Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la représentation politique

 | 
Alice Mazeaud

Deuxième partie. L'organisation du travail de représentation politique

7. Que font vraiment les professionnels de la politique ?

L’agenda électronique et l’emploi du temps d’une élue régionale

Laurent Godmer et Guillaume Marrel

Texte intégral

  • 1 Marrel G. et Payre R., « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », Pôle Sud, no 25 (...)
  • 2 Godmer L. et Marrel G., « La production de l’agenda. Comment se fabrique l’emploi du temps d’une vi (...)
  • 3 Demazière D. et Le Lidec P., « La politique, un objet pour la sociologie du travail. Introduction » (...)

1L’agenda personnel est une fenêtre d’observation du rapport singulier que les élus entretiennent avec le temps1. Compris à la fois comme une base de données objectives sur l’organisation et l’emploi du temps du politique (un contenu) et comme un outil collectif et stratégique de représentation, un instrument de gouvernement (un contenant)2, son analyse présente l’intérêt d’une approche panoptique des multiples dimensions du travail politique qui s’entremêlent3, se superposent ou se succèdent dans l’enchaînement des innombrables actions et interactions qui constituent son quotidien.

2Explorer plus précisément l’emploi du temps d’une vice-présidente de région sur une période donnée autorise à saisir les principes d’articulation et d’unité des pratiques de représentation et de gouvernement des élus ordinaires des champs politiques périphériques. En donnant à voir la politique « telle qu’elle se fait », une telle recherche micrographique éclaire quelques dimensions du métier tout en attestant la poursuite de sa professionnalisation. L’agenda étudié rend compte en effet d’une activité politique particulièrement rationalisée, plurielle, parfois éparpillée, dense voire saturée, mais toujours très organisée et planifiée : une professionnalisation qui ne peut pas dire son nom. Mais il restitue également un travail politique individuel et collectif de représentation et de conduite de l’action publique qui se veut transparent et exemplaire.

3L’exploitation quantitative du fichier des données de deux années d’agenda électronique donne une image inédite de la structure de l’emploi du temps du représentant observé. Cette première objectivation du temps de travail s’articule à plusieurs phases d’observation directe en « suivi d’élu » qui permettent de combler les interstices du « hors-agenda », ici à l’échelle de la semaine, et de scruter en profondeur les moments planifiés ou non, afin de décrire le plus précisément possible les pratiques concrètes du travail de représentation politique contemporain.

  • 4 Godmer L., Des élus régionaux à limage des électeurs. L’impératif représentatif en Allemagne, en Es (...)

Un corpus : l’agenda électronique d’une élue membre d’un exécutif régional
L’agenda décrypté se présente sous forme électronique exclusivement. Il est contemporain et appartient à une personnalité locale : une femme, élue « intermédiaire » entre le local et le national, représentative de personnels politiques davantage jeunes et féminisés4, membre de l’assemblée d’une grande région française et nommée vice-présidente déléguée à l’aménagement du territoire, après sa réélection au printemps 2010. Conduite suivant une démarche de type ethnographique, l’enquête s’est déroulée du 26 mai 2010 au 25 mai 2012. Elle a reposé sur des conditions d’accès au terrain singulières que sont le hasard d’une rencontre professionnelle avec l’élue en question, par ailleurs enseignante-chercheuse en géographie, la confiance qu’elle nous a accordée, une certaine exemplarité de sa trajectoire et de son profil politique, un usage semble-t-il limité du secret et une volonté de transparence. Comparativement aux figures plus atypiques du cumulant, du maire de grande ville ou encore de l’élu ultramarin, la relative « banalité » d’un agenda d’une vice-présidente de région convenait davantage à l’approche expérimentale proposée ici.

L’agenda électronique : une image inédite de la structure de l’emploi du temps politique

4L’agenda est d’abord une base de données informatisées exportée pour l’analyse sur tableur depuis le logiciel Microsoft Outlook de l’élue. Sur les deux années d’observation, 2 932 entrées ont été enregistrées. Bien tenu, l’agenda ne contient que très peu de rendez-vous annulés, d’événements auxquels l’élue s’est faite explicitement excuser ou bien d’actions restées incertaines ou non confirmées (1,9 %). Ce corpus d’enregistrements ne correspond que pour 2,6 % à de simples rappels d’information, sans réservation d’une plage horaire spécifique, et pour seulement 0,9 % à la planification des rares journées de congés hors vacances. La base de données ainsi réduite à 2 773 saisies valides permet de distinguer entre quatre types d’entrée : les événements personnels (0,5 %), les plages de travail et événements professionnels (7 %) et une majorité d’événements politiques liés à l’activité de représentation (74,2 %), auxquels doivent s’ajouter les déplacements qui représentent une part non négligeable du temps planifié de l’élue (17,4 %).

La base de données : deux ans d’activités personnelles, professionnelles et politiques

5L’agenda des deux années de travail affiche ainsi 567 journées occupées par au moins une activité enregistrée dans l’agenda. La distinction objectiviste des types d’activités entre public et privé, professionnel et politique est parfois délicate. La vie privée de l’élue ne transparaît pratiquement pas dans cet outil, qui demeure cependant le seul instrument de planification dont elle se sert. Quadragénaire célibataire et sans enfant, elle vit seule, semblant privilégier sa vie de femme publique qui occupe l’essentiel de son temps. Enseignante-chercheuse à l’université, elle a demandé une décharge d’un tiers-temps lors de sa nomination comme vice-présidente et y consacre une journée et demi par semaine. L’agenda porte ainsi la trace de plages horaires réservées de manière itérative les mardis et mercredis, soit un volume horaire équivalent à 25 %. L’élue ne consacre cependant pas un quart de son temps de travail effectif planifié à son activité professionnelle, ces plages étant susceptibles d’être perturbées par des engagements politiques et inversement, l’activité universitaire pouvant parfois se disséminer dans le temps politique.

6La quantification des temps oblige à trancher dans cette confusion des tâches et des rôles. Ainsi, les déplacements doivent-ils également être considérés comme des « événements ». La représentation politique implique une mobilité liée à un important travail de rencontre, de visite, de parade et de courtage. Le déplacement « avec chauffeur », auquel l’appartenance au bureau de l’assemblée donne droit, est en tant que tel du « temps de travail effectif », d’autant qu’il permet souvent de « faire autre chose » (téléphoner, envoyer des SMS, lire les journaux, signer un parapheur, revoir un dossier...), sans que cela ne soit d’ailleurs enregistré dans l’agenda. L’outil agenda permet de recenser 482 déplacements, principalement entre la ville préfecture de résidence de l’élue et les bureaux de l’Hôtel de Région dans la capitale régionale. Distingués des informations diverses, des déplacements et des entrées relatives à l’activité professionnelle, les événements de nature politique demeurent l’immense majorité des enregistrements de l’agenda : 2 081 actions de représentation politique au sens large occupent 2 853 heures du temps de l’élue sur 563 journées des deux années de l’enquête.

Répartition annuelle et unité de temps hebdomadaire

7L’échantillon de temps étudié permet de retenir l’année civile complète de 2011, sans élection importante comme idéale-typique de la répartition des temps de repos et d’activité personnelle, de travail professionnel et de représentation politique. Par convention, on considère une base moyenne théorique de 12 heures diurnes ouvrables par journée, soit 84 heures par semaine, 364 heures par mois et 4 368 heures par an. Les activités représentent 2 223 heures annuelles sur ce volume théorique. La profession occupe moins de 13 % du temps diurne et l’ensemble des actions liées au mandat électif plus de 37 %, déplacements compris. Affinées à l’échelle de la semaine, ces variations permettent d’identifier plus précisément les articulations entre activité professionnelle et métier d’élue. En moyenne, sur 47 semaines travaillées, l’élue passe près de 56 % des heures diurnes en activité, soit 46 heures 46, dont près de 12 heures à l’université et 35 heures sur le terrain politique. Le pic d’activité se situe en semaine 50, début décembre 2011. Le niveau d’occupation dépasse alors nettement la moyenne : il atteint 90 % (75 heures 34), soit 14 heures de travail universitaire, 52 heures 30 d’activité politique et plus de 9 heures de transport.

Répartition des types d’occupation par volume horaire (année 2011)

Répartition des types d’occupation par volume horaire (année 2011)

8La journée type n’existe pas. Les activités sont réparties sur la semaine, qui constitue l’unité de temps de base, la périodicité du cycle du travail politique dans laquelle doivent être répartis les activités. La semaine est ainsi grossièrement découpée en quatre temps : le premier (lundi) est consacré au travail politique régional dans la capitale de Région le plus souvent ; en milieu de semaine (mardi et mercredi), le temps est partagé entre activité universitaire et travail politique local ; la fin de semaine (jeudi et vendredi) est partagée entre engagements politiques locaux et gestion politique à la Région ; enfin, le week-end, domine le repos. Si le travail universitaire ne déborde pas officiellement sur la fin de semaine l’action politique y est en revanche importante : avec 2 heures 57 en moyenne, les événements politiques occupent davantage l’élue le samedi que le mercredi ; la politique s’invite plus rarement le dimanche avec néanmoins près de 1 heure 40 d’engagements en moyenne dans l’agenda.

  • 5 Le système de réservation itérative de trois demi-journées fixes par semaine surévalue vraisemblab (...)

9Cette immersion dans l’emploi du temps de l’élue à partir de son agenda électronique permet d’identifier les structures générales de l’emploi du temps, les grandes séquences et les rythmes réguliers, ainsi que la répartition annuelle et hebdomadaire des grandes catégories d’occupation de l’élue. Même à temps partiel, le maintien de l’activité professionnelle conduit à une surcharge de l’agenda5. Les deux premières années de mandat de Vice-présidente sont denses, mais le temps de travail politique est assez irrégulier, quasi saisonnier à l’échelle de l’année. La description statistique de l’image de l’emploi du temps fournie par l’agenda personnel de l’élue peut être précisée pour l’ensemble de ces activités de nature politique. Une exploration méthodique éclaire la nature du travail politique, le contenu et la part relative des types de tâche qui le constituent, la pluralité des secteurs d’activité fréquentés dans les multiples interactions observées, la diversité des formes de légitimité mobilisées, la variété des interlocuteurs et le jeu des rôles successivement endossés.

Une catégorisation des types d’événements politiques

10Pour chacune des 2 081 entrées de l’agenda concernant l’activité politique de l’élue, il est possible de définir un type d’événement ou d’interaction : s’agit-il d’un rendez-vous, d’une réunion de comité de pilotage, d’une commémoration, une action collective ? Sur les 24 mois de l’enquête, les trois quarts des saisies de l’agenda politique sont des réunions (24,5 %), des déplacements (19 %), des rendez-vous (19 %) ou des cérémonies (13,5 %). L’activité de l’élue se concentre pour l’essentiel sur ces quatre premiers types d’activité. Mais en volume horaire, les réunions arrivent largement en tête des occupations.

Fréquences et volumes horaires des types d’événements politiques

Fréquences et volumes horaires des types d’événements politiques

11Le métier d’élu consiste pour plus du tiers du temps ici à assister à ces rassemblements institutionnalisés et planifiés très diversifiés regroupant un nombre très variable d’acteurs. La « réunion » est un événement long de 2 heures en moyenne. Moins longs (avec 56 minutes en moyenne), les déplacements arrivent en seconde position dans l’agenda de l’élue, mais pour seulement 14 % du volume horaire. En troisième position arrivent les « rendez-vous » qui occupent 19,2 % de l’agenda, avec une durée moyenne de 47 minutes et 393 heures sur toute la période. Manifestations publiques ou réceptions comportant un caractère officiel et plus ou moins solennel ou festif, les « cérémonies » constituent le quatrième bloc temporel de l’élue. Près de 14 % de l’agenda y est consacré et 11,5 % du temps effectif de représentation.

Entre policies et politics : secteurs d’activité, compétences, casquettes et légitimités

12Les données disponibles permettent ensuite de catégoriser les qualités de l’interlocuteur, le secteur d’activité dans lequel il intervient (aménagement du territoire, cohésion sociale, culture, vie de l’assemblée régionale...), son statut institutionnel (association, collectivité locale, établissement public, entreprise, média...), et les fonctions des personnes effectivement rencontrées (acteurs associatifs, élus locaux, journalistes, militants ou cadres du parti...). Pour chaque événement, il est en outre possible de reconstituer l’identité de l’élue dans l’interaction, autrement dit, l’institution au nom de laquelle elle intervient (délégation régionale, bureau exécutif de l’assemblée, Établissement public foncier régional, parti politique...), ou encore la « casquette » et la fonction qu’elle occupe alors, ainsi que le cadre de compétences d’action publique (compétences de la délégation, de l’institution régionale, extra-régionales...) qui légitiment sa présence, à ce moment précis dans cette interaction.

13La répartition des entrées politiques par « secteurs d’activité » repose sur un classement en douze grands champs d’activité, renvoyant eux-mêmes aux deux principaux espaces de l’activité politique : les secteurs de l’action et des politiques publiques d’une part (policies) et les secteurs de l’action politique, de la mobilisation électorale, de la vie partisane et du métier d’élu d’autre part (politics). L’action publique et le pilotage des politiques publiques dominent largement l’agenda de la Vice-présidente (75 %). La représentation et la mobilisation au sens large ne représentent que 25 % de l’agenda et près de 28 % du temps planifié. Les trois quarts de son temps, l’élue gère ainsi des dossiers individuels ou collectifs avant tout liés au secteur de l’aménagement du territoire (foncier, eau, énergie, risques, parcs, transports..., 30,6 %), mais aussi de la cohésion sociale (action sociale, politique de la ville, emploi et insertion, enfance, délinquance, logement, santé, éducation populaire..., 12,3 %), de la culture et des arts (spectacles vivants, arts plastiques, danse, cinéma..., 11,3 %), du développement économique (industrie, artisanat, agroalimentaire, BTP, hôtellerie, restauration, tourisme..., 8,9 %), de l’enseignement et la formation (5,1 %), du sport (2.8 %) et de causes diverses (féminisme, homosexualité, racisme, harcèlement..., 1,1 %). Le quart de l’emploi du temps de l’élue restant est consacré selon l’agenda aux multiples autres activités du mandat ne concernant pas directement un secteur d’activité de la société, mais davantage centrées sur les obligations du métier (vie politique locale, vie de l’institution régionale, représentation).

Fréquences et volumes horaires des types de secteurs politiques

Fréquences et volumes horaires des types de secteurs politiques

14L’agenda observé est celui d’un acteur social aux multiples profils socio-biographiques, professionnels, politiques, etc., mais dont l’identité principale demeure le mandat de conseiller régional et la vice-présidence à l’Aménagement du territoire. Cette fonction principale détermine de fait l’essentiel des interactions enregistrées dans l’agenda de la Vice-présidente. Mais bien qu’orienté par la fonction dominante de l’acteur à laquelle il est lié, l’agenda reste un outil compilateur, un instrument panoptique de contrôle personnel des temps multiples à harmoniser. Il juxtapose donc des interactions aux motivations distinctes et trahit les diverses formes de légitimité qui autorisent l’élue à recevoir, paraître, intervenir ou piloter. La vice-présidente régionale n’agit pas qu’en fonction des compétences institutionnellement reconnues comme propres à sa collectivité territoriale et à sa délégation. On identifie douze « casquettes » qui se succèdent sur la tête du représentant, que ce soit dans les divers domaines de l’action publique ou dans l’animation de la vie politique locale. Leur représentation en volume horaire montre que l’essentiel du temps de travail politique (84 %) est étroitement lié à l’institution régionale. L’élue agit d’abord en sa qualité de conseillère régionale en consacrant plus de 36 % de son temps à intervenir dans le cadre des compétences élargies de la région en dehors de sa délégation, mais parfois aussi à la frontière de celle-ci. Elle occupe ensuite son temps politique comme présidente de la délégation à l’aménagement du territoire (34 %), à administrer et piloter les divers dispositifs dont elle a la charge.

  • 6 Il s’agit d’activités marginales de représentation non comptabilisées sous ses autres casquettes.

15Cinq autres sous-statuts liés à son mandat régional structurent également son agenda. La représentation officielle du président du conseil régional dans diverses cérémonies le plus souvent sur son territoire politique occupe d’abord 4 % de son temps de travail. Sa qualité de membre du bureau de l’assemblée et de membre de l’exécutif régional donne lieu à divers interactions spécifiques avec ses homologues, le DGS et le cabinet (réunion, rendez-vous, cérémonies...) pour 3 % de son emploi du temps. Elle intervient encore à hauteur de 3 % de son budget temps en sa qualité de Présidente de l’EPFR, par délégation du Président. Le fait d’appartenir à la majorité au sein de son hémicycle l’oblige pour 2,5 % de son temps politique en réunions de groupe et autres séminaires de la majorité. Enfin, le simple fait d’être membre de l’assemblée lui prend 0,5 % de son temps de travail6.

16À distance de l’assemblée régionale et des fonctions qu’elle occupe en son sein et en son nom sur le territoire, l’élue dispose d’autres casquettes associées à ses multiples identités : elle est d’abord membre d’un parti et à ce titre occupe près de 10 % de son temps de travail politique en réunions et rendez-vous avec d’autres cadres du parti ou des militants, et en actions de mobilisation auprès des électeurs. Localement, son mandat régional l’autorise ensuite à intervenir, dans le cadre des compétences extra-régionales, départementales, communales ou intercommunales, pour 2 % de son temps. Trois « identités » plus marginales complètent enfin l’agenda : son statut d’élue locale en représentation que ce soit face aux médias, à l’attention de divers publics et lors de cérémonies mémorielles (2,2 %), son statut d’entrepreneur politique et le temps qu’elle consacre à la gestion des coulisses de ce travail de représentation (1,4 %), ses engagements militants enfin et la part de son emploi du temps qu’elle accorde à l’affichage de son soutien à telle ou telle cause (1,1 %).

Interlocuteurs et jeux de rôles

17L’agenda permet encore d’identifier 14 interlocuteurs institutionnels différents qui partagent le temps de travail politique de l’élue. Deux types d’institution dominent largement les interactions que l’élue planifie : les associations (32 % de l’emploi du temps) et sa délégation à l’aménagement du territoire (24 %). Le reste de l’emploi du temps est très éclaté entre douze institutions différentes. Les interlocuteurs individuels donnent une image plus précise du réseau des contacts qu’entretient l’élue, les trois principaux types d’acteurs étant les autres élus (25 % du temps), principalement régionaux (19 %), les acteurs associatifs (24,5 %), les fonctionnaires des services des collectivités et des établissements publics (22,5 %). Les autres interactions (avec des militants, entrepreneurs, journalistes, équipe de l’élue, électeurs, etc.) prennent beaucoup moins de temps.

18Les saisies liées à l’activité politique peuvent enfin être classées en fonction du rôle que l’élue est censée y jouer. Douze types de tâches ont ainsi été recensées, renvoyant à des registres d’action distincts, tous constitutifs du métier de représentant politique. Dans le cas d’espèce, ce travail de représentation de la vice-présidente revêt une double dimension législative et exécutive au sein de l’assemblée régionale. Mais l’élue consacre l’essentiel de son temps à administrer, à paraître et à recevoir. Se déplacer prend du temps (14 % de l’emploi du temps), mais cette activité d’« intendance » mise de côté, l’essentiel du travail quotidien est partagé entre cinq tâches principales. Conformément aux compétences exécutives de sa fonction, l’élue consacre d’abord plus du quart de son temps à l’administration et au pilotage (26 %). Avec 17 % du temps, la deuxième tâche au cœur de la mission de représentation consiste à mettre son capital symbolique d’élue au service d’une cause, d’une association ou d’un mouvement pour lesquels elle accepte de prêter son soutien par sa seule présence. La représentante consacre ensuite plus de 13 % de son temps à recevoir et consulter, lors de rendez-vous, divers acteurs des territoires fréquentés. Les tâches d’assemblée (plaider et voter) occupent enfin près de 8 % du temps, avant les missions d’information, de débat et de conviction (6 %).

19Viennent ensuite les tâches qui, pour être moins chronophages, n’en sont pas moins importantes : la mobilisation en période électorale (3,6 %), la représentation officielle du président du Conseil régional (3,5 %), la communication (3,2 %), le contrôle de l’appareil partisan au niveau local (2,9 %), l’information et le soin que l’élue applique à l’entretien de son image (1,8 %), et enfin le management de ses équipes et collaborateurs divers (1 %).

20Lorsqu’il est accessible au chercheur, à l’état brut sans nettoyage préalable par les collaborateurs, l’agenda électronique d’une élue recèle ainsi une grande variété de données relatives à l’activité quotidienne de représentation. Leur exploitation suppose un important travail de classement et de catégorisation et dévoile un potentiel d’objectivation important. Toutefois cette objectivation ne prend pas en compte une large partie des micro-occupations de l’élue en action. Une enquête complémentaire par entretiens et observations permet de compléter l’entreprise de reconstitution du quotidien de l’élu.

L’emploi du temps d’une semaine reconstituée : intensité et intrusion d’un travail politique localisé

21Bien que rigoureusement tenu, l’agenda électronique ne donne qu’une image très partielle de la réalité de l’emploi du temps de l’élue. Pour s’en approcher davantage et en saisir toute la complexité, il est nécessaire de coupler l’objectivation statistique de ce matériel avec une analyse plus qualitative. Celle-ci permet d’abord de retracer ce qu’est une semaine vécue – par opposition à la semaine planifiée – et de reconstruire ainsi l’image précise de l’emploi du temps tel qu’il est en pratiques. Comme la durée du mandat et l’année civile, la semaine est une unité de temps de base du travail de l’acteur politique. La vie de l’élue semble scandée par une certaine routine hebdomadaire. En étudiant finement l’intégralité d’une semaine de travail politique de la vice-présidente du conseil régional, on peut donc percevoir les régularités de l’activité politique, et plus précisément les logiques souvent tacites de structuration de l’emploi du temps d’une femme politique de rang « intermédiaire ».

70 heures d’activité que l’agenda ne planifie pas

22S’il n’y a pas de semaine-type dans l’univers politique, il est toutefois heuristique de sélectionner une semaine « ordinaire » – en l’occurrence ici la semaine no 2 du 9 au 15 janvier 2012 –, c’est-à-dire une semaine sans déplacement spécifique en dehors de la région, sans la « grand-messe » de l’assemblée plénière et de la commission permanente bimestrielle du vendredi. Celle-ci a été reconstituée jour par jour, heure par heure, par le croisement du contenu de l’agenda électronique de l’élue avec les récits de l’intéressée et de ses collaboratrices lors d’entretiens semi-directifs réalisés dans un délai très court autorisant la meilleure mobilisation possible de leur mémoire.

  • 7 L’analyse statistique issue de la base de données montre d’ailleurs que cette semaine no 2 est à p (...)

23La comparaison précise des données disponibles dans la base présentée ci-dessus avec l’emploi du temps tel qu’il a été reconstitué à partir des témoignages des acteurs montre tout d’abord d’importants écarts. Dans l’agenda, la semaine du 9 au 15 janvier 2012 compte 30 entrées de nature événementielle distinctes. Ces entrées sont pour l’essentiel réparties sur quatre des cinq jours ouvrables, le mercredi ne comportant qu’un seul rendez-vous en matinée. Quatre événements sont enregistrés pour le samedi et deux autres le dimanche. Cette semaine ne comporte aucun événement de nature personnel ni aucune plage de travail professionnelle, alors que la maîtresse de conférences bloque généralement son mardi matin et son mercredi pour l’exercice de son activité professionnelle7. Sensiblement décalée sur les aspects personnels et professionnels de l’emploi du temps, cette semaine laisse néanmoins apparaître dans l’agenda un volume horaire de travail politique standard avec 32 heures 45 soit 45 minutes de plus que la moyenne calculée sur les 24 mois de l’enquête. La répartition de ces activités politiques planifiées diffère sensiblement, avec un transfert d’engagements politiques des jeudis et vendredi, vers le mardi et le week-end.

  • 8 Les mesures doivent donc être établies sur une base de 20 heures ouvrables par jours et 140 heures (...)
  • 9 Au delà de cette sous-estimation spécifique à cette semaine test, il semble que le temps de transp (...)

24La reconstitution des volumes horaires montre en revanche de très importants décalages entre l’agenda et l’emploi du temps « réel » de l’élue. Avec 109 heures 55 d’activité reportées contre 37 heures 45 enregistrées dans l’agenda, on observe un volume d’activité réel trois fois supérieur à la planification8. Cet élargissement de l’amplitude des journées n’empêche pas une réduction du temps libre ou de repos hors sommeil de plus de 16 heures. Ceci est notamment lié au fait que l’observation précise, du lever au coucher, permet d’identifier assez logiquement plus de 21 heures de temps personnel dans la semaine alors que l’agenda ne planifiait rien dans ce domaine. On y recense des petits-déjeuners et dîners solitaires, des moments de détente ou de pause dans la journée, ou encore des plages personnelles le week-end. Tous les autres types d’activité explosent en volume. Avec plus de 16 heures, le temps de déplacement hebdomadaire réel est quatre fois supérieur à ce que l’agenda prévoit. Limitée aux trajets avec chauffeurs ou aux déplacements importants, la planification laisse de côté plus de 12 heures de temps de transport dans la semaine9. Le travail politique quant à lui est deux fois plus important dans la reconstitution de la semaine de l’élue (62 heures 54) que dans son agenda électronique (32 heures 45). L’élue et ses collaborateurs déclarent pas moins de 30 heures de travail de nature politique en plus. Le dimanche, le temps de travail politique prévu est de 45 minutes supérieur à ce qui sera finalement réalisé. Les mardis, vendredi et samedi, l’élue ajoute plus de 5 heures de travail à son agenda. Le jeudi, ce sont 7 heures 40 supplémentaires qui allongent la journée de l’agenda. Au final, l’agenda électronique n’enregistre donc qu’environ la moitié de l’activité politique hebdomadaire réelle de l’élu.

25Afin de bien visualiser cette différence, la semaine reconstituée peut être décrite par le biais de doubles tableaux reprenant l’une des journées de la semaine en question à partir des entrées de l’agenda électronique, puis sur la base des entretiens et observations de terrain, avec le plus de précisions possibles sur le contenu de l’emploi du temps.

Temps politiques planifiés et temps politiques réalisés

  • 10 Voir les tableaux reconstituant ces journées en annexe.

26Les mardis, mercredi et jeudi illustrent trois types de journées distinctes10 et trois types de décalages entre le temps politique planifié dans l’agenda électronique et le temps politique réalisé, d’après les témoignages recueillis. L’analyse de la journée no 2 du mardi, consacrée à la région, montre l’importance de la surévaluation de certaines plages horaires. En tâches réalisées, elle reste la plus chargée, avec 14 heures 15 de travail politique, 3 heures 35 de transport et 1 heure 10 de temps personnel, soit 19 heures au total, contre 17 heures 15 planifiées par l’agenda. Comme la veille, l’élue est alors en déplacement dans la capitale de région, pour un conseil d’administration d’un Groupement d’intérêts publics constitués en prévision d’un événement d’ampleur internationale concernant les ressources environnementales qui doit avoir lieu au printemps. La vice-présidente y représente le conseil régional. L’agenda prévoit pour le CA une plage horaire théorique et continue d’une « journée » de 8 heures 30 à 17 heures. Mais il planifie en outre parallèlement un point presse lié à cet événement, qui chevauche celui-ci et surévalue sa durée de plus de 5 heures par rapport au réel. L’outil décuple alors par cette double « erreur » le temps de travail. L’élue ne reste en réalité à la capitale de région que 7 heures 15 au lieu des 13 heures enregistrées dans l’agenda. Et comme indiqué par l’instrument, elle quitte la réunion à 15 heures pour reprendre la route vers sa ville-circonscription où elle assiste avec le préfet à la ville, à la cérémonie de la galette des rois d’une association d’insertion des jeunes des quartiers. À 18 heures, elle rejoint son bureau à l’antenne régionale, travaille sur ses dossiers durant une heure, puis anime comme prévu une réunion du groupe de mobilisation qu’elle a fondé en vue des élections municipales de 2014. Après un dîner non planifié avec les militants de ce groupe, elle rentre à son domicile à 23 heures 30, s’accorde 30 minutes de détente et travaille jusqu’à 1 heures 30 du matin à sa communication personnelle sur son mur Facebook et sur son blog.

27La journée du mercredi illustre l’aveuglement de l’agenda sur l’activité professionnelle, lié ici aussi probablement à une erreur de saisie. L’agenda prévoyait en effet un mercredi très léger, avec un seul rendez-vous d’une heure dans une banque pour le compte d’une association de formation professionnelle, dont l’élue est membre du CA. Régulièrement planifié le mercredi à l’université, le temps de travail professionnel n’est pas indiqué sur l’agenda cette semaine. Or après deux rendez-vous dans des banques, l’élue rejoint son bureau à l’université à 10 heures 30. Elle actualise ses obligations universitaires, déjeune en compagnie d’une ancienne doctorante d’un pique-nique préparée à l’aube, puis file en cours de 14 heures à 17 heures. Elle quitte son travail à 18 heures, après 7 heures 30 de présence à l’université totalement passées inaperçues dans l’agenda. La journée se termine encore une fois à 23 heures par une soirée solitaire de veille informationnelle et de communication politique, elle aussi « invisible ».

28Enfin, la journée du jeudi consacrée à la circonscription montre une importante sous-estimation des volumes horaires réalisés. L’agenda du quatrième jour mentionne de fait une information générale et huit événements distincts de nature exclusivement politique, pour un total de 9 heures de travail. L’emploi du temps reconstitué contient finalement 22 séquences et 16 heures d’activités. L’information « journée » rappelle que se tient à la capitale de région une commission de programme pour un comité de bassin. Mais l’élue s’y fait excuser. Le jeudi est en effet habituellement consacré au territoire de la circonscription et elle enchaîne donc cinq rendez-vous dès 9 heures à son bureau de l’antenne régionale, une conférence de presse, un repas de travail en ville et la cérémonie des vœux du président de l’Union patronale locale. La planification est finalement très proche de la journée réalisée, mais les volumes horaires sont nettement sous-estimés. L’emploi du temps incorpore en outre des temps de déplacement locaux à pieds ou en véhicule personnel, les moments de débriefing des rendez-vous et la soirée encore consacrée à la communication politique personnelle en ligne. De la conférence de presse organisée pour l’inauguration d’un dispositif de prévention régionale contre les nuisances sonores, l’élue tire en effet un article pour son blog personnel.

29L’outil d’objectivation agenda est donc d’une fiabilité relative. Cette analyse comparative permet d’identifier la nature de ce que l’instrument laisse de côté. Elle confirme et nuance les observations tirées des mesures statistiques effectuées sur deux années.

Sept jours dans la vie d’une femme : localisation, intensité et intrusion du travail politique

30L’ensemble des entretiens menés pour reconstruire cette séquence ordinaire conduisent les collaborateurs, son entourage et l’élue elle-même à considérer ce type de semaine comme particulièrement peu intense, du seul fait de la réduction du nombre de déplacements entre la ville circonscription et la capitale de région, de trois en moyenne à deux cette semaine-là. Allongée par deux à trois heures de voiture, les journées « région » sont perçues comme un facteur d’intensification. Le passage des circonscriptions de périphérie au centre politique régional nécessitent une planification plus institutionnelle et une intendance significative. Elles donnent lieux à des interactions plus techniques liées à la vice-présidence et à des échanges sur des enjeux politiques régionaux ou nationaux. Pourtant, l’observation de l’emploi du temps reconstitué souligne le caractère très chronophage de l’activité politique en « temps ordinaire ». Si les journées à la capitale de région sont plus longues, elles ne sont pas nécessairement plus denses que les journées « en circonscription ». De fait, on observe sur cette semaine et d’une manière générale, une « localisation » de l’agenda, c’est-à-dire « l’enracinement » territorial de l’emploi du temps de l’élue qui se doit de répondre aux multiples sollicitations locales qu’elle doit « caser » dans son timing. Le poids des enjeux politiques locaux domine les cinq derniers jours de la semaine et contribue à l’intensification du travail politique de la vice-présidente.

  • 11 Godmer L. et Marrel G., « La production de l’agenda. Comment se fabrique l’emploi du temps d’une vi (...)

31Cette intensité se manifeste par la densité de l’emploi du temps de l’élue, la limitation des pauses, l’enchaînement des tâches et des obligations, la rationalisation et la rentabilisation des temps de transports, etc… Elle se vérifie également à la durée moyenne de la journée d’activité entre 13 et 19 heures : l’élue se lève entre 6 heures 30 et 7 heures et se couche autour de minuit. La reconstruction de l’emploi du temps permet d’une manière générale de remplir les trous d’un agenda électronique utilisé pour planifier les principaux engagements essentiellement diurnes de l’élue. Mais le métier politique s’exerce parfois 20 heures par jour et sept jours sur sept. La journée de travail est généralement saturée de multiples interactions de nature politique pour la plupart non anticipées. La planification par l’outil intègre d’ailleurs de manière plus ou moins systématique ces respirations, ces moments de pause qui ont vocation a être utilisés par l’élue au dernier moment11.

32La reconstruction de l’emploi du temps montre également que l’agenda, comme outil fonctionnel, néglige une grande partie de l’intendance ordinaire du politique, pourtant très chronophage. L’observation montre ainsi l’importance des temps de déplacement non planifiés pour le service des chauffeurs de la région. Autrement dit les dizaines de micro-trajets effectués à pied « sur les pavés et avec des talons » ou en voiture personnelle sur le territoire de la circonscription départementale et dans l’espace urbain de proximité le plus souvent, pour rejoindre une réunion au conseil général, déjeuner « en ville », assister à une cérémonie à la préfecture, passer à l’université, recevoir au bureau de l’antenne, retrouver un militant dans un café etc. Un temps de déplacement quatre fois supérieur à celui enregistré dans l’agenda.

33L’emploi du temps reconstitué du lever au coucher intègre par ailleurs l’ensemble des moments personnels et privés à l’analyse du temps politique. Il confirme le postulat d’un envahissement de la vie privée de l’élue par ses rôles publics et les obligations professionnelles afférentes. Cette fusion des temps publics et privés accentue l’intensité d’un emploi du temps efficace, vécu comme un continuum, un espace-temps homogène dédié à la réussite politique, sans réelle rupture, où les sas de décompression semblent intégrés au projet politique. L’agenda sous-estime en effet le temps à la fois privé et politique, souvent matinal, nécessaire à l’entretien de la personne du représentant, à sa préparation esthétique, aux soins exigés en coulisses par la mise en scène quotidienne du pouvoir. Comme pour beaucoup d’autres acteurs sociaux, ce moment de préparation personnelle et du petit déjeuné est d’ailleurs aussi un temps d’information radiophonique, de relecture des dossiers, de communications par SMS. Après un dîner de travail en ville ou en solitaire devant une chaîne d’information continue, les fins de soirées sont de même consacrées à la très chronophage activité de communication politique « en ligne » qui consiste à répondre aux derniers mails reçus et non traités durant la journée, à gérer sa page Facebook et à alimenter le blog. De la même manière, les week-ends sont la plupart du temps occupés par des rendez-vous ou des cérémonies de nature explicitement politique ou d’une certaine manière « politisés » par l’usage qu’en fait l’élue dans son activité de représentation. À ces événements planifiés dans l’agenda s’ajoutent les temps invisibles du travail dominical personnel sur les dossiers, mais aussi les sorties et déambulations pédestres en ville, où, sous couvert d’intendance (traverser le centre-ville piéton pour un rendez-vous, faire ses courses...) il s’agit aussi « de se montrer », d’attester une expérience physique du territoire partagée, comme habitante, avec les concitoyens d’une ville moyenne de province.

34Le travail politique est donc intrusif. Il déborde et remplit l’existence de l’élue. Ses modes de vie personnels accentuent cette confusion des temps et des rôles : célibataire sans enfant, elle vit seule dans une « petite maison bourgeoise » située dans la première ceinture urbaine. Une maison à l’intérieur soigné, mais qu’elle n’habite pas réellement, tant elle semble consacrer le plus clair de son temps à son métier d’universitaire et de femme politique. La famille proche de cette fille unique engagée en politique dès l’adolescence est présente dans l’agenda, sans toutefois occuper une place trop importante dans son emploi du temps. L’observation tend à montrer que ses réseaux de sociabilité familiaux, amicaux, professionnels et politiques se sont largement confondus au fil des ans. Si bien que l’élue se trouve « en représentation » et « en mobilisation » pratiquement en permanence, y compris seule à son domicile, le soir lorsqu’elle écrit pour son blog. Ayant adopté un mode de vie solitaire qui la rend particulièrement disponible, l’élue en question consacre effectivement l’immense partie de son temps éveillé à la politique.

35Cette semaine ordinaire de 2012 confirme l’hypothèse d’un travail politique particulièrement chronophage et intense. Lacunaire par essence, l’agenda électronique tenu avec méthode structure un emploi du temps saturé, dont les interactions interstitielles et jusqu’ici invisibles attestent une certaine rationalisation du métier. La méthode de reconstitution de cette semaine de travail à partir des déclarations des acteurs et en réponse à nos sollicitations, peut avoir conduit à surévaluer cette maximisation du capital-temps, personne parmi nos interlocuteurs n’ayant finalement intérêt à laisser apparaître un moment de flottement, un espace non affecté. Mais de fait, dans l’emploi du temps aussi « serré » et dense de cette élue solitaire, vouée à la politique, on observe l’absence de vide.

36Porter le regard sur la richesse du « hors-agenda » d’une élue permet ainsi d’éclairer plus complètement ce qui constitue son emploi du temps réel que l’agenda sert à réguler, organiser, mais qu’il ne réduit pas totalement tant l’activité politique multiple, permanente, chronophage et observée de près semble déborder les cadres de l’outil de planification. Base de données riche mais lacunaire, l’agenda mérite donc un examen davantage microscopique à partir de la reconstruction d’une semaine d’activité. Cet examen témoigne de la densité de l’emploi du temps de l’élue et du caractère intrusif du travail politique.

  • 12 Réalisée en observation ethnographique approfondie sur la journée du 25 mai 2012 cette enquête ori (...)
  • 13 Les périodes choisies pour les plongées qualitatives renforcent sans doute cette impression : situ (...)

37L’analyse gagnerait en précision par la mise en œuvre ethnographique d’une observation minutée d’une journée politique en « suivi d’élu ». Celle-ci permettrait de recenser les multiples interactions quotidiennes du travail politique12. Le temps de travail du politique y apparaîtrait davantage encore saturé et marqué par une forte pluriactivité essentiellement communicationnelle, elle-même renforcée par l’omniprésence des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Le changement d’échelle d’observation confirmerait l’identification d’une importante confusion des rôles dans l’emploi du temps entre le pilotage administratif de la délégation et le travail de contrôle du territoire politique et de mobilisation des soutiens électoraux13.

38En attendant, l’agenda personnel des décideurs politiques s’impose à la fois comme un corpus, mais aussi comme un objet particulièrement fécond en science politique. C’est un processus, une dynamique collective de production du temps de l’élue, un dispositif de gestion dont la fonction première et manifeste est d’organiser en interne un planning d’événements, mais dont les usages peuvent être davantage dirigés vers l’extérieur, quand l’agenda devient un instrument de production du leadership territorial. Au-delà de la bonne gestion du temps, l’une des fonctions latentes de l’agenda – qui mérite toute l’attention du politiste – est de participer à la publicisation de la figure légitime du représentant et à ses stratégies de repositionnement à long terme dans l’espace politique local.

Annexes. Journée no 2 : le mardi 10janvier 2012 en « région »

AGENDA ÉLECTRIQUE

AGENDA ÉLECTRIQUE

EMPLOI DU TEMPS RECONSTITUÉ

EMPLOI DU TEMPS RECONSTITUÉ

Journée no 3 : le mercredi 11 janvier 2012 entre travail professionnel et travail politique

AGENDA ÉLECTRONIQUE

AGENDA ÉLECTRONIQUE

EMPLOI DU TEMPS RECONSTITUE

EMPLOI DU TEMPS RECONSTITUE

Journée no 4 : jeudi 12 janvier 2012 en circonscription

AGENDA ÉLECTRONIQUE

AGENDA ÉLECTRONIQUE

EMPLOI DU TEMPS RECONSTITUÉ

EMPLOI DU TEMPS RECONSTITUÉ

Notes

1 Marrel G. et Payre R., « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », Pôle Sud, no 25, 2006, p. 71-88.

2 Godmer L. et Marrel G., « La production de l’agenda. Comment se fabrique l’emploi du temps d’une vice-présidente de conseil régional », Demazière D. et Le Lidec P., (dir.), Les Mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2014, p. 37-52.

3 Demazière D. et Le Lidec P., « La politique, un objet pour la sociologie du travail. Introduction », Sociologie du travail, vol. 50, no 2, 2008, p. 137-146.

4 Godmer L., Des élus régionaux à limage des électeurs. L’impératif représentatif en Allemagne, en Espagne et en France, Paris, L’Harmattan., 2009

5 Le système de réservation itérative de trois demi-journées fixes par semaine surévalue vraisemblablement ce temps de travail.

6 Il s’agit d’activités marginales de représentation non comptabilisées sous ses autres casquettes.

7 L’analyse statistique issue de la base de données montre d’ailleurs que cette semaine no 2 est à plus de 11 heures d’activité générale en dessous de la moyenne des 24 mois étudiés, précisément parce que l’agenda ne prévoit pas de temps de travail professionnel, mais aussi parce qu’aucune activité de nature personnelle n’y est enregistrée.

8 Les mesures doivent donc être établies sur une base de 20 heures ouvrables par jours et 140 heures hebdomadaires, contre 12 heures et 84 heures dans l’agenda en moyenne et sur la semaine no 2 de 2012.

9 Au delà de cette sous-estimation spécifique à cette semaine test, il semble que le temps de transport soit largement sous-estimé dans l’agenda, y compris et surtout pour les trajets planifiés avec chauffeur très fréquents entre la ville du domicile et la capitale de région. Le travail de mise à l’agenda a progressivement réduit leur durée de 1 heure 30 à 30 minutes soit bien d’avantage que l’effet de l’accélération réelle et effective de la vitesse à laquelle les chauffeurs ont eu l’autorisation de rouler une fois l’appréhension du risque par l’élue effacée par l’habitude et la nécessité.

10 Voir les tableaux reconstituant ces journées en annexe.

11 Godmer L. et Marrel G., « La production de l’agenda. Comment se fabrique l’emploi du temps d’une vice-présidente de conseil régional », op. cit.

12 Réalisée en observation ethnographique approfondie sur la journée du 25 mai 2012 cette enquête originale est en cours de publication, au moment de l’édition de ce texte.

13 Les périodes choisies pour les plongées qualitatives renforcent sans doute cette impression : situées à la fin de la séquence d’observation (janvier et mai 2012), elles se situent au moment d’échéances électorales nationales importantes (élections présidentielle et législatives d’avril, mai et juin 2012), mais sont également proches d’un rendez-vous électoral sur lequel l’élue s’est positionnée (élections municipales de mars 2014).

Table des illustrations

Titre Répartition des types d’occupation par volume horaire (année 2011)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fréquences et volumes horaires des types d’événements politiques
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fréquences et volumes horaires des types de secteurs politiques
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre AGENDA ÉLECTRIQUE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre EMPLOI DU TEMPS RECONSTITUÉ
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre AGENDA ÉLECTRONIQUE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre EMPLOI DU TEMPS RECONSTITUE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre AGENDA ÉLECTRONIQUE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre EMPLOI DU TEMPS RECONSTITUÉ
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72686/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 477k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540