Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la représentation politique

 | 
Alice Mazeaud

Deuxième partie. L'organisation du travail de représentation politique

L’organisation du travail de représentation politique

Marion Paoletti

Texte intégral

  • 1 Courty G. (dir), Le Travail de collaboration avec les élus, Michel Houdiard éditeur, 2005.

1Le travail de représentation politique ne se fait pas qu’à la tribune mais aussi dans des lieux invisibles, incertains, flous, à travers une activité qui échappe au regard public1. Ce n’est pas le moindre des mérites des textes qui suivent que de lever le voile sur ces coulisses, les tâches banales, les routines qui font la vie des professionnels de la politique entre deux élections, en portant l’éclairage sur les équipes(s) et entourages qui contribuent à produire le travail de représentation et/ou sur la planification et l’utilisation du temps. Cette double entrée se révèle étonnamment pertinente pour comprendre ce que représenter veut concrètement dire (ou pas) : la gestion de l’agenda est une entreprise collective qui éclaire l’économie relationnelle des entourages alors que l’entrée par les collaborateurs montre que l’allocation du temps de l’élu structure les relations de collaboration ou de concurrence entre collaborateurs. Elle renseigne plus largement sur la manière dont les élus conçoivent leur travail et hiérarchisent leurs tâches, se projettent dans l’avenir et anticipent la suite de leur carrière politique.

2Le voile est d’autant mieux levé ici sur les coulisses et les pratiques que les méthodes diffèrent, les types d’élus pris en compte varient (notamment au regard des situations de cumul des mandats, de longévité politique, d’ancrage local, et même de pays – pour le Parlement européen) et que l’ensemble des niveaux est traité : municipal, départemental, régional, national, européen. Toute approche qui amènerait à parler de « classe politique » dans une perspective homogénéisante ou d’élus sans plus de précisions est écartée. Les distinctions principales concernent, pour l’entrée par les équipes, le niveau territorial du Parlement européen et de l’Assemblée nationale, et pour l’entrée par les emplois du temps, des caractéristiques sociales et politiques : d’un côté, une femme, en situation de mandat unique, Vice-présidente d’un Conseil régional et de l’autre des hommes (à l’exception d’une femme), en situation de cumul de mandats.

  • 2 Michon S., « Devenir professionnel de la politique. Militant et collaborateur politique », Agora/dé (...)

3Ainsi, en décrivant ce que font de leur quotidien une femme vice-présidente de région, des élus locaux cumulants, les équipes de député, au Parlement européen et à l’Assemblée nationale, ces quatre textes renouvellent largement les approches de la représentation politique. Ils soulignent la dimension éminemment collective du travail routinier de représentation que masque généralement l’auto-héroïsation des élus, personnages qui se donnent à voir souvent comme omnipotents, omniscients, omniprésents. Ils éclairent le travail encore trop peu connu des collaborateurs d’élus, qui constituent le gros de ceux qui vivent de et pour la politique mais dans une position qui, comme l’écrit Sébastien Michon, « s’apparente sous certains aspects à une “misère de position” par rapport aux élus [...] à l’image du contrebassiste au sein de l’orchestre décrit par Patrick Süskind, dans une “position inférieure et obscure à l’intérieur d’un univers prestigieux et privilégié”, une position essentielle dans l’orchestre peu ou pas visible2 ». Ils éclairent enfin les formes – parfois paradoxales – que prend la rationalisation croissante des activités politiques. Et ce faisant, ils ne font pas qu’enrichir notre connaissance des savoir-faire propres au « métier » politique : ils invitent bien plus à comprendre comment s’articulent vie privée et vie publique des représentants.

Le travail politique routinier : un travail collectif

4La dimension collective des mobilisations électorales est davantage prise en compte que celle des temps ordinaires par la science politique, attentive à la division du travail militant, aux équipes de campagnes, à la mobilisation des soutiens et milieux organisés. Cette dimension collective des campagnes est rituellement saluée par les récents élus qui marquent invariablement la fin d’une campagne par un remerciement à tous ceux qui les ont aidés, électeurs, soutiens, « équipe ». Cette reconnaissance furtive du caractère collectif du travail politique s’arrête le plus souvent avec l’élection. Or les articles de Willy Beauvallet et de Sébastien Michon sur les équipes des députés à l’Assemblée nationale et au Parlement européen, d’une part, et ceux de Laurent Godmer et Guillaume Marrel et de Rémi Lefebvre sur l’agenda des élus d’autre part, signalent conjointement combien l’exercice journalier de la représentation est un travail collectif. L’appropriation individualisée de ce travail collectif est ainsi ce que permet le sacre de l’élection.

  • 3 Le Bart C., La Politique en librairie. Les stratégies de publication des professionnels de la polit (...)
  • 4 Tronto J., Un monde vulnérable. Pour une politique du care. Paris, La Découverte, 2009.

5L’activité politique, au-delà de l’élection et tout le temps du mandat, est en effet produite collectivement, par des cercles moins larges, plus spécialisés et rémunérés qu’en temps de campagne, mais cette dimension est en partie scotomisée par les principaux titulaires des positions de pouvoir, structurellement portés à imprimer leur marque à des produits élaborés collectivement, à s’avancer seul dans la lumière des scènes publiques et à susciter la croyance en leurs qualités exceptionnelles. Les collaborateurs sont non seulement dans l’ombre, les coulisses, l’arrière-scène, mais leur contribution est structurellement minorée par le travail public de représentation tant celui-ci conduit à attirer les regards, les attentions, la lumière. La signature, la voix, les votes et prises de position de l’élu sont sacralisés. Il cherche, aujourd’hui plus qu’hier à se singulariser3. Mais comme dans d’autres secteurs, la grandeur des « grands », qui se perçoivent indépendants, tient en partie dans leur dépendance à toute une série de personnes invisibles dont ils sont peu portés à reconnaître le caractère vital de la contribution pour le maintien de leur position et propre personne4.

  • 5 Elias N., Sociologie d'un génie, Paris, Le Seuil, 1991.

6De fait, l’exercice du métier de représentant politique passe au quotidien par un exercice de délégation interne pas lequel les élus s’en remettent à leurs collaborateurs pour toute une série de tâches qu’ils ont à accomplir, la gestion des équipes et entourages relevant d’un savoir-faire pratique trop peu pris en compte. Les prises de position symboliques dans les institutions représentatives, l’impulsion et le suivi des dossiers qui font l’ordinaire de l’action publique, le contrôle du territoire d’élection comme les investissements continus dans le parti sont en partie délégués aux mains, plus ou moins petites et fortement hiérarchisées, qui entourent les élus. Le représentant est ainsi au centre d’une constellation qui fonctionne autour de l’allocation de son temps5. La manière dont le temps est réparti (planifié puis réalisé) et les équipes organisées (notamment entre le territoire d’élection et l’institution à laquelle l’élection permet d’accéder), comme les tâches accomplies par les un-e-s et les autres, donnent à voir, de manière inhabituelle et particulièrement éclairante, ce qu’il faut faire, en l’état actuel des croyances et des pratiques, pour représenter. Et ce « faire » est le résultat de l’action quotidienne de plusieurs personnes.

La représentation saisie par les équipes

7Comprendre comment s’organise la constellation des salariés, comment ce qu’ils font contribue à produire les institutions et les positions des élus et comment ils œuvrent à la réélection de l’élu dont ils dépendent et doivent assurer le succès, est dès lors central à l’analyse de la représentation politique. C’est armé de telles questions que Willy Beauvallet traite des auxiliaires politiques et parlementaires de l’Assemblée Nationale et Sébastien Michon des équipes parlementaires des députés européens, en prenant en compte notamment deux dimensions inhabituelles : la structuration territoriale des équipes entre le niveau localisé et le niveau de l’institution d’une part. Il apparaît que la rationalisation à l’œuvre dans la structuration des équipes ne relève pas seulement des exigences des institutions, nationale ou européenne, mais aussi de logiques proprement politiques relatives à la nécessité de rétribuer le militantisme, d’anticiper les suites de la carrière politique, de consolider les relations avec le parti politique d’appartenance et ses extensions (le groupe). Le travail concret de ces petites entreprises politiques que sont les équipes parlementaires d’autre part. Ce sont elles qui produisent pour une part variable les prises de position des élus et organisent les contacts avec le territoire local. Il semble que les relations au sein des équipes soient plus harmonieuses au sein du Parlement européen qu’à l’Assemblée nationale et résultent d’une organisation plus rationalisée, mais il n’est pas exclu que ce résultat découle d’approches partiellement différentes.

8Willy Beauvallet est particulièrement attentif à trois groupes d’acteurs et aux relations qu’ils entretiennent : les entourages d’élus, salariés et non salariés ; les conseillers et assistants des groupes politiques, principalement dans une logique de production collective des positions alors que les parlementaires et leur entourage peuvent ponctuellement être mus par une volonté de se singulariser ; les administrateurs des assemblées, dont l’appui technique et pratique est de manière prégnante structuré par l’idéal wébérien de dissociation entre l’univers politique et administratif. Les tensions principales qui structurent ainsi le travail parlementaire de l’ombre à l’Assemblée nationale seraient tout autant constituées par la lutte concurrentielle entre agents de la fonction publique et salariés politiques que par la concurrence entre collaborateurs recrutés sur la base d’un savoir technique, et d’abord juridique, et collaborateurs recrutés en raison de leurs investissements militants mais aussi par la concurrence entre parisiens et provinciaux. L’influence des différents conseillers et collaborateurs sur l’élu est tributaire des convergences qu’ils arrivent à établir, alors même que les équipes parlementaires sont des ensembles concurrentiels (et dont la définition de l’agenda constitue un bon exemple des luttes qui les opposent), les élus pouvant être amené à encourager cette concurrence pour préserver leur propre autonomie.

9L’entrée par les équipes constitue tout aussi efficacement que pour l’Assemblée nationale, une manière de comprendre précisément ce que font les parlementaires européens. Ce sont elles qui permettent aux parlementaires européens de tenir leurs différents rôles, sur le territoire d’élection et au sein de l’espace parlementaire. Aussi faut-il être attentif tout autant à la division des équipes entre le niveau local et le niveau européen qu’à ce qu’elles y font concrètement, au niveau local et national pour faire connaître leur élu et son travail, au niveau européen pour préparer voire produire les prises de position. La description minutieuse de ces tâches signale la contribution décisive des équipes au travail de représentation, local et européen, endossé par les parlementaires européens. Dès lors s’interroger sur la morphologie des équipes et la propension des députés à positionner des assistants plutôt en circonscription ou au Parlement européen, en fonction des nationalités, des modes de scrutin, plus ou moins territorialisés, du déroulé de la carrière politique des parlementaires, est un moyen d’étudier la manière dont ils conçoivent leur mandat et hiérarchisent les différentes facettes du rôle, conception dont Sébastien Michon montre qu'elle dépend en partie des types de carrières et des groupes politiques d’appartenance.

La représentation politique saisie par les emplois du temps

10Si l’organisation et le travail des équipes répondent à des motifs autant institutionnels que proprement politiques pour se maintenir au pouvoir, la même double logique structure l’utilisation du temps par les élus. L’« agendologie », initiée par Laurent Godmer et Guillaume Marrel, offre selon les mots de Rémi Lefebvre une « vue panoptique » sur les activités politiques ordinaires des élus qu'elle « révèle », au sens photographique. Cette approche inédite donne notamment à voir un temps saturé, que ce soit pour une vice-Présidente de région n’exerçant que ce seul mandat et totalement engagée dans la carrière politique, que pour des élus locaux cumulants. Quelles que soient les tentatives partagées par les unes et les autres pour rationaliser, anticiper, planifier le temps, le temps politique réalisé n’est jamais complètement le temps anticipé, l’ajustement permanent constituant une condition de réactivité nécessaire au travail de représentation. Cet encombrement du temps, toujours organisé et désorganisé, est ce qui permet aux élus de réaliser les multiples tâches relevant de rôles différents : les activités techniques (suivis et traitement des dossiers, interventions publiques), représentatives (en assemblée, en commission, en public), liées à la veille politique (suivi informationnel), au contrôle du territoire (entretiens de réseaux, travail de proximité) et du parti, laissent d’autant moins de temps pour penser que les nouvelles formes de communication en ligne (blogs, mails, Facebook) vampirisent le temps « libre » et souvent nocturne. En revanche, cet engorgement du temps ne laisse pas, en pratique, aux élus la possibilité de réfléchir. En dehors des élections, la production d’une représentation de la société et de son avenir ne fait pas partie du travail concret des représentants contemporains. Sans doute faut-il voir dans cette partialité des tâches de représentation politique, du côté de l’action bien plus que de la réflexion, une des raisons de la délégation du travail de réflexion, par exemple à des think tanks.

11Même si les auteurs envisagent ses limites, l’agenda apparaît ainsi comme un outil « total » qui laisse peu d’activités dans l’ombre. Outre la collectivisation du travail politique, la gestion du temps révèle en effet l’économie relationnelle des entourages dont les hiérarchies internes se dévoilent aussi à travers l’allocation du temps de l’élu. Elle renseigne sur l’actualisation et la hiérachisation des différents rôles de l’élu, en particulier sur les arbitrages entre le rôle de l’élu « connexionniste », porteur de projets et de dossier dans l’action publique, et celui de « l’élu du sol », voué à entretenir des relations notabiliaires de proximité. En regardant précisément les personnes rencontrées, les lieux et formes de la rencontre, le temps consacré, les relations des élus à la société locale, aux militants, aux groupes d’intérêts prennent une forme concrète. Ce faisant, l’agenda permet de voir l’articulation du temps de présence des élus dans les instances formelles de démocratie participative par rapport aux relations individualisées et informelles. Compris comme un « espace-temps », il renseigne aussi sur la présence territorialisée et les modalités de contrôle du territoire. Il donne enfin des indications sur l’exercice du leadership en fonction de la capacité à imposer son emploi du temps, notamment institutionnel. Au vu de la richesse de l’outil, on est amené à regretter la jeunesse de l’« agendologie » qui en l’état actuel ne permet pas une comparaison diachronique de l'utilisation du temps qui renseignerait sur les évolutions de la démocratie représentative. Un temps, a priori, tout entier consacré à la vie publique.

Quelle articulation de la vie privée et publique ?

  • 6 Fraisse G., Les Deux gouvernements : la famille et la cité. Paris, Gallimard, coll. « Folio Essai » (...)

12La théorie politique classique a radicalement séparé la vie privée de la vie publique, cette séparation devenant un lieu commun de la modernité6. Les élus interviewés par Rémi Lefebvre souscrivent à un modèle vocationnel et sacrificiel de l’engagement politique sur l’autel duquel toute vie privée serait sacrifiée. S’ils dépendent sans aucun doute de personnes (parents, conjoint-e-s, amant-e-s, enfants plus ou moins grands), cette dépendance n’a a priori pas de répercussion sur le temps politique, la gestion de la vie privée est déléguée à d’autres, et probablement d’abord la gestion du temps familial à des conjointes. Significativement, en l’état actuel des rapports sociaux de sexe, la vice-présidente à la région, célibataire et sans enfants, mène, sur la période étudiée, une vie monacale tout entière dédiée à la réussite politique, et si elle a une activité de maître de conférences réduite, son temps universitaire paraît singulièrement circonscrit, seul le temps politique déborde.

13Pour autant, il semble difficile d’adhérer totalement à l’inexistence d’une vie privée, à sa séparation d’avec la vie publique ou à sa dilution transparente dans la vie politique. Pour ces acteurs, les activités liées à la maintenance de la personne privée (courses, culture, sorties le dimanche après-midi) sont encastrées dans le temps de la représentation politique. Les univers militants et amicaux se mêlent, certains députés réservent une place aux membres de leur famille parmi leurs collaborateurs, etc. La vie privée devient politique. Cette patrimonialisation des ressources publiques qui vient contrebalancer les tendances à la professionnalisation relève sans doute de motifs variables. Elle s’inscrit parfois dans une tentative rationnelle pour les élus de concilier vie professionnelle et privée ou s’analyse comme une compensation, perçue comme juste, des sacrifices, personnels et familiaux, engagés par la carrière politique. Les relations affectives et sexuelles en dehors du cadre conjugal, pour être difficilement enquêtables, font partie de la panoplie d’une forme de masculinité dans les rôles politiques et en offrent une gratification. L’insertion des relations affectives dans le dispositif politique facilite la vie de l’élu mais porte un risque de désorganisation, comme le suggère l’entrée par les équipes. Sa possibilité invite, au-delà du discours sur le sacrifice de la vie privée, à ne pas exagérément dichotomiser vie privée et vie publique. Le renouvellement générationnel comme la dynamique de genre enclenchée en partie par la réforme paritaire devrait amener à mieux prendre en compte leur imbrication que ces textes ont le mérite d’envisager.

Notes

1 Courty G. (dir), Le Travail de collaboration avec les élus, Michel Houdiard éditeur, 2005.

2 Michon S., « Devenir professionnel de la politique. Militant et collaborateur politique », Agora/débats/jeunesses, 2009/2, p. 121-135.

3 Le Bart C., La Politique en librairie. Les stratégies de publication des professionnels de la politique, Paris, Armand Colin, 2012.

4 Tronto J., Un monde vulnérable. Pour une politique du care. Paris, La Découverte, 2009.

5 Elias N., Sociologie d'un génie, Paris, Le Seuil, 1991.

6 Fraisse G., Les Deux gouvernements : la famille et la cité. Paris, Gallimard, coll. « Folio Essai », 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540