Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la représentation politique

 | 
Alice Mazeaud

Deuxième partie. L'organisation du travail de représentation politique

6. Le temps de la représentation

La fabrique de l’agenda des élus cumulants

Rémi Lefebvre

Texte intégral

  • 1 Bensa A., « Images et usages du temps », Terrain, 9, 1997.

« Le rapport au temps, parce qu’il est d’abord rapport à l’action, est aussi, fondamentalement, rapport au pouvoir1 »

  • 2 Elias N., Du temps, Paris, Fayard, 1996. Norbert Elias parle de « temporer ».
  • 3 C’est le constat formulé par Muriel Darmon qui s’est récemment attachée à la socialisation tempore (...)
  • 4 Voir la contribution de Guillaume Marrel et Laurent Godmer à cet ouvrage et la section thématique (...)

1Le temps est encore largement un impensé des sciences sociales. Norbert Elias a montré qu’il n’est pas une donnée antérieure et extérieure à l’expérience. Il convient ainsi de ne pas le substantialiser et de prendre en compte la relativité et l’élasticité du temps vécu. Le temps n’est pas une chose mais bien une activité2. Rares sont pourtant les études empiriques sur les rapports au temps3 et les pratiques qu’ils engagent, et tout particulièrement en science politique. Le travail de représentation politique s’opère dans un espace-temps qui structure fortement les pratiques des élus. Entrepreneurs de temps, les élus cherchent à le maîtriser sans jamais parvenir à le dominer complètement, leur rationalité demeurant en la matière, comme en d’autres, limitée. Même si « l’agendologie » est encore peu pratiquée en science politique4, l’étude des emplois du temps et des agendas constitue un analyseur heuristique du travail politique multiforme de représentation des élus. Les agendas permettent de révéler, au sens photographique du terme, la structuration des entreprises politiques locales et d’objectiver l’économie des ressources et contraintes qui les définissent.

2Le premier rapport au temps des élus est celui de la maximisation de son emploi. La socialisation temporelle des élus est marquée par une logique de l’urgence et un usage intensif du temps. Le temps de l’élu, ressource rare, est compté même s’il ne le compte pas : il doit gérer au mieux un capital-temps limité pour faire face aux multiples contraintes de rôles qui pèsent sur lui. Les opérations d’agendas alimentent un flux continu de micro-décisions fortement stratégiques ou perçues comme telles qui cherchent à combiner rigueur et adaptabilité. Il s’agit à la fois pour l’élu de planifier son temps à des fins de rationalisation et de se laisser des marges de manœuvre, pour être réactif et s’ajuster à une conjoncture politique souvent instable.

  • 5 Gaudin J.-P., Gouverner par contrat, Paris, Presses de sciences po, 1998, p. 228.
  • 6 Le Bart C., « Les nouveaux registres de légitimation des élus locaux », in Bidegaray C., Cadiou S., (...)

3Les agendas éclairent aussi les arbitrages liés aux tensions et temporalités différenciées des rôles politiques. La littérature sur le pouvoir local a inventorié les multiples rôles que l’élu doit endosser selon les configurations territoriales et les contextes historiques : notable, « bon père de famille », homme de dossier, porte-projet, manager, bâtisseur, « assistante sociale », médiateur, animateur, administrateur, militant... Immergé dans des milieux sociaux variés qui conditionnent sa représentativité, le « technotable5 » doit concilier et bricoler des formes de légitimité hétérogènes, traditionnelles et managériales, clientélistes et modernistes, en s’accommodant de prescriptions de rôles multiples et souvent contradictoires. Il doit combiner des « grandeurs » différentes, celle de l’élu proche et enraciné dans un territoire et celle du monteur de projet « connexionniste6 ».

4Le métier politique local (celui de maire en particulier) tient dans l’articulation de quatre dimensions principales qui renvoient à quatre types de légitimité : la construction d’un rapport à la population locale (la proximité), la mise en œuvre de politiques publiques, la gestion d’une identité politique et partisane, l’investissement dans d’autres arènes institutionnelles (intercommunalité, autres collectivités, « forums » divers...). L’élu doit au mieux investir du temps dans ces divers registres et espaces d’action. Le cumul complexifie encore ces choix et la répartition du temps disponible. Aux nécessités chronophages et immédiates du « terrain » et de « la proximité » s’opposent le temps long de la conduite des projets et la temporalité de l’action publique où interagissent de multiples acteurs et agendas institutionnels et organisationnels.

  • 7 Voir la liste des élus et leur présentation en annexes. La grille d’entretien a été construite sur (...)
  • 8 Lefebvre R., « Se conformer à son rôle. Les ressorts de l’intériorisation institutionnelle », in La (...)

5On s’appuie ici sur un corpus de 34 entretiens approfondis avec des élus en situation de cumul et parfois avec leurs collaborateurs (secrétaires, assistants, directeur de cabinet...)7. Peu homogène, il privilégie la diversité des situations et des combinatoires de cumul. L’analyse vise à dégager des tendances et des variables générales structurant l’élaboration des agendas. Elle poursuit deux objectifs. Il s’agit d’abord de saisir la fabrique de l’agenda comme un enjeu central et le produit d’un travail politique collectif mobilisant des acteurs spécifiques et ainsi d’éclairer la place des entourages et équipes dans la gestion du temps. L’ambition est ensuite de mettre à jour les arbitrages que cette élaboration suppose et les contraintes de rôles8 souvent contradictoires que les agendas doivent concilier.

Densifier le temps

  • 9 Marrel G., « Cumul », in Pasquier R., Guigner S., Cole A. (dir.), Dictionnaire des politiques terri (...)
  • 10 G. Marrel, R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles. Du rapport au temp (...)

6S’engager en politique c’est accepter d’y consacrer l’essentiel de son temps en cherchant à le faire le plus longtemps possible. Dès lors que le seuil de la professionnalisation est franchi (vivre de la politique), c’est renoncer à son activité professionnelle pour vivre pleinement pour la politique. Si le cumul densifie le temps, il permet aussi, en construisant l’inamovibilité électorale9, de sécuriser le maintien dans le jeu politique et de conjurer un sentiment de précarité prégnant chez les élus. Les mandats sont à durée limitée mais l’engagement est appréhendé dans une forme d’irréversibilité. L’attachement aux mandats est à la mesure des coûts d’entrée dans le jeu politique et des sacrifices considérables consentis dans cette activité (d’abord en termes de temps). L’activité souvent frénétique des élus traduit fondamentalement un « rapport d’insécurité10 » au temps.

  • 11 Demaziere D., « Les élus locaux débutants. Découverte du travail politique et production des profes (...)
  • 12 Darmon M., Classes préparatoires., op. cit, p. 147.
  • 13 L’enquête d’Olivier Costa et Eric Kerrouche sur les députés français établit une moyenne de 75 heu (...)
  • 14 « Au moins 80 heures et peut-être plus. Je dors cinq heures par nuit. Je ne fais que ça. Je n’ai p (...)

7L’enquête confirme le très fort investissement en temps que requiert le métier politique. Les entretiens donnent à voir une activité permanente, sans répit, un rythme de vie d’une grande intensité, une course perpétuelle et compulsive contre l’horloge. L’élu est sans cesse « la tête dans le guidon ». L’activité politique est une vie par excès : de dossiers, de rendez-vous, de soucis, de requêtes, de courriers, de repas, de déplacements... « L’empilement des tâches est tel que les cadences de travail sont rapides : les séquences sont courtes et se succèdent à un rythme élevé11 ». Face à ce travail éclaté et dispersé, l’urgence est « la solution (un mode de gestion de la rareté) autant que le problème »12. L’amplitude des journées est très large. En moyenne les semaines d’activité, difficiles à évaluer tant la frontière du travail/hors travail est floue, tournent autour de 70 heures13 (voire plus pendant certaines périodes)14. Les journées commencent tôt et finissent tard (début souvent vers 7 heures 30, retour à la maison vers 21 heures ou 22 heures). Le samedi est très souvent consacré à la politique (activités de représentation essentiellement). Souvent seul le dimanche après midi est « libéré ». Les élus dorment souvent peu et le temps de transport, lié aux nombreux déplacements, est optimisé comme un temps de récupération (entretien 22 ou 33). La moitié des élus de notre corpus peut s’appuyer sur les services d’un chauffeur voire deux qui se relaient (entretien 33).

« Il commence à 8 h 30, et finit au mieux à 22 h - minuit. Il ne s’arrête jamais, et nous sommes plusieurs à gérer son emploi du temps. Le rôle du cabinet est très important : tout est prévu à l’avance, chaque temps de la journée doit être comblé. Si un rendez-vous s’annule, il peut être rempli instantanément. Il est le week-end sur le terrain, et préserve des rendez-vous chez lui qui sont depuis le cabinet beaucoup moins structurés. » (entretien 6)

  • 15 La commensalité est fortement associée dans les entretiens à une forme de « bon temps ».

8Les élus et leurs équipes cherchent à densifier au maximum le temps et à « bannir les temps morts » (entretien 17). « La règle est qu’il ne doit pas y avoir une demi-heure de libre » (entretien 26). « Il ne s’arrête jamais. Chaque temps de la journée doit être comblé. Si un rendez-vous s’annule, il doit être rempli instantanément » (entretien 6). Peu de vacances (4 semaines en moyenne sur l’échantillon), pas de jours fériés (marqués au contraire par une forte activité). Le temps de déjeuner est souvent, voire systématiquement (entretien 13), un temps de travail (plateau-repas ou repas au restaurant considéré comme un temps politique à part entière). Précieux et jugé privilégié15, le temps du midi permet dans un cadre plus informel d’entretenir ou d’élargir le capital relationnel, de rétribuer symboliquement des proches, d’appuyer ou de débloquer des dossiers... Certains élus sautent à l’inverse systématiquement la pause déjeuner, se restaurant dans leur bureau ou en voiture (entretien 24).

  • 16 Il est aussi un argument électoral, le don de soi appelant le contre don électoral. L’agenda peut (...)
  • 17 Forme de démesure et de vertige liés au pouvoir pour détourner une expression grecque.
  • 18 Le sacrifice de la vie personnelle induit un effet cliquet : il est difficile souvent de renoncer (...)
  • 19 Ce qui est aussi une manière d’accroître les revenus du couple.
  • 20 « Quand je vais au théâtre dans ma ville, je suis encore maire » (entretien 29). Maire de Villeneu (...)

9Ce surinvestissement nourrit la perception d’un rapport vocationnel et sacrificiel à l’activité politique16 mais aussi une forme d’hubris17. « C’est un choix, vous savez, mais en même temps on s’ennuie jamais, c’est un accélérateur de vie, je ne saurais plus m’en passer, je m’ennuierais terriblement, on est shooté à d’adrénaline » (entretien 25). Les emplois du temps public et privé apparaissent imbriqués et souvent gérés conjointement. Ce floutage est pleinement intégré par les collaborateurs de l’élu18 « C’est ma secrétaire qui gère tout mon emploi du temps, les vacances, aller manger chez un ami, le médecin... elle doit d’ailleurs mieux connaître ma vie privée qu'elle ne connaît peut être celle de son compagnon » (entretien 12). Associer les conjoint-e-s à l’activité politique constitue une des manières de concilier vie conjugale et vie politique. Même si on ne dispose pas de données précises sur cette question, il est courant pour un parlementaire de recruter sa conjointe comme assistante (ici entretien 30)19. Il est fréquent que les conjointes accompagnent les élus dans leurs déplacements ou à l’Assemblée. Le temps de loisir se confond souvent avec le temps politique (les sorties culturelles chevauchent les temps privé et public20). Les élus sont nombreux à exprimer dans les entretiens un sentiment d’« asphyxie » ou de « perte de sens ». La politique conduit à une forme d’oubli de soi.

« C’est pas facile, j’ai des aspirations à d’autres choses que la politique mais c’est pas facile, on prélève beaucoup de temps sur les gens qu’on aime... ce qui est dur c’est qu’il n’y a plus jamais d’inattendu, tout est planifié. On ne peut pas dire “aller hop” on s’en va en week-end. J’ai récemment pris des décisions très fermes parce que je ne veux pas ne faire que de la politique. Je demande à ma secrétaire une demi-journée par semaine où je ne fais pas de politique et un week-end par mois allégé. » (entretien 22). Un élu impose à son collaborateur de ménager une plage horaire par semaine pour aller chercher à l’école ses enfants qu’il ne peut quasiment jamais voir le soir (entretien 4).

10Beaucoup d’élus évoquent l’impossibilité de réfléchir, de prendre du recul, de lire, même le journal (les élus lisent le plus souvent les revues de presse). Le temps « libéré », résiduel, est celui d’une forme de restauration de soi (tôt le matin ou tard le soir, par exemple pour rédiger deux ou trois post sur un blog - entretien 3).

  • 21 L’emploi du temps du maire de Dunkerque ou de Tourcoing est fixé deux mois à l’avance (au quart d’ (...)

11Ce temps saturé est optimisé. L’élaboration de l’agenda constitue un temps en soi de l’activité politique qui peut mobiliser une personne à temps plein (c’est le cas de la moitié des élus de notre corpus). Une grande attention est portée à la gestion de l’emploi du temps qui obéit à des procédures et des procès plus ou moins rationalisés. Le temps de fabrication de l’agenda et de validation par l’élu cherche à être maîtrisé et non dilué mais il est de fait diffus et quasi-permanent. Il faut organiser un flux continu de sollicitations, centraliser et cadrer un chaos de demandes et d’obligations d’origines diverses. Pour une part, l’emploi du temps est planifié le plus longtemps à l’avance en prenant en compte les agendas institutionnels les plus incontournables ou réguliers21. Il est ajusté pour le reste à partir du rythme des sollicitations. La fixation de l’agenda suppose en amont un travail de mise en dossier, en aval un travail de communication (annoncer la présence ou adresser des excuses). La répartition par journées allouées à chacun des mandats s’impose le plus souvent pour structurer la semaine et gérer le cumul. Elle constitue un cadre qui permet une certaine prévisibilité et une division jugée optimale du travail politique. Elle permet aussi de rationaliser les déplacements qui constituent une contrainte lourde de l’activité politique, partiellement neutralisée par l’utilisation des communications à distance, la mise en réseau des secrétariats, le déplacement des assistants... Sanctuariser des plages ou des journées permet de fixer des étanchéités (toutes relatives) entre les mandats, de conjurer un excès de débordements, de créer de la régularité.

  • 22 Un conseiller régional ou général de base, non membre de l’exécutif ou qui ne préside pas une comm (...)

12Les parlementaires consacrent en général le mardi et le mercredi à l’Assemblée nationale ou au Sénat et cherchent à tout prix pour les provinciaux à limiter le temps parlementaire à ces deux journées. Les élus locaux consacrent tel ou tel jour à la mairie, à l'ΕΡCI, au conseil général ou régional lorsqu’ils disposent dans chacun des sites de ressources de secrétariat ou d’un bureau22. Cette segmentation du temps sur plusieurs sites a de multiples effets. La vie de l’institution ou de la direction dont l’élu a la charge s’organise en fonction de sa présence. Chaque secrétariat ou équipe cherche à tirer le meilleur parti de l’élu dans le temps réservé. Les changements d’emploi du temps provoquent des « cascades en chaînes » (entretien 2). Si l’emploi du temps est serré, les délais entre les rendez-vous doivent être raisonnables pour éviter le cumul des retards qui peuvent être très contre-productifs en termes d’image.

Un travail collectif

  • 23 Demazière D., Le Lidec R, « Introduction » (numéro sur le travail politique), Sociologie du travail(...)

13La production de l’agenda relève d’une entreprise collective qui mobilise des acteurs divers (de la secrétaire au chauffeur en passant par les membres de cabinet). Son analyse éclaire l’économie relationnelle des entourages. « L’élu » appréhendé dans notre enquête est un être collectif, ce qui rejoint le constat formulé par Didier Demazière et Patrick Le Lidec (« le travailleur politique est une figure collective et multiforme, dont les contours sont susceptibles de déplacements permanents23 »). L’élu lui-même intervient rarement de manière directe dans l’élaboration de l’agenda. Dessaisi de cette tâche, il ne tranche le plus souvent que les arbitrages les plus problématiques et valide en bout de chaîne un long travail préparatoire. Il délègue ainsi une large partie de ce travail politique à des collaborateurs jugés aptes à analyser et filtrer l’information, à hiérarchiser attentes et sollicitations. Cette délégation est fondée sur une relation de confiance et de loyauté (le collaborateur est idéalement un double de l’élu). La tâche est bien politique dans la mesure où elle comporte des choix visant la meilleure allocation de la ressource-temps. Elle est souvent confiée à un proche dont le statut peut varier : secrétaire, directeur ou chef de cabinet, secrétaire général, assistant parlementaire, assistant de groupe politique...

« Parfois on aimerait juste une petite validation et puis on finit par prendre la décision soi-même parce que le maire met un certain temps à répondre et qu’il faut agir vite. » (entretien 23)

« J’ignore même ce que je ferais ce soir. C’est ma secrétaire qui m’indique où je dois aller et ce qui est prévu. » (entretien 26)

14Un bon collaborateur doit être capable de « résister » aux pressions (des adjoints, d’autres élus... qui cherchent à accéder à l’élu) et faire preuve de discernement. L’élu cherche à contrôler son accessibilité et à la filtrer. La maîtrise de l’agenda et la capacité à peser sur le temps de l’élu constituent une ressource de premier plan.

  • 24 Il peut être accessible au directeur général des services et aux adjoints pour les maires (entreti (...)

15La configuration des acteurs intervenant dans le processus et les relations de pouvoirs qui s’établissent entre les diverses équipes varient en fonction de la nature des mandats cumulés, des ressources sur lesquelles l’élu s’appuie, d’une division du travail plus ou moins codifiée ou routinisée. Le cumul impose des interfaces et des hiérarchisations. Quels acteurs ont la main ou le « dernier mot » ? Quel secrétariat centralise ou synthétise informations et décisions d’agenda ? L’agenda est-il consultable par tous24 ? L’agenda d’un député-maire d’une grande ville est le plus souvent supervisé par son secrétariat en mairie. Un président de conseil général-sénateur s’appuiera sur son équipe au département. Les équipes (mairie, assemblée nationale) des députés maires synchronisent plusieurs fois par semaine l’agenda de l’élu. Le recours aux nouvelles technologies pour harmoniser les agendas, les coordonner en temps réel, les ajuster à distance (portable, tablette, mél, SMS...) s’est développé. Une véritable ingénierie de la production agendaire s’est ainsi constituée qui permet une élaboration collaborative des emplois du temps. L’agenda peut faire apparaître des options pour un même horaire que l’élu tranche au dernier moment (entretien 24).

Une impossible rationalisation

  • 25 Spécialiste reconnu des finances publiques à l’Assemblée nationale, Dominique Baert (entretien 26) (...)

16Planifié, l’emploi du temps n’en est pas moins sans cesse perturbé, modifié, parfois bouleversé. Le temps, s’il est organisé, est plus ou moins subi. Les élus et leurs équipes ne maîtrisent qu’imparfaitement les données de l’agenda. Leur autonomie est toute relative : s’ils peuvent contrôler le temps de leur territoire, ils doivent composer avec d’autres agendas politiques, institutionnels, médiatiques... L’emploi du temps est structuré par des agendas institutionnels sur lesquels l’élu peut avoir la main ou qui, intangibles, ne sont pas négociables même s’ils sont anticipés ou réguliers (sessions parlementaires, plénières, commissions permanentes, réunions d’exécutifs, de groupes, réunions de services...). Par an, on dénombre en moyenne dans notre corpus 4 ou 5 conseils municipaux et autant de conseils communautaires, un nombre égal de plénières du conseil général ou du conseil régional, avec leur cycle de réunions préparatoires. Le travail parlementaire impose ses contraintes, variables selon les investissements dans ces arènes25.

17L’enchevêtrement des agendas institutionnels, même fixés de longue date, est difficile à gérer. Plus un élu cumule et exerce des positions institutionnelles prééminentes, plus il est en mesure d’imposer son agenda. Le leadership politique sur un territoire élargi se mesure à cette aune. Martine Aubry a ainsi la capacité dans la métropole lilloise (avec des effets en chaîne) de déplacer les agendas d’une grande partie des élus en fonction des urgences de ses responsabilités, nationales notamment (une émission de télévision, un déplacement...). Quand la maire de Lille sollicite un élu pour l’accompagner lors d’un déplacement, il est très difficile de refuser (entretiens 23, 25, 26). La présidente de Lille Métropole a mis en place depuis 2008 une « nouvelle gouvernance » fondée sur un G10 (regroupant les dix principaux vice-présidents) qui se réunit tous les 15 jours le jeudi de 9 heures à 15 heures. La présence y est jugée obligatoire par les élus concernés.

18La « réunionite » est un syndrome redouté par les élus qui fustigent les « voleurs de temps » (l’expression est récurrente dans les entretiens). Les élus distinguent fortement les réunions dont ils ont la maîtrise et celles qu’ils « subissent » et dont il est parfois difficile de s’extraire même si l’attention flottante y permet le « multitasking » (envoyer des sms, consulter sa tablette...). « Les réunions que je préside ne durent jamais plus de deux heures, jamais » s’enorgueillit Michel Delebarre. Les réunions peuvent être longues, peu productives et fortement consommatrices de temps comme les réunions statutaires liées à la gestion des ressources humaines.

  • 26 Darmon M., Classes préparatoires, op. cit, p. 149.

19L’agenda est ainsi un work in progress dépendant largement de facteurs exogènes, variables, contingents. La rationalisation du temps politique se heurte à des aléas de toutes sortes qu’il faut gérer et à l’imprévisibilité des situations politiques (accidents, incendies, décès, irruption de l’actualité dans la vie politique locale, visite de personnalités...). La banalisation des aléas entraîne une forme de « routinisation de la panique temporelle26 ».

« On n’a pas d’heures. On peut apprendre à 18 heures que le lendemain toute la journée est à changer. Il faut garder son sang-froid et prévenir tout le monde. » (entretien 23)

« On ne peut pas dire en début de semaine : je vais consacrer 10 % à ça, 20 % à ça, 30 % à ça... Parce que les semaines se suivent et ne ressemblent pas. Par exemple cette semaine, trois jours de congrès des maires, c’est exceptionnel mais cela plombe la semaine. » (entretien 18)

« La semaine type est avec exceptions. » (entretien 33)

20L’enjeu de la fabrique de l’emploi du temps est de domestiquer ces contraintes pour ne pas trop bousculer l’emploi du temps, maintenir des régularités et dégager des marges de manœuvre. Les aléas sont sources de contraintes nouvelles ou, plus rarement, de poches de temps récupérées. Les élus et entourages cherchent (souvent en vain) à desserrer l’étau des contraintes institutionnelles et des sollicitations multiples pour dégager des marges de manœuvre pour le temps de la réflexion, de la conduite des projets, les stratégies à conduire.

  • 27 Le temps passé au téléphone, considérable, permet aussi de meubler ce temps résiduel. Un élu nous (...)

21Le traitement du courrier permet de combler les temps morts, les interstices de l’agenda (ce qui suppose que les parapheurs soient mobiles)27. Ce travail, s’il est fastidieux, est rarement perçu comme anodin ou accessoire par l’élu. « Je vise tous les courriers, quand je dis vise tous, je les lis tous. Et ensuite c’est moi qui décide qui va répondre. Parfois c’est moi, parfois ce sont mes adjoints, en fonction de la compétence. Parfois ce sont les services, s’il s’agit à mes yeux d’une simple formalité administrative... » (entretien 9).

Les stratégies d’ubiquité

  • 28 Négrier E, « Municipales 2001 : les nouveaux fiefs », Pôle sud, 15, 2001, page 112.
  • 29 Il a souhaité garder l’anonymat.

22L’allocation du temps disponible se fait quant à elle principalement en fonction d’un arbitrage entre « terrain » et projet, présence sur le territoire et action publique. Les élus ont conscience que les politiques publiques sont devenues d’essentiels « vecteurs de consentement politique28 » mais jugent le travail de proximité toujours essentiel à leur légitimation. Un maire d’une commune de 20 000 habitants de la région lilloise29 évoque ses arbitrages d’agenda :

« l’agenda c’est un casse-tête, la quadrature du cercle... le plus dur est de concilier le temps du terrain et celui des projets, rester en prise avec la population et on ne peut refuser personne et prendre du recul pour préparer l’avenir, tenir ses engagements. Le risque est de ne faire que du terrain, la tentation est forte mais c’est suicidaire, parce qu’à la fin du mandat, les gens regardent aussi si la ville a changé, si les écoles sont bonnes, si leur maison a pris de la valeur, il faut être bien entouré, avoir une bonne santé, un entourage personnel conciliant, des capteurs sur le terrain qui permettent de hiérarchiser les priorités... »

23Avec la complexification du métier politique, l’élu est certes devenu producteur d’action publique mais cette transformation de l’activité n’a pas supprimé ni peut-être même diminué les exigences de proximité.

  • 30 Sur ces notions de la représentation, voir pour une mise au point récente, Sintomer Y. « Le sens d (...)

24Les attentes intériorisées de « proximité » définissent fortement le rôle d’élu local mais aussi de parlementaire. Le temps relevant du « terrain » tient à un travail relationnel et présentiel multiforme. L’étude des agendas permet d’établir que ce registre d’activité constitue au moins un tiers du temps d’activité des élus, concentré sur les soirées et le week-end. L’accumulation d’un capital notabiliaire est à ce prix. Le travail de « proximité » passe avant tout par l’engagement physique des élus qui se livrent méthodiquement à un véritable marquage territorial. Ce temps présentiel est pensé comme indispensable pour mettre en scène une forme de représentation politique mimétique ou incarnative30. Cet investissement est variable selon les mandats occupés (le mandat de maire l’exige plus que celui de conseiller régional) ou selon l’enracinement de l’élu. À Lille, un document établi à l’intention des militants socialistes lillois en 2003 établit à 1200 le nombre de « représentations » assurées par Martine Aubry lors de ses 20 premiers mois de mandat. Devenue première secrétaire du parti socialiste fin 2008, la maire de Lille s’engage à être présente dans sa ville quatre à cinq jours par semaine.

  • 31 Patrick Kanner pressenti à partir de 2004 pour succéder à Bernard Derosier à la présidence du cons (...)
  • 32 « Je célèbre tous les mariages, tous quasiment » (entretien 26).
  • 33 Le maire de Roubaix estime que près d’un quart de son temps est consacré aux relations interperson (...)
  • 34 Une assistante d’un député-maire nous confie : « on annonce jamais que l’on va venir ou pas dans u (...)
  • 35 Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La Proximité en politique. Rhétoriques, usages, pratiques, Rennes, (...)
  • 36 Lefebvre R., « La proximité à distance. Typologie des relations de proximité », in Le Bart C., Lefe (...)

25L’investissement du territoire par l’élu obère fortement son capital temps. Les stratégies d'ubiquité des élus imposent des rationalisations du temps passé sur le territoire. La répartition du temps selon les communes, les quartiers, les interlocuteurs, les associations, les stratégies électorales, la hiérarchie des problèmes... obéit à de subtils dosages31. Quel mariage faut-il accepter de célébrer32 ? De quelle assemblée générale l’élu peut-il faire l’économie ? Les choix dépendent beaucoup des territoires concernés33... Il faut savoir ne pas banaliser sa présence, surprendre, déjouer les déceptions quand l’élu ne peut se déplacer34. « Les endroits que je préfère sont les brocantes ou les braderies : vous pouvez aller au devant des gens, ce qui permet de créer des contacts avec des personnes sans que celles-ci se sentent obligés de venir vous voir » (entretien 19). Certains élus adoptent la stratégie du « saut de puce » (passer rapidement d’une manifestation à l’autre), d’autres la récusent (entretien 32) la jugeant « contre-productive ». L’élu doit savoir aussi perdre son temps, ne pas venir que pour la photographie, ne pas donner l’impression d’être trop pressé. Ces savoirs pratiques et ce sens du temps sont constitutifs d’un « art d’être là35 ». On a distingué ailleurs quatre types de proximité qui structurent l’activité relationnelle des élus : protocolaire, informelle, participative, d’interpellation36. Elle requiert chacune des savoir-faire temporels spécifiques.

  • 37 Le Lidec P., « Les députés, leurs assistants et les usages du crédit collaborateurs. Une sociologie (...)

26Dans une société où les solidarités locales traditionnelles se sont affaiblies, l’élu local et le maire en particulier constituent souvent un des derniers recours. Les maires sont constamment sollicités pour des questions qu’ils ne peuvent résoudre. Les permanences des parlementaires permettent d’authentifier cette disponibilité et cette empathie37. Elles occupent au moins une demi-journée de l’emploi du temps de chaque élu, parfois bien plus quand la circonscription législative est étendue ou la notoriété et l’ancrage local encore faibles. Quelques élus ne sacrifient pas au rituel de la permanence mais adoptent alors d’autres formes de rencontres.

« Je donne rendez-vous dans mon bureau très tôt le matin, vers 7 heures. Ceux qui veulent vraiment me voir peuvent me voir, ils se lèvent tôt. Je ne fais plus de permanence car très souvent j’étais en retard, bousculé par des réunions qui débordaient, cela avait un effet très négatif. » (entretien 24)

« Pendant la durée de mon mandat, qui arrive à échéance là, j’ai fait 111 permanences en 7 ans, c’est 464 situations individuelles qui ont été traitées, et c’est 600 courriers par an d’échange avec des personnes du canton. » (entretien 13)

  • 38 Le mois de janvier est marqué par les cérémonies de voeux (jusque 40 sur un mois, entretien 33), l (...)
  • 39 Le temps du mandat demeure l’unité temporelle de référence de l’élu. Cette question essentielle a (...)

27Certains maires rationalisent le temps de la proximité en le concentrant sur des plages dédiées. Le maire de Tourcoing a mis ainsi en place des « promenades du maire » (entretiens 22 et 23) qui permettent de toucher le même jour les habitants d’un quartier (42 entre 2008 et 2011). Les emplois du temps d’un même élu sont eux-mêmes variables dans le temps de l’année38 ou du mandat39. Ils sont affectés par l’enchaînement des temps électoraux (périodes de campagnes). Une des données les plus discriminantes en termes d’emploi du temps est le nombre de territoires que les élus doivent « couvrir » et « travailler » et les distances qui les séparent (le temps consacré aux déplacements). La circonscription du député Jean-Pierre Decool (entretien 9) compte 68 communes, ce qui démultiplie le travail de représentation. Certains élus ont veillé à ce que le territoire de leur intercommunalité coïncide avec celui de leur canton. Aussi l’agenda ne donne pas seulement à voir un capital-temps à gérer mais un espace-temps à baliser.

Le temps de l’action publique

  • 40 Sawicki F., « Du parti à l’assemblée régionale. Itinéraire d’un professionnel de l'intermédiation » (...)

28La légitimité locale n’est pas qu’affaire de « proximité », fut-elle fétichisée. L’accent mis sur le travail de représentation des élus, dans sa dimension territoriale notamment, tend à occulter la place des élus dans les dispositifs d’action publique, de plus en plus centrale40. L’aspect le plus visible de l’activité politique (les pratiques de représentation) ne doit pas conduire à négliger la contribution, souvent en coulisses, de l’élu aux politiques publiques. L’étude des emplois du temps est de ce point de vue précieuse pour affiner l’étude la place des élus dans l’action publique.

  • 41 Cette maîtrise ne peut être qu’imparfaite. Les élus lisent beaucoup de notes syntéhtiques qui leur (...)
  • 42 Le Bart C., « Le leadership territorial au-delà du pouvoir décisionnel », in Smith A., Sorbets C. ( (...)

29À la tête d’organisations conçues de plus en plus comme de véritables entreprises, prestataires de services, l’élu est devenu un manager et se pare de nouveaux attributs de légitimité. Le degré d’implication dans le fonctionnement administratif est très variable. L’activité des élus s’est technicisée et cet apprentissage requiert du temps (celui de l’appropriation des dossiers, de leur maîtrise41, de l’acculturation à la nouvelle culture managériale, de l’acquisition d’une compétence juridique ou financière...). Le maire se définit de plus en plus comme un entrepreneur de politiques publiques, comme un acteur capable de produire du changement social en impulsant des dynamiques locales d’action publique. Certes, les élus déploient des stratégies d’orchestration et d’imputation42 pour endosser décisions et projets dans lesquels ils n’ont parfois joué qu’un rôle secondaire. Mais leur rôle peut être aussi plus direct dans l’action publique. L’élu joue toujours un rôle de courtier dans diverses arènes pour faire avancer « ses » dossiers.

  • 43 Desage R, Gueranger D., La Politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions interc (...)
  • 44 Healy A., « Durer pour agir ou agir pour durer ? », Pôle Sud, 25, 2006.

30L’intercommunalité a fait émerger de nouvelles scènes d’action publique où la présence de l’élu est requise d’autant plus que la logique du marchandage municipaliste y est toujours dominante43. Certains élus peuvent s’investir fortement dans les fonctions intercommunales. L’élu intercommunal semble avoir un rapport au temps spécifique (il est sommé de se projeter dans un temps plus long) : il se trouve parfois en compétition avec ses pairs pour être celui qui « regardera le plus loin »44.

  • 45 Douillet A.-C., Robert C., « La production de l’action publique dans l’exercice du métier politique (...)
  • 46 Merci à Christian Le Bart de m’avoir suggéré cette expression.

31Dans les projets, le rôle de l’élu est essentiellement celui d’un coordonnateur et d’un facilitateur. Il est le garant de l’avancement des projets et de leur mise en cohérence. L’élu est à l’interface de plusieurs mondes (techniques, associatifs, économiques, professionnels) qu’il cherche à relier. Ce rôle d’intermédiation qui passe par l’entretien de réseaux, l’animation de réunions ou de forums d’action publique prend là encore du temps. Les élus ne suivent pas tous les « moments » de l’action publique. Ils interviennent surtout à deux stades, d’abord dans le processus de politisation et de construction de problèmes en enjeux collectifs, ensuite dans la définition des cadres de l’intervention publique (budgétaires, administratifs et territoriaux45). « Dans tous les grands projets de la ville, je m’implique totalement, mais une fois que le projet est démarré, une fois que la construction est partie, je m’implique moins. Parce que pour moi c’est un projet terminé, ça veut dire qu’on a réglé les problèmes financiers, qu’on a fait les choix des architectes, la maîtrise d’œuvre et tout » (entretien 1). La participation répétée de l’élu à tel ou tel comité de pilotage (les « copil ») est interprétée comme une marque de sa volonté politique. L’élu qui cherche avant tout à conjurer les risques d’enlisement des projets « surfe » en quelque sorte sur les processus décisionnels46.

32Certains élus sont inscrits par ailleurs dans des logiques de spécialisation dans des domaines d’action publique liées aux caractéristiques de leurs territoires, à leurs stratégies de développement, aux délégations et aux mandats qu’ils occupent, à leur domaine de compétence et trajectoires. Être vice-président au développement économique d’une communauté urbaine de plus d’un million d’habitants, vice-président du conseil général à l’éducation d’un conseil général qui compte 200 collèges (entretien 1) ou vice-président aux finances d’un conseil régional dont le budget est de plus de deux milliards d’euros (entretien 3) supposent l’acquisition d’une expertise spécifique et une présence affirmée. Être président d’un comité départemental de tourisme (entretien 24) ou président du conseil national de l’eau (entretien 30) exige du temps (au moins une journée par semaine) qui forge peu à peu une professionnalité spécifique.

  • 47 Pinson G., Gouverner la ville par projet, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.
  • 48 Cadiou S., Le Pouvoir local en France, Grenoble, PUG, 2009.

33Gilles Pinson47 émet l’hypothèse que, chez les élus, « la fréquentation des experts a remplacé les sociabilités de parti comme voie d’accès à la demande sociale », les responsables politiques ayant une vision de plus en plus floue des groupes que constituent les sociétés urbaines. Dans les grandes villes, selon l’auteur, les relations des maires avec les sociétés urbaines tendent à être « limitées aux relations qu’ils entretiennent avec les réseaux techniques et professionnels de l’action publique et avec les réseaux élitaires porteurs de ressources pour l’action », la mobilisation électorale s’effectuant principalement par la réalisation de grands projets et de politiques publiques dont les élus attendent des effets « attrape tout ». Stéphane Cadiou48 pour sa part écrit que les élus « passent de moins en moins de temps à fidéliser des groupes sociaux bien identifiés » préférant « agréger des intérêts éclatés en vue d’une action ». La décomposition des réseaux partisans dans les villes de gauche tend à donner crédit à ces hypothèses.

34« L’élu pluriel » se dissoudrait-il dans le modèle uniforme du manager, le standard déterritorialisé de l’entrepreneur ? L’analyse des emplois du temps démontre que les « servitudes » de la représentation et du terrain n’ont pas disparu. « Tout l’enjeu du cabinet, c’est d’essayer d’aider à dégager du temps pour le pilotage des grands projets ! » (entretien 6). Les élus cherchent toujours à travailler leur ancrage local, notamment en s’appuyant sur des formes de proximité désormais institutionnalisées (la démocratie dite « participative » en tient souvent lieu). Peut-être éprouvent-ils des difficultés grandissantes à « toucher » la population. Pour autant, le clientélisme traditionnel n’a pas disparu même si les ressources à allouer se sont partiellement taries. Les agendas démontrent que le métier politique « à l’ancienne » a encore de belles heures devant lui.

Conclusion

35L’étude des emplois du temps fait apparaître une double série de tensions. La fabrique de l’agenda obéit à des logiques de rationalisation et de professionnalisation. Dispositif de « conduite des conduites », au sens de Foucault, l’agenda discipline les activités des élus. Mais ces technologies d’agendas, de plus en plus collectivisées, se heurtent à des aléas multiples, au flux continu de sollicitations, à l’imprévisibilité des situations politiques et à l’enchevêtrement des ordres du jour institutionnels. Les routines de l’agenda sont ainsi sans cesse perturbées. Le deuxième dosage que l’élu doit opérer concerne l’équilibre entre présence sur le « terrain » et implication dans l’action publique. L’élu doit investir la scène locale, celle de la représentation sans négliger un travail plus officieux, en coulisses, celui de la conduite de l’action publique. Il cherche à conjuguer réactivité et préparation de l’avenir, à ne pas être pris en défaut de « proximité » tout en impulsant des projets qui fondent de plus en plus sa légitimité. Le temps des dynamiques de projet n’est pas celui de la proximité. Il nécessite un processus d’harmonisation cognitive, de construction de significations partagées, mobilisant des acteurs nombreux, qui requiert du temps et une implication constante.

  • 49 Hartog R, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2002.

36Le métier politique tient à une capacité à tenir ensemble des contraintes et attentes multiples et à y répondre dans un temps limité. Le savoir-faire des élus (« avoir du métier ») tient à la maîtrise de savoirs hétérogènes et relève d’une rationalité limitée dont rend bien compte la notion de « bricolage ». La construction de l’agenda peut être un moment de mise en réflexivité de l’activité des élus mais il se produit le plus souvent dans l’urgence. Les perceptions du « bon temps » passé ou « perdu » sont variables selon les élus. La politique est un métier qui ne s’apprend pas ou alors en actes, avec le temps, par un processus de tâtonnements successifs. Il est fait à la fois de la maîtrise de savoirs et de connaissances mais aussi d’un sens pratique, d’un sens du placement et du temps que seule l’expérience du jeu peut donner. Les emplois du temps donnent à voir au final des activités émiettées et éclatées qui laissent peu de temps pour la réflexion politique, réduite à la portion congrue. Ils témoignent en ce sens du « présentisme » analysée par François Hartog, ce présent envahissant « à la fois seul horizon possible et s’abîmant à chaque instant dans l’immédiateté »49. La réduction du possible et du pensable politiquement en est peut-être le prix.

Annexes

Annexe : liste des entretiens

Entretien 1 : Bernard Baudoux, Maire d’Aulnoye-Aymeries (59), Vice-président au Conseil Général du Nord, Vice-président d’une communauté d’agglomération, PS.

Entretien 2 : Didier Pol, collaborateur de M. Bernard BAUDOUX au conseil général.

Entretien 3 : Bernard Roman, député PS à Lille, premier vice-président du conseil régional, PS.

Entretien 4 : Frédéric Marchand, Premier Adjoint à la Mairie d’Hellemmes (59), et vice-président du conseil général du Nord, PS.

Entretien 5 : Cécile Gallez, député et Maire de Saint-Saulve (59), UMP.

Entretien 6 : Philippe Duron, député maire de Caen (14), président communauté d’agglomération, PS.

Entretien 7 : Bruno Troni, maire de Billy Montigny (62), vice président d’une Communauté d’Agglomération et conseiller général, PS.

Entretien 8 : Dominique Hèloire, chef de cabinet à la mairie de Valenciennes (59) de Dominique Riquet (député européen et maire, UMP).

Entretien 9 : Guy Delcourt, Député-maire de Lens (62), vice président d’une communauté d’agglomération, PS.

Entretien 10 : Martial Herbert, maire de Marquise (62) et conseiller général, président d’une communauté de communes, PS.

Entretien 11 : M. Fernandez, collaborateur d’élu d’Yves Durand, député-maire de Lomme (59)

Entretien 12 : Thierry Lazaro, député maire de Phalempin (59), UMP

Entretien 13 : Bernard Haesebroeck, maire d’Armentières (59), vice-président du Conseil général du Nord, vice-président de la Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU), PS.

Entretien 14 : Claude Leteurtre, Député du Calvados et conseiller général, Nouveau centre.

Entretien 15 : Jacques Vernier Maire de Douai (59), conseiller régional, vice-président d’une communauté d’agglomération, UMP.

Entretien 16 : Jean-Pierre Bataille, maire de Steenvorde (59) et conseiller régional, président d’une communauté de communes

Entretien 17 : Jean-Claude Villemain, maire de Creil (60), vice-président du conseil général de l’Oise, PS.

Entretien 18 : Jacques Desallangre, député-maire de Tergnier (02), président d’une communauté de communes, MDC.

Entretien 19 : Jean-Pierre Decool, député maire, conseiller général UMP (Nord).

Entretien 20 : Yves Durand, député maire de Lomme (59), PS.

Entretien 21 : Bernard Gérard, député maire de Marcq en Baroeuil (59), UMP.

Entretien 22 : Michel-François Delannoy, maire de Tourcoing (59), vice président de Lille métropole, conseiller régional, président du groupe socialiste au conseil régional, PS.

Entretien 23 : François Camerlynck, directeur de cabinet de Michel-François Delannoy.

Entretien 24 : Lionel Walker, maire de Saint-Fargeau-Ponthierry (77), vice président du conseil général, vice président d’une communauté de communes, Divers gauche.

Entretien 25 : Olivier Henno, Maire de Saint-André (59), vice-président du conseil général, vice président de Lille métropole, MODEM.

Entretien 26 : Dominique Baert, député maire de Wattrelos (59), vice président de Lille métropole, PS.

Entretien 27 : Albert Despres, maire de Roeulx (59), conseiller général, PC.

Entretien 28 : Éric Straumann, député maire de Houssen (67), conseiller général, vice-président d’une communauté d’agglomération, UMP.

Entretien 29 : assistante d’André Flajolet.

Entretien 30 : André Flajolet, député-maire de Saint-Venant (62), UMP.

Entretien 31 : André Vantomme, sénateur, vice-président du conseil général de l’Oise, PS.

Entretien 32 : Jean-René Lecerf, sénateur, conseiller général du Nord, UMP.

Entretien 33 : Michel Delebarre, sénateur maire de Dunkerque (59), PS.

Entretien 34 : Rudy Elegest, maire de Mons en Baroeuil (59), vice président de Lille métropole, conseiller régional, divers gauche.

Notes

1 Bensa A., « Images et usages du temps », Terrain, 9, 1997.

2 Elias N., Du temps, Paris, Fayard, 1996. Norbert Elias parle de « temporer ».

3 C’est le constat formulé par Muriel Darmon qui s’est récemment attachée à la socialisation temporelle et à l’apprentissage du temps des élèves de classes préparatoires. Darmon M., Classes préparatoires. La fabrique d'une jeunesse dominante, Paris, La découverte, 2013.

4 Voir la contribution de Guillaume Marrel et Laurent Godmer à cet ouvrage et la section thématique qu’ils ont coordonnée avec Renaud Payre au congrès de l’AFSP de 2013 sur ce thème.

5 Gaudin J.-P., Gouverner par contrat, Paris, Presses de sciences po, 1998, p. 228.

6 Le Bart C., « Les nouveaux registres de légitimation des élus locaux », in Bidegaray C., Cadiou S., Pina C. (dir.), L’Élu local : changement ou continuité ?, Grenoble, PUG, 2009.

7 Voir la liste des élus et leur présentation en annexes. La grille d’entretien a été construite sur la base de la photocopie de trois ou quatre semaines d’agendas recueillie au préalable, ce qui a permis d’esquisser une analyse quantitative (l’agenda ne fixe pas l’ensemble des activités des élus et peut conduire à surestimer l’activité de représentation officielle en négligeant les coulisses). Je remercie les étudiants du master professionnel « action publique » de Lille 2 de leur aide.

8 Lefebvre R., « Se conformer à son rôle. Les ressorts de l’intériorisation institutionnelle », in Lagroye J., Offerle M. (dir.), La Sociologie de l’institution, Paris, Belin, 2011.

9 Marrel G., « Cumul », in Pasquier R., Guigner S., Cole A. (dir.), Dictionnaire des politiques territoriales, Paris, Presses de sciences Po, 2011.

10 G. Marrel, R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles. Du rapport au temps des élus à une sociologie des leaderships spatio-temporels », Pôle Sud, 25, 2006.

11 Demaziere D., « Les élus locaux débutants. Découverte du travail politique et production des professionnels », in Demaziere D., Gadea C. (dir.), Sociologie des groupes professionnels, Paris, La Découverte, 2009, p. 201.

12 Darmon M., Classes préparatoires., op. cit, p. 147.

13 L’enquête d’Olivier Costa et Eric Kerrouche sur les députés français établit une moyenne de 75 heures, Costa O., Kerrouche E., Qui sont les députés français ? Paris, Presses de sciences Po, 2007, p. 110.

14 « Au moins 80 heures et peut-être plus. Je dors cinq heures par nuit. Je ne fais que ça. Je n’ai pas de hobby. Je ne fais que travailler. Quand vous êtes en week-end moi je travaille, sauf peut-être le dimanche soir quand je ne voyage pas » nous confie Michel Delebarre (entretien 33).

15 La commensalité est fortement associée dans les entretiens à une forme de « bon temps ».

16 Il est aussi un argument électoral, le don de soi appelant le contre don électoral. L’agenda peut être rendu public sur le blog de l’élu (entretien 28). Le surbooking peut être aussi une « façade » surtout quand l’activité parlementaire est quantifiée par des sites Internet de plus en plus nombreux. Le cumul a une vertu : on peut ne pas savoir où est l’élu.

17 Forme de démesure et de vertige liés au pouvoir pour détourner une expression grecque.

18 Le sacrifice de la vie personnelle induit un effet cliquet : il est difficile souvent de renoncer à la politique et de revenir à une vie familiale « normale ». De nombreux élus évoquent une forme de solitude et de sociabilité réduite à la politique.

19 Ce qui est aussi une manière d’accroître les revenus du couple.

20 « Quand je vais au théâtre dans ma ville, je suis encore maire » (entretien 29). Maire de Villeneuve d’Ascq entre 2001 et 2008, Jean-Michel Stiévenard nous confie qu’il ne pouvait plus se balader le dimanche en forêt avec sa femme : il était sans cesse interpelé par des habitants.

21 L’emploi du temps du maire de Dunkerque ou de Tourcoing est fixé deux mois à l’avance (au quart d’heure près pour le premier).

22 Un conseiller régional ou général de base, non membre de l’exécutif ou qui ne préside pas une commission, ne possède en général pas de bureau. Cet élément matériel est essentiel.

23 Demazière D., Le Lidec R, « Introduction » (numéro sur le travail politique), Sociologie du travail, no 30, 2008, p. 142

24 Il peut être accessible au directeur général des services et aux adjoints pour les maires (entretien 11).

25 Spécialiste reconnu des finances publiques à l’Assemblée nationale, Dominique Baert (entretien 26) analyse : « l’avantage des textes financiers c’est qu’ils sont datés dans l’année, d’octobre à décembre. Durant cette période, j’allège très fortement mon programme au niveau municipal ».

26 Darmon M., Classes préparatoires, op. cit, p. 149.

27 Le temps passé au téléphone, considérable, permet aussi de meubler ce temps résiduel. Un élu nous a confié passer plus de 100 heures par mois au téléphone (sa facture téléphonique faisant foi).

28 Négrier E, « Municipales 2001 : les nouveaux fiefs », Pôle sud, 15, 2001, page 112.

29 Il a souhaité garder l’anonymat.

30 Sur ces notions de la représentation, voir pour une mise au point récente, Sintomer Y. « Le sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion », Raisons politiques, 50, 2013.

31 Patrick Kanner pressenti à partir de 2004 pour succéder à Bernard Derosier à la présidence du conseil général du Nord a pris l’habitude de pointer sur une carte avec des punaises colorées les lieux où il se déplace, cherchant à couvrir l’ensemble du territoire départemental. L’agenda est ainsi, au sens de Michel Foucault, une technologie de pouvoir, un instrument de gouvernementalité du territoire.

32 « Je célèbre tous les mariages, tous quasiment » (entretien 26).

33 Le maire de Roubaix estime que près d’un quart de son temps est consacré aux relations interpersonnelles avec les représentants des cultes dans sa ville.

34 Une assistante d’un député-maire nous confie : « on annonce jamais que l’on va venir ou pas dans une manifestation. Si l’on vient, les gens sont contents, si ce n’est pas le cas, les gens ne sont pas déçus ».

35 Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La Proximité en politique. Rhétoriques, usages, pratiques, Rennes, PUR, 2005.

36 Lefebvre R., « La proximité à distance. Typologie des relations de proximité », in Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La Proximité en politique. Rhétoriques, usages, pratiques, Rennes, PUR, 2005.

37 Le Lidec P., « Les députés, leurs assistants et les usages du crédit collaborateurs. Une sociologie du travail politique », Sociologie du Travail, no 50, 2008.

38 Le mois de janvier est marqué par les cérémonies de voeux (jusque 40 sur un mois, entretien 33), le mois de juin par les fêtes d’école, le mois de septembre par les « forums d’association »... Certains évènements locaux sont structurants comme le carnaval de Dunkerque. « Il y a 10 à 11 bals et 3 bandes sur deux mois, je les fais tous » (entretien 33).

39 Le temps du mandat demeure l’unité temporelle de référence de l’élu. Cette question essentielle a été négligée par la science politique. Voir le numéro de Pôle Sud, Les temporalités du politique, 25, 2006.

40 Sawicki F., « Du parti à l’assemblée régionale. Itinéraire d’un professionnel de l'intermédiation », in Nay O., Smith A. (dir.), Le Gouvernement du compromis, Paris, Economica, 2002.

41 Cette maîtrise ne peut être qu’imparfaite. Les élus lisent beaucoup de notes syntéhtiques qui leur permettent de construire des shorts cuts sur les projets en cours.

42 Le Bart C., « Le leadership territorial au-delà du pouvoir décisionnel », in Smith A., Sorbets C. (dir.), Le Leadership politique et le territoire. Les cadres d’analyse en débat, Rennes, PUR, 2003.

43 Desage R, Gueranger D., La Politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales, Éditions du Croquant, 2011.

44 Healy A., « Durer pour agir ou agir pour durer ? », Pôle Sud, 25, 2006.

45 Douillet A.-C., Robert C., « La production de l’action publique dans l’exercice du métier politique », Sciences de la société, no 71, 2007.

46 Merci à Christian Le Bart de m’avoir suggéré cette expression.

47 Pinson G., Gouverner la ville par projet, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

48 Cadiou S., Le Pouvoir local en France, Grenoble, PUG, 2009.

49 Hartog R, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540