Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catholiques en Bretagne au xxe siècle

 | 
Yvon Tranvouez

Troisième partie. Stratégies

Chapitre IX. Une minorité insolite en Bretagne : les chrétiens progressistes (1945-1955)*

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • * « Chrétiens progressistes en Bretagne (1945-1955) », Bretagne et Religion. Travaux de la section R (...)
  • 1 Wladimir d’Ormesson, Rapport sur la visite ad limina des Évêques de France, 18 juillet 1952, Archi (...)

1Derrière ce titre banal, un problème qui l’est moins et qui me préoccupe depuis longtemps, celui de la diversité des modes d’appartenance au catholicisme, et plus encore celui de la cohabitation de ces divers modes. Voici donc, rapprochées dans un intitulé lapidaire, d’une part une population engagée, située à l’extrême gauche du catholicisme français, et d’autre part une région dite de chrétienté, et qui l’est d’ailleurs globalement si l’on se réfère aux résultats des enquêtes de sociologie religieuse effectuées au cours des années cinquante. D’un côté, des militants mêlés à l’une des crises les plus fortes que le catholicisme français a traversées au cours du xxe siècle, la crise du progressisme chrétien ; de l’autre des paroissiens encore relativement fidèles, à cette époque, aux traditions religieuses et aux consignes cléricales. Faut-il dire deux planètes, la stabilité de la seconde permettant de relativiser les perturbations de la première ? C’était le point de vue de l’ambassadeur de France près le Saint-Siège en 1952 : « Toutes choses prennent leurs véritables proportions dès que l’on pénètre dans la vie de nos provinces », confiait-il alors à son ministre, après avoir évoqué « l’effervescence intellectuelle et spirituelle des milieux catholiques parisiens1 ». Admettons le raisonnement : encore faut-il s’expliquer la sévérité des sanctions prises dans les années qui ont suivi, et donc l’inquiétude réelle qui a saisi la hiérarchie catholique. Deux questions, dès lors, s’imposent : que représentaient exactement les chrétiens progressistes en Bretagne ? quelle influence ont-ils pu avoir sur la population catholique de la région ?

Une réalité groupusculaire

2Précisons d’abord le vocabulaire. Au sens strict, les chrétiens progressistes sont des compagnons de route du Parti communiste. Certains se regroupent, entre 1947 et 1951, au sein de l’Union des Chrétiens Progressistes. Ils sont fragilisés à partir de juillet 1949 en raison d’un décret du Saint-Office qui condamne toute collaboration avec le communisme. Parler de progressisme chrétien, en revanche, c’est évoquer un phénomène plus large et plus composite, dans lequel l’engagement des chrétiens progressistes rencontre les initiatives du mouvement missionnaire et les recherches de certains intellectuels. C’est précisément ce croisement de la politique, de l’apostolat et de la théologie qui nourrit une crise dont les trois moments les plus forts sont successivement la condamnation du groupe Jeunesse de l’Église en octobre 1953, l’arrêt de l’expérience des prêtres-ouvriers en mars 1954 et la condamnation du bimensuel La Quinzaine en février 1955. Par commodité, j’appelle ici chrétiens progressistes tous ceux qui participent peu ou prou de cette nébuleuse du progressisme chrétien.

  • 2 Jean-Paul Rouxel, Les Chrétiens progressistes, de la Résistance au Mouvement de la Paix, thèse de (...)
  • 3 Thierry Keck, Jeunesse de l’Église, 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France, Par (...)
  • 4 Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien, 1950-1955, Paris, C (...)

3Approcher la réalité régionale de cet ensemble n’est pas simple. La thèse de Jean-Paul Rouxel fournit un certain nombre d’informations issues des archives de divers dirigeants de l’UCP2. Celle de Thierry Keck tire parti du fichier des abonnés aux publications de Jeunesse de l’Église3. J’ai moi-même essayé d’analyser le lectorat de La Quinzaine4. Ces travaux reposent sur des données lacunaires ou peu explicites, les documents de base n’ayant évidemment pas été conçus pour satisfaire la curiosité future des historiens. Mais le concours des acteurs et des témoins a permis de compléter et de préciser le tableau : c’est particulièrement vrai en ce qui concerne la Bretagne, grâce aux papiers conservés par Guy Grattesat, de l’équipe de rédaction de La Quinzaine, et Cécile Jullien, du comité directeur de Jeunesse de l’Église.

4L’UCP ne compte guère, en 1949, plus de 250 adhérents dans toute la France, et sans doute quelque 3000 sympathisants, si l’on considère ainsi les lecteurs de son journal à périodicité irrégulière et à diffusion aléatoire, Des chrétiens prennent position. À Rennes, où vivent deux des fondateurs du mouvement – Henri Denis, professeur à la Faculté de Droit, directeur du quotidien progressiste Ouest-Matin, et Pierre Garbarini, professeur de lycée – le groupe local, composé essentiellement d’intellectuels, se délite après la publication du décret du Saint-Office : situés à l’aile gauche de l’UCP, la plupart de ses membres préfèrent dès lors se consacrer à l’action politique et se désintéressent d’une Église qu’ils jugent irréformable. À Brest, les militants de l’UCP, autour de Cécile Jullien et du couple Berlivet, apparaissent plus ancrés dans le monde ouvrier et mieux insérés dans les structures ecclésiales. Avec l’aile droite du mouvement, ils se refusent à désespérer du catholicisme et poursuivent leur combat à travers La Quinzaine ou Jeunesse de l’Église.

5La Bretagne est précisément, avec le Sud-Est, l’une des régions les plus dynamiques de Jeunesse de l’Église, dont l’audience nationale, mesurée à travers la diffusion de ses publications, peut être estimée à quelque 4 000 lecteurs. La Lettre de Jeunesse de l’Église, qui paraît irrégulièrement entre 1945 et 1951, est imprimée à Pontrieux, sur les presses de la coopérative ouvrière d’imprimerie dirigée par Jacques Audigou. Des groupes locaux, plus ou moins éphémères, existent à Rennes, Brest, Quimper, Saint-Brieuc, Guingamp, et Nantes. Leur vitalité dépend souvent de la constance d’un animateur : Albert Loizil assure celle du groupe rennais, mais le départ de Cécile Jullien ébranle celle du groupe brestois. Mgr Fauvel, évêque de Quimper, observe en 1953 qu’il n’y a plus de structure organisée de Jeunesse de l’Église dans son diocèse, mais qu’il s’y trouve encore un certain nombre de lecteurs attentifs des écrits du Père Montuclard. L’audience du mouvement se mesure donc davantage à la pénétration de ses écrits qu’à la pérennité de son organisation.

6C’est aussi le cas de La Quinzaine, qui n’a jamais réussi à organiser durablement son lectorat. L’analyse de la répartition géographique de ses 5 000 à 6 000 abonnés permet de se représenter les dimensions de la mouvance qui nous intéresse, puisque le bimensuel de la rue de Babylone traite à la fois des problèmes politiques et des problèmes religieux, et qu’il récupère partiellement l’héritage de l’UCP disparue en 1951 et celui de Jeunesse de l’Église condamné en 1953. Grâce à quelques données fragmentaires, comparées à celles dont on dispose sur Témoignage Chrétien, proche de ses préoccupations mais refusant résolument la logique du progressisme, il est possible de se faire une idée plus précise.

7On observe d’abord la faiblesse numérique des chrétiens progressistes : dans chaque département breton, leurs effectifs tournent autour de la cinquantaine de personnes. Ils pèsent donc cinq à dix fois moins lourd que Témoignage Chrétien, dont ils représentent en quelque sorte la marge contestataire. On remarque aussi la rotation relativement rapide du public de La Quinzaine : c’est un journal que l’on abandonne assez facilement. Il y a à cela deux raisons inverses, mais dont les effets s’additionnent : soit il devient inutile et l’on en sort par la gauche (on fait le pas vers l’engagement politique pur et simple), soit il devient intolérable et l’on en sort par la droite (parce qu’il va trop loin dans sa critique de l’Église). On constate enfin, à l’examen détaillé, le caractère fortement urbain de cette implantation.

8Les quelques écarts repérables à certains moments entre les départements bretons sont-ils significatifs ? On note en Ille-et-Vilaine le poids de Rennes et des intellectuels. La Quinzaine y trouve ses lecteurs dans le milieu des enseignants et des étudiants. Les Côtes-du-Nord, où la Résistance a été forte et où le communisme est assez bien implanté, fournissent plutôt un lectorat ouvrier, souvent engagé dans le Mouvement de Libération du Peuple à la suite du Mouvement Populaire des Familles, à l’exemple de Paul Léon. Joue aussi, dans ce département, le fait que Geneviève et Guy Grattesat, qui appartiennent à l’équipe de rédaction de La Quinzaine, ont milité au sein du MPF à Saint-Brieuc avant de « monter » à Paris. Le Finistère et la Loire-Inférieure associent les deux éléments, les intellectuels et les ouvriers, certains de ces derniers ayant choisi délibérément de militer à la CGT, comme Henri Berlivet à Brest, d’autres alimentant le courant contestataire de la CFTC, comme Gilbert Declercq à Saint-Nazaire. Quant au Morbihan, le plus rural des cinq départements bretons, il est typique de ceux dans lesquels La Quinzaine ne compte que des abonnés isolés – tel militant syndicaliste à Lorient, tel jésuite au collège SaintFrançois-Xavier de Vannes – mais guère de groupes organisés.

9Ce dernier cas attire opportunément l’attention sur le poids du clergé dans le lectorat de La Quinzaine. La hiérarchie catholique s’est inquiétée de cette influence sur le jeune clergé, vicaires de paroisses populaires ou aumôniers d’Action catholique. On compte au moins 15 prêtres sur les 50 abonnés des Côtes-du-Nord en 1951, 3 prêtres et 1 séminariste sur les 32 d’Ille-et-Vilaine à la même date. Au moins, car certains ne font pas mention de leur état sur l’adresse qu’ils signalent : c’est le cas de 3 des 11 prêtres ou séminaristes qu’une approche individuelle permet de repérer sur les 26 abonnés finistériens de 1951. Une telle approche amène aussi à constater que 5 de ces 11 clercs appartiennent en fait à la sphère dirigeante du diocèse : l’évêque lui-même, Mgr Fauvel, bénéficiaire d’un service gratuit, le chancelier, un professeur du grand séminaire et deux aumôniers diocésains d’Action catholique. On peut étendre à La Quinzaine ce que Thierry Keck observe des publications de Jeunesse de l’Église : on ne les lit nulle part d’aussi près que dans les états-majors des évêchés.

  • 5 Lettre de René Thoraval à Henri Berlivet, 12 juin 1953, Fonds Berlivet, Centre de Recherche Breton (...)

10Si l’on en revient de ce lectorat ambivalent au public réellement convaincu, on observe encore deux caractéristiques. D’abord sa dimension militante, qui se traduit par des efforts de diffusion encouragés par la rédaction parisienne, tels ceux de l’étudiant Robert Omnès à Rennes. Ensuite les multi-appartenances, qui confèrent une réalité de terrain à l’idée de progressisme chrétien : les lecteurs de La Quinzaine sont souvent des anciens de l’UCP et en même temps des fidèles de Jeunesse de l’Église. Les rivalités parisiennes n’ont pas de pertinence pour eux, qui se distinguent avant tout par rapport au milieu chrétien dominant dont ils sont en quelque sorte le poil à gratter. À Brest, Henri Berlivet, ancien jociste passé par le MPF, est à la fois au Mouvement de Libération Ouvrière et à l’Action Catholique Ouvrière ; responsable syndical à la CGT, il a appartenu à l’UCP, il participe au groupe local de Jeunesse de l’Église et lit et diffuse La Quinzaine. Il résulte de cette situation que l’influence des chrétiens progressistes est plus religieuse que politique. Ils contribuent moins à renouveler la gauche qu’à faire évoluer les milieux chrétiens en les associant à des mobilisations ponctuelles. « Quelquefois on parle de Brest dans L’Huma, écrit René Thoraval. Quand je lis que l’affaire Rosenberg a donné lieu à une manifestation à laquelle participait un aumônier d’Action catholique, je me dis : il y a du Berlivet là-dessous5. » C’est cette logique d’instrumentalisation politique du christianisme que leur reprochent Paul Vignaux et les autres leaders du groupe Reconstruction de la CFTC.

11À considérer les choses froidement, cinquante ans après, on s’aperçoit donc que les chrétiens progressistes en Bretagne, c’est un tout petit monde. Mais comment se les est-on représentés à l’époque ?

Une influence fantasmée

12La représentation du progressisme chrétien peut s’analyser à deux niveaux. Il y a d’une part l’écho, bien apparent, qui en est fait à l’occasion des moments critiques de son histoire, et d’autre part, plus difficile à saisir, la perception qui en affleure dans la vie quotidienne des paroisses.

  • 6 La Semaine Religieuse du diocèse de Rennes, 18 novembre 1949.
  • 7 Ouest-Matin, 8 décembre 1949.

13L’affaire qui secoue spécifiquement les diocèses bretons est celle d’Ouest-Matin en 1949. Dès 1948 le cardinal Roques avait émis des réserves sur la participation d’Henri Denis, directeur, et de l’abbé Boulier, membre du comité de rédaction, au quotidien progressiste breton. Un an plus tard, à la suite du décret du Saint-Office, l’archevêque de Rennes indique qu’un « catholique sincère » ne peut lire régulièrement Ouest-Matin, et laisse planer la menace de refus des sacrements pour ceux qui persévéreraient6. Ayant demandé audience au cardinal, Henri Denis reçoit l’assurance qu’il n’est pas visé personnellement. « Je continue », déclare-t-il dans Ouest-Matin, expliquant que son engagement dans le journal relève d’un domaine précis et limité et ne tombe donc pas sous le coup du décret romain, qui visait la collaboration habituelle avec les communistes, et que les catholiques bretons ne peuvent être condamnés à ne lire que Ouest-France7. Armé de cette exégèse minimaliste et fidèle à sa ligne de stricte séparation des plans, il reste à la tête de Ouest-Matin, tout en continuant d’aller à la messe et de communier.

14La position de l’archevêque de Rennes ayant été relayée par ses confrères bretons, quelques chrétiens progressistes, à Saint-Brieuc et à Brest notamment, se voient effectivement privés de communion par des curés ou des vicaires sourcilleux. Cécile Jullien a consigné dans son journal intime le récit de cette mésaventure qui lui arrive à Brest le dimanche 20 novembre 1949, après qu’a été lue en chaire la mise en garde du cardinal Roques :

Ce jour-là, Claire [Cécile] assiste à la messe, dans sa paroisse. Elle lit OM, bien sûr, depuis le premier numéro et comprend bien ce qui vient d’être dit ; un vague malaise, plein d’interrogations non formulées, la submerge durant un court moment ; mais, bon, l’office se poursuit normalement. Vient le temps de la communion ; après une seconde d’hésitation, elle s’avance vers l’autel comme à l’accoutumée, se préparant à recevoir l’hostie. La reconnaissant instantanément, le prêtre recule d’un pas, pressant le ciboire sur son cœur comme dans un mouvement de protection ultime et dit à Claire, mezza voce forte : « Vous ÊTES privée de sacrements ; s’il vous faut des explications, passez à la sacristie à la fin de la messe. »
Claire se relève abasourdie. « Privée de sacrements, privée de sacrements… », se répète-t-elle en regagnant sa place. […] Un peu plus tard, le vicaire ne la laisse pas prononcer un mot : c’est tout simple n’est-ce pas ? L’Union des Chrétiens Progressistes a été condamnée ; Ouest-Matin est condamné. À Brest, elle, Claire, est la plus connue des gens qui se regroupent sous cette étiquette et qui se reconnaissent en cette publication. C’est tout simple : ou bien elle renonce immédiatement à tous ses engagements – et elle le fait savoir publiquement – ou bien c’est fait : elle est définitivement privée de sacrements ; dans l’incertitude de sa décision, il fallait bien, déjà, la priver du sacrement de l’Eucharistie, aujourd’hui, n’est-ce pas ?

  • 8 La Semaine Religieuse du diocèse de Rennes précisait ceci : « Avant d’infliger à un lecteur la san (...)

15Victime d’un excès de zèle ponctuel et local, puisque ses amis ne sont pas inquiétés dans les paroisses voisines, Cécile Jullien n’entend pas renoncer à ses engagements8. « Elle continue de les croire justes : elle accepte donc la condamnation qui en découle », tout en estimant rester « fidèle au message du Christ », comme elle l’écrit à son évêque.

  • 9 Journal intime de Cécile Jullien-Grabner, cité par Thierry Keck, op. cit., p. 303-304.

La réponse de Mgr Fauvel à sa lettre de la mi-décembre lui parvint le surlendemain de Noël. Comme d’habitude, l’évêque de Quimper demeurait disponible, soucieux de poursuivre le dialogue avec celle qu’il continuait, apparemment, d’estimer. Mais il ne pouvait pas faire l’impossible : il n’était qu’un homme de bonne foi, au cœur, lui aussi, des contradictions de l’Église… Un homme d’une rare générosité. Il ne restait à Claire qu’à vivre son choix personnel9.

  • 10 Lettre de Mgr Fauvel à Cécile Jullien, 2 janvier 1952, citée par Thierry Keck, op. cit., p. 175, n (...)

16La générosité de Mgr Fauvel ne se dément pas. En 1952 encore, il encourage Cécile Jullien à poursuivre sa « mission difficile et providentielle, écartelée entre l’Église et ceux qui l’ignorent, entre le Seigneur et tous ces hommes qui ne pourront le connaître qu’à travers vous10 ». Rare générosité en effet : on ne la retrouve guère, par exemple, chez son confrère coadjuteur de Saint-Brieuc, Mgr Coupel, qui, en 1949, accable de reproches l’abbé Jean Cottin, alors professeur dans un collège de Guingamp, pour avoir invité le Père Montuclard, animateur de Jeunesse de l’Église, et plus largement pour avoir pris toutes sortes d’initiatives qui alimentent le courant progressiste. Par la suite, les bulletins diocésains font régulièrement écho aux avertissements, mises en garde et condamnations qui touchent Jeunesse de l’Église et La Quinzaine en 1952, 1953, 1954 et 1955.

17Il est difficile de savoir dans quelle mesure les paroissiens ordinaires sont sensibles à la crise du progressisme chrétien. On peut présumer qu’ils en sont au moins informés lors des prônes où il est fait lecture des communiqués officiels. Mais comment savoir si ceux-ci sont effectivement lus en chaire ? Tel recteur peut estimer superflue une information dont il estime qu’elle ne concerne guère ses ouailles. À l’inverse, il y a des paroisses que la question intéresse dans la mesure où un enfant du pays s’y trouve plus ou moins mêlé : à Guingamp et à Saint-Brieuc, Jean Cottin, devenu prêtre-ouvrier au Havre a gardé de nombreux amis ; en Cornouaille, tout le monde connaît Henri Sévellec, prêtre marin ; Jobic Kerlan, prêtre de la Mission de France en Algérie, est natif de Nevez.

18En étudiant de près le repli de la paroisse de Lambézellec, sous la conduite d’un curé autoritaire, sur la pastorale de patronage, j’ai pu observer le jeu des parcours individuels et les effets de réseau. Il se trouve que l’un des 26 abonnés finistériens à La Quinzaine en septembre 1951 est un paroissien de Lambézellec, et pas un marginal puisqu’il s’agit d’un petit industriel local dont le curé fera quelques mois plus tard le parrain de l’une des cloches de la nouvelle église. Sans doute est-il venu à La Quinzaine en poussant jus-qu’au bout la même tradition catholique sociale qui avait amené l’un des vicaires de la paroisse à la lecture de Temps Présent. Mais il ne semble pas qu’il s’en soit fait le propagandiste : son abonnement exprime plus vraisemblablement un souci d’information qu’une adhésion militante. Les fidèles ordinaires de Lambézellec n’auront donc guère connu La Quinzaine, alors qu’ils auront au moins aperçu, voire acheté à l’occasion Témoignage Chrétien, proposé à la sortie de l’église par des diffuseurs locaux.

  • 11 Respectivement : « Chrétiens progressistes : un article du R.P. Cordovani », L’Écho de Saint-Laure (...)

19La question progressiste a cependant retenu l’attention épisodique du bulletin paroissial. L’inventaire est vite fait : en 1949, reprise d’un article de La Croix sur les chrétiens progressistes ; en 1954, extraits de la lettre pastorale de l’archevêque de Paris à propos de l’arrêt de l’expérience des prêtres-ouvriers ; en 1956, invitation à lire La France Catholique et citation du chanoine Vancourt dirigée contre les catholiques qui éprouvent « un plaisir suspect à flirter avec l’adversaire communiste11 ». Sans commentaire, serait-on tenté de dire. Un autre texte, pourtant, s’impose à l’attention. Inséré dans la rubrique « Cercle Saint-Laurent » dans le numéro de mars 1950, il s’agit du compte rendu d’une conférence sur les chrétiens progressistes donnée par l’abbé Le Breton au cercle d’études des anciens du patro. On touche là au seul lien concret que le hasard de l’histoire a tissé entre l’univers de la paroisse de Lambézellec et le monde des intellectuels et militants catholiques de l’avant-garde parisienne. Enfant de la paroisse, né à Kérinou, le quartier ouvrier de Lambézellec, en 1920, Lucien Le Breton doit à la religieuse qui dirigeait l’école Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, qui l’avait remarqué, d’avoir pu faire des études. Entré au séminaire, il s’y passionne pour la philosophie thomiste, dans laquelle les œuvres de Jacques Maritain et de l’abbé Journet l’ancrent définitivement. Très tôt également, il est influencé par les livres de Gabriel Marcel, du Père Gaston Fessard, et par la pensée d’Emmanuel Mounier.

20La drôle de guerre, la défaite et l’Occupation lui laissent des sentiments mélangés. Pétain lui paraît d’abord le syndic honorable d’une terrible faillite et, somme toute, un bouclier utile face aux exigences allemandes. Mais l’instauration du STO le met, comme la plupart de ses camarades, en demeure de choisir entre le départ et l’illégalité. Le supérieur du grand séminaire ayant indiqué – on l’a vu plus haut – qu’il ne voyait pas d’obligation de conscience à obéir à cette réquisition, tous sauf un – sensible à l’idée d’une « présence » nécessaire, comme certains le disent alors à la JOC – décident d’y être réfractaires. Ceux qui ont de la famille à la campagne trouvent sans peine à se cacher, mais la situation est plus difficile pour les séminaristes d’origine urbaine, surtout s’ils ont peu de ressources. C’est ainsi que Marcel Coz, Lucien Le Breton et René Salaün, tous trois originaires de Lambézellec, ne savent trop que faire.

21Au moment où la convocation au STO leur parvient, en juillet 1943, ils reçoivent « providentiellement » une lettre du Père Félix Bélec, un jeune spiritain qu’ils ont connu les étés précédents en animant avec lui le patronage de vacances de l’Étoile Saint-Laurent. Il leur propose de venir près de Paris, à Saint-Nicolas d’Igny, comme moniteurs d’une colonie de vacances organisée par l’aumônier du lycée de Vanves, l’abbé Francis Connan (qui sera plus tard curé de Saint-Séverin). En soutane, mais munis de faux papiers, les trois jeunes gens partent donc pour cette colo dont ils ont vite fait de découvrir, et d’apprécier, le style original par rapport à ce qu’ils ont connu jusque-là. En effet, l’abbé Connan, ami du Père Fillère, s’inspire du modèle de la Cité des Jeunes.

  • 12 Sans doute ces réunions sont-elles les mêmes que celles que signale Étienne Fouilloux, d’après le (...)

22À la fin de l’été, on leur offre de rester instituteurs dans l’école des Frères dont les locaux abritaient la colonie, et ils y passent l’année scolaire 19431944. L’abbé Connan garde le contact avec eux, et c’est ainsi qu’ils se retrouvent invités régulièrement à des réunions informelles qui se tiennent, à peu près une fois par mois, dans un appartement parisien. C’est le Père Fillère qui est le personnage central de ces réunions où l’on rencontre aussi l’abbé Dutil, aumônier national de la JECF des Écoles primaires supérieures, l’abbé André Richard et l’abbé Paul Petit12. Le plus souvent, le Père Fillère fait une causerie sur un thème choisi pour la soirée et on débat ensuite. Il y critique par exemple la brochure du Père de Montcheuil, Pour un apostolat spirituel, publiée en 1942 par les Éditions de l’Orante, dans la mesure où elle lui semble porter en germe un abandon des institutions catholiques au profit d’un christianisme anonyme et invisible.

23Cette année imprévue passée à proximité de Paris leur ouvre donc des horizons nouveaux. C’est alors que Lucien Le Breton lit La France, pays de mission ? et les premiers Cahiers de Jeunesse de l’Église (qu’il découvre en octobre 1943). On est là à un moment où les échanges sont encore nombreux, et les frontières poreuses, entre les divers courants qui font jaillir du neuf au sein du catholicisme français. C’est après la guerre que les différences deviendront divergences et affrontements de plus en plus marqués.

24Sentant la libération proche, après le débarquement en Normandie, et ayant appris la grave maladie du père de l’un d’entre eux, les trois séminaristes brestois décident de rentrer au pays. Et c’est dans les conditions de désorganisation des transports de l’été 1944 qu’ils regagnent Lambézellec, en faisant une bonne partie du voyage à pied. Ils y arrivent au début du mois d’août, quelques jours avant le début du siège de Brest.

  • 13 Sur son enseignement au Kreisker, voir le témoignage d’un ancien élève, Louis Pouliquen, Le Temps (...)

25Deux mois plus tard, Lucien Le Breton commence sa dernière année de séminaire, et l’année suivante il termine sa licence de philosophie à l’université catholique d’Angers. Professeur au Kreisker, à Saint-Pol-de-Léon, à partir d’octobre 1946, il reste marqué par son aventure parisienne, dont il garde une admiration indéfectible pour le Père Fillère. Il s’abonne donc à L’Homme Nouveau, mais cela ne l’empêche pas de rester attentif à tout ce mouvement d’idées auquel il lui a été donné de participer, ce qui le conduit à lire aussi bien Esprit, Dieu Vivant, les Cahiers de Jeunesse de l’Église ou La Vie Intellectuelle. Il s’intéresse à l’itinéraire de l’abbé Boulier, et plus généralement aux chrétiens progressistes, sur lesquels il partage globalement le point de vue critique du Père Fessard. Mais il suit également les travaux d’Économie et Humanisme, et notamment les publications du Père Desroches, qu’il ne manque pas d’aller écouter lorsque celui-ci vient faire une conférence à Saint-Pol-de-Léon, et dont il lira attentivement Signification du marxisme. Fillère, Mounier, Moré, Montuclard, Maydieu, Boulier, Fessard, Desroches, sur fond de Maritain, voilà l’horizon d’un intellectuel catholique de province qui ne dédaigne pas les fidèles de sa paroisse d’origine13.

26C’est donc à la fois un enfant du pays et l’un des prêtres les mieux informés du diocèse que le cercle d’études des anciens du patronage de l’Étoile Saint-Laurent invite, début 1950, à venir parler des chrétiens progressistes. La question est dans l’air, après le décret du Saint-Office et l’affaire Ouest-Matin. L’orateur se veut à la fois équitable et sans complaisance, mais le compte rendu donné par le bulletin paroissial gomme les nuances :

  • 14 L’Écho de Saint-Laurent, mars 1950.

C’est devant un auditoire compact d’hommes et de jeunes gens que s’est déroulée la réunion du 16 février.
M. l’abbé Le Breton, professeur de philosophie au collège de Saint-Polde-Léon, a prononcé une conférence sur les « chrétiens progressistes », avec une remarquable connaissance du sujet.
Après avoir fait l’historique du mouvement et défini objectivement la position des « chrétiens progressistes », le conférencier a réfuté point par point les arguments marxistes de cette position.
L’orateur ne s’est pas contenté d’expliquer et de critiquer l’attitude des « chrétiens progressistes », il a consacré la dernière partie de son exposé à préciser l’attitude pratique des catholiques en face du problème progressiste. Cette attitude ne doit être basée ni sur le mépris ni sur l’admiration, mais les catholiques doivent tenir compte des sentiments qui animent les « chrétiens progressistes ». Ils doivent se bien pénétrer de leur propre doctrine et, partant, mettre un peu plus de dynamisme dans leur vie. Ils se rendront ainsi compte qu’en étant fidèles à l’Église et à la Vérité du Christ, ils doivent obligatoirement travailler généreusement à réaliser un monde fraternel14.

  • 15 Témoignage de l’abbé Lucien Le Breton, 4 juillet 1985. Voir aussi Yvon Tranvouez, Catholiques d’ab (...)

27L’abbé Le Breton a eu du public, c’est vrai, mais guère le sentiment d’être entendu. ll sera de plus en plus sensible à cet écart entre deux mondes : un catholicisme à deux vitesses15.

28Cette analyse de la dimension bretonne du progressisme chrétien donne sans doute une des raisons de la sévérité hiérarchique. Les chrétiens progressistes n’ont jamais fait nombre, mais par leur qualité ou par leur position dans le dispositif ecclésial, ils étaient des hommes d’influence, susceptibles de déstabiliser les militants d’Action catholique et le jeune clergé d’esprit missionnaire. Encore faut-il pratiquer ce changement d’échelle pour bien le percevoir. C’est ce qui m’a conduit depuis longtemps à traiter simultanément des dossiers nationaux et des dossiers locaux, à pratiquer un constant va-et-vient entre militantisme d’avant-garde et civilisation paroissiale. De Paris à Lambézellec, quel écart ! Mais précisément cet écart est au cœur du problème des changements et des conflits qui ont affecté l’histoire du catholicisme français contemporain.

Notes

1 Wladimir d’Ormesson, Rapport sur la visite ad limina des Évêques de France, 18 juillet 1952, Archives du Ministère des Affaires étrangères, Europe/Saint-Siège, 1944-1955, dossier n° 34.

2 Jean-Paul Rouxel, Les Chrétiens progressistes, de la Résistance au Mouvement de la Paix, thèse de 3e cycle d’Histoire, Rennes, 1976.

3 Thierry Keck, Jeunesse de l’Église, 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France, Paris, Karthala, 2004.

4 Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien, 1950-1955, Paris, Cerf, 2000.

5 Lettre de René Thoraval à Henri Berlivet, 12 juin 1953, Fonds Berlivet, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Brest.

6 La Semaine Religieuse du diocèse de Rennes, 18 novembre 1949.

7 Ouest-Matin, 8 décembre 1949.

8 La Semaine Religieuse du diocèse de Rennes précisait ceci : « Avant d’infliger à un lecteur la sanction du refus des sacrements […] il convient de l’avertir charitablement de la gravité de son cas et de l’amener à résipiscence. S’il s’obstine à ne pas vouloir accepter l’autorité de l’Église, la sanction s’impose » (18 novembre 1949).

9 Journal intime de Cécile Jullien-Grabner, cité par Thierry Keck, op. cit., p. 303-304.

10 Lettre de Mgr Fauvel à Cécile Jullien, 2 janvier 1952, citée par Thierry Keck, op. cit., p. 175, note 57.

11 Respectivement : « Chrétiens progressistes : un article du R.P. Cordovani », L’Écho de Saint-Laurent, 12 février 1949 ; « Prêtres ouvriers », L’Écho de Saint-Laurent, avril 1954 ; « Le Catholique français », L’Écho de Saint-Laurent, juillet 1956.

12 Sans doute ces réunions sont-elles les mêmes que celles que signale Étienne Fouilloux, d’après le témoignage de l’abbé Petit : « Des patronages en question : l’exemple parisien (1944-1950) », dans Gérard Cholvy (dir.), Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs. Sociabilité juvénile dans un cadre européen (1799-1968), Paris, Cerf, 1985, p. 369.

13 Sur son enseignement au Kreisker, voir le témoignage d’un ancien élève, Louis Pouliquen, Le Temps des soutanes, Brest, Éditions du Liogan, 1993, p. 255 et suiv.

14 L’Écho de Saint-Laurent, mars 1950.

15 Témoignage de l’abbé Lucien Le Breton, 4 juillet 1985. Voir aussi Yvon Tranvouez, Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France, xixe-xxe siècle, Paris, Éditions Ouvrières, 1988 (chapitre 7, « Le catholicisme à deux vitesses », p. 172-192).

Notes de fin

* « Chrétiens progressistes en Bretagne (1945-1955) », Bretagne et Religion. Travaux de la section Religion de l’Institut Culturel de Bretagne, volume 3, Vannes, ICB, 2002, p. 135-150.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540