Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catholiques en Bretagne au xxe siècle

 | 
Yvon Tranvouez

Troisième partie. Stratégies

Chapitre VIII. L’Action catholique, un échec religieux ? À propos des Jacistes du Finistère*

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • * Militants catholiques de l’Ouest. De l’action religieuse aux nouveaux militantismes, sous la direc (...)
  • 1 Voir Colette Muller, Jean-René Bertrand, Où sont passés les catholiques ? Une géographie des catho (...)
  • 2 On se reportera à la bibliographie de Gérard Cholvy dans son Histoire des organisations et mouveme (...)

1Maintenant que l’Action catholique a fait son temps, que ce qu’il reste de forces vives dans l’Église se situe de toute évidence ailleurs1, il semble naturel d’en écrire l’histoire. Tâche délicate pourtant, tant les passions restent vives et les mémoires, surchargées de légendes, répugnent à un regard délibérément froid. Tâche immense aussi, à la mesure d’une expérience foisonnante et complexe : archives et témoins ne manquent pas, mais les nombreuses études monographiques déjà effectuées ne sauraient tenir lieu des grandes synthèses qu’on attend toujours sur la JOC et la JAC et, plus largement, sur l’ensemble de cette Action catholique spécialisée qui a fini par confisquer à son profit une expression précédemment porteuse d’une plus grande diversité2. Pour faire avancer la réflexion, je voudrais simplement ici souligner un paradoxe : chez un certain nombre d’anciens de ces mouvements, la perception d’une réussite humaine et sociale incontestable se double du sentiment amer d’un échec religieux. L’échec n’est certes pas une catégorie du discours de l’historien : à quel titre et selon quels critères irait-il évaluer des pertes et des profits, lui qui n’est jamais qu’un observateur du changement ? Reste qu’il faut bien constater que ce sentiment s’exprime parfois, de manière plus ou moins explicite. Je l’observe, par exemple, dans le discours que tiennent aujourd’hui, sur leurs années de jeunesse, certains de ceux et de celles qui ont milité à la JAC ou à la JACF du Finistère dans les années quarante et cinquante. Je me propose donc d’identifier d’abord ce qui nourrit ce sentiment d’échec religieux qui a d’ailleurs toujours été présent, de manière diffuse, dans l’histoire de l’Action catholique. J’évoquerai ensuite les explications contradictoires qui en ont été avancées au fil du temps. J’examinerai enfin en quoi ce qui est perçu comme un recul ou une perte peut aussi s’analyser comme l’indice d’un déplacement dont l’Action catholique aura été autant un symptôme qu’un agent.

Un sentiment d’échec

  • 3 Agrément signalé au Journal officiel du 13 janvier 2001. Voir Jean Tromeur, « Une histoire de la J (...)

2L’histoire des mouvements de jeunesse d’Action catholique spécialisée en France s’étend, pour l’essentiel, sur quelque cinquante années, entre 1926 (la naissance de la JOC) et 1975 (la fin du mandat hiérarchique, qui était un privilège autant qu’une contrainte). Ce demi-siècle peut se périodiser assez aisément en distinguant le temps des fondations, de 1926 à 1940, le temps de la maturité, de 1940 à 1960, et le temps des crises, de 1960 à 1975. Si l’on accepte ce découpage sommaire, on conviendra sans doute aussi que – pour la JAC en tout cas – la belle époque du mouvement a été la décennie 1945-1955, avec au milieu l’apogée qu’a constitué le congrès national de 1950. Ce sont précisément un certain nombre de militants et de militantes de ces années fastes du mouvement jaciste qui, en novembre 2000, dans le Finistère, se sont constitués en « Association des aînés des mouvements ruraux d’Action catholique du Finistère », afin d’en conserver la mémoire et de contribuer à leur histoire3.

  • 4 Dirigé désormais par Claude Pennetier. Le travail sur les militants chrétiens est coordonné par Na (...)
  • 5 Les réponses ont été déposées aux archives de l’évêché de Quimper où elles sont classées en deux b (...)
  • 6 Voir le parti qu’en a tiré Jean-Marie Balanant, Générations jacistes. Des militants finistériens t (...)

3Leur zèle nous vaut de disposer de deux enquêtes successives, effectuées auprès de tous ceux qu’il a été possible de retrouver et de solliciter. Lancée en 1999, la première a précédé la naissance de l’association, et c’est précisément l’intérêt qu’elle a suscité qui en a précipité la constitution. Se limitant à deux questions générales et ouvertes (« Que pouvez-vous dire, aujourd’hui, sur cette période de votre vie ? Qu’est-ce que cela a représenté pour vous ? »), elle a recueilli 67 réponses qui nous livrent en somme la mémoire spontanée du jacisme. Diffusée plus largement en 2001, la seconde enquête reposait sur un questionnaire de trois pages, beaucoup plus précis et détaillé donc, mais aussi plus fermé malgré une suggestion finale d’expression libre. Il s’agissait en fait d’une adaptation au monde rural de la grille prosopographique définie par l’équipe chargée de la rédaction des notices de militants de mouvements ouvriers chrétiens ou d’origine chrétienne, pour la période 1940-1968, dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le « Maitron », comme on dit en référence à son fondateur4. Cette fois, 152 réponses ont été collectées, dont 34 de personnes qui s’étaient déjà exprimées en 1999, ce qui nous vaut donc, en définitive, un ensemble significatif de 185 témoignages5. Certains sont très sommaires, d’autres très élaborés, certains n’apportent que des éléments factuels tandis que d’autres esquissent une analyse, mais tous donnent à penser6.

  • 7 Sur Visant Favé (1902-1997), voir la notice de Jean-Louis Le Floc’h dans Michel Lagrée (dir.), Dic (...)
  • 8 Voir René Cardaliaguet, « Jeunesse agricole catholique du Finistère », Le Courrier du Finistère, 1 (...)
  • 9 MgrFauvel, « L’adaptation de notre apostolat », Les Cahiers du clergé rural, n° 89, juin-juillet 1 (...)
  • 10 Pour une première approche des sources et de la bibliographie, voir Emmanuelle Kermoal, L’Action c (...)

4Les réponses se partagent entre deux époques qui renvoient assez clairement à deux figures éponymes : il y a, en quelque sorte, les jacistes de Favé et les jacistes de Fauvel. Les plus âgés, ceux qui ont connu la JAC de l’Occupation, voire celle d’avant-guerre, évoquent l’activité inlassable et le charisme exceptionnel de l’abbé Visant Favé7. Adjoint du chanoine Le Goasguen à la direction des œuvres entre 1935 et 1945, il ne cessa de sillonner le diocèse à bicyclette et réussit, à force de persuasion auprès de ses confrères, à implanter le mouvement dans le Finistère. De trois sections seulement en 1937 (Cléder, Plouzévédé, Plouénan) la JAC passe à quatre-vingt-huit en 1943 : elle est alors présente dans un peu moins du tiers des paroisses rurales et touche quelque 2 000 jeunes8. Les moins âgés, ceux qui ont milité dans la JAC de l’immédiat après-guerre ou des années cinquante, se réfèrent plutôt à Mgr Fauvel. Nommé très jeune, à l’âge de 45 ans, au siège épiscopal de Quimper, André Fauvel avait été, on s’en souvient, aumônier de JACF dans son diocèse d’origine, à Coutances. Les Cahiers du clergé rural saluaient d’ailleurs sa promotion en reproduisant les pages, « encore bien utiles aujourd’hui », d’un article qu’il avait publié en 1941 dans le bulletin des aumôniers de la zone occupée9. Sous son épiscopat, de 1947 à 1968, l’Action catholique devint, comme on l’a vu, le pivot de la pastorale diocésaine, cessant d’être un simple renfort des œuvres de défense religieuse en général, et de défense de l’école libre en particulier. La JAC et la JACF connurent alors leurs grandes heures, rassemblant un maximum de 25 000 jeunes à Quimper en 1954, à l’occasion du congrès du vingt-cinquième anniversaire, mais encore 15 000 à Landerneau en 1960, pour celui, légèrement retardé, du trentième anniversaire10.

  • 11 Bernez Rouz, préface à l’ouvrage autobiographique de Guillaume Kergourlay, ancien jaciste, Bro-Ell (...)
  • 12 Voir, par exemple, dans la réponse d’Yves Cabioch à l’enquête de 1999, l’inventaire de ce que la J (...)
  • 13 Marie-Thérèse Quémener, AAMRACF, 01M9.

5Ceux qui s’en souviennent, cinquante ans après, savent tout ce qu’ils doivent personnellement à la JAC : une formation hors pair – grâce notamment aux stages de culture générale organisés à Lesneven jusqu’au début des années soixante – une ouverture à la modernité et bien souvent, aussi, l’orientation de leur vie, parfois leur mariage… Mais ils ont également fortement conscience d’avoir participé à une grande aventure collective qui a profondément transformé la Bretagne rurale, la sortant de son « arriération » selon le mot de Bernez Rouz11. Rien de tel sur le plan religieux. Quand on ne les interroge pas sur ce point, comme c’est le cas dans l’enquête de 1999, beaucoup n’en parlent pas ou en parlent seulement à la fin de leur témoignage, un peu comme s’il fallait quand même en dire quelque chose12. Quand la question leur est expressément posée – et elle l’est dans l’enquête de 2001 – l’accent est mis surtout sur la découverte d’une foi personnelle, nourrie d’une lecture de l’Évangile, beaucoup moins sur les aspects ecclésiaux, sauf, précisément, à se demander « pourquoi l’élan des années cinquante n’a pas continué » et à s’interroger sur « les causes de l’échec13 ».

  • 14 Sur ces différents points, voir JAC et modernisation de l’agriculture de l’Ouest, Rennes, INRA, 19 (...)
  • 15 Robert Fort, Ils ont révolutionné le monde rural. L’aventure de la JAC en Bretagne (1930-1970), Br (...)
  • 16 Cité par Léon L’Hour, op. cit., p. 168.

6Le développement agricole, c’est eux. La modernisation des campagnes, c’est eux. Les nouveaux maires, c’est eux. Les loisirs ruraux, les coupes de la joie, les fêtes de la terre, Films et culture, c’est encore eux. L’émancipation féminine, c’est toujours eux14. Mais l’effondrement du catholicisme ? Faut-il dire malgré eux ou à cause d’eux ? Ce contraste saisissant entre une réussite humaine dont personne ne doute, et un échec religieux dont tout le monde se doute, se lit aussi, au moins en creux, dans les travaux qui ont été consacrés au mouvement. Ils ont révolutionné le monde rural, titre le journaliste et ancien jaciste Robert Fort, auteur d’une précieuse histoire de la JAC bretonne : certes, mais étaient-il partis pour cela ? « Nous referons chrétiens nos frères », affirmait le dernier couplet du chant de la JAC, et le refrain appelait à planter la Croix sur la Terre15. « L’époque était porteuse, confiait sur ses vieux jours Mgr Favé, et le bilan actuel, au contraire, est plutôt à la baisse et à un certain désenchantement16. »

  • 17 Marie-Jeannick Le Floc’h, AAMRACF, 99/13.
  • 18 Robert Fort, op. cit., p. 264.
  • 19 Sœur Louise Kergourlay, AAMRACF, 99/8.
  • 20 Fernand Boulard, Problèmes missionnaires de la France rurale, tome 2, Paris, Cerf, 1945, p. 72, no (...)

7La plupart de ceux qui répondent aux enquêtes évoquées ici sont toujours des chrétiens fervents, souvent engagés dans l’animation paroissiale, et plusieurs assurent que c’est à la JAC qu’ils doivent d’être restés fidèles. Mais quand ils considèrent la situation religieuse actuelle, ils sont portés à s’accuser de trois défaillances. La première touche à la transmission de la foi. De nombreux témoins disent leur déception de « voir les enfants et petits-enfants élevés sans religion17 », confirmant le diagnostic de Robert Fort : « Le sentiment d’échec et de culpabilité chez les parents anciens jacistes est très fort. Ils n’ont pas su, sauf exception, léguer l’héritage de leur attachement à la personne de Jésus-Christ. […] Pour beaucoup, c’est une grande souffrance18. » Tout les porte dès lors à se sentir, pour une part, responsables non seulement de l’écroulement de la pratique religieuse, mais encore, et peut-être surtout, du tarissement des vocations sacerdotales. « Pourquoi l’idéal de la JAC n’a-t-il pas produit les fruits qu’on en espérait ? » s’interroge à ce propos une religieuse19, qui se souvient peut-être des propos optimistes de l’abbé Boulard. Celui-ci assurait en effet, en 1945, que la JAC et la JACF résoudraient le problème du recrutement du clergé « à la deuxième génération » grâce aux mariages de leurs militants et aux familles nombreuses qui en résulteraient forcément20. Mais en fait, dans ce domaine, il n’y a pas eu de retour sur investissement. Enfin, qu’ils se réfèrent à la doctrine sociale de l’Église ou à l’idéal d’un humanisme chrétien, les anciens jacistes se reprochent souvent d’avoir contribué à l’évolution de l’agriculture bretonne vers un modèle libéral et productiviste impitoyable pour les plus faibles et contraire à la morale sociale chrétienne.

  • 21 Voir l’article stimulant de René Pucheu sur le militant chrétien « modèle 36-66 » : « Ceux qui ont (...)

8Effacement des croyances et effondrement des observances à la deuxième génération (celle qui aurait dû réussir), accrocs à l’éthique dès la première (celle qui a cru réussir)21 : toutes les rubriques du bilan religieux de la JAC, tel que l’établissent eux-mêmes certains de ses anciens, affichent apparemment des pertes sévères. Mais pourquoi ?

Des explications contradictoires

  • 22 Joseph Comblin, Échec de l’Action catholique ?, Paris, Éditions universitaires, 1961.

9Cette question, que les témoins ne manquent pas de se poser, n’est pas nouvelle. Tout au long de son histoire, le modèle de l’Action catholique spécialisée a fait l’objet de débats très vifs. Il s’est trouvé critiqué de l’extérieur, soit par ceux qu’il prétendait dépasser, le monde des œuvres en général et des patronages en particulier – on l’a montré plus haut – soit par ceux qui pensaient l’avoir dépassé, le mouvement missionnaire en général et les prêtres-ouvriers en particulier. Mais il s’est également trouvé remis en cause par les crises internes liées soit au conflit entre la JOC et les autres, qui entraîna la disparition de l’ACJF en 1956, soit à la politisation de tel ou tel des mouvements selon une logique récurrente depuis la déconfessionnalisation du MPF au lendemain de la guerre. Échec de l’Action catholique ? se demandait en 1961 l’abbé Comblin : c’était un titre choc pour un problème de fond qu’il n’était ni le premier ni le dernier à soulever22.

  • 23 Mgr Louis-Marie de Bazelaire, « La piété des jeunes est-elle en baisse ? », Les Cahiers du clergé (...)
  • 24 Cécile Kérouanton, AAMRACF, 01B34.

10Qu’elles aient été formulées sur le moment ou qu’elles soient avancées aujourd’hui, la plupart des explications données aux limites ou aux difficultés de l’Action catholique s’inscrivent dans deux directions contradictoires. Pour les uns, on est allé trop loin, pour les autres on n’est pas allé assez loin. Les premiers observent que le militantisme a détourné les jeunes de l’église paroissiale. En 1949, Mgr de Bazelaire, archevêque de Chambéry, rapportait, sans les prendre à son compte, les propos qu’il entendait chez certains de ses curés : « C’est très bien, “leur” Action catholique… Mais le résultat, c’est qu’avec toutes ces fêtes et toutes ces sessions ici ou là, “ils” ne viennent plus à la grand’messe paroissiale et, naturellement, n’assistent plus aux vêpres… Si c’est un progrès !… […] Quand on parle en chaire des offices religieux, des prières, du mois de Marie, du chapelet récité en commun, on voit s’esquisser sur les lèvres de tel ou tel jeune un sourire, non pas ironique, mais un peu sceptique23. » Plusieurs anciens jacistes finistériens se souviennent d’objections du même ordre, visant à la fois les militants (ils ne viennent plus) et les vicaires (leur Action catholique), de la part de recteurs qui auraient préféré voir les jeunes gens au patronage et les jeunes filles aux Enfants de Marie : celui de Plouédern, à la fin des années quarante, considérait la JAC et la JACF comme « le tombeau des vocations religieuses24 ».

  • 25 « Action catholique, JAC, zones de Landivisiau et du Tréguier », La Semaine Religieuse du diocèse (...)
  • 26 « Sessions fédérales de la JAC », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 30 septe (...)
  • 27 A. Achard, « La JACF, par son Conseil national, marque son quinzième anniversaire », Les Cahiers d (...)

11Des détails apparemment anodins confirment cet éloignement des usages religieux traditionnels. À suivre par exemple les informations données sur les activités de la JAC entre 1940 et 1960 dans la Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, on voit comment la part des retraites diminue pendant que celle des stages et des sessions augmente. Le climat change peu à peu : les rassemblements qui se concluaient par le salut du Saint-Sacrement se terminent bientôt par un jeu scénique ou un feu d’artifice. Les jeunes jacistes conviés à une retraite fermée de quatre jours en 1946 sont priés d’apporter « carnet, crayon, cantiques, Pedomp, Évangile25 ». Ceux qui participent aux deux jours et demi de session fédérale des responsables de zone en 1960 se demandent « quelle est la mentalité actuelle des jeunes ruraux face à l’amour26 ». On pourrait continuer ainsi et accumuler les indices d’une évolution qui ne manque pas d’inquiéter les plus chauds partisans de l’Action catholique. « Peut-être en insistant beaucoup sur l’épanouissement humain et en voulant éviter d’être cantonné dans le religieux pur, a-t-on un peu perdu de vue ici ou là que le but primordial était spirituel et apostolique », écrivait dès 1948 le Père Achard, qui constatait dans plusieurs diocèses la baisse de fréquentation des retraites par les jeunes filles de la JACF27.

  • 28 Fernand Boulard, « Devant l’évolution du monde rural. Transformations psychologiques et exigences (...)

12D’autres expriment assez tôt l’idée que cette distorsion tient au contraire à ce que l’on n’est pas allé assez loin. L’impressionnante transformation que les jacistes opèrent dans les campagnes s’exerce dans tous les domaines sauf, précisément, dans le domaine religieux. Non qu’il ne s’y passe rien, mais le changement y trouve vite ses limites. D’abord parce qu’il s’opère à l’intérieur du mouvement : l’initiation biblique, les commentaires d’Évangile, les expériences liturgiques ou paraliturgiques, tout ce qui, au sein de la JAC, tend à relier la foi à la vie n’en rend que plus insupportable l’ordinaire des paroisses. « Pourquoi se le cacher ? écrit en 1950 le chanoine Boulard, dans le monde rural, un affrontement se produit, de plus en plus pénible, entre deux types de spiritualité chrétienne. L’une, qui se cantonne dans l’absolu, dans l’enseignement abstrait de la doctrine, dans les exercices traditionnels de la piété. L’autre, qui veut partir de la vie, prendre l’homme par ce qui fait son souci quotidien, pour le mener certes jusqu’à Dieu, jusqu’à la prière, jusqu’à la communion eucharistique, jusqu’à l’oraison28. »

  • 29 Marie Le Du, AAMRACF, 01Q30.
  • 30 Joseph Comblin, op. cit., p. 66-67.

13La deuxième limite concerne le rôle du clergé. La promotion du laïcat que l’Action catholique est censée réaliser se heurte aux réticences des curés et recteurs, et par ailleurs l’appui qu’elle reçoit des vicaires est ambigu. Presque tous les anciens jacistes rendent un hommage appuyé à leurs aumôniers ; quelques-uns, pourtant, signalent leur autoritarisme, voire « un certain dirigisme manipulatoire29 ». Si « les aumôniers ont été les moteurs de l’Action catholique », comme l’expliquait en 1961 l’abbé Comblin, les militants, surtout ceux qui ont pris des responsabilités dans les mouvements, « ont acquis une mentalité sacerdotale » : canoniquement, ils restaient des laïcs, phénoménologiquement, ils devenaient des clercs30.

  • 31 Voir Robert Fort, op. cit., p. 155-156, et Martine Sevegrand, Les Enfants du bon Dieu. Les catholi (...)

14Troisième limite, la JAC, qui a tant fait pour enrichir la spiritualité conjugale, s’est heurtée à la rigidité des principes de la morale sexuelle catholique. Malgré la compréhension et l’audace relative de Foyers rayonnants, l’ouvrage publié en 1951 par l’abbé François Dantec, professeur au grand séminaire de Quimper, les couples jacistes demeuraient dépendants des hasards de la méthode Ogino ou de la mansuétude aléatoire de leurs confesseurs31. Dans cette deuxième perspective, donc, on insiste sur le fait qu’au cours des années quarante et cinquante l’innovation religieuse n’a pas été à la hauteur de l’innovation professionnelle : dans la révolution des campagnes, la religion est restée d’ancien régime. Dans un monde en pleine accélération, certaines de ses contraintes ont fait figure de frein. Les réformes conciliaires sont venues plus tard, trop tard, à un moment où une partie de ceux qui avaient eu besoin de la JAC pour accompagner et légitimer le changement social n’ont plus vu l’utilité d’une religion décalée par rapport à la modernité qu’ils venaient d’embrasser.

  • 32 François Quentel, AAMRACF, 01B8.
  • 33 Sœur Louise Kergourlay, AAMRACF, 99/8.

15Trop loin ou pas assez loin, ce n’est peut-être pas le fond du problème. Comme le dit un témoin, « à partir de la guerre, par la JAC, nous avons commencé à bousculer la chrétienté32 ». L’imaginaire conquérant de l’Action catholique, forgé par les pionniers de la JOC, a fonctionné en porte-à-faux dans les zones où la JAC a connu ses plus grands succès. La JOC avait été conçue pour des territoires déchristianisés, la JAC finistérienne a prospéré sur une terre de chrétienté : la carte de l’implantation des sections jacistes dans les années cinquante recouvre assez fidèlement celle de la pratique dominicale. Comme l’écrit tout bonnement une ancienne militante, la JAC était un « mouvement d’Église bien accepté par la plus grande partie des gens (pratiquants à l’époque)33 ». Qu’y avait-il à conquérir en effet dans une région où tout le monde ou presque pratiquait ? Dans ces conditions, la tentation était réelle, pour une partie du clergé ou des parents, d’y voir une œuvre de persévérance de plus, comme en témoigne cet ancien de Plouvien :

  • 34 Pierre Salaün, AAMRACF, 99/41.

Il faut dire qu’à l’âge de 15-16 ans, quand le jeune vicaire de la paroisse allait voir les parents pour faire « participer » à la JAC, comme j’étais très timide et très respectueux de mes parents, je me sentais presque obligé d’aller aux rencontres des jeunes (toujours organisées le dimanche après-midi, à l’heure des matches de football). Ça arrangeait bien les parents, car ils savaient où étaient leurs enfants et ils étaient pratiquement sûrs qu’ils n’allaient pas se faire débaucher par les voyous du bourg qui jouaient au foot34

  • 35 Fernand Boulard, « Autour de Problèmes missionnaires de la France rurale », Les Cahiers du clergé (...)
  • 36 Cité par Gérard Cholvy, op. cit., p. 294.
  • 37 Dans Fernand Boulard, « Autour de Problèmes missionnaires de la France rurale », La Vie Intellectu (...)

16Dès lors « nous referons chrétiens nos frères », cela n’avait aucun sens, sauf à changer de critères. En octobre 1945, à l’occasion d’un premier bilan des réactions qu’il avait reçues suite à la publication de son livre Problèmes missionnaires de la France rurale, Fernand Boulard soulevait le problème : « Le véritable avancement spirituel d’une paroisse est à chercher dans sa mentalité, dans les progrès que fait son opinion publique quant à la conception chrétienne de la vie, et non pas d’abord dans les pourcentages de pratiquants. Au fond, le regard de trop de curés ne se porte pas là où il faut : ils se trompent d’altimètre, regardant la pratique religieuse au lieu de regarder d’abord l’esprit chrétien35. » Deux mois plus tard, le président national de la JAC, André Labardin, enfonçait le clou en déclarant que si « dans le passé », le mouvement avait « mis fortement l’accent sur le caractère religieux de sa mission », cette orientation s’avérait inadaptée et qu’il convenait désormais de « se préoccuper davantage des problèmes de vie des jeunes36 ». Un tel virage restait naturellement difficile à négocier compte tenu des habitudes des fidèles. « Le curé d’Action catholique est pour eux un FFI, un type agissant un peu sans mandat, pas épaulé de ses chefs…, confiait à Boulard un de ses confrères. Parlez-leur de la bonne armée régulière des petits pépères curés tranquilles37… »

17L’histoire religieuse de la JAC finistérienne doit donc se lire non comme celle d’un mouvement apostolique de rechristianisation, mais plutôt comme celle d’une sorte de mouvement de réveil dont il reste à préciser la nature.

Un triple déplacement

  • 38 Simone Le Moal, AAMRACF, 01C7.
  • 39 Marie-Josèphe Nédelec, AAMRACF, 99/5.
  • 40 Roger Rannou, AAMRACF, 01C10.

18Il me semble qu’à travers leur itinéraire jaciste les militants finistériens ont vécu un triple déplacement religieux. Le premier peut être décrit comme le passage du territoire au mouvement et du régulier à l’exceptionnel. Leurs souvenirs, parfois flous, se font beaucoup plus précis quand il s’agit d’évoquer tel pèlerinage, tel congrès, tel Tro Breiz moderne à bicyclette, sans parler des fêtes de toute nature qui les ont amenés à sortir de chez eux. « Nous vivions dans un monde clos, qui devait exploser par la suite » rappelle l’une38. « Comme loisirs, la messe du dimanche, les vêpres ! À part quelques noces, on ne sortait pas beaucoup », ajoute une autre39. Ce qu’ils ont vécu de plus fort, de plus important, ils l’ont vécu à Paris, à Lourdes, à Quimper ou à Lesneven, peu importe, mais ailleurs que dans leur paroisse. Faut-il s’étonner que plusieurs anciens se félicitent aujourd’hui du succès des Journées Mondiales de la Jeunesse ? Mais ces « moments sensationnels40 », comme ils disent, ne le sont pas seulement par le dépaysement. Un autre visage de la religion s’y expérimente, notamment lors du congrès du vingtième anniversaire, au Parc des Princes, en mai 1950. Dans un texte publié par Les Cahiers du clergé rural, un témoin tarnais, qui dit mieux comprendre « quand on a vu et senti cela, le profit qu’un Hitler a pu tirer de tels rassemblements », exprime parfaitement l’association efficace du meeting de masse et de la liturgie eucharistique :

  • 41 L.C., « L’atmosphère du congrès. Impressions d’un témoin », Les Cahiers du clergé rural, n° 119, j (...)

C’est saisissant et inoubliable. Pendant une heure et demie, sans se lasser, dans un enthousiasme contenu, cette jeunesse va communier dans la même foi, chanter avec la même ferveur.
On ne peut s’empêcher de songer aux acclamations délirantes qui montent habituellement de ce stade vers les idoles qu’un peuple sans Dieu s’est créées : les héros du Tour de France ou de tout autre tournoi sportif. Aujourd’hui, c’est vers le vrai Dieu que montent les clameurs de la foule et par cette messe d’où est banni tout « dévergondage liturgique », il est adoré en esprit et en vérité. […]
À la consécration, le prêtre à cheveux blancs qui a lancé la JAC prononce les paroles sacramentelles. L’hostie s’élève au dessus de la moisson des ciboires. Le Christ s’est emparé de ces milliers de petites hosties. Tout à l’heure, les prêtres distributeurs de vie pourront venir. Le pain de l’homme voyageur est là, multiplié. Les petits seront rassasiés.
Plus d’un, à cette minute d’intense recueillement, a mieux compris la puissance merveilleuse du prêtre et la profondeur du Mystère eucharistique. La messe du congrès ? Une formule nouvelle qui pourrait faire école. Une splendide réussite41.

  • 42 « La messe du congrès. Pour une utilisation locale », Les Cahiers du clergé rural, n° 119, juin-ju (...)
  • 43 Un aumônier, « Le congrès de la JAC », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 13 (...)
  • 44 Sœur Marie Guiziou, AAMRACF, 01HD10.

19Faire école, mais comment ? La même livraison de la revue présente bien quelques suggestions « pour une utilisation locale » de la messe du congrès, mais en rappelant les autorisations à solliciter et en multipliant les conseils de prudence pour « éviter des erreurs fâcheuses42 ». En 1960 encore, le compte rendu du congrès de Landerneau dans la Semaine Religieuse souligne que pour une fois, dans la vie de ces jeunes, il n’y avait pas de coupure entre la messe et leur vie43. D’habitude en effet… Au fond, comme le résume une ancienne responsable fédérale de la JACF, « c’était un autre visage [du Christ] que celui que nous présentait notre communauté paroissiale44 ». Certes, dans l’esprit de ses promoteurs, l’Action catholique devait, à terme, renouveler la vie paroissiale et la rendre plus attractive. Ce qui s’est produit, semble-t-il, c’est plutôt une dissociation. À certains égards, les jacistes ont vécu leur religion en circuit fermé.

  • 45 Hervé Jeannès, AAMRACF, 99/28.
  • 46 André Vial, La Foi d’un paysan. L’impasse de l’ACJF, Paris, Éditions de l’Épi, 1967, p. 52.
  • 47 Sœur Marie-Lucienne (Rosalie) Simon, AAMRACF, 01HD8.
  • 48 Suzanne Le Rest, AAMRACF, 99/27.

20Deuxième déplacement, de la coutume à l’engagement ou de la contrainte au choix. Écoutons cet ancien militant des environs de Quimper évoquer son enfance : « Nous allions à la messe, enfants, avec les femmes, à la paroisse d’en face. Café, gâteaux, quelques bonbons après la messe, sans rester trop longtemps traîner, et puis cette séance chez le boucher pour acheter le morceau de veau à rôtir. C’était un “classique”. On n’avait pas Mozart ou Chopin, on avait frites et rôti de veau45. » La religion, pour lui c’est un peu comme pour le jeune André Vial, « une suite de pratiques qui ont perdu beaucoup de leur sens réel46 », de quoi la laisser tomber à l’adolescence. Il faudra la rencontre d’un vicaire dynamique et le choc d’une journée rurale à Ergué-Gabéric pour qu’il rejoigne la JAC, sur le tard, à l’âge de 24 ans, et qu’il y découvre « le côté non ringard » de sa religion. Ils sont plusieurs à souligner cette « remise en cause d’une façon de vivre ancestrale47 » où il fallait rester à son rang, supporter les « classes » de baptême, de mariage ou d’enterrement, éviter de parler de sexe, et ainsi de suite, bref respecter les usages. Comme le résume une ancienne militante du pays bigouden, la JAC « nous a libérées d’une religion d’interdits48 ».

  • 49 Marie-Josèphe Nédelec, AAMRACF, 99/5.
  • 50 Jean-Louis Lallouet, AAMRACF, 99/56.

21Cette distanciation par rapport aux rites et aux pratiques d’un catholicisme perçu comme étouffant, c’était aussi une rupture avec une mentalité de soumission qui était celle de la plupart des adultes. « Nous étions nombreux dans les fermes avec nos parents, un peu repliés sur nous-mêmes, isolés, habitués à l’obéissance, en famille, à l’école, dans l’Église », souligne quelqu’un49. Très souvent revient l’évocation du problème de la cohabitation des jeunes mariés avec les parents dans la ferme de l’un ou de l’autre et les inévitables conflits qui en résultaient. Jean-Louis Lallouet, grande figure du jacisme léonard, rappelle que de nombreux jacistes ont refusé de se plier à cette tradition et que, pour sa femme et lui, cela les a obligés à s’exiler dans le Berry et à « vivre à l’index pendant huit années » jusqu’à leur retour au pays50.

  • 51 Angèle Jacq, AAMRACF, 99/19.
  • 52 Fernand Boulard, « De l’action catholique de jeunes à l’action catholique d’adultes », Les Cahiers (...)
  • 53 Yves et Marie Plouzennec, AAMRACF, 99/26.

22Cette question récurrente suggère un troisième déplacement, de l’appartenance à une catégorie sociale à l’appartenance à une génération. « Je me souviens d’un foisonnement de jeunesse », commence Angèle Jacq dans sa réponse à l’enquête de 199951. Et de fait, même si un certain nombre d’entre eux ont milité ensuite au Mouvement Familial Rural, c’est de la JAC qu’ils parlent le plus longuement et le plus spontanément. Ils étaient paysans, certes, mais d’abord jeunes, et leurs aumôniers aussi : leur religion a été celle d’un mouvement de jeunesse. Tous n’ont pas continué l’Action catholique, ce que les enquêtes utilisées ici minorent du fait qu’elles ont atteint essentiellement ceux qui étaient encore dans un mouvement. Dès 1948, le chanoine Boulard s’inquiète du faible taux de passage de la JAC au Mouvement Familial Rural, à cause de la tendance des jeunes foyers à se replier sur eux-mêmes, et il cite un aumônier fédéral pour qui, avec « la mystique familiale chrétienne dite nouvelle » prêchant l’épanouissement conjugal, les jeunes « ont pris la JAC (et surtout la JACF, je crois) comme la préparation à ce bonheur. Le christianisme est devenu pour eux le messager et le réalisateur d’un hédonisme supérieur52 ». Quant à ceux qui ont continué, ils l’ont fait précisément dans des mouvements d’adultes qui étaient d’abord des mouvements d’anciens jeunes. Faut-il croire, comme l’écrit l’un des couples interrogés, qu’ils ont formé une « génération charnière » qui a évité que ça ne coince ou que ça ne craque dans l’Église comme dans la société53 ?

  • 54 Danièle Hervieu-Léger, Le Pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 199 (...)

23On pourrait conclure de manière sinistre en disant à peu près ceci : à travers la JAC, la religion a été le moteur de la révolution des campagnes. Quand celle-ci a été faite, que restait-il de la religion ? Pour les plus fervents, en petit nombre somme toute, une foi épurée et renforcée. Pour les autres, au mieux des habitudes, au pire des freins et des entraves. Elle n’était plus nécessaire, on la congédia : échec de l’Action catholique. Je crois plus conforme au sens historique de remarquer que c’est tout le paysage qui a changé, et de souligner que les militants jacistes, en Finistère comme ailleurs, ont été les vecteurs d’un changement religieux qu’il n’avaient pas prévu et qui s’est révélé au moins aussi important que le changement social dont on les crédite. La religion en mouvement, la liberté de choisir, la culture jeune dans la religion, autant d’expressions renvoyant à des travaux sociologiques récents qui observent des phénomènes – la société festive, l’individualisme, le « jeunisme » – dont il me semble qu’ils ont été expérimentés très tôt au sein de la JAC54. En ce sens, si l’Action catholique spécialisée a fait son temps c’est parce qu’elle a été de son temps, qu’elle a rempli, en quelque sorte, sa fonction historique. Personne ne lui avait promis l’éternité. Il lui reste le mérite d’avoir été.

Notes

1 Voir Colette Muller, Jean-René Bertrand, Où sont passés les catholiques ? Une géographie des catholiques en France, Paris, Desclée de Brouwer, 2002 (discutable tant qu’on veut, mais au moins sans langue de bois).

2 On se reportera à la bibliographie de Gérard Cholvy dans son Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (xixe-xxe siècle), Paris, Cerf, 1999. Sur les origines conflictuelles de l’Action catholique, voir Yvon Tranvouez, « Élite militante et système religieux : aux origines de l’Action catholique en France », dans Christian Bougeard et Philippe Jarnoux (dir.), Élites et notables en Bretagne de l’Ancien Régime à nos jours, Kreiz, n° 10, 1999, p. 271-278. Voir aussi Yvon Tranvouez, « Le militant d’Action catholique », dans Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Les Catholiques dans la République, 1905-2005, Paris, Éditions de l’Atelier, 2005, p. 225-237.

3 Agrément signalé au Journal officiel du 13 janvier 2001. Voir Jean Tromeur, « Une histoire de la JAC-JACF dans le Finistère », Le Progrès de Cornouaille, 5 mai 2001.

4 Dirigé désormais par Claude Pennetier. Le travail sur les militants chrétiens est coordonné par Nathalie Viet-Depaule.

5 Les réponses ont été déposées aux archives de l’évêché de Quimper où elles sont classées en deux boites (22K351 et 352). Elles seront citées ici AAMRACF, 99 ou 01, avec la cote.

6 Voir le parti qu’en a tiré Jean-Marie Balanant, Générations jacistes. Des militants finistériens témoignent, Master 1 d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 2005.

7 Sur Visant Favé (1902-1997), voir la notice de Jean-Louis Le Floc’h dans Michel Lagrée (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, volume 3, La Bretagne, Paris, Beauchesne, 1990, p. 137-138 ; voir aussi le portrait hagiographique mais truffé d’anecdotes brossé par Léon L’Hour, Monseigneur Favé, un siècle de vie bretonne, Bannalec, Imprimerie Régionale, 2002.

8 Voir René Cardaliaguet, « Jeunesse agricole catholique du Finistère », Le Courrier du Finistère, 11 décembre 1943.

9 Mgr Fauvel, « L’adaptation de notre apostolat », Les Cahiers du clergé rural, n° 89, juin-juillet 1947, p. 244-252.

10 Pour une première approche des sources et de la bibliographie, voir Emmanuelle Kermoal, L’Action catholique en milieu rural des origines à 1975 dans l’évêché de Quimper et Léon, DEA d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 2001.

11 Bernez Rouz, préface à l’ouvrage autobiographique de Guillaume Kergourlay, ancien jaciste, Bro-Elliant, une mémoire. Le pays des vivants et des morts, Plougastel-Daoulas, Éditions An Here, 2001, p. 14.

12 Voir, par exemple, dans la réponse d’Yves Cabioch à l’enquête de 1999, l’inventaire de ce que la JAC a apporté à ses militants : « ouverture sur le monde, culture générale, complément de formation professionnelle, préparation à des responsabilités d’adulte dans des domaines très divers (apprendre à parler en public, à organiser et mener des réunions et des débats), préparation à la vie de couple et aux responsabilités familiales, formation spirituelle, etc. » (AAMRACF, 99/22).

13 Marie-Thérèse Quémener, AAMRACF, 01M9.

14 Sur ces différents points, voir JAC et modernisation de l’agriculture de l’Ouest, Rennes, INRA, 1980 ; Anne Guillou, Histoires d’élus. Enquête en Finistère, Rennes, PUR, 1998 ; Didier Hascoët, De la JAC à la politique. Cinq itinéraires finistériens, Quimper, Calligrammes, 1992 ; Gwenaëlle Laot, La Révolution culturelle jaciste. Aspects culturels de la JAC/F dans le Finistère (1945-1960), Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 2001 ; Anne Guillou, Les Femmes, la Terre, l’Argent. Guiclan en Léon, Brasparts, Éditions Beltan, 1990.

15 Robert Fort, Ils ont révolutionné le monde rural. L’aventure de la JAC en Bretagne (1930-1970), Brest, Éditions Le Télégramme, 2001 (les paroles du chant de la JAC sont de Joseph Folliet).

16 Cité par Léon L’Hour, op. cit., p. 168.

17 Marie-Jeannick Le Floc’h, AAMRACF, 99/13.

18 Robert Fort, op. cit., p. 264.

19 Sœur Louise Kergourlay, AAMRACF, 99/8.

20 Fernand Boulard, Problèmes missionnaires de la France rurale, tome 2, Paris, Cerf, 1945, p. 72, note 1.

21 Voir l’article stimulant de René Pucheu sur le militant chrétien « modèle 36-66 » : « Ceux qui ont cru réussir », dans le numéro spécial d’Esprit sur les militants d’origine chrétienne, avril-mai 1977, p. 11-27.

22 Joseph Comblin, Échec de l’Action catholique ?, Paris, Éditions universitaires, 1961.

23 Mgr Louis-Marie de Bazelaire, « La piété des jeunes est-elle en baisse ? », Les Cahiers du clergé rural, n° 111, octobre 1949, p. 338.

24 Cécile Kérouanton, AAMRACF, 01B34.

25 « Action catholique, JAC, zones de Landivisiau et du Tréguier », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 8 novembre 1946. « Pedomp » : mot breton signifiant « prions » et désignant donc ici un recueil de prières.

26 « Sessions fédérales de la JAC », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 30 septembre 1960.

27 A. Achard, « La JACF, par son Conseil national, marque son quinzième anniversaire », Les Cahiers du clergé rural, n° 98, mai 1948, p. 196.

28 Fernand Boulard, « Devant l’évolution du monde rural. Transformations psychologiques et exigences spirituelles », Les Cahiers du clergé rural, décembre 1950, p. 459.

29 Marie Le Du, AAMRACF, 01Q30.

30 Joseph Comblin, op. cit., p. 66-67.

31 Voir Robert Fort, op. cit., p. 155-156, et Martine Sevegrand, Les Enfants du bon Dieu. Les catholiques français et la procréation au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 1995, p. 128-131.

32 François Quentel, AAMRACF, 01B8.

33 Sœur Louise Kergourlay, AAMRACF, 99/8.

34 Pierre Salaün, AAMRACF, 99/41.

35 Fernand Boulard, « Autour de Problèmes missionnaires de la France rurale », Les Cahiers du clergé rural, n° 73, octobre 1945, p. 14.

36 Cité par Gérard Cholvy, op. cit., p. 294.

37 Dans Fernand Boulard, « Autour de Problèmes missionnaires de la France rurale », La Vie Intellectuelle, juillet 1947, p. 38.

38 Simone Le Moal, AAMRACF, 01C7.

39 Marie-Josèphe Nédelec, AAMRACF, 99/5.

40 Roger Rannou, AAMRACF, 01C10.

41 L.C., « L’atmosphère du congrès. Impressions d’un témoin », Les Cahiers du clergé rural, n° 119, juin-juillet 1950, p. 249 et 251-252.

42 « La messe du congrès. Pour une utilisation locale », Les Cahiers du clergé rural, n° 119, juin-juillet 1950, p. 248.

43 Un aumônier, « Le congrès de la JAC », La Semaine Religieuse du diocèse de Quimper et de Léon, 13 mai 1960.

44 Sœur Marie Guiziou, AAMRACF, 01HD10.

45 Hervé Jeannès, AAMRACF, 99/28.

46 André Vial, La Foi d’un paysan. L’impasse de l’ACJF, Paris, Éditions de l’Épi, 1967, p. 52.

47 Sœur Marie-Lucienne (Rosalie) Simon, AAMRACF, 01HD8.

48 Suzanne Le Rest, AAMRACF, 99/27.

49 Marie-Josèphe Nédelec, AAMRACF, 99/5.

50 Jean-Louis Lallouet, AAMRACF, 99/56.

51 Angèle Jacq, AAMRACF, 99/19.

52 Fernand Boulard, « De l’action catholique de jeunes à l’action catholique d’adultes », Les Cahiers du clergé rural, n° 103, décembre 1948, p. 435.

53 Yves et Marie Plouzennec, AAMRACF, 99/26.

54 Danièle Hervieu-Léger, Le Pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999 ; Jean-Marie Donegani, La Liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, Paris, Presses de la FNSP, 1993 ; Roland Campiche (dir.), Cultures jeunes et religions en Europe, Paris, Cerf, 1997.

Notes de fin

* Militants catholiques de l’Ouest. De l’action religieuse aux nouveaux militantismes, sous la direction de Brigitte Waché, Rennes, PUR, 2004, p. 185-196.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540