ensemble, centrée sur l’Action catholique, que Mgr Fauvel a entrepris de généraliser par la constitution de zones homogènes d’évangélisation en 195525.

  • 26 « Éléments de recherche pour une pastorale ouvrière. Rapport de l’Équipe sacerdotale Bouguen-Bergo (...)

22Tous ces reproches sont compréhensibles, mais ils ne vont pas au fond des choses. On s’en rend compte à lire le long rapport présenté par un prêtre de l’équipe des baraques lors d’une session sacerdotale organisée à Vannes à la fin 195626. Il vaut la peine de s’arrêter un instant à ce témoignage sans apprêt sur la déstabilisation des habitudes cléricales au contact du monde ouvrier :

Tous sortis, sauf un, de milieux ruraux ou commerçants, il y a des réalités de la vie ouvrière que nous avons eu à découvrir : la Sécu, les Allocations familiales, le loyer à payer, le Centre d’Apprentissage, le grand magasin, les jours d’intempérie dans le bâtiment, le vélomoteur pour aller au boulot, le samedi soir, le quartier-dortoir, le lavoir, etc. Tout cela compose pour les familles ouvrières un cadre dans lequel s’inscrivent leur vies et qu’il n’est pas si facile de connaître de l’intérieur.

23S’impose alors, dans « la proximité quotidienne avec une masse ouvrière plongée dans la misère », un sentiment pénible d’extériorité radicale. La religion n’intéresse plus, si ce n’est pour les rites de passage. Les prêtres ne sont là que pour ça, ou pour les services qu’ils peuvent rendre à l’occasion :

L’Église ? Une puissance redoutable. Certains pratiquants nous reprocheraient volontiers d’abandonner cet aspect autoritaire du clergé d’autrefois. D’autres pensent que nous sommes liés aux pouvoirs publics, que nous avons le bras long. D’où leurs démarches auprès de nous, pour obtenir une baraque, faire pistonner le fils qui rentre à l’arsenal.
Les femmes sont comme les déléguées auprès du clergé. Quand on rencontre les hommes – et il faut le vouloir –, ils nous parlent des enfants : « Travaillent-ils au catéchisme, marche-t-il bien au basket ? » Il est évident que nous sommes là pour donner de bons principes aux enfants, organiser la bienfaisance, et les loisirs des jeunes. Sans oublier que nous sommes des fonctionnaires qu’il faut rémunérer.
Nous ne soulignerons jamais trop combien est ancrée profondément cette conviction que le prêtre est homme d’argent. Je fus un jour témoin d’un accident d’auto qui fut mortel. Après avoir donné l’absolution sous condition au moribond, je vais prévenir sa femme : pleurs, cris. […] Comme je restais quelques instants silencieux auprès de la femme éplorée, elle trouva le moyen de me dire : « Excusez-moi, monsieur l’abbé, combien est-ce que je vous dois ? »
Un autre scandale, notre oisiveté apparente : « Alors, on se promène ? » Et, par dessus tout, cette espèce de doute qui s’insinue chez les meilleurs, transparaît clairement chez d’autres : est-ce que tout cela, l’Église, les sacrements, les prêtres, ce n’est pas dépassé ?

24Comment parler du Christ quand la religion n’est plus qu’une affaire de femmes et d’enfants ? Quand, le dimanche après-midi, les jeunes qui vont au bal ou au cinéma croisent les quelques vieux qui se rendent encore à l’église pour les vêpres ? Le monde ecclésiastique et le monde ouvrier sont des mondes séparés :

En face de ces personnes emprisonnées dans leurs conditions de travail, de logement, de quartier, dans leurs mentalités, nous sommes nous-mêmes, prêtres, des prisonniers. Prisonniers du presbytère, de l’argent, des œuvres, des enfants, des limites paroissiales, du monde ecclésiastique, d’une pensée logique et moralisante, de l’habitude de mettre des formes, de notre sécurité de vie.
Quand on en a pris conscience – et c’est toujours à refaire – il nous faut tenter l’impossible pour nous délivrer, tantôt progressivement, tantôt par coupures brutales.

25Il en résulte toute une série de décisions pratiques qui visent à rapprocher les prêtres de leurs paroissiens : abandon de l’idée de construire un nouveau presbytère en dur, refus d’acheter une automobile, choix de manger le midi au restaurant ouvrier, ce qui permet de rencontrer les gens là où ils sont. « Jusqu’où serons-nous conduits à aller ? La question du travail se pose. Mais elle se pose bien plus encore par le simple fait de gagner sa vie. »

  • 27 À rapprocher de la réflexion décapante du Père Joseph Robert, dominicain ouvrier, « Comment j’ai r (...)
  • 28 Voir Émile Poulat, Les Prêtres-ouvriers. Naissance et fin, Paris, Cerf, 1999 (en particulier « Le (...)

26Ces derniers mots vont loin. Celui qui les formule sait bien que la solution au problème qu’ils soulèvent est verrouillée depuis que Rome a décidé, en 1954, le retrait des prêtres-ouvriers. Mais en les disant malgré tout il montre à quel point le temps et l’expérience ont transformé les prêtres de l’équipe des baraques, les conduisant à remettre en cause la conception convenue de leur métier27. Par bien des côtés, ils sont encore dans l’esprit des paroisses missionnaires imaginées par l’abbé Michonneau, et dans la logique de la Mission ouvrière qui se met alors en place en France sur quelques secteurs pilotes associant étroitement paroisse et Action catholique. Mais à certains égards leur réflexion rejoint celle des P.O. : la mission n’exige pas d’abord de changer le monde mais de changer de monde28.

  • 29 « Session d’évangélisation de Brest, à Lesneven (30 septembre, 1er et 2 octobre 1957) », La Semain (...)
  • 30 « Documents de la commission de sociologie », Bulletin de la Mission de Brest, n° 2, février 1957.

27Ce déplacement radical explique le malaise que les prêtres des baraques ont pu à la fois ressentir et provoquer au cours de la Mission générale de Brest. Fer de lance de la pastorale ouvrière à Brest, ils s’investissent fortement dans le travail préparatoire. La commission de sociologie, pilotée par Louis Calvez, et la commission ouvrière, où Julien Menez, Pierre Jullien et Olivier Pellen jouent un rôle actif, donnent le ton et éclipsent les douze autres, qui peinent à s’organiser29. Dans les bulletins édités courant 1957, statistiques, graphiques et rapports sur la situation économique et sociale de Brest parent les choix pastoraux de l’avant-garde du clergé brestois du prestige de la scientificité. La commission de sociologie tire argument du fait que, selon une enquête menée en 1955, il n’y avait que 14 % des ouvriers brestois à aller à la messe, pour interpeller le clergé : « On pourrait à ce sujet se demander si nous nous rendons suffisamment compte qu’il y a là un phénomène de classe, et non pas un phénomène accidentel ; et d’autre part nous pourrions nous livrer à un examen de conscience très rude sur l’attitude du monde paroissial en face du monde ouvrier30. »

  • 31 Synthèse dans Finistère 1958, tome 2, Aspects religieux, Brest, Presse libérale du Finistère, 1960 (...)
  • 32 L’indice de vitalité apparente est calculé en rapportant le nombre des pratiquants de 15 ans et pl (...)

28L’arrière-garde croit tenir sa revanche quand sont connus, au printemps 1958, les résultats de l’enquête de sociologie religieuse menée en parallèle dans tout le diocèse sous la direction du chanoine Boulard31. Il apparaît en effet qu’avec un indice de vitalité apparente32 de 18,8, Brest fait partie des villes les plus pratiquantes en France. Les écarts sont sensibles entre les paroisses, avec des maxima de 26,4 Saint-Pierre-Quilbignon et 25,6 à Lambézellec, et des minima dans les quartiers de baraques : 10,4 au Bergot, 9,3 au Bouguen, 6,4 au Polygone.

Indice de vitalité apparente des paroisses de Brest en octobre 1957

Indice de vitalité apparente des paroisses de Brest en octobre 1957

cartographie : Gilles Couix (Université de Bretagne occidentale)

  • 33 « L’Église à Brest », dans Brest, portus navale. Mission de Brest : aperçu sociologique (1958), p. (...)
  • 34 Bulletin de la Mission de Brest, n° 9, mai 1958.

29En raison de la composition sociale de la ville, le monde ouvrier fournit, en chiffres absolus, le plus gros bataillon de messalisants. Mais son taux de pratique n’atteint que 12,4 %, le plus faible de toutes les professions. L’Action catholique en milieu ouvrier représente peu de chose : JOC et JOCF regroupent 170 jeunes ; l’ACO compte 79 militants, dont seulement 3 dans l’ensemble Bouguen-Bergot-Polygone33. Étrangement, c’est à Lambézellec que l’on trouve le plus grand nombre d’ouvriers pratiquants : 362 pour une population paroissiale de 10 000 habitants, contre seulement 137 pour les trois centres religieux des baraques, qui desservent 13 650 habitants34.

30Tous ces chiffres, indices et pourcentages nourrissent un beau dialogue de sourds. Pour les uns, les résultats flatteurs de Lambézellec sont la revanche posthume du chanoine Chapalain, disparu deux ans plus tôt, qui avait maintenu jusqu’au bout – contre vent épiscopal et marées confraternelles – la priorité des œuvres en général, et du patronage en particulier. Pour les autres, les chiffres alarmants des quartiers de baraques confirment qu’à partir d’un certain seuil de concentration ouvrière – 32 % de la population ouvrière de Brest vit là – l’effet de milieu est déterminant, au point de rendre l’Action catholique elle-même faiblement opératoire, ce qui oblige à penser les territoires concernés comme « pays de mission », selon la formule de l’abbé Godin.

  • 35 « Les vœux du nouvel an à l’évêché », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 4 ja (...)
  • 36 René Kérautret, « Sessions pastorales (Quimper et Lesneven, 20-25 octobre 1958) », La Semaine Reli (...)
  • 37 André Pailler, « Réflexions sur la Mission générale de Brest (30 novembre-25 décembre 1958) », La (...)
  • 38 « Si j’étais de la génération qui promène ceinturon, col ouvert et soutanelle à fermeture éclair, (...)
  • 39 « Je reviens du Synode », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 2 octobre 1959. (...)

31Mgr Fauvel s’inquiétait déjà, en janvier 1957, des tensions qu’il sentait monter dans son clergé35. Au lendemain des sessions sacerdotales d’octobre 1958, consacrées, en présence du chanoine Boulard, au bilan de l’enquête diocésaine de sociologie religieuse, le vicaire général René Kérautret s’emploie à neutraliser les extrêmes pour faire passer la via media d’une pastorale d’ensemble à dominante d’Action catholique spécialisée, au nom de la nécessaire « hiérarchie des tâches pastorales36 ». La Mission de Brest, qui mobilise plus de cent missionnaires tout au long du mois de décembre suivant, conforte cette orientation, et le curé-archiprêtre de Brest croit pouvoir se féliciter d’un « incontestable progrès dans la cohésion du clergé brestois » et du dégagement de « vues d’ensemble nouvelles » pour l’avenir37. Mais lors du synode diocésain réuni en septembre 1959 pour les mettre en œuvre, les débats sont encore très vifs38. Le chroniqueur qui en rend compte pour la Semaine Religieuse estime « qu’il vaudrait mieux légiférer en fonction des paroisses chrétiennes, et qu’il serait dommage d’aligner les zones désespérément bleues sur les secteurs de mission. Il n’en est pas question, heureusement, mais le danger vaut la peine d’être signalé ». Et d’épingler les « quelques idéalistes » qui « allèrent même jusqu’à prôner une communauté totale dans tous les domaines de la vie sacerdotale. Idéal magnifique qu’il fallut rappeler aux réalités plus complexes et au respect de tous les charismes39 ».

32L’enquête Boulard donnait, somme toute, une image rassurante de la vitalité religieuse d’un diocèse massivement rural. L’expérience ouvrière des prêtres des baraques s’en trouvait relativisée, d’autant plus que la démolition de ces cités provisoires était désormais programmée. Au tournant des années cinquante et soixante, le remaniement de l’équipe sacerdotale et son intégration dans le doyenné de Lambézellec, gouverné depuis 1956 par un curé acquis aux perspectives de priorité à l’Action catholique tracées par l’évêché, marquent la fin d’une époque.

33La brutalité des changements provoqués par les destructions d’abord, par le rythme et les choix de la reconstruction ensuite, explique que les prêtres des baraques soient passés, en quelques années, de l’un à l’autre des trois grands modèles pastoraux qui se sont affrontés au sein du catholicisme français. De la préservation par les œuvres à la conquête par l’Action catholique spécialisée, l’évolution leur parut d’autant plus naturelle que les nouvelles orientations diocésaines allaient dans ce sens. Mais au fur et à mesure que la composition sociale des cités provisoires se modifiait, le monde ouvrier s’imposait à leur regard comme un monde à part, plus étranger, par sa culture, qu’hostile, par ses convictions, au monde catholique. La perspective d’une présence missionnaire, avec ce qu’elle comportait de remise en cause des habitudes cléricales, est alors apparue comme un horizon aussi nécessaire du point de vue de leur expérience apostolique, que bouché au regard des normes disciplinaires. Après la mission Thivollier de 1953, qui avait joué un rôle de catalyseur, la Mission générale de Brest ne pouvait que décevoir les prêtres des baraques, dans la mesure où son objectif était précisément de mener l’ensemble du clergé de la ville là où eux, à certains égards, n’étaient déjà plus.

Notes

1 Voir Marie-Thérèse Cloitre (dir.), Histoire de Brest, Brest, CRBC, 2000.

2 En dehors des documents imprimés, cette étude s’appuie essentiellement sur deux fonds d’archives : celui de l’évêché de Quimper ; celui de l’abbé Louis Calvez, qui fut vicaire au Bergot dans les années cinquante, et qui a confié la conservation de ses papiers brestois au Centre de Recherche Bretonne et Celtique de l’Université de Bretagne Occidentale. Je dois aussi beaucoup au travail inédit d’Antoine Berrivin, La Dévisibilisation du catholicisme : l’exemple du diocèse de Quimper de la fin des années 1950 aux années 1980, DEA d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1996 (chapitre 2 : « La recherche d’une nouvelle visibilité de l’Église : l’expérience des prêtres du Bouguen », p. 64-87). Voir encore Pierre Le Goïc, Brest en reconstruction : « Antimémoires » d’une ville, Rennes, PUR, 2001.

3 « Propagande communiste, socialiste et antireligieuse dans un département de l’Ouest », dans Une Enquête sur le communisme, Paris, Éditions Spes, 1937, p. 41.

4 Jacques Huard, « La Jeunesse Ouvrière Chrétienne dans le Finistère de 1928 à 1939 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome CI, 1994/3, p. 125-140.

5 Voir Françoise Rouxel, Brest-en-baraques. Histoire d’une ville provisoire, 1945-1975, Brest, Éditions Le Télégramme, 1998, p. 32 et suiv.

6 « Lettre pastorale de Son Excellence Monseigneur l’Évêque de Quimper et de Léon, sur Les Reconstructions nécessaires », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 22 mars 1946.

7 « Une réalisation des parents : l’École Saint-Yves, au Bouguen », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 20 octobre 1950.

8 Eugène Le Rue, « Dossier renfermant les renseignements recueillis au sujet de la fondation du Bergot », s.d. (sans doute 1948), Archives de l’évêché de Quimper, 2C2.

9 Concentré de cet état d’esprit dans la réponse du chanoine Chapalain pour la troisième conférence ecclésiastique de 1951, sur l’état religieux des paroisses : « Causes de la baisse. En général ce sont les mêmes partout : manque d’esprit de sacrifice, engouement pour les plaisirs, carence de l’autorité des parents, les guerres. De la part du clergé : éviter les histoires, lâchage des principes, recherche de la popularité, manque de solidarité. De la part des adversaires : laïcisme organisé, écoles sans Dieu, organisation d’œuvres péri et postscolaires, bals, cinéma, excursions dominicales avec départ à l’heure des messes » (Archives de l’évêché de Quimper, 4H2, doyenné de Lambézellec).

10 Ibid. Analyse de ce détachement orageux dans Yvon Tranvouez, Un Curé d’avant-hier. Le chanoine Chapalain à Lambézellec (1932-1956), Brest-Paris, Éditions de la Cité, 1989, p. 198-203. Témoignage, quelque peu embelli par l’âge, du premier recteur de Kérinou dans ses mémoires : Pierre Jacq, « Sous le soleil du bon Dieu ». Un siècle à la base de l’Église et du monde, Le Guivinec, Imprimerie du Marin, 1989, p. 157-181.

11 « Les souhaits de nouvel an à l’Évêché », La Semaine Religieuse de Quimper et de Léon, 9 janvier 1948.

12 « Privilège inappréciable de la jeunesse », lui a glissé le doyen : « Quarante-cinq ans, c’est l’âge au-dessous duquel on ne voit guère conférer l’épiscopat dans nos contrées de vieille civilisation chrétienne » (Idem).

13 Mgr Fauvel, ibidem.

14 « Compte rendu des sessions sacerdotales (suite) », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 10 juin 1949.

15 « Les sessions sacerdotales à Lesneven et à Quimper (suite et fin) », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 30 mars 1951.

16 « Les sessions sacerdotales dirigées par M. le Chanoine Boulard, mai 1952 (suite) », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 23 mai 1952.

17 « Les vœux du nouvel an à l’évêché », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 9 janvier 1953.

18 Synthèse rédigée par l’abbé Louis Calvez pour la troisième conférence ecclésiastique de 1951, sur l’état religieux des paroisses, Archives de l’évêché de Quimper, 4H2, doyenné de Lambézellec.

19 Cette extension était due à l’insistance de la Supérieure de l’école Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, située sur le territoire de Kérinou. Elle connaissait l’abbé Thivollier et se faisait forte d’obtenir le concours de ce missionnaire réputé qu’on réclamait un peu partout en France. Voir Antoine Berrivin, op. cit., p. 71.

20 Voir les remarques de Joseph Rogé sur la singularisation vestimentaire dans le clergé au temps des soutanes obligatoires, dans Le Simple prêtre, Paris, Casterman, 1965, p. 220.

21 Voir Marie-Thérèse Cloître, « Les années 1898-1914 vues par L’Écho paroissial de Brest », Cahiers de Bretagne occidentale, n° 3, 1981, p. 71-147.

22 Lettre de Jean Keraudy à Pierre Garet, ministre de la reconstruction et du logement, 13 décembre 1957, citée par Françoise Rouxel, op. cit., p. 72.

23 Claude Le Prat, allocution aux obsèques d’Olivier Pellen, 27 février 1993, Fonds Louis Calvez, Centre de Recherche Bretonne et Celtique.

24 « Mission ouvrière et secteur missionnaire », 7 décembre 1958, rapport cité par Antoine Berrvin, op. cit., p. 66 ; Bulletin de la Mission de Brest, n° 6, novembre 1957.

25 « Communiqué de Monseigneur l’Évêque », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 7 octobre 1955.

26 « Éléments de recherche pour une pastorale ouvrière. Rapport de l’Équipe sacerdotale Bouguen-Bergot à la session sacerdotale de Vannes, 1956 », Archives de l’évêché de Quimper, 8E10.

27 À rapprocher de la réflexion décapante du Père Joseph Robert, dominicain ouvrier, « Comment j’ai retrouvé mon sacerdoce », Les Cahiers du clergé rural, n° 132, novembre 1951. Voir aussi Yvon Tranvouez, « Joseph Robert, prêtre-ouvrier, à Paris, dans le XIIIe arrondissement, 1946-1954 », Il est une foi, n° 44, novembre-décembre 1991, p. 8-11.

28 Voir Émile Poulat, Les Prêtres-ouvriers. Naissance et fin, Paris, Cerf, 1999 (en particulier « Le fond du problème », p. 569-591).

29 « Session d’évangélisation de Brest, à Lesneven (30 septembre, 1er et 2 octobre 1957) », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 25 octobre 1957 ; « Vers la Mission de Brest. Rapports présentés à la session d’évangélisation », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 22 novembre 1957.

30 « Documents de la commission de sociologie », Bulletin de la Mission de Brest, n° 2, février 1957.

31 Synthèse dans Finistère 1958, tome 2, Aspects religieux, Brest, Presse libérale du Finistère, 1960. Voir aussi Hélène Ropars, L’Enquête Boulard dans le diocèse de Quimper et de Léon (1957-1958), Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 1998.

32 L’indice de vitalité apparente est calculé en rapportant le nombre des pratiquants de 15 ans et plus à la population totale.

33 « L’Église à Brest », dans Brest, portus navale. Mission de Brest : aperçu sociologique (1958), p. 71, Archives de l’évêché de Quimper, 8E10.

34 Bulletin de la Mission de Brest, n° 9, mai 1958.

35 « Les vœux du nouvel an à l’évêché », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 4 janvier 1957.

36 René Kérautret, « Sessions pastorales (Quimper et Lesneven, 20-25 octobre 1958) », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 31 octobre 1958.

37 André Pailler, « Réflexions sur la Mission générale de Brest (30 novembre-25 décembre 1958) », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 30 janvier 1959.

38 « Si j’étais de la génération qui promène ceinturon, col ouvert et soutanelle à fermeture éclair, écrit un participant, je vous aurais comparé ces débats à un match passionnant de tennis, où le fair-play n’empêche pas la vigueur des coups, la rapidité des ripostes, la traîtrise des revers et des balles coupées, et l’imparable et foudroyant smash des champions ! » (« Je reviens du Synode », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 25 septembre 1959).

39 « Je reviens du Synode », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 2 octobre 1959. Les cartes tirées de l’enquête Boulard représentaient en bleu les zones les plus pratiquantes du diocèse, et en rouge les plus détachées.

Notes de fin

* « Brest 1944-1958 : pays de mission ? », Chrétiens et ouvriers en France, 1937-1970, sous la direction de Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Alain-René Michel, Georges Mouradian, Nathalie Vietdepaule, Paris, Éditions de l’Atelier

Table des illustrations

Titre Indice de vitalité apparente des paroisses de Brest en octobre 1957
Légende cartographie : Gilles Couix (Université de Bretagne occidentale)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7269/img-1.png
Fichier image/png, 29k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540