Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la représentation politique

 | 
Alice Mazeaud

Première partie. La « représentativité » de l'élu : discours et pratiques

4. La représentation parlementaire en France : ressources politiques, diversité des modes et logiques de représentation à l’Assemblée nationale

Cécile Vigour

Texte intégral

  • 1 Best H. et Gaxie D., « Detours to Modernity: Long-Term Trends of Parliamentary Recruitment in Repub (...)

1Le constat d’une relative homogénéité sociale de l’Assemblée Nationale est désormais clairement établi. Cependant, cette vision de la classe politique ne fait-elle pas obstacle à une compréhension plus fine de ce que sont les parlementaires, de ce qu’ils font et des conceptions qu’ils se font de leur rôle ? Si les députés français partagent largement des caractéristiques sociales et professionnelles communes (ce sont majoritairement des hommes, dotés d’un niveau élevé de formation, plutôt issus des catégories socio-professionnelles supérieures et rarement issues de minorités)1 peut-on pour autant en conclure à une conception unique et à un style uniforme de représentation parlementaire ? Ne peut-on identifier des critères de différenciation parmi ces élus ? En ce cas, est-il possible de distinguer, parmi les députés, des profils différents quant à la manière dont ils perçoivent et exercent leur rôle de représentant ? Ce chapitre a pour objectif de montrer qu’il n’est pas possible de retenir l’idée d’un style et d’un mode uniformes de représentation élective, même dans le seul cas de la députation en France et au cours d’une même législature. Au contraire, il restitue 1’hétérogénéité de l’univers politique en éclairant la diversité des modes et des logiques de représentation politique, incorporées dans un ensemble de discours et de pratiques caractéristiques du métier politique.

  • 2 Concernant l’usage de cette méthode en science politique, cf. par exemple Lascoumes P. et Le Hay V (...)
  • 3 Faute de disposer de données complètes en la matière, les caractéristiques socio-professionnelles (...)

2Pour ce faire, cette contribution s’appuie sur un matériau et une approche originaux – l’analyse géométrique de données – encore peu utilisée dans les travaux sur les rôles politiques. Synthétisant les principales polarisations d’un ensemble de variables dans une approche multidimensionnelle, l’analyse géométrique des données permet de comprendre comment les conceptions de la représentation et du travail parlementaires s’articulent entre elles, et de dégager les modes de structuration de l’espace parlementaire. La réalisation d’une analyse des correspondances multiples (ACM) et d’une classification ascendante hiérarchique2 permet en effet d’identifier les principaux clivages relatifs aux conceptions de la représentation et à l’exercice du mandat de député, et d’établir plusieurs critères de différenciation (l’appartenance politique, le nombre de mandats de député effectués, le cumul d’autres mandats électifs, les responsabilités exercées au sein de l’Assemblée nationale, le capital politique familial)3. En s’intéressant non seulement aux variables, mais aux individus et à leur dispersion, ce type de méthodes met en évidence plusieurs groupes de parlementaires plus ou moins homogènes.

  • 4 Blomgren M. et Rozenberg O. (dir.), Parliamentary Roles in Modem Legislatures, Abingdon, Routledge, (...)
  • 5 Navarro J., « Les rôles au Parlement européen. Une typologie des pratiques de représentation », Rev (...)
  • 6 Lagroye J., « Etre du métier », Politix, vol. 7, no 28, 1994, p. 5-15.
  • 7 Les données mobilisées ici portent sur les conceptions dominantes que se font les élus de leur tra (...)

3Ces profils viennent en partie conforter la littérature internationale sur les modes de représentation et sur les rôles politiques, définis comme un ensemble de comportements, de pratiques et de présentations de soi, identifiés comme tels par les élus4. L’intérêt d’une approche en termes de rôle réside dans le fait de prendre en compte conjointement l’autonomie des acteurs et le fait que leur action s’insère dans un cadre institutionnel. Parce que « les rôles parlementaires, à l’instar des autres rôles sociaux, résultent de la rencontre entre une subjectivité et une position sociale », ce type d’approches prête une « attention particulière aux représentations des acteurs et à la manière dont ils conçoivent leur fonction, qui sont autant d’indices des principes qui sous-tendent leurs pratiques5 ». Au sein d’une institution, un nombre limité de modèles de conduites légitimes se cristallise, que les acteurs actualisent en fonction de leurs valeurs, de leurs aspirations et de leurs intérêts. Alors que la stabilité de ces modèles et la question de l’unicité ou de la pluralité6 des rôles endossés par un même élu font débat dans la littérature, je montrerai la cohérence des conceptions de la représentation et du travail parlementaires privilégiées par les élus, ainsi que leur forte congruence avec les ressources de ces derniers7.

  • 8 Le projet de recherche LEGIPAR – Légitimation parlementaire et gouvernement démocratique en France (...)
  • 9 Cet échantillon représente près de 40 % des députés. Sa composition est représentative du point de (...)

4La démonstration s’appuie sur l’analyse des données recueillies entre 2009 et 2011 dans le cadre du projet de recherche LEGIPAR8, en mobilisant les réponses aux questionnaires fermés administrés en face-à-face avec 227 députés français pendant la législature 2007-2012, prolongés dans une trentaine de cas par des entretiens semi-directifs9. L’ACM comprend 25 variables actives, questions relatives aux conceptions de la représentation et du travail parlementaires, tandis que les caractéristiques socio-politiques et sociodémographiques des députés constituent des variables illustratives (celles-ci n’interviennent pas directement dans la structuration de l’espace, mais y sont placées a posteriori, afin de caractériser politiquement et socialement les polarisations observées ; cf. annexes 1 et 2).

  • 10 Wahlke J. C., Eulau H., Buchanan W. et Fergusson L. C., The Legislative System. Explorations in Leg (...)

5Dans un premier temps, je montrerai comment l’espace parlementaire est structuré par des logiques spécifiquement politiques (le rapport au parti et au local, lié à l’appartenance partisane) d’une part, et le volume de ressource politiques (l’expérience, le cumul d’autres mandats, les responsabilités) d’autre part. Dans un second temps, je mettrai en évidence le fait que, selon leur position dans l’espace politique parlementaire, les élus ne défendent pas les mêmes conceptions de la représentation et de leur rôle. L’analyse géométrique des données permet de dégager quatre profils de députés : le trustee, le délégué (pour reprendre les qualificatifs développés par Wahlke et ses collègues10), le représentant du parti ainsi qu’une figure hybride d’élus, dans une double allégeance au parti et à leurs électeurs.

La structuration de l’espace politique parlementaire

6L’ACM montre que l’espace des conceptions de la représentation et du travail parlementaires est structuré par des logiques politiques (primauté accordée ou non par les députés à leur parti et à leur ancrage local), ainsi que par le volume des ressources politiques. L’ACM souligne ainsi une forte congruence entre la distribution des ressources des députés, et leurs conceptions et pratiques de la représentation.

Les principales ressources et logiques politiques qui structurent l’espace des conceptions de la représentation parlementaire

Rapport au parti et au local

  • 11 Interrogés quant à « la tâche la plus importante », près de sept députés sur dix citent d’abord le (...)
  • 12 55,5 % des députés sont très satisfaits de leur travail à Paris, 29 % moyennement et 15,5 % peu ou (...)

7Deux logiques et ressources politiques – le rapport au parti et au local – structurent prioritairement l’espace parlementaire. La première ligne de clivage, représentée graphiquement par l’axe horizontal (cf. graphique 1), oppose en effet d’une part deux principales conceptions de la représentation parlementaire (le député en tant que représentant de son parti vs. de sa circonscription ou de ses électeurs), congruents avec deux modes d’implication privilégiée, au niveau national ou local11, et avec la satisfaction différenciée ressentie dans chaque lieu12. Ainsi, sur la droite du graphique, se trouvent les parlementaires pour qui le député représente avant tout sa circonscription et ses électeurs, et non pas son parti ; ceux qui donnent la primauté au travail parlementaire au niveau local et sont faiblement satisfaits à Paris ; ces élus préfèrent leur mandat de maire à celui de député. Dans la partie gauche de l’espace, les élus réfutent l’idée de représenter leurs électeurs, privilégient leur travail à Paris et en sont très satisfaits.

8Le rapport au parti influence d’autre part le degré de liberté variable ressenti par les députés. Sur la gauche du graphique, figurent ceux qui estiment leur liberté réduite à l’égard de leur groupe et de leur commission parlementaires, et intermédiaire vis-à-vis de leurs électeurs ; ceux qui, en cas de conflit entre les consignes du parti et leur opinion personnelle ou celle des électeurs, se conformeraient aux premières ; ces députés accordent une grande ou très grande importance à l’étiquette politique et à l’expérience au sein de leur parti comme critère pour se faire élire. À droite, on trouve ceux qui suivraient leur opinion en cas de désaccord avec leur formation politique, ceux qui disposent d’une forte influence sur les travaux de leur commission parlementaire et sur les lois adoptées, ainsi que d’une grande liberté par rapport aux règles de l’Assemblée. Ces députés estiment réduite l’incidence de leur étiquette politique dans leur élection.

Le volume des ressources politiques : centralité vs. marginalité dans l’exercice national du mandat de député

  • 13 Une même variable peut contribuer à plusieurs axes. Le sens qu’elle revêt dépend des autres variab (...)

9Le volume des ressources politiques détenues constitue le deuxième critère principal de différenciation parmi les parlementaires. Plus encore que l’axe 1, l’axe 2 (cf. graphique 1) souligne en effet une nette opposition entre les députés qui disposent d’une grande liberté et influence dans leur travail à Paris et ceux qui y sont marginalisés13. L’espace parlementaire se révèle ainsi fortement hiérarchisé.

Graphique 1 – L’espace des conceptions de la représentation parlementaire (plan 1et 2, variables actives et illustratives)

Graphique 1 – L’espace des conceptions de la représentation parlementaire (plan 1et 2, variables actives et illustratives)

10En haut du graphique, se situent les députés qui disposent d’une grande liberté à l’égard de leur groupe, des règles de l’Assemblée et de leurs électeurs ; ceux qui influencent les travaux de leur commission parlementaire, de leur groupe comme les lois adoptées. Ces élus, très satisfaits à l’égard du travail qu’ils effectuent à Paris, préfèrent leur mandat de député. Ils sont en désaccord avec le fait qu’un député représenterait avant tout sa circonscription ou ses électeurs.

11En bas, les élus estiment au contraire limitée ou intermédiaire l’autonomie dont ils disposent vis-à-vis de leur groupe, réduite leur liberté à l’égard des règles de l’Assemblée ; ils pèsent peu sur les décisions de la commission parlementaire à laquelle ils appartiennent, sur celles de leur groupe et encore moins sur les lois adoptées. Sans surprise, ils éprouvent peu de satisfaction à Paris, privilégient leur travail à l’échelon local et préfèrent leur mandat de maire.

Une forte congruence entre les conceptions de la représentation et l’inégale distribution des ressources politiques

12Si on croise ces résultats avec les caractéristiques socio-politiques et sociodémographiques des élus, considérées dans l’ACM comme des variables illustratives, l’espace des conceptions de la représentation parlementaire apparaît fortement structuré par les ressources politiques des députés et l’inégale distribution de celles-ci.

  • 14 Ce groupe compte des députés communistes, des Verts et des députés d’Outre-mer jusqu’à fin novembr (...)
  • 15 Costa O., Lefebure R, Rozenberg O., Schnatterer T. et Kerrouche E., “Far Away, So Close. Parliament (...)
  • 16 Gaxie D., La démocratie représentative, Paris, Clefs, Montchrestien, 2003 (chapitre 3) ; Offerle Μ. (...)

13L’appartenance politique est surtout portée par l’axe 1, qui contraste les rapports au parti et au local (dépendance forte au parti à gauche vs. primat du rapport au local à droite). Les clivages identifiés plus haut en matière de représentation relèvent largement d’une opposition de conceptions entre élus de gauche et de droite, et plus encore entre le groupe des Socialistes, Républicains et Citoyens (SRC) et les autres groupes (Union pour un Mouvement Populaire – UMP, Gauche Démocrate et Républicaine – GDR14). Ainsi la conception du député comme représentant d’abord son parti est principalement partagée par des élus de gauche (19 % d’absolument d’accord contre 10 % à droite, seulement 32 % de pas d’accord ou pas du tout d’accord à gauche contre 65 % à droite) et en leur sein, par les socialistes, qui se sentent davantage liés par la position adoptée par leur groupe. Au contraire, l’idée que le député représente avant tout sa circonscription ou ses électeurs (autour de 40 % en moyenne) est davantage défendue parmi les parlementaires de droite, qui se sentent plus libres vis-à-vis de leur formation politique (51 % contre 30 % à gauche). Ce contraste s’explique par le fait que les partis de gauche tendent traditionnellement à contrôler davantage le processus de nomination des candidats et à favoriser ceux qui sont impliqués depuis longtemps dans le parti, tandis que les partis de droite s’appuient plus souvent sur des candidats qui disposent de ressources personnelles acquises à travers leurs réseaux professionnels et sociaux au sein de la circonscription15 – comme le montrent les travaux sur les filières d’entrée en politique16 ; l’ancrage local (plus fort à droite) affaiblit la dépendance au parti. De plus, la politique semble appréhendée davantage comme une activité collective à gauche qu’à droite.

14Si l’on considère en outre les variables telles que le sexe et l’âge, on observe que les femmes, les jeunes députés, ceux qui le sont pour la première fois et ceux qui ne détiennent que ce mandat politique figurent plutôt sur la gauche et le bas du graphique, tandis que les hommes et les députés qui détiennent plusieurs mandats se situent sur la droite.

  • 17 Sineau M. et Tiberj V., « Candidats et députés français en 2002. Une approche sociale de la représe (...)
  • 18 L’idée que le sexe puisse intervenir dans la sélection des candidats aux législatives reste très c (...)
  • 19 40 % des députés interrogés sont hostiles au mandat unique, avec de fortes divergences entre les p (...)

15L’axe 2 met quant à lui explicitement en évidence les hiérarchies internes à l’espace politique – d’un pôle politiquement dominant (en haut) à un pôle politiquement dominé (en bas), pour ce qui relève de l’exercice des fonctions nationales de député. Cet axe oppose en effet ceux qui détiennent beaucoup de ressources politiques valorisées (telles que l’exercice de responsabilités à la Chambre, l’ancienneté comme député, le capital politique familial), et ceux qui en détiennent moins sur le plan national (les hommes de plus de 65 ans qui cumulent plus de deux autres mandats électifs locaux – situés sur la droite du graphique), voire peu (les femmes, les primo-députés, souvent peu connus et dépourvus de capital leur permettant de s’imposer au sein de leur parti ou dans l’espace politique local). Deux résultats complémentaires peuvent en être tirés. D’une part, l’ACM met en évidence deux manières d’être dominés : à gauche, en fonction de sa position dans l’appareil partisan ; à droite, selon ses ressources politiques personnelles (degré de notabilité au niveau local). D’autre part, le sexe et l’âge reflètent clairement l’inégale distribution des capitaux politiques, comme le soulignent de nombreux travaux sur le genre17 ; celle-ci va de pair avec des conceptions spécifiques de la représentation (défense de la parité18 et de la représentation des jeunes en politique, ainsi que du mandat unique19).

  • 20 Brouard S., Costa O., Kerrouche E. et Schnatterer T., « Why do French MPs focus more on constituenc (...)
  • 21 Costa O. et Kerrouche E., “Representative roles in the French National Assembly: The case for a dua (...)

16Les dynamiques de différenciation mises en valeur par chaque axe renvoient plus généralement à deux caractéristiques majeures de la représentation parlementaire en France : la tension constitutive entre l’investissement à l’Assemblée nationale et en circonscription du député d’une part (en raison du mode de scrutin, du haut niveau de cumul des mandats et de l’importance relative des « notables »)20, et le difficile transfert des ressources d’un échelon à un autre d’autre part (le fait d’être un notable localement ne garantit pas une position valorisée à la Chambre, de même que disposer d’importantes ressources à Paris ne préfigure pas nécessairement une insertion locale réussie21).

Des conceptions différentes du rôle de représentant

  • 22 Pour une analyse fine de la manière dont Wahlke et ses collègues avaient inclus les partis politiq (...)
  • 23 Converse P. E. et Pierce R., Political representation in France, Cambridge, Belknap Press of Harvar (...)

17En poursuivant l’analyse tirée de l’ACM et en la complétant par une classification ascendante hiérarchique, il est possible d’établir une typologie des positions individuelles afin de caractériser sociologiquement différents groupes de députés. Ces idéaux-types se différencient notamment quant au modèle de représentation défendu : un parlementaire est-il chargé d’exprimer la volonté de ses électeurs (figure de l’élu délégué) ? Ou doit-il jouir d’une certaine liberté et pouvoir voter selon son propre jugement afin d’opter pour ce qu’il estime être dans l’intérêt de ses électeurs (figure du trustee) ? Ou bien un député doit-il se conformer aux engagements pris par le parti sous l’étiquette duquel il a été élu ? (Représentation du parti selon une logique non incluse dans la typologie des rôles représentationnels de Wahlke22, mais que R Converse et R. Pierce avaient identifiée comme cruciale dans le cas Français23).

  • 24 Cf. l’article 3 de la Constitution : « la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce (...)

18L’ACM comme la classification confirment la pertinence des figures du trustee et du délégué, et montrent l’importance du représentant du parti, beaucoup plus présent de ce côté-ci de l’Adantique, et d’une figure hybride caractérisée par une double allégeance au parti et aux électeurs. Dans un système politique fortement professionnalisé et structuré par les partis, les conceptions du représentant comme délégué de sa circonscription ou comme délibérant en conscience (trustee) demeurent néanmoins vivaces en France – au-delà de l’idéal du représentant de la Nation (doctrine de la souveraineté nationale selon laquelle nul n’est censé représenter une partie de la nation24), auquel les députés Français adhèrent très largement, puisque plus de neuf dixièmes d’entre eux estiment représenter d’abord l’ensemble de la population française. Il s’agit là d’idéaux-types caractérisant à la fois les ressources, les préférences et les investissements différentiels (en temps et en énergie) consacrés par les députés à leur travail parlementaire à l’Assemblée et au niveau local, sachant que rares sont ceux qui peuvent se permettre d’être peu présents dans leur circonscription.

Des conceptions différenciées selon la position dans l’espace parlementaire

19Selon leur position dans l’espace politique, les députés ne conçoivent pas la représentation de la même manière. Quatre sous-espaces peuvent être identifiés dans l’espace constitué par l’ACM.

Les députés ancrés dans le local : le primat de la figure du délégué

  • 25 La moitié des députés qui cumulent d’autres mandats exercent une fonction exécutive. Un député sur (...)
  • 26 Cf. Brouard S., Costa O. et al., art. cit.

20Dans le quadrant bas droit, figurent les députés ancrés dans le local. Cumulant deux autres mandats électifs ou plus, exerçant leur deuxième mandat de député, ils accordent la priorité à leur investissement au niveau local, éprouvent une grande satisfaction par rapport au travail qu’ils mènent dans leur circonscription et au contraire sont déçus par leur action au niveau national ; ils plébiscitent leur mandat de maire. Pour ces députés souvent titulaires de plusieurs mandats locaux, l’implication dans la circonscription est perçue comme le corollaire de leur activité au Conseil municipal, général ou régional25. Ces élus estiment que leur notoriété a joué un rôle important dans leur élection, contrairement à l’étiquette politique et à l’expérience partisane. Les 65 ans et plus sont particulièrement associés à ce sous-espace. De manière cohérente, du point de vue des logiques de représentation, ces députés se considèrent avant tout comme représentant de leur circonscription et de leurs électeurs. En cas de divergence entre la position défendue par leur formation politique et l’opinion majoritaire de leurs électeurs, ils préféreraient suivre leur électorat. Aussi bien dans le focus et le style de la représentation (qui renvoient respectivement au groupe représenté prioritairement et à la façon dont les élus défendent les intérêts de ceux qu’ils estiment représenter), les élus de ce sous-espace renvoient à la figure du délégué. La force du lien avec la circonscription s’explique par le système d’élection uninominal, par l’importance du cumul des mandats (amplifié avec la décentralisation, contrairement au Royaume-Uni) et par la taille des circonscriptions26.

« Héritiers » et « vieux routards » de l’Assemblée nationale : la figure du trustee

  • 27 Si les non-inscrits qui ont répondu à l’enquête, proches du centre-droit, ne pouvaient être appréh (...)
  • 28 54 % des députés en 1970 comme en 2010 choisiraient de voter conformément à leur propre conviction (...)
  • 29 Le poids des trusteesa priori surprenant dans un système politique où un député peut difficilem (...)

21Dans le quadrant haut droit, davantage associé à la droite qui constitue alors la majorité27, se situent les « héritiers », qui peuvent s’appuyer sur leur capital politique familial, ainsi que les députés élus depuis longtemps (au moins cinq mandats). Ces trois types de ressources leur confèrent un sentiment de grande liberté, à l’égard de leur groupe et des règles de l’Assemblée. Ces élus jugent également forte leur influence sur la commission parlementaire à laquelle ils appartiennent et intermédiaire leur influence sur les lois adoptées. Ces parlementaires ne sont pas d’accord avec l’idée que le député est avant tout un représentant de son parti. En cas de divergences avec leur formation politique, ils préféreraient suivre leur opinion personnelle28. Leur assurance d’être réélu dans leur fief n’est sans doute pas étrangère à leur indépendance, même s’ils récusent paradoxalement l’importance de leur notoriété dans leur élection. Ces parlementaires s’apparentent aux trustees qui se décident en conscience, sans se sentir liés par aucun mandat29. Ils se prononcent contre la mise en place du mandat unique et expriment leur désaccord quant au fait que la surreprésentation des hommes au Parlement serait « grave pour la démocratie ».

22Les deux quadrants situés à gauche du graphique au contraire réunissent les élus qui témoignent d’une allégeance forte à leur formation politique, pour des motifs en partie différents.

Les députés qui exercent des responsabilités à l’Assemblée, ou la figure de représentant du parti ?

  • 30 La préservation de l’anonymat des enquêtés nous empêche de préciser des noms.

23Situés dans le quadrant haut gauche plutôt associé à la gauche, les députés qui exercent leur troisième ou quatrième mandat de député, et au plus un autre mandat électif, accordent clairement la priorité à leur travail à Paris, où ils éprouvent une grande satisfaction. C’est aussi ce mandat parlementaire qu’ils préfèrent. Ces élus attribuent leur élection principalement à leur étiquette politique et à leur expérience partisane (et non pas à leur notoriété). Ils ne sont pas d’accord avec l’idée que le député est avant tout le représentant de sa circonscription et de ses électeurs, et s’estiment assez libres vis-à-vis de ces derniers. En cas de désaccord entre leur formation politique et une majorité de leurs électeurs, ils se prononceraient plutôt en faveur de la première. Ils estiment forte leur influence sur leur groupe parlementaire. Ce sous-espace est associé aux moins de 55 ans, dans une moindre mesure aux 55-60 ans. Ces élus se distinguent des autres, par la large autonomie dont ils disposent tout en étant assez liés par les décisions de leur groupe – à la définition desquelles ils contribuent toutefois largement. Parmi les parlementaires de ce quadrant, on trouve effectivement deux responsables de groupe, ainsi que des députés exerçant des responsabilités au sein de certaines commissions (comme président ou rapporteur) ou de la Chambre30 (questeur) – principalement dans l’opposition.

Les députés les moins dotés, à l’influence et la liberté réduites, dans une double allégeance parti-électeurs

  • 31 C’est aussi un résultat que trouvent Eulau et al. à propos des parlementaires des États américains (...)

24Dans le quadrant bas gauche, on trouve les députés les « moins dotés » – les femmes et les titulaires de leur premier mandat de député, ceux qui ne bénéficient pas d’une socialisation familiale à l’exercice de fonctions politiques valorisées et du capital politique associé. Ces parlementaires se sentent les moins libres, que ce soit à l’égard de leur formation politique, des règles de l’Assemblée ou de leurs électeurs, et ils estiment avoir peu d’influence sur les lois adoptées. Ces élus se situent dans une double allégeance à leur parti et aux électeurs, et combinent deux logiques de représentation selon les circonstances : considérant représenter avant tout leur parti, dans une moindre mesure leur circonscription, en cas de divergences, ils tendraient à se conformer à la ligne définie par leur formation. Ces députés orientent ainsi leur action en partie en fonction de la circonscription, sans pour autant se conformer aux préférences des électeurs31. Ces députés jugent problématique la surreprésentation des hommes au Parlement français et sont favorables à la prise en compte du sexe dans la sélection des candidats à la députation. Ces élus s’expriment aussi en faveur du mandat unique.

  • 32 D. Searing a établi ces rôles à partir d’entretiens semi-directifs avec des députés de la Chambre (...)

25Les sous-espaces caractérisés grâce à l’analyse factorielle font ainsi ressortir une forte corrélation entre les positions des députés dans l’espace parlementaire et leur conception de la représentation. Ils confortent certaines analyses sur les rôles parlementaires menées à l’étranger sur la base d’autres sources et établies également à partir d’une approche inductive, qui procède de l’étude des prises de positions adoptées par les élus et des principes d’action qu’ils défendent, et non de l’identification a priori de rôles. Ces représentations idéaltypiques de la fonction parlementaire recouvrent en effet pour partie certains des rôles définis par D. Searing32 : ainsi les élus de terrain (« constituency MPs », 25 % des députés à Westminster, qui s’apparentent selon les cas plutôt à l’assistante sociale ou à l’entrepreneur local, promoteur des intérêts collectifs de la constitution) et les hommes du Parlement (« Parliament men », 9 % en Angleterre, qui apprécient l’atmosphère de la Chambre et connaissent parfaitement les arcanes du milieu) se retrouvent respectivement dans les députés « ancrés dans le local » et pour partie dans les « vieux routards de l’Assemblée » ; une partie des « ambitieux » en quête de dossiers et de réseaux porteurs (« ministerial aspirants », 25 %) figurent parmi les députés qui exercent des responsabilités. En revanche, la catégorie la plus générique identifiée par D. Searing – celle des promoteurs de causes (« policy advocates », qui constituaient deux cinquièmes de la Chambre, qu’il s’agisse des porteurs d’une cause idéologique ou d’une expertise) – peut difficilement être rapprochée des profils distingués plus hauts en l’absence de données recueillies sur les causes défendues par les députés français.

Quatre profils de députés articulés autour d’un mode de représentation

Quatre profils de députés articulés autour d’un mode de représentation

Graphique 2Ellipses de représentation des quatre profils de députés

  • 33 Les différences entre les sous-espaces dégagés par l’ACM et les profils établis par la classificat (...)

26Réaliser une classification ascendante hiérarchique permet de préciser la répartition des députés entre ces profils et de ne pas réifier ces derniers, en soulignant les dispersions internes33. La classification est largement ordonnée en fonction de la hiérarchie interne à l’espace parlementaire : le premier profil, qui rassemble des députés de la majorité et est caractéristique de la figure du trustee, s’oppose aux autres parlementaires ; parmi ces derniers, les représentants du parti se distinguent des deux autres groupes, dominés au niveau national.

27Le premier profil (classe 4), qui regroupe 26,4 % de l’échantillon, se distingue des trois autres par sa liberté et son influence : autonomie à l’égard du parti, des règles de l’Assemblée comme des électeurs ; influence sur la commission parlementaire à laquelle ils appartiennent et sur les lois adoptées. Ces élus préfèrent leur mandat de député. On retrouve la figure idéal-typique du trustee. Ce profil se rencontre prioritairement chez des élus de droite et de l’UMP, qui constituent alors la majorité gouvernementale.

28Au contraire, le deuxième type de députés, qui rassemble 21,6 % de l’échantillon (classe 3), est caractéristique des élus de gauche et plus particulièrement du groupe des Socialistes, Républicains et Citoyens. La contestation du principe de représentation de la circonscription et des électeurs par le député va de pair avec l’importance accordée à l’étiquette politique et à l’expérience au sein de leur parti. Ces élus affirment leur préférence pour leur mandat de député, ainsi que pour le travail parlementaire accompli à Paris. Ils s’apparentent largement à la figure de représentant du parti. Deux autres caractéristiques – le peu d’autonomie à l’égard des règles de l’Assemblée et l’influence réduite sur le travail de leur commission parlementaire – semblent surtout liées au fait qu’au moment de l’enquête, la gauche est dans l’opposition, dont le rôle est limité dans la constitution de la Cinquième République.

29Le troisième profil (22 %, classe 2) se distingue nettement des deux précédents du point de vue de leur ancrage local (représentation de la circonscription et des électeurs, priorité donnée au travail de terrain et d’intermédiation entre les électeurs et l’administration, préférence pour le mandat de maire, faible satisfaction à Paris, absence de responsabilités au sein de l’Assemblée nationale). Ces députés se caractérisent par leur autonomie réduite à l’égard des électeurs et de leur parti. Néanmoins, ils suivraient l’opinion de leurs électeurs en cas de divergence avec la position définie par leur parti, ou avec leur propre jugement. Ces attitudes sont le propre du délégué. Ce groupe est en revanche divisé à propos du cumul des mandats.

  • 34 À l’époque, la primauté de la figure du représentant du parti est encore plus écrasante, tandis qu (...)

30Ces trois premiers profils correspondent à la triade – trustee, délégué et représentant du parti – identifiée par P. Converse et R. Pierce dans leur étude réalisée sur les parlementaires Français élus en 1967, bien que la répartition entre les profils diffère34.

31Le dernier profil, le plus répandu avec 30 % des individus (classe 1), est marqué par une liberté intermédiaire (vis-à-vis de leur groupe et des règles de l’Assemblée), et par la moindre détention de ressources politiques (primo-député). Ces parlementaires attribuent leur élection à leur étiquette politique et à leur notoriété, mais pas à leur expérience au sein du parti, récente. Ces élus estiment plutôt représenter leur circonscription, dans une moindre mesure leur parti et leurs électeurs. Néanmoins, en cas de divergences entre l’opinion de ces derniers et la position de leur parti, ils se conformeraient à la ligne définie par leur groupe (contrairement aux députés de la classe 3). Ce profil, qui comporte les plus importants recoupements avec les autres (notamment les classes 2 et 3), témoigne de l’imbrication d’une pluralité de sources de légitimation et de modèles de représentation – dans une double allégeance à leur parti et aux électeurs. Enfin, ils se montrent majoritairement favorables à la prise en compte du sexe et de l’âge dans le processus de désignation des candidats à la députation. Ce profil paraît caractéristique des élu-e-s qui ont bénéficié des dispositions relatives à la loi sur la parité et plus largement, à la diversification des profils de députés.

32La cohérence de ces groupes de parlementaires ne doit pas occulter les différences internes, soulignées par les enchevêtrements entre les ellipses et par la dispersion au sein de chaque groupe, par-delà la localisation de leur centre de gravité dans chacun des quadrants. Des parlementaires relevant de profils différents peuvent ainsi néanmoins être plus proches. Pour cette raison, un député emprunte parfois à des registres d’action et de légitimation associés prioritairement à un autre rôle. Il convient donc de ne pas gommer la diversité des engagements, des valeurs et des pratiques des élus associés à un même profil.

Conclusion

33Par-delà la relative homogénéité sociale des députés à l’Assemblée nationale, ce chapitre chapitre met en lumière des conceptions différenciées de la représentation, du travail et des rôles parlementaires. L’analyse montre que les logiques de représentation défendues par les élus (représentation des électeurs ou de leur circonscription vs. de leur parti) dépendent surtout de logiques spécifiquement politiques (le rapport au parti et au local, lié à l’appartenance partisane) d’une part, et l’inégale distribution de leurs ressources (l’expérience politique, le cumul d’autres mandats, les responsabilités exercées au sein de l’Assemblée nationale, le capital politique familial) d’autre part.

34Quatre figures du représentant dotées d’une cohérence ressortent particulièrement, qui correspondent pour partie à des idéaux-types identifiés dans d’autres assemblées (Parlements américains, Chambre des députés anglais notamment) : le trustee qui se décide en conscience parmi les « héritiers » et les « vieux routards » de l’Assemblée (qui recouvrent pour partie les « Parliament men » de Searing) ; le délégué parmi les parlementaires ancrés dans le local (qui s’apparentent à l’élu de terrain identifié par Searing) ; la figure du représentant du parti présente en particulier chez les députés en responsabilité à la Chambre, à gauche notamment (qui relèvent pour partie des « ambitieux » de Searing) ; et enfin, parmi les élus les moins dotés, une figure hybride qui associe les deux précédents modes de représentation selon les circonstances, même si, en cas de divergences, l’allégeance partisane l’emporterait sur le souci de porter la voix de leurs électeurs. En prêtant attention aux dispersions internes, l’analyse géométrique des données permet d’établir des profils de députés dotés de caractéristiques communes, sans pour autant gommer les disparités en leur sein, et la coexistence de visions et de pratiques plurielles.

  • 35 C’est l’un des objets du chapitre de S. Michon dans le présent ouvrage, qui porte sur les équipes (...)
  • 36 Pour une analyse des concordances et dissonances entre députés et citoyens de leurs conceptions et (...)

35Cette analyse mériterait d’être complétée en la croisant avec une étude des pratiques. Cela impliquerait notamment de prendre en considération les différences dans la constitution des équipes parlementaires, dans le temps respectivement consacré à l’Assemblée nationale et à la circonscription par l’élu, et dans l’allocation plus précise du temps à chaque activité au niveau local, afin de conforter une analyse en termes de rôles parlementaires au-delà des conceptions de la représentation35. De plus, dans le contexte contemporain de questionnements sur la légitimité des corps élus, il serait intéressant de confronter ces résultats avec les points de vue des citoyens. Un tel regard comparatif atteste de la diversité, ainsi que de l’ambiguïté et de la complexité des positions et des attentes des citoyens à l’égard de la représentation. Le pluralisme des conceptions n’est pas moins grand chez les parlementaires que chez les électeurs, même parmi les plus éloignés de la politique36.

Annexes

Annexe 1 – Caractéristiques de l’ACM

L’« ACM spécifique·37 » réalisée ici porte sur les variables les plus pertinentes identifiées à travers les statistiques uni et bi-variées ; elle comprend 25 variables actives (dont 67 modalités actives) et 8 modalités illustratives.

Comme l’ACM restait stable dans ses principales caractéristiques (disposition similaire des modalités par quadrant) en ajoutant ou supprimant des variables actives, leur nombre, initialement de 47, a été réduit afin d’éviter les redondances, les extrêmes ou les variables qui ne clivent pas. Ainsi des questions a priori intéressantes n’ont pas été intégrées dans l’analyse, puisque les députés étaient unanimes, alors que le principe de l’ACM est d’établir des différences au sein du groupe étudié.

Pour l’interprétation des axes, seules les modalités qui contribuent aux axes ont été considérées. Les deux premières valeurs propres (λ1 = 0,1147 ; λ2 = 0,0989) correspondent à un taux modifié cumulé de 44 % (26,5 % pour l’axe 1 et 18 % pour l’axe 2). Les deux groupes de variables actives contribuent respectivement à 29 % et 70 % pour l’axe 1 ; 13 % et 81 % pour l’axe 2. Parmi les 67 modalités actives, on a retenu celles dont la contribution est supérieure à 1,5 % (1/67) – soit 19 modalités pour l’axe 1 et 16 pour l’axe 2 qui contribuent respectivement à 98 % et à 94 % de la variance de chacun des axes.

Annexe 2 – Choix des variables

Comme les résultats de l’ACM étaient très similaires que les caractéristiques sociodémographiques et socio-politiques des députés soient considérées ou non comme des variables actives, il a paru plus heuristique de les définir comme illustratives (en ce cas, elles ne participent pas à la détermination des axes ; mais leur positionnement par rapport à ces derniers contribue à l’interprétation des profils de députés que suggère l’analyse factorielle). En effet, le fait qu’il y ait homologie entre les ressources des députés et l’espace construit sur la seule base des modes et logiques de représentation montre à quel point cet espace parlementaire est étroitement articulé aux ressources des élus.

1) Les variables actives choisies : conceptions et pratiques de la représentation par les députés

Les variables actives peuvent être regroupées en deux sous-ensembles.

a) Les critères considérés dans la sélection et l’élection du député, ou qui devraient l’être (10 variables actives, 27 modalités actives)

– Les critères jugés importants par les députés pour se faire élire : la notoriété, l’étiquette politique, l’expérience du parti et le niveau d’études (comportant 4 modalités actives, depuis très important à pas du tout important).

– L’importance de détenir un autre mandat pour être réélu (pour les parlementaires qui avaient déjà été députés et qui exerçaient un autre mandat, 4 modalités actives).

– Le jugement relatif au principe du mandat unique.

– Les critères qui devraient ou non être pris en compte par les partis afin de diversifier les logiques de représentation (déclinées en 2 modalités actives) : le sexe, l’âge, l’orientation sexuelle et l’origine ethnique·38.

b) Les dimensions de la représentation valorisées par les députés dans leur activité (15 variables actives, 40 modalités actives)

– La satisfaction éprouvée dans le mandat de député est appréhendée à travers la question : « Où votre mandat vous procure-t-il la plus grande satisfaction ? » (deux réponses possibles, à Paris ou en circonscription, et 3 modalités actives : forte, moyenne ou réduite ; seule la variable relative à Paris a été conservée dans l’analyse, dans la mesure où les réponses sont beaucoup plus contrastées).

– Le mandat préféré parmi ceux que l’élu exerce ou a exercé (deux modalités actives : maire ou député)39.

– Les conceptions de la représentation et leurs conséquences sur le travail du député :

Une question permet d’identifier la logique de représentation privilégiée par le député, avec trois options (dont les réponses ont été recodées en 3 modalités hors non réponses ; il était possible de répondre par l’affirmative à plusieurs reprises) : « Le député représente avant tout sa circonscription/son territoire », « ses électeurs », « son parti ».

Ce questionnement est complété par une question sur l’activité privilégiée par le député (un recodage de la question « Quelle est, selon vous, la tâche la plus importante d’un député ? », selon que la priorité est donnée au local ou au national).

Deux autres questions portent sur le degré de liberté ressenti lorsque le député prend des décisions par rapport aux règles de fonctionnement de l’Assemblée Nationale, au groupe parlementaire et aux électeurs (3 modalités actives), accompagné de questions sur le choix du vote en cas de conflit entre les consignes du parti et l’opinion personnelle du député, entre cette dernière et l’opinion d’une majorité d’électeurs, entre la position défendue par le parti et l’opinion majoritaire des électeurs (2 modalités actives).

Enfin, est considéré le jugement du député quant à son influence sur les travaux de son groupe, de la commission et les lois adoptées (déclinées chacune en 3 modalités actives).

2) Les caractéristiques sociodémographiques et socio-politiques des députés comme modalités illustratives

– Le sexe et l’âge,

– L’orientation politique (gauche ou droite) et le groupe parlementaire (UMP, SRC, GDR et non-inscrits qui regroupent des élus de centre droit),

– Le nombre de mandats de député effectué y compris celui en cours (un, deux, trois ou quatre, cinq ou plus),

– Le nombre de mandats électifs cumulés en plus de la députation (aucun, un, deux ou plus),

– L’exercice de responsabilités à la Chambre (comme président de groupe ou de commission, rapporteur, questeur, etc.),

– Le capital politique familial distingue les députés dont certains membres de leur famille proche dans les deux précédentes générations exercent ou ont exercé des postes politiques à responsabilité (parlementaire ou ministre ; membre d’un exécutif local)40

Notes

1 Best H. et Gaxie D., « Detours to Modernity: Long-Term Trends of Parliamentary Recruitment in Republican France 1848-1999 », Best H. et Cotta M. (Dir.), Parliamentary Representatives in Europe. 1848-2000. Legislative Recruitment and Careers in Eleven European Countries, Oxford, Oxford University Press, 2004 ; Costa O. et Kerrouche E., Qui sont les députés français ?, Paris, Presses Sciences Po, 2007 ; Hube N., « Le recrutement social des professionnels de la politique », A. Cohen, B. Lacroix et P Riutort (dir.), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, 2009, p. 335-364.

2 Concernant l’usage de cette méthode en science politique, cf. par exemple Lascoumes P. et Le Hay V., « Rapport à l’argent et conception de la corruption politique », Année sociologique, no 62(1), 2013, p. 223-260.

3 Faute de disposer de données complètes en la matière, les caractéristiques socio-professionnelles des députés ne sont pas incluses dans l’analyse. Même si ces informations font souvent l’objet d’une reconstruction de la part des élus, et si ces derniers, du fait de la professionnalisation de la vie politique, n’ont pas exercé d’autres activités depuis parfois longtemps, une analyse factorielle comportant ces caractéristiques ferait vraisemblablement apparaître des différences non négligeables entre élus, redoublant les distinctions partisanes. Cf. Lehingue R, Le vote. Approches sociologiques de l’institution et des comportements électoraux, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2011 : les distinctions partisanes reflètent pour partie des différences sociales en termes de formation et de catégories socio-professionnelles, mais aussi de métier, de spécialisation, de statut (public/privé) : cf. p. 61 et 66-68 ; deux facteurs d’indifférenciation partisanes s’affirment au cours de la décennie : l’importance prise par les députés aux titres scolaires prestigieux (IEP, ENA, Polytechnique, HEC), qui disposent dès leur sortie de grandes écoles de statuts privilégiés (Conseil d’État, Cour des comptes, Inspection des Finances, corps préfectoral...), et les « purs professionnels de la politique » (qui n’ont jamais exercé un autre métier que connecté à la politique ; p. 71-72).

4 Blomgren M. et Rozenberg O. (dir.), Parliamentary Roles in Modem Legislatures, Abingdon, Routledge, 2012.

5 Navarro J., « Les rôles au Parlement européen. Une typologie des pratiques de représentation », Revue française de science politique, vol. 59, no 3, 2009, p. 479-506 – p. 483.

6 Lagroye J., « Etre du métier », Politix, vol. 7, no 28, 1994, p. 5-15.

7 Les données mobilisées ici portent sur les conceptions dominantes que se font les élus de leur travail et de la représentation parlementaires – celle que l’élu privilégie ou à laquelle il est le plus attaché – sans nier la diversité des comportements, savoirs et savoir-faire qu’il mobilise au quotidien pour s’adapter aux diverses situations auxquelles il est confronté.

8 Le projet de recherche LEGIPAR – Légitimation parlementaire et gouvernement démocratique en France et dans l’Union européenne-, coordonné par O. Costa et financé par l’Agence nationale de la recherche, a permis la collecte de données qualitatives et quantitatives sur les députés français à l’Assemblée nationale et au Parlement européen, ainsi que sur la manière dont des citoyens ordinaires percevait le rôle des parlementaires et la représentation. J’ai réalisé les analyses statistiques à l’aide des logiciels Stata et SPAD (sauf mention contraire, les chiffres cités proviennent de calculs personnels). Je remercie chaleureusement V. Le Hay pour ses conseils relatifs aux analyses factorielles.

9 Cet échantillon représente près de 40 % des députés. Sa composition est représentative du point de vue de la distribution politique, du genre et de l’expérience pendant la treizième législature. Les non-cumulants sont toutefois légèrement surreprésentés.

10 Wahlke J. C., Eulau H., Buchanan W. et Fergusson L. C., The Legislative System. Explorations in Legislative Behaviour, New York, John Wiley and Sons, 1962. L’étude portant sur quatre parlements américains a permis de dégager trois rôles de représentants : le trustee, le délégué et le politico – figure hybride entre les deux premiers.

11 Interrogés quant à « la tâche la plus importante », près de sept députés sur dix citent d’abord le « travail au niveau national », comme en 1970 (cf. Cayrol R., Parodi J.-L. et Ysmal C., « L’image de la fonction parlementaire chez les députés français », Revue française de science politique, 21 (6), 1971, p. 1173-1206). Un changement important concerne toutefois la gauche : en 1970, moins d’un quart considérait primordial leur travail à Paris, contre la moitié en 2010 ; au contraire, la part de ceux qui valorisaient le travail en circonscription est passé de 30 % à moins de 15 %. Ceci s’explique par la diminution des députés communistes, et par le fait qu’en 1970, la gauche n’avait encore participé à aucun gouvernement de la Cinquième République.

12 55,5 % des députés sont très satisfaits de leur travail à Paris, 29 % moyennement et 15,5 % peu ou pas du tout, contre 78 %, 17 % et 5 % en circonscription.

13 Une même variable peut contribuer à plusieurs axes. Le sens qu’elle revêt dépend des autres variables auxquelles elle est associée : ainsi le manque de liberté, sur l’axe 1, est lié au rapport au parti et à la discipline partisane d’intensité variable, tandis qu’il est associé, sur l’axe 2, à la centralité ou non du député dans le système de décision. C’est l’intérêt d’une analyse multidimensionnelle que de souligner les différentes acceptions d’une même variable.

14 Ce groupe compte des députés communistes, des Verts et des députés d’Outre-mer jusqu’à fin novembre 2011 (pendant toute l’enquête).

15 Costa O., Lefebure R, Rozenberg O., Schnatterer T. et Kerrouche E., “Far Away, So Close. Parliament and Citizens in France", Journal of Legislative Studies, 18(3), 2012, p. 299.

16 Gaxie D., La démocratie représentative, Paris, Clefs, Montchrestien, 2003 (chapitre 3) ; Offerle Μ., Les partis politiques, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2012, p. 46-49 ; Haegel E, Les droites en fusion. Transformations de l’UMP, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2012 ; Bachelot C., « Revisiter les causalités de l’évolution. Le PS au prisme de la cartellisation », dans Aucante Y. et A. Deze, Les systèmes de partis dans les démocraties occidentales, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

17 Sineau M. et Tiberj V., « Candidats et députés français en 2002. Une approche sociale de la représentation », Revue Française de Science Politique, 57(2), avril 2007, p. 163-185.

18 L’idée que le sexe puisse intervenir dans la sélection des candidats aux législatives reste très controversée, en dépit de la loi sur la parité (cf. Achin C., « Un “métier d’hommes” ? Les représentations du métier de député à l’épreuve de sa féminisation », Revue française de science politique, no 55(3), 2005, p. 477-199. Lagrave R.-M., « Une étrange défaite. La loi constitutionnelle sur la parité », Politix, vol. 13, no 51, 2000, p. 113-141). Une majorité de députés interrogés (54 %) s’y oppose – plus encore à droite (64 %), chez les hommes (quatre cinquièmes des femmes y sont au contraire favorables ou très favorables) et les élus plus âgés. Ceci rejoint le constat général selon lequel la féminisation des élites politiques en Europe est davantage le fait des partis de gauche (cf. Norris P. et Franklin M., « Social representation », European Journal of Political Research, 32 (2), 1997, p. 185-210).

19 40 % des députés interrogés sont hostiles au mandat unique, avec de fortes divergences entre les partis (31 % à gauche, mais presque la moitié à droite) et selon le genre (21 % chez les femmes, la moitié chez les hommes).

20 Brouard S., Costa O., Kerrouche E. et Schnatterer T., « Why do French MPs focus more on constituency work than on parliamentary work? », Journal of Legislative Studies, mai-juin 2013, p. 141-159.

21 Costa O. et Kerrouche E., “Representative roles in the French National Assembly: The case for a dual typology?”, French Politics, no 7, 2009, p. 219-242.

22 Pour une analyse fine de la manière dont Wahlke et ses collègues avaient inclus les partis politiques dans leur analyse, cf. Andeweg R., « Chapter 13 – Roles in Legislatures », in Oxford Handbook on Legislative Studies, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 275.

23 Converse P. E. et Pierce R., Political representation in France, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 1986, p. 673-676.

24 Cf. l’article 3 de la Constitution : « la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ».

25 La moitié des députés qui cumulent d’autres mandats exercent une fonction exécutive. Un député sur deux est maire ; un sur trois est président d’une structure rassemblant plusieurs villes. Cf. Costa O., Lefebure P. et al., « Far Away, So Close », art. cit., p. 309.

26 Cf. Brouard S., Costa O. et al., art. cit.

27 Si les non-inscrits qui ont répondu à l’enquête, proches du centre-droit, ne pouvaient être appréhendés comme une variable active du fait de leur petit nombre, en revanche, placés comme variable illustrative, ils figurent dans cet espace des trustees.

28 54 % des députés en 1970 comme en 2010 choisiraient de voter conformément à leur propre conviction plutôt que selon la position de leur groupe à l’Assemblée.

29 Le poids des trusteesa priori surprenant dans un système politique où un député peut difficilement se faire élire sans le concours d’un parti – s’explique notamment par le décalage entre les groupes parlementaires et les partis, plus nombreux que les premiers ; plusieurs groupes se caractérisent ainsi par leur hétérogénéité. De plus, ce profil correspond à des députés régulièrement réélus. Or R. Fenno souligne à propos du cas américain qu’une fois établi dans sa circonscription, un parlementaire peut passer à un style de représentation qui relève davantage du trustee. Cf. Fenno R., Home Style: House Members in their Districts, Boston, Little Brown, 1978.

30 La préservation de l’anonymat des enquêtés nous empêche de préciser des noms.

31 C’est aussi un résultat que trouvent Eulau et al. à propos des parlementaires des États américains. Cf. Eulau H., Wahlke J. C., Buchanan W. et Fergusson L. C, “The Role of the Representative: Some Empirical Observations on the Theory of Edmund Burke”, H. Eulau et J-C. Wahlke (dir.), The Politics of Representation: Continuities in Theory and Research, Beverly Hills, Sage Publications Ltd, 1978, p. 118.

32 D. Searing a établi ces rôles à partir d’entretiens semi-directifs avec des députés de la Chambre des communes au début des années 1970. Cf. Searing D., Westminsters World: Understanding Political Roles, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1994, p. 32.

33 Les différences entre les sous-espaces dégagés par l’ACM et les profils établis par la classification s’expliquent par le fait que la première souligne les principaux clivages, tandis que la deuxième constitue des groupes d’individus, où la variance interne est minimale, tandis que la variance entre les classes est maximale.

34 À l’époque, la primauté de la figure du représentant du parti est encore plus écrasante, tandis que celle du trustee est secondaire et celle du délégué réduite à la portion congrue. Outre le fait que l’échantillon de Converse et Pierce inclut des candidats malheureux à la députation, les différences s’expliquent par deux principaux facteurs. D’une part, les formations représentées à l’Assemblée nationale et leur poids ont connu de profonds changements. Les parlementaires communistes et gaullistes, qui se caractérisaient par une forte discipline partisane, représentaient en effet respectivement 22,5 % et 32 % des députés en 1967. D’autre part, le poids actuel de la figure du délégué s’explique notamment par le quasi doublement du nombre des parlementaires cumulant d’autres mandats entre 1958 et 1988 (seulement la moitié d’entre eux en 1958) et par le lien plus ténu des députés de droite à leur formation politique. Cf. Converse P. E. et Pierce R., op. cit., 1986, p. 664-696.

35 C’est l’un des objets du chapitre de S. Michon dans le présent ouvrage, qui porte sur les équipes de députés européens. Dans le cadre du projet CITREP qui croise le suivi d’une cinquantaine de députés Français en circonscription (avec tenue d’un agenda) et entretiens avec ces derniers, C. Poyet montre aussi l’influence du niveau et du type de ressources détenues par les parlementaires sur leur mode d’implication en circonscription (C. Poyet, « Individual Resources and Constituency Work Styles Among French MPs », ECPR General Conference, 5-7 sept. 2013). S’inscrivant dans l’approche motivationnelle, qui postule que « perceptions du rôle et comportement forment un ensemble cohérent et dynamique », N. Brack a quant à elle confronté la manière dont les députés eurosceptiques du Parlement européen se présentent (en entretien, dans leur blog ou leurs publications, etc.) avec leurs activités et pratiques effectives. Cf. N. Brack, L’euroscepticisme au sein du parlement européen. Stratégies d’une opposition anti-système au coeur des institutions, Larcier, coll. Etudes parlementaires, 2014.

36 Pour une analyse des concordances et dissonances entre députés et citoyens de leurs conceptions et attitudes dans la production des lois, cf. Vigour C., “French MPs and Law-making : Deputies’ Activities and Citizens’ Perceptions”, Journal of Legislative Studies, mai-juin 2013, p. 219-245. À propos des conceptions de la représentation par les citoyens, cf. Rozenberg O., “Wisdom or Indifference ? The Principles of Representative Government in the Eyes of the French Voters”, Journal of Legislative Studies, mai-juin 2013, p. 196-218; Brouard S., Kerrouche E., Deiss-Helbig E. et Costa O., “From Theory to Practice: Citizens’attitudes on Representation in France”, Journal of Legislative Studies, mai-juin 2013, p. 178-193; Costa O., Lefebure P. et al., “Far Away, So Close”, art. cit.

37 L’ACM dite spécifique est une variante de l’analyse des correspondances multiples qui permet d’écarter des modalités de variables actives aux effectifs trop réduits. Sur cette approche, cf. Le Roux B. et Rouanet H., Multiple Correspondence Analysis, Thousand Oaks, SAGE Publications, 2010.

38 La première question est ainsi libellée : « Je vais vous citer une liste de critères qui peuvent intervenir dans la sélection des candidats aux législatives. Pouvez-vous me dire à chaque fois si vous êtes tout à fait d’accord, d’accord, pas d’accord, pas du tout d’accord pour que cet élément intervienne dans la sélection des candidats : le sexe ? L’âge ? L’orientation sexuelle ? L’origine ethnique ? ». Comme les réponses à ces deux dernières questions sont identiques, une seule a été retenue. Ce point de vue est complété par l’avis des députés sur deux affirmations (où les réponses, beaucoup plus contrastées, comportent quatre modalités de tout à fait à pas du tout d’accord) : « 85 % des députés sont des hommes et c’est grave pour la démocratie » ; « Il faut instaurer le mandat unique ».

39 À cette question ouverte, deux réponses – maire ou député – recueillent un large soutien (95 et 99 voix), contre 18 non-réponses, 6 « député et maire », 7 « autre mandat local » et 2 « ministre ».

40 Cette question est appréhendée par un indicateur synthétique décomposé en 3 modalités : aucun de ces types de mandat électif dans la famille (66 % des députés de l’échantillon), un seul (23 %) ou deux (8 %). Si aucune différence n’est observable entre gauche et droite, ou selon l’âge, en revanche, les femmes sont davantage « héritières » que les hommes : elles sont moins nombreuses à n’avoir aucun proche en politique (57 % contre 67 %) et plus nombreuses à en avoir un (34 % contre 23 %). Enfin, il y a moins d’héritiers parmi ceux qui exercent le seul mandat de député (55,5 % contre 70 % pour ceux qui assument deux autres mandats).

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – L’espace des conceptions de la représentation parlementaire (plan 1et 2, variables actives et illustratives)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Quatre profils de députés articulés autour d’un mode de représentation
Légende Graphique 2Ellipses de représentation des quatre profils de députés
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/72671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540